Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Le capital, au-delà de la fiction

Cédric Durand, Le capital fictif. Comment la finance s’approprie notre avenir
Julien Vercueil
Référence(s) :

Cédric Durand, Le capital fictif. Comment la finance s’approprie notre avenir, Paris éditions Les Prairies ordinaires, 2014, 224 pages.

Notes de la rédaction

Une réponse à cette note par Cédric Durand est parue dans le numéro 17 de la revue : Cédric Durand, « De la fiction financière et de son ante-validation politique. Réponse à Julien Vercueil à propos de sa recension de l’ouvrage Le capital fictif », Revue de la régulation, n° 17, 1er semestre / Spring, 2015.

Texte intégral

1Depuis l’effondrement des dérivés de crédits subprimes, la crise des dettes souveraines et la crise de l’euro, les soubassements de la grande déflagration financière contemporaine ont été abondamment commentés. Avec son livre intitulé Le capital fictif, Cédric Durand propose une lecture marxienne de ces événements, qu’il considère comme suffisamment importants pour y voir les possibles prémices de l’« agonie du système capitaliste », pourtant déjà mille fois annoncée (p. 192). Le propos est théorique – il s’agit de forger les concepts les mieux à même de décrire une réalité qui échappe aux yeux du plus grand nombre–, mais aussi empirique – il faut apporter des preuves aux jugements portés et étayer les causalités annoncées. Parce qu’il tente de tenir ses promesses sur les deux exigences, l’essai est palpitant. Pour la même raison, il soulève autant d’objections qu’il soutient de thèses. Nous commencerons par les secondes, avant d’en venir aux premières.

1. Les contours du capital fictif

2Le capital fictif est la forme centrale prise par la financiarisation de l’économie. Dans ses travaux sur l’instabilité financière, Hyman Minsky propose une caractérisation évolutionniste des effets de la financiarisation qui va jusqu’à intégrer les tentatives de régulation par la puissance publique en les traitant comme des amplificateurs de l’instabilité future (p. 40-45). Mais la théorie de Minsky est circonscrite à l’univers des années 1980 dans lequel elle s’est développée. Pour cette raison, elle tend à sous-estimer les développements potentiels de la finance de marché. Surtout, Cédric Durand lui reproche de laisser « en partie inexpliqué le statut même de la valeur financière » (p. 51). Comme point de départ à son analyse, il lui préfère donc l’analyse d’André Orléan (1999) distinguant la valeur fondamentale de la dynamique spéculative autonome. Cette distinction peut être élargie à une dichotomie entre « capital productif » et « capital fictif ». Quels sont les contours du capital fictif ?

3Le capital fictif est cette forme de capital qui « semble donner à l’argent une faculté magique » (p. 63) : celle de valider à l’avance le fruit du travail. Les trois formes de capital fictif distinguées par Karl Marx sont la monnaie de crédit, les titres de dette publique et les actions. Dans la monnaie de crédit, « les productions des firmes ou le travail des salariés qui empruntent sont pré-validées par de la monnaie avant la vente des marchandises ou le versement des salaires » (p. 65). La contrepartie de cette pré-validation est la vulnérabilité extrême du système bancaire (ibid.). Dans les titres de dette publique, « le caractère fictif est plus immédiatement apparent », car pour l’auteur « elle n’a pour contrepartie aucun capital mis en valorisation à travers des processus de production » (p. 66). Quant aux actions, c’est « leur mode financier de valorisation qui est à l’origine de la fiction » (p. 67). Elles représentent du capital productif mais n’en sont pas. Ceci suffit à les qualifier de capital fictif. Cédric Durand étend cette dernière variante du capital fictif à tout titre financier (obligation ou produit dérivé).

4À quoi sert donc le capital fictif ? À assurer la liquidité du système financier. « Les titres représentent une préemption sur la production future, mais offrent aussi à leurs détenteurs la possibilité de convertir à tout instant en monnaie véritable » (p. 188). Comme J. M. Keynes l’a fait remarquer, à l’échelle de la société tout entière la liquidité n’est qu’une illusion. Cependant, elle tient contre vents et marées et reçoit en temps de crise le soutien des autorités publiques, soucieuses de stabilité financière, ce qui pose le problème de l’aléa moral des grands établissements financiers privés, assurés d’un bail out en cas de défaillance.

