Navigation – Plan du site
Économie politique de l’Asie (2)
Opinions - débats

Chine-Malaisie (vue de Malaisie) : menace ou relation consensuelle inscrite dans la continuité ?

China-Malaysia Relations as Viewed by Malaysians: Looming Threat or Lasting Consensus?
China-Malasia (vista desde Malasia) : amenaza o relación consensuada inscripta en la continuidad ?
Elsa Lafaye de Micheaux

Résumés

Dans le contexte régional asiatique de montée en puissance chinoise, la Malaisie se rapproche de la Chine sur tous les plans : commerciaux, industriels, financiers, monétaires, éducatifs. Ce mouvement s’est traduit institutionnellement par un projet de partenariat stratégique global entre les deux pays en octobre 2013. Dans le cadre d’une asymétrie objective des rapports politiques, la Malaisie est consciente des risques de la plus grande proximité économique avec la Chine mais juge les avantages retirés plus importants que les éventuelles menaces. Le présent texte cherche à exposer méthodiquement les tenants et aboutissants de l’étroite relation entre la Malaisie et la Chine et à en analyser les effets politiques du point de vue malaisien. Vue de Kuala Lumpur, seule la question stratégique de la mer de Chine méridionale a un caractère sensible sans incidence néanmoins sur la haute valorisation politique de la relation Chine-Malaisie. Les rapports entre les deux pays prennent la forme d’une relation bilatérale d’État à État à tonalité positive inscrite dans la continuité depuis 1989. De son côté, la Chine n’occasionne pas d’interférences politiques dans la Malaisie pluriethnique à forte minorité chinoise : l’approfondissement des relations favorise moins l’ethnic business et la composante sino-malaisienne du pays, que les Malais et leur parti nationaliste conservateur, l’United Malays National Organization (UMNO), au pouvoir depuis l’Indépendance (1957). Malgré une opposition politique plus forte que jamais, on montre à partir d’entretiens qu’existe un consensus politique extrêmement large en Malaisie pour juger bénéfiques et stratégiques les rapports Malaisie-Chine. Quel que soit leur ancrage politique, il s’agit pour les Malaisiens d’une bien précieuse relation à entretenir comme telle sur la durée.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Ma plus grande gratitude va à David Delfolie (IDHES, Paris) et Nathalie Fau (Irasec, Kuala Lumpur) pour leur contribution scientifique à cette mission. Une publication commune plus approfondie sur ce sujet, croisant nos approches géographique, économique et sociologique, est en préparation : à paraître sous format Carnet (Discussion Paper) à l’Irasec en 2015. Je remercie également tous les interlocuteurs rencontrés en Malaisie qui ont accepté de m’accorder leur confiance et leur temps pour me permettre de mener à bien cette recherche. À leur demande, tous ne seront pas cités ici ; je dois à chacun un peu de la description d’ensemble de cette relation Malaisie-Chine. Je remercie enfin A. Labrousse et J. Vercueil pour leur relecture intelligente et attentive et T. Pairault pour ses précieuses informations touchant à l’économie chinoise.

« Nous avons été très bien traités par la Chine depuis 40 ans »
(M. Chow Kon Yeow, député Democratic Action Party, opposition, Penang, août 2013)

« Nous n’avons pas la même conception de la sécurité que vous »
(Norani Othman, Sisters in Islam, Petaling Jaya, septembre 2013)

Introduction : Chine-Malaisie en 2014, vers un partenariat stratégique global en toute confiance ?

1L’accident d’avion de la Malaysian Airlines en mars 2014 a récemment porté sur le devant de la scène l’existence de liens étroits entre les deux pays et a mis en lumière le souci permanent du gouvernement malaisien d’apparaître à la hauteur de l’événement aux yeux des Chinois. Sans préjuger des conséquences futures de cet événement dramatique sur la relation entre les autorités chinoises et malaisiennes, cette inquiétude du gouvernement de Najib Razak peut être lue dans une perspective beaucoup plus large, marquée par la montée en puissance économique et politique de l’empire du Milieu, parfois interprétée comme porteuse d’une menace pour l’Asie. Cette idée de menace grandissante d’un nouvel hégémon s’exprime en particulier du côté américain depuis une dizaine d’années.

2De fait, il ne fait plus aucun doute, au début de la décennie 2010, que toute l’Asie du Sud-Est se trouve en position de dépendance accrue à l’économie chinoise : on y observe l’interpénétration des intérêts commerciaux, financiers et monétaires nationaux avec les intérêts chinois. Réciproquement sur le plan diplomatique, l’Association of Southeast Asian Nations (ASEAN) est désormais un partenaire indispensable à la Chine, avec lequel elle adopte un ton clairement conciliant dans la négociation ce qui tranche avec le Nord de l’Asie orientale (Boisseau du Rocher, 2014, p. 6). Même si le Japon demeure un acteur de premier plan au sein de l’ASEAN (Chaponnière, 2014), l’accélération de la montée en puissance chinoise constitue sans aucun doute la nouvelle donne régionale des années 2000 (Boisseau du Rocher, 2006 ; Lemoine, 2007 ; Saw, 2007 ; Tréglodé, 2014). La tendance s’est fortement accélérée au cours de la décennie 2000, et a même été accentuée par la crise mondiale de 2008 qui, à la faveur de la récession des économies occidentales, s’est traduite par une plus grande polarisation sur l’Asie de l’économie chinoise.

  • 1 Les exportations malaisiennes s’élèvent à 226 milliards de US$ en 2012, dont 29 milliards US$ vers (...)

3La Malaisie, dont l’économie extravertie reste encore fortement liée aux États-Unis et à l’Europe (Lee J., 2014) est exemplaire de cette nouvelle donne structurelle : ses exportations à destination de la Chine sont passées au-dessus des exportations vers les partenaires traditionnels, et ce en 2008 précisément. Derrière les flux d’échange commerciaux1 se noue tout un faisceau de liens économiques et politiques qui s’affermissent au fil des mois. Rappelons ici que la Malaisie est un pays beaucoup plus développé que la Chine (avec un niveau de vie en $PPA deux fois supérieur en 2012), ayant résolu avec détermination la question de la pauvreté endémique qui frappait le pays en 1970 (Lafaye de Micheaux, 2012). Au sein des économies d’Asie du Sud-Est dominées par la puissance économique et financière de Singapour, elle tient le deuxième rang, apparaissant 1,7 fois plus riche que la Thaïlande voisine, troisième.

  • 2 Xi’s visit ushers in new era in China-Malaysia ties”, Global Times, Chine, October 5th 2013, http: (...)
  • 3 En septembre 2005, la Malaisie signait un Memorandum of Understanding (MoU) en matière de coopérati (...)
  • 4 China, Malaysia agree to lift ties to comprehensive strategic partnership”, Xinhua (Chine), Octobe (...)

4Le rapprochement Malaisie-Chine s’opère à très grande vitesse et à plusieurs niveaux : individuels – liens familiaux, étudiants, touristes – mais aussi entreprises, chambres de commerce, États fédérés malaisiens et régions chinoises, États centraux. Ainsi, lors de la visite présidentielle de Xi Jinping en Malaisie en octobre 2013, les deux pays ont convenu d’adopter un partenariat stratégique global pour renforcer leurs liens bilatéraux. Des liens dont le Président chinois a souligné publiquement l’importance pour la Chine tandis que, réciproquement, le Premier ministre malaisien qualifiait la Chine « d’ami de confiance »2. De ces discours officiels extrêmement convergents, on retiendra l’accent mis sur le rôle prééminent et privilégié de la Malaisie dans les relations chinoises avec l’ASEAN et sur le fait que la coopération y compris militaire entre les deux pays est appelée à s’intensifier fortement. Ce rapprochement devrait, toujours selon Xi, se manifester par une fréquence élevée des visites officielles, une communication commune sur les grands sujets et le renforcement des liens bilatéraux d’État à État, une coopération économique et commerciale accrue, des coopérations dans les télécommunications et les satellites de télédétection, les biotechnologies. De plus, leurs liens dans le domaine stratégique devraient aussi se renforcer3, la Chine demandant à ce que les deux pays utilisent davantage la consultation entre armées en matière de sécurité et de défense et qu’elles travaillent ensemble pour combattre le terrorisme et la criminalité transfrontalière. Il a été aussi proposé que la Chine et la Malaisie coopèrent davantage au niveau infra-national et sur le plan des échanges interpersonnels, le tout inséré dans le cadre d’une intégration économique régionale (ASEAN), elle-même porteuse des conditions favorables au développement.4

5Mais quelles sont, derrière ces discours conciliants, les bases réelles de ce rapprochement Malaisie-Chine ? Et dans quelle mesure cette relation, jugée très qualitative par la Malaisie, fait effectivement consensus dans le pays, y compris dans une période politiquement tendue au lendemain des élections générales disputées de mai 2013 (Fau, 2013) ?

6Pour éclairer et contextualiser la réalité économique et politique du rapprochement sur lequel se fonde ce partenariat et sa portée, nous choisissons de mettre en relief le contenu de la relation Chine-Malaisie telle qu’elle s’est nouée au cours des dernières années, en se plaçant du point de vue malaisien. Il s’agira d’en souligner les tenants et aboutissants politiques (1.) et économiques (2.) d’une part, d’en décrire les échos politiques intérieurs de l’autre (3.).

7D’un point de vue méthodologique, ce texte d’économie politique internationale se fonde largement sur des éclairages locaux relatifs à cette question – documentation officielle et entretiens – obtenus lors d’une mission de terrain (août-septembre 2013) en Malaisie à Kuala Lumpur et Penang. Une vingtaine d’entretiens approfondis ont été conduits auprès d’acteurs politiques (du parti malais au pouvoir, du parti d’opposition « démocratique » à dominante chinoise ou de l’opposition islamique), institutionnels (administration chargée de l’accueil des investissements étrangers, institut maritime), ou universitaires (Universiti Sains Malaysia ; University Malaya) mais également issus du monde économique (entreprises privées, sociétés de conseil en placement) ou de la société civile (syndicat : Malaysian Trade Union Congress ; chambres de commerce malaise et chinoise en Malaisie, ONG : Sisters in Islam et journalistes – Kinibiz, The Star). La méthode par entretien, qualitative, vise à saisir les discours des acteurs concernés portant sur la représentation de la relation Malaisie-Chine. Elle est apparue nécessaire, conjuguée aux données quantitatives de la statistique publique et aux publications officielles, pour mieux s’orienter parmi les hypothèses de travail relatives à cette relation sensible (menace ? / double jeu chinois ? / favoritisme à l’égard de la forte population malaisienne d’origine chinoise ?).

8Ces entretiens ont porté sur diverses dimensions de la relation Chine-Malaisie et visaient donc à en saisir l’écho dans la société civile et dans les partis : la stratégie de cette relation conciliante vis-à-vis du géant en plein essor fait-elle l’objet de critique dans l’opposition malaisienne ? Fin 2013, cette opposition politique, islamique, syndicaliste, progressiste, démocratique, anti-corruption etc. est ressortie vivifiée de la campagne électorale de mai 2013. On peut se demander sur quels plans se fondent d’éventuelles critiques de la politique étrangère ou des choix économiques en faveur de la Chine. Enfin peut-on dire que la Chine adopte un biais « pro-Chinois » en favorisant les sino-malaisiens que ce soit en politique ou dans les affaires (ethnic business) ? Qu’en pense alors le parti malais au pouvoir, l’United Malays National Organization (UMNO), auteur d’une politique de discrimination positive pro-malaise depuis 1971 ?

1. Chine-Malaisie ? Une relation d’État à État extrêmement précieuse pour le gouvernement malaisien

1. 1. Une relation diplomatique inscrite dans la continuité et des bénéfices politiques pour le parti malais au pouvoir : l’UMNO

9Dans les discours officiels, on fait remonter les relations diplomatiques de la Malaisie avec la Chine au moment où, en 1974, Tun Abdul Razak, deuxième Premier ministre de la jeune nation Malaisie et père de l’actuel Premier ministre Najib Abdul Razak, a établi les liens diplomatiques avec la Chine populaire : la Malaisie fut ainsi le premier pays non communiste d’Asie du Sud-Est à rétablir des liens officiels avec la Chine. Plus récente, l’ouverture économique à la Chine résulte d’une nouvelle orientation politique permise par la signature d’un traité de paix entre Chin Peng, le leader du Parti communiste de Malaisie (CPM), le gouvernement malaisien et le commandement militaire thaïlandais le 2 décembre 1989 à Ha’adyai : cet accord signifiait aussi la fin officielle du soutien chinois aux communistes malaisien (Chea, 2009). Depuis lors, la relation diplomatique est marquée par une forte continuité, notamment accélérée et fortement soutenue par le Premier ministre Badawi entre 2003 et 2009 (Kuik, 2013). Face à l’effet récessif sur les exportations malaisiennes de la crise des subprimes (-16 % entre 2008 et 2009), le Premier ministre Najib qui a succédé à Badawi en 2009 s’est à son tour tourné vers Pékin. Le but était de revitaliser l’économie malaisienne exportatrice, stimuler de nouveaux investissements chinois dans l’industrie et développer les échanges dans les domaines de la finance, des infrastructures, des sciences et technologies et de l’éducation. Nous quantifierons dans la partie suivante les effets de cette implication politique directe.

