Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Quand des hétérodoxes dialoguent autour de l’énigme de l’internationalisation des services

Graz Jean-Christophe et Niang Nafi (dir.), Services sans frontières. Mondialisation, normalisation et régulation de l’économie des services
Coline Ruwet
Référence(s) :

Graz Jean-Christophe et Niang Nafi (dir.), Services sans frontières. Mondialisation, normalisation et régulation de l’économie des services, Paris, Presses de Sciences Po, collection « Académique », 2013, 400 pages.

Texte intégral

L’auteur remercie les membres du comité de rédaction de la revue pour leur relecture et leurs commentaires. Elle assume néanmoins l’entière responsabilité des insuffisances qui pourraient demeurer.

1Tertiarisation, internationalisation, normalisation : tel est le triptyque au cœur de l’ouvrage collectif édité par Jean-Christophe Graz et Nafi Niang aux Presses de Sciences Po. Pris séparément, ces trois domaines de recherche clefs dans la compréhension des évolutions contemporaines du capitalisme ont chacun fait l’objet depuis une dizaine d’année d’un intérêt croissant. L’originalité de cet ouvrage tient avant tout aux liens tissés entre ces thématiques connexes et le dialogue engagé entre différentes perspectives théoriques. L’ambition de ce projet interdisciplinaire mêlant des spécialistes en sciences politiques, économie et sociologie est de remettre en question les explications conventionnelles sur l’internationalisation et la normalisation des services, de proposer des hypothèses inédites et d’ouvrir ainsi de nouvelles pistes analytiques dans ces domaines.

2Services sans frontières est issu d’une initiative du Centre de recherche interdisciplinaire sur l’international (CRII) de l’université de Lausanne. Jean-Christophe Graz et son équipe travaillent depuis une dizaine d’années sur la gouvernance de la mondialisation en s’intéressant plus particulièrement aux acteurs et aux mécanismes de régulation non étatiques. À travers des projets innovants comme la recherche-action menée dans le cadre d’Internorm visant à renforcer la participation du monde associatif dans l’élaboration des normes ISO (Graz et Hauert, 2011), depuis quelques années, les chercheurs du CRII se sont penchés sur la thématique de la mondialisation et de la régulation des activités de service. En mars 2010, ils organisent deux journées d’études visant à rassembler « des travaux les plus novateurs sur les différentes facettes du développement d’une société de services et les conditions dans lesquelles ces activités peuvent se déployer à l’échelle internationale » (p. 46). L’ouvrage se présente comme le résultat des discussions et des réflexions issues de cette rencontre entre des chercheurs hétérodoxes d’horizons divers qui entretenaient jusqu’alors des échanges informels.

3Douze spécialistes, (professeurs, doctorants et post-doctorants majoritairement attachés à l’université de Lausanne et des universités françaises), ont contribué à l’ouvrage. Les neuf chapitres peuvent être classés en trois ensembles sans pour autant que cela apparaisse comme tel dans la table des matières : des considérations théoriques sur les configurations productives, l’environnement institutionnel et l’autorité privée permettant d’appréhender l’internationalisation et la normalisation des services (chapitres 1 et 2), des réflexions charnières entre théories et étude de cas (chapitres 3 et 4) et des analyses plus approfondies sur des thématiques spécifiques liées à l’internationalisation de services (chapitres 5 à 9). Au niveau théorique, l’ouvrage entend établir un dialogue entre des travaux s’inscrivant dans le sillage de l’économie politique internationale, de l’École française de la régulation et de la sociologie économique. Sur le plan thématique, les domaines couverts par les études de cas sont variés permettant d’appréhender la problématique des activités de service dans toute son épaisseur et sa complexité. Ils vont des normes d’assurance qualité (chapitre 4) à la sous-traitance des services délocalisés au Maroc (chapitre 9) en passant par l’inventaire des normes soutenant l’internationalisation du marché de la (ré)assurance (chapitre 3), le rôle joué par les Big four dans la normalisation internationale de l’audit et de la comptabilité (chapitre 5), les difficultés rencontrées par le capital-risque, suite à l’internationalisation et la financiarisation de nos économies (chapitre 6), l’usage stratégique des arènes de normalisation internationale dans le cas emblématique du langage bureautique XML en informatique (chapitre 7) et les logiques de compétition dans l’enseignement supérieur suite à l’introduction des systèmes de classements internationaux (chapitre 8). À l’instar de la plupart des ouvrages collectifs, le lecteur pourra tout à fait s’intéresser à un seul chapitre pris isolément sans que la lecture du reste de l’ouvrage lui fasse défaut. Cependant, outre l’existence d’échanges informels entre les contributeurs, la justification du choix des différentes thématiques abordées dans l’ouvrage reste néanmoins un peu confuse pour le lecteur. Ainsi, on peut regretter le petit nombre d’études de cas sur des services non marchands porteurs d’enjeux centraux comme la santé, la justice, la culture, les relations sociales ou le tourisme.

