Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Une histoire de la pensée économique pour comprendre les crises

Paul Boccara, Théories sur les crises, la suraccumulation et la dévalorisation du capital, Premier volume, Analyses fondamentales et des bases des crises cycliques de moyenne période
Gilles Rasselet
Référence(s) :

Paul Boccara, Théories sur les crises, la suraccumulation et la dévalorisation du capital, Premier volume, Analyses fondamentales et des bases des crises cycliques de moyenne période, Paris, éditions Delga, 2013.

Texte intégral

1Alors que la nouvelle crise ouverte en 2007 a relancé le débat théorique sur les crises avec la vigueur que l’on sait, l’ouvrage de P. Boccara arrive à point nommé pour apporter aux débats en cours l’éclairage bienvenu d’un retour sur l’histoire de la pensée économique des crises.

  • 1 Bilan et tentative de synthèse qui « peuvent contribuer à élucider les fondements des différentes f (...)
  • 2 Il ne s’agit cependant là que du premier tome d’un ouvrage de plus grande ampleur qui devrait compr (...)

2L’objectif poursuivi dans cet ouvrage est ambitieux : dresser « un bilan des diverses théories avancées [...] dans l’histoire de la pensée économique sur les fondements des crises et de leurs issues » (p. 8) et « effectuer une tentative de synthèse des apports des différentes théories » (p. 11) qui se rapportent « à une régulation par crises nécessaires et plus ou moins catastrophiques dans le système capitaliste » (p. 24)1. Et le résultat est à la hauteur de l’ambition affichée. On a à disposition un ouvrage érudit qui donne une vue d’ensemble, structurée et éclairante des analyses qui ont été consacrées en plus de deux siècles (des classiques aux théoriciens du « cycle réel ») à la question des crises périodiques de surproduction par des auteurs appartenant à différents courants de la pensée économique2.

1. Histoire de la pensée et théorie économique

  • 3 On sait que la dénomination de « cycle Juglar » pour désigner ce cycle économique d’une durée moyen (...)

3Le livre passe en revue, de manière quasi exhaustive, les analyses de tous les auteurs importants des différentes écoles de pensée qui se sont intéressés à la question du cycle économique Juglar (encore dénommé cycle des affaires ou cycle quasi-décennal) et aux crises de surproduction qui lui sont associées3. Avec le parti pris de faire parler directement les auteurs étudiés à travers de nombreuses citations très explicites, ce qui permet au lecteur d’accéder directement aux analyses de ces auteurs et, partant, de mieux saisir la portée des commentaires qu’en fait P. Boccara et des critiques qu’il leur adresse éventuellement.

4Ce livre se présente ainsi globalement comme un ouvrage d’histoire de la pensée économique. Avec cependant une double originalité qui en fait également en même temps un véritable ouvrage de théorie économique. D’une part, cette histoire de la pensée économique est un moment essentiel d’une réflexion théorique d’ensemble sur les crises. Elle s’inscrit de manière explicite dans un projet d’actualisation et de développement de la théorie économique des crises, avec en particulier la perspective de parvenir à élaborer un théorie « néo-marxiste » des crises prenant appui sur les analyses de Marx tout en les prolongeant et en les enrichissant. D’autre part, les auteurs dont les analyses respectives sont restituées avec une très grande rigueur sont étudiés en référence à une grille de lecture théorique explicite et originale. Le résultat est un ouvrage volumineux et d’une lecture exigeante qui apporte beaucoup à la compréhension des débats théoriques passés et actuels sur la question des crises et qui invite par lui-même au débat théorique.

