Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Romain Debref, Le processus d’innovation environnementale face à ses contradictions : le cas du secteur des revêtements de sol résilients

Romain Debref

Résumés

La thèse pose la question de la capacité du processus d’innovation environnementale à mettre en phase le secteur des revêtements de sol résilients en Europe face à la montée en puissance des enjeux relatifs au développement soutenable. Nous y défendons que, si le progrès technique est considéré comme le point de départ de cette possible transition, ce processus et ses concepts sont aussi mobilisés par des groupes d’industriels de manière à résister aux controverses environnementales. Il en résulte une situation de double crise (difficulté à identifier l’innovation environnementale ; appropriation conceptuelle et des outils dédiés par les praticiens) que les conclusions de la thèse permettent d’éclairer.

Haut de page

Texte intégral

1Thèse soutenue le 13 octobre 2014 à l’université de Reims Champagne-Ardenne
Sous la direction de Franck-Dominique Vivien, maître de conférences HDR, université de Reims Champagne-Ardenne
Jury :
Marie-Claude Belis-Bergouignan, (présidente) professeur émérite, université Montesquieu – Bordeaux IV
Michel Capron, professeur émérite (rapporteur), université Paris 8 – Saint Denis
Christian Le Bas, professeur émérite (rapporteur), Université catholique de Lyon
Jean-Paul Céron, directeur adjoint CRIDEAU, HDR, université de Limoges
Martino Nieddu, MCF HDR, université de Reims Champagne-Ardenne

Question(s) de recherche

2Durant les années 1970, dans un contexte de critique du rapport Meadows (1972), certains évolutionnistes (notamment le SPRU) pensent que l’innovation suffira à résoudre les questions environnementales, malgré les avertissements de Georgescu-Roegen prônant un « programme bioéconomique minimal ». Il va alors émerger durant la décennie suivante un débat sur les critères d’évaluation de l’innovation environnementale. Au tournant des années 1990, lorsque le rapport Brundtland et le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro inviteront les industriels à devenir les acteurs centraux de la transition écologique, on peut observer l’ouverture d’une « crise existentielle » des concepts d’éco-innovation et d’innovation environnementale : la distinction entre technologies en « bout de chaîne », cherchant des solutions incrémentales, et technologies « intrinsèquement propres », supposant des innovations de rupture nous semble alors insuffisante.

Méthode

3Nous avons souhaité nous inscrire dans ce courant de chercheurs – trop peu nombreux – qui étudient comment concrètement un secteur ou un ensemble d’entreprises est travaillé par la question environnementale (Nieddu et al., 2014 ; Chassagnon et Le Bas, 2013 ; Brouillat, Oltra et Saint Jean, 2013 ; Belis-Bergouignian et Levy, 2010). Tout en suivant le schéma canonique évolutionniste, après les dynamiques technologiques, nous avons développé une analyse multiniveau partant du secteur et des stratégies d’institutions collectives de normes et d’ACV mises en place par les entreprises, pour aller jusqu’aux dynamiques intrafirmes grâce à l’observation de sites, d’ailleurs mis en concurrence par les groupes qui les possèdent.

4À cet égard, le secteur des revêtements de sols résilients a été sélectionné, car il présente un triple intérêt : (1) de présenter un produit du quotidien, peu spectaculaire économiquement, mais important de multiples points de vue ; (2) d’être un secteur dominé technologiquement, au sens de Pavitt (1984) ; (3) d’être, de ce fait, soumis à des controverses environnementales issues pour l’essentiel de la chimie du pétrole, avec ses produits PVC, et de la biomasse, avec le linoléum.

Résultat(s)

5Résultat I : La problématique schumpetérienne, qui aurait tendance à opposer innovation incrémentale et radicale, se doit, en matière d’innovation environnementale, d’être dépassée au profit d’une catégorie d’innovation systémique lorsqu’on resitue la problématique d’innovation environnementale dans une logique d’économie circulaire plutôt que dans la vision dominante aujourd’hui : une logique modulaire d’éco-efficacité.