1. Une approche socio-politique du paradoxe au cœur de la mondialisation des services

4Le questionnement de base au cœur de cet ouvrage vise à enquêter sur le paradoxe au cœur de l’internationalisation des activités de service. Ce secteur est intrinsèquement lié aux transformations actuelles vers un capitalisme dit « cognitif » et à la croissance dans l’économie mondiale. Il représente une part de près de 80 % de l’emploi total et du PIB des pays de l’OCDE et 50 % des économies émergentes. Pourtant, au niveau mondial, sa part dans les échanges commerciaux est relativement faible (aux environs de 20 %) et reste inchangée depuis plus de deux décennies (même si la délocalisation des services vers des pays en développement est en augmentation).

5Les analyses micro-économiques ne s’attardent généralement pas sur ce paradoxe expliqué par l’incertitude liée à la nature intangible des services et à l’asymétrie d’information qui en résulte. Elles se focalisent davantage sur les causes de « l’innovation servicielle » et les conséquences pour la poursuite de la croissance et de l’innovation dans ce secteur, négligeant ainsi les enjeux d’ordre socio-politiques. Dans ce cadre, les normes (notamment dites de qualité) jouent un rôle essentiel comme outil permettant d’améliorer la stabilité et la fiabilité du marché en certifiant aux utilisateurs que les services leur sont fournis selon des termes préalablement spécifiés.

6L’ouvrage prend le parti de remettre en question cette explication conventionnelle et de s’interroger en profondeur sur les conditions favorables ou défavorables à l’internationalisation des services. Pour appréhender l’énigme, les différents contributeurs ont été invités à réfléchir à trois questions transversales qui constituent l’équation de la problématique abordée dans le livre, en tissant les liens entre tertiarisation, internationalisation et normalisation. « Quels sont les services les plus enclins à être internationalisés et les acteurs les plus concernés par ce phénomène ? Quelles relations établir entre l’internationalisation des services et leur environnement institutionnel ? Quel est le rôle dévolu aux normes techniques dans la production et l’usage des activités de services ? » (p. 46). Ces questions ne sont pas traitées de manière systématique dans les différentes contributions ou spécifiquement par certains chercheurs au fur et à mesure du développement de l’ouvrage, elles servent plutôt de fil conducteur permettant de donner une cohérence d’ensemble à l’ouvrage a postériori dans la conclusion.

2. Un dialogue interdisciplinaire ?

7Le point commun des chercheurs hétérodoxes rassemblés dans cet ouvrage est leur intérêt pour les enjeux sociaux et politiques au cœur de la problématique de l’internationalisation et la normalisation des services. Les trois perspectives théoriques mobilisées par les contributeurs (la théorie française de la régulation, la sociologie économique et l’économie politique internationale) divergent cependant dans leurs interprétations de l’importance à conférer aux normes et à l’environnement institutionnel ainsi que leurs usages possibles dans la mondialisation des activités de service. Un des intérêts de cet ouvrage est son ambition de construire un dialogue entre ces trois approches théoriques, ce qui les rassemble et les différencie, permettant ainsi de tisser de nouveaux liens et d’ouvrir des perspectives de recherche.