2. Les signes de la montée du financier

5Durant les trente dernières années, le crédit aux agents privés non financiers, la dette publique et la capitalisation des actions cotées en bourse ont représenté ensemble une part croissante du PIB des économies riches. Avec ces produits financiers, déjà décrits en son temps par Marx, ce que Cédric Durand appelle les « formes sophistiquées du capital fictif » (p. 79) se sont déployées : contrats à termes, swaps, options et dérivés se multiplient et leur poids s’accroît, y compris relativement aux activités commerciales. En parallèle, l’accumulation financière a progressé, mesurée par la part de la valeur ajoutée des secteurs financier et immobilier dans le PIB des grandes économies occidentales, celle du secteur financier dans le total des profits, et la dynamique des résultats financiers des entreprises non financières (p. 93-102). L’ouvrage s’attelle à l’analyse détaillée des revenus de l’activité financière dont il produit une typologie inspirée de Marx.

6Les intérêts en sont le premier type. Qualifiés de « profits d’aliénation », ils sont une « modalité d’expropriation des revenus des emprunteurs qui ne passe pas par le contrôle du procès de production » (p. 106). Les dividendes en sont le deuxième type, qui prélèvent l’écot du financier sur la plus-value (p. 113). Le troisième type de revenu est constitué des gains en capital, le quatrième, ajouté par l’auteur, des frais de gestion des flux financiers (p. 125). Alimentés par le gonflement du capital fictif, ces revenus en sont aussi les moteurs dans la mesure où ils peuvent être réinvestis dans le circuit financier, qu’ils soient prélevés dans les entreprises financières ou non : « des profits financiers viennent soutenir la capacité des firmes non financières à distribuer une part plus importante de leurs profits sous forme de placements financiers » (p. 170). La dynamique d’ensemble qui en résulte est foncièrement déstabilisatrice : « par son caractère auto-amplificateur, l’exubérance financière conduit systématiquement à des krachs et à des dépressions » (p. 141), ainsi que la crise des subprimes, sur laquelle s’ouvre le livre, l’illustre magistralement.

3. Des profits sans accumulation : une énigme – une solution

7À propos des pays avancés, Cédric Durand souligne un « fait stylisé solide » : la diminution du taux d’investissement dans les pays industrialisés. Cette décélération est, pour l’auteur, « pleinement cohérente avec le ralentissement de la croissance sur la même période » (p. 149). Pourtant, les profits n’ont pas baissé. Les deux explications les plus couramment données à cet apparent paradoxe sont la « revanche des rentiers », selon laquelle les financeurs imposent un prélèvement supplémentaire sur les profits qui réduit la part restant à réinvestir, et le comportement des gestionnaires, qui cessent de « conserver et investir » pour « restructurer et distribuer », démembrant les sociétés pour les recentrer sur le cœur de leur métier, susceptible d’assurer la rentabilité la plus élevée aux capitaux investis. Mais ces deux explications ne sont pas jugées suffisantes car elles butent sur les données recueillies par l’auteur qui remarque que, puisque la financiarisation apporte des revenus supplémentaires aux entreprises financières et non financières, « la proportion des paiements nets aux marchés financiers n’augmente pas ». En revanche, il est possible d’affirmer que « l’augmentation de la rentabilité des placements financiers et le renforcement du pouvoir des actionnaires ont affecté négativement l’investissement » (p. 170).

8Pour compléter la résolution de l’énigme, il faut expliquer l’origine des revenus financiers et abandonner l’idée qu’elle ne serait à rechercher que dans la « prédation de la finance sur le secteur productif ». L’aspect décisif de l’explication réside dans ce que l’auteur appelle le « nœud financiarisation – mondialisation » (p. 151 et 171) : durant les trente dernières années, l’extension de l’OMC et des réseaux commerciaux, mais aussi l’ouverture des pays émergents aux flux de capitaux étrangers ont permis, conjointement à l’explosion de la circulation du « capital fictif », une fragmentation des réseaux productifs. Celle-ci a rendu possible le maintien des niveaux de profits affichés par les grandes entreprises multinationales par le recours à la sous-traitance internationale, au « sourcing », à l’optimisation fiscale (via, notamment, les IDE dans les paradis fiscaux) et surtout à une « offre de travail quasi-infinie » (p. 191), mobilisée surtout en Asie. C’est donc non seulement le renouvellement des logiques de développement financier, mais aussi la poursuite de gains fiscaux et commerciaux à l’échelle planétaire qui expliquent l’apparent paradoxe des profits sans accumulation.