10Au-delà du choc macroéconomique lié à la crise, le gouvernement de Najib semble usé politiquement par les décennies de domination sans partage de l’UMNO, le parti conservateur malais qu’il dirige. Cette légitimité avait déjà été affaiblie en 2008 lorsque le parti a subi un net recul, ça l’est encore plus nettement en 2012 et jusqu’aux élections du 5 mai 2013 (Fau, 2013 ; Ooi, 2013). Dans ce contexte troublé, le soutien légitimiste de la Chine au gouvernement malaisien et au parti dominant, s’avère donc providentiel. À l’occasion de la visite de Najib en Chine en avril 2012, le Premier ministre chinois Wen Jiabao avait rendu publiquement hommage à Tun Abdul Razak, le père de Najib, en souvenir de 1974. Il a aussi annoncé que 2014 serait l’« Année de l’amitié Malaisie-Chine », pour marquer les 40 ans de relations diplomatiques : pour célébrer cette longue relation la Chine a prêté deux pandas pour dix ans à la Malaisie. De son côté Najib présentait la Malaisie comme un pays ami particulièrement visionnaire, à l’avant-garde planétaire d’une reconnaissance de la puissance chinoise dans l’économie mondiale par son innovation et sa large demande domestique, de même qu’en matière de coopération économique et de diplomatie.

  • 5 La rivalité s’illustre par exemple dans la visite du Président Xi Peng d’octobre 2013, annoncée par (...)

11En 2013, durant la (courte) campagne électorale, le président chinois a, on l’a dit, apporté le soutien de la Chine à l’UMNO dont il a salué la victoire dès le lendemain des élections. Cette campagne électorale a d’ailleurs révélé que la Malaisie pouvait se trouver prise malgré elle au centre de la rivalité Chine/États-Unis : pendant des mois et selon les moments, le discours officiel malaisien a oscillé entre l’un et l’autre camp, tout en se gardant bien de faire pencher la balance trop loin dans une seule direction. Inscrite dans la durée sans rupture nette depuis le début des années 2000 (très clairement mise en œuvre sous Badawi) cette position malaisienne a pu être caractérisée en relations internationales comme une stratégie de couverture (hedging approach), contrebalançant toujours une prise de position par une autre, symétrique et contradictoire, afin de ne s’aliéner aucun des soutiens des grandes puissances (Kuik, 2013)5. Jusqu’à maintenant, la Malaisie s’est très bien sortie de cet exercice exigé par les nécessités objectives en matière de sécurité de sa position régionale de carrefour, sur le passage de la circumnavigation des flux de containers le long du détroit de Malacca ; nécessités liées également à petite sa taille (29 millions d’habitants et 330 000 km2), et à son besoin impérieux de croissance économique pour protéger les délicats équilibres internes d’une société multiethnique longtemps très inégalitaire. Le partenariat stratégique global proposé par la Chine doit bien entendu se lire dans cette ambigüité des relations internationales malaisiennes : ce petit pays situé sur le détroit de Malacca étant bien obligé de se concilier un voisin dont les ambitions de puissance régionale semblent de plus en plus marquées au fur et à mesure de sa croissance économique. Nombreux sont donc les auteurs qui resituent dans une logique géopolitique de recherche de sécurité nationale les liens commerciaux et économiques en cours entre la Malaisie et la Chine (Lee J., 2014 ; Khor, 2013a). Bien peu en revanche proposent une lecture extensive des effets sur les équilibres politiques et économiques intérieurs de cette relation dont les formes sont en cours de réinvention : c’est elle que nous voulons esquisser ici.

1. 2. De grands projets d’investissement très politiques

1. 2. 1. Deux parcs industriels jumeaux à Kuantan (État du Premier ministre malaisien) et à Quinzhou (Golfe de Beibu, Guangxi, Chine) : intégrer la chaîne de production de part et d’autre de la mer de Chine méridionale ?

12Les avantages économiques de la diplomatie avec la Chine sont parfois très directs : on leur doit la création de deux parcs industriels binationaux de Kuantan (MCKIP, 2013) dans l’État du Pahang sur la côte est de Malaisie et de Qinzhou (QIP, 2012) dans la région économique autonome du golfe de Beibu, dans le Guangxi, Chine. Cette double création est à la fois une nouveauté pour la Malaisie et une configuration rare en Chine (qui n’a que deux précédents en la matière, engagés avec Singapour) (Khor, 2013-a). Les « parcs jumeaux » ont été conçus dans l’objectif politique partagé de dynamiser les investissements et le commerce bilatéral, les deux parcs industriels devraient offrir des statuts commerciaux et fiscaux avantageux et bénéficier d’aides publiques massives. Ils contribuent aussi à valoriser politiquement l’UMNO à un moment crucial pour le parti : le parc de Kuantan, établi dans l’État du Premier ministre (le Pahang), a été lancé en février 2013 à la veille de la campagne électorale malaisienne. Le MCKIP à Kuantan comptera 600 ha contre dix fois plus pour son jumeau chinois, le QIP dont la première phase de l’aménagement de QIP en Chine – 780 ha – accueillerait 470 000 habitants (selon les estimations chinoises de 2012). Le parc de Kuantan devrait concentrer en particulier des usines d’acier, d’aluminium et de raffinage d’huile de palme et d’usines de composants automobile. Les investissements attendus selon les estimations malaisiennes sont de 24 milliards $ d’ici 2020 dont 10 milliards de la part de la Chine (sur 5 ans), ce qui la placerait au rang de premier investisseur en Malaisie et « correspondrait mieux à son rang de premier partenaire commercial de la Malaisie » (Khor, 2013-a). Les effets attendus relèvent aussi de l’emploi et des progrès socio-économiques pour le Pahang, cet État se situant en effet dans une région reculée et sous-développée de la Fédération de Malaisie où le revenu moyen vaut 80 % de la moyenne nationale. Selon ses promoteurs, le projet est censé engendrer 8 500 nouveaux emplois à Kuantan, la capitale du Pahang. Enfin, d’un point de vue logistique, la localisation du parc à Kuantan offre l’intérêt d’un accès à la mer de Chine méridionale : le port situé sur la côte Est de la Péninsule malaise est en lien maritime direct avec les ports chinois de la région économique du golfe de Beibu. Ceci explique que le Guangxi Beibu International Port Group investisse 900 millions $ dans l’agrandissement du port de Kuantan et 800 millions $ dans le plan de développement du parc industriel attenant, projet mené en joint venture entre un consortium malaisien majoritaire (51 %), le Kuantan Pahang Holding, et un consortium chinois (49 %) (Khor, 2013-a, p. 2).

Carte 1. Fédération de Malaisie. États et principales capitales d’État
(cliquez sur « Original » sous la figure pour la visualiser)

Carte 1. Fédération de Malaisie. États et principales capitales d’État (cliquez sur « Original » sous la figure pour la visualiser)

1. 2. 2. Grands travaux chinois en Malaisie : le deuxième pont de Penang et réseaux d’affaire proches de l’UMNO

13S’inscrivant dans la lignée des méga-projets de la tradition flamboyante de l’ancien Premier ministre Mahathir6, après les tours Petronas, qui furent les plus hautes du monde à leur construction (1998) et le Média Super-Corridor d’où sont issues la nouvelle capitale administrative Putrajaya et la ville technologique Cyberjaya (Bunnel, 2006), le deuxième pont de Penang sera le plus long d’Asie (24 km). Financé par la Chine au Nord-Ouest de la Malaisie, il relie la péninsule à l’ancien comptoir du détroit britannique de Penang, belle île à l’ancienne vocation commerciale reconvertie au début des années 1970 dans un cluster de l’électronique mondiale (Lafaye de Micheaux, 2009). Ce pont qui représente un tour de force technique arrive à point nommé pour le gouvernement malaisien confronté aux limites de ses dépenses budgétaires (Khor, 2013b) : alors que le pays renonce à certains grands projets pour motifs de réductions budgétaires, le pont de Penang a été terminé et a pu être inauguré le 1er mars 2014 par le Premier ministre Najib7. Cette réalisation, essentielle sur le plan logistique pour désengorger une liaison à la péninsule complètement saturée, s’avère d’autant plus bienvenue que l’île a été fortement touchée par la récession de 1997 puis par la crise de l’électronique mondiale en 2001 et ne s’est jamais totalement relevée de ces deux chocs successifs. Le second pont devra permettre en particulier que se déploie une nouvelle extension du cluster industriel de Penang sur la partie péninsulaire de l’État (parc scientifique de Batu Kawan). Enfin il faut souligner que ce pont est non seulement financé par la Chine (contre livraison malaisienne d’huile de palme8), mais aussi conçu par une de ses entreprises à capitaux publics, la China Harbour Engineering Co. Ltd9 : on peut y voir une démonstration de puissance (financière et technique) de la part de la Chine. Mais lorsqu’on a cherché à connaître les interprétations politiques de cette intervention chinoise en Malaisie, il est apparu que, dans le discours, la construction pouvait être critiquée sur son tracé ou en raison des accidents du travail qu’elle a coûtés, mais qu’elle restait appréciée positivement et sans arrière-pensée quant à la nationalité du bailleur10.

  • 11 Présidé par le Premier ministre, Iskandar représente actuellement le plus ambitieux programme de dé (...)

14Le maître d’œuvre, China Harbour Engineering, s’avère être une puissante société chinoise spécialisée dans la réalisation de grandes infrastructures : elle construit le second pont de Penang en partenariat avec une société malaisienne proche de l’UMNO (UEM Builders Bhd). Les dirigeants de China Harbour Engineering sont eux-mêmes notoirement proches de Tan Kay Hock, entrepreneur fortuné ami, homme de confiance et partenaire de golf du Premier ministre Najib, dont il fut un camarade de promotion. Tan Kay Hock siège par ailleurs au comité de direction de l’Iskandar Regional Development Authority11 et fait partie des artisans du réchauffement des relations entre la Malaisie et Singapour depuis l’arrivée au pouvoir de Najib : il représente un relais important entre les proches de Najib et la Chine dans le domaine des relations politico-économiques.

1. 3. La place mineure du conflit territorial en Mer de Chine : une neutralité soigneusement affichée, une gestion plutôt en faveur de la Malaisie

  • 12 “China’s Real and Present Danger”. Foreign Affairs, August 12th 2013, http://www.foreignaffairs.com (...)
  • 13 Nous esquissons quelques éléments d’analyse dans le cadre de cet article car le sujet est au cœur d (...)

15L’année 2013 a vu se multiplier les publications évoquant une menace chinoise dans la région (Foreign Affairs, ISEAS12). Pour S. Boisseau du Rocher, la Chine affiche une approche nationaliste de renforcement de ses positions en mer de Chine du Sud bien différente des autres dossiers où, vis-à-vis de ses voisins, elle témoigne d’un souci constant de valoriser des positions communes. Mais, si la Chine s’affirme manifestement sur cet espace, elle ne cesse pour autant d’en appeler à une gestion conjointe des ressources maritimes de la mer de Chine du Sud pour résoudre le conflit, comme le précise la géographe N. Fau. La situation est donc nuancée et délicate, sans doute transitoire13.

  • 14 Entretien, MIMA, Kuala Lumpur, 29 août 2013.

16Alors même qu’elle est impliquée dans le conflit territorial autour des îles Spratley et Paracels concernées par les revendications chinoises en mer de Chine méridionale, la Malaisie préfère afficher ses relations internationales « extrêmement valables et précieuses » avec le géant voisin. Elle semble refuser de s’engager, ne serait-ce que dans les débats, sur la menace géopolitique que le conflit pourrait représenter. Dans les discours quotidiens, et à la différence du Vietnam où le sujet est très prégnant et revient dans les conversations informelles dès qu’il s’agit de la Chine, le problème n’a jamais été évoqué spontanément dans nos entretiens. Nous avons pu aborder la question en revanche à Kuala Lumpur, sans pour autant que le terme de conflit ne soit jamais employé, avec un chercheur malaisien du Malaysian Institute of Maritime Affairs (MIMA). Selon lui, il faut d’abord rappeler le contexte : les relations positives entre les deux pays ont une longue histoire et la présentation de la Chine comme une menace est un agenda américain, pas malaisien. De là à dire qu’un déni entourerait actuellement en Malaisie les questions militaires relatives à la mer de Chine ? Dans tous les cas, on peut lire un refus de confrontation directe dans un contexte pas toujours rassurant. En effet, le MIMA observe qu’il y a bien une course à l’équipement militaire engagée depuis que les États-Unis sont venus renforcer leur présence navale dans la zone (nouveau sous-marin plus perfectionné positionné tout récemment, annonce de visite début août du secrétaire d’État à la Défense américain en Malaisie). Parallèlement, la Chine s’équipe à grande vitesse en appelant cela la « modernisation de l’armée populaire de libération », augmentant son arsenal militaire (sous-marins, etc.). Le processus, appelé Course pacifique (Peaceful Race) a ensuite pris le nom de Développement pacifique (Peaceful Development) pour éviter l’image d’un gagnant et de perdants. Mais en fait, ce qui se déroule est une véritable course régionale à l’armement non ouverte et très délétère. La Malaisie dans ce contexte, à la différence du Vietnam et des Philippines, se présente et s’affiche comme très liée et très favorable à la Chine, « our ‘special friend’ »14. Ceci explique qu’en dépit des accords de l’ASEAN, la Malaisie accepte par exemple que la Chine installe des bases dans la mer de Chine méridionale au détriment de la souveraineté de ses voisins et partenaires dans l’ASEAN.