5Dans cet ouvrage, P. Boccara présente et discute successivement, d’une part, les théories consacrées à la question du fondement des crises de surproduction, ou théories dites de la « suraccumulation du capital », et, d’autre part, les théories consacrées à la question du rôle des crises dans le fonctionnement d’ensemble de l’économie capitaliste et à celle de leur issue, ou théories dites de la « dévalorisation du capital ». La qualification des théories étudiées dans l’ouvrage comme théories de la suraccumulation du capital ou comme théories de la dévalorisation du capital se comprend par référence aux éléments d’interprétation théorique du cycle des affaires rappelés en introduction du livre. Une thèse centrale que P. Boccara a déjà eu l’occasion d’exposer dans des publications antérieures et qui lui sert pour présenter et discuter les différentes théories étudiées dans cet ouvrage, est en effet que « les fondements » des crises de surproduction associées au cycle Juglar ou « crises de moyenne période », « renvoient à l’excès d’accumulation ou suraccumulation » (p. 19-20) et que ces crises représentent le moment du cycle au cours duquel une solution à la suraccumulation est trouvée sous la forme de « la dévalorisation du capital ».

  • 4 « Par hypothèse, au bout d’une certaine durée de croissance du capital global et de la production c (...)
  • 5 Concrètement, il y a suraccumulation du capital si l’accumulation d’un nouveau capital (transformat (...)
  • 6 « La solution nécessaire de la suraccumulation est la dévalorisation du capital » (p. 430). Selon P (...)
  • 7 « Et, dans ces conditions, les solutions de la suraccumulation [...] passeraient nécessairement par (...)
  • 8 Selon le cas, et de manière plus précise :
    - une partie du capital global existant « n’arrive pas d (...)
  • 9 « On peut supposer que cela (la dévalorisation de capital) entraîne des transformations des conditi (...)
  • 10 La thèse qui fait des crises de surproduction la conséquence d’une suraccumulation de capital et le (...)

6En substance, l’essor de l’accumulation du capital et de la production pendant la phase d’expansion du cycle conduit à la surproduction des marchandises et à la suraccumulation du capital4. Suraccumulation du capital qui correspond au fait que « l’augmentation de la masse du profit, loin d’aller toujours de pair avec l’accumulation du capital, vient à être fortement freinée sinon même à s’arrêter ou encore à chuter, à un moment donné, en face d’une accumulation qui tend à se poursuivre » (p. 21)5. Ce qui signifie qu’il existe désormais « un excédent de capital par rapport au profit » effectivement dégagé (p. 430). Cette suraccumulation du capital appelle comme « solution » ou « issue » une dévalorisation de capital6. Celle-ci correspond dans son principe à la « décharge » de l’excédent de capital accumulé7. Cela signifie que du capital est désormais réduit à une valorisation plus faible que celle à laquelle il pouvait prétendre antérieurement ; ce qui peut correspondre concrètement à l’une ou l’autre (ou à une combinaison) des trois « modalités de principe » de la dévalorisation du capital distinguées par P. Boccara que sont la valorisation de capital à un taux de profit nul, à un taux de profit réduit ou à un taux de profit négatif8. Cette dévalorisation du capital ou « décharge » de l’excédent de capital accumulé se produit précisément à l’occasion « de crises plus ou moins graves et catastrophiques » (p. 20) et « entraîne des transformations des conditions de valorisation ou de profitabilité des capitaux pouvant entraîner la reprise de l’accumulation globale » (p. 23)9. Reprise de l’accumulation du capital qui « correspond aussi en principe à l’issue de la surproduction de marchandises et à la reprise cyclique de la production » (p. 23)10.

  • 11 Intitulées respectivement : « Théories unilatérales de la suraccumulation du capital et crises péri (...)
  • 12 « La dévalorisation du capital. Des crises de moyenne période à leurs issues ».
  • 13 Selon P. Boccara, c’est d’ailleurs à ce deuxième type de théorie que devrait correspondre ce qui po (...)
  • 14 « Du rejet de la nécessité dans le capitalisme des crises de suraccumulation et dévalorisation du c (...)

