Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Catherine Figuière, Bruno Boidin et Arnaud Diemer, Économie politique du développement durable, De Boeck, 2014

Jean Gadrey
Référence(s) :

Catherine Figuière, Bruno Boidin et Arnaud Diemer, Économie politique du développement durable, De Boeck, 2014, 268 pages

Texte intégral

1Un livre de plus sur une notion – le développement durable – mise à toutes les sauces, y compris néoclassique ? En aucun cas, car il s’agit ici d’économie politique, avec un très important volet critique des acceptions floues ou molles des exigences environnementales et des politiques correspondantes. Ce livre fait en quelque sorte du tri sélectif entre ces acceptions, sur la base de critères posés d’emblée avec fermeté. Qui plus est, il est d’une lecture agréable, illustrée, avec des exemples concrets de réussites et d’échecs de stratégies politiques de l’environnement, dans un souci constant de retracer l’histoire des principaux mots clés de l’écologie politique afin d’en éclairer les significations parfois contradictoires.

2Les options sont posées et explicitées dans l’introduction. Il s’agit, d’abord, de traiter les enjeux associés au terme de développement durable dans une perspective théorique qui est celle d’une économie politique « ouverte » dont on précise les caractéristiques (p. XVI à XX). Il s’agit, ensuite, de positionner le tout dans une perspective de durabilité forte, définie par trois conditions exigeantes (p. XXI) : la faible substituabilité entre le capital créé par les humains et le patrimoine naturel, la reconnaissance de seuils d’irréversibilité, et la « valeur » non nécessairement monétarisable des biens environnementaux.

3Fallait-il dans ces conditions conserver la notion controversée de développement durable, ou soutenable ? L’abandonner aux avocats d’un capitalisme verdi ou aux grandes entreprises en mal de communication écologique ? Le débat fait rage dans certains milieux, mais il fait trop souvent penser à des querelles nominalistes. Dès lors que l’on fait de l’économie politique, on est conduit à considérer que le choix des mots politiquement signifiants est, pour paraphraser Bourdieu, un sport de combat. Il n’y a pas de réponse unique, il n’y a que des cas singuliers et des rapports sociaux et symboliques historiquement contingents.

4Pour filer la métaphore écologiste, il est vrai que certains mots ont pu être gravement « pollués » par des pratiques semblant les vider de tout sens au regard de leurs potentialités transformatrices initiales. Mais la question qui est alors posée aux acteurs de ces transformations est de savoir si le « recyclage » semble ou non possible, s’ils peuvent dans leur argumentation (politique, scientifique, éducative…) faire accepter que tel mot placé au premier rang désigne bien les notions de second rang qui en précisent la signification globale : dans le cas présent, le choix de la soutenabilité forte et une démarche d’économie politique ouverte aux autres sciences (sociales, de la nature et de la vie, etc.). Nous avons rencontré de telles situations à diverses reprises, par exemple en souhaitant parler de nouveaux indicateurs de « richesse ». Il nous a été rétorqué que ce terme avait été tellement investi par l’économie et la finance qu’il pouvait prêter à confusion et mal désigner les significations essentiellement non économiques que nous lui attribuions. La suite n’a pas confirmé ces craintes.

5Dans le cas présent, ce n’est sans doute pas gagné, d’autant que ce conflit de significations existe depuis les origines. Le développement durable ou soutenable, qui a supplanté l’écodéveloppement d’Ignacy Sachs (« Initiation à l’écodéveloppement », Privat, 1981), essentiellement depuis le rapport Brundtland de 1987, a toujours fait l’objet d’interprétations peu compatibles voire antagoniques, même si ce rapport favorise nettement la vision faible de la soutenabilité. Cette histoire est longuement analysée au chapitre 1. Mais dire que ce n’est pas gagné n’implique pas nécessairement d’abandonner le sport de combat symbolique. Car s’il est probable que le choix des auteurs rencontrera des réticences du côté du noyau dur d’écologistes militants souvent confrontés à des dérives, ou du noyau plus petit des théoriciens de l’écologie politique, il peut en revanche bénéficier à un très large public, sur la base d’un pari : entrer dans la réflexion avec le mot-valise de développement durable, et en sortir armé de solides notions d’une économie politique de la soutenabilité forte, et avec un regard critique sur certaines « solutions » qui ne règlent rien. Ce livre contient de bons arguments pour gagner le pari.

6Le chapitre 2 s’intéresse à la façon dont le développement durable et diverses notions associées (« bonne gouvernance », biens publics, biens communs) ont été portés par de grandes institutions internationales, aux zones de flou conceptuel, à l’absence de cohérence de l’ensemble, et aux indicateurs de développement durable, question qui sera mise à nouveau en chantier au chapitre 3.

7Le chapitre 3 porte sur les « boîtes à outils » de l’économie. Les auteurs y plaident pour un renouveau conceptuel. Ils rappellent les critiques fortes de la fonction de production encore en vigueur dans la profession et se prononcent pour un « retour aux valeurs d’usage ». Ils passent en revue les outils classiques que sont l’internalisation des externalités, les interdictions, les normes, les taxes (avec des développements conséquents sur la taxe carbone), pour en venir aux marchés des droits à polluer et au système des quotas, longuement et précisément évalués. Ils concluent en résumé que les valeurs et méthodes de l’économie politique conduisent à penser qu’il est « très difficile d’internaliser l’environnement avec un système de prix » (p. 94). D’où le besoin de « formuler de nouvelles approches » actualisant celles d’Ignacy Sachs, contestant l’optimisme technologique illimité, appuyées sur des indicateurs de soutenabilité forte.

