Navigation – Plan du site
Économie politique de l’Asie (2)

Productivité et mobilité des inventeurs prolifiques : une approche comparative des systèmes d’innovation de quatre grands pays asiatiques (Chine, Corée, Japon, Taiwan)

Productivity and Mobility for Prolific Inventors: a comparison of Asian national systems of innovation (China, Japan, Korea and Taiwan)
Productividad y movilidad de los prolíferos inventores : un análisis comparativo de los sistemas de innovación de cuatro grandes países asiáticos : China, Korea, Japon, Taiwan
Christian Le Bas, William Latham et Dmitry Volodin

Résumés

Dans ce texte, nous décrivons et comparons les systèmes d’innovation de quatre grands pays asiatiques (Chine, Corée, Japon, Taiwan) à partir de quelques caractéristiques des inventeurs les plus productifs de ces pays. Nous mobilisons le modèle évolutionniste de production de connaissance par recombinaisons pour expliquer la productivité, la mobilité et la valeur des inventions de ces inventeurs prolifiques. Les données de brevets de la base du NBER permettent d’estimer une série de relations. Nos principaux résultats sont : la loi expliquant la valeur des inventions par la productivité de l’inventeur est valide pour tous les pays ; la mobilité interfirmes ne joue aucun rôle sur la productivité des inventeurs au Japon et en Corée, elle a un impact positif sur leur productivité en Chine et à Taiwan ; la mobilité internationale des inventeurs prolifiques joue un rôle dans la détermination de la valeur des inventions à Taiwan. Le degré de spécialisation technologique des inventeurs impacte la productivité (positivement) et la mobilité (négativement).

Haut de page

Texte intégral

Nous avons beaucoup apprécié et largement suivi les suggestions utiles et stimulantes des éditeurs. Une version de ce texte a été présentée à Séoul à la « Third Asia-Pacific Innovation Conference » (13-14 octobre, 2012). Nous tenons à remercier Yveline Leclere et Gaetan de Rassenfosse pour leurs remarques. Notre reconnaissance va également à Naciba Haned et Anne Deshors pour leur appui constant. Nous avons bénéficié du soutien de l’ANR au sein du programme « Apprentissage ».

1Il y a de bonnes raisons pour étudier les systèmes d’innovation des grands pays asiatiques. L’une d’elles tient aux nouvelles questions qui se posent sur la durabilité de la dynamique de croissance de l’économie chinoise. Son modèle de croissance est à la veille d’une profonde transformation (Yueh, 2010). Par exemple R. Boyer remarque que l’économie de ce pays est actuellement tirée par les exportations et s’interroge sur sa capacité à construire un modèle de croissance tirée par l’innovation, une fois ses avantages en termes de bas salaires disparus (Boyer et al., 2011). Ce passage impliquerait une plus haute intensité en recherche-développement et un fort apprentissage technologique au niveau des firmes. Dans cette perspective, la question des activités d’innovation en Chine ne devient-elle pas alors cruciale ? La Chine dispose déjà d’activités de recherche et développement (R&D par la suite) conséquentes et l’accumulation technologique se pratique à un rythme élevé. Il devient donc assez évident que ce pays sera rapidement une grande puissance en matière d’innovation. La question que l’on se pose est de savoir si son modèle d’innovation (pour faire vite : son « système national d’innovation ») est plus ou moins proche de ceux de ses voisins qui ont déjà expérimenté une croissance tirée par l’innovation : Japon, Corée, Taiwan. Les travaux récents d’économistes régulationnistes sur la diversité des capitalismes asiatiques tendent à souligner une différence essentielle entre les économies de type « Innovation-led Capitalism » (Japon, Corée, Taiwan) et le capitalisme hybride de la Chine dit « continental mixed » (Harada et Toyama, 2012). C’est dire que, du point de vue des structures économiques et institutionnelles, l’économie chinoise possède une identité propre. Ainsi les capacités d’innovation ne sont plus concentrées dans l’Union européenne, les États-Unis et le Japon. La Corée (aujourd’hui premier déposant mondial de brevets), Taiwan dans les récentes décades et la Chine maintenant ont développé des secteurs significativement forts en technologies.

2Le but de ce papier est de proposer une comparaison systématique des systèmes d’innovation des 4 grands pays asiatiques leaders en matière de développement industriel (Japon, Corée, Taiwan, Chine). Cette comparaison est faite sur la base d’une approche originale. Nous nous proposons en effet de décrire les traits principaux de leur capacité d’invention à travers quelques caractéristiques de leurs inventeurs les plus productifs (prolifiques par la suite) : leur productivité, leur mobilité, la valeur de leur invention, leur degré de spécialisation technologique. Cette approche est fondée sur la pertinence de travaux récents décrivant les « lois » évolutionnistes de la productivité des inventeurs et de leur mobilité (ceci est décrit dans la section 2). La mobilisation d’une base de données de brevets américains permet d’estimer des relations pour chacune des grandes caractéristiques des inventeurs prolifiques et de mesurer le poids des divers déterminants (section 3). Les estimations sont réalisées pays par pays pour permettre les comparaisons. Les résultats sont présentés en section 4. La section 1 propose un rapide survol de littérature sur les activités d’innovation de ces 4 pays centré sur la notion de système d’innovation.

1. Les systèmes nationaux d’innovation : définition et rapide survol de littérature sur les activités d’innovation des quatre pays asiatiques

  • 1 Un très bon résumé de ces travaux se trouve dans l’ouvrage de Storz et Schäfer (2011).

3L’idée que les activités d’innovation des firmes et des secteurs sont également déterminés par des dispositifs institutionnels plus macroscopiques qui peuvent les développer ou les brider, appartient en propre à la perspective institutionnaliste (Freeman, 1995 ; Lundvall, 1992 ; Nelson, 1993). Les premières approches des systèmes nationaux d’innovation (Freeman, 1995 ; Lundvall, 1992) visaient à mieux comprendre les systèmes d’innovation définis largement. L’innovation est vue comme un processus cumulatif continu producteur d’innovations, mais incluant aussi leur diffusion et leur absorption. Différentes sources de l’innovation sont significatives, à côté de celles relevant des sciences et de la R&D, toutes les activités d’apprentissage (dans la fabrication, le marketing, les achats) sont explicitement prises en compte1. L’intérêt d’une approche par les systèmes nationaux d’innovation est de souligner la dimension systémique forte de la production de connaissances (notamment Nelson, 1993). Le système national d’innovation ainsi conçu comme un réseau d’institutions et d’organisations venant en support aux activités d’innovation des firmes, tend à affecter le rythme et les tendances du progrès technique. Il y a ainsi une dynamique d’apprentissage qui vient renforcer le potentiel de production de connaissances technologiques nouvelles, expliquer la croissance et la compétitivité des secteurs et des pays (Amable et Petit, 2003). Les études ultérieures ont surtout développé les comparaisons internationales (l’idée originelle se trouve dans Nelson, 1993), l’impact des relations entre les universités et les entreprises, ou les relations secteur public/secteur privé (voir entre autres Edquist, 1997).

  • 2 Les activités d’innovation des firmes japonaises ont été étudiées du point de vue de leurs inventeu (...)
  • 3 Storz et Schäfer (2011) semblent développer un point de vue différent lorsqu’ils soulignent que les (...)

4L’ouvrage d’Amable et al. (1997) soulignait l’existence de plusieurs systèmes sociaux nationaux d’innovation disposant d’avantages et de limites (autrement dit aucun n’est supérieur dans l’absolu aux autres). Était identifié un système « méso corporatif » très différent des systèmes fondés sur la régulation marchande concurrentielle (États-Unis, Royaume-Uni), du modèle social démocrate (pays scandinaves), ou du modèle d’intégration européenne (beaucoup plus diversifié puisqu’on y retrouve la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie). Le Japon est l’archétype du modèle corporatiste (aujourd’hui considéré comme en voie de dépassement). Le cœur de son dispositif, le pivot de la régulation, est constitué par les grands groupes industriels (les keirestsu) très diversifiés en termes de produits et d’activités, et peu dépendants des marchés financiers. Leur taille leur permet d’investir de façon persistante dans les activités de recherche avec des préoccupations de long terme, anticipant les évolutions sur les marchés mondiaux. Un rapport salarial original lie le salarié à l’entreprise sur l’ensemble de sa carrière. La mobilité est donc foncièrement interne à la grande entreprise, et peu développé entre firmes (à la différence du modèle de régulation marchande). Nous avons souligné que ce système tend à se centrer sur l’innovation incrémentale et pas sur les innovations radicales surtout lorsqu’elles ont une base scientifique. Ce système est décrit par Storz et Schäfer (2011) comme le système entrepreneurial japonais d’innovation. Il a fait du Japon une grande puissance technologique même si sa force a singulièrement pâti de la dépression de la décennie des années 1990. De nouvelles études empiriques ont récemment remis en cause ce modèle corporatiste. Elles soulignent en premier lieu la très forte hétérogénéité des firmes japonaises qui imposa d’autres formes de coordination (Leclere et al., 2011). En second lieu, la dérégulation de l’économie (dans la sphère financière et la relation d’emploi) impulsée par les politiques néolibérales a changé réellement la donne (Lechevalier, 2011). Des chercheurs ont observé par ailleurs un nouveau type de fonctionnement de la recherche universitaire rapprochant le cas japonais des systèmes anglo-saxons (Nohara, 2006). Il resterait à analyser ce que cela implique quant à la dynamique d’innovation du pays dans le futur, ce qui dépasse le cadre de ce papier2. On doit simplement noter qu’une distorsion par rapport au modèle social d’innovation corporatiste est sans doute née dans les années 1980, avant, donc, la « décennie perdue » des années 19903.

  • 4 Hu (2003) apporte d’autres matériaux sur le système d’innovation coréen.
  • 5 Ce qui n’est pas le cas de Taiwan qui tend à apprendre des deux pays (États-Unis et Japon).

5On a insisté sur le modèle corporatiste d’innovation car ses traits s’avèrent assez similaires à ce qui se fait en Corée. La Corée n’a pas seulement imité les « technologies matérielles » des Japonais mais aussi leurs « technologies sociales » (selon les expressions de Nelson, 2003), c’est-à-dire les modes de coordination et les micro-institutions. Ce pays a repris du Japon le modèle du conglomérat (les Chaebols) et une spécialisation industrielle fondée sur des activités pour lesquelles plusieurs agents interviennent (secteur automobile, construction électronique) et où règne aujourd’hui la logique de la modularisation. Il a emprunté également les schémas d’apprentissage fondés sur les savoir-faire et les routines internes aux grandes organisations. Une autre caractéristique commune est l’usage d’une main-d’œuvre bien formée. Son modèle d’innovation s’avère donc très proche de celui du corporatisme japonais4. Les industries coréennes et japonaises possèdent des technologies très liées les unes aux autres. Hu et Jaffe (2001) ont montré en exploitant les données de brevets américains un effet de diffusion technologique du Japon vers la Corée (les brevets coréens citent plus les brevets japonais que les brevets américains)5. On doit également remarquer que jusque dans les années 1990 les grandes firmes « multinationales » japonaises ont très peu de véritables centres de R&D à l’étranger et que leurs investissements directs extérieurs sont très faibles. En revanche, les firmes coréennes sont beaucoup plus (quatre fois plus) internationalisées en termes d’activités de R&D (Le Bas et Sierra, 2002).

  • 6 La mobilité internationale des inventeurs taiwanais a été aussi étudiée par Han (2007) et Yang (200 (...)
  • 7 Saxenian et Hsu (2001).
  • 8 L’impact des transferts technologiques est également étudié par Hu (2003). Liao et Hu (2007) ont mo (...)