8Pour éclairer les obstacles à l’internationalisation des services, les travaux de l’École française de la régulation (Christian du Tertre et Pascal Petit sont tous deux contributeurs mais seul le premier mobilise un cadre conceptuel propre aux recherches régulationnistes en s’intéressant spécifiquement aux « configurations productives de services ») mettent généralement l’accent sur les spécificités sectorielles et institutionnelles des activités de service. Ainsi, plus la logique servicielle ressort de l’immatériel (ce qui s’accompagne généralement d’une intensité relationnelle élevée, une orientation en direction du consommateur final et une intensité importante en main-d’œuvre), moins elle serait susceptible d’être normalisée. Dans cette perspective, les activités fondées sur une logique faiblement servicielle, apparentées aux biens manufacturés, seraient les plus susceptibles d’être internationalisées et délocalisées. De plus, il existerait une relation entre la spécificité sectorielle et le cadre institutionnel privilégié. Le cadre national dans lequel s’institutionnalise les activités de service formerait ainsi une entrave à l’internationalisation et la normalisation des services les plus intangibles et relationnels.

9Répondre à l’énigme des difficultés d’une internationalisation des services d’un point de vue sociologique amène Eva Hartman (chapitre 4) à envisager ce marché avant tout comme une relation sociale spécifique, sans être pour autant fondamentalement différente des autres modes de transaction économique. La spécificité des prestations de services (en particulier les services immatériels et relationnels), par rapport au commerce des biens, est l’exigence d’une structure idéationnelle plus intensivement partagée entre les partenaires de l’échange. En effet, la valeur d’un service ne s’évalue pas seulement par la quantité de travail incorporée dans une marchandise mais surtout par la qualité de ce travail, en particulier sa capacité de s’adapter aux besoins et aux caractéristiques de chaque client dans un « état social donné ». Dans cette perspective, les obstacles à la mondialisation des activités de service seraient avant tout liés aux difficultés d’un changement d’échelle de l’imaginaire économique et non à leur nature intrinsèque. Ainsi, par exemple, l’internationalisation de l’enseignement supérieur avec la mise en compétition entre des établissements et de leurs programmes un peu partout sur la planète nécessite un travail important d’abstraction de leur encastrement dans un contexte socioculturel donné. Or la question de la qualité est culturellement ancrée. Eva Hartman soutient que ce n’est pas tant la spécificité intrinsèque d’un service qui détermine ses conditions d’internationalisation mais la qualification des processus impliqués dans la coproduction de ce service et leur mise en cohérence dans des mécanismes complexes de reconnaissance (p. 384). Les normes sont envisagées comme de tels outils d’abstraction offrant des conditions préalables favorisant l’internationalisation des marchés. La perspective structuraliste adoptée dans cette contribution en s’appuyant notamment sur les travaux de Karl Marx, permet à l’auteure de mettre en avant le rôle d’abstraction et de fétichisation joué par le droit. Les normes de qualité constituent ainsi des équivalents généralisés comparables à ceux établis par la monnaie.

10L’approche de l’économie politique internationale se positionne d’emblée dans la « critique bienveillante » à l’égard des travaux régulationnistes dans le domaine. Elle entend d’abord remettre en question l’hypothèse, considérée comme trop restrictive, de la spécificité servicielle comme obstacle à leur internationalisation et leur normalisation. Analyse empirique de cas critiques à l’appui, certains contributeurs soutiennent ainsi que la nature d’un service ne détermine a priori ni sa propension à être normalisé, ni l’environnement institutionnel privilégié. Dans ces chapitres, un véritable dialogue et une mise en perspective des différentes approches est systématiquement menée. Les travaux en économie internationale et culturelle permettent ainsi d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur cette question en se penchant sur les contenus et les usages des normes en lien avec des configurations de pouvoir. Jean-Christophe Graz propose ainsi (chapitre 1, chapitre 3) un cadre d’analyse basé sur « une topologie intégrée des processus différenciés de la normalisation internationale ». Mûri depuis de nombreuses années (Graz, 2004 ; 2006), ce cadre d’analyse est articulé autour de trois axes (un continuum institutionnel, un continuum matériel et un continuum spatial) permettant de dépasser les oppositions traditionnelles entre État et marché, public et privé, national et international qui nuisent à la compréhension du monde de la normalisation et de son rôle dans l’internationalisation des activités de service.

