Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Recomposition des territoires et intégration régionale : des développements économiques et sociaux en demi-teinte en Asie du Sud-Est

Nathalie Fau, Sirivanh Khonthapane et Christian Taillard (eds.), Transnational Dynamics in Southeast Asia, the Greater Mekong Subregion and Malacca Straits Economic Corridors
François Bafoil
Référence(s) :

Fau Nathalie, Khonthapane Sirivanh, Taillard Christian (eds.), Transnational Dynamics in Southeast Asia, the Greater Mekong Subregion and Malacca Straits Economic Corridors, Singapour, ISEAS Publishing, 2014.

Texte intégral

  • 1 Pour Jayasurija le « regionalism » « is a set of cognitive practices shaped by language and politic (...)

1Dans la réflexion sur l’intégration régionale en Asie du Sud-Est, les termes de regionalism et de regionalization sont souvent employés pour mettre en valeur deux dynamiques : la première, celle du regionalism, renvoie aux processus institutionnalisés qui régulent l’activité des différents acteurs publics et privés. L’intégration régionale est assignée du côté des interactions intergouvernementales. L’on parle dans ce cas de processus verticaux qui s’exercent du sommet des États (« top down »). La seconde dynamique fait davantage référence aux divers réseaux d’acteurs et aux groupes d’intérêts économiques (business networks). Leur capacité de pression sur les autorités publiques contribue puissamment à forger les cadres légaux en leur faveur. Il est alors question de la production par le bas (« bottom up ») de l’intégration. Des interrogations en termes d’identité régionale peuvent en résulter1. Ce type d’approche – également interprétée dans les termes de l’opposition de jure / de facto par Higgot dans les années 1980 (Higgott, 1997) ou encore de l’État et du marché – a largement insisté sur la primauté de la seconde dynamique – celle de la formation des relations d’échange horizontaux par les réseaux – sur la première, celle de la production de règles formelles partagées. L’un des traits caractéristiques de ces dernières lorsqu’elles sont rapportées à l’ASEAN, tient à leur pouvoir non contraignant (non binding rules). Cette distinction des deux catégories – regionalism et regionalization – a permis de fructueuses comparaisons avec l’Union européenne où les deux dynamiques sont largement entremêlées (Telo Mario, 2007).

2L’un des grands mérites des auteurs de l’ouvrage placé sous la direction Nathalie Fau, Sirivanh Khonthapane et Christian Taillard est d’appréhender ces catégories de regionalism et de regionalization en géographes alors qu’elles sont le plus souvent le fait des économistes ou des politistes (Webber, 2001 ; Tarling, 2006 ; Beeson, 2007). En géographes, c’est-à-dire en chercheurs soucieux de la dialectique des espaces. Ceux-ci sont posés à la fois comme les cadres des échanges et comme la production des territoires sous l’effet des différentes interactions : interétatiques (ou plus exactement interrégionales), interurbaines ou strictement locales, par le biais principalement des infrastructures. La notion de dimension scalaire s’impose ici dans le raisonnement pour insister sur deux phénomènes majeurs.

3Le premier concerne la pluralité des niveaux d’intervention dans différents espaces, que dessinent les « corridors économiques » ou encore les zones économiques spéciales, voire les échanges strictement locaux autour des accords de commerce transfrontaliers. Le régionalisme, dans ce cadre, c’est d’abord un ensemble de politiques publiques qui fondent des régimes variés de coordination entre plusieurs groupes sociaux. La Banque asiatique du développement y occupe une place de tout premier plan. Il lui revient en effet de fonctionner comme un acteur « non politique » en charge des enjeux du développement. Grâce à sa maîtrise technique des dossiers concernant les infrastructures de transport, elle laisse tout loisir aux États d’organiser à leur gré les différentes formes d’échanges. C’est ainsi grâce au statut technique de la banque placée en quelque sorte en position d’arbitre supranational que peuvent se développer les échanges interétatiques au sein des villes ou autour des frontières, et se maintenir quasiment inchangées les relations entre les centres étatiques et leurs régions.

  • 2 Ces termes de « gagnants » et de « perdants » pour vagues théoriquement qu’ils apparaissent n’en on (...)