7C’est avec ce corpus théorique en filigrane que sont présentées et discutées les nombreuses théories étudiées dans l’ouvrage. Sont ainsi examinées successivement, d’une part, dans une première puis une seconde partie, les théories concernant les limites de l’accumulation et la suraccumulation du capital à la base des crises (p. 25 à 426)11, et, d’autre part, dans une troisième partie, les théories de la dévalorisation du capital (p. 427 à 506)12. Ces théories, celles qui traitent de la suraccumulation comme celles qui traitent de la dévalorisation du capital, sont réparties à chaque fois en deux grandes catégories : celles, les plus nombreuses, qui correspondent à « des théories unilatérales opposées » et celles qui correspondent à « des tentatives de dépassement des analyses unilatérales » (p. 23), ces dernières, auxquelles P. Boccara reconnaît le plus grand intérêt scientifique13, « comprenant des dimensions complémentaires des processus réels » (p. 23). Une très brève quatrième partie (p. 509-530)14 donne ensuite un aperçu des thèses de l’école du cycle réel ainsi que des critiques qui lui ont été adressées par divers économistes contemporains. L’ouvrage se conclut sur le « bilan », les « enseignements des théories » et « leurs apports possibles pour une autre régulation systémique ».

8La présentation critique des théories étudiées couvre un grand nombre d’auteurs. Elle met à juste titre l’accent sur ceux dont l’ensemble de l’œuvre théorique occupe une place marquante dans l’histoire de la pensée économique, mais jette en même temps un éclairage bienvenu sur certains auteurs de moindre notoriété dont la contribution spécifique à la théorie des crises mérite cependant de retenir l’attention.

9Au total, la démarche suivie par P. Boccara dans cet ouvrage n’est pas sans évoquer celle de Marx en son temps lorsqu’il rédige ses Théories sur la plus-value. L’étude critique exhaustive et approfondie de la pensée économique des origines au milieu du xixe siècle à laquelle Marx procède alors a constitué un moment spécifique essentiel dans l’élaboration de son économie politique et en particulier de sa théorie de la plus-value dont on sait le rôle central qu’elle occupe dans l’ensemble de sa construction théorique. Dans le même esprit, P. Boccara dresse un tableau d’ensemble des apports d’une pensée économique pluriséculaire à la réflexion sur les crises et à l’analyse de la suraccumulation et de la dévalorisation du capital. Ce faisant, il s’agit pour lui non seulement « de remettre en lumière les multiples recherches et théories fondamentales, qui se sont succédé pendant des siècles, apparemment opposées mais pouvant contribuer à des convergences entre elles » (p. 8), mais aussi de prendre appui sur ces recherches et théories pour aboutir à une construction théorique originale ; le passage par l’histoire de la pensée économique des crises devant permettre de « reconstituer en quelque sorte tout le puzzle des apports partiels des diverses théories existantes, en considérant comment elles peuvent exprimer des parties de la réalité complexe » (p. 12).

2. Les théories de la suraccumulation du capital et des crises

10La première partie de l’ouvrage est consacrée à la présentation critique des théories « unilatérales » de la suraccumulation du capital que P. Boccara répartit en deux grandes catégories : les théories « de type surconsommationniste » et les théories « de type sous-consommationniste ». Les premières ont en commun l’idée selon laquelle les crises de surproduction résulteraient « d’un excès de consommation » relié à un excès des revenus salariaux par rapport au profit ou encore à un excès de consommation « tous revenus confondus » par rapport à l’investissement. Elles ont également « leur correspondance dans les théories de la sous épargne ou d’insuffisance de l’épargne, contre l’investissement, insistant sur les dimensions monétaires du processus, comme notamment le rôle du crédit » (p. 24). À l’opposé, les théories de type sous-consommationniste « se réfèrent à l’insuffisance des consommations [...], qu’il s’agisse des consommations salariales ou de l’ensemble des consommations » (p. 24), ces théories ayant également « leur correspondantes dans les théories de la surépargne ou de l’excès de l’épargne contre la consommation et la demande, renvoyant également aux dimensions monétaires de l’analyse de la suraccumulation » (p. 24).

  • 15 « À travers les siècles, malgré les bouleversements des concepts fondamentaux des diverses écoles d (...)
  • 16 La récurrence de cette opposition entre théories de type surconsommationniste et de type sous-conso (...)