  • 15 N. Fau, MIMA, Kuala Lumpur, entretien juin 2014.
  • 16 Pour plus d’éléments sur cet incident et l’extrême modestie alors de la réaction malaisienne : S. L (...)

17Mais diplomatiquement, la Malaisie tient une position duale que ne méconnaît pas la Chine : il s’agit sur le plan politique interne de toujours concilier les options stratégiques défendues par le nationalisme malais, représenté politiquement par le parti UMNO. Sur le plan extérieur, l’ouverture est beaucoup plus marquée et le caractère protégé de la relation avec la Chine apparaît comme une donnée solide. Ainsi, la Chine et la Malaisie s’en tiennent donc – pour l’instant – à une forme de neutralité sur leurs positions respectives : de la situation potentiellement conflictuelle en mer de Chine, elles ne font pas un différend au centre de leur dialogue afin de ne pas altérer leurs liens et les nombreux dossiers, notamment économiques, en jeu. Ce qui est certainement à noter, selon N. Fau, est le jeu d’équilibriste sans cesse maintenu entre les liens avec les USA et la Chine. En effet, la position d’apparente neutralité de la Malaisie n’empêche pas le gouvernement malaisien de renforcer dans le même temps ces relations militaires avec les États-Unis et de leur offrir toujours plus de possibilités. Depuis 2011, les Malaisiens participent par exemple plus directement qu’auparavant aux exercices militaires menés par les US dans le Pacifique ; ils sont passés du statut d’« observateur » à celui d’« acteurs ». De même, les visites de la flotte navale américaine dans les ports malaisiens sont de plus en plus nombreuses ces dernières années. Donc si les liens économiques entre la Malaisie et la Chine se renforcent, les liens stratégiques et militaires entre la Malaisie et les États-Unis se renforcent également. En façade, le gouvernement malaisien ne fait aucune publicité sur le renforcement de cette coopération militaire avec les États-Unis et affirme officiellement qu’il n’y a aucune menace chinoise15. Par ailleurs, la Malaisie ne reste pas sans réagir et renforce sa présence militaire au Sabah pour surveiller la Chine qui en mars 2013, croisait tout de même à seulement 80 kilomètres des côtes malaisiennes16.

18Du point de vue malaisien, certaines positions sont maintenues : s’agissant de la sécurité du détroit de Malacca, la Malaisie est ainsi opposée à l’association de la Chine dans le dispositif de partage des responsabilités actuelles (Malaisie, Indonésie, Singapour, Thaïlande). Pour la Malaisie, il est inconcevable de voir des navires de la marine chinoise patrouiller au large de ses côtes. Par ailleurs, sur le conflit territorial en mer de Chine (îles Spratley et Paracels), la position de la Malaisie est le respect absolu du droit international (Convention des Nations unies sur le droit de la mer) : le pays revendique uniquement sa souveraineté sur trois îles des Spratley (les plus proches de son territoire) conformément aux règles définies par la convention. Mais, à la différence du Vietnam ou des Philippines, elle évite toute confrontation directe avec la Chine sur ce sujet. Cela ne signifie pas non plus qu’elle fasse cavalier seul : pour le règlement des conflits en mer de Chine du Sud, elle prône ouvertement une gestion multilatérale du conflit et refuse une résolution bilatérale. Enfin le respect des limites qu’elle souhaite fixer se jouant largement dans la façon d’aborder le problème territorial, les tensions réelles en mer de Chine entre les deux pays ne sont jamais mises sur la place publique malaisienne afin de ménager en toutes circonstances une voie de négociation avec le grand voisin (Permal, 2013).

  • 17 Pour S. Boisseau du Rocher (2014, p. 29), « là se joue l’épreuve de feu de la relation [ASEAN/Chine (...)

19L’expansion de la Chine en Asie du Sud-Est, en particulier dans le domaine maritime, tend effectivement vers une certaine hégémonie et, à ce titre, s’avère potentiellement dangereuse. Et dans ce contexte, il devient déjà évident qu’aucune puissance en mer de Chine du Sud n’est aujourd’hui capable de stopper l’avancée chinoise17. « Sur le volet de la Mer de Chine, le doute subsiste toujours » (Boisseau du Rocher, 2014, p. 29). Mais les liens entre la Malaisie et la Chine seraient-ils à l’image de ceux entre la Chine et l’association régionale ASEAN ? Du côté malaisien, le jeu d’équilibriste est de mise, de manière à soigner la relation et la faire exister le plus possible sur un mode favorable, tant pour la population nationale que vis-à-vis de la Chine. « Pour l’instant, les leaders malaisiens vont poursuivre leur arrimage à l’ascension de la Chine et lui accorder le bénéfice du doute. Ils vont continuer à minimiser les angoisses régionales à propos de l’intensification militaire de la Chine » selon S. Lockman (2013). Mais, il le souligne comme tous les observateurs, jusqu’à quand ?

2. Les intérêts objectifs malaisiens à l’approfondissement de la relation Malaisie-Chine

20Ce réalisme de bon aloi observé dans le domaine diplomatique s’explique en partie par l’importance des relations commerciales, productives, financières et monétaires qui impliquent respectivement les deux pays. Si la Malaisie est excédentaire commercialement vis-à-vis de la Chine (depuis 2002), sur le plan des flux d’IDE la relation est inversée : le rapport – difficile à estimer précisément – serait de 1 à 8 (Khor, 2013a) entre les flux de Malaisie vers la Chine, très majoritaires, par rapport aux investissements en sens opposé, restant relativement limités. C’est donc largement parce que les intérêts économiques sont importants que les relations politiques et diplomatiques peuvent afficher l’image d’une relation au beau fixe. Mais à l’inverse, la qualité de la relation politique d’État à État soutient au plus haut niveau les initiatives économiques dans les deux pays : la politique, que ce soit par le biais des orientations générales de politique publique, de ses agences officielles, de ses réseaux politiques ou de ses entreprises publiques, pèse très lourd en Malaisie, comme en Chine, dans l’activité économique. Et ce sur les plans nationaux comme extérieurs ainsi qu’en témoignent les rapports économiques divers dont est faite la relation Malaisie/Chine.

2. 1. Opportunités commerciales et productives

21La montée en puissance de l’influence économique et commerciale chinoise est parfaitement avérée à l’échelle régionale. L’ASEAN en particulier est fortement concernée par cette recomposition (Boisseau du Rocher, 2006 ; Chaponnière, 2014). Dans ses relations avec la Chine, la Malaisie a le sentiment d’une relation commerciale privilégiée dans la mesure où, à la fin des années 2000, elle apparaît comme le premier partenaire de la Chine à l’échelle de l’ASEAN. Les progrès enregistrés par la Chine dans ses échanges avec la Malaisie s’observent aussi bien au niveau de la part des importations que des exportations et des investissements directs étrangers.

Tableau 1. Investissements directs chinois en Malaisie. 2008-2011

IDE en millions de dollars

Pays

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Flux

Total

2 855

5 498

12 261

17 634

26 506

55 907

56 529

68 811

74 654

Malaisie

2

8

57

8

-33

34

54

164

95

Stock

Total

33 222

44 777

57 206

75 026

117 911

183 971

245 755

317 211

424 781

Malaisie

101

123

187

197

275

361

480

709

798

Les données de 2003 à 2006 compris n’incluent pas d’éventuels investissements financiers. En 2007, il y a donc un réajustement. Le calcul du stock tient compte des des-investissements, de l’amortissement des investissements (ainsi que de leur réévaluation) et du rapatriement et/ou du ré-investissement des bénéfices (tout ça « en théorie »).

Source : T. Pairault, à partir des communiqués annuels du ministère du Commerce (MOFCOM), Chine.

22Les importations malaisiennes en provenance de Chine se situaient à un faible niveau relatif et offraient un rythme de progression lent au début des années 1990 : elles représentaient alors entre 2 et 3 % des importations malaisiennes, loin derrière celles venues de l’ASEAN dominées par Singapour, des États-Unis et surtout du Japon. Celui-ci était le premier partenaire à l’époque, avec 25 % des parts du commerce extérieur malaisien côté importations. C’est après la crise asiatique que les importations originaires de Chine vont se mettre à croître de plus en plus rapidement : en 1999, elles atteignent presque 4 % ; en 2001, 5 % ; en 2004, 10 % et vont continuer à gagner des parts de marché jusqu’au ralentissement de 2009. Après s’être stabilisées quelques années autour de 13 %-14 %, elles remontent en 2012-2013 : la Chine confirme sa place de premier fournisseur de la Malaisie avec 16,4 % de ses importations sur la première partie de 2013 (elle totalisait 15,1 % sur l’année 2012), loin devant Singapour (12,8 %) et le Japon (8,7 %)18.

  • 19 Sauf précision, les chiffres fournis dans cette note sont en $US courants. Le Ringgit malaisien est (...)
  • 20 Asian Bank of Development, Asian Development Outlook 2011, Update, 2012.

23Sur le plan des exportations, en 2013 comme en 2011, la Chine est au premier rang avec plus de 13 % des exportations totales de la Malaisie : elle ne se situe qu’au second rang en matière d’exportations manufacturées (Singapour occupant toujours la première place), mais compense par sa place dans les exportations de matières premières : huile de palme dont elle achète entre 1/5e et ¼ des ventes à l’étranger malaisiennes ; caoutchouc (43 % en 2011 ; 46 % en 2013) etc. En 2012, les exportations malaisiennes vers la Chine s’élèvent à 92 milliards de MYS$19 sur un total de 702 MYS$ : la Chine – 12,6 % – repasse au second rang derrière Singapour – 13,6 % –. Réciproquement, dans la zone ASEAN, la Malaisie est de très loin le premier fournisseur de la Chine : au cours de la deuxième moitié des années 2000, la Malaisie exporte en moyenne 1,5 fois plus que la Thaïlande n’exporte vers la Chine ; deux fois plus que l’Inde et Singapour ; 3 fois plus que les Philippines ; 5 fois plus que le Vietnam. Sa part au sein des importations chinoises (3,6 %) est considérable : elle a augmenté de 20 % entre 2005 et 201120. On s’attend à ce que la mise en place de la zone de libre-échange entre la Chine et l’ASEAN (CAFTA, signée en 2010), accélère encore le processus d’intégration commerciale des deux pays.

  • 21 En 2011, le solde bilatéral avec la Chine représente 9,2 % de son PIB, contre par exemple 1,7 % pou (...)

24À noter enfin que l’équilibre commercial semble désormais atteint pour la Malaisie vis-à-vis de la Chine : depuis 2009, elle a été bénéficiaire net dans leurs échanges commerciaux bilatéraux jusqu’en 2011. Par rapport aux voisins de l’ASEAN, c’est le pays qui engrange de loin les plus forts bénéfices directs de cette relation commerciale21. En effet, le déficit commercial relativement important dont a souffert le pays dans ses échanges avec la Chine au milieu des années 2000 s’est rapidement réduit durant la période de crise et s’est même inversé : à la fin des années 2000, début 2010, le solde commercial de la Malaisie vis-à-vis de la Chine devient excédentaire (+15 milliards de MYS$ en 2011 ; -1mdMYS$ en 2012). De ce fait, la relation commerciale a donc toutes les raisons d’être jugée positivement du point de vue malaisien.

25Très engagée avec la Chine dans une trajectoire d’approfondissement des relations commerciales quasi ininterrompue depuis dix ans, elle peut, grâce à ce nouveau partenaire, sortir de sa dépendance commerciale historique vis-à-vis de la triade USA/Japon/Europe. Cette dépendance, liée à une extraversion historique de son économie forgée par la colonisation britannique, l’avait fortement affectée en 1930 ; l’avait à nouveau plongée dans la crise en 1986 (suite à la réévaluation du Yen des accords du Plaza) puis dans celle du secteur de l’électronique en 2001 (Lafaye de Micheaux, 2012). Ainsi 2008 pourrait bien avoir été la dernière manifestation de la vulnérabilité économique d’un système productif extraverti (le commerce extérieur malaisien représente plus de 200 % de son PIB) dépendant de la demande occidentale. L’implication croissante dans le commerce avec la Chine et l’approfondissement de l’intégration régionale de la Malaisie apparaissent à l’inverse comme des transformations favorables à une plus grande résilience aux chocs de demande issus de ses partenaires historiques. En apportant son soutien à l’UMNO pendant la dernière campagne électorale de mai 2013, Mahathir, l’ancien Premier ministre nationaliste-populiste (1981 à 2003), a mis explicitement en relief le basculement du centre de gravité commercial du pays qu’opère cette montée des échanges avec la Chine : il le présente comme un progrès en termes de prise de distance avec les États-Unis et donc, d’autodétermination.