6À Taiwan, le processus d’accumulation technologique commença dans la décennie 1960 dans l’industrie des circuits intégrés devenue un point fort de l’économie. Dans cette période, des firmes multinationales relocalisèrent à l’étranger l’assemblage de composants destinés à l’exportation (Rasiah, Kong et Lin, 2010). Le rôle de l’État fut là également crucial en initialisant un processus de « remontée » du manufacturing des semi-conducteurs vers les activités de conception des produits (processus qui n’est pas très différent de ce qui se fit en Corée pour les produits électroniques grand public), l’État finançant la recherche-développement des laboratoires. Une particularité du processus taiwanais de rattrapage fut la constance que mit l’État à assurer un apport de capital humain venant de l’étranger (Dodgson, 2009)6. Anna Lee Saxenian a montré comment le dynamisme et le développement d’une industrie des circuits intégrés à Taiwan (en particulier le fameux cluster scientifique de Hsinchu7) doivent beaucoup à l’imitation de ce qui se fit en Silicon Valley, et à la conservation et l’élargissement des liens avec ce cluster californien. Ceci fait du cas taiwanais un modèle très différent du développement des technologies de l’information et de la communication expérimenté au Japon et en Corée dans les années 1980. En cela on peut avancer que se réalisa là un « venture capital industry and entrepreneurship-led growth » (Saxenian, 2001) qui marque la singularité du système taiwanais. Ce qui explique une partie significative de la croissance de Taiwan. Ce pays possède également une forte industrie chimique et mécanique, et aujourd’hui, des firmes compétitives dans les biotechnologies (Dodgson, 2009). Les firmes restent petites et collaborent avec les autres firmes locales spécialisées, tout en se concurrençant (comme dans la Silicon Valley). Un aspect très particulier du rattrapage taiwanais est, comme le note Saxenian (2001): « the “reversal” of the brain drain in the early 1990s, when thousands of Chinese engineers who had been educated and worked in the US returned to Taiwan either to start companies or work for start-ups or established companies ». « Reversal », puisque dès les années 1960 jusqu’à la fin des années 1980 Taiwan souffrit bien du « brain drain » lorsqu’une main-d’œuvre très éduquée quitta le pays pour travailler à l’étranger (Han, 2007). Après avoir eu une image de « pirateurs » dans les années 1980 (Chacko, 1986), les firmes taiwanaises ont par la suite procédé à l’achat de technologies étrangères qui s’est fait sur une échelle significative, toutes choses qui ont contribué à la croissance de la productivité globale des facteurs en complément des effets de la R&D (Branstetter et Jong-Rong, 2006)8.

7Ainsi, dans les deux dernières décades, la Corée et Taiwan ont rattrapé le Japon en choisissant pour cible les industries les plus dynamiques (Fagerberg et Godinho, 2004 ; Tokomaru, 2009). Ils ont ainsi construit des capacités pour l’imitation et ensuite pour l’innovation (Lundvall et al., 2009). Ils ont maintenant des systèmes nationaux d’innovation cohérents et sont devenus des contributeurs important au stock mondial d’inventions (Dodgson et Gann, 2010). La Corée aurait même dépassé le Japon dans l’industrie des semi-conducteurs (Kim, 2011). Dans le passé, la Corée et Taiwan ont beaucoup dépendu des technologies importées de l’étranger. L’analyse des données de brevets révèle que ces pays sont devenus technologiquement égaux aux pays les plus avancés (Tokomaru, 2009). La construction des capacités technologiques en Corée a suivi le schéma proposé par Kim (1997) : une progression graduelle et séquentielle avec le passage de stratégies de firmes de l’imitation à l’innovation (l’importance du gradualisme a été notée également et décrit très en détail par Hobday, 1995 et Kim et Nelson, 2000). À Taiwan la Electrical and Electronic Manufacturers’Association a activement assisté ses membres pour l’amélioration des technologies de fabrication et de leurs compétences en marketing (Intarakummerd, 2006). Le rôle de l’État fut dans les processus de rattrapage du Japon mais aussi en Corée et à Taiwan tout à fait essentiel comme il a été noté par plusieurs auteurs.

8Alors que Choung (1998) montre que le vecteur essentiel de la capacité d’innovation en Corée fut le petit nombre de grandes firmes dans le champ des technologies de la construction électrique et électronique, les activités de connaissances de Taiwan (mesurées par des brevets) sont réparties sur un grand nombre d’individus exploitant des connaissances dans les domaines des technologies non électriques et diverses (sur Taiwan on consultera Odagiri, 2006). Une dimension entrepreneuriale forte distingue donc le système d’innovation de Taiwan du modèle « corporatiste » en vigueur au Japon et en Corée. Son modèle de production repose sur des systèmes de production plus flexibles et moins intensifs en capital qu’en Corée (Gu et Lundvall, 2006). La mobilité interfirmes permet la diffusion du savoir tacite et facilite le processus de formation de firmes nouvelles (Saxenian, 2003).

  • 9 On pourra aussi se reporter à l’étude de l’OCDE (2011).
  • 10 Latham et Yin (2009) utilisant des données de brevets chinois pour décrire l’accumulation technolog (...)
  • 11 Le travail de Yam et al. (2004) sur les firmes chinoises remarquait par exemple que les investissem (...)
  • 12 L’impact des firmes multinationales sur la formation des capacités technologiques locales importe d (...)

9S’agissant de la Chine, on se trouve face à une difficulté majeure. Dans la période observée, son système d’innovation (et bien entendu son économie) a connu des transformations d’une très grande ampleur. Ayant quitté un système dirigiste, la Chine s’oriente vers un système libéral. Storz et Schäfer (2011) notent qu’on peut encore difficilement dessiner clairement les contours du nouveau système. Dans leur esprit, le modèle de la firme high-technology du cluster de Zhongguancun (Storz et Schäfer, 2011, p. 213) et le principe de la modularisation de la fabrication des produits pourraient en constituer les piliers. On peut également prendre appui sur l’étude de Gu et Lundvall (2006) qui, à partir d’un cadre institutionnaliste, décrit les principales transformations du système national d’innovation chinois9. À partir des années 1980, un grand nombre d’institutions de recherche antérieurement publiques sont transformées pour être plus fortement couplées aux structures de production industrielle. Dans le même temps, le système d’innovation est plus ouvert aux échanges internationaux de technologies. L’industrie des technologies de l’information est restructurée, moins axée sur les technologies militaires, et s’oriente vers des applications civiles. On reste toutefois dans une stratégie d’imitation10. Les entreprises étrangères à la fois contribuent à la formation d’une main-d’œuvre technique et s’appuient sur elle, particulièrement dans les activités de R&D (Altenburg et al., 2008). Sun (2002) affirme que les efforts de recherche interne aux firmes deviennent la source principale de l’innovation technologique, plutôt que les technologies importées. Il notait qu’avant 2000 les efforts trop limités pour absorber les technologies importées ont constitué une réelle barrière à la croissance des capacités d’innovations créatives chinoises11. On trouve une relation de plus en plus forte entre la Chine et Taiwan (Saxenian, 2005), principalement dans l’industrie des semi-conducteurs. À ce jour, les relations sont plus complémentaires que concurrentes. Comme le remarque Saxenian (2005), « Taiwan moving up the value chain to provide leading-edge manufacturing services and high-value-added design while China becomes a center of low-end, labor-intensive design and assembly-and-testing as well as non- leading-edge manufacturing ». Mais la Chine pourrait poursuivre sa trajectoire de rattrapage et atteindre la parité avec Taiwan dans ce type d’industrie. La Chine a récemment mené des politiques actives pour faire revenir des chercheurs et des inventeurs établis à l’étranger (Zweig, 2006). On peut raisonnablement penser que ce facteur n’a pas encore eu l’ampleur qu’il a connue à Taiwan12.

  • 13 Il se pourrait d’ailleurs que le système d’innovation de Taiwan puisse être une variante plus entre (...)
  • 14 On reprend ici le terme proposé par Boyer (2011, p. 140) pour caractériser le capitalisme chinois.

10Pour résumer, et pour mieux cadrer notre recherche, on voit que l’on a bien trois systèmes nationaux d’innovation assez bien typés que l’on désignera par la suite comme « méso corporatiste » (Corée, Japon), « entrepreneurial » (Taiwan)13, « développementaliste »14 (Chine). Nous ne prétendons pas faire ici une analyse exhaustive de ces systèmes nationaux d’innovation, mais en mobilisant un cadre d’analyse plus évolutionniste des déterminants de la productivité et de la mobilité des inventeurs (dont on a vu l’importance dans cette section), nous tentons d’apporter des éclairages complémentaires sur les caractéristiques des systèmes nationaux d’innovation des 4 pays asiatiques (un encadré suggère comment notre approche évolutionniste des déterminants de la productivité s’avère complémentaire des éléments de cadrage institutionnaliste des systèmes nationaux d’innovation).

2. Une approche évolutionniste des systèmes nationaux d’innovation : les « lois » de la productivité des inventeurs et de leur mobilité

11Nous proposons dans cette section un cadre d’analyse permettant de construire les variables pertinentes décrivant les mécanismes de base de la production de connaissances au sein d’un système national d’innovation. Nous prenons comme point de départ les remarques de Lundvall (2007, p. 106) : l’analyse des systèmes d’innovation peut être vue comme une analyse du comment les connaissances se développent à travers les processus d’apprentissage. Toutefois dans ses travaux, Lundvall limite son analyse à la production de connaissances qui naissent des processus d’apprentissage par interaction entre utilisateurs et producteurs (Lundvall, 1985, 1992). Il s’agit d’une focalisation excessive sur les interactions entre organisations. Au sein des équipes de recherche d’une même organisation, les interactions sont également importantes. On s’intéresse donc ici essentiellement à l’apprentissage au sein des départements de R&D.

  • 15 On s’intéresse donc au « supply side of innovation ». Furman et al., (2002) suggère une modélisatio (...)

12Cela invite à entrer dans la boîte noire de la production de connaissances interne aux organisations15. Pour cela on cartographie et explique la dynamique d’apprentissage des compétences des inventeurs. Trois hypothèses de base de notre modèle sont à mettre en exergue : 1) on s’intéresse exclusivement à une catégorie d’inventeurs : les inventeurs à haute productivité, les plus productifs en termes d’inventions, en bref les inventeurs prolifiques, nous justifions ce choix par de récentes références à la littérature, 2) on met ensuite en évidence des lois évolutionnistes de la créativité et de la production de connaissances nouvelles, 3) enfin on souligne l’importance de la mobilité de ces inventeurs prolifiques dans une optique sectorielle ou méso économique. Seuls les deux derniers aspects sont traités dans la suite de cette section. Nous revenons sur le premier dans la section suivante.

  • 16 Le Bas et al. (2010) montrent que les inventeurs ayant 15 brevets américains et plus sont associés (...)

13Pour notre propos nous ne pouvons pas voir la production d’innovations comme seulement un output du système de R&D des entreprises et des organisations. Il est nécessaire de regarder également le rôle des individus, des chercheurs ou inventeurs, car la créativité qui est au cœur du processus d’innovation est nécessairement individuelle et humaine. Nous allons nous concentrer sur les inventeurs prolifiques, c’est-à-dire les inventeurs les plus créatifs, à forte productivité, car leur contribution à la production nationale d’innovation est importante16. De plus leurs innovations sont de grande valeur économique (Gambardella et al., 2005 ; Gay et al., 2008). De récentes analyses montrent comment les individus au sein des firmes interviennent dans les différents aspects des changements technologiques : dans l’imitation, l’adaptation et l’innovation. Par exemple Rothaermel et Hess (2007) ont développé un modèle soulignant que les capacités dynamiques des firmes sont dépendantes des individus dans l’entreprise et de leur rôle dans l’innovation technologique. Les recherches récentes de la théorie de l’innovation ont montré que certains individus sont très importants dans le processus d’innovation de l’entreprise (Lacetera, Cockburn et Henderson, 2004). Une approche similaire est développée dans les analyses relevant du management stratégique : des individus clés ou « stars » sont souvent des ressources cruciales qui contribuent via leurs inventions à l’avantage concurrentiel de l’entreprise (Ernst et al., 2000 ; Tushman, 1977). En général, la productivité et la valeur des inventions des inventeurs en particulier prolifiques sont liées au degré avec lequel ces individus sont connectés à la fois aux sources externes et internes de connaissance (Tushman et Katz, 1980).