9Quel peut être le devenir du capitalisme financier ? Avec la crise des subprimes et ses conséquences mondiales, ses logiques de développement semblent avoir atteint les limites du supportable, pour l’économie comme pour la société. « Abandonné à lui-même, le capital fictif s’effondrerait mais il entraînerait l’ensemble de nos économies dans sa chute » (p. 191). Les États s’épuisent à le soutenir, et la finance en retour les prive de leurs ressources, les contraignant à mener des politiques de restructuration et d’austérité qui rognent les droits sociaux des populations. « Le capital volait aux peuples leurs espérances, la chape de plomb du capital fictif les prive de ce qu’ils croyaient acquis » (p. 192). La croissance ralentit et « l’accumulation du capital fictif est lourde des frimas de l’hiver » (p. 11).

4. L’ancrage théorique : qu’est-ce qui est fictif ? Qu’est-ce qui ne l’est pas ?

10Le premier sujet de discussion concerne le concept central de l’ouvrage : le « capital fictif ». L’objet du troisième chapitre est de lui donner un « ancrage théorique solide » (p. 71). C’est la solidité de cet ancrage que nous allons discuter. Pour ce faire, nous souhaitons examiner la réponse qu’apporte l’ouvrage à l’interrogation suivante : dans le capital, qu’est-ce qui est fictif ? Et qu’est-ce qui ne l’est pas ?

11La réponse tient dans la distinction que Marx opère entre le fictif et le réel, reprise par François Chesnais (2006) : par exemple, « la monnaie de crédit créée à partir de rien par les banquiers a un caractère de capital fictif » (p. 62). Autre exemple, emprunté à Marx lui-même, « constituer un capital fictif s’appelle capitaliser » (Marx, 1968, p. 1193, cité p. 64). Avec la généralisation de ces exemples à laquelle Cédric Durand procède, on comprend que le capital fictif est constitué de titres de créance (monnaie, obligations, etc.) ou de titres de propriété (actions, parts de sociétés immobilières et produits dérivés), qui posent « la valorisation présente du capital-argent comme enjeu des processus économiques et politiques à venir » (p. 64). Le double problème avec le capital fictif, c’est qu’il « préempte le procès de valorisation à venir tout en rendant celui-ci invisible » et qu’il est, par nature, éminemment fragile (ibid.).

12Avant d’entrer dans le détail de la discussion, remarquons d’emblée l’étendue du concept de « capital fictif » : avec la définition qui lui est donnée par Marx, actualisée par l’auteur, il comprend toutes les formes d’engagement financier représentées par un support formel, de la monnaie jusqu’aux dérivés de crédits subprimes, en passant par les bons du trésor, le crédit à l’économie et les actions ou produits financiers assimilés. Quelle est la différence avec le capital financier ? Avec les divers moyens de mobilisation de l’épargne ? Avec les divers supports de la liquidité ? Nous n’en trouvons pas. En bref, le « capital fictif », c’est la monnaie plus les titres de placement. C’est-à-dire, rien de moins que la contrepartie de toute l’activité économique qui ne passe pas par le troc.

  • 1 À titre d’exemple, on peut citer ce passage concernant l’origine des profits financiers : « la mati (...)