  • 22 MIDA, statistiques officielles 2013 non publiées (fichiers complets obtenus directement auprès de M (...)

26Sur le plan des Investissements directs étrangers (IDE), l’écart entre la Chine et la Malaisie reflète les écarts en matière de niveaux de développement, de taille du marché local et de salaires qui existent entre les deux pays : le sens dominant des flux d’IDE est de la Malaisie vers la Chine. La Malaisie dont le revenu par habitant est deux fois supérieur à celui de la Chine (en $PPA 2011) aurait investi environ dix fois plus en Chine que l’inverse selon les estimations du gouvernement (octobre 2013). Celui-ci estime à 6,4 milliards de $ les IDE cumulés reçus par la Chine venant de Malaisie. Dans l’autre sens, les chiffres sont plus modestes (et ne concordent pas avec les données du Premier ministre) : dans le domaine industriel, selon l’administration en charge des investissements étrangers (Malaysian Invesment Development Authority, MIDA), les projets chinois ont représenté 2,4 milliards $ (en chiffres cumulés ce qui n’a pas grand sens sur une longue période) d’intentions d’investissements de 1988 à 2012. Mais, plus significative est l’accélération de l’investissement au cours des dernières années : deux-tiers du montant des projets approuvés par le MIDA viennent de la période 2007 et 201222. Trois États de Malaisie sont particulièrement concernés par ces IDE chinois qu’ils polarisent à 77 % : le premier est le Terengganu (41 %), puis le Selangor (23 %), et le Pahang (13 %). Les projets industriels se concentrent très fortement dans le secteur de la métallurgie (67 %).

27C’est dans ce contexte de forte asymétrie qu’il faut interpréter l’opportunité pour la Malaisie que représente le programme de parcs industriels jumeaux de Kuantan et de Quinzhou. Enfin, des accords commerciaux au sein de la zone de libre-échange de l’ASEAN (ASEAN Free Trade Area, AFTA) étant plus favorables que ceux qui s’élaborent au sein des accords Chine-ASEAN (China-Asean Free Trade Area, CAFTA), l’intérêt d’être en Malaisie (population : 29 millions) s’explique par le désir pour les entreprises chinoises d’accéder à un marché ASEAN de 600 millions d’habitants. En effet, l’AFTA comprend un Common Effective Preferential Tariff (CEPT) basé sur la « règle d’origine » : on exige d’un produit commercialisé, pour lui accorder le bénéfice du libre-échange au sein de l’AFTA, que 40 % au moins de sa valeur (sans frais à bord, FOB) soit produite dans l’ASEAN. Ce point constitue donc un facteur supplémentaire d’implantation d’entreprises chinoises en Malaisie. Le pays pourrait être destiné à devenir ainsi une importante plate-forme de production et d’exportations intra-ASEAN de la Chine (Khor, 2013a).

2. 2. Une intégration monétaire exceptionnelle au système monétaire chinois pour soutenir et stabiliser la monnaie malaisienne

2. 2. 1. L’intégration monétaire entre la Chine et la Malaisie est unique dans sa nature

  • 23 Même si Najib annonce que la Malaisie est le seul pays en-dehors de la Chine à pouvoir utiliser la (...)

28Accompagnant l’implication financière et commerciale croissante, l’intégration monétaire de la Malaisie à la Chine s’approfondit à grande vitesse à partir d’innovations institutionnelles en Malaisie qui accompagnent la libéralisation progressive du secteur monétaire et financier chinois. Cette intégration monétaire résulte, on le montrera, d’un choix politique extrêmement significatif et fortement souligné par Najib lors de la visite du Président chinois en octobre 2013 à Kuala Lumpur : en 2013, 2,3 % des échanges commerciaux en yuan dans le monde se font avec la Malaisie23. Cette coopération monétaire exceptionnelle devra, selon le Premier ministre malaisien, être promue et approfondie à l’avenir.

29Cette intégration monétaire reposant sur une ouverture réciproque accompagne directement l’extension rapide des échanges commerciaux dont le taux de croissance aura été de 20 % par an en moyenne sur les deux dernières décennies. Rappelons que pour favoriser leurs régimes de croissance respectifs tirés dans les deux cas par les exportations, la Malaisie et la Chine partageaient depuis 1999 l’ancrage (peg) au dollar, ce qui fixait de facto la parité de leurs monnaies respectives. Ils l’ont suspendu au même moment, en juillet 2005 : depuis lors, les deux monnaies fluctuent l’une par rapport à l’autre et les échanges commerciaux engendrent des conversions impliquant systématiquement une troisième devise, le dollar. Les analystes financiers soulignent tous l’étroit entrelacement des échanges commerciaux entre les deux pays et la nécessité de sortir les transactions sino-malaisiennes de l’incertitude liée au taux de change du dollar.

30Un swap de devises totalement inédit dans le domaine bilatéral a été mis en place entre la Bank Negara et la Banque centrale de Chine depuis début 2009. Il a été renouvelé depuis à une plus large échelle afin de répondre aux besoins en devises du marché malaisien. Un système de swaps de devises bilatéraux avait déjà été initié dans le cadre de l’initiative Chiang Mai (2000) entre l’ASEAN et les grands pays d’Asie orientale (Chine, Japon, Corée du Sud) ; il est aussi à l’œuvre entre l’Union européenne et la Chine depuis fin 2013. Mais dès 2010, le marché interbancaire extérieur chinois réalisait des cotations directes entre le ringgit malaisien (RM) et le yuan.

31En 2012, 1 % seulement du total des échanges malaisiens était libellé en yuan, c’est cette part que la Banque centrale malaisienne souhaite voir augmenter pour qu’elle se rapproche de la part des échanges réels avec la Chine (12-15 % à l’exportation comme à l’importation). Début 2012, le système des règlements malaisien était élargi pour pouvoir effectuer les règlements et compensations en yuan afin d’accompagner les opérations financières et commerciales de la Malaisie dans la monnaie chinoise. Sur les 7 premiers mois de 2012, les dépôts bancaires en yuan dans les banques malaisiennes ont triplé. L’amélioration de la liquidité du yuan en Malaisie devrait non seulement favoriser les échanges commerciaux et les investissements financiers avec la Chine mais aussi permettre un meilleur rapatriement des bénéfices générés par les IDE croissants en direction de la Chine selon le gouverneur de la Banque centrale malaisienne, Madame Zeti Akhtar Aziz24.

  • 25 Malaysia opens the door to Chinese companies”, Chan Quan Min, Kinibiz, July 8, 2013, http://www.ki (...)
  • 26 Discours du gouverneur de la Banque centrale malaisienne, Bank Negara, le 22 novembre 2013 à l’occa (...)

32En 2013, la Chine a encore abaissé les restrictions sur l’usage du yuan en Malaisie. Les grands conglomérats malaisiens comme les PME vont pouvoir rapidement tirer avantage de l’internationalisation de la monnaie chinoise. Ceci conduira à libeller un nombre croissant de transactions commerciales Malaisie-Chine dans la monnaie chinoise. Les plus grands acteurs financiers du pays n’ont pas tardé à opérer le changement car à côté de cet avantage en termes de réduction de la source d’incertitude du change, les coûts de transaction (temps, intermédiaires, doubles commissions) liés à la conversion des RM via le dollar en monnaie chinoise sont donc en chute avec l’assouplissement des restrictions monétaires. Non seulement la transparence des prix s’améliore et la comparaison s’en trouve facilitée pour les partenaires malaisiens, mais il semblerait que des fournisseurs chinois proposent désormais d’être réglés en yuan contre ristournes : les coûts de production en Chine étant essentiellement libellés en monnaie locale, il est plus simple, d’un point de vue comptable que les créances le soient aussi. La conversion sera désormais de plus en plus simple voire immédiate, ce qui devrait favoriser les PME jusque-là peu incitées à opérer avec la Chine. Une enquête de Standard Chartered conduite début 2013 a montré que 50 % des compagnies malaisiennes interrogées s’apprêtaient à opérer en yuan au cours de l’année ou le faisaient déjà, bien que toutes les restrictions monétaires et financières ne soient pas levées et que la Chine maintienne un contrôle des changes qui empêche la convertibilité complète du yuan et l’accès aux marchés des capitaux : les analystes financiers malaisiens tablent sur une poursuite de la politique chinoise de libéralisation financière25. La prise de parole du gouverneur de la Banque centrale malaisienne dans les médias pour expliquer en 2012 la teneur et les bienfaits attendus du swap de devises témoigne du niveau politique (le plus haut) de la construction de la relation entre les deux États : l’intégration économique entre les deux pays passe par un rapprochement approfondi des systèmes monétaires qui engage directement la souveraineté de chaque État26. Elle ne peut que se faire sur la base d’accords officiels et de mesures validées au plus haut niveau.

2. 2. 2. L’Intégration des places financières : des efforts malaisiens parfois à mauvais escient ?

33La pénétration du marché chinois des assurances par les titres d’assurance-vie issus de la finance islamique, dont la Malaisie est devenue un pôle mondial (Delfolie, 2013), est aussi orchestrée par l’État et la Banque centrale. Le Gouverneur de cette dernière affirmait en 2012 : « La montée en puissance chinoise dans l’économie mondiale réclame des réponses politiques dynamiques afin d’optimiser la stabilité du système financier mondial ». Ainsi, les titres obligataires islamiques (sukuk) introduits en 2012 à destination des musulmans chinois est-elle une opération politiquement suivie de près. Le gouverneur de la Banque centrale de Malaisie vante « la possibilité de détenir des obligations ou des sukuk en yuan ainsi que d’autres produits financiers destinés aux investissements de portefeuille : ceci va non seulement favoriser les comptes clients en yuan dans les banques malaisiennes, mais aussi, plus globalement, contribuer à approfondir le marché malaisien, tiré par les échanges commerciaux en yuan qui deviendra aussi de plus en plus liquide ».

  • 27 Interview CHAN Quan Min, journaliste du magazine économique en ligne Kinibiz, PWTC, Kuala Lumpur, 3 (...)
  • 28 Malaysia opens the door to Chinese companies”, Kinibiz, 31 août 2013.
  • 29 Mr B. T., représentant de l’entreprise, rencontré dans le cadre d’une interview à Kuala Lumpur, 5 s (...)

34Moins convaincantes sont les introductions à la bourse malaisienne (Bursa Malaysia) d’entreprises chinoises : autorisées depuis 2006 par la Commission des opérations de bourse, la cotation transfrontalière (c’est-à-dire la cotation en Malaisie d’entreprises chinoises : cross-border listing) devait théoriquement s’ouvrir aux entreprises multinationales étrangères ayant des intérêts en Malaisie. Elle devait aussi permettre d’améliorer les relations financières avec des pays partenaires et élargir l’éventail des titres de haute qualité. Dans les faits, il a fallu des mois d’efforts gouvernementaux pour promouvoir cette innovation financière et attendre les suites de la visite d’État de Najib en Chine en 2009 pour qu’une entreprise chinoise se présente : XingQuan International Sports Holding Ltd, industrie de semelles en caoutchouc et d’articles de sport basée en Chine et enregistrée aux Bermudes. Son enregistrement n’a été effectif qu’en juillet 2012. Depuis l’offensive diplomatique de 2009 pour attirer ces entreprises, un petit nombre seulement de demandes a suivi : en 2013, on compte onze entreprises chinoises cotées à la Bourse de Kuala Lumpur (selon le décompte du magazine spécialisé Kinibiz). Ainsi l’ouverture de la Bourse nationale aux entreprises chinoises visait-elle à relier le pays et ses investisseurs à « l’économie la plus dynamique du monde », mais l’offre réelle s’avère bien maigre et sa qualité, tout à fait douteuse. En fait, selon le journaliste Chan Quan Min (Kinibiz), « nobody could be more enthusiastic about the increasing liberalisation of capital markets worldwide than the Chinese themselves »27 : ce sont les entreprises chinoises qui, selon les estimations de PricewaterhouseCoopers, jouent le plus ce jeu de la double cotation (la Chine représente 30 % des opérations de double enregistrement depuis qu’elles sont autorisées sur les places boursières dans le monde), en raison des difficultés considérables pour être cotées en bourse en Chine et de la concurrence extrême qui règne sur les places de Shanghai ou Shenzen. Mais si les entrées en bourse vont toujours être favorables à l’entreprise chinoise qui peut accéder ainsi à de nouveaux fonds prêtables, il se peut que par la suite, les autorités boursières se trouvent face à une société en holding dont le capital ne peut être saisi, qui ne distribue aucun dividende, et dont les actionnaires locaux sont totalement floués. Les journalistes malaisiens ont en tête la référence américaine : pas moins de 493 compagnies chinoises ont déjà été dé-listées de la bourse de New York (NYSE) depuis l’ouverture de cette dernière aux cotations transfrontalières28 ; des scandales ont aussi éclaté à Singapour dans le cadre d’entreprises du même genre. Selon le représentant d’une entreprise chinoise implantée en Malaisie29, les onze entreprises chinoises inscrites à la Bursa Malaysia, le plus souvent dans le secteur des biens de consommation, ne sont en aucun cas des fleurons industriels et le doute est permis sur l’apport qualitatif économique et financier de ces nouvelles interdépendances.

