Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Thomas Sigaud, Mobilités résidentielles et professionnelles des salariés en France : entreprises, marchés et territoires, une articulation en tension

Thomas Sigaud

Résumés

Qu’elle soit présentée comme un outil privilégié de gestion des ressources humaines ou comme une solution aux dysfonctionnements du marché du travail, la mobilité résidentielle des salariés est au cœur d’un faisceau d’injonctions qui ignorent les conceptions de l’habiter fondées sur la stabilité et l’ancrage dans les lieux. Cette thèse propose d’étudier la façon dont les individus articulent leurs mobilités résidentielles et professionnelles en croisant des dispositifs d’enquête quantitative et qualitative. Les mobilités résidentielles en France ne sont pas plus fréquentes qu’à la fin des années 1960, et elles coïncident autant avec des mobilités professionnelles ascendantes que descendantes. Se pose alors la question des logiques sociales d’émergence et de résolution de la mobilité résidentielle. La mobilité des salariés est un dispositif de gestion des ressources humaines qu’il faut confronter aux logiques sociales de l’ancrage dans les territoires. Les mobiles doivent faire une difficile « entrée en territoire » dont on a étudié la résolution en observant le travail d’intermédiation d’acteurs marchands, les sociétés de « relocation ». Un marché de l’accompagnement à la mobilité émerge difficilement, et sa dynamique concurrentielle atypique impacte la conciliation de la vie privée et de la vie professionnelle des salariés.

Haut de page

Texte intégral

1Thèse soutenue le 3 avril 2014 à l’université Paris-Dauphine
Sous la direction de Thierry Kirat et de François Cusin
Jury :
Thomas Amossé, administrateur de l’INSEE chercheur au CEE
Jean-Yves Authier, professeur à l’université Lumière Lyon 2, président
Catherine Bonvalet, directrice de recherche à l’INED, rapporteur
Alain Chenu, professeur à Sciences Po, rapporteur
Alexandre Mallard, maître de recherches au CSI Mines ParisTech

Question(s) de recherche

2Les injonctions à la mobilité résidentielle des salariés se multiplient. Fermement ancrée dans les pratiques de gestion des ressources humaines, la mobilité est devenue un objectif des politiques publiques de l’emploi. Plus de mobilité assurerait un meilleur fonctionnement des marchés du travail tant internes qu’externes et permettrait de réduire les inégalités entre territoires. Ces injonctions portent une représentation univoque de la mobilité comme ressource pour les individus et ramènent l’immobilité à un manque de disposition à la mobilité qui prive les individus de « bouger pour l’emploi ». Cette thèse propose de dépasser l’ordre des injonctions en étudiant les diverses médiations économiques et sociales par lesquelles se résolvent les mobilités résidentielles des salariés. Qu’engage pour eux l’articulation des trajectoires résidentielles et socio-professionnelles ?

Méthode

3Cette thèse croise quatre terrains quantitatifs et qualitatifs :

  • Un travail sur l’enquête Emploi en longue période pour identifier l’évolution de la mobilité résidentielle et de ses effets sur les mobilités socio-professionnelles des salariés.

  • Une campagne d’entretiens auprès de managers en charge des questions de mobilité en entreprise.

  • Une étude du marché des professionnels de l’accompagnement à la mobilité résidentielle des salariés et des acteurs institutionnels qui le structurent.

  • Une campagne d’entretiens et une enquête par questionnaire auprès de 150 salariés mobiles.

Résultat(s)

4Les résultats du travail quantitatif vont à l’encontre de l’idée selon laquelle la société française serait plus mobile aujourd’hui qu’hier. Les taux de mobilité résidentielle remontent après un creux au début des années 1980, mais ils atteignent à peine les niveaux des années 1970 et la hausse est portée par les jeunes, les cadres et les plus diplômés. De plus, la mobilité résidentielle, et notamment la mobilité longue (changement de département), augmente aussi fortement la probabilité de connaître une mobilité socio-professionnelle ascendante que descendante. La mobilité n’est pas une ressource univoque qui s’imposerait aux salariés, elle doit être pensée dans toute son ambivalence.

5L’enquête qualitative permet de donner sens à cette ambivalence : les individus composent leurs modes de vie autour du jeu de contraintes et de ressources toujours spécifique que propose chaque territoire, et une mobilité met nécessairement en jeu ces équilibres. La mise en mobilité des salariés apparaît donc être autant une invasion du privé par le professionnel que du professionnel par le privé. Or, la mobilité géographique s’avère être un outil de régulation de la main d’œuvre à la fois répandu et mal intégré dans le fonctionnement des organisations. Parce qu’il leur est impossible de gérer les enjeux privés de la mobilité des salariés, les responsables RH cherchent à les euphémiser et les ramenant à une plus ou moins grande « disposition » des salariés à la mobilité.

6L’étude du déroulement des mobilités invite à refuser de raisonner en ces termes. Les mobilités résidentielles des salariés mettent en jeu leur capacité à renoncer à certains ancrages mais aussi à en activer ou en réactiver d’autres : c’est l’épreuve de l’« entrée en territoire ». Le déclenchement et la résolution des mobilités ne sauraient là aussi être pensés en termes de disposition à la mobilité : les mobilités mettent en jeu la capacité des individus à manier un ensemble de compétences spécifiques et inégalement réparties dans l’espace social, notamment quand il s’agit de confronter leurs attentes et leurs aspirations au marché résidentiel.

7Car au cœur de la résolution des mobilités résidentielles des salariés, on trouve des logiques marchandes. Le travail des sociétés de « relocation », qui accompagnent les salariés mobiles, montre l’importance des intermédiaires marchands dans la confrontation des mobiles aux marchés résidentiels locaux à l’occasion de leur « entrée en territoire ». Un marché de la relocation émerge en France, structuré par l’intervention d’acteurs publics. Mais sa dynamique concurrentielle atypique met en cause sa capacité à faciliter les médiations marchandes mises en jeu par la mobilité des salariés. Les mobilités des salariés ne sauraient être pensées en termes de disposition à la mobilité. Elles ne prennent sens qu’insérées dans les processus sociaux par lesquels elles se déroulent, et ne sauraient se ramener à une plus ou moins grande disposition à répondre aux injonctions à la mobilité.

Haut de page

Bibliographie

Authier J.-Y., Bonvalet C., Lévy J.-P. (dir.) (2010), Élire domicile : la construction sociale des choix résidentiels, Lyon, PUL.

Boltanski L., Chiapello È. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Cochoy F. (2002), Une sociologie du packaging ou L’âne de Buridan face au marché, Paris, PUF.

Cresswell T. (2006), On the move: mobility in the modern Western world, New York, Routledge.

Fol S., Miot Y., Vignal C. (dir.) (2014), Mobilité résidentielles, territoires et politiques publiques, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq.

Grafmeyer Y., Authier J.-Y. (2011), Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin.

Karpik L. (2007), L’économie des singularités, Paris, Gallimard.

Kaufmann V. (2005), « Mobilités et réversibilités : vers des sociétés plus fluides ? », Cahiers internationaux de sociologie, n° 118/1, p. 119-135.

Segrestin D. (2004), Les chantiers du manager, Paris, Armand Colin.

Vincent-Geslin S., Kaufmann V. (2012), Mobilité sans racines, Paris, Descartes & Cie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Sigaud, « Thomas Sigaud, Mobilités résidentielles et professionnelles des salariés en France : entreprises, marchés et territoires, une articulation en tension », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/10904

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page