8Le chapitre 4 porte spécifiquement sur les pays du Sud et sur l’enjeu que représente pour eux l’appropriation d’un développement durable jusqu’ici « construit » et conçu essentiellement par les pays riches. On y trouve notamment un retour sur la « malédiction des ressources naturelles » (en tendance, les pays les plus exportateurs de ressources naturelles se portent plus mal y compris sur le plan de leur croissance économique) et sur le peu concluant « mécanisme de développement propre ». On y trouve surtout des analyses de l’inadéquation des stratégies internationales menées au nom d’un développement durable « standardisé ». S’y ajoute une critique de l’appel confus ou trompeur à la « responsabilité sociale et environnementale » des entreprises opérant au Sud. Le cas des dommages associés à l’agro-industrie est longuement traité, ainsi que les atouts et les freins de l’agro-écologie (où l’on aurait aimé trouver les apports d’Olivier de Schutter comme rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation).

9Le chapitre 5 revient sur la « responsabilité » des entreprises (RSE) de façon plus globale, sur un mode largement critique. Le chapitre 6 explicite les principes généraux de l’écologie industrielle, pour y distinguer ensuite, de façon convaincante, une variante libérale et une variante « économie politique », sans omettre de rappeler en conclusion qu’on ne peut séparer, pour tenir des objectifs de soutenabilité forte, les transitions réalisées dans la sphère de la production de celles à accomplir dans le domaine des besoins.

10Le chapitre 7 interroge de façon approfondie les enjeux, les fortes controverses et les politiques de la biodiversité, en remontant loin dans l’histoire de la « protection » ou de la « conservation » et des institutions privilégiant l’une ou l’autre de ces conceptions. Il dissèque ensuite la grande question de la marchandisation et de la valeur de la biodiversité (ou des écosystèmes) pour se prononcer en faveur d’une approche patrimoniale associée à des indicateurs spécifiques.

11Le chapitre 8 est original en ce qu’il aborde la question de l’éducation au développement durable, notamment à l’université, y compris en mettant en avant des suggestions pédagogiques pour entrer dans ce champ de connaissances relevant d’une « pensée complexe » sans s’y perdre. C’est aussi l’occasion de revenir de façon plus théorique et en partie critique sur l’approche par les « dimensions » du développement durable, et de lancer un plaidoyer pour que les citoyens ou le « public » s’emparent activement de ces enjeux.

12La lecture du livre ouvre sur des débats plus critiques, au-delà de la controverse finalement secondaire sur le recours au mot-valise de développement durable. J’en évoquerai deux. Le premier concerne, au chapitre 2, la (trop) courte référence aux biens communs, sur un mode très dubitatif : « au-delà des mots et des engagements solennels, la notion de biens communs ne garantit pas qu’un consensus sur l’intérêt général puisse voir le jour et elle revêt une importante ambiguïté relative au modèle économique qui devrait la porter » (p. 44). On peut comprendre ce jugement si l’on ne se fonde que sur certains rapports d’institutions internationales. Mais pour des auteurs qui plaident en faveur d’un rôle accru des citoyens dans la co-construction des stratégies de développement durable, cette position fait peu de cas de la façon dont la société civile s’est emparée de façon combative de cette notion pour proposer et parfois mettre en pratique des solutions coopératives, ni privées ni étatiques, visant à reprendre en main des biens communs naturels, du local au global. Il est donc très contestable d’écrire que cette approche « semble avoir été investie par des acteurs qui pensent que le marché permettrait d’atteindre les objectifs du développement durable » (p. 44). Cela semble même contradictoire avec la définition des « communs » ou biens communs, qu’il s’agisse des travaux d’Elinor Ostrom, de ceux plus récents de Pierre Dardot et Christian Laval (Commun, La Découverte, 2014), ou des conceptions de grandes ONG environnementales qui mettent cette notion au cœur de leurs actions.

13Un second élément de débat concerne un enjeu faiblement représenté dans le livre : l’économie politique de la consommation durable et plus généralement des modes de vie soutenables. Il est évoqué incidemment au chapitre 5, mais à propos de la RSE. Il aurait mérité un chapitre spécifique. À nouveau, dès que l’on quitte le monde académique pour celui des mouvements sociaux et associatifs concernés par la soutenabilité, on trouve en permanence cet enjeu, notamment autour des références à la « sobriété ». C’est par exemple l’un des trois piliers du « scénario négaWatt » de transition énergétique, une référence absente comme plusieurs autres, comme si ce qu’élaboraient des collectifs non académiques, souvent avec des experts, dont des économistes, ne faisait pas partie de l’économie politique.

14Quoi qu’il en soit de ces réserves, il reste que cet ouvrage peut véritablement aussi bien aider les étudiant-e-s à se diriger que les citoyens à s’engager sur la base d’une réflexion largement accessible où l’économie est pratiquée comme une science sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Gadrey, « Catherine Figuière, Bruno Boidin et Arnaud Diemer, Économie politique du développement durable, De Boeck, 2014 », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/10849

Haut de page

Auteur

Jean Gadrey

Professeur honoraire d’économie, Lille, jean.gadrey@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page