2. 3. Liens culturels : échanges croissants d’étudiants et faible présence des instituts Confucius

2. 3. 1. Les échanges d’étudiants s’accélèrent 

35La Malaisie devient progressivement un lieu familier de formation des étudiants issus de la classe moyenne supérieure chinoise. En effet, la Chine fait face à une demande intérieure croissante dans le domaine des études universitaires, qui ne peut être entièrement satisfaite : la Malaisie se présente comme une destination offrant des avantages intéressants car elle cumule formation correcte, coût des études relativement peu élevé et environnement sûr.

36En quelques années, les étudiants chinois sont devenus la seconde population étudiante étrangère de la fédération. Ils étaient 10 214 en 2010 (9 177 en 2009), sur un total de 86 923 étudiants non-autochtones, selon les chiffres du Ministry of Higher Education Malaysia (les statistiques des années suivantes n’ont pas été rendues publiques). Ils se classent derrière le contingent des étudiants iraniens (11 823 en 2010), mais devant celui des étudiants indonésiens (9 889 en 2010), qui constituaient jusqu’alors la population étudiante étrangère la plus importante présente en Malaisie.

37Environ 75 % de ces étudiants chinois sont couramment inscrits dans des établissements supérieurs privés, qui se sont multipliés depuis une décennie en Malaisie. Ils y côtoient de nombreux étudiants sino-malaisiens, surreprésentés dans le secteur académique privé, ce qui peut être à moyen terme un vecteur de liens informels à grande échelle très important dans la relation bilatérale entre les deux pays.

38Réciproquement, les diplômes chinois de Master sont reconnus en Malaisie depuis 2010, répondant à une attente forte (et très ancienne) de la communauté sino-malaisienne pour pouvoir valoriser des études faites en Chine. Pour le moment donc, les étudiants de la fédération présents en Chine étaient peu nombreux : 2 792 en 2010 (2 214 en 2009) et la Chine ne faisait pas partie des principales destinations d’expatriation des étudiants malaisiens, mais son attractivité devrait être croissante avec la reconnaissance des diplômes.

2. 3. 2. Faible développement comparé des Instituts Confucius en Malaisie

39Selon le Pr. D. Wong, directeur des relations internationales de l’Universiti Malaya, les centres culturels officiels de la Chine, les Instituts Confucius, n’attirent pas beaucoup d’étudiants en Malaisie, « parce que nous apprenions déjà à parler mandarin bien avant qu’ils n’arrivent ici ! ». L’institut est cependant présent dans la plus prestigieuse université du pays mais y joue le rôle d’un simple centre de langue pour les Malais et les Indiens plutôt que celui d’institut culturel, vecteur du soft power chinois. Ces Instituts ont en Malaisie une présence beaucoup plus limitée que dans les pays voisins d’Asie du Sud-Est : il n’y en a qu’un à l’Universiti Malaya – il y en a aussi un à Penang – alors qu’on en trouve 30 en Thaïlande (idem en Indonésie) ; les professeurs qui y enseignent sont tous envoyés directement de Chine mais ne côtoient pas énormément de monde en Malaisie.

40Ces deux aspects permettent de qualifier plus finement la modalité singulière d’investissement de la Chine en Malaisie : culturellement comme sur le plan monétaire, cet investissement en Malaisie s’effectue moins en attirant directement des citoyens cherchant à mieux comprendre la Chine et à parler chinois (par exemple via le soft power des Instituts Confucius), que « par le haut », dans une relation bilatérale d’État à État validée par des changements institutionnels comme, dans le cas présent, la reconnaissance des diplômes.

2. 4. Des ciblages régionaux pour la relation économique : Sarawak et Kelantan

41Enfin, la qualité de la relation bilatérale entre la Malaisie et la Chine ne doit pas être lue de manière uniforme : s’il existe un cadre très favorable au plus haut niveau (qualité des liens intergouvernementaux), ce cadre se décline en réalité à plusieurs échelles distinctes, interdépendantes et liées à la teneur de la relation officielle globale. Les principaux niveaux à prendre en compte sont, à côté du niveau intergouvernemental, le niveau régional (Chine et Malaisie). À cela s’ajouteront les réseaux divers (interpersonnels, institutionnels, associatifs, lobbys) et le niveau des entreprises et notamment de l’ethnic business, dont on démontrera plus loin la surestimation. On peut penser qu’en Asie du Sud-Est, la Malaisie est sans doute le seul pays avec lequel la Chine dispose d’une configuration aussi diverse de relations. Ainsi, au sein de ces relations « par le haut », on peut identifier le mouvement d’un ciblage régional opéré par la Chine, ciblage destiné aux États les plus riches en matières premières comme l’illustre les deux exemples présentés ici. Le territoire oriental du Sarawak (État malaisien de l’île de Bornéo) apparaît investi non seulement sur le plan des ressources naturelles mais des étudiants. À l’extrême nord de la Péninsule malaise, le Kelantan offre aussi un cas illustrant les spécificités de la méthode d’approche chinoise.

  • 30 Données MIDA, 2013. Sur l’ensemble du pays, le Sarawak ne représente cependant que 8 % du total des (...)
  • 31 On touche ici à un thème très largement développé dans la littérature en science politique et en éc (...)

42Ciblé par la Chine comme un territoire favorable au développement de liens étroits et importants sur le plan politico-économique (communauté sino-malaisienne conséquente, abondance de ressources naturelles, position géographique stratégique), l’État du Sarawak fait tout particulièrement l’objet d’investissements chinois : en 2011, c’est l’État de la Fédération qui a attiré le plus d’IDE originaires de Chine. Les investissements chinois s’y concentrent dans la production métallifère, en particulier à travers la création d’usines de fonte : de 2010 à 2012, des projets chinois de 37 millions, 47 millions et 54 millions $ ont été successivement approuvés par l’administration responsable des IDE industriels, la Malaysian Investment Development Authority30 et 2013 a encore été une année record en termes d’annonces d’implantations. Les liens étroits entre politique locale et intérêts économiques s’illustrent parfaitement par Smelter Asia, joint-venture de l’entreprise chinoise Aluminium Corp of China, avec Gulf International Investment Group Holding Sdn Bhd. Ces compagnies ont annoncé le développement conjoint d’un projet de 1,2 milliards $ de production d’aluminium (capacité annuelle de 370 000 tonnes) dans la commune de Samajalu (2 200 ha, en cours d’aménagement). Malgré les plaintes déposées à son encontre, en raison du désastre écologique annoncé et de la pauvreté des retombées économiques de long terme, le projet suit son cours. Ceci tient au fait que la famille proche du vieux Chief Minister melanau du Sarawak, Taib Mahmud, le plus ancien des Premiers ministres d’États fédérés en poste (du parti malais/melanau musulman PBB membre de la coalition gouvernementale du Barisan Nasional), est directement partie prenante de la société d’aménagement de Samajalu. Il s’agit là encore d’une société en joint-venture entre Naim Holdings Bhd (60 %), Chahya Mata Bhd (CMS) (30 %), détenues par la famille de Taib Mahmud, and Bintulu Development Authority (BDA) (10 %)31. Le développement des liens commerciaux chinois avec le Sarawak est aussi très important : à cet égard, The Sarawak Chambers of Commerce and Industry (SCCI), association qui représente l’ensemble des intérêts économiques locaux, a bien compris les opportunités en termes de croissance et d’indépendance par rapport à l’État fédéral qu’elle pouvait retirer d’un renforcement de ses liens économiques directs avec la Chine (la chambre de commerce a d’ailleurs publiquement rappelé à plusieurs reprises cet objectif). Par ailleurs, la Shanghai Jiao Tong University, avec l’assentiment des autorités locales, a prévu d’ouvrir une antenne universitaire au Sarawak en 2014 ; de son côté, la Guangdong University a déjà scellé un partenariat avec le campus implanté au Sarawak de l’université australienne Curtin University. Pour ces deux antennes universitaires situées dans un État marqué par une forte population d’origine chinoise (CHIN, 2012), la dimension ethnique, a été mise en relief pour justifier le ciblage du Sarawak.

  • 32 La critique plus générale et systématique que l’on peut adresser à l’argument de la préférence ethn (...)

43Mais ce critère ne fonctionne plus lorsqu’on doit expliquer l’intérêt de la Chine pour d’autres États malaisiens32. Ainsi, le 16 mai 2007, l’État du Kelantan, gouverné par le PAS (principal parti islamique malaisien), a signé une joint-venture avec la société chinoise CNMC Goldmine Ltd pour l’exploitation d’une importante mine d’or (Sokor). La négociation a notamment été menée par Dato’ Kamarudin Jaffar (député du Kelantan, membre influent de la direction du PAS). Au-delà des aspects officiels de l’accord, ce dernier prévoyait le financement sous la forme d’un mécénat d’une importante école coranique d’État. En 2011, un nouveau partenariat a été signé pour la poursuite de l’exploitation de la mine de Sokor. Il a acté cette fois la création d’une entreprise à part entière (CNLC Mining Group), détenue à 81 % par CNMC Goldmine Ltd, les autres parts étant partagées entre l’État du Kelantan et le frère du sultan du Kelantan.

3. Chine-Malaisie ? Une relation politiquement consensuelle et inoffensive pour les équilibres politiques internes malgré la présence d’une forte minorité chinoise en Malaisie

3. 1. Les oppositions traditionnelles à l’UMNO sont parties prenantes du consensus sur la Chine

3. 1. 1. Le Democratic Action Party qui gouverne l’île de Penang juge très précieuse la relation à la Chine

  • 33 Interview de Mr Chow Kong Yeow, DAP, Komtar, Penang, le 26 août 2013.

44Lorsqu’on évoque l’influence économique croissante de la Chine en Malaisie, le point de vue de Penang est particulièrement intéressant car l’île, ancien comptoir de la colonie britannique, est historiquement à majorité chinoise. Ensuite, depuis 2008, elle est politiquement gouvernée par le parti d’opposition Democratic Action Party, (DAP), après avoir été longtemps dirigée par le parti Gerakan (partenaire à dominante sino-malaisienne de l’UMNO au sein de la coalition au pouvoir, le Barisan Nasional). Ainsi, depuis la victoire de l’opposition, le gouvernement fédéral ne fait « aucun cadeau » à l’administration locale de l’île de Penang (pour ne pas parler de blocage et d’asphyxie budgétaire). Aujourd’hui Lim Guan Eng, le Chief Minister DAP de Penang, est très populaire et les élections générales de mai 2013 ont encore confirmé sa popularité. L’un de ses conseillers municipaux et député à l’Assemblée législative de Penang, pourtant au cœur des conflits avec Kuala Lumpur, s’inscrit sur le plan de la politique étrangère dans la plus pure continuité : « par rapport à la Chine, aux États-Unis ou à l’Europe, si nous arrivons au pouvoir en 2018, nous continuerons selon les grandes directions suivies par nos prédécesseurs. C’est vis-à-vis des pays musulmans que nous pourrions envisager des changements »33. À l’évocation d’une menace chinoise, Chow Kong Yeow (DAP) affirme sans détour : « nous avons été très bien traités par la Chine depuis 40 ans ». Lorsqu’on souligne l’asymétrie objective de la relation entre la Malaisie face à la Chine, Chow est à nouveau très clair : « la Malaisie est un petit pays qui ne va pas changer le monde ». Comment expliquer de la part du DAP, parti malaisien démocratique, une telle absence de critique de la politique chinoise en faveur de l’UMNO ? Est-ce si réjouissant de voir le gouvernement fédéral soutenu par toutes ces initiatives économiques (second pont de Penang ; parc industriel de Kuantan) et soutenu politiquement avant les élections de la part d’un gouvernement autoritaire ? « Ce n’est pas que la Chine soutienne l’UMNO, c’est qu’elle pratique la non-interférence dans nos affaires intérieures ; c’est dans l’ordre des choses et c’est in fine très positif pour nous que les relations s’approfondissent ». Quand on connaît les critiques virulentes du DAP à l’encontre de l’autoritarisme du gouvernement, de l’UMNO et du manque de libertés civiles en Malaisie, le respect témoigné vis-à-vis du gouvernement chinois est un peu étonnant. « Nous (DAP) avons cependant d’excellentes relations avec la Chine, inscrites dans une longue histoire de relations familiales et politiques, tout particulièrement à Penang où le père révolutionnaire de la Chine moderne [Sun Yat-Sen] a trouvé refuge dans les années 1920 » : parallèlement au protocole d’accord (MoU) qui existe entre le PCC et l’UMNO, le DAP de Penang entretient déjà d’intenses relations avec la Chine (et se targue de très nombreux voyages) : relations sans doute tant officielles que non-officielles ou même vraisemblablement dissidentes. Le parti DAP joue donc déjà vis-à-vis de la Chine sur tous les tableaux : celui du pouvoir politique en place comme de la société civile aux aspirations démocratiques ; celui des rapports d’affaires et de la légitimité du PCC comme des alternatives politiques. Mais sur le plan du discours, il n’y a strictement aucune raison de remettre en cause les relations actuelles, bien au contraire. Ainsi, malgré une proposition initiale alternative, le projet de deuxième pont de Penang signé entre les deux gouvernements n’a-t-il pas été remis en cause à l’arrivée au pouvoir du DAP : « la relation avec la Chine est trop précieuse pour qu’un tel projet soit annulé suite à un changement politique local » souligne raisonnablement Chow.