11Sur la base de ce cadre théorique, les mêmes auteurs pointent du doigt la faiblesse des approches en termes de « variété des capitalismes » (Hall et Soskice, 2001), approche chère à certains travaux régulationnistes (Amable, 2003), pour analyser des environnements institutionnels dans lesquels se déploient les normes de service. Christophe Hauert et Jean-Christophe Graz (chapitre 1) remettent en cause la thèse, devenue classique dans la littérature, d’une distinction (voire d’une opposition) entre l’environnement institutionnel de la normalisation en Europe fondé sur le principe de la représentativité des « délégations nationales » et aux États-Unis où la participation directe des utilisateurs issus du marché est promue. À partir d’une analyse détaillée de chacun des deux systèmes sur les trois continuums, ils invitent ainsi à se focaliser plus précisément sur les antagonismes au sein de chaque système. Les acteurs impliqués dans les arènes de la normalisation sont similaires des deux côtés de l’Atlantique, les deux systèmes se distinguent en fait davantage par leur relation aux objets normalisés (l’Europe étant davantage préoccupée par la normalisation des services que les Américains qui ne reconnaissent pas la spécificité de ce secteur).

12Enfin, partant d’une lecture postcoloniale, Nafi Niang (chapitre 9) insiste sur l’ambiguïté de l’hypothèse classique sur le rôle dévolu aux normes dans le domaine des services et met en garde contre le risque d’un « territorialisme méthodologique ». Dans la lignée de certains travaux régulationnistes (Jessop, 2004 ; Jessop et Sum, 2006), elle insiste ainsi sur l’ambivalence et les effets de la performativité des normes de service à travers la constitution et la diffusion d’un imaginaire économique qui leur est associé. Les normes favorisent l’internationalisation des services via l’abstraction et la stabilisation mais les chercheurs ont tendance à sous-estimer que les services se constituent en même temps que les normes les définissant. « La théorie de la régulation met l’accent sur l’importance des normes et valeurs culturelles dans la stabilisation des régimes d’accumulation et des modes de régulation, l’économie politique culturelle permet d’examiner comment de telles normes et valeurs culturelles sont construites, articulées aux intérêts des acteurs sociaux, condensées dans des institutions à travers le concept d’imaginaire économique. » (p. 351) Dans cette perspective, la normalisation des services est ainsi envisagée comme mécanisme de « défense de soi face à l’altérité » contribuant à inscrire le monde postcolonial dans les rapports de domination du capitalisme.

13D’un point de vue théorique, l’ouvrage constitue ainsi un appel du pied de spécialistes en économie politique internationale vers les chercheurs régulationnistes spécialistes de l’économie des services. On peut déplorer que les représentants de la théorie de la régulation n’aient pas véritablement formulé de réponse à la « critique bienveillante » qui leur est adressée dans l’ouvrage et aux cadres analytiques proposés pour enrichir leur approche théorique. Ainsi, seuls les chapitres rédigés par les éditeurs de l’ouvrage mettent véritablement en relations les différents éléments d’analyse théoriques proposés dans les autres parties. À certains égards, le format d’un ouvrage collectif divisé en chapitres thématiques complique l’échange. Le dialogue entre les différentes perspectives théoriques présentes dans l’ouvrage mériterait donc d’être approfondi. Cependant, les hypothèses développées à partir des différentes approches théoriques ne sont pas incompatibles. Les différentes pistes analytiques se complètent plus qu’elles ne s’opposent. La théorie de la régulation évolue depuis de nombreuses années déjà en intégrant des approches disciplinaires variées au point que certains parlent davantage désormais « d’études régulationnistes » plutôt que « d’école ». Les discussions et les convergences avec des travaux sciences politiques ne sont pas neuves (les travaux régulationnistes sur les variétés de capitalismes sont un bon exemple à cet égard). De plus, au-delà de leurs affiliations disciplinaires, les différents contributeurs partagent des références théoriques communes. Ainsi, le concept d’« imaginaire économique » au cœur des développements analytiques de Nafi Niang et d’Eva Hartman est dans l’étroite lignée des études régulationnistes récentes (Jessop et Sum, 2006).