11L’opposition entre ces deux types de théories transcende le clivage entre grandes écoles théoriques, comme cela ressort de la présentation critique des théories développées successivement depuis le milieu du xviiie siècle par les trois grands groupes d’auteurs que P. Boccara distingue dans cette première partie : les « classiques », ce qui correspond en fait dans son acception aux auteurs les plus importants de la période allant du milieu du xviiie siècle au milieu du xixe siècle, soit les physiocrates et l’école classique proprement dite (titre 1) ; les économistes « académiques », ce qui regroupe, pour la période allant de la fin du xixe siècle à la fin des années 1950, principalement, certains auteurs d’inspiration néo-classique et des néo-keynésiens (titre 2), et, enfin, pour approximativement la même période, les auteurs se réclamant du marxisme (titre 3). L’examen critique minutieux des théories développées respectivement au sein de ces trois grands groupes d’auteurs montre en effet que l’on y retrouve bien, au-delà de la diversité des analyses, une même opposition sous-jacente concernant l’explication du fondement des crises entre théories de type surconsommationniste et théories de type sous-consommationniste15. Au sein des « classiques » P. Boccara peut ainsi distinguer les théories de type surconsommationniste respectivement d’Adam Smith, David Ricardo, Anne-Robert Turgot et Thomas Hodgskin, et les théories de type sous-consommationniste de Simonde de Sismondi, Thomas Malthus, Pierre-Samuel Dupont de Nemours et Thomas Tooke. La même opposition se retrouve parmi les auteurs « académiques » entre les théories de type surconsommationniste ou de la sous-épargne respectivement d’Arthur Cecil Pigou, Friedrich von Hayek et John Hicks et, à l’opposé, les théories de type sous-consommationniste ou de la surépargne de Mentor Bouniatian, Gunnar Myrdal et Arthur Smithies. C’est encore cette opposition qui est à la base des débats qui se sont développés au sein du courant marxiste à partir de la fin du xixe siècle avec la controverse entre Michel Tougan-Baranowsky et Rosa Luxemburg puis la poursuite de ce débat avec les contributions respectives d’Otto Bauer et Anton Pannekoek (analyses de type surconsommationniste) et de Nicolas Boukharine, Eugène Varga et Fritz Sternberg (analyses de type sous-consommationniste)16.

12On retiendra en particulier de cette première partie l’ampleur et la richesse de la présentation des « classiques » qui vise et parvient à restituer le plus fidèlement possible la réelle complexité de leurs analyses respectives. Mais aussi l’attention toute particulière et justifiée portée, pour les économistes « académiques », aux analyses respectivement de F. Hayek et de G. Myrdal. Et aussi l’intérêt exceptionnel de l’ensemble du titre 3 consacré aux auteurs du courant marxiste dans lequel on trouve une reconstitution, à notre connaissance sans équivalent, des débats extrêmement vifs et nourris qu’a suscité la question des crises au sein du courant marxiste de la fin du xixe siècle à la seconde guerre mondiale.

13Après cet examen des théories unilatérales de la suraccumulation, la seconde partie de l’ouvrage est consacrée aux analyses « plus ou moins dualistes », recherchant « les voies du dépassement » (p. 317) des théories unilatérales de la suraccumulation mais en demeurant cependant le plus souvent prisonnières d’un certain éclectisme, qui ont été développées successivement par des auteurs « classiques », « académiques » et « marxistes ». Il s’agit, pour certains d’entre eux, d’auteurs dont il a pu être montré en première partie qu’ils développent de manière prépondérante une analyse unilatérale de la suraccumulation, mais pour lesquels la présentation critique complémentaire qui en est faite dans cette seconde partie permet cependant de souligner que leurs analyses respectives sont en réalité plus complexes.

14Pour les « classiques », cela concerne spécifiquement A. Smith et de T. R. Malthus, dont les théories étaient présentées en première partie respectivement comme étant de type surconsommatonniste et de type sous-consommationniste, et sur lesquelles P. Boccara revient pour compléter la présentation qui en avait été faite alors dans un chapitre unique de quelques pages. Une place importante est consacrée à trois grands économistes « académiques », John Meynard Keynes, Gunnar Myrdal (déjà abordé en première partie au titre de son approche de base de type sous-consommationniste) et Joseph Schumpeter, qui font chacun l’objet d’un long chapitre très documenté dans lequel leurs analyses respectives sont présentées et discutées de manière très éclairante. Il en va de même, concernant les auteurs du courant marxiste, pour Lénine et Rudolph Hilferding qui font également l’un et l’autre l’objet d’un chapitre complet très argumenté.