3. 1. 2. Partis politiques, syndicats, société civile : un extraordinaire consensus face à la Chine

  • 34 La Malaisie, pays à revenu intermédiaire supérieur depuis le milieu des années 1990 (au PIB par hab (...)

45Il est très significatif que les voix singulières et très bien inscrites dans le paysage médiatique et social malaisien ne développent pas de questionnement, ni d’inquiétude, ni de remise en cause des relations Chine-Malaisie malgré l’influence économique croissante du grand voisin. Après avoir rencontré des interlocuteurs issus du Parti islamique d’opposition, le PAS (Abdul Rhaman Maidin, Kuala Lumpur), du Congrès malaisien des syndicats de travailleurs, le MTUC (Ravi Pillai : Penang) ou de l’ONG islamique de défense des droits des femmes, Sisters in Islam (Ratna Osman ; Norani Othman, Petaling Jaya) un étonnant consensus se dégage. Il apparaît évident pour tous que la Chine se développe et, sur le plan industriel, nourrit une vive concurrence avec les productions de Malaisie, de même qu’elle est très attractive en termes d’IDE. Peut-être même est-elle en partie la cause de la situation dite de Middle-Income Trap dans laquelle le pays se trouve bloqué selon la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement34. Par contre, aucun effet politique interne n’est attendu de cet acteur lointain. Le soutien au gouvernement n’est pas mentionné, la question est seulement celle de la bonne relation Chine-Malaisie qui semble assurée et rassurante pour les différents partis ou courants interrogés. Le travail politique qui les attend est évident : renverser le BN lors des prochaines élections. Même le syndicat des travailleurs n’a pas de discours sur la présence d’entreprises chinoises qui contribueraient à exercer une pression à la baisse sur les salaires. Ce n’est pas le cas en Malaisie où les grandes entreprises qui, actuellement dans l’électronique, rechignent à appliquer le salaire minimum et s’ouvrir à une présence syndicale ne sont pas chinoises mais américaines, taiwanaises et japonaises. Enfin, le gouvernement qui a permis la sous-traitance dans de nombreux domaines est critiqué pour la détérioration des conditions de travail que cela occasionne au sein du salariat. Tous les sujets sont passés en revue : la Chine n’en est pas un.

3. 2. Une minorité sino-malaisienne désormais très intégrée à la société malaisienne

3. 2. 1. Parce que les Chinois de Malaisie se sentent parfaitement Malaisiens

Les Chinois aujourd’hui en Malaisie ne sont plus capables de s’identifier à la Chine. (Pr. D. Wong, historien, U. Malaya)

  • 35 Cette origine est cruciale dans la culture chinoise où on va se faire enterrer dans le village d’or (...)
  • 36 Entretien avec Mr. Pr. Danny Wong Tze Ken, Universiti Malaya, Petaling Jaya, le 6 septembre 2013.

46Les « Chinois de Malaisie » ne sont d’ailleurs plus Chinois de Chine depuis très longtemps (en 1957, 75 % d’entre eux étaient déjà nés en Malaisie, Hirschman, 1972, p. 48-49) : les jeunes adultes d’aujourd’hui sont le plus souvent de la troisième ou quatrième génération, la République populaire de Chine n’est donc plus un point de référence identitaire, et il n’y a plus de sentiment d’appartenance nationale depuis longtemps. Les jeunes générations dont la présence aux élections générales de 2013 a pesé très lourd car ils ont voté massivement pour l’opposition au BN (et ont fait voter leurs parents contre le BN pour la première fois) ne connaissent plus forcément le nom du village ou même de la province chinoise d’où leur famille est originaire35. Si les premières décennies de l’ouverture de la Chine au reste du monde (1980-1990) ont donné lieu à des retrouvailles familiales entre Malaisie et Chine et des voyages à forte tonalité affective, la décennie 2000 est marquée par la normalisation du tourisme vers la Chine, que l’on visite pour ses beautés géographiques ou ses villes, non pour y rechercher des racines culturelles et familiales. « C’est la terre des ancêtres et on y a de lointain cousins, mais de là à s’en sentir proche... »36. Pour la plupart des Chinois de Malaisie (autrement dits sino-Malaisiens), il n’y a plus de liens familiaux réels et entretenus avec la Chine. Si, exceptionnellement certaines familles sont parvenues sur plusieurs générations à maintenir les liens, la plupart n’en ont plus. D’ailleurs il faut un visa pour aller en Chine. Bref, la Chine est vue désormais comme un gisement d’opportunités pour les affaires, un lieu où voyager et faire du tourisme, mais certainement pas une mère-patrie ou une référence politique. « Les J.O. de Pékin nous ont fait plaisir parce qu’ils mettaient à l’honneur la culture chinoise que nous partageons, mais pas parce que c’était la Chine : d’ailleurs pour les Chinois, quand nous voyageons là-bas, nous sommes des étrangers et, comme tels, pas forcément traités sur un pied d’égalité ! C’est aussi le cas de nos étudiants qui n’y sont pas considérés comme des Chinois mais comme des étudiants étrangers » selon D. Wong, historien spécialiste des Chinois de Malaisie et des relations Malaisie-Chine.

3. 2. 2. Parce que les ressorts ethniques du business ont été largement surévalués

47Beaucoup d’observateurs de l’essor économique de la Chine ont pensé qu’il y avait un lien direct entre la Chine et les « Chinois d’outre-mer », une vaste population dont 80 % réside en Asie du Sud-Est : la population malaisienne a compté, au cours de son histoire contemporaine, jusqu’à 40 % de minorités chinoises, elle y occupe donc une place de premier plan. Ce lien théorique suppose que les relations ethniques étaient un facteur important voire déterminant des relations d’investissement et des relations commerciales. On verra plus loin que certains milieux d’affaire malaisiens, comme les chambres de commerce, reprennent à leur compte cette vulgate de la culture partagée médiatrice et facilitatrice des relations d’affaires (langue, réseaux, traditions etc.). Cependant, il faut faire l’effort de mettre à distance ce rapprochement trop facile pour comprendre la situation actuelle. En particulier pour pouvoir expliquer la coupure politique claire et radicale entre les rapports de force interethniques, en fait largement sociopolitiques, internes à la Malaisie et les liens économiques étroits entre les deux pays, ces derniers étant orchestrés et orientés au plus haut niveau dans l’intérêt bien compris des gouvernements conservateurs chinois et malaisien.

48Les termes de « diaspora chinoise » ou de « Chinois d’outre-mer » sont actuellement remis en cause pour décrire la période contemporaine par les historiens et géographes qui étudient les populations chinoises d’Asie du Sud-Est et leurs liens avec la Chine (Suryadinata, 1997 ; Gomez, 1999 ; Jomo et Folk, 2003). En effet, l’idée que les Sino-Malaisiens envisageraient de retourner dans leur pays et d’y rapatrier leurs avoirs, leurs entreprises établies en Malaisie a clairement déserté les esprits, et ce depuis au moins un demi-siècle. Au xixe, on devait d’ailleurs distinguer déjà deux types d’émigration chinoise, ceux qui s’établissaient dans les pays d’accueil et ceux qui étaient des marchands mobiles (Chinese sojourners, Huaqiao) aux circulations réversibles. Seuls ces derniers avaient l’intention de retourner éventuellement en Chine au cours de leur existence. Les travaux sérieux sur l’ethnic business, autrement dit sur la composante ethnique des investissements de l’Asie du Sud-Est en Chine, confirment la surévaluation de cette dimension dans les investissements financiers, quelle que soit la période étudiée. L’analyse des flux d’argent depuis un siècle montre qu’ils ont longtemps contribué à améliorer le sort des familles restées sur place tandis que les investissements qui les accompagnaient parfois (de l’ordre de 5 % des flux d’aide personnelle) avaient pour but de financer des journaux et des activités culturelles, très rarement des projets économiques et industriels (Wang, 1997). Avant la seconde guerre mondiale, on estime à 3,5 milliards de dollars les investissements des Chinois d’outre-mer en Chine, dont 60 % vers le Guangdong ; le reste se répartissant pour moitié dans le Fujian, et dans la région de Shanghai. D’autre part, les années 1950 (indépendances) sont caractérisées par l’investissement des Chinois d’Asie du Sud-Est dans leurs pays d’accueil, où ils ont participé à la construction nationale des nouveaux États auxquels ils témoignent leur loyauté. La décennie 1966-1976 du grand bond en avant a opéré la coupure temporelle et symbolique certainement la plus forte et la plus définitive entre la Chine et les Chinois d’Asie du Sud-Est dont les familles restées sur place sont menacées. Les années suivantes, jusqu’en 1989 au moins, étaient marquées par la réticence et la plus grande prudence à investir en Chine, malgré l’ouverture de Deng Xiaoping : même si l’ouverture de la Chine est saluée et les transferts de revenus encouragés, très peu d’investissements productifs sont engagés. Les envois d’argent ont pour but d’améliorer les revenus des familles, d’acheter du terrain et des maisons dans les villages d’origine, d’aider dans une perspective philanthropique les régions frappées par les catastrophes naturelles ou, politiquement, de soutenir la Chine dans les moments de salut national (guerres impérialistes occidentales et japonaises). Mais jusqu’à la fin des années 1980, le profit n’a jamais été la cause première des projets d’investissement et des envois d’argent, ce qui était parfaitement rationnel : la Chine étant continuellement sous la menace d’ennemis intérieurs ou extérieurs voire en grand péril d’effondrement ou de chaos, elle n’offrait, sur longue période, que trop peu de garanties pour des investissements mus par le profit.

49Ensuite il est vrai que le gouvernement chinois a, à certaines époques, cherché à jouer sur cette proximité culturelle pour favoriser les entrées d’investissements dans le pays. En effet, la réussite économique plus marquée des entrepreneurs d’origine chinoise au sein des économies sud-est asiatiques pouvait inciter la Chine à jouer à son tour sur la dimension ethnique. Mais ces réussites avérées sont tout sauf généralisées (bien qu’elles aient accrédité la thèse de la domination économique chinoise de l’Asie du Sud-Est que certains groupes ont payé par des pogroms dans leurs pays d’accueil), elles sont très hétérogènes selon les pays, les soubassements économiques divers et d’inégale pérennité. Comme toutes populations d’entrepreneurs, elles dépendent de leurs liens avec le gouvernement et en subissent les aléas : si certains gouvernement de l’ASEAN ont encouragé leur développement (Philippines, Thaïlande), la Malaisie les a clairement freinés depuis la nouvelle politique économique de 1971 (Lee K.-H. et Tan C.-B., 2000).

50Ainsi, il est parfaitement établi désormais que :

51Les entrepreneurs sino-malaisiens vont poursuivre leur dynamique d’investissement en Chine si les profits restent supérieurs à ceux que l’on peut obtenir dans d’autres régions. Ces IDE donnent lieu à réinvestissement sur place, qui contribuent ainsi au développement de la Chine, mais sans pour autant que cela s’inscrive dans un quelconque projet nationaliste pro-chinois (comme cela a pu être le cas bien qu’à titre largement exceptionnel à la fin de la dynastie Qing puis dans la période de soutien aux mouvements révolutionnaires et réformateurs aboutissant à la République de Chine en 1911). Les entreprises sino-malaisiennes – le plus souvent des PME – qui investissent en Chine en retirent des bénéfices qui profitent à la Malaisie d’origine d’autant plus facilement que la question de la convertibilité du yuan s’améliore. Cette situation d’investissements sino-malaisiens massifs et mue par les seuls motifs financiers est historiquement sans précédent.