3. De l’importance des références partagées

14Deux ingrédients pour que la sauce pluridisciplinaire puisse véritablement prendre me semblent avoir manqué à ce projet collectif. Premièrement, un dialogue suppose un lexique commun, un vocabulaire conceptuel partagé. Cependant, ce cadre cognitif partagé fait en partie défaut dans l’ouvrage. Ainsi, les auteurs ne semblent pas s’accorder sur la définition et l’usage des notions de « norme/normalisation » et « standard/standardisation », pourtant au cœur de la problématique étudiée dans l’ouvrage. Les chercheurs francophones qui s’intéressent à la normalisation distinguent généralement ces deux concepts. Les normes sont issues d’une coordination institutionnalisée qui peut prendre la forme d’une délibération, d’une collaboration ou, au minimum, d’une concertation entre des acteurs – parlementaires, industriels, groupes d’intérêt, etc. La plupart du temps, les normes se présentent sur la forme d’un document écrit. Elles sont développées dans le cadre d’une instance de régulation comme l’État, les instituts de normalisation ou encore des organismes privés. Contrairement aux normes, les standards n’émanent pas d’un processus d’élaboration institutionnalisé donnant lieu à un accord entre des acteurs. La nature de la coordination nécessaire à leur élaboration est informelle. Bien souvent, ils n’ont pas une source clairement déterminée et sont donc rarement mis par écrit. La différence contre ces deux concepts n’est pas discutée dans l’ouvrage alors qu’elle permettrait utilement d’éclairer les mécanismes à l’œuvre dans des domaines comme les TIC (le cas du langage XLM dans le chapitre 7, par exemple). Dans la majorité des chapitres, ces concepts sont mobilisés comme des synonymes par les contributeurs (voir, par exemple, p. 74, p. 145, p. 193, p. 254, p. 296, p. 345) introduisant ainsi une confusion dans l’esprit du lecteur. De même, les contributeurs ne semblent pas s’accorder sur la distinction à établir entre « norme » et « normes techniques ». Ces deux termes doivent-ils être considérés comme des synonymes comme c’est le cas dans certains chapitres ou bien comme les deux pôles d’un continuum (chapitre 1 et chapitre 4) ? Les « normes de services » peuvent-elles être véritablement envisagées comme des « normes techniques » ? Ces imprécisions lexicales traduisent plus généralement un certain « impensé institutionnel », concept pourtant au cœur des approches théoriques hétérodoxes (Théret, 2000). Il existe ainsi une fragilité autour de la différence établie entre « normes » et « institutions » dans l’ouvrage, identifiée par les auteurs eux-mêmes dans la conclusion : « les questions de recherche du projet (quels services ? quelles institutions ? quelles normes ?) établissent une distinction entre institutions et normes qui reste sujette à caution » (p. 388).

15Une des ambitions de l’ouvrage est d’offrir au lecteur des « clefs de lecture pour un débat critique sur l’internationalisation des services » (p. 395). Le point de vue normatif (entendu ici au sens de point de vue axiologique ou critique) développé par rapport à la problématique de la mondialisation des activités de service n’est cependant pas clairement explicité ou discuté. À certains égards, il est donc difficile pour le lecteur d’appréhender les enjeux et les termes sous-jacents au débat. En fin de compte, au-delà des conditions favorables ou défavorables à la mondialisation des services, un tel déploiement des « services sans frontières » est-il souhaitable ? Si la réponse est affirmative, dans quelles conditions ? La mondialisation des activités de services contribue-t-elle ou pas à leur marchandisation, et en quoi cela serait-il ou non problématique ? Dans l’ouvrage, certains auteurs, craignant peut-être la « dérive normative » reprochée à certains travaux hétérodoxes (Amable et Palombarini, 2005) adoptent une posture de neutralité analytique tandis que d’autres affichent une claire hostilité à l’égard de cette tendance de mondialisation des services. Le lecteur se trouve ainsi parfois face à la difficulté d’identifier et de différencier ce qui ressort d’une description des positionnements normatifs des acteurs en présence ou d’une prise de position du contributeur lui-même. Jean-Christophe Graz (chapitre 3) examine les prises de position des acteurs de la normalisation internationale d’un point de vue empirique dans le cas du marché de la (ré)assurance et relativise l’hypothèse développée dans ses travaux antérieurs (Graz, 2004) d’une concurrence entre deux modèles du rôle donné à la normalisation dans l’espace international : celui de la mondialisation des normes marchandes et celui de la socialisation des normes internationales. Selon le premier modèle, la normalisation aurait pour unique objectif de faciliter les échanges, la liberté du commerce et d’apporter une plus-value aux organisations. Les partisans du second modèle (socialisation des normes internationales) considèreraient que la normalisation est destinée à fournir un encadrement – en matière économique, sociale, environnementale – au capitalisme. D’autres contributeurs nous mettent en garde contre les dangers de l’internationalisation de certains services. Des contributions comme celles de Carlos Ramirez (chapitre 5) ou de Tero Erkkilä et Niilo Kauppi (chapitre 8) se montrent ouvertement critiques par rapport aux processus d’internationalisation en cours dans le champ des normes comptables et d’audit ou de l’enseignement supérieur, leur reprochant de véhiculer une conception anglo-saxonne du marché et, implicitement, une « mondialisation des normes marchandes ». Adoptant un point de vue critique, Eva Hartman (chapitre 3) met en évidence les luttes de pouvoir parfois inégales inscrites au cœur des processus d’abstraction à l’œuvre dans l’élaboration des normes de service.