3. Les théories de la dévalorisation du capital

  • 17 Sous sa forme de capital productif avec, par exemple la mise au rebut prématurée de moyens de produ (...)
  • 18 Sous la forme, par exemple, de la baisse des prix de marchandises nouvellement produites ou de moye (...)
  • 19 Comme l’explique P. Boccara en précisant que « La conception de la destruction de capital renvoie é (...)

15Dans la troisième partie de l’ouvrage, P. Boccara distingue des « modalités de principe » de la dévalorisation du capital déjà évoquées (valorisation de capital nulle, réduite, ou négative), ses « modalités phénoménales ». Celles-ci correspondent aux différents processus concrets qui se déroulent pendant les crises et qui aboutissent en fait à ce que, selon le cas, du capital soit valorisé à un taux de profit réduit, nul ou négatif. Soit, plus précisément : la destruction physique de capital productif17 ou de capital marchandise ; la perte de valeur du capital18 ; l’utilisation réduite ou l’arrêt pur et simple (au moins momentanément) d’un capital productif ou marchand ; la thésaurisation d’un capital argent ou de profits normalement destinés à être accumulés ; différentes formes de « consommation improductive » ; ou encore, « (l)’ accroissement de la productivité et (la) réduction du salaire » (p. 445). Une correspondance pouvant cependant être établie entre ces modalités phénoménales de la dévalorisation du capital et les trois modalités de principe de valorisation de capital à un taux de profit nul, réduit ou négatif19.

16C’est la manière dont elles prennent respectivement en compte ces diverses modalités phénoménales de la dévalorisation du capital qui commande la présentation que fait P. Boccara des théories qu’il étudie dans cette troisième partie. Comme précédemment pour les théories de la suraccumulation, il distingue à propos des théories de la dévalorisation du capital entre les « théories unilatérales » et les « tentatives de dépassement », « plus ou moins éclectiques » de ces théories unilatérales. Les théories « unilatérales » se distinguent par les modalités phénoménales de la dévalorisation de capital que privilégient les auteurs dans leurs analyses respectives. Il y a les théories qui « insistent sur la destruction des marchandises » constituant le capital, « destruction qui prend éventuellement la forme de consommation improductive » (p. 431). Ce sont les théories respectivement de T. R. Malthus, S. de Sismondi, M. Bouniatian et G. Myrdal. Il y a ensuite les théories qui « insistent de façon plus ou moins exclusive » sur la « dépréciation ou diminution de l’utilisation des capitaux, (l)’ accroissement de la productivité et (la) réduction du salaire » (p. 445), soit plus précisément les théories de D. Ricardo, F. von Hayek et A. C. Pigou. Les diverses modalités phénoménales de la dévalorisation du capital, ainsi dissociées dans les théories unilatérales, sont au contraire regroupées et associées en tout ou partie dans les théories qui s’analysent comme des « tentatives de dépassement » plus ou moins dualistes et éclectiques des théories unilatérales que développent respectivement J. S. Mill, J. Schumpeter, G. Myrdal, J. M. Keynes et R. Hilferding, et dont on trouvera dans cette troisième partie une présentation et une discussion critique particulièrement éclairantes.

