Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Wenjing Guo, Internet à Canton (Chine) – Dynamiques sociales et politiques

Wenjing Guo

Résumés

L’accès à Internet et sa diffusion en Chine ont transformé profondément le mode de communication, d’expression et de mobilisation de la population chinoise. Internet et d’autres nouvelles technologies sont rapidement saisis tant par les internautes chinois que par le gouvernement. Les premiers cherchent plus de liberté dans un régime autoritaire tandis que ce dernier s’efforce d’encadrer ces nouvelles dynamiques à la fois en ligne et hors ligne afin d’éviter les débordements politiques et ainsi de garder le pouvoir. Cette recherche anthropologique porte sur cet affrontement permanent à partir du processus de formation et d’évolution des micro-groupes sociaux actifs sur Internet, grâce à Internet et à cause d’Internet. Les enquêtes de terrain ont porté sur trois groupes réunis autour de thèmes spécifiques (homosexualité, protection de l’environnement, défense du patrimoine culturel) dans la ville de Canton. Ils sont analysés dans le contexte du nouveau paradigme de la gouvernance de l’État chinois, qui tente de maîtriser ces dynamiques à travers une participation programmée à la gestion des problèmes sociaux aux côtés du gouvernement. Entre ouverture économique et clôture politique, la mise en réseaux des acteurs malgré tous les contrôles institués laisse aux initiatives une place comprimée mais réelle et une autonomie relative de proposition.

Haut de page

Texte intégral

1Thèse soutenue le 3 octobre 2014 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED 343)
Sous la direction de Monique Selim, , directrice de recherche IRD
Jury :
Rigas Arvanitis, directeur de recherche IRD, rapporteur
Claude Didry, directeur de recherche CNRS, président du jury
Gilles Guiheux, professeur université Paris Diderot, rapporteur
Bernard Hours, directeur de recherche honoraire IRD, examinateur
Yann Moulier-Boutang, professeur université de technologie de Compiègne, examinateur

Question(s) de recherche

2L’objet de cette thèse est de s’interroger sur le rôle et l’usage d’Internet, en tant qu’instrument de communication de masse et d’expression de l’individu, dans l’émergence de nouvelles dynamiques sociales et politiques qui impliquent l’usage d’Internet. Si Internet permet la prise de parole ainsi que la construction d’un espace d’autonomie aux internautes, jusqu’où et jusqu’à quel degré vont cette prise de parole et cette autonomie ? En particulier dans un contexte autoritaire comme celui de la Chine, face à l’ouverture apportée par Internet qui pourrait échapper au contrôle de l’Etat-parti ? Comment évolue cette tension entre le contrôle du Parti et le désir de liberté des Chinois, de la sphère Internet à l’espace urbain ? Comment qualifier cette autonomie des acteurs obtenue, sur et grâce à Internet, et malgré les contraintes politiques ?

Méthode

3Trois enquêtes de terrain ont été menées durant plusieurs mois chaque année de 2010 à 2012. Ces enquêtes qualitatives ont ciblé trois micro-groupes sociaux autour de domaines divers (homosexualité, protection de l’environnement, défense du patrimoine culturel). Ces trois champs restent au cœur des débats en ligne et des actions dans la société, représentant des enjeux majeurs en Chine comme ailleurs. L’immersion de l’anthropologue est faite à travers leurs activités collectives, leurs réunions de travail, la préparation et l’organisation de leurs activités, les séminaires ou conférences auxquels ils assistaient, ou dans les sorties qu’ils organisaient entre eux. Des entretiens approfondis en face-à-face ont été réalisés où les interlocuteurs s’exprimaient librement sur ce qui leur semblait essentiel et important, sur leur itinéraire, sur leur vision du monde et sur leurs choix dans la vie. Par ailleurs, l’auteure s’est intégrée à la liste de diffusion de mails des différents groupes sociaux évoqués et à leurs groupes de discussion de QQ (logiciel de chat équivalent à MSN ou ICQ). Elle se trouve également inclue dans le cercle d’amis des réseaux sociaux des acteurs, tels que le Weibo (équivalent à Twitter), le Renren (équivalent à Facebook), où elle peut suivre la mise à jour des membres de ces trois groupes. Les entretiens approfondis et les matériaux recueillis sur Internet constituent les sources principales d’analyse de cette recherche.