Conclusion : un ouvrage sans frontières ?

16L’objectif à l’origine de Services sans frontières est d’être un ouvrage sans frontière. Ce projet s’inscrit dans la lignée de l’idée d’« unidisciplinarité » défendue par André Orléans (2005). La volonté est d’engager un dialogue construit entre différentes sciences sociales, confronter les approches théoriques et méthodologiques, pour offrir une compréhension approfondie et située d’un même objet économique : l’énigme au cœur de l’internationalisation des services. L’ensemble des contributeurs ont en commun de se revendiquer d’une approche hétérodoxe, ils sont dès lors particulièrement attentifs à la dimension socialement construite et à l’historicité dans l’analyse des phénomènes sociaux. Conscients de l’intérêt des collaborations au sein des sciences humaines, c’est néanmoins avant tout l’objet de recherche qui dicte le choix des méthodes et des théories. Dès lors, comme le soulignent Jean-Christophe Graz et Nafi Niang dans la conclusion « sur le plan théorique, l’ouvrage n’a pas la prétention à fournir une analyse définitive. […] les enseignements à tirer des études réunies dans cet ouvrage pour répondre aux trois questions évoquées dans l’introduction se situent avant tout au niveau analytique. » (p. 382). Les contraintes liées au format d’un ouvrage collectif rendent cependant la véritable construction d’un dialogue difficile, pointant ainsi du doigt l’intérêt de repenser les formes et les formats de l’expression scientifique si l’on souhaite véritablement répondre aux défis de la pluridisciplinarité.

Haut de page

Bibliographie

Amable B. (2003), The diversity of modern capitalism, Oxford, Oxford University press.

Amable B. et Palombarini S. (2005), Léconomie politique nest pas une science morale, Paris, Raisons d’agir, coll. « Cours et Travaux ».

Graz J.-C. (2004), « Quand les normes font loi. Topologie intégrée et processus différenciés de la normalisation internationale », Revue Étude internationales, volume XXXV, n° 2, p. 233-260.

Graz J.-C. (2006), « Les hybrides de la mondialisation : acteurs, objets et espaces de l’économie politique internationale », Revue française de science politique, 56 (5), p. 765-787.

Graz J.-C. et Hauert C. (2011), “The INTERNORM project: bridging two worlds of expert- and layknowledge in standardization”, The International Journal of IT Standards and Standardization Research, 9(1), p. 52-62.

Hall P. et Soskice D. (2001), Varieties of Capitalisms. The Institutional Foundation of Comparative Advantage, Oxford, Oxford University Press.

Jessop B. (2004), “Critical semiotique analysis and cultural political economy”, Critical Discourse Studies, 1 (2), p. 159-174.

Jessop B. et Sum N.-L. (2006), Beyond the Regulation Approach: Putting Capitalist Economies in their Place, Cheltenham, Edward Elgar.

Lordon F. (2008), « Qu’est-ce qu’une économie politique hétérodoxe ? », in Lordon F. (dir.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Paris, Presses de Sciences Po, p. 303-339.

Orléan A. (2005), « La sociologie économique et la question de l’unité des sciences sociales », L’Année sociologique, n° 55, p. 279-305.

Théret B. (2000), « Institutions et institutionnalismes : vers une convergence des conceptions de l’institution ? », in Innovations institutionnelles et territoires, Tallard M., Théret B. et Uri D. (dir.), L’Harmattan, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coline Ruwet, « Quand des hétérodoxes dialoguent autour de l’énigme de l’internationalisation des services », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/10658

Haut de page

Auteur

Coline Ruwet

Enseignant-chercheur, ICHEC Brussels Management School et Université De Louvain, Belgique, coline.ruwet@ichec.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page