14L’importance des inventeurs prolifiques est mise en évidence par quelques-unes de leurs fonctions. En premier lieu on peut considérer qu’ils agissent comme des « intégrateurs de connaissance » (Gay et al., 2008). En tant que travailleurs de la connaissance, ils jouent un rôle important dans la conception, le développement et l’intégration de « morceaux élémentaires » de connaissance dans le département de recherche, au sein de leur équipe ou de leur réseau d’invention. Les inventeurs prolifiques augmentent la vitesse d’apprentissage des individus et des organisations, et permettent la création d’avantages concurrentiels durables. À cause de leur mobilité professionnelle, ils peuvent être vus comme des « knowledge translators » ou « knowledge brokers » (Brown et Duguid, 1998) entre individus, équipes, firmes, ou organisations. Ils aident à transférer des « morceaux » de connaissances (on reprend ici une expression qu’utilise Antonelli, 2011) au sein les différentes communautés qu’ils traversent. Enfin, les inventeurs prolifiques sont fondamentalement des « gatekeepers » (Tushman et Katz, 1980 ; Allen et al., 1979), ce qui fait que les membres de l’équipe maintiennent de hauts niveaux de communication avec d’autres inventeurs extérieurs à l’organisation. Les projets d’innovation montrent des niveaux de grande performance lorsque les communications en termes d’information sont monopolisées par un ou quelque membres du projet. Paruchuri (2009) a souligné que l’importance de ces inventeurs prolifiques varie avec la position de la firme au sein du réseau des firmes qui collaborent explicitement ou non à l’innovation. En définitive, notre perspective s’appuie sur l’idée que les inventeurs prolifiques occupent les nœuds qui se forment entre technologies, secteurs et firmes. En tant que « passeurs de connaissance », ils assurent le renforcement de la dimension systémique au sein de la production globale d’innovations.

  • 17 Weitzman (1996) illustre cette vue de la façon suivante : « The idea of an “electric light” is itse (...)

15Le cadre théorique que nous proposons pour rendre intelligible la production d’innovation est l’analyse de la croissance des connaissances par recombinaison suggérée par Weitzman (1996), testée empiriquement par Fleming (2001) et développée par Antonelli (2008). Pour Weitzman la production d’une nouvelle connaissance ne peut être schématisée de façon pertinente par l’analogie avec la découverte d’un nouveau champ pétrolifère. Une nouvelle connaissance est souvent produite par une recombinaison de « morceaux » de connaissances préexistantes17. Ainsi, l’idée fondatrice est que la créativité et l’imagination sont « recombinatoric in essence ». On retrouve cet important concept dans Fleming et Szigety (2006) appliqué dans les sciences comme dans la recherche technologique. Leur schéma s’appuie sur le « modèle psychologique » de créativité élaboré naguère par Simonton (1999). Les inventeurs génèrent de nouvelles idées par « combinatorial thought trials subject to psychological and social selection processes » (Fleming, 2007). Les inventeurs créatifs tendent à juxtaposer, combiner, et à évaluer simultanément un ensemble d’inputs de connaissances encore pas (ou peu) combinés. La création est ainsi l’assemblage ou le réarrangement de composants de connaissances existants pour mettre au point de nouvelles combinaisons. Plus un inventeur fera des essais de recombinaisons, plus il accroîtra ses chances de réaliser une grande découverte. On peut donc inférer une corrélation entre la productivité d’un inventeur, mesurée par son nombre d’inventions passées, et la probabilité qu’il trouve une invention ayant un grand impact. En d’autres termes : « A one-hit wonder is very unlikely […] The most prolific inventor is the one most likely to invent a breakthrough » (Fleming et Szigety, 2006, p. 340). Ce schéma prédit bien l’existence d’une relation entre la productivité d’un inventeur (le nombre de brevets par exemple à son actif) et la valeur économique de ses inventions (car il y a une probabilité plus élevée de trouver une invention majeure de grande valeur). Ce qui a été montré sur les inventeurs prolifiques des cinq économies dominantes en termes d’activités technologiques (Le Bas et al., 2010 ; Latham et Le Bas, 2011 ; Latham et al., 2012).

16L’échelle, les déterminants, les effets de la mobilité des inventeurs ont été étudiés récemment (Hoisl, 2007, 2009 ; Schankerman et al., 2006 ; Trajtenberg, 2004, 2006). Par exemple Hoisl (2007), sur un ensemble de brevets européens relatifs à des inventeurs allemands, trouve qu’une augmentation de la productivité d’un inventeur (nombre de brevets par inventeur) diminue le nombre de déplacements entre firmes. En testant la causalité entre la productivité et la mobilité des inventeurs, elle trouve (« au contraire ») que les inventeurs les plus productifs sont les plus mobiles. Une mobilité accroît la productivité de l’inventeur, mais un accroissement de productivité décroît la probabilité d’observer un déplacement. S’agissant des inventeurs les plus productifs, Hoisl (2009) trouve qu’ils bénéficient des effets positifs de la mobilité.

  • 18 Nous proposons dans un encadré un schéma évolutionniste qui positionne notre approche des activités (...)

17La mobilité est un processus qui permet la recombinaison sur une grande échelle. Elle constitue un processus favorisant l’hybridation (pour une analyse plus détaillée voir Latham et al., 2012). Après la mobilité, l’inventeur ne perd pas le contact avec ses anciens collaborateurs. Grâce aux liens tissés au sein des réseaux professionnels, les interactions de connaissances entre inventeurs persistent même lorsque des inventeurs sont séparés après des déplacements (Agrawal et al., 2006). Enfin, la mobilité constitue un vecteur puissant de diffusion des connaissances et en particulier des connaissances tacites au sein du système productif. La mobilité de l’inventeur a toujours été reconnue comme un mécanisme clé autorisant le transfert du savoir tacite entre firmes, industries, régions ou pays (Agrawal et al., 2006). Cette dissémination est aussi importante pour expliquer les gains de productivité que la production de connaissances réellement nouvelles. Un déplacement n’est pas en fait un simple transfert de savoir d’un lieu à un autre lieu. Il augmente la capacité à solutionner des problèmes. Ce processus correspond au « knowledge re-use » que décrit Langlois (2001), un type de rendements d’échelle croissants au cœur de la croissance des secteurs et des nations. On retrouve ici une dimension systémique forte au sein de la production globale de connaissances. Chaque système national d’innovation favorise plus ou moins la mobilité interfirmes selon la réglementation, les pratiques des firmes, les normes de gestion du rapport salarial, les habitudes sociales ou culturelles18

18On peut inférer de notre schéma théorique au moins deux propriétés générales au niveau individuel (inventeur) :

  • Propriété 1. La mobilité des inventeurs constitue un déterminant de leur productivité.

  • Propriété 2. La valeur des inventions d’inventeur est (en partie) déterminée par leur productivité.

19On se propose de construire des relations empiriques, puis de les estimer pour nos 4 pays asiatiques. L’idée de base est que les différences entre les systèmes nationaux d’innovation se reflètent dans les relations liant productivité, mobilité et valeur des inventions. Si les principaux coefficients estimés des relations diffèrent selon les pays, on mettra à jour des différences significatives entre les systèmes nationaux d’innovation. Nous proposerons, après avoir présenté nos données, des hypothèses plus opérationnelles et testables issues de ces deux propriétés.

Encadré 1. Systèmes nationaux d’innovation et de production de connaissances

Nous expliquons ici comment notre schéma relatif aux lois de la production de connaissances peut s’articuler aux principaux éléments constitutifs des approches institutionnalistes des systèmes d’innovation (Freeman, 1995 ; Lundvall, 1992 : Nelson, 1993). On part de l’innovation des firmes qui comprend deux processus (Latham, Le Bas, Volodin, 2012) : 1) le processus de recherche-développement : qui transforme des ressources investies dans les activités d’invention en nouvelles connaissances, 2) le processus d’innovation proprement dit qui transforme les nouvelles connaissances technologiques en nouveaux produits, systèmes, processus, mais rentables pour la firme. Cette performance économique maintenue ou accrue autorise le réinvestissement de ressources financières dans l’activité de R&D. L’articulation de ces deux processus est pensée dans l’approche évolutionniste (Metcalfe and Gibbons, 1986) à travers deux mécanismes : 1) l’efficience (« efficiency ») qui décrit la capacité de la firme à transformer les succès technologiques (innovations) en succès économiques (profits). En d’autres mots c’est une capacité à résister à la sélection, 2) l’aptitude à croître (« fitness ») qui résume la volonté de la firme à (ré)investir dans du capital tangible et intangible de façon à accroître sa productivité. On peut y ajouter la sphère de la créativité qui se trouve au cœur du processus de recherche. Ces mécanismes évolutionnistes de base sont conditionnés ou sous l’impact de facteurs généraux microéconomiques, sectoriels, macroéconomiques (voir Dosi, 1997). On peut les considérer comme des « drivers » de l’innovation : les incitations reçues notamment des structures de marché, les opportunités technologiques poussées par les progrès des sciences, les compétences des firmes, les arrangements que les organisations peuvent passer entre elles. Mais au-delà, il y a de multiples institutions qui viennent directement ou indirectement en support aux drivers de l’innovation. C’est à ce niveau que les approches en termes de système nationaux fournissent des matériaux pertinents : un ensemble d’institutions co-déterminant (ou co-évoluant avec) les drivers des processus d’innovation. Citons en quelques-unes. Les structures d’incitations sont dépendantes des politiques d’innovation et des dispositifs de soutien financier (le crédit d’impôt recherche en France par exemple). Les institutions publiques de recherche scientifique forment une matrice pour les opportunités technologiques, comme le système d’éducation pour les compétences des organisations. La législation incite à promouvoir des arrangements institutionnels comme des joint-ventures, la « clusterisation » des activités industrielles, etc. Enfin les règles juridiques encadrant la propriété intellectuelle participent aussi de la détermination du comportement des firmes s’agissant des brevets, marques, dessins et modèles. Le cadre institutionnel impacte les différents facteurs et « drivers » de l’innovation. En définitive les institutions, que l’approche en termes de système national d’innovation retient, affectent sans doute plus indirectement le processus d’innovation via les « drivers ». Le schéma montre bien que notre approche plus ciblée s’avère vraiment complémentaire des approches en termes de système national d’innovation.

Figure 1. Production de connaissances, facteurs de l’innovation, institutions supports

Figure 1. Production de connaissances, facteurs de l’innovation, institutions supports

3. Productivité et mobilité des inventeurs prolifiques : données, estimations, résultats

3. 1. La constitution de la base de données inventeurs

20Nous utilisons ici des données extraites de la base de données brevet du NBER. Cette base couvre tous les brevets déposés à l’office américain des brevets (United States Patent and Trademark Office ou USPTO) de 1975 à 2010. Le fichier sur lequel nous avons travaillé inclut tous les inventeurs. Pour ce travail nous avons sélectionné les inventeurs de Chine, du Japon, de Taiwan et de Corée. Les informations sur cette base peuvent être trouvées dans le travail de Hall, Jaffe et Trajtenberg (2001a). Une première exploitation d’envergure utilisant le potentiel de cette base de données est fournie par l’étude de Hall, Jaffe et Trajtenberg (2001b). Le livre de Jaffe et Trajtenberg (2002) aborde d’autres thématiques toujours sur la même base de données de brevets. La thèse de Volodine (2012) fait utilement le point sur l’évolution de la base de données du NBER et signale des améliorations possibles (non prises en compte ici). Elle est maintenant assez largement utilisée dans les travaux académiques.

  • 19 Sur les comparaisons internationales de données de brevets, on se reportera à Basberg (1987), Grili (...)

21Pour comparer les performances technologiques des pays ou des agents de différents pays, on ne peut avoir recours aux données de dépôts de brevets dans leurs systèmes nationaux de brevets. En effet les entreprises du pays ont un avantage dans leur système national (plus grande facilité de dépôt). En conséquence les indicateurs de performance seraient inévitablement biaisés. De plus les règles juridiques relatives à la protection des inventions sont différentes entre les pays (dans le passé proche, le système japonais de brevet demandait plus de dépôts de brevets pour la même invention que les systèmes européens). Toutes ces limites interdisent de comparer les forces des pays par les dépôts de brevet de leur pays. Pour dépasser ces limites, on a pris l’habitude d’utiliser les dépôts de brevet dans un système de brevet non national. Le système de brevet européen répond à cette exigence, de plus l’office européen des brevets produit des données. Toutefois, étant donné la jeunesse de ce système, on ne dispose pas toujours du recul suffisant en termes de données quand il s’agit de construire un indicateur nécessitant une longue période (par exemple la valeur d’une invention mesurée par les citations de brevet). Le recours aux brevets américains présente un intérêt pour notre étude en ce que nous pouvons comparer les performances des pays et des inventeurs étrangers aux États-Unis. Compte tenu de l’importance du marché américain, les inventions un peu significatives doivent être protégées sur les marchés nord-américains en plus de la protection obtenue sur le marché national. Par rapport aux dépôts dans les systèmes de brevets nationaux, la décision de breveter aux États-Unis tend à filtrer les inventions en laissant de côté les inventions de moindre valeur. On peut ainsi aisément comparer les performances des inventeurs des quatre pays asiatiques produisant des inventions significatives en utilisant les riches données fournies par le NBER (évidemment une comparaison avec les inventeurs américains aurait moins de sens pour les raisons invoquées précédemment)19. C’est ce qui a été fait ici.