52Dès lors que les investissements en Chine perdront leurs avantages en termes de profitabilité, la participation des Chinois de Malaisie à leur financement diminuera rapidement.

53Si la situation intérieure de la Chine se transformait, si la croissance se ralentissait fortement et le climat politique se chargeait d’incertitudes et d’instabilité, les capitaux malaisiens seraient retirés sans délais pour se réinvestir en Malaisie ou dans d’autres pays. Il se peut que Najib le sache bien, ce qui ne l’empêche pas de courtiser la Chine pour ne pas se dédire de l’héritage paternel (Tun Razak étant, on l’a dit, le père du rapprochement diplomatique sino-malaisien). Dans un contexte hypothétique de repli des capitaux, on peut imaginer que les liens familiaux des Malaisiens vis-à-vis de la Chine n’engendreraient pas leur remplacement par des flux monétaires affectifs et familiaux (transferts de revenus) car ces liens ont été distendus par le temps : le retour aux pratiques solidaires du passé serait possible mais à des échelles amoindries.

54Enfin, s’il est devenu évident dès le début des années 1990 que les minorités chinoises d’Asie du Sud-Est n’ont pas le monopole de l’investissement en Chine, à l’inverse, la Chine n’a pas l’exclusivité de leur intérêt : au fur et à mesure de son développement, elle perdra progressivement de son attractivité ; et ce autant (sinon plus vite) aux yeux des capitalistes d’origine chinoise nés et établis dans les pays de l’ASEAN, que vis-à-vis du reste du monde (Wang, 1997, p. 27-28).

3. 2. 3. Parce que les affaires avec la Chine ne sont pas toujours si lucratives

  • 37 Entretiens, Kuala Lumpur : représentant de la Chambre de commerce et d’industrie chinoise de Malais (...)

55Contrairement au discours convenu de la Chambre de commerce des Chinois de Malaisie (ACCIM) ou de l’administration chargée de la promotion des investissements étrangers en Malaisie (MIDA), qui mettent en avant les liens culturels et le réseau – ou « guangxi » – pour la conduite des affaires entre la Chine et la Malaisie37, ces soi-disant liens privilégiés Chinois de Malaisie / Chinois de Chine apparaissent parfois assez factices. En aparté, un conseiller en relations d’affaires et placements d’une trentaine d’années (Mr. B. T., représentant d’une Holding sino-malaisienne S.H.) nous dit que les affaires avec la Chine sont extrêmement difficiles et hasardeuses ; que les Malaisiens peuvent perdre beaucoup dans des négociations qui achoppent à mi-parcours, après avoir engagé des sommes importantes, sur des autorisations officielles nécessaires à plusieurs niveaux : il se peut qu’elles ne soient pas accordées malgré tous les liens culturels (langue, culture chinoise etc.) mis en avant par la Chambre de commerce et d’industrie sino-malaisienne. « Les Chinois, anciens communistes, sont des gens sans religion, à la différence de nous en Malaisie : comment peuvent-ils avoir une moralité ? À côté du faux lait pour bébé, du faux riz, il y a les comptes d’entreprises truqués, les fausses usines : quand je conseille des investisseurs, je leur dis toujours d’aller voir sur place si l’usine existe vraiment ». Ceci semble d’ailleurs assez bien rejoindre les interrogations soulevées dans les journaux par les entreprises chinoises introduites en bourse à KLSE. Ce discours désabusé d’un intermédiaire financier souligne le fait que, bien loin d’un ethnic business enchanté, les relations d’affaire des Chinois de Malaisie avec la Chine restent très dures, et sont loin d’être toujours couronnées de succès : « finalement bien peu de Malaisiens font beaucoup d’argent en Chine parce qu’en général ils sont lâchés par les Chinois au bout de 2-3 ans : cela peut venir du côté de l’attribution des licences, des permis de travail, parce qu’ils exigent plus d’argent, etc. ». Notre interlocuteur relativise fortement la rhétorique autour de la proximité culturelle et linguistique : il faut s’entourer des bons partenaires et être très prudents car la réussite en Chine exige de trouver les bons réseaux au niveau des autorités locales, des banques locales, du gouvernement, ce qui n’est jamais garanti.

  • 38 La question des liens entre pouvoir et économie a été longuement étudiée au moment de l’accélératio (...)
  • 39 Source : Teoh Kok Lin, rencontré au titre de la Chambre chinoise du commerce et de l’industrie de M (...)

56En Malaisie, les leviers relationnels les plus efficaces pour établir des affaires avec la Chine sont à chercher du côté de la Chambre de commerce sino-malaisienne et du Malaysia-China Business Council : The Associated Chinese Chamber of Commerce and Industry of Malaysia (ACCCIM) peut être considérée comme proche des réseaux du parti chinois historique de Malaisie, la Malaysian Chinese Association (MCA), puissant relai, autant qu’un lobby, pour favoriser les liens politiques et économiques entre la Malaisie et la Chine38. Le président de la Chambre de commerce, Lim Kok Cheong, est connu pour sa proximité avec la sphère politique et est réputé favorable aux milieux d’affaires chinois. Il était précédemment le numéro deux de l’association et s’occupait prioritairement de ses relations extérieures et de ses réseaux. Inquiète des effets éventuels sur la relation bilatérale sino-malaisienne de la signature par la Malaisie du Trans-Pacific Partnership Agreement (proposé par les États-Unis), l’association s’en est émue publiquement et s’est prononcée pour une participation de la Chine à l’accord, appelant le gouvernement à peser pour faire en sorte que le pays y soit associé. L’ACCCIM bénéficie d’ailleurs de liens très suivis et étroits avec l’ambassade de Chine en Malaisie39, les liens sont ici très réguliers et la Chine est à l’initiative. On peut mentionner un autre réseau informel qui s’apparente à un lobby liant le monde des affaires malaisiens à la Chine : la puissante fédération des associations chinoise de Malaisie (The Federation of Chinese Associations Malaysia ou Huazong).

Conclusion : le rapprochement avec la Chine n’est pas porteur de rupture dans l’équilibre des forces politiques intérieures

57Le rapport des forces politiques en Malaisie n’est pas modifié par la montée en puissance économique et politique de la Chine, cette dernière n’interférant ni explicitement, ni discrètement en faveur des Sino-Malaisiens. Au contraire, elle joue plutôt pour le parti malais à la tête de la coalition au pouvoir depuis l’Indépendance, l’UMNO et, le plus souvent par son entremise, pour les grandes entreprises multinationales qui lui sont liées organiquement (Government Linked Companies, GLC’s). Une influence pro-sino-malaisiens de la Chine n’est envisagée par aucun des interlocuteurs rencontrés, quel que soit leur appartenance ethnique et leur bord politique. Pour les Chinois de Malaisie, la modification souhaitée des équilibres politiques est entre leurs mains (Lee K.-H., 2012), le succès aux prochaines élections est fortement désiré et d’autant plus sérieusement envisagé que la victoire de l’UMNO a été courte en mai 2013 (sauvé par un découpage électoral favorable alors que la coalition, dont il est le cœur, ne remportait pas la majorité des voix). Ce basculement politique fortement attendu dépend de la capacité de l’opposition (coalition du Pakatan Rakyat) à s’organiser mieux encore qu’aux dernières élections, à capitaliser sur les succès déjà remportés et à continuer à gagner la confiance dont la jeunesse les a crédités lors du scrutin.

58Face au titre du journal Utusan de l’UMNO au lendemain des élections « Qu’est-ce que les Chinois veulent de plus ? », il n’y avait aucune ambiguïté sur la nationalité des Chinois ainsi interpelés : il s’agit bien, pour la frange droitiste de l’UMNO, de pointer du doigt les Chinois de Malaisie qui ont délaissé le parti chinois traditionnellement associé au pouvoir (MCA) pour les partis d’opposition (DAP ; PKR). Ce faisant, l’opuscule renforce l’expression du Premier ministre Najib parlant d’un « tsunami chinois » : presque défait par les élections, le gouvernement préférait renvoyer l’échec politique à une opposition ethnique chinois-malais rebattue ad nauseam par le pouvoir dès qu’il se trouve en difficulté.

59Mais, comme le dit Wong très fermement, « la Chine ne figure pas dans cette configuration ». Il s’agit là de jeux politiques internes où elle ne tient actuellement apparemment aucune place. La Chine joue le jeu du pouvoir légitime (non-interférence dans les affaires politiques intérieures), ce qui sert, pour le moment, les intérêts malais de l’UMNO, du Barisan National mais cela, non seulement au sommet du pouvoir politique et économique à Kuala Lumpur, mais aussi à Kuantan ou au Kelantan.

Haut de page

Bibliographie

Boisseau du Rocher S. (2006), « Réorganisations régionales en Asie orientale : le facteur chinois », Revue internationale et stratégique, n° 63, vol. 3, p. 19-30.

Boisseau du Rocher S. (2014), « Chine/ASEAN, Une diplomatie tous azimuts rondement menée », Asie. Visions, n° 67, Ifri centre Asie, février.

Bunnel T. (2006), Malaysia, Modernity and the Multimedia Supercorridor, a Critical Geography of Intelligent Landscapes, London, Routledge Curzon.

Chaponnière J.-R., (2014), « L’ASEAN entre le Japon et la Chine », in L’Asie du Sud-Est 2014. Bilan, enjeux et perspectives, J. Jammes et F. Robinne (dir.), Paris, Bangkok, Les Indes savantes-IRASEC, p. 17-37.

Chea B. (2009), “The Communist Insurgency in Malaysia, 1948-1990: constesting the Nation State and Social Change”, New Zealand Journal of Asian Studies, n° 11, vol. 1, June, p. 132-52.

Chin J. (2012), “Forced to the Periphery: Recent Chinese Politics in East Malaysia”, in Malaysian Chinese: Recent Developments and Prospects, Lee H. G. et L. Suryadinata (eds.), Singapour, Iseas Publishing, p. 109-124.

Delfolie D. (2013), « Le développement de la finance islamique en Malaisie : l’histoire d’un volontarisme d’État », Revue de la régulation n° 13, 1er semestre.

Fau N. (2013), « Malaisie : l’année des “promesses tenues” ? », in L’Asie du Sud-Est 2013. Bilan, enjeux et perspectives, J. Jammes et F. Robinne (dir.), Paris, Bangkok, Les Indes savantes-IRASEC, p. 219-242.

Fau N. (2014), « Malaisie : continuité politique dans un pays en mutation », in L’Asie du Sud-Est 2014. Bilan, enjeux et perspectives, J. Jammes et F. Robinne (dir.), Paris, Bangkok, Les Indes savantes-IRASEC, p. 245-267.

Gomez E.T. (1999), Chinese Business in Malaysia: Accumulation, Ascendance, Accomodation, Abington, Routledge.

Gomez E.T., Jomo K.S. (1999), Malaysia’s Political Economy. Politics, Patronage and Profits, Cambridge, Cambridge University Press.

Hirschman C. (1972), “Ethnic Stratification in West Malaysia”, PhD thesis, University Wisconsin, 234 p.

Jomo K.S., Folk B.C. (2003), Ethnic Business, Chinese Capitalism in Southeast Asia, Abington, Routledge.

Kahn M.H. and Jomo K.S. (eds.) (2000), Rents, Rent-Seeking and Economic Development. Theory and Evidence in Asia, Cambridge, Cambridge University Press.

Khor Y. L. (2013a), “The Significance of China-Malaysia Industrial Parks”, ISEAS Perspective, n° 37, June.

Khor Y. L. (2013b), “The Tough Task of Narrowing the Malaysia’s Fiscal Deficit”, ISEAS Perspective, n° 56, October.

Kuik C.-C. (2013), “Malaysia’s China Policy under Abdullah, more Continuity than Change ?”, in Welsh and Chin (eds), Awakening, the Adbullah Badawi Years in Malaysia, SIRD, Petaling Jaya.

Lafaye de Micheaux E. (2009), “‘Penang’s Illustrious Story’ Revisited: Local Authorities, Labor Force and the Multinationals”, in Asian Industrial Clusters, Global Competitiveness and New Policy Initiatives, B. Ganne and Y. Lecler (eds.), Singapour, World Scientific, p. 507-552.

Lafaye de Micheaux E. (2012), La Malaisie, un modèle de développement souverain ?, Lyon, ENS éditions.

Lafaye de Micheaux E. (2014), « La Malaisie aux prises avec le middle-income trap ? 2003-2013 : incertitudes du présent et crispations politiques », Dynamiques internationales, n° 9, avril. http://dynamiques-internationales.com/publications/numeros-thematiques/numero-9-avril-2014/

Lee H. G., Suryadinata L. (éd.) (2012), Malaysian Chinese: Recent Developments and Prospects, ISEAS Publishing, Singapour.

Lee J. (2014), “Sino-Malaysia Trade Ties Remain Strong But Complex”, ISEAS Perspective, n° 13, March.