17Cette classification des théories de la dévalorisation du capital prolonge et s’articule à celle des théories de la suraccumulation présentées antérieurement. Outre son intérêt intrinsèque pour positionner les unes par rapport aux autres ces différentes théories, elle rend explicite, pour les auteurs étudiés, la cohérence interne de leur analyse d’ensemble des crises (avec la double dimension de théorie de la suraccumulation et de théorie de la dévalorisation) en faisant clairement apparaître la complémentarité qui existe le plus souvent entre leurs analyses respectives de la suraccumulation et de la dévalorisation du capital. Il apparaît en effet, comme le souligne P. Boccara, que les analyses de la dévalorisation privilégiant la destruction du capital et les consommations improductives, « se rencontrent le plus souvent dans des théories fondées sur une analyse sous-consommationniste de la suraccumulation » (p. 433), tandis que les analyses qui privilégient la « dépréciation du capital », la « diminution de son utilisation », ou l’« élévation de la productivité » et la « réduction des salaires » « se relient souvent mais non exclusivement, à une conception surconsommationniste de la suraccumulation » (p. 446). C’est de même, à l’exception de John Stuart Mill, à des auteurs (J. Schumpeter, G. Myrdal, J. M. Keynes et R. Hilferding) dont il a été montré en seconde partie que leurs analyses respectives de la suraccumulation du capital correspondent à des tentatives de dépassement des théories unilatérales de la suraccumulation que l’on doit les théories de la dévalorisation participant elles aussi de « tentatives de dépassement » des théories unilatérales.

  • 20 Soit le dernier chapitre de la seconde partie où sont présentés « Les linéaments du schéma dialecti (...)

18Comme déjà souligné, l’histoire de la pensée économique des crises qui forme la matière essentielle de cet ouvrage s’inscrit dans le projet théorique d’élaborer une théorie néo-marxiste du « cycle de moyenne période » (cycle Juglar) et des crises de surproduction qui lui sont associées. La présentation et la discussion successivement des théories de la suraccumulation puis de la dévalorisation du capital permettent d’identifier des éléments d’analyse avancés par certains auteurs susceptibles d’être intégrés dans cette théorie dont P. Boccara se propose de jeter les bases. Concrètement, l’étude des théories de la suraccumulation puis celle des théories de la dévalorisation du capital débouchent l’une et l’autre sur un chapitre spécifique20 dans lequel, en s’appuyant sur une étude serrée du texte de Marx et en mobilisant des éléments d’analyse puisés dans les auteurs étudiés tout au long de l’ouvrage, P. Boccara présente effectivement les éléments d’une telle théorie néo-marxiste que l’on peut appréhender comme un approfondissement du schéma d’interprétation du cycle et des crises présenté en introduction de l’ouvrage.

19Nul doute que les propositions théoriques avancées par P. Boccara dans l’un et l’autre de ces deux chapitres ne suscitent des interrogations et critiques et donnent lieu à débat. Mais c’est précisément l’un des atouts de cet ouvrage, s’inscrivant à la fois dans le champ de l’histoire de la pensée économique et dans celui de la théorie économique proprement dite, d’appeler à la discussion critique des thèses défendues explicitement par l’auteur lui-même, tout en apportant, par une remarquable rétrospective de l’histoire de la pensée économique des crises, une contribution majeure au débat contemporain renouvelé sur les crises. Débat dont l’auteur souligne qu’il devrait porter également sur les « conditions et suggestions pour une autre régulation systémique sans crises catastrophiques », devenue, selon lui, désormais possible « en raison de véritables révolutions des opérations systémiques de production, comme la révolution technologique informationnelle » (p. 535-536).

20Alors que l’histoire de la pensée économique voit malheureusement sa place dans la formation des étudiants en sciences économiques se réduire progressivement telle une peau de chagrin, cet ouvrage met clairement en évidence la très grande richesse des théories consacrées depuis plus de deux siècles à la question des crises. Il montre clairement qu’il y a dans ces théories matière à nourrir la réflexion de tous ceux, et en particulier les économistes hétérodoxes de diverses sensibilités, qui s’intéressent sérieusement à la question des crises. Partant, il invite à relire bien des auteurs qui, en dépit de leurs limites respectives, avancent des éléments d’analyse à prendre en compte dans la poursuite nécessaire de la réflexion à propos des crises et de leur possible dépassement.

Haut de page

Notes

1 Bilan et tentative de synthèse qui « peuvent contribuer à élucider les fondements des différentes fluctuations cycliques marquées par des crises qui affectent nécessairement le système capitaliste » (p. 11-12) et qui, partant, peuvent également permettre « de dégager des leçons pour construire une autre régulation sans crise catastrophique dans un autre système éventuel que le système capitaliste » (p. 12).