  • 20 Les difficultés sont sérieuses pour établir la liste des inventeurs à partir des noms et prénoms ca (...)
  • 21 On remarque encore une fois combien Corée et Japon sont proches.
  • 22 Précisons qu’une invention brevetée est le produit d’une équipe d’inventeurs – dont les noms figure (...)

22Nous analysons les brevets déposés aux États-Unis (dit de l’USPTO) et les caractéristiques de milliers d’inventeurs des 4 pays asiatiques durant la période 1975 à 2010. Nous centrons l’étude sur les inventeurs les plus prolifiques (les 5 % les plus productifs en termes de productivité, c’est-à-dire de nombre de brevets). Les brevets nous donnent une masse remarquable d’informations sur les inventeurs individuels : nom, adresse… qui, couplées avec d’autres informations sur les déposants, les champs technologiques de dépôts des brevets, permettent de cartographier plusieurs dimensions des processus d’invention au niveau individuel (individu et organisation). Il y a toutefois une difficulté de base qui est que nous n’avons pas de données sur les inventeurs via un numéro d’indentification (comme pour les déposants). Nous devons donc reconstituer les données de base par inventeurs. Afin d’obtenir des données au niveau individuel un travail de repérage des noms et prénoms est nécessaire (« the names game » pour Trajtenberg et al., 2006). Nous renvoyons à nos travaux antérieurs dans lesquels notre méthodologie est explicitée en détail ainsi que les principales difficultés d’un tel exercice (Latham et al., 2011 ; Latham et al., 2012). Ces difficultés ne sont pourtant pas inextricables20. Une fois cela fait, des difficultés nouvelles apparaissent pour quantifier la mobilité interfirmes (la mobilité géographique est donnée immédiatement par l’adresse du domicile de l’inventeur et donc ne pose pas de problèmes). Nous pouvons établir assez facilement la mobilité entre propriétaires de brevets (« assignees ») grâce aux codes mis par l’office de brevets pour chaque déposant. En revanche, le nom de l’entreprise pouvant changer alors que l’entreprise industrielle quant à elle peut ne pas changer, on peut être amené sur la seule base des noms des entreprises déposantes à faire apparaître artificiellement de la mobilité interfirmes. C’est pour cela que nous observons attentivement les parcours de mobilité des inventeurs ayant un nombre élevé de déposants différents. Pour chaque pays nous pouvons extraire la distribution des inventeurs selon leur nombre de brevets. Dans le prolongement de nos recherches antérieures, nous considérons comme prolifiques les inventeurs classés dans les 5 % les plus productifs en termes d’inventions brevetées pour chaque pays pris séparément. Toutefois, compte tenu du niveau différent d’accumulation technologique selon les pays, le seuil de brevets correspondant à cette proportion (le seuil de « prolificness ») est de 7 brevets pour la Chine, 23 pour la Corée, 25 pour le Japon, 15 pour Taiwan21. On doit donc garder à l’esprit que l’on travaille sur une population d’inventeurs nettement moins productifs pour la Chine. De plus, pour éviter l’erreur toujours possible qui consisterait à assimiler deux inventeurs prolifiques à un seul (compte tenu des noms et prénoms identiques), ont été retirés de l’échantillon les inventeurs qui ont 200 brevets et plus. En termes de dépôts de brevets, les inventeurs prolifiques représentent presque la moitié du volume des brevets (on fait figurer entre parenthèses le volume total de brevets du pays dans la période) : 35 % pour la Chine (25 067), 58,7 % pour la Corée (197 453), 44,8 % pour le Japon (2 012 342), 44,6 % pour Taiwan (159 979). On voit combien la distribution des brevets est inégalitaire (presque 60 % des brevets coréens sont associés à 5 % des inventeurs22). En travaillant sur les 5 % des inventeurs les plus productifs, on a une image de la moitié des activités innovantes des pays (le tiers pour la Chine qui reste ainsi un peu en retrait). En conséquence, il nous suffit de travailler sur une petite population d’inventeurs, mais très productifs, pour obtenir une carte assez précise et représentative des systèmes d’innovation puisque, si les inventeurs prolifiques constituent une petite fraction des inventeurs, leurs brevets représentent une très grande fraction du dépôt total de brevets.

3. 2. Définition et mesure des principales variables

23Nos variables peuvent être maintenant définies et les problèmes de mesure explicités :

  1. La carrière des inventeurs. Dans nos données, des inventeurs brevètent sur une longue période de temps, d’autres sur des périodes courtes. Cette durée de la carrière des inventeurs (variable : CAREER_DURATION) est évidemment cruciale pour apprécier la productivité réelle de l’inventeur. Deux mesures de la durée d’invention entrent comme variables de contrôle : la durée de la carrière de l’inventeur (CAREER_DURATION), période de temps entre le premier dépôt de brevet et le dernier. Cette durée peut être éventuellement entrecoupée de périodes sans dépôt de brevet. Pour contrôler ce facteur, nous introduisons une autre variable (CAREER_TIME_GAP) qui mesure le nombre maximum d’années séparant deux dépôts de brevets consécutifs. Nous ajoutons aussi une mesure de la concentration de l’activité inventive au cours du temps. Nous calculons un indice d’Herfindahl-Hirschman mesurant la dispersion du nombre de brevets par année (PATENT_TIME_HHI). Hoisl (2007) a montré que la variable « time concentration » a un effet négatif sur la productivité des inventeurs (en contrôlant d’autres effets). Par ailleurs, on constate que des inventeurs ont des propensions à inventer qui sont distribuées de façons très différentes au cours du temps : beaucoup en début de carrière, peu à la fin (ou l’inverse). La variable PATENT_TIME_SKEW prend en compte la possible asymétrie de cette distribution. De même, on peut observer si cette distribution dans le temps présente des pics ou non par le calcul d’un coefficient d’aplatissement (PATENT_TIME_KURT). Un point essentiel est, qu’ayant des données sur une période de temps bornée par deux années, la carrière de certains inventeurs est nécessairement tronquée. Pour être certain d’avoir des données sur toute la période d’invention, nous n’avons pas inclu dans l’échantillon les inventeurs qui auraient breveté avant et également ceux qui pouvaient encore breveter après 2010. Pour mener à bien cet exercice, nous nous sommes assurés que l’on avait bien connaissance de la date du premier et dernier dépôt.

  2. La mobilité géographique des inventeurs. Elle peut être quantifiée via les adresses données par les documents de brevets. Nous retenons ici une mobilité entre villes (RES_MOVES_CITY) et une mobilité internationale (RES_MOVES_INTL). Les deux sont exprimées par un nombre de déplacements. Sur les difficultés concernant la construction de ces mesures, nous renvoyons là encore à nos travaux antérieurs (Latham et al., 2011 ; Latham et al, 2012). Ces deux indicateurs font office de variables de contrôle. En revanche, la mobilité interfirmes (FIRM_MOVES) constitue une variable indépendante essentielle. On construit cette mesure comme le nombre de déplacements entre firmes au cours de la carrière d’un inventeur. L’interprétation de ces données de comptage doit être faite avec précaution. Il est bien souvent difficile de savoir si deux firmes dans lesquelles l’inventeur travaille successivement sont vraiment indépendantes ou liées par des relations capitalistiques. On peut penser que nos données de mobilité enregistrent beaucoup plus une mobilité « inter-assignees » (entre déposants de brevet ayant des noms différents) qu’une mobilité entre-firmes. Il convient de noter que si nos mesures sont sans doute quelque peu imparfaites, elles ne présentent pas un biais systématique majorant ou minorant la variable mobilité. Remarquons de plus que les études d’autres chercheurs ayant investigué les effets de la mobilité des inventeurs (par exemple Hoisl, 2007, 2009 ; Schankerman et al., 2006), s’appuient sur des dispositifs de mesure tout à fait identiques.

  3. Mesure de la productivité de l’inventeur. Le nombre de brevets ajusté par la durée de la carrière constitue une bonne mesure de sa productivité. On obtient un nombre de brevets par année de carrière qui est une variable continue (variable : PATENTS_PER_YEAR).

  4. La spécialisation technologique de l’inventeur. Les chercheurs peuvent être différemment diversifiés dans leurs compétences technologiques. Les champs technologiques dans lesquels les brevets sont déposés renseignent sur les compétences de base des inventeurs dont les noms figurent dans le document de brevet. Certains ont des compétences très spécialisées, d’autres, au contraire, plus diversifiées. Afin d’obtenir une mesure générale, nous avons construit pour chaque inventeur la variable 1-TECH_CAT_CONC où TECH_CAT_CONC est l’indice d’Herfindahl-Hirschman calculé sur le nombre de brevets répartis sur les 6 grands champs technologiques (voir la nomenclature plus loin). Plus l’inventeur est spécialisé et plus 1-TECH_CAT_CONC tend vers zéro. Cette variable est comprise entre zéro (très forte spécialisation) et un (très forte diversification). En général nos études antérieures sur les économies industrielles dominantes indiquaient une liaison positive forte entre spécialisation et productivité.

  5. La valeur des brevets. Elle est ici comptabilisée par les citations que reçoivent les brevets au cours de leur durée de vie. C’est une approche maintenant standard dans les études quantitatives sur la valorisation des brevets (Gay et Le Bas, 2005). L’usage de ce proxy n’est pas sans inconvénient. Ce type de mesure impose notamment que s’écoule une période de temps suffisamment longue après le dépôt du brevet pour connaître le nombre de citations reçues. Pour cette raison, notre variable CITATIONS_NUMBER_B2005 correspond au nombre total de citations que reçoivent les brevets d’un inventeur prolifique avec cette restriction que le brevet doit être accordé avant 2005. Par ailleurs les citations émises le sont jusqu’à la fin 2010.

  6. Nous avons aussi contrôlé pour chaque grand domaine technologique comme il est d’usage dans les études économétriques utilisant les données de brevets. En conséquence, nous avons introduit dans les relations à estimer des variables muettes pour chaque grand champ technologique (voir le tableau de définition des variables) correspondant au domaine de compétences de l’inventeur (donné par le document de brevet). Cette variable est qualitative et ne doit pas être confondue avec la variable quantitative 1-TECH_CAT_CONC qui fournit une mesure du degré de spécialisation technologique de l’inventeur.

24Le tableau 1 donne la définition des variables. Le tableau 2 donne les valeurs moyennes des différentes variables. Il fournit un descriptif de chaque système national d’innovation à travers les valeurs prises par les variables spécifiques aux comportements des inventeurs prolifiques.

3. 3. Hypothèses

25Sur la base des analyses des systèmes d’innovation des quatre pays asiatiques faites dans les sections précédentes, de nos travaux antérieurs (Latham et al., 2012) sur les grandes économies industrielles dominantes (USA, Allemagne, France, Royaume-Uni), de ce que disent les études portant sur les caractéristiques des inventeurs (Hoisl, 2007, 2009 ; Schankerman et al., 2006 ; Trajtenberg, 2004, 2006) et des deux propriétés générales issues du modèle évolutionniste de production de connaissances par recombinaison, nous proposons quelques hypothèses testables relatives aux déterminants de la productivité/mobilité/valeur des inventions :

26Hypothèse 1. La mobilité interfirmes impacte positivement la productivité de l’inventeur.

27Cette hypothèse est directement issue de la proposition 1. La faible mobilité des salariés dans les grandes entreprises de Japon et de Corée fait que l’impact supposé de la mobilité que notre modèle prédit serait inopérant pour ces deux pays. Au contraire, elle devrait avoir un effet sur la productivité dans les deux autres pays. L’importance de la mobilité internationale devrait être attestée pour Taiwan et avoir un impact sur la valeur des inventions.

28Hypothèse 2. La productivité de l’inventeur impacte positivement la valeur de ses inventions.