Résultat(s)

4Le contrôle de l’État-parti, sur Internet et dans la société, a été analysé dans cette thèse à travers l’évolution de la régulation d’Internet et la réforme sociale récemment lancée au niveau national, dont la gestion des « organisations sociales » par leur institutionnalisation via une logique de marché. L’État chinois passe, dans ces deux domaines, d’une logique de répression simple et univoque à une stratégie subtile, complexe et mieux adaptée : la construction d’une image du gouvernement bienveillant et près du peuple, le renouveau des stratégies de communication en interaction avec la société, tout en maintenant le contrôle d’une manière plus discrète et indirecte. La participation de la société, sollicitée par l’État chinois, reste ainsi soigneusement orientée et vigoureusement encadrée et contrôlée, afin d’éviter à tout prix le débordement politique et l’excès déstabilisant la légitimité du pouvoir. C’est par ces biais que le gouvernement chinois tente de canaliser et mieux contrôler les nouvelles dynamiques sociales et politiques et de nombreux micro-groupes sociaux réunis par un intérêt et une cause communs, en amont par le contrôle sur Internet, et en aval, par une délégation de la gestion des problèmes sociaux. Cependant la résistance et l’action des internautes et des acteurs sociaux, par différentes stratégies de détournement et de contournement, montre la fragilité du contrôle du gouvernement, contraint par ses propres contradictions entre le besoin d’ouverture pour la croissance économique et la nécessité de fermeture politique pour préserver la légitimité du pouvoir. Les internautes chinois, pris aussi dans cette contradiction, restent tiraillés entre désir d’ouverture sociopolitique et peur des retombées politiques. L’efficacité de leur résistance et de leurs actions sur Internet contraste d’autant plus avec l’espace dont ils disposent dans la vie sociale et politique, face aux nouvelles tentatives de la gestion de l’État-parti chinois. Le statut légal signifie à leurs yeux une reconnaissance sociale et politique, un enjeu crucial pour la survie du groupe, un levier pour le financement d’activités, mais en même temps il impose une limite économique, sociale et politique à leur autonomie qu’ils ne sont pas forcément prêts à abandonner ou à renoncer à son obtention. À partir des exemples de trois micro-groupes sociaux aux thématiques différentes, il s’avère que la vitesse des avancées technologiques est tellement grande qu’aucun pouvoir ne peut bloquer ni la circulation des informations, ni l’influence et l’inspiration des expériences étrangères. Cette tension reste évolutive et configure ainsi un espace d’autonomie possible mais limité pour les internautes et une efficacité relative de ces nouvelles formes de contrôle du gouvernement chinois.

Haut de page

Bibliographie

Althabe Gérard, Selim Monique (1998), Démarches ethnologiques au présent, Paris, l’Harmattan.

Castells Manuel (2002), La galaxie Internet, Paris, Fayard.

Castells Manuel (2012), Networks of outrage and hope. Social mouvements in the Internet age, UK, Polity.

Hours Bernard, Selim Monique (2010), Anthropologie politique de la globalisation, Paris, l’Harmattan.

Hours Bernard (2012), Développement, gouvernance, globalisation. Du xxe au xxie siècle, Paris, l’Harmattan.

Pastinelli Madeleine (2007), Des souris, des hommes et des femmes au village global, Québec, Presses de l’Université Laval.

Qiu Jack Linchuan (2004), “The Internet in China: technologies of freedom in a statist society”, in The Network Society. A cross-cultural perspective, Manuel Castells (dir.), Northampton, MA, Edward Elgar, p. 99-124.

Selim Monique (2013), Hommes et femmes dans la production de la société civile à Canton (Chine), Paris, l’Harmattan.

Spires Anthony J. (2011), “Contingent Symbiosis and civil society in an autoritarian state: Understanding the survival of China’s Grassroots NGOs”, Americain Journal of Sociology, vol. 113, n° 1, p. 1-45.

Yang Guobin (2009), The power of the Internet in China. Citizen activism online, NewYork, Columbia University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wenjing Guo, « Wenjing Guo, Internet à Canton (Chine) – Dynamiques sociales et politiques », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://regulation.revues.org/10895

Haut de page

Auteur

Wenjing Guo

Chercheure associée au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), wenjguo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page