13Pourquoi donc le qualificatif de « fictif » est-il employé ici, si ce n’est pour affirmer une opposition à une « réalité » qui serait d’une autre nature ? Le terme de « réel » revient souvent dans l’ouvrage et chaque fois il s’oppose au caractère « fictionnel » du capital financier. L’ouvrage distingue systématiquement entre ce qui est concret et ce qui ne l’est pas, ce qui crée de la valeur et ce qui n’en crée pas1, entre la « magie » (terme utilisé plus d’une fois dans le livre) et la raison, si ce n’est la science. Cette binarité est posée, mais non pas discutée par l’auteur : d’un côté, la monnaie de crédit est du capital fictif, de l’autre, les processus de production mobilisent du capital réel. D’un côté, la finance « n’est pas créatrice de valeur » (p. 105), de l’autre, il est possible de réaliser une « bonne allocation du capital » productif qui corresponde à de la création de valeur (p. 127). Face à ce dualisme ontologique, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec l’hypothèse du matérialisme « pur et dur » selon laquelle il n’est pas de réalité hors du matériel. Ceci pose une question qui nous semble importante pour le concept clé de l’ouvrage : où s’arrête le « fictif » ?

    • 2 C’est cette interprétation qui semble valide lorsque Cédric Durand écrit : « La finance n’est jamai (...)

    Si le fictif s’arrête au non financier2, la dichotomie proposée devient celle de l’économie politique classique selon laquelle « la monnaie n’est qu’un voile », le « financier » étant simplement superposé au « productif », sans influence directe sur lui. On sait ce qu’il est advenu de cette thèse, depuis K. Wicksell et J. M. Keynes jusqu’à M. Friedman et Mario Draghi. L’auteur lui-même reconnaît que les activités d’intermédiation de la finance « remplissent des fonctions sociales indispensables » (p. 121). Indispensables, mais non créatrice de valeur ?

    • 3 Ainsi Cédric Durand oppose-t-il, en comparant leur évolution, les « richesses » et le « capital fic (...)

    Si le fictif s’arrête à la valeur-travail, aux « richesses »3 et au « procès de production », comment décider ce qui, dans les opérations financières, crée de la valeur et ce qui n’en crée pas ? En quoi, selon le principe marxiste de la valeur travail, les heures passées par un programmeur à coder pour le « front office » un algorithme de ventes ou d’achats basé sur une nouvelle variante de la formule de Black et Scholes ne créent-elles pas de valeur ? Celles du commercial d’une agence bancaire, élaborant un dossier de crédit à la consommation pour le compte de clients ne font-elles pas non plus partie d’un certain « procès de production », au sens marxiste du terme ? Et qu’en est-il de celles, bien moins rémunérées, d’un employé temporaire d’une plateforme d’appels téléphoniques en Tunisie dont la tâche consiste à proposer à des prospects francophones des produits d’assurance ? Sur quelle base marxiste tout ce travail deviendrait-il subitement fictif ? Sur quelle base ne produirait-il plus de valeur, quand il en produit dans les entreprises non financières ?

    • 4 C’est ce qu’il semble lorsque l’auteur affirme que, contrairement au capital fictif, « les profits (...)

    Si le fictif s’arrête au présent4, puisque l’anticipation est centrale dans la définition du caractère fictif du capital comme « accumulation de droits de tirage sur la richesse à produire », (p. 187) ou comme « promesse » (p. 156), alors le fait qu’un agent économique se projette dans le futur pour décider (l’idée de « futurity » centrale chez J. R. Commons, l’anticipation chez J. M. Keynes pour qui la monnaie est un lien entre le présent et l’avenir, ou bien toute la théorie de la décision de G. S. Shackle) devrait le plonger ipso facto dans la fiction. Dans ce cas, le capital fictif serait consubstantiel au capital productif puisque la décision d’investir est pour toute entreprise un pari sur l’avenir, qui implique un droit de tirage sur ce qui n’est pas encore advenu – ici, la production.

    • 5 Par endroits (mais rarement), Cédric Durand semble prêt à adopter une telle vision. Ainsi quand il (...)
    • 6 Sur les origines et l’application de ce principe, voir par exemple Meyer (1989).

    Enfin, si le fictif s’arrête au matériel5, la thèse est encore plus difficile à tenir : en URSS, l’application du principe marxiste selon lequel les services ne créent généralement pas de valeur6 a conduit les comptables nationaux à des acrobaties mémorables. Par exemple, dans la valeur ajoutée d’un hôtel n’était comptabilisée que la partie restauration, parce qu’il était possible dans ce cas d’évaluer la quantité de matière consommée par les convives. Les nuitées, elles, n’entraient pas dans le calcul du « Produit Matériel Net »… Il est vrai aussi que la finance ne jouait qu’un rôle marginal dans les économies de type soviétique et que la monnaie y était passive, au sens où sa détention en quantités suffisantes n’assurait pas pour autant l’accès aux biens de consommation.