29Cette hypothèse est issue de la proposition 2, la loi évolutionniste générale de recombinaison des connaissances reliant productivité et valeur des inventions. Les différences de niveau technologique entre le Japon et la Corée, tous les deux sur la frontière, et la Chine, devraient signifier que la loi évolutionniste de détermination de la valeur de l’invention s’appliquerait plus aux deux premiers qu’au dernier pays. Pour la Chine, pays entré plus tardivement dans le processus d’accumulation de connaissances, cette tendance devrait être moins forte.

30Hypothèse 3. La spécialisation technologique des inventeurs joue positivement sur la productivité des inventeurs.

31Compte tenu des spécifications choisies pour nos variables : le coefficient de la variable diversification technologique devrait avoir un signe négatif. Cette loi serait valable pour les quatre pays. Elle est démontrée pour les autres grands pays industriels avancés (Latham et al., 2012).

32Hypothèse 4. La spécialisation technologique de l’inventeur affecte négativement la mobilité.

33S’agissant d’un déterminant de la mobilité interfirmes, la spécialisation joue négativement sur la mobilité : les inventeurs spécialisés sont moins mobiles (voir Latham et al., 2012).

34Hypothèse 5. La productivité de l’inventeur affecte positivement la mobilité.

35Les firmes tendent à rechercher/débaucher les inventeurs les plus productifs (Hoisl, 2007, 2009 ; Schankerman et al., 2006).

4. Estimation et résultats

36Nous estimons avec nos données pour les 4 pays trois relations décrivant :

  1. les déterminants de la productivité des inventeurs (nombre de brevets par année de carrière) ;

  2. les déterminants de la mobilité interfirmes des inventeurs ;

  3. les déterminants de la valeur des inventions (citations reçues par chaque brevet).

37Pour chaque relation nous mettons du côté droit de l’équation le même ensemble de variables (y compris les variables dites de contrôle). Ces spécifications quasi identiques font de nos régressions des régressions plus descriptives plus qu’interprétatives selon l’heureuse expression de Trajtenberg. Dans les deux premières relations, les coefficients sont estimés par la méthode des moindres carrés ordinaires. Dans la troisième, la variable dépendante étant une variable de comptage, le modèle binomial négatif est appliqué. Les estimations sont réalisées en coupe pays par pays afin de permettre les comparaisons des systèmes d’innovation (tableaux 3 à 5). Venons-en à l’analyse des résultats.

Tableau 1. Définition des variables

Toutes les variables sont relatives à un inventeur individuel sur sa durée de vie d’invention

Nom de la variable

Définition

RES_MOVES_CITY

Nombre de déplacements entre villes

RES_MOVES_INTL

Nombre de déplacements internationaux

CITATIONS_NUMBER_B2005

Nombre de citations obtenues par les brevets d’un inventeur

1-TECH_CAT_CONC

Degré de spécialisation technologique

FIRM_MOVES

Nombre de déplacements entre firmes

PATENT_TIME_HHI

Indicateur de concentration dans le temps des brevets d’un inventeur

PATENT_TIME_SKEW

Indicateur d’asymétrie concernant la distribution dans le temps des brevets

PATENT_TIME_KURT

Indicateur d’aplatissement concernant la distribution dans le temps des brevets

CAREER_DURATION

Durée de carrière

CAREER_TIME_GAP

Nombre d’années séparant deux dépôts de brevets consécutifs maximum

TECH_CAT_1

Chimie

TECH_CAT_2

Informatique et communication

TECH_CAT_3

Pharmacie et appareils médicaux

TECH_CAT_4

Construction électrique et électronique

TECH_CAT_5

Mécanique

Tableau 2. Les principales variables : moyennes

Chine

Corée

Japon

Taiwan

RES_MOVES_CITY

3,38806

51,16529

30,26315

17,15572

RES_MOVES_INTL

1,766791

8,931818

0,498333

3,33683

CITATIONS_NUMBER_B2005

47,36331

271,6892

477,6799

200,188

TECH_CAT_CONC

0,647288

0,426193

0,478838

0,527426

FIRM_MOVES

5,572761

45,44835

26,38989

21,09994

PATENT_TIME_HHI

0,331124

0,139657

0,099045

0,175809

PATENT_TIME_SKEW

-0,30483

-0,81118

-0,3716

-0,47631

PATENT_TIME_KURT

0,961101

1,201003

0,368395

1,155878

CAREER_DURATION

7,539179

17,31818

23,89463

14,53948

CAREER_TIME_GAP

2,684701

3,555785

4,287143

3,707896

TECH_CAT_1

0,251866

0,741736

0,689588

0,520707

TECH_CAT_2

0,546642

0,940771

0,806327

0,700718

TECH_CAT_3

0,160448

0,442837

0,314465

0,196576

TECH_CAT_4

0,666045

0,966253

0,862671

0,916068

TECH_CAT_5

0,322761

0,685262

0,744101

0,620652

TECH_CAT_HHI

0,546383

0,29605

0,349537

0,403005

PATENTS_PER_YEAR

2,735383

4,162627

2,463725

2,833471

PATENTS_NUMBER

16,4347

79,79339

58,99444

38,45997

4. 1. Les déterminants de la productivité des inventeurs (tableau 3)

38L’équation des déterminants de la productivité nous dit essentiellement deux choses concernant la mobilité interfirmes et la spécialisation technologique de l’inventeur :

  • 23 Ce que nous disons ici pour cette équation de productivité vaut également pour les autres relations
  • 24 On ne traite pas ici du biais d’endogénéité entre productivité et mobilité interfirmes.

39Le coefficient relatif à la mobilité interfirmes est bien positif pour la Chine et Taiwan, mais pas pour le Japon et la Corée. Cela confirme l’idée que dans ces deux pays la mobilité interfirmes est faible et non corrélée à la productivité de l’inventeur. Nos recherches précédentes montraient bien qu’il y avait une liaison positive entre la mobilité de l’inventeur et la productivité en termes de brevets pour la France, l’Allemagne, les États-Unis, le Royaume-Uni (Le Bas et al., 2010). Précisons que nos estimations étant en coupe, nous ne suivons donc pas le même inventeur au cours du temps. Autrement dit, nous comparons des inventeurs ayant des productivités et des mobilités différentes. On doit donc dire que les inventeurs à mobilité interfirmes forte ont des productivités plus élevées23. Cette loi reste également valable pour la Chine et Taiwan mais pas pour le Japon et la Corée. Il nous semble donc qu’en termes de système national d’innovation, Corée et Japon sont très proches, étant les seuls pays qui n’ont pas de liaison entre mobilité interfirmes et productivité des inventeurs. S’agissant de la mobilité, nous trouvons qu’il y a un effet de la mobilité régionale (entre villes) sur la productivité pour les trois pays les plus développés (donc pas en Chine). Cette mobilité est difficile à interpréter pour la Corée et le Japon puisqu’elle ne semble pas corrélée à des déplacements entre firmes. Il y a peut-être une relation plus complexe passant par les rémunérations des inventeurs. Les plus productifs sont les mieux rémunérés et partant, peuvent se déplacer dans l’espace. Le coefficient estimé de la mobilité internationale est négatif (et significatif) pour la Corée et Taiwan. Compte tenu du type de modèle utilisé, il vient que ce sont les inventeurs à plus forte productivité qui sont les moins mobiles à l’international (ce qui présente une certaine cohérence). On peut retenir de l’estimation de l’équation de productivité, et en contrôlant pour différents effets, que la mobilité est liée à la productivité d’une façon différente selon les pays24.

40La spécialisation technologique de l’inventeur (ici prise en compte à travers la variable 1-TECH_CAT_CONC) est associée à plus de productivité. Ce résultat vaut pour les quatre pays asiatiques et confirme les résultats antérieurs sur les autres grands pays industriels.

  • 25 Il manque certainement à notre analyse des facteurs expliquant la productivité des inventeurs la pr (...)

41Cette première estimation valide nos hypothèses 1 et 325.

Tableau 3. Relation des déterminants de la productivité des inventeurs prolifiques

Variable dépendante : PATENTS_PER_YEAR. Coefficients en gras significatifs au seuil de 1 %

Variable dépendante : PATENTS_PER_YEAR

Chine

Corée

Japon

Taiwan

Coef.

p-value

Coef.

p-value

Coef.

p-value

Coef.

p-value

RES_MOVES_CITY

0,009

0,774

0,060

0,000

0,032

0,000

0,033

0,000

RES_MOVES_INTL

0,066

0,160

-0,022

0,000

0,001

0,813

-0,029

0,000

CITATIONS_NUMBER_B2005

0,007

0,011

0,001

0,000

0,001

0,000

0,003

0,000

1-TECH_CAT_CONC

-1,929

0,000

-1,189

0,000

-0,794

0,000

-1,037

0,000

FIRM_MOVES

0,071

0,003

0,001

0,665

-0,001

0,675

0,023

0,000

PATENT_TIME_HHI

0,618

0,381

1,250

0,096

3,222

0,000

3,209

0,003

PATENT_TIME_SKEW

-0,010

0,915

0,110

0,054

-0,044

0,000

-0,113

0,011

PATENT_TIME_KURT

0,033

0,329

0,039

0,035

0,012

0,004

-0,014

0,547

CAREER_DURATION

-0,132

0,003

-0,122

0,000

-0,075

0,000

-0,134

0,000

CAREER_TIME_GAP

-0,054

0,366

-0,041

0,017

-0,059

0,000

-0,033

0,048

TECH_CAT_1

0,294

0,116

0,039

0,581

0,029

0,068

0,135

0,015

TECH_CAT_2

0,468

0,018

0,274

0,041

0,079

0,000

0,082

0,228

TECH_CAT_3

0,156

0,388

-0,063

0,218

-0,036

0,002

-0,114

0,063

TECH_CAT_4

0,714

0,000

-0,330

0,119

0,034

0,088

0,425

0,000

TECH_CAT_5

0,466

0,010

0,132

0,032

0,050

0,002

0,167

0,007

C

1,976

0,000

3,992

0,000

3,036

0,000

2,595

0,000

R2

0,519

 

0,725

 

0,666

 

0,583

 

Nombre d’observations

262

 

1 229

 

14 679

 

1 614

 

Tableau 4. Relation des déterminants de la mobilité interfirmes

Variable dépendante : FIRM_MOVES/CAREER_DURATION. Coefficients en gras significatifs au seuil de 1 %

Variable dépendante : FIRM_MOVES/
CAREER_DURATION

Chine

Corée

Japon

Taiwan

Coef.

p-value

Coef.

p-value

Coef.

p-value

Coef.

p-value

RES_MOVES_CITY

0,070

0,000

0,028

0,000

0,030

0,000

0,034

0,000

RES_MOVES_INTL

-0,060

0,044

0,018

0,000

0,000

0,973

-0,009

0,022

PATENTS_PER_YEAR

0,266

0,017

0,107

0,000

0,036

0,000

0,218

0,000

CITATIONS_NUMBER_B2005

-0,002

0,052

0,000

0,043

0,000

0,000

0,000

0,625

1-TECH_CAT_CONC

0,964

0,001

1,024

0,000

0,359

0,000

0,747

0,000

PATENT_TIME_HHI

-0,013

0,976

0,189

0,716

-0,615

0,000

-0,600

0,468

PATENT_TIME_SKEW

-0,027

0,453

0,097

0,009

-0,028

0,000

-0,098

0,004

PATENT_TIME_KURT

-0,006

0,733

0,036

0,005

-0,003

0,096

-0,016

0,226

CAREER_DURATION

0,003

0,871

-0,023

0,000

-0,017

0,000

-0,024

0,004

CAREER_TIME_GAP

-0,003

0,893

-0,026

0,012

0,002

0,290

-0,007

0,490

TECH_CAT_1

-0,101

0,310

0,144

0,002

0,040

0,000

-0,076

0,056

TECH_CAT_2

-0,239

0,082

0,121

0,039

0,067

0,000

-0,085

0,109

TECH_CAT_3

0,096

0,298

0,198

0,000

0,084

0,000

0,162

0,001

TECH_CAT_4

-0,156

0,097

0,086

0,293

0,039

0,000

-0,676

0,000

TECH_CAT_5

0,022

0,825

0,057

0,152

0,032

0,000

0,129

0,005

C

-0,057

0,756

-0,349

0,078

0,150

0,000

0,866

0,005

R2

0,443

 

0,749

 

0,830

 

0,555

 

Nombre d’observations

262

 

1 229

 

14 679

 

1 614

 

