Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro de la Revue de la régulation poursuit l’important travail mené à propos des capitalismes asiatiques. Après une première partie (n° 13, printemps 2013) plutôt centrée sur l’Asie du Sud-Est, la seconde partie de ce dossier thématique est dominée par l’analyse de l’Asie orientale et accorde une attention particulière à la Chine. Sur ce pays, sont abordées en particulier les questions relatives au travail et au rapport salarial (Muriel Périsse sur le rapport salarial et Clément Séhier sur la capacité de la responsabilité sociale de l’entreprise a recomposer la relation salariale), mais aussi à propos de l’innovation (approche comparée de quatre grands systèmes d’innovation par Christian Le Bas, William Latham, Dmitry Volodin), et enfin des relations avec un pays voisin dominé (la « précieuse relation » Chine-Malaisie analysée par Elsa Lafaye de Micheaux). Il ressort de ces contributions que le développement du salariat joue un rôle clé dans les dynamiques en cours. Pierre Alary, dans l’introduction au dossier propose dans ce sens une mise en perspective des lectures institutionnalistes et régulationnistes qui y sont développées pour ausculter la variété des capitalismes à l’œuvre, en insistant sur les formes de la mise au travail. La variété des modèles nationaux est au final conjointement illustrée par la situation du Japon confronté à la désindustrialisation (Hiroyasu Uemura et Shinji Tahara). L’ouvrage de Nathalie Fau, Sirivanh Khonthapane et Christian Taillard propose de distinguer deux phénomènes, regionalism et regionalization, et François Bafoil montre bien que c’est tout leur mérite de traiter de cela en géographes (et en cela d’éclairer aussi les économistes ou des politistes). On le voit à nouveau, la domination chinoise est d’un coût très élevé pour les populations locales, et c’est dans ce sens qu’il est difficile de considérer que la croissance est synonyme de développement.

2La variété des trajectoires nationales et régionales se trouve également illustrée par un « tir groupé » d’articles sur l’industrie automobile qui ont été discutés au GERPISA (Groupe d’Étude et de Recherche permanent sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile) à propos du vent d’Est qui souffle sur la production européenne. Partant d’une comparaison France-Allemagne, Vincent Frigant se penche sur l’extension des chaînes de valeur à l’Est et au centre de l’Europe et interroge son caractère déstructurant. Nathalie Rodet-Kroichvili, Stéphane Heim et Raymond Woessner interrogent la dimension territoriale des recompositions en cours en prenant appui sur un travail cartographique et une étude de la diversité des stratégies, notamment en matière de R&D. Prenant appui sur plusieurs études de cas d’extension des chaînes de valeur à l’Est, Martin Krzywdzinski étudie les effets de ces transformations sur le compromis social allemand et montre qu’ils ne sont pas radicalement déstabilisants. Partant d’un secteur canonique en crise à l’Ouest, les thèmes de discussion qu’abordent ces trois contributions sont nombreux et nourrissent des approches territorialisées des modèles productifs.

3La dimension territoriale de l’activité se retrouve aussi, à une échelle infranationale, dans le texte de Catherine de Géry sur les pôles de compétitivité en France, qui analyse une nouvelle échelle de régulation en se penchant sur la relation formation/emploi. Revenant sur l’hyperinflation argentine, Jonathan Marie propose une interprétation post-keynésienne du phénomène qui permet de caractériser l’émergence d’arrangements institutionnels spécifiques. Son travail s’articule ainsi avec une thématique régionale et un corps conceptuel largement discutés dans la Revue.

4Après cette discussion post-keynésienne, la section varia en revient à Marx à propos de quelques questions fondamentales sur la monnaie et la théorie de la valeur (Nicolas Piluso).

5Les notes de lecture nous emmènent, comme souvent, dans des terrains très variés. Bernard Guerrien et Ozgur Gun avec l’acuité qu’on leur connait ont débusqué un ouvrage de Felipe et McCombie qui s’avère puissant pour l’hétérodoxie, en révélant la vacuité de la fonction de production agrégée (utilisée en macroéconomie bien au-delà des seuls néoclassiques) et en se concentrant sur la question de sa (soi-disant) validation empirique. En écho à l’entretien que János Kornai nous a accordé dans le précédent numéro, Julien Vercueil revient sur son autobiographie introduite par Bernard Chavance. Cette Autobiographie irrégulière est un récit qui s’ancre dans les grands enjeux de la pensée du xxe siècle, et qui retrace le cheminement de l’intellectuel hongrois, fasciné tour à tour par différents paradigmes. Gilles Rasselet propose une mise en perspective de l’ouvrage de Paul Boccara dont la problématique est de penser les crises, définies en termes de surproduction, comme le produit d’une suraccumulation du capital (qui conduit à la crise) et une dévalorisation du capital (qui permet d’en sortir). La résonnance de l’ouvrage avec l’actualité est manifeste et bien utile.

6À propos de l’ouvrage coordonné par Bernard Hours et Pepita Ould Ahmed sur la dette, Tristan Dissaux souligne la fertilité de ce thème pour le travail interdisciplinaire, notamment entre économie et anthropologie et montre la puissance sociale de la dette. La lecture de Services sans frontières de Jean-Christophe Graz et Nafi Niang par Coline Ruwet montre la nécessité de recourir à différentes approches hétérodoxes afin de comprendre un paradoxe : alors que tertiarisation et mondialisation sont deux traits saillants de notre temps, la part des services ne s’accroît pas dans les échanges commerciaux. L’ouvrage montre que la mondialisation des services procède par les institutions – et notamment les normes. En lisant la revue Documentaires n° 25 qui s’intéresse à comment Filmer l’économie, Thomas Lamarche voit là aussi l’enjeu de la pluralité des représentations de l’économie, et notamment le rôle de celles qui touchent les affects.

7Pour finir signalons que dans une logique d’internationalisation de la Revue de la régulation et face au « phénomène Piketty », notamment aux États-Unis, nous avons traduit en anglais la note critique que Robert Boyer a publiée en décembre dans la revue (n° 14), note qui a été beaucoup lue et citée par les auteurs francophones et qui semble d’ores et déjà susciter un intérêt marqué de la part de notre lectorat anglophone, si l’on en croît les 3000 consultations de cet article en 30 jours seulement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 26 juin 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/10809

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page