14On le voit, en économie, toute tentative d’ériger un mur infranchissable entre le fictif et le réel ne résiste pas à un examen logique, même rapide. De deux choses, l’une : ou bien rien n’est fictif et tout produit de la valeur s’il existe une demande solvable pour la valider. C’est la position néo-classique, qui grâce au pouvoir absorbant illimité de la notion d’utilité, confère aux marchés la faculté de créer de la valeur pour tous les biens, actuels ou hypothétiques. Ou bien, au contraire, tout est fictif, au sens où la valeur n’a pas d’essence hors du social et que tout prix est, dans l’absolu, arbitraire. C’est une position que l’on peut tenir à partir d’André Orléan, cité par Cédric Durand pour ses travaux de 1999 mais qui depuis cette époque a poursuivi son travail sur la question de la valeur et l’a synthétisé dans un ouvrage qui consiste précisément en une critique dévastatrice des théories essentialistes de la valeur (Orléan, 2011). Sur la base de cette discussion, il nous semble que l’ancrage théorique apporté dans le livre à la notion de capital fictif est fragile et devrait être solidifié.

5. L’ancrage empirique : la financiarisation ou comment s’en débarrasser

  • 7 En 1841, Friedrich List (1998) fustige la théorie officielle du libre-échange britannique au motif (...)

15L’un des mérites du livre est de proposer une interprétation globale des différents aspects de la financiarisation et de leurs conséquences, qui ne se limite pas à l’idée « de simple prédation de la finance sur le secteur productif » (p. 171). La première idée-force est celle du « nœud financiarisation-mondialisation ». Cette thèse, qui est présente dès les premiers écrits marxistes, mais que d’autres branches de l’histoire de la pensée économique ont aussi développée (depuis Friedrich List dans la première moitié du xixe siècle jusqu’aux institutionnalistes américains, par exemple7), soutient que les nations les plus avancées du point de vue technologique cherchent à prolonger, par la conquête coloniale, l’impérialisme ou les accords de libre-échange conclus avec des nations moins développées, leurs avantages acquis et les profits qui en découlent. La forme contemporaine prise par cette tendance – les réseaux productifs internationaux et le fractionnement des chaînes de valeur – explique, avec l’emprise des exigences de rendements financiers des actionnaires sur les managers, le maintien d’une profitabilité élevée des entreprises des pays avancés – ce que Cédric Durand nomme joliment le « bonus impérial » –, alors que leurs investissements domestiques semblent décliner en proportion du PIB.

16La deuxième idée-force est celle de la progressive capture de l’État par les logiques financières : par les politiques de restructuration et d’austérité, « les réponses apportées par les gouvernements à la crise expriment précisément la logique de dépossession exigée par la finance souveraine » (p. 190) : d’un côté, la puissance publique tente à toute force de garantir une stabilité financière rendue de plus en plus incertaine par la puissance et le comportement des agents financiers privés ; d’un autre côté, elle se plie à leurs exigences de rendement par le biais de l’endettement public. La stabilité financière n’est pas « un bien public dont chacun bénéficierait » puisqu’elle « profite en premier lieu aux acteurs qui cherchent à réaliser des gains en capital et aux intermédiaires financiers » (p. 124).