Tableau 5. Relation des déterminants de la valeur des inventions

Variable dépendante : CITATIONS_NUMBER_B2005. Coefficients en gras significatifs au seuil de 1 %

Variable dépendante : CITATIONS_NUMBER_B2005

Chine

Corée

Japon

Taiwan

Coef.

p-value

Coef.

p-value

Coef.

p-value

Coef.

p-value

RES_MOVES_CITY

-0,018

0,573

0,005

0,154

0,008

0,000

-0,004

0,148

RES_MOVES_INTL

0,046

0,194

0,006

0,070

0,000

0,839

0,015

0,000

PATENTS_PER_YEAR

0,248

0,000

0,191

0,000

0,324

0,000

0,272

0,000

1-TECH_CAT_CONC

-0,419

0,256

-0,202

0,210

-0,224

0,000

-0,917

0,000

FIRM_MOVES

-0,011

0,643

-0,005

0,078

-0,010

0,000

-0,001

0,655

1-PATENT_TIME_HHI

-0,182

0,868

2,185

0,003

4,015

0,000

0,903

0,098

PATENT_TIME_SKEW

0,181

0,073

0,511

0,000

0,238

0,000

0,357

0,000

PATENT_TIME_KURT

-0,056

0,070

-0,013

0,467

0,040

0,000

0,020

0,171

CAREER_DURATION

0,158

0,000

0,121

0,000

0,049

0,000

0,129

0,000

CAREER_TIME_GAP

-0,067

0,089

-0,051

0,001

-0,035

0,000

-0,085

0,000

TECH_CAT_1

-0,143

0,395

-0,099

0,146

-0,043

0,004

0,066

0,222

TECH_CAT_2

-0,352

0,063

0,085

0,464

0,115

0,000

-0,084

0,195

TECH_CAT_3

-0,053

0,791

-0,060

0,225

-0,090

0,000

-0,006

0,935

TECH_CAT_4

-0,138

0,511

0,267

0,109

0,142

0,000

-0,055

0,615

TECH_CAT_5

-0,403

0,020

-0,023

0,695

-0,015

0,336

0,048

0,465

C

2,645

0,002

0,727

0,238

0,543

0,008

2,471

0,000

Nombre d’observations

262

 

1 229

 

14 679

 

1 614

 

4. 2. Les déterminants de la mobilité des inventeurs (tableau 4)

42Deux phénomènes sont communs à tous les pays. D’abord un effet positif de la productivité sur la mobilité (voir le coefficient positif et très significatif de la variable PATENTS_PER_YEAR). Cet effet montre que les inventeurs à plus haute productivité font plus de mobilité entre firmes (d’une certaine façon cela corrobore le résultat obtenu entre les deux variables avec l’estimation de la première relation). Cela valide notre hypothèse 5. Ce résultat est en accord avec les résultats trouvés dans nos études antérieures pour les 4 plus grands pays industriels mais sur une période de temps plus courte s’arrêtant en 2002 (Latham et al., 2012) et par Hoisl (2007) sur l’Allemagne. Notons que c’est pour le Japon que le coefficient est le plus bas. On doit préciser que ces résultats ne sont pas contradictoires à ceux trouvés lorsque l’on estime la relation inverse (la productivité expliquée par la mobilité). Autre phénomène identique pour les pays : plus un inventeur possède des compétences technologiques diversifiées, plus il est mobile entre les firmes. Notre hypothèse 4 sort totalement renforcée ici.

43Les autres variables concernant la mobilité nous disent que la mobilité régionale (ou entre villes) est corrélée à la mobilité entre firmes. La mobilité internationale a des effets différents entre les pays : elle apparaît plutôt comme un substitut de la mobilité interfirmes en Chine et Taiwan (coefficient estimé négatif), un facteur favorable à la mobilité interfirmes (cas de la Corée), sans portée au Japon. Ces résultats mériteraient qu’on les analyse plus avant les différentes mobilités dans une perspective de système national d’innovation.

4. 3. Les déterminants de la valeur des inventions (tableau 5)

44La dernière relation concerne la valeur des inventions de chaque inventeur prolifique (tableau 5). La loi évolutionniste liant productivité et valeur des inventions se trouve validée pour les 4 pays (le coefficient estimé est toujours très significatif). Le coefficient est le plus élevé pour le Japon et le plus faible pour la Corée. Cette loi était également établie pour les 4 pays industriels dominants : la France, l’Allemagne, les États-Unis, le Royaume-Uni (Le Bas et al., 2010). Cette « loi », notre hypothèse 2, est donc d’application générale, même en Chine contrairement à ce que nous pensions. Le coefficient associé à la diversification technologique est toujours négatif et toujours significatif. Il l’est pour le Japon et Taiwan, prouvant que la spécialisation est toujours un facteur donnant de la valeur à l’invention. Les variables relatives à la mobilité ne donnent pas de tendances claires. Un point à relever : la mobilité internationale joue un rôle positif à Taiwan, confirmant de façon éclatante les études qualitatives mettant en évidence l’importance de la mobilité des hommes sur la construction des capacités technologiques des firmes. Mais là encore, compte tenu du type de modèle en coupe, on ne peut interpréter ce résultat en termes de causalité.

45Le point à retenir ici est, d’une part que nos 5 hypothèses sont bien vérifiées, et, d’autre part, la grande cohérence de nos résultats : sur nos trois estimations, nous retrouvons des résultats identiques entre productivité, mobilité, spécialisation des inventeurs (et valeur de leur invention).

Conclusion

46Dans ce papier, nous avons proposé une approche originale des processus d’invention centrée sur les « lois » de la production de connaissances technologiques. Nous l’avons mobilisée pour rendre compte des caractéristiques des activités d’innovation de quatre grands pays asiatiques. Elle est fondée sur le présupposé qu’au cœur de la production de connaissances nouvelles, la productivité des inventeurs prolifiques permet de rendre compte d’une grande partie du volume et de la valeur des activités d’innovation des pays. En conséquence, nous nous sommes proposés de saisir les tendances expliquant les déterminants de leur productivité, de leur mobilité (comme vecteur du transfert de connaissances codifiées et tacites), et de la valeur de leurs inventions. Celles-ci étant supposées différentes selon les pays, compte tenu des différences dans les niveaux de développement technologique et dans les cadres institutionnels nationaux au sein desquels se fait la production de connaissances.

  • 26 Et que l’on retrouve également dans les autres grands pays industriels (voir Latham et al., 2012).

47Nous avons mis ce modèle à l’épreuve des observations en investiguant les activités d’innovation (à travers des données de brevets) des quatre grands pays asiatiques. Notre point de départ était que les différences entre le capitalisme japonais et coréen d’un côté et le capitalisme chinois de l’autre, étaient suffisamment importantes pour les caractériser de deux types différents : un capitalisme mésocorporatiste d’un côté, fondé sur la qualité de la relation salariale et du système d’innovation (nécessaire à un dynamisme « technologique » des exportations) ; un capitalisme chinois développementaliste de l’autre, fondé aussi sur un dynamisme d’exportation (mais d’un autre type, fondé sur des coûts salariaux faibles et non sur l’innovation), mais prêt à construire une croissance plus autocentrée sur la demande intérieure et une autonomisation de ses capacités d’innovation encore faibles (Boyer, 2011). On pouvait s’attendre à ce que sur les relations entre la productivité des inventeurs prolifiques, la valeur de leur invention (qui conditionne la croissance des firmes et des secteurs), et leur mobilité soient différentes. Nos résultats montrent que deux régularités se retrouvent dans l’ensemble des 4 pays asiatiques26 : 1) la loi évolutionniste de détermination de la valeur de l’invention par la productivité de l’inventeur (loi « quasi universelle »), 2) une « loi » de spécialisation de l’inventeur qui associe une plus grande spécialisation technologique individuelle à une plus forte productivité. La première n’était pas attendue compte tenu que la Chine était pendant cette période d’observation dans une phase de rattrapage. Nos résultats montrent par ailleurs qu’il y a des différences entre les 4 pays, principalement pour les phénomènes de mobilité. La mobilité interfirmes ne joue aucun rôle sur ou en liaison avec la productivité des inventeurs au Japon et en Corée. Au contraire, en Chine et à Taiwan, elle a un impact positif sur la productivité. Enfin, comme prévu, la mobilité internationale des inventeurs prolifiques joue un rôle dans la détermination de la valeur des inventions à Taiwan. Les systèmes d’innovation des grands pays asiatiques ne sont donc pas totalement identiques.

48Notre analyse n’est pas exempte de limites. En mettant l’accent sur les différences et la diversité entre économies sur le temps long, on tend à gommer les dynamiques spécifiques à chacune des trajectoires nationales et surtout leurs transformations internes. Sur la période, les économies asiatiques ont connu des crises financières, des crises « longues » (principalement pour le Japon), des séries de réformes majeures (Chine), une adaptation à la globalisation, etc. Chacune des économies a réagi différemment à ces chocs et à aux limites de la croissance économique. Par exemple, le Japon a vu une réelle transformation de ses grandes organisations industrielles (Boyer et al., 2011). Par ailleurs, au début de la période, la Corée et Taiwan restent encore loin du Japon en termes de performance de leurs activités technologiques. Les variables que nous mobilisons (comme le nombre de déplacements sur une période de temps, le nombre de citations reçues) ne sont pas bien appropriées pour le suivi en séries temporelles des phénomènes.

49Notre approche tend à éclairer la structure de la production de connaissances, le moteur de l’innovation, laissé plutôt dans l’ombre dans les approches par trop macroscopiques en termes de système national d’innovation qui, au contraire, s’intéresse essentiellement à l’environnement institutionnel au sens large des organisations innovantes. Elle met aussi en évidence l’importance de la dissémination du savoir via la mobilité (qui constitue dans notre approche une variable essentielle). Nous ne prétendons néanmoins pas que notre approche puisse remplacer ou se substituer aux démarches institutionnalistes. Elle apparaît complémentaire des approches institutionnalistes en termes de systèmes nationaux d’innovation. Nous ne traitons pas centralement cette complémentarité dans notre travail, nous pouvons cependant indiquer comment elle pourrait être signifiée. En effet, certaines de nos variables apparaissent également déterminées pas des facteurs institutionnels. Envisageons deux aspects. La mobilité des inventeurs dépend fortement des institutions réglant la gestion de la main-d’œuvre (le rapport salarial dans le corpus régulationniste). Il en va sans doute également pour la durée de carrière des inventeurs. Selon que les nations organisent des passerelles entre métiers, fonctions ou institutions, les carrières d’inventeurs peuvent être plus ou moins longues. Le degré de spécialisation technologique (ou son inverse, le degré de diversification technologique) des inventeurs a sans doute aussi des racines institutionnelles nationales. Récemment Gruber et al. (2012) montrent que l’étendue de la capacité de recombinaison de connaissances technologiques diffère selon que l’inventeur a une éducation scientifique, ou au contraire une éducation d’ingénieur. On peut alors penser que selon que les institutions et les cultures des nations valorisent ou développent tel ou tel type d’éducation supérieure, les pays poussent à des niveaux de spécialisation différents des inventeurs.

  • 27 Dans ce travail, on s’est essentiellement intéressé au signe des coefficients et à leur significati (...)

50Au titre de possibles prolongements, on peut envisager de mieux cerner l’origine des inventeurs prolifiques (académiques, industriels issus de grandes firmes, privés/publics, petites organisations…)27. Cette analyse serait plus conforme à l’approche institutionnelle des systèmes nationaux d’innovation. On devrait également tenter de cerner les dynamiques temporelles. Deux démarches seraient possibles. D’abord contrôler les effets temps en introduisant des variables muettes pour les dates du premier dépôt de brevet. Ensuite répliquer les estimations pour deux sous-périodes afin de mieux mesurer à travers les variations des coefficients (et des « p-value ») ce que le « temps change ». En quelque sorte on pourrait ainsi tester la stabilité des tendances mises à jour dans ce travail.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal A., Cockburn I., McHale J. (2006), “Gone but not forgotten: knowledge flows, labor mobility, and enduring social relationships”, Journal of Economic Geography, vol. 6, n° 5, p. 571-591.

Allen T. J., Tushman M. L., Lee D. M. S. (1979), “Technology Transfer as a Function of Position in the Spectrum from Research Through Development to Technical Services”, Academy of Management Journal, vol. 22, n° 4, p. 694-708.

Altenburg T., Schmitz H., Stamm A. (2008), “Breakthrough China’s and India’s Transition from Production to Innovation”, World Development, vol. 36, n° 2, p. 325-344.

Amable B., Barré R., Boyer R. (1997), Les systèmes d’innovation à l’heure de la globalisation, Economica, Paris.

Amable B., Petit P. (2003), “The diversity of social systems of innovation and production during the 1990s”, in Institutions, Innovation and Growth. Selected Economic Papers, Touffut J.-P., Edward Elgar, Cheltenham, p. 207-244.

Antonelli C. (2008), Localised Technological Change. Towards the Economics of complexity, Routledge, Oxon.

Antonelli C. (2011), Handbook on the Economic Complexity of Technological Change, Edward Elgar, Cheltenham.

Basberg B. L. (1987), “Patents and the Measurement of Technological Change: A Survey of the Literature”, Research Policy, vol. 16, n° 2-4, p. 131-141.

Boyer R. (2011), Les financiers détruiront-ils le capitalisme ?, Economica, Paris.

Boyer R., Uemura H., Isogai A. (dir.) (2011), Diversity and Transformations of Asian Capitalims, Routledge, London, New York.

Branstetter L., Jong-Rong C. (2006), “The impact of technology transfer and R&D on productivity growth in Taiwanese industry: Microeconometric analysis using plant and firm-level data”, Journal of the Japanese & International Economies, vol. 20, n° 2, p. 177-192.

Brown B. S., Duguid P. (1998), “Organizing Knowledge”, California Management Review, vol. 40, n° 3, p. 90-111.

Chacko G. K. (1986), “International technology transfer for improved production functions”, Engineering Costs & Production Economics, vol. 10, n° 3, p. 245-252.

Choung J.-Y. (1998), “Patterns of Innovation in Korea and Taiwan”, IEEE Transactions on Engineering Management, vol. 45, n° 4, p. 357-365.

Dodgson M. (2009), “Asia’s national innovation systems: Institutional adaptability and rigidity in the face of global innovation challenges”, Asia Pacific Journal of Management, vol. 26, n° 3, p. 589-609.

Dodgson M., Gann D. (2010), Innovation. A very short introduction, Oxford University Press, Oxford.

Dosi G. (1997), “Opportunities, incentives and the collective patterns of technological change”, Economic Journal, vol. 107, n° 444, p. 1530-1547.

Edquist C. (1997), Systems of Innovation: Technologies, Institutions and Organisations, Pinter Publishers, London, Washington.

Ernst H., Leptien C., Vitt J. (2000), “Inventors are not alike: The distribution of patenting output among industrial R&D personnel”, IEEE Transactions on Engineering Management, vol. 47, n° 2, p. 184-199.

Fagerberg J., Godinho M. M. (2004), “Innovation and Catching-Up”, in The Oxford Handbook of Innovation, Fagerberg J., Mowery D., Nelson R. (eds.), New York, Oxford University Press, p. 514-542.

Fleming L. (2001), “Recombinant uncertainty in technological search”, Management Science, vol. 47, n° 1, p. 117-132.

Fleming L. (2007), “Breakthroughs and the ‘long tail’ of innovation”, MIT Sloan Management Review, vol. 49, n° 1, p. 69-74.

Fleming L., Szigety M. (2006), “Exploring the tail of creativity: an evolutionary model of breakthrough invention”, in Advances in Strategic Management, Baum J. A. C., Stanislav D. D., Van Witteloostuijn A. (eds.), vol. 23, Ecology and Strategy, Part V: “Technology Strategy”, Emerald Group Publishing Limited, Bingley, p. 335-359.

Freeman C. (1995), “The national system of innovation in historical perspective”, The Cambridge Journal of Economics, vol. 19, n° 1, p. 5-24.

Fujimoto M. (2004), “Scientists and Engineers: Their career paths and intentions”, in MOT (Management of Technology) of Japanese Style, Hioki K., Kawakita M. (eds.), Act., p. 37-59.

Fujimoto M. (2005), “On the Relationship between Entrepreneurship and Mobility: Scientists & Engineers operation with in Organizational Structure”, Report of Research Development Venture Company and Social Environment, Report of Ministry of Economy Trade and Industry project, Doshisha Univ., p. 3-22.

Furman J., Porter M. E., Stern S. (2002), “The Determinants of National Innovative Capacity”, Research Policy, vol. 31, n° 6, p. 899-933.

Gambardella A., Harhoff D., Verspagen B. (2005), “The value of patents”, NBER Conference: The Economics of Intellectual Property, Cambridge, Massachusetts.

Gay C., Le Bas C. (2005), “Uses without too much abuses of patents citations or the simple Economics of Patents Citations as a measure of the value and origin of codified Knowledge”, Présentation du numéro spécial de The Economics of Innovation and New Technology, vol. 14, n° 5, p. 333-338.

Gay C., Le Bas C. et Latham W. (2008), “Collective Knowledge, Prolific Inventors and the Value of Inventions: An Empirical Study of French, German and British Owned U.S. Patents, 1975-1998”, The Economics of Innovation and New Technology, vol. 17, n° 1-2, p. 5-22.

Griliches Z. (1990), “Patent Statistics as Economic Indicators: A Survey”, Journal of Economic Literature, vol. 28, n° 4, p. 1661-1707.

Gruber M., Harhoff D., Hoisl K. (2012), “Knowledge Recombination across Technological Boundaries: Scientists versus Engineers”, MTEI Working Paper, Feb.

Gu S., Lundvall B.-Å. (2006), “China’s innovation system, harmonious growth and endogenous innovation”, Innovation Management Practice and Policy, vol. 8, n° 1-2, p. 1-26.

Hall B. H., Jaffe A. B., Trajtenberg M. (2001a), “The NBER Patent citations Data File: Lessons, Insights and methodological tools”, NBER Working Paper.

Hall B. H., Jaffe A. B., Trajtenberg M. (2001b), “Market Value and Patent Citations: A First Look”, UC Berkeley Working Paper, n° E01-304.

Han P.-C. (2007), “The Mobility of Highly Skilled Human Capital in Taiwan”, Applied Economics, vol. 39, n° 7-9, p. 1195-1205.

Harada Y. et Toyama H. (2012), “Asian Capitalisms: institutional configurations and firm heterogeneity”, in Diversity and Transformations of Asian Capitalims, Boyer R., Uemura H., Isogai A. (eds.), Routledge, London, New York, p. 243-263.

Hobday M. (1995), “East Asian latecomer firms: learning the technology of electronics”, World Development, vol. 23, n° 7, p. 1171-1193.

Hoisl K. (2007), “Tracing Mobile Inventors: The Causality between Inventor Mobility and Inventor Productivity”, Research Policy, vol. 36, n° 5, p. 619-636.

Hoisl K. (2009), “Does Mobility Increase the Productivity of Inventors?”, Journal of Technology Transfer, vol. 34, n° 2, p. 212-225.

Hu A. G. Z., Jaffe A. B. (2001), “Patent Citations and International Knowledge Flow: The Cases of Korea and Taiwan”, International Journal of Industrial Organization, vol. 21, n° 6, p. 849-880.

Hu M.-C., Matthews J. (2005), “National innovative capacity in East Asia”, Research Policy, vol. 34, n° 9, p. 1322-1349.

Intarakummerd P. (2006), “Thailand’s national innovation system in transition”, in Asia’s innovation systems in transition, Lundvall B.-Å., Interakummerd P., Vang J. (eds.), Elgar, London, p. 100-122.

Jaffe A. B., Trajtenberg M. (2002), Patents, Citations and Innovations: A Window on the Knowledge Economy, MIT Press, Cambridge, Mass.

Kim L. (1997), Imitation to Innovation. The Dynamics of Korea’s Technological Learning, Harvard Business School Press, Boston.

Kim Y. (2011), “From catch-up to overtaking: competition and innovation in the semiconductor industries of Korea and Japan”, Asian Journal of Technology Innovation, vol. 19, n° 2, December, p. 297-311.

Kim L., Nelson R. (2000), Technology, Learning and Innovation, Cambridge University Press, Cambridge.

Lacetera N., Cockburn I., Henderson R. M. (2004), “Do firms change capabilities by hiring new people? A study of the adoption of science-based drug discovery”, in Business Strategy over the Industry Lifecycle: Advances in Strategic Management, Baum J. A. C., McGahan A. M. (eds.), vol. 21, Elsevier, Boston, MA, p. 133-159.

Langlois R. (2001), “Knowledge, consumption, and endogenous growth”, Journal of Evolutionary Economics, vol. 11, n° 1, p. 77-93.

Latham W., Le Bas C. (2011), “Causes, consequences and dynamics of ‘complex’ distributions of technological activities: the case of prolific inventors”, in The System Dynamics of Technological Change, Antonelli C. (ed.), Edward Elgar, Cheltenham, p. 221-239.

Latham W., Le Bas C., Bouklia-Hassane R., Volodine D. (2011), “Interregional mobility, productivity and the value of patents for prolific inventors in France, Germany and the UK”, International Journal of Foresight and Innovation Policy, vol. 7, n° 1/2/3, p. 92-113.

Latham W., Le Bas C., Volodin D. (2012), “Value of invention, prolific inventor productivity and mobility: evidence from five countries, 1975-2002”, Économies et Sociétés, série W, n° 14, p 11-40.

Latham W., Yin H. (2009), “Technological Development in China 1985-2004: Evidence from Domestic Patents”, Économies et Sociétés, série W, n° 11, p. 11-40.

Le Bas C., Cabagnols A., Bouklia R. (2010), “Prolific Inventors: Who are They and Where do They Locate? Evidence from a Five Countries US Patenting Data Set”, International Centre for Economic Research, Working Paper n° 14/2010, SSRN: http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1625743.

Le Bas C., Sierra C. (2002), “Location versus home country advantages in R&D activities: some further results on multinationals’ locational strategies”, Research Policy, vol. 31, n° 4, p. 589-609.

Lechevalier S. (2011), “The Increasing Heterogeneity of Firms in Japanese Capitalism”, in Diversity and Transformations of Asian Capitalisms, Boyer R., Uemura H. et Isogai A. (eds.), Routledge, Routledge Studies in the Modern World Economy.

Leclere Y., Yoshimoto T., Fujimoto T. (eds.) (2011), The Dynamics of Regional Innovation: Policy Challenges in Europe and Japan, WSP.

Liao S.-H., Hu T.-C. (2007), “Knowledge transfer and competitive advantage on environmental uncertainty: An empirical study of the Taiwan semiconductor industry”, Technovation, vol. 27, n° 6/7, p. 402-411.

Lundvall B.-Å. (1985), “Product innovation and user-producer interaction”, Industrial development Research Series, n° 31.

Lundvall B.-Å. (1988), “Innovation as an Interactive Process: from User-Producer Interaction to the National System of Innovation”, in Technical Change and Economic Theory, Dosi G. et al. (eds.), Pinter Publishers, London, p. 349-369.

Lundvall B.-Å. (1992), “National Systems of Innovation: Towards a Theory of Innovation and Interactive Learning”, Pinter Publishers, London.

Lundvall B.-Å. (2007), “Innovation systems: theory and policy”, in Elgar Companion To Neo-Schumpeterian Economics, Hanusch H., Pyka A. (eds.), Edward Elgar Publishing, Incorporated, London.

Lundvall B.-Å., Joseph K. J., Chaminade C., Vang J. (2009), Handbook of Innovation Systems and Developing Countries, Edward Elgar Publishing Inc., Cheltenham.

Metcalfe J. S., Gibbons M. (1986), “Technological Variety and the Process of Competition”, Économie appliquée, vol. 39, n° 3, p. 493-520.

Murakami Y. (2010), “Japan’s Brain Drain: An Analysis of Japanese Researchers Living in the United States”, Japanese Economy, vol. 37, n° 2, p. 23-57.

Nagaoka S. (2008), “Inventors & Invention Process in Japan: Some Implications on R&D Governance”, Economy, Culture & History Japan Spotlight, vol. 27, n° 3, p. 14-16.

Nagaoka S., Igami M., Walsh J. P., Ijichi T. (2011), “Knowledge Creation Process in Science: Key Comparative Findings from the Hitotsubashi-NISTEP-Georgia Tech Scientists’ Survey in Japan and the US”, IIR Working Paper 11-09, Institute of Innovation Research, Hitotsubashi University.

