Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Mettre l’économie en images

Revue Documentaires, n° 25 « Crises en thèmes. Filmer l’économie »
Thomas Lamarche
Référence(s) :

Revue Documentaires, n° 25 « Crises en thèmes. Filmer l’économie », 2014.

Texte intégral

1« Crises en thème », tel est le joli titre de la revue Documentaires n° 25 spécialisée comme son nom l’indique sur le documentaire, en l’occurrence le film documentaire. « Filmer l’économie » est le sous-titre de ce regard critique porté sur les crises, voire porté sur l’enjeu de rendre compte des notions ou des concepts de l’économie auprès d’un public plus large.

1. Représenter l’économie

2La question est d’importance pour nous puisqu’il s’agit de représenter l’économie, et que c’est bien cela le projet qui anime la revue. S’il est vrai que nombreux documentaires, mais aussi des fictions d’ailleurs (on pense à Ken Loach immédiatement que ce soit à propos des marchands de main-d’œuvre ou de la privatisation du rail) sont d’importants vecteurs de connaissances sur les dérèglements de l’économie ou sur l’injustice ou encore sur le pouvoir, peu d’œuvres portent sur les concepts ou s’articulent avec eux. Le documentaire, comme la fiction n’est pas en phase évidente avec une médiatisation de la pensée économique (alors que cela ne paraît pas évident avec d’autres sciences sociales). Certes, il y a de nombreux films sur Robinson, mais il n’est pas certain qu’ils éclairent pour autant les fondements de la pensée (néo)classique. L’exemple est un peu décalé car ce dont il est question dans ce Documentaires n° 25, c’est résolument de la pensée critique. Et de fait, et l’épais dossier en rend bien compte, on trouve en effet de nombreuses œuvres filmant l’économie (et sa crise), filmant la lutte (voire notamment les récents documentaires sur les Conti, les Lejaby, les Fralib). Ces trois cas sont des explications in visu des chaînes globales de valeur, les Lejaby aussi, avec en supplément la question du genre que rappelle Michèle Blumental à propos de cette lutte d’ouvrières. Elle conclut cet enjeu particulier qu’est de faire un documentaire sur des femmes qui dans les informations (et les docus) comme dans les luttes aussi sont minorées. Elle réfute d’ailleurs que ce soit un acte militant que de faire parler les Lejaby, défendant un « acte artistique » qui est autant du domaine du sensible que de l’émotion et de la pensée.

  • 1 Débattre non pas tant pour confronter des désaccords que pour renforcer des convictions, car ces dé (...)

3Ce qui nous interpelle ici, et que pointe Bruno Tinel, c’est la tension avec la pensée économique, notamment la pensée critique et les modalités possibles de sa diffusion auprès d’une large population, c’est la construction de (nouveaux) vecteurs assurant une médiation aux économistes (ou plutôt aux instruments de la pensée). Les documentaires en eux-mêmes en traitant de thèmes ou de questions visibles (dette, crise financière…) ou de cas (entreprise, agriculture, matière première) ont la vertu d’appeler au débat. La revue Documentaires n° 25 se penche d’ailleurs sur une dimension propre au documentaire que sont les débats après les projections, comme autant de lieux d’appropriation par les spectateurs (qui sont en fait non pas des spectateurs mais plutôt des acteurs sociaux venant débattre1). L’intérêt du documentaire est précisément de faire voir, et de faire réagir. La dimension multimédiatique, par opposition à une revue écrite comme la nôtre fait la preuve de sa capacité à toucher par différents moyens, presque au moyen de différents sens.

2. Toucher les affects

4L’apport du documentaire, comme le note Lordon, cité ici à plusieurs reprises, et précisément de toucher les affects, et non pas seulement la rationalité ou la cognition. Une revue académique pourra bien sur toucher les affects, mais secondairement ou implicitement (et certainement elle s’en défendra au nom de son positionnement académique). Il est intéressant pour nous chercheurs d’acter de la nécessité de toucher les affects, de travailler sur le pouvoir des idées (cf. Blyth, Boyer, Labrousse, 2008), mais aussi sur ce qui permet à l’idée de cheminer et d’agir sur la décision publique ou sur la multitude. S’interroger sur les affects, via l’image, via la transposition dans la fiction (même si la fiction n’est pas l’objet premier de la revue Documentaires, bien sûr) est en fait au cœur de nos questionnements puisqu’il s’agit de comprendre ce qui fait bouger les foules, et bouger la décision. Il y a là du politique au sens où il y a un levier d’action.