4Le second phénomène renvoie à la variété des effets en termes d’inégalités économiques et sociales qui résultent de ces vastes plans de maillage des espaces par les infrastructures. Les liaisons de transport comme les espaces locaux de production favorisent un grand nombre d’individus dont ces liaisons permettent la valorisation des ressources, qu’elles soient proches ou éloignées des centres d’échange, collectives quand elles sont le fait de groupes organisés, mais aussi individuelles lorsqu’elles favorisent les stratégies familiales ou les groupes de proximité. Ces individus peuvent être interprétés comme les « gagnants » des mutations en cours (chapitres 3, 4, 5, 7, 9, 10, 11, 12, 13). En contrepoint de ces gagnants, toute une masse se distingue : les minorités éloignées dans des espaces isolés, les femmes et les enfants laissés sans défense, les groupes sociaux peu organisés. Ce sont autant de « perdants »2 qui évoluent au sein de « zones grises » dont les statistiques taisent le plus souvent l’existence. C’est un des mérites de cet ouvrage que de leur laisser une large place (chapitres 6, 13, 14, 15, 17, 18), même si l’on aurait sans doute souhaité en savoir davantage sur les groupes d’ouvriers qui s’agglutinent dans les entreprises au sein des zones économiques spéciales ou au sein des ateliers près des frontières.

5L’autre mérite, à coup sûr, de cet ouvrage tient à la démarche résolument empirique de ses auteurs, qu’ils mettent au service d’une réflexion qui se porte dans les territoires les plus reculés et pour tout dire, les moins étudiés. Ce sont alors autant de territoires locaux qui émergent au fil des pages, sous l’effet de la redynamisation des échanges par des populations mises de nouveau en contact les unes avec les autres, mais dont le déploiement s’il participe assurément d’une vaste réduction de la pauvreté, s’accompagne presque toujours d’effets sociaux inattendus, désastreux. Se laissent alors lire en creux des analyses la puissance des réseaux du business, formels ou informels, la faiblesse des États centraux, l’interconnexion des élites économiques et politiques ; en un mot, de nouvelles formes de dépendance dont cet ouvrage renouvelle les dimensions.

6Cinq parties composent cet ouvrage dont il convient d’emblée de souligner la grande richesse d’information et surtout la variété et l’acuité des analyses. La première partie est composée de quatre chapitres. Elle est principalement dédiée à l’exposé des cadres théoriques qui encadrent la recherche collective dont Nathalie Fau rappelle qu’elle a été conduite dans le cadre d’une ANR obtenue en 2007. Elle a permis de regrouper plusieurs laboratoires français (le CESSMA de Paris 7 et le Case du CNRS / EHESS) et étrangers (le CMCA de Mexico) et d’obtenir le soutien du ministère laotien de la planification et des investissements. L’intégration régionale est analysée à l’aune de deux espaces nettement délimités.

  • 3 Sur ce sujet voir les œuvres de Milton Osborne, notamment Osborne M. (2000).
  • 4 Laos, Thaïlande, Myanmar, Cambodge et Vietnam.

7Le premier est celui de la sous-région du Mékong (the Greater Mekong Sub-region GMS). Ce concept a été forgé au début des années 1990 par la Banque asiatique et la Banque mondiale, plus ou moins dans la foulée des projets de développement qu’avaient élaborés les puissances françaises et américaines au cours des décennies d’après-guerre3. L’originalité évidente du GMS par rapport aux structures qui l’ont précédé est d’inclure, à côté des pays de l’ASEAN riverains du fleuve4, les deux régions du Sud de la Chine, le Yunnan et le Guangxi, ouvrant ainsi sur le grand marché chinois, au risque – comme cela est déjà largement perceptible – de faire des pays du Mékong une simple extension de la puissance chinoise, un espace en quelque sorte intermédiaire dans sa stratégie d’extension vers les mers du Sud.

8Le second espace est également organisé sous l’égide de la Banque asiatique du développement : il s’agit du « triangle de croissance » (growth triangle) qui joint l’Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande (IMT – GT). Ici ce sont davantage les relations interurbaines par l’intermédiaire des ports et des axes routiers qui sont analysées, à la différence du premier espace, celui du GMS, où, à côté des axes de transports routiers, les « corridors économiques », s’ajoutent les zones économiques spéciales émergeant dans les espaces transfrontaliers, notamment mais pas exclusivement du Nord, et qui impliquent les deux provinces chinoises.

9Or l’intégration régionale ne se réduit pas, d’un point de vue analytique, à la somme des infrastructures de transports ou encore des réseaux de villes qui supportent le développement. On y reviendra en conclusion de ce papier. Il s’agit, pour l’ensemble des auteurs, d’un objet d’étude autrement complexe qui inclut les relