Navigation – Plan du site
Notes de lecture

L’automne des émergents

Pierre Salama (dir.), dossier « Émergents : le temps des désillusions », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre 2014
Julien Vercueil
Référence(s) :

Pierre Salama (dir.), dossier « Émergents : le temps des désillusions », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre 2014.

Texte intégral

1Dans sa livraison des « Perspectives de l’économie mondiale » d’octobre 2014, le Fonds monétaire international (FMI) souligne le ralentissement inattendu de l’économie mondiale. Bien que leurs perspectives globales de croissance restent supérieures à la moyenne mondiale, les économies émergentes affichent aussi des dynamiques décevantes, et de plus en plus divergentes. L’Amérique latine et l’Europe de l’Est font face à un risque de ralentissement brutal, tandis que l’Asie continue de croître à un rythme élevé, mais inférieur à celui de la décennie 2000 et aux anticipations du début de l’année 2014. Les économistes du FMI attribuent le ralentissement des émergents à des facteurs conjoncturels (langueur des économies avancées, anticipation d’une remontée des taux d’intérêt) et géopolitiques (le conflit ukrainien pèse sur la conjoncture de la Russie et de l’ensemble de l’Europe de l’Est). Ils soulignent également des causes structurelles – les contraintes pesant sur l’offre seraient les freins principaux à la poursuite de l’expansion (IMF, 2014).

  • 1 Outre les quatre articles principalement discutés ici, le dossier comporte des contributions d’Edua (...)

2Dans ce contexte, trois publications récentes sur les économies émergentes méritent d’être signalées. La première est la livraison 2015 du Rapport annuel mondial sur les systèmes économiques et les stratégies (RAMSES), dirigé par Thierry de Montbrial et Philippe Moreau Defarges, consacré au « défi des émergents ». La deuxième est un petit livre publié par Pierre Salama aux éditions de la Documentation française, intitulé Des pays toujours émergents ?. La troisième est le numéro 219 de la Revue Tiers Monde, dans lequel un dossier dirigé par le même Pierre Salama est consacré aux émergents, sous le titre : « Émergents : le temps des désillusions ». Nous y consacrerons l’essentiel de la présente note1. La confluence de ces parutions prouve qu’au moins au sens littéral – si ce n’est au figuré – nous assistons à un « automne des émergents » dans le paysage des publications françaises en économie.

1. Émergents, émergence : faut-il encore les définir ?

3La profusion de commentaires sur le sens donné au terme « émergents » pourrait faire penser qu’il n’est plus besoin de s’appesantir sur la notion elle-même. Et pourtant, si : quand Pierre Salama pose la question « Des pays toujours émergents ? » à propos de l’Amérique latine, de l’Asie et de l’Afrique du Sud ; quand Nicolas Pons-Vignon s’interroge sur le point de savoir si l’Afrique du Sud est un pays émergent (Pons-Vignon, 2014) ; lorsque Philippe Moreau Defarges replace la question de l’émergence dans la longue durée (Moreau Defarges, 2014), une définition de l’économie émergente est toujours présente, mais de manière sous-jacente, rarement explicitée. Ce défaut d’explicitation n’est pas satisfaisant pour le lecteur, qu’il soit économiste ou pas, car il donne prise à des arguments d’autorité, à des inclusions ou exclusions sans justification de pays de la catégorie d’« émergents », ou bien à des tautologies. Dans son petit livre, Pierre Salama commence par définir l’émergent par défaut, expliquant en quoi les expressions « Sud », « Pays en développement », « Périphérie », « Pays sous-développés » sont inadaptées. Puis il en vient à une définition positive, comprenant des pays « dont le PIB est considérable en raison de l’importance de la population (Chine, Inde) ou dont le revenu par tête est au minimum équivalent au tiers de celui des pays avancés ». Pour l’auteur, la structure de ces pays est « relativement industrialisée », mais le taux de croissance, le mode d’insertion internationale les différencient des pays avancés (Salama 2014a, p. 19-20).

4Ce type de définition relativement lâche permet d’embrasser une grande variété d’économies. Mais il souffre du manque d’explicitation des deux dimensions indispensables à sa compréhension : celle du processus et celle des institutions.

5La dimension processuelle est présente dans la définition de P. Moreau Defarges, dans RAMSES 2015 : « Peut être qualifiée d’émergence toute croissance brutale d’une entité sociale ou politique, cette poussée perturbant tout l’environnement et en redéfinissant les équilibres » (Moreau Defarges, 2014, p. 30). L’émergence est envisagée ici dans le cadre micro- comme macro-social, elle est assimilée au surgissement, à la montée en puissance soudaine d’un groupe, d’une nation au sein d’un univers jusqu’ici réglé par d’autres forces plus puissantes. Elle rappelle une notion désormais souvent associée à l’émergence : le « basculement du monde », au sens d’un glissement progressif des centres de gravité de l’économie mondiale, qui fait l’objet de la contribution d’Eduardo Costa Pinto et Reinaldo Gonçalves dans le dossier de la Revue Tiers Monde (Costa Pinto, Gonçalves, 2014).

6La dimension institutionnelle n’est pas moins centrale que celle du processus. Les institutions, en tant que constructions collectives, sont prises dans un mouvement de transformation et de stabilisation qui définit la trame même des activités sociales. L’émergence est avant tout un processus accéléré de transformations institutionnelles, non seulement dans l’environnement des entités considérées, que leur surgissement bouscule, mais au sein de leur tissu même, dont la mise en mouvement a permis et entretient l’émergence. Le processus d’émergence intéresse l’économiste institutionnaliste parce qu’il constitue ce moment de l’histoire où les forces de transformation l’emportent sur les forces de stabilisation institutionnelle. L’émergence est donc tout à la fois source de crises, de conflits, de contradictions, et porteuse de solutions potentielles à ces conflits. Elle est un processus de création et de résolution de problèmes pour les communautés qui la vivent et la font.

  • 2 Pour une discussion plus complète de la méthode et une liste des économies concernées, voir https:/ (...)

7Nous avons intégré ces dimensions dans une proposition de définition de l’émergence et des émergents : sont émergentes les économies à revenus intermédiaires, connaissant sur la durée un processus de rattrapage économique et des transformations institutionnelles accélérées, en particulier dans leur relation à leur environnement international. Ces caractéristiques en font des économies à fort potentiel de croissance, ce qui explique l’intérêt que leur ont porté tour à tour les sociétés financières, les entreprises occidentales en mal de délocalisation, puis celles qui y cherchaient de nouveaux débouchés à leur production (Vercueil, 2012, p. 9-11). Ce n’est qu’à partir d’une définition claire d’un idéal-type (ici, l’émergent) qu’on peut s’interroger sur sa pertinence pour qualifier telle ou telle entité que l’on cherche à cerner. Cette définition (dont les bornes sont quantifiables) nous a conduit à dégager 45 économies émergentes – dont, bien évidemment, les économies post-soviétiques –, qui ensemble représentaient près de 50 % du PIB mondial en 20112.

2. Des blocages internes

8L’automne des émergents serait-il à prendre au sens figuré ? Autrement dit, y aurait-il des facteurs objectifs qui expliqueraient le ralentissement actuel de ces économies ? Ces facteurs sont-ils de nature conjoncturelle ou structurelle ? Les émergents seraient-ils victimes du fameux « middle income trap » (piège des revenus intermédiaires), dont la Banque asiatique de Développement a fait son leitmotiv ces dernières années (Lafaye de Micheaux, 2014) ? La lecture du dossier de la revue Tiers Monde permet de se faire une idée sur la question. Elle est reprise ici par l’étude des facteurs de blocage internes dont les auteurs analysent le rôle dans le cadre d’un ou plusieurs pays émergents.

2. 1. L’extraction de rente

9L’extraction de rente, entendue comme une exploitation exclusive d’un actif (renouvelable ou non) générateur de revenus abrités de la concurrence, constitue l’un des facteurs de blocage interne aux économies émergentes. Les secteurs rentiers, parce qu’ils offrent des profits largement supérieurs aux autres branches de l’économie, attirent à eux des ressources (capitaux, technologies, compétences) qui seraient nécessaires à la modernisation des autres secteurs, exposés à la concurrence. Ce phénomène de déplacement des ressources, mis en évidence dans un cadre néo-classique d’équilibre partiel par Corden et Neary (1982), peut être généralisé à des configurations hors équilibre. La rente est alors envisagée non plus dans sa seule dimension économique, mais comme un élément du blocage institutionnel du fait qu’elle contribue au maintien au pouvoir de coalitions dont les politiques freinent le développement du pays.

10Nicolas Pons-Vignon montre comment le MEC (complexe minier et énergétique d’Afrique du Sud), principal bénéficiaire des politiques néo-libérales des années 1980 et 1990, a amplifié ses activités de captation de rente dans le courant des années 2000 à la faveur des politiques menées par le nouveau pouvoir post-apartheid, soutenues aussi par l’explosion des prix mondiaux des matières premières (Pons-Vignon, 2014, p. 127-128). Le cas de la Chine, étudié par Guilhem Fabre, met en évidence la situation privilégiée des entreprises d’État, qui profitent d’un accès réservé à des marchés de facteurs de production (capital, travail, terre et énergie) dont les prix sont restés sous évalués durant les trois décennies d’expansion (1980-2008) par rapport au marché des biens et services, où s’exerçait une concurrence de degré variable (Fabre, 2014, p. 41-44). En contrepoint de ce numéro, on pourrait citer la Russie, dont les industries extractives ont bénéficié d’un déplacement de ressources tout au long des années de croissance des prix du pétrole, déplacement favorisé par la proximité entre les élites politiques et les dirigeants du secteur.

2. 2. La polarisation industrielle

  • 3 « Original Equipment Manufacturer », fabricant d’équipements d’origine qui fournit des sous-ensembl (...)

11Souvent associée à la captation de rente mais pourtant distincte, la dualisation de l’industrie entre secteurs oligopolistiques d’une part, alliant intensité capitalistique, modernisation et degré élevé de concentration, et secteurs éparpillés, caractérisés par une forme d’arriération technologique, une forte intensité de main d’œuvre, des rémunérations faibles et un niveau élevé de précarité (sous-traitance passive et forte informalité dans la relation de travail), cette dualisation est une autre caractéristique structurelle potentiellement bloquante pour le développement des émergents. En Chine, Xavier Richet montre que la « modernisation quasi dualiste » de l’industrie sélectionne des secteurs prioritaires, le plus souvent contrôlés par l’État, tandis que les entreprises non étatiques, même lorsqu’elles sont soutenues par des fonds publics, se contentent le plus souvent de contrats de sous-traitance de type OEM3 sans véritable transfert de technologies (Richet, 2014, p. 64). Guilhem Fabre note que le secteur des télécommunications est dominé par un oligopole d’entreprises d’État (China Telecom, China Unicom et China Mobile) qui se partagent un marché de 900 millions d’abonnés et en tirent de substantiels profits, tandis que l’oligopole dominant le secteur bancaire est à l’origine de l’essentiel des risques financiers dérivés du shadow banking, qui s’est dangereusement développé depuis la crise de 2008 (Fabre, 2014, p. 46-47 et p. 51-53). Pour l’Afrique du Sud, Nicolas Pons-Vignon montre le rôle des grands conglomérats financiers, énergétiques et miniers dans la définition des politiques macroéconomiques, qui peuvent parfois aller à l’encontre des intérêts des secteurs manufacturiers (Pons-Vignon, 2014, p. 132-133). Dans l’introduction du numéro de la Revue Tiers Monde, Pierre Salama observe que l’écart de productivité entre les secteurs oligopolistiques dominés par de grandes entreprises souvent ouvertes à l’international et les secteurs constitués de micro-entreprises sous-capitalisées et vulnérables est une caractéristique commune des économies émergentes qui fragilise les bases de leur croissance (Salama, 2014b, p. 13). En contrepoint, on peut remarquer que la Russie possède également une structure industrielle polarisée : globalement, la productivité moyenne de l’industrie russe est inférieure de moitié à celle de l’Europe occidentale. Mais pour une même qualification, entre un emploi dans une entreprise moscovite du secteur des hydrocarbures et un emploi dans une entreprise textile en Carélie, l’écart de salaire horaire est de 1 à 15.

12Partant du constat de la polarisation industrielle, la question posée par l’article de Xavier Richet est celle du rattrapage. Quelles sont les perspectives des entreprises des pays émergents en matière de productivité et d’acquisition et de production de technologies ? À partir de l’étude des investissements directs entrants et sortants de Chine, la réponse de l’auteur est mitigée. Les problèmes d’appropriation des technologies ne sont pas toujours résolus, les entreprises occidentales se protègent en évitant de transférer des savoir-faire stratégiques en matière de R&D, et l’échec de la majorité des acquisitions à l’étranger tentées par les entreprises chinoises incite à la prudence quant aux capacités de gestion des obstacles organisationnels à l’intégration des compétences les plus avancées par les firmes chinoises (Richet, 2014, p. 73), tout en confirmant les observations faites à propos des fusions et acquisitions Nord-Nord.

13Dans ce domaine, l’exemple de la Russie pose une question légèrement différente : celle de la capacité de l’État à discerner les secteurs les plus prometteurs pour les politiques industrielles à mener. Alors que le gouvernement menait une bataille d’arrière-garde pour protéger une industrie automobile déclinante mais dotée de puissantes capacités de lobbying, l’industrie logicielle russe se développait sans soutien de l’État, jusqu’à représenter au début de la décennie 2010 davantage d’emplois que toute l’industrie automobile, tout en obtenant des résultats incomparablement meilleurs à l’exportation.

2. 3. La désagrégation sociale et la question des classes moyennes

14L’article de Pierre Salama sur le devenir des classes moyennes dans les économies émergentes d’Amérique latine et d’Asie rappelle les effets de l’émergence en termes de mobilité sociale ascendante. En Amérique latine, 50 % des personnes appartenant en 1995 à la catégorie des « pauvres » étaient passées en 2010 dans celle des « vulnérables », aux revenus deux à trois fois plus élevés, tandis que 18 % des vulnérables de 1995 avaient intégré en 2010 la classe moyenne (Salama, 2014c, p. 146). Pour l’Afrique du Sud, Nicolas Pons-Vignon met en évidence un gain de revenu annuel per capita de plus de 15000 rands pour les Noirs africains entre 1996 et 2010, pour un gain moyen de plus de 25000 rands dans le pays (Pons-Vignon, 2014, p. 120). En termes absolus, la période a donc produit davantage de gagnants que de perdants, ce qui est une caractéristique majeure de l’émergence. Toutefois, une définition relative de la stratification sociale permet de compléter la compréhension des processus sociaux induits par l’émergence : Thorstein Veblen, puis James Duesenberry ont mis en évidence les déterminants subjectifs et sociaux des comportements économiques – et en particulier les comportements de consommation – intégrant la position relative de l’individu dans son groupe de référence. Selon cette perspective, le fait que le gain moyen de revenu par tête des Sud-africains blancs ait été, durant la période 1995-2010 près de 10 fois supérieur à celui de la population noire (Pons-Vignon, 2014, p. 120) n’est pas indifférent si l’on veut comprendre la persistance de tensions et de violences sociales dans le pays, malgré la diffusion de l’accès aux biens de consommation courante.

15Nicolas Pons-Vignon montre aussi que, pour l’Afrique du Sud, le marché du travail est beaucoup moins rigide que les analyses standard ne le proclament : la précarité est une caractéristique structurante de ce marché, avec un chômage structurel supérieur à 25 %, une main d’œuvre privée pour moitié d’assurance chômage, pour un tiers de congés payés, et des salaires tels que deux tiers des salariés sont des travailleurs pauvres (Pons-Vignon, 2014, p. 121). Le cas de la Chine est proche : Guilhem Fabre indique que 46 % de la main-d’œuvre employée l’est dans les conditions de l’informalité, ce qui la prive de protection sociale. Les 260 millions de travailleurs migrants constituent le « noyau dur » de cette main d’œuvre. Leurs conditions de travail sont celles du xixe siècle européen : 11 heures par jour, 6 à 7 jours par semaine, pour une rémunération inférieure de moitié à celle du secteur formel. Dans le même temps, le « land grabbing » interne réalisé par les industries et des collectivités territoriales avides de terrains constructibles au détriment des paysans dans les zones péri-urbaines pousse une masse toujours croissante d’anciens agriculteurs à se transformer en Mingong (Fabre, 2014, p. 44).

16La désagrégation sociale caractéristique de nombreuses sociétés émergentes prend des formes nouvelles. Nicolas Pons-Vignon parle de « démocratie violente » à propos de l’Afrique du Sud, expression qui peut s’appliquer à certaines démocraties d’Amérique latine. De ses observations sur les sociétés latino-américaines et asiatiques, Pierre Salama conclut qu’il est illusoire de vouloir s’appuyer sur les classes moyennes pour relayer une croissance qui s’essouffle : un relai de croissance plus efficace serait une redistribution orientée vers les plus démunis (Salama, 2014c, p. 219). En contrepoint, le cas de la Russie est intéressant parce qu’il montre une société de laquelle la pauvreté absolue a presque disparu, mais qui se caractérise tout de même par une forme d’hystérèse de la violence dans les rapports sociaux, dont les hommes sont à la fois les vecteurs et les victimes, ainsi qu’en témoigne le maintien d’une surmortalité masculine à l’âge actif.

2. 4. Les tensions entre les politiques macroéconomiques et les politiques structurelles

17L’un des défis les plus redoutables posés aux autorités des économies émergentes est celui d’articuler le traitement des enjeux structurels à des politiques macroéconomiques soutenables. Même lorsqu’elle a lieu dans les conditions d’une croissance rapide, cette articulation est problématique car elle ne peut se faire au prix de déséquilibres trop importants dans les comptes publics ou la balance des transactions courantes. Dans le cas de la Chine, Guilhem Fabre analyse la contradiction apparue en 2008-2009 entre la transformation structurelle de la fiscalité – l’État central se dégageant d’un grand nombre de responsabilités en la matière au profit des provinces, sans toujours prévoir les recettes fiscales correspondantes – et la politique contra-cyclique visant à lutter contre les effets de la crise par un effort sans précédent sur les investissements en infrastructures – essentiellement financé au niveau provincial et local. Il en a résulté une montée soudaine de l’endettement des collectivités locales, qui s’ajoute à des déséquilibres financiers de plus en plus problématiques au sein même des entreprises et aux risques accumulés dans la bulle immobilière (Fabre, 2014, p. 54 ; Gaulard, 2014). Nicolas Pons-Vignon pose un problème similaire pour l’Afrique du Sud : la politique industrielle, apparemment ambitieuse, s’avère essentiellement déclarative, dominée qu’elle est dans les faits par une politique macroéconomique orthodoxe, qui maintenait le rand jusqu’au début 2014 à un niveau de surévaluation réelle incompatible avec la politique industrielle envisagée (Pons-Vignon, 2014, p. 132-133). Le contrepoint russe nous semble, là aussi, bien utile. Depuis 2010, la politique industrielle envisagée en Russie par la « stratégie 2020 » s’est plusieurs fois trouvée en porte à faux avec les préceptes budgétaires et monétaires relativement stricts qui ont été jusqu’ici endossés par le gouvernement. Il en résulte une lutte d’influence interne à l’exécutif qui débouche sur des décisions parfois contradictoires, qui ne permettent pas d’engager le pays dans une politique structurelle cohérente et stable dans la durée.

3. Les vulnérabilités externes des économies émergentes

18Ainsi qu’on l’a vu plus haut, le mode d’insertion des économies émergentes dans l’économie mondiale participe de leur définition. Dans ce domaine aussi, de nombreuses questions sont posées aux émergents à mesure que l’incertitude s’accroît sur la capacité des institutions multilatérales (FMI, OMC) à offrir un cadre de régulation adapté aux processus en jeu.

3. 1. Les flux de capitaux

19La question du rôle des flux internationaux de capitaux dans les processus d’émergence est posée par les auteurs. Xavier Richet remarque la modestie des flux d’investissements directs étrangers sortants (IDES) de Chine, en comparaison des réserves disponibles (7 %). A contrario, le poids des flux d’IDE circulaires en provenance et à destination de Hong Kong, des Îles Vierges et des Îles Caïman suggère que les logiques à l’œuvre derrière de nombreux IDE sortants sont financières et non pas industrielles (Richet, 2014, p. 67-68). Un bref coup d’œil sur les principaux pays de destination et de provenance des IDE d’Ukraine et de Russie nous convaincra que la situation n’est pas très différente dans ces pays. L’émergence est fille de la mondialisation et les logiques d’optimisation fiscale et sociale des investisseurs des pays émergents s’alignent sur celles des grandes entreprises occidentales. Dans le cas de l’Afrique du Sud, Nicolas Pons-Vignon montre le rôle dominant des groupes anglo-saxons dans le secteur financier très internationalisé du pays.

20Ces observations valent pour la majorité des économies émergentes. Il n’est d’ailleurs pas indifférent que le point de départ de la notion d’« émergence » ait été précisément les marchés financiers : ouverts aux capitaux étrangers, peu profonds, ils sont fortement spéculatifs et offrent des rendements financiers supérieurs en moyenne à ceux des pays avancés. En contrepartie, ils sont plus volatiles, car vulnérables aux arbitrages des opérateurs qui ont toujours le choix entre un titre coté sur un marché émergent et des placements moins rémunérateurs, mais réputés plus sûrs, sur les marchés financiers des pays avancés. La Russie offre peut-être le plus bel exemple des contraintes impliquées par cette ouverture débridée aux flux de capitaux. Après avoir libéralisé son compte de capital en 2006, l’économie russe a subi de plein fouet les conséquences de la crise des subprimes alors que son système financier n’était pas directement impliqué dans les produits financiers en cause. Les soubresauts du rouble en 2013, puis tout au long de l’année 2014 doivent être interprétés à la lumière de cette ouverture du compte de capital, souhaitée par les puissants milieux d’affaires russes du complexe énergétique et financier, y compris alors que l’économie russe est sous le coup de sanctions occidentales qui la fragilisent.

3. 2. Le bouclage macroéconomique et le compte courant

21La structure industrielle d’un nombre important d’économies émergentes (Brésil, Inde, Afrique du Sud, Russie par exemple) est telle que la dynamique des importations présente un caractère pro-cyclique. Ceci est en partie lié à la structure partiellement rentière de ces économies, qui, pour nombre d’entre elles, s’est traduite par une re-primarisation de la structure des exportations avec pour conséquence une forte exposition du bouclage macroéconomique aux fluctuations des prix des matières premières. C’est aussi la raison de la sensibilité du taux de change des monnaies nationales aux anticipations sur la politique monétaire américaine (la question du tapering), à l’évolution des prix du pétrole, ou à l’incertitude sur la politique d’ouverture du compte de capital – la crise du rouble russe en 2014 cumulant ces trois facteurs. Les fragilités structurelles du compte courant de plusieurs économies émergentes font prédire un retour du « stop and go » à Pierre Salama (Salama, 2014b, p. 17), ce qui remettrait en cause la dynamique même de l’émergence.

Conclusion : comment sortir des pièges de l’émergence ? Retour sur les institutions

22Les économies émergentes n’abordent pas les pièges que l’on vient d’évoquer avec les mêmes atouts. La Chine bénéficie d’une solidité de son excédent courant que peu d’émergents partagent avec elle. Sa problématique, consistant à réduire l’intensité en investissement de sa croissance pour l’orienter davantage vers la consommation, programme en quelque sorte le ralentissement que l’on observe, mais suppose aussi, pour être soutenable financièrement, que le renchérissement du coût du travail qui sera la mesure même de ce virage soit compensé par une montée en gamme décisive de sa production. Pour la majorité des autres émergents, un défi majeur sera d’éviter la poursuite de la re-primarisation de leur économie, ce qui suppose des transformations structurelles profondes, à même, tout comme en Chine, de soutenir dans la durée l’amélioration du contenu en valeur ajoutée de la production nationale.

23On en revient aux institutions : construire ses avantages comparatifs sur les productions à haute valeur ajoutée n’est pas qu’affaire de volonté politique. Cela suppose un processus d’amélioration continue de la qualité du système de formation, de l’encadrement juridique des affaires, de la performance des infrastructures et des services publics, de la coordination des politiques macroéconomiques avec les politiques structurelles, des modes de gestion des grandes entreprises, de la réduction du degré de corruption entourant les affaires publiques et privées, du degré de responsabilité des élites politiques locales et nationales devant la population. Autant de pièces du puzzle institutionnel qui caractérise la forme de capitalisme émergent à laquelle on a affaire. La trajectoire de plusieurs grands émergents nous amène, à la suite de Guilhem Fabre pour la Chine (Fabre, 2014, p. 56-57), à nous poser la question de la légitimité de l’État développementiste en tant qu’institution. Que devient un État aux visées développementistes lorsqu’il est gangréné par la corruption ? Ne devient-il pas un État à la fois prédateur et victime de prédation, lui-même absorbé par les individus qui en détiennent les leviers de contrôle, un État ayant perdu toute légitimité autre que celle des personnalités éventuellement charismatiques qui en occupent temporairement – mais parfois le temporaire dure – les plus hautes fonctions ? Il semble que dans bon nombre d’économies émergentes, on ait placé la charrue des politiques avant les bœufs des institutions. L’attelage risque de s’embourber, en cet automne des émergents.

Haut de page

Bibliographie

Corden M., Neary J. P. (1982), “Booming sector and de-industrialization in small open economy”, The Economic Journal, n° 92, p. 825-848.

Costa Pinto E., Gonçalves R. (2014), « Les transformations mondiales et le nouveau rôle de la Chine », Revue Tiers Monde, n° 219, p. 19-37.

Fabre G. (2014), « La part du lion : les dessous du ralentissement économique chinois », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre, p. 39-58.

Gaulard M. (2014), « Les dangers de la bulle immobilière chinoise », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre, p. 77-96.

IMF (2014), International Monetary Fund World Economic Outlook, October 2014. Legacies, clouds, uncertainties, Washington, D.C.: International Monetary Fund, October.

Lafaye de Micheaux E. (2014), « Aux origines de l’émergence malaisienne : la nouvelle politique économique, 1971-1990 », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre, p. 97-117.

Montbrial T. de, Moreau Defarges P. (dir.) (2014), « RAMSES 2015. Le défi des émergents », Paris, Dunod, septembre.

Moreau Defarges P. (2014), « Les émergences dans l’histoire. Une compétition sans fin », in RAMSES 2015. Le défi des émergents, Dunod, p. 30-35.

Pons-Vignon N. (2014), « Quand l’arc-en-ciel s’estompe : l’Afrique du Sud est-elle un pays émergent ? », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre, p. 119-140.

Richet X. (2014), « L’internationalisation des firmes chinoises : croissance, moteurs, stratégies », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre, p. 59-76.

Salama P. (dir.) (2014), dossier « Émergents : le temps des désillusions », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre.

Salama P. (2014a), « Des pays toujours émergents ? », Paris, La Documentation française, coll. Doc’ en poche.

Salama P. (2014b), « Introduction », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre, p. 7-17.

Salama P. (2014c), « Les classes moyennes peuvent-elles dynamiser la croissance du PIB dans les économies émergentes latino-américaines et asiatiques ? », Revue Tiers Monde, n° 219, juillet-septembre, p. 141-157.

Vercueil J. (2012), Les pays émergents. Brésil – Russie – Inde – Chine… Mutations économiques et nouveaux défis, Paris, Bréal.

Haut de page

Notes

1 Outre les quatre articles principalement discutés ici, le dossier comporte des contributions d’Eduardo Costa Pinto et Reinaldo Gonçalves (2014), Elsa Lafaye de Micheaux (2014) et Mylène Gaulard (2014).

2 Pour une discussion plus complète de la méthode et une liste des économies concernées, voir https://www.academia.edu/6672052/Emergences_g%C3%A9n%C3%A9alogie_et_d%C3%A9finition

3 « Original Equipment Manufacturer », fabricant d’équipements d’origine qui fournit des sous-ensembles de base aux intégrateurs et assembleurs industriels qui sont ses donneurs d’ordre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « L’automne des émergents », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/10847

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page