Lee K.-H. (2012), “Quo Vadis: the Chinese in Malaysia”, in Malaysian Chinese: Recent Developments and Prospects, Lee H. G., L. Suryadinata (eds.), Singapour, ISEAS Publishing, p. 45-69.

Lee K.-H., Tan C.-B. (eds.) (2000), The Chinese in Malaysia, New York, Oxford University Press.

Lemoine F. (2007), « La montée en puissance chinoise et l’intégration économique en Asie », Hérodote, vol. 125, n° 2, p. 62-76.

Lockman S. (2013), “Why Malaysia Isn’t Afraid of China for now”, blog du centre Australien d’analyse stratégique : The Strategist, April 24th, http://www.aspistrategist.org.au/why-malaysia-isnt-afraid-of-china-for-now/

Ooi K. B. (2013), “Malaysia’s BN Stays in Power, But Deep Changes Have Nevertheless Occurred”, ISEAS Perspective, n° 38, June.

Permal S. (2013), “Leveraging on China-Malaysia Relations in the Maritime Domain”, SEA Views, n° 10, MIMA, August.

Saw S.H. (ed.) (2007), ASEAN-China Economic Relations, Singapour, ISEAS Publishing.

Suryadinata L. (ed.) (1997), Southeast Asian Chinese and China, the Politico-Economic Dimension, Singapour, Times Academic Press.

Tréglodé B. de (2014), « L’Asie du Sud-Est et la Chine de Xi Jinping : le grand accommodement », Annuaire français de relations internationales, Paris, La Documentation française.

Wang G. (1997), “Southeast Asian Chinese and the Development of China”, in Southeast Asian Chinese and China, the Politico-Economic Dimension, Suryadinata L. (ed.), Singapour, Times Academic Press, p. 12-30.

Haut de page

Notes

1 Les exportations malaisiennes s’élèvent à 226 milliards de US$ en 2012, dont 29 milliards US$ vers la Chine. Celles-ci ont augmenté de 31 % entre 2008 et 2012. Globalement, le pays dégage un excédent commercial structurel : il est de 31 milliards US$ en 2012. Mais vis-à-vis de la Chine, le commerce bilatéral apparaît déficitaire d’un milliard US$ en 2012, après avoir été excédentaire de 2009 à 2011 (de +2 à +5,5 milliards en 2011). Economic Planning Unit, Malaisie (Malaysia in Figures, 2013, table 8.6) Taux de change retenu pour 2012 : 1US$ = 3,09 MYS.

2 Xi’s visit ushers in new era in China-Malaysia ties”, Global Times, Chine, October 5th 2013, http://www.globaltimes.cn/content/815646.shtml

3 En septembre 2005, la Malaisie signait un Memorandum of Understanding (MoU) en matière de coopération bilatérale de défense avec la Chine, le premier du genre entre un pays de l’ASEAN et la Chine (Permal, 2013).

4 China, Malaysia agree to lift ties to comprehensive strategic partnership”, Xinhua (Chine), October 5th 2013, http://news.xinhuanet.com/english/china/2013-10/04/c_132772213.htm et “Malaysia-China agree on Strategic Partnership”, Sharanjit Singh, New Straits Times (Malaisie), October 4th 2013.

5 La rivalité s’illustre par exemple dans la visite du Président Xi Peng d’octobre 2013, annoncée par la Chine en juillet immédiatement après l’annonce officielle de la venue de B. Obama tout en le précédant dans le calendrier. Après avoir retiré le plus de bénéfices politiques possibles sur le plan intérieur de la visite chinoise d’octobre (nombreux articles de presse, réaffirmation du lien privilégié), la Malaisie semblait à nouveau prêter une attention tout à fait soutenue au Partenariat transpacifique proposé par les États-Unis.

6 Mahathir Mohamad, leader populiste conservateur de l’UMNO, fut Premier ministre de Malaisie de 1981 à 2003. Doctor M. est resté depuis une figure importante de la politique malaisienne.

7 http://english.astroawani.com/news/show/interesting-facts-about-the-second-penang-bridge-31012

8 Le fait que l’échange soit sous forme de compensation est intéressant et manifeste une part de troc dans les relations bilatérales d’État à État. On peut se demander alors quel est le prix relatif « implicite/virtuel » (shadow price) de ces échanges, en comparaison des prix mondiaux de l’huile de palme, mais c’est là une piste de recherche non encore explorée par nous. On peut aussi y mesurer le coût économique de la violence politique d’une relation trop fortement asymétrique. Une transaction de même nature a été proposée à la Thaïlande par la Chine (infrastructure ferroviaire versus denrées agricoles) en 2012 selon S. Boisseau du Rocher (2014, p. 18).

9 Selon la terminologie fixée par T. Pairault pour les entreprises sous tutelle publique directe, il s’agit précisément d’une entreprise à capitaux publics filiale à 100 % d’une entreprise elle aussi à capitaux publics mais cotée en bourse et elle-même filiale d’une entreprise centrale à capitaux 100 % publics. Voir aussi Thierry Pairault, « Les entreprises chinoises sous la tutelle directe du gouvernement illustrées par leur investissement en Afrique », Revue de la régulation, n° 13, 1er semestre.

10 Ian MacIntyre, journaliste d’origine malaysiano-irlandaise du Star, le grand quotidien national fondé par le parti de gouvernement chinois (MCA), a été le seul de nos interlocuteurs à évoquer la démonstration de puissance. Entretien du 28 août 2013, Penang.

11 Présidé par le Premier ministre, Iskandar représente actuellement le plus ambitieux programme de développement industriel du pays. Il se situe en arrière-plan de Singapour, à l’extrémité sud de la péninsule malaise. http://www.iskandarmalaysia.com.my/

12 “China’s Real and Present Danger”. Foreign Affairs, August 12th 2013, http://www.foreignaffairs.com/articles/139651/avery-goldstein/chinas-real-and-present-danger. “The Rise of Chinese Power”, Severino, May 27th 2013, Iseas Perspective, 2013/32.

13 Nous esquissons quelques éléments d’analyse dans le cadre de cet article car le sujet est au cœur de la relation Malaisie-Chine pour cet « opinions-débats ». Pour des développements plus conséquents, nous renvoyons le lecteur aux spécialistes de stratégie, de géographie maritime et de géopolitique.

14 Entretien, MIMA, Kuala Lumpur, 29 août 2013.

15 N. Fau, MIMA, Kuala Lumpur, entretien juin 2014.

16 Pour plus d’éléments sur cet incident et l’extrême modestie alors de la réaction malaisienne : S. Lockman, “Why Malaysia Isn’t Afraid of China for now”, blog du centre Australien d’analyse stratégique : The Strategist, 24 avr. 2013, http://www.aspistrategist.org.au/why-malaysia-isnt-afraid-of-china-for-now/. L’auteur y rappelle notamment que l’ambassade de Chine à Kuala Lumpur était celle qui, en 2012 avait délivré le plus grand nombre de visas pour la Chine.

17 Pour S. Boisseau du Rocher (2014, p. 29), « là se joue l’épreuve de feu de la relation [ASEAN/Chine] s’il paraît peu probable que les partenaires aillent au conflit, la ligne de compromis sera instructive à observer car elle révélera le vrai rapport de force. ».

18 Sources : The Malaysian Economy in Figures, 2013, Economic Planning Unit, 2013, http://www.epu.gov.my/en/the-malaysian-economy-in-figures-2013 ; Bank Negara, Annual Report, 2013, http://www.bnm.gov.my/files/publication/ar/en/2013/ar2013_book.pdf ; Asian Bank of Development, Asian Development Outlook 2011.

19 Sauf précision, les chiffres fournis dans cette note sont en $US courants. Le Ringgit malaisien est noté RM ou MYS$.

20 Asian Bank of Development, Asian Development Outlook 2011, Update, 2012.

21 En 2011, le solde bilatéral avec la Chine représente 9,2 % de son PIB, contre par exemple 1,7 % pour la Thaïlande ou 1 % pour les Philippines (le Vietnam est de son côté fortement déficitaire : -13 %). Chaponnière (2014, p. 24).

22 MIDA, statistiques officielles 2013 non publiées (fichiers complets obtenus directement auprès de Miss Choo Wai Meng, responsable de la collecte des données du MIDA, Kuala Lumpur, qui en est remerciée ici), 2013.

23 Même si Najib annonce que la Malaisie est le seul pays en-dehors de la Chine à pouvoir utiliser la monnaie chinoise et sa Banque centrale (Bank Negara), la seule à détenir des réserves en yuan, il semble que la Malaisie ne soit pas seule concernée en Asie du Sud-Est par le phénomène d’internationalisation monétaire du yuan dans cette zone. Il semble bien qu’elle en ait été pionnière. De plus, c’est elle qui engage les masses monétaires les plus importantes, derrière Singapour, dans les accords de swaps monétaires avec la Chine, selon la comparaison intra-ASEAN de J.-R. Chaponnière (2014, p. 36-37).

24 Cité dans China Daily, “Malaysia optimistic on RMB transaction”, http://www.chinadaily.com.cn/business/2012-09/27/content_15788688.htm

25 Malaysia opens the door to Chinese companies”, Chan Quan Min, Kinibiz, July 8, 2013, http://www.kinibiz.com/story/issues/34918/malaysia-opens-the-door-to-chinese-companies.html

26 Discours du gouverneur de la Banque centrale malaisienne, Bank Negara, le 22 novembre 2013 à l’occasion de l’ouverture d’une représentation de la Bank Negara à Pékin (site de la Banque des règlements internationaux : http://www.bis.org/review/r131122i.htm).

27 Interview CHAN Quan Min, journaliste du magazine économique en ligne Kinibiz, PWTC, Kuala Lumpur, 31 août 2013.

28 Malaysia opens the door to Chinese companies”, Kinibiz, 31 août 2013.

29 Mr B. T., représentant de l’entreprise, rencontré dans le cadre d’une interview à Kuala Lumpur, 5 septembre 2013. Souhaite garder l’anonymat.

30 Données MIDA, 2013. Sur l’ensemble du pays, le Sarawak ne représente cependant que 8 % du total des investissements chinois.

31 On touche ici à un thème très largement développé dans la littérature en science politique et en économie relativement aux bénéfices privés de fonctions politiques et au patronage entre les partis et le monde des affaires en Malaisie (Kahn, Jomo, 2000 ; Gomez, 1999).

32 La critique plus générale et systématique que l’on peut adresser à l’argument de la préférence ethnique sera menée dans la dernière partie.

33 Interview de Mr Chow Kong Yeow, DAP, Komtar, Penang, le 26 août 2013.

34 La Malaisie, pays à revenu intermédiaire supérieur depuis le milieu des années 1990 (au PIB par habitant de 10 500 $ en 2013) cherche à passer au stade de pays pleinement développé avant 2020 : après le recul enregistré en 2009 (-1,7 %), la croissance économique a repris à un rythme ralenti, s’accompagnant d’une forte diminution des IDE reçus. Ceci semble devoir repousser la sortie du stade des revenus intermédiaires. Pour autant, on peut discuter de la validité de l’application du terme de Middle Income Trap à la Malaisie. Lafaye de Micheaux (2014).

35 Cette origine est cruciale dans la culture chinoise où on va se faire enterrer dans le village d’origine même des centaines d’années après la migration (à l’intérieur de la Chine).

36 Entretien avec Mr. Pr. Danny Wong Tze Ken, Universiti Malaya, Petaling Jaya, le 6 septembre 2013.

37 Entretiens, Kuala Lumpur : représentant de la Chambre de commerce et d’industrie chinoise de Malaisie (ACCIM) Mr Keo Kok The le 4 septembre 2013 ; Mr Vassu, département des investissements industriels, MIDA le 5 septembre 2013.

38 La question des liens entre pouvoir et économie a été longuement étudiée au moment de l’accélération de la croissance économique malaisienne dans un contexte de privatisation entre 1986 et la crise de 1997. Voir à ce sujet notamment Gomez et Jomo (1999). Pour une présentation synthétique en français : Lafaye de Micheaux (2012, chapitre 5).

39 Source : Teoh Kok Lin, rencontré au titre de la Chambre chinoise du commerce et de l’industrie de Malaisie (ACCIM) dont il est le président adjoint des recherches économiques et fiscales ; à ce titre il entretient aussi des liens très étroits avec le gouvernement. Par ailleurs directeur de la société de conseil en placements financiers Singular Asset Management. Entretien au siège de Singular Asset Managment, Kuala Lumpur, le 4 septembre 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Fédération de Malaisie. États et principales capitales d’État (cliquez sur « Original » sous la figure pour la visualiser)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/10760/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Lafaye de Micheaux, « Chine-Malaisie (vue de Malaisie) : menace ou relation consensuelle inscrite dans la continuité ? », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/10760

Haut de page

Auteur

Elsa Lafaye de Micheaux

Maître de conférences, CIAPHS, université Rennes 2, elsa.lafaye-demicheaux@univ-rennes2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page