2 Il ne s’agit cependant là que du premier tome d’un ouvrage de plus grande ampleur qui devrait comprendre un second tome consacré principalement à l’histoire de la théorie des mouvements économiques de longue durée, dont les « cycles longs » Kondratieff et les « crises systémiques » qui leur sont associées.

3 On sait que la dénomination de « cycle Juglar » pour désigner ce cycle économique d’une durée moyenne de l’ordre de 8-9 ans a été proposée par Joseph Schumpeter. Dans cet ouvrage, P. Boccara le dénomme pour sa part « cycle de moyenne période » et les crises de surproduction qui lui sont associées « crises de moyenne période ». Il évoque ainsi « les crises de surproduction cycliques plus ou moins décennales, repérées tout particulièrement par Clément Juglar en 1860, dont on a observé depuis le début du xixe siècle qu’elles reviennent, en général, tous les sept à douze ans [...] crises qu’on peut dire de moyenne période », qui « concernent des fluctuations cycliques de la production capitaliste, avec crise, reprise, essor, boom final puis nouvelle crise » (p. 14).

4 « Par hypothèse, au bout d’une certaine durée de croissance du capital global et de la production capitaliste, on aboutit à une surproduction de marchandises, et donc à des limites d’obtention du profit, exprimant une surproduction ou plus précisément une suraccumulation qu’il s'agirait d’expliquer » (p. 21).

5 Concrètement, il y a suraccumulation du capital si l’accumulation d’un nouveau capital (transformation de profits antérieurement réalisés en un nouveau capital) qui accroît le stock de capital existant soit ne s’accompagne d’aucune augmentation des profits réalisés (suraccumulation absolue) soit se traduit par une hausse des profits proportionnellement plus faible que celle du stock de capital (suraccumulation relative).

6 « La solution nécessaire de la suraccumulation est la dévalorisation du capital » (p. 430). Selon P. Boccara, lorsqu’il y a suraccumulation de capital, l’issue d’une telle situation « n’est pas un simple arrêt de l’accumulation. La suraccumulation se manifeste par l’existence d’une certaine quantité de capital en excédent, qui n’arrive pas à se mettre en valeur ou à se valoriser » (p. 430). L’issue se trouve donc dans la dévalorisation du capital sous ses différentes formes (cf. infra).

7 « Et, dans ces conditions, les solutions de la suraccumulation [...] passeraient nécessairement par des réductions ou des mouvements contraires des mises en valeur ou de valorisation des capitaux, qu’on peut appeler des dévalorisations du capital. On passerait des excédents d’accumulation, elle-même ainsi interrompue, à la décharge des excédents et à de nouvelles conditions permettant la reprise de l’accumulation » (p. 20).

8 Selon le cas, et de manière plus précise :
- une partie du capital global existant « n’arrive pas du tout à se valoriser. Elle rapporte un profit nul. Elle ne peut plus fonctionner comme capital. Elle est en quelque sorte “mise en sommeil” comme capital » (p. 22) ;
- du capital est mis en valeur à un taux de profit réduit « plus ou moins inférieur à celui du reste du capital global » (p. 22) ;
- du capital est mis en valeur « de façon négative », c’est-à-dire qu’il est employé mais que « son emploi entraîne, au lieu de profits positifs, des pertes. Une partie de la valeur du capital global accumulé est détruite comme valeur de capital » (p. 22).