5De nombreux articles de ce Documentaires n° 25 en travaillant de fait (et sans le vocabulaire codé) sur les médiations entre les institutions développent implicitement une lecture similaire à celle que développe la théorie de la régulation. Il s’agit en effet pour nous de comprendre l’ensemble des institutions et dispositifs qui stabilisent des compromis sociaux (compromis souvent perdus par les travailleurs dans les exemples cités, correspondant à des formes de capitalismes financiarisés dont le compromis est perdant pour le travail) et la dynamique économique (c’est-à-dire l’accumulation). Institutions et compromis incorporent une forte dimension symbolique et des représentations agissantes de l’économie et de la société.

6Pour prendre un exemple dans la fiction cette fois-ci, dans Deux jours une nuit des frères Dardenne, actuellement à l’affiche, la dynamique économique à l’œuvre est marquée par une gestion du travail sous contrainte de concurrence internationale (recherche d’un moindre recours au travail, en l’occurrence un moindre coût qui apparaît durant un arrêt maladie) qui dispose de la vie des salariés, imposant un simulacre de vote (une règle privée) excluant une salariée. La force de la fiction est de nous montrer comment les salariés sont individualisés dans un choix qui n’est pas le leur (choisir entre une prime ou le maintien d’une collègue en poste). Dans la perspective de Documentaires n° 25, il nous apparaît que c’est aussi la faiblesse de la fiction, certes la situation nous affecte, mais on ne comprend jamais le rôle du patron, les conditions qui ont amené au vote. La fiction est entachée d’un doute propre à son caractère fictionnel, mais il représente une situation. On pense aussi à Margin call ou au Loup de Wall Street où au-delà de la dimension fictionnelle le capitalisme cupide (greed based) est parfaitement illustré.

3. L’économie, une discipline avec plusieurs médias ?

7Ce que le concept porte d’analytique et de causalité, le documentaire (mais aussi, et plus directement la fiction) le traduit dans d’autres modes de compréhension qui touchent les affects. Ainsi lorsque Mordillat revient sur le film qu’il a réalisé à partir de la pièce de Lordon D’un retournement l’autre (Lordon, 2011), ce qu’il pointe est le détour par la puissance de l’alexandrin, c’est, non le documentaire bien sûr, mais la fable qui touche la raison (on sait à quel point les enchaînements qui font la trame du « retournement » sont parfaitement robustes) et qui via l’affect porte d’autres formes de conscience. Le détour par les alexandrins crée une forme d’« étrangéité » pour mieux déconstruire la justification de la financiarisation. Le rôle des affects dans l’appropriation est peu travaillé dans l’univers de l’enseignement et de la recherche, nourri de cartésianisme et d’une révérence au savoir formel. Et nous savons ici le tribut que nous payons à notre propre relation aux grands auteurs et aux présentations formelles. Mais le recours à d’autres médias et d’autres médiations nous alerte sur leur vertu, voire leur puissance. En dehors du documentaire qui est l’objet central de ce dossier « Filmer l’économie », la période nous offre nombre d’autres initiatives développées afin de véhiculer des idées, de permettre le débat et l’appropriation des idées, dans des perspectives qui empruntent largement aux démarches et idéaux de l’éducation populaire. On pense ici par exemple aux pièces de théâtre de la compagnie la Tribouille, sur le Paradoxe de l’Erika et le Radeau de la monnaie inspirées du rapport Viveret (2005). Ou encore à la démarche de la compagnie NAJE (Nous n’Abandonnerons Jamais l’Espoir) qui pratique le Théâtre de l’Opprimé à la manière d’Augusto Boal et révèle, parfois de manière pédagogique, parfois humoristique, voire dramatique la dynamique normative du néolibéralisme (actuellement le spectacle Voyage en Grande Normalie2), et auparavant sur le néolibéralisme, la souffrance à France Télécom, le changement climatique, la mise en œuvre d’un tribunal populaire des banques, les discriminations…

  • 3 Cf. Les nouveaux chiens de garde. D’une part le livre de Serge Halimi 1997, puis le documentaire ré (...)
  • 4 La Saga des Conti, documentaire réalisé par Jérôme Palteau, 2013.

8Ceci étant, à l’inverse de la capacité critique, n’oublions pas que l’audiovisuel plus largement (pas seulement le documentaire, mais surtout les émissions de plateau ou les journaux télé) ont très largement forgé des représentations liées au nouveau catéchisme néolibéral depuis les années 1980. La force de frappe de la « pédagogie » néolibérale est produite aussi par le nombre et la puissance des relais3. L’entretien avec Xavier Mathieu, héros de la lutte des Contis, à propos de la lutte mais aussi du documentaire4 est très éclairant sur le lien aux médias. La narration de son intervention historique au journal télévisé de Pujadas sur France 2 montre comment parfois les institutions relâchent un acteur – au sens où l’acteur sort du cadre prescrit et de la parole autorisée, bienséante : le journal télévisé constitue un espace normant et enserrant la parole – il reprend alors une liberté de ton à l’étonnement de celui qui tient la règle (en l’occurrence le journaliste de plateau qui fait chien de garde de la domination symbolique ce jour-là).