Nelson R. R. (ed.) (1993), National Innovation Systems: A comparative analysis, Oxford University Press, New York.

Nelson R. R. (2003), “Physical and Social Technologies, and their Evolution”, Économie Appliquée, tome LVI, p. 13-29.

Nohara H. (2006), « Réformes de la recherche publique au Japon : rénovation en cours », Les Annales des Mines : Gérer et Comprendre, n° 86, p. 66-75.

Odagiri H. (2006), “Advance of science-based industries and the changing innovation system of Japan”, in Asia’s Innovation Systems in Transition, Lundvall B.-Å., Intarakumnerd P., Vang J. (eds.), Edward Elgar, Cheltenham, p. 200-226.

OCDE (2011), Études économiques de l’OCDE : Chine 2010, 260 pages.

Onishi K., Nagaoka S. (2012), “Life-cycle Productivity of Industrial Inventors: Education and other determinants”, Discussion papers 12059, Research Institute of Economy, Trade and Industry (RIETI).

Paruchuri S. (2009), “Intraorganizational networks, interorganizational networks, and the impact of central inventors: A longitudinal study of pharmaceutical firms”, Organization Science, Online Articles in Advance, January 22, p. 1-18.

Pavitt K. (1988), “Uses and Abuses of Patent Statistics”, in Handbook of Quantitative Studies of Science and Technology, van Raan A. F. J. (ed.), Elsevier Science Publishers, Elsevier, Amsterdam, p. 509-536.

Rasiah R., Kong X., Lin Y. (2010), “Innovation and Learning in the Integrated Circuits Industry in Taiwan and China”, Journal of the Asia Pacific Economy, vol. 15, n° 3, p. 225-246.

Rothaermel F. T., Hess A. M. (2007), “Building Dynamic Capabilities”, Organization Science, vol. 18, n° 6, p. 898-921.

Saxenian A. L. (2001), “Immigrant Entrepreneurship in Silicon Valley”, in The International Migration of the Highly Skilled: Demand, Supply and Development Consequences, Cornelius W., Espenshade T. (eds.), Center for Comparative Immigration Studies, La Jolla, Univ. of California at San Diego.

Saxenian A. L. (2003), “Transnational technical communities and regional growth in the periphery”, in Institutions, Innovation and Growth: Selected Economic Papers, Touffut J. P. (ed.), The Saint Gobain Centre for Economic Studies Series, Edward Elgar, Cheltenham.

Saxenian A. L. (2005), “From Brain Drain to Brain Circulation: Transnational Communities and Regional Upgrading in India and China”, Studies in Comparative International Development, vol. 40, n° 2, p. 35-61.

Saxenian A. L., Hsu J.-Y. (2001), “The Silicon Valley-Hsinchu Connection: Technical Communities and Industrial Upgrading”, Industrial and Corporate Change, vol. 10, n° 4, p. 893-920.

Schankerman M., Shalem R., Trajtenberg M. (2006), “Software Patents, Inventors and Mobility”, Working Paper.

Simonton D. K. (1999), Origins of Genius: Darwinian Perspectives on Creativity, Oxford University Press, New York.

Storz C., Schäfer S. (2011), Institutional Diversity and Innovation. Continuing and Emerging Patterns in Japan and China, Routledge: “Studies in Global Competition”, Routledge, London, New York.

Sun Y. (2002), “Sources of Innovation in China’s Manufacturing Sector: Imported or In-house Developed ?”, Environment and Planning, vol. 34, n° 6, p. 1059-1072.

Tokomaru N. (2009), “Technology accumulation in East Asia. A statistical analysis of the ‘uneven’ accumulation of technological competence”, Economies et Sociétés, série W, n° 11.

Trajtenberg M. (2004), “The names game: Using Inventors Patent Data in Economic Research”, http://www.tau.ac.il/~manuel/; PowerPoint presentation.

Trajtenberg M. (2006), “Mobility of inventors and the productivity of research”, PowerPoint presentation, July.

Trajtenberg M., Shiff G., Melamed R. (2006), “The ‘Names Game’: Harnessing Inventors’ Patent Data for Economic Research”, NBER working paper series, n° 12479.

Tushman M. (1977), “Special boundary roles in the innovation process”, Administrative Science Quarterly, vol. 22, p. 587-605.

Tushman M. L., Katz R. (1980), “External communication and project performance: An investigation into the role of gatekeepers”, Management Science, vol. 26, n° 11, p. 1071-1085.

Van Reenen J., Yueh L. (2012), “Why Has China Grown So Fast? The Role of International Technology Transfer”, CEP Discussion Paper n° 1121, February.

Volodin D. (2012), “The effects of inventor mobility, inventive team characteristics, and the patent examination process on patent values”, PhD University of Delaware.

Weitzman M. L. (1996), “Hybridizing growth theory”, American Economic Review, vol. 86, n° 2, p. 207-212.

WIPO (2011), Rapport sur la propriété intellectuelle dans le monde. Le nouveau visage de l’innovation, OMPI, série « Économie et statistique » de l’OMPI, http://www.wipo.int/econ_stat/fr/economics/wipr/wipr_2011.html.

Yam R. C. M., Guan J. C., Pun K. F., Tang E. P. Y. (2004), “An audit of technological innovation capabilities in Chinese firms: some empirical findings in Beijing, China”, Research Policy, vol. 33, n° 8, p. 1123-1140.

Yang C.-H. (2003), “Protecting Foreign Inventors or a Learning Channel? Evidence from Patents Granted in Taiwan”, Economics Letters, vol. 81, n° 2, p. 227-231.

Yueh L. (2010), The Economy of China, Edward Elgar, Cheltenham.

Zweig D. (2006), “Competing for Talent: China’s Strategies to Reverse the Brain Drain”, International Labour Review, vol. 145, n° 1-2, p. 65-89.

Haut de page

Notes

1 Un très bon résumé de ces travaux se trouve dans l’ouvrage de Storz et Schäfer (2011).

2 Les activités d’innovation des firmes japonaises ont été étudiées du point de vue de leurs inventeurs à travers les travaux de Nagaoka et al., (2011) et Onishi et Nagaoka (2012).

3 Storz et Schäfer (2011) semblent développer un point de vue différent lorsqu’ils soulignent que les arrangements institutionnels du modèle japonais auraient été plutôt renforcés dans la période récente tout en montrant une certaine plasticité (voir p. 152 et suivantes).

4 Hu (2003) apporte d’autres matériaux sur le système d’innovation coréen.

5 Ce qui n’est pas le cas de Taiwan qui tend à apprendre des deux pays (États-Unis et Japon).

6 La mobilité internationale des inventeurs taiwanais a été aussi étudiée par Han (2007) et Yang (2003). Les japonais se sont également intéressés au devenir des chercheurs expatriés (Murakami, 2010). À noter les travaux très documentés de Fujimoto (2004, 2005) sur la mobilité des scientifiques et ingénieurs japonais.

7 Saxenian et Hsu (2001).

8 L’impact des transferts technologiques est également étudié par Hu (2003). Liao et Hu (2007) ont montré comment les transferts de technologies ont impacté positivement les performances du secteur des semi conducteurs taiwanais.

9 On pourra aussi se reporter à l’étude de l’OCDE (2011).

10 Latham et Yin (2009) utilisant des données de brevets chinois pour décrire l’accumulation technologique en Chine dans la période 1985-2004, montrent que le dépôt total de brevets apparaît sous la forme d’une courbe en S par rapport au temps. L’innovation est particulièrement faible en début de période, notamment dans les années 1993-1999, sans doute à cause du choc des réformes industrielles. En second lieu, les activités technologiques sont plus orientées vers le secteur des TIC.

11 Le travail de Yam et al. (2004) sur les firmes chinoises remarquait par exemple que les investissements faits dans les technologies de l’information manquaient encore d’efficacité.

12 L’impact des firmes multinationales sur la formation des capacités technologiques locales importe dans un contexte de rattrapage. Dans beaucoup d’industries asiatiques on remarque une combinaison d’absorption réussie de connaissances technologiques diffusées au niveau international et un développement des capacités nationales de capital humain et de capacités d’innovation (Altenburg et al., 2008). Van Reenen et Yueh (2012) ont récemment chiffré l’effet de la dynamique de joint-ventures menée par la Chine à un point de croissance par an sur les 3 dernières années.

13 Il se pourrait d’ailleurs que le système d’innovation de Taiwan puisse être une variante plus entrepreneuriale du capitalisme méso corporatiste.

14 On reprend ici le terme proposé par Boyer (2011, p. 140) pour caractériser le capitalisme chinois.

15 On s’intéresse donc au « supply side of innovation ». Furman et al., (2002) suggère une modélisation des systèmes nationaux d’innovation dans laquelle la capacité d’innovation d’un pays (mesurée par les dépôts de brevets) est expliquée par le niveau de l’emploi en R&D, les dépenses de R&D du secteur privé, et la spécialisation industrielle du pays. Ce que nous proposons ici est peu éloigné de leur modèle. Hu et Matthews (2005) confirment que ces facteurs jouent pleinement pour les pays asiatiques.

16 Le Bas et al. (2010) montrent que les inventeurs ayant 15 brevets américains et plus sont associés à 66 % du dépôt total des déposants japonais, 40 % pour l’Allemagne, 33 % pour les États-Unis.

17 Weitzman (1996) illustre cette vue de la façon suivante : « The idea of an “electric light” is itself a hybrid, the first practical example of which was made in 1879, between the idea of “artificial illumination” and the idea of “electricity”. The idea of an “electricity production and distribution network” was conceived by Edison in the 1880’s as an explicit combination of the idea of “electricity” with the idea of a “gas distribution system”, where electricity is essentially substituted for gas » (Weitzman, 1996, p. 209).

18 Nous proposons dans un encadré un schéma évolutionniste qui positionne notre approche des activités de production de connaissances (la créativité) par rapport aux démarches institutionnalistes des systèmes d’innovation.

19 Sur les comparaisons internationales de données de brevets, on se reportera à Basberg (1987), Griliches (1990), et Pavitt (1988).

20 Les difficultés sont sérieuses pour établir la liste des inventeurs à partir des noms et prénoms car les risques d’homonymie sont élevés. Mais ces difficultés bien réelles ont été souvent surestimées y compris pour les noms asiatiques (sur ce thème, voir le point de vue de Nagaoka, 2008 et Onishi et Nagaoka, 2012).

21 On remarque encore une fois combien Corée et Japon sont proches.

22 Précisons qu’une invention brevetée est le produit d’une équipe d’inventeurs – dont les noms figurent dans les documents de brevet – et non d’un seul.

23 Ce que nous disons ici pour cette équation de productivité vaut également pour les autres relations.

24 On ne traite pas ici du biais d’endogénéité entre productivité et mobilité interfirmes.

25 Il manque certainement à notre analyse des facteurs expliquant la productivité des inventeurs la prise en compte de leur niveau de compétence au début de leur cycle d’activité de recherche. Le diplôme au moment de l’entrée dans la carrière a certainement un impact qu’il faudrait contrôler. Onishi et Nagaoka (2012) ont par exemple montré que les inventeurs japonais possédant un doctorat ont une productivité annuelle (y compris en termes de valeur de leurs inventions) plus élevée que ceux qui ont des diplômes inférieurs.

26 Et que l’on retrouve également dans les autres grands pays industriels (voir Latham et al., 2012).

27 Dans ce travail, on s’est essentiellement intéressé au signe des coefficients et à leur significativité. Un prolongement possible serait d’analyser leur grandeur. Si nos équations sont bien spécifiées, elles pourraient nous dire plus encore sur les différences entre les systèmes d’innovation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Production de connaissances, facteurs de l’innovation, institutions supports
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/10746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Le Bas, William Latham et Dmitry Volodin, « Productivité et mobilité des inventeurs prolifiques : une approche comparative des systèmes d’innovation de quatre grands pays asiatiques (Chine, Corée, Japon, Taiwan) », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://regulation.revues.org/10746

Haut de page

Auteurs

Christian Le Bas

Professeur d’économie, ESDES School of Management, Université catholique de Lyon, clebas@univ-catholyon.fr

Articles du même auteur

William Latham

Professseur d’économie, Université du Delaware, Alfred Lerner College of Business & Economics

Dmitry Volodin

Consultant, HDR Inc., Silver Spring, Washington MD

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page