6Résultat II : L’éco-conception des sciences de l’ingénieur et des sciences de gestion plaidaient initialement en faveur d’un changement global, le Sustainable Design, qui rejoint les premiers travaux dédiés à l’écodéveloppement. Si certains pensent en effet qu’un « contrôle social de l’innovation » trop exigeant briderait l’émergence de ces idées nouvelles, d’autres estiment que la prolifération des normes de type ISO, ainsi que des stratégies d’appropriation privée de celles-ci, serait plus appropriée au nom de la liberté de concevoir. Pourtant, nous démontrons que l’Analyse de Cycle de Vie, au cœur de l’éco-conception, vue comme un outil de production d’information, oriente plutôt les industriels vers des stratégies de réduction des coûts de production et le maintient des pratiques courantes.

7Résultat III : Le responsable de site et environnement, l’ingénieur de production, la R&D cherchent d’abord à préserver le site, y compris face à la concurrence interne qu’organisent les dirigeants de grandes firmes internationales. Certains responsables témoignent des luttes incessantes qu’ils ont à mener vis-à-vis de leur propre hiérarchie pour continuer à exister et maintenir l’identité de leurs produits visant à renforcer les trajectoires existantes.

8Résultat IV : Le secteur des revêtements de sol résilients a intégré les 12 principes de « chimie verte », concept forgé par l’US Environmental Protection Agency, dans des démarches volontaires. La survie des produits en PVC tient de l’usage de molécules moins risquées et biosourcées, et d’initiatives en matière de recyclage visant à réduire les déchets en fin de vie des produits, voire d’en faire de nouveaux. En revanche, nous montrons que les industriels cherchent à reparcourir, dans une logique de « rétro-technologies », des sentiers de transformation du végétal existants avant l’ère du pétrole peu coûteux. C’est le cas du linoléum, apparu au xixe siècle et démodé par les plastiques synthétiques, qui se présente comme innovation environnementale : ce résultat renforce les travaux menés dans le cadre du programme ANR auquel nous avons pu participer (Garnier et Debref, 2014 ; Nieddu et al., 2014).

9Résultat V : Notre analyse de l’intervention des pouvoirs publics nous amène à nuancer la position de Brouillat, Oltra et Saint Jean (2013, p. 84). Il faut considérer que l’intervention des pouvoirs publics est travaillée par les acteurs, et n’est pas une « variable exogène ». Les engagements volontaires pour résister aux pressions environnementales se traduisent dans diverses formes institutionnelles, telles que Responsible Care, Suschem et Vynilplus., qui conduisent à annuler la concurrence possible de nouveaux entrants souhaitant venir contester le dominant design du secteur du point de vue de l’éco conception.

Haut de page

Bibliographie

Baillon J., Ceron J.-P. (1979), La société de l’éphémère, PUG, Grenoble.

Bélis-Bergouignan M.-C., Levy R. (2010), “Sharing a common resource in a sustainable development context: The case of a wood innovation system”, Technological Forecasting and Social Change, vol. 77, n° 7, p. 1126-1138.

Brouillat E., Oltra V., Saint Jean M. (2013), « Les trajectoires de l’éco-innovation dans l’industrie. Un premier bilan des recherches », Économie appliquée, vol. LXVI, n° 4, p. 83-115.

Chassagnon V., Le Bas C. (2013), « Avant propos – Matériaux pour l’analyse des éco-innovations », Économie appliquée, vol. LXVI, n° 4, p.81-82.

Cole H., Freeman C., Johoda M., Pavitt K. (1974), L’anti-Malthus : Une critique de « Halte à la croissance », Paris, Seuil.

Damian M., Vivien F.-D. (2012), « La Conférence sur le développement soutenable de Rio+20 : un contexte inédit », Économie appliquée, vol. LXV, n° 2, p. 5-8.

Garnier E. et Debref R. (2014), «Les divergences au sein de la composante technico-scientifique du nouveau système sectoriel d’innovation de la chimie doublement verte », Innovations, vol. 43, n° 1, p. 39-59

Meadows D et al. (1972), Halte à la croissance, Paris, Fayard.

Nieddu M., Garnier E., Bliard C. (2014), « Patrimoines productifs collectifs versus exploration/exploitation », Revue économique, 2014/6, vol. 65, p. 957-987.

Pavitt K. (1984), “Sectoral patterns of technical change: Towards a taxonomy and a theory”, Research Policy, vol. 13, n° 6, p. 343-373.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Debref, « Romain Debref, Le processus d’innovation environnementale face à ses contradictions : le cas du secteur des revêtements de sol résilients », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/10885

Haut de page

Auteur

Romain Debref

Chercheur associé au laboratoire REGARDS (EA 6292), université de Reims Champagne-Ardenne, romain.debref@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page