9Ces documentaires et ces pièces apparaissent assez clairement comme un complément aux approches conceptuelles (académique ou moins académique dans le cas du rapport) et plus que cela, elles véhiculent du conceptuel. C’est d’ailleurs cette question que traite Thierry Nouel dans ce Documentaires n° 25 lorsqu’il se pose la question : « comment représenter l’abstrait ? » (question à propos du désir de monnaie : I love dollar). Travailler sur la critique du produit intérieur brut (PIB), et entrer dans la déconstruction des systèmes de mesure de la valeur, puis poser la question de la monnaie comme instrument de pouvoir qu’il faut se réapproprier, est non seulement un acte politique, c’est aussi une posture qui nourrit l’économie en tant que pensée… bien sûr pas trop l’économie en tant que discipline car celle-ci est très classique, voire conservatrice, dans sa relation au travail universitaire. D’un certain point de vue, nous savons aussi pourquoi notre relation au savoir a peu recours à la créativité : lorsque l’on voit cette créativité à l’œuvre dans des simulations de marché en laboratoire qui réalisent (sous un angle particulier lié au dispositif lui-même) et performent le marché de manière parfois ludique. Il y a là une réalisation fictionnelle du marché néoclassique qui véhicule l’illusion d’être dans le réel, mais c’est un réel de laboratoire. On est bien loin du documentaire de terrain !

10Au sujet de la contribution des économistes au débat de société, voire à la production de documentaire, notons que le groupe de travail mis en place par l’AERES à propos de la définition de ce qui est reconnu comme étant une production du chercheur a permis cette année une petite avancée : à la demande de l’AFEP5, l’activité valorisée des chercheurs introduit une nouvelle catégorie, certes marginale, appelée « autre produit de la recherche »6. À ce titre, des activités très variées peuvent être reconnues, notamment des productions documentaires et audiovisuelles. Cette livraison de Documentaires qui nous montre combien la production audiovisuelle (et le conseil que des économistes sont en mesure de lui fournir) relève d’une activité du chercheur dans la cité, et fait ressortir le besoin de décloisonnement des activités académiques afin que les concepts puissent servir et affecter la société.

Haut de page

Bibliographie

Blyth M., Boyer R., Labrousse A. (2008), “The Secret Life of Institutions: On the Role of Ideas in Evolving Economic Systems, Entretien avec Mark Blyth”, Revue de la régulation, 2e semestre, n°3/4.

Halimi S. (1997), Les nouveaux chiens de garde, Paris, Liber – Raison d’Agir.

Lordon F. (2011), D’un retournement l’autre : comédie sérieuse sur la crise financière en quatre actes et en alexandrins, Paris, Éditions du Seuil.

Viveret P. (2005), Reconsidérer la richesse, Paris, Éditions de l’Aube.

Documentaires

Balbastre G. et Kergoat Y. (2012), Les nouveaux chiens de garde.

Blumental M. (2012), Lejaby, Carnet de bord.

Hirsh C. (2011), Pot de thé, pot de fer.

Palteau J. (2013), La saga des Conti.

Films

Chandor J. C. (2012), Margin Call.

Dardenne J.-P., Dardenne L. (2014), Deux jours une nuit.

Mordillat G. (2012), Le Grand Retournement.

Scorsese M. (2013), Le Loup de Wall Street.

Haut de page

Notes

1 Débattre non pas tant pour confronter des désaccords que pour renforcer des convictions, car ces débats ne sont pas des oppositions mais des moments d’éducation (populaire).

2 http://www.compagnie-naje.fr

3 Cf. Les nouveaux chiens de garde. D’une part le livre de Serge Halimi 1997, puis le documentaire réalisé par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, 2012.

4 La Saga des Conti, documentaire réalisé par Jérôme Palteau, 2013.

5 http://www.assoeconomiepolitique.org/spip.php?article328

6 Ces autres produits prennent place à côté de la première catégorie qui garde le rôle principal : les articles dans les revues référencées dans une liste autorisée. Et sur ce point, à l’heure où nous publions, l’AERES semble en passe d’échouer à faire vivre le pluralisme dans la pensée en maintenant un classement qui ne fait qu’entériner et renforcer la domination de la pensée standard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Lamarche, « Mettre l’économie en images », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://regulation.revues.org/10655

Haut de page

Auteur

Thomas Lamarche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page