9 « On peut supposer que cela (la dévalorisation de capital) entraîne des transformations des conditions de valorisation ou de profitabilité des capitaux, pouvant entraîner la reprise de l’accumulation globale, en faisant, par exemple, pression sur la valeur des capitaux et des salaires, en entraînant des destructions de capital, en relevant la productivité du travail et l’efficacité des capitaux, etc. » (p. 23)

10 La thèse qui fait des crises de surproduction la conséquence d’une suraccumulation de capital et le moment du cycle économique au cours duquel se produisent les processus que P. Boccara regroupe sous le concept de dévalorisation du capital, est exposée par Marx dans ses grandes lignes dans la troisième section (« Loi de la baisse tendancielle du taux de profit ») du Livre III du Capital, au chapitre 15, « Développement des contradictions internes de la loi ». P. Boccara qui a depuis longtemps déjà souligné l’intérêt spécifique des concepts de suraccumulation et de dévalorisation du capital que Marx mobilise dans ce chapitre les a repris à son compte en les précisant et en en faisant les éléments essentiels d’une construction théorique originale qui vise à rendre compte de la marche cyclique de l’économie capitaliste non seulement en « moyenne période » avec le cycle Juglar mais également en longue période avec les « cycles longs » Kondratieff et les « crises systémiques » qui leur sont associées.

11 Intitulées respectivement : « Théories unilatérales de la suraccumulation du capital et crises périodiques de surproduction » pour la première partie et « Tentatives de dépassement des analyses unilatérales de la suraccumulation et des crises »  pour la seconde partie.

12 « La dévalorisation du capital. Des crises de moyenne période à leurs issues ».

13 Selon P. Boccara, c’est d’ailleurs à ce deuxième type de théorie que devrait correspondre ce qui pourrait être considéré comme une théorie satisfaisante des « crises de moyenne période ». Celle-ci suppose en effet d’être capable de dépasser de manière dialectique l’opposition entre des analyses unilatérales, qui n’appréhendent que quelques éléments seulement du processus d’ensemble, pour aller vers une « synthèse effective d’un processus d’ensemble, à la reconstitution comme un puzzle du processus total » (p. 23).

14 « Du rejet de la nécessité dans le capitalisme des crises de suraccumulation et dévalorisation du capital à sa critique ».

15 « À travers les siècles, malgré les bouleversements des concepts fondamentaux des diverses écoles de pensée économique, on retrouve le même type d’analyses explicatives unilatérales, des suraccumulations périodiques symétriquement opposées par l’excès de consommation ou au contraire l’insuffisance de consommation. Et secondairement, on retrouve des tentatives analogues de dépassement des analyses unilatérales » (p. 12).

16 La récurrence de cette opposition entre théories de type surconsommationniste et de type sous-consommationniste d’un groupe d’auteurs à l’autre s’accompagne cependant d’éléments de différenciation notables des uns et des autres. Il apparaît notamment que l’on a, avec les physiocrates et les classiques, des théories qui s’intéressent de manière prédominante à la question des limites de l’accumulation du capital, y compris en longue période, et, secondairement seulement, à celle du fondement des crises cycliques de surproduction proprement dites. Tandis que les théories « académiques », tout comme les théories d’inspiration marxiste, sont directement et expressément centrées sur la question du fondement des crises cycliques.

17 Sous sa forme de capital productif avec, par exemple la mise au rebut prématurée de moyens de production fixes.

18 Sous la forme, par exemple, de la baisse des prix de marchandises nouvellement produites ou de moyens de production préexistants.

19 Comme l’explique P. Boccara en précisant que « La conception de la destruction de capital renvoie évidemment à la valorisation négative, avec des pertes. Tandis que les conceptions de dépréciation des éléments de capital ou d’élévation de la productivité du travail peuvent renvoyer aux effets de la valorisation nulle ou de profit zéro, avec notamment le chômage, et de la valorisation réduite, avec un taux de profit réduit, poussant à son relèvement par la progression de la productivité » (p. 432).

20 Soit le dernier chapitre de la seconde partie où sont présentés « Les linéaments du schéma dialectique marxien et néomarxiste du processus de suraccumulation » et le dernier chapitre de la troisième partie de l’ouvrage intitulé « Vers un schéma marxien et néo-marxiste de la dévalorisation du capital ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Rasselet, « Une histoire de la pensée économique pour comprendre les crises », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/10806

Haut de page

Auteur

Gilles Rasselet

Professeur émérite de sciences économiques à l’université de Reims Champagne-Ardenne, laboratoire REGARDS, gilles.rasselet@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page