17Le lecteur est tout prêt à être convaincu de la justesse de ces deux idées. Mais pour cela, il a besoin de davantage de preuves empiriques que n’en fournit l’auteur. Il faudrait entrer dans le détail des réseaux productifs mondiaux, ainsi que Robert Reich l’avait fait parmi les premiers en 1991 dans son ouvrage « l’économie mondialisée » (Reich, 1993, pour l’édition française), pour estimer la répartition des profits aux différentes strates du mille-feuille industriel émietté de par le monde. Il faudrait analyser la manière dont l’optimisation fiscale mine de l’intérieur les États du Nord pour en voir l’incidence sur les déficits budgétaires et les dettes publiques, lesquelles sont placées au centre de l’ouvrage et de la réflexion de son auteur. Il faudrait montrer en quoi la perspective de bail-out en cas de déconfiture modifie les comportements agrégés de prise de risque des banques et détailler l’impact du quantitative easing sur les profits bancaires depuis 2009. Il faudrait aussi proposer une appréciation des tentatives actuelles de la puissance publique de remodeler le paysage bancaire européen par l’introduction d’un superviseur unique et discuter, par exemple, les thèses de l’ouvrage d’Aglietta et Brand (2013) sur le sujet, écrit au plus fort de la crise de l’euro. Les auteurs consacrent en effet de longues pages aux moyens techniques nécessaires pour domestiquer la finance européenne (Aglietta et Brand, 2013, p. 189-216). Faute de ces discussions et de ces éléments empiriques, le livre est un bon producteur de nouveaux questionnements, mais il ne permet pas de se faire une idée concrète des moyens de régulation du « capital fictif ».

18Une fois l’ouvrage refermé, de nombreuses questions restent donc en suspens, tant sur le plan des concepts que sur celui des données. Mais là n’est peut-être pas le plus important. Le livre de Cédric Durand, à l’écriture précise et parfois flamboyante, apparaît surtout comme un excellent stimulant pour qui cherche à comprendre ce qui anime la circulation du capital dans nos économies.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M., Brand T. (2013), Un New Deal pour l’Europe, Paris, Odile Jacob.

Chesnais F. (2006), La prééminence de la finance au sein du ‘capital en général’, le capital fictif et le mouvement contemporain de mondialisation du capital, Paris, PUF.

List F. (1998) [1841], Système national d’économie politique, Paris, Gallimard.

Marx K. (1968) [1867], Œuvres II, Paris, Gallimard.

Meyer M. (1989), « Quelques remarques concernant le système de comptabilité sociale face au système de comptabilité nationale des Nations Unies (SCN) », Revue d’Études comparatives Est-Ouest, vol. 20, p. 111-133.

Orléan A. (1999), Le pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob.

Orléan A. (2011), L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil.

Reich R. (1993), L’économie mondialisée, Paris, Dunod.

Veblen T. (2003) [1915], Imperial Germany and the Industrial Revolution, Kitchener, Batoche Books.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple, on peut citer ce passage concernant l’origine des profits financiers : « la matière première du capital fictif, ce sont les profits financiers. Puisque la finance ne produit rien par elle-même, ses fruits doivent être prélevés ailleurs » (p. 189).

2 C’est cette interprétation qui semble valide lorsque Cédric Durand écrit : « La finance n’est jamais en tant que telle à l’origine de la création de valeur » (p. 105).

3 Ainsi Cédric Durand oppose-t-il, en comparant leur évolution, les « richesses » et le « capital fictif » (p. 105).

4 C’est ce qu’il semble lorsque l’auteur affirme que, contrairement au capital fictif, « les profits financiers, eux ne sont pas fictifs », car ils sont dotés « de droits de tirages immédiats sur la richesse produite » (p. 105).

5 Par endroits (mais rarement), Cédric Durand semble prêt à adopter une telle vision. Ainsi quand il remarque : « Contrairement au système de l’étalon-or, la monnaie [actuelle] n’a pas d’autre ancrage que celui de son acceptabilité sociale » (p. 74). L’or, « relique barbare » disait Keynes, a certes la qualité d’un matériau, mais c’est tout ce qui le distingue du reste de l’actif des banques centrales.

6 Sur les origines et l’application de ce principe, voir par exemple Meyer (1989).

7 En 1841, Friedrich List (1998) fustige la théorie officielle du libre-échange britannique au motif qu’elle n’est avantageuse qu’à la condition que les économies qui commercent aient atteint un degré comparable de développement économique, ce qui n’est pas le cas des États allemands de son époque en comparaison avec la Grande-Bretagne. Au début du siècle suivant, Thorstein Veblen aborde aussi la question du libre-échange à l’occasion de son étude sur l’impérialisme allemand (1915). Sur le plan commercial sa vision est plus classique que celle de List, mais son originalité réside dans l’étude des rapports entre l’industrialisation, le développement de l’armement et l’impérialisme (Veblen, 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « Le capital, au-delà de la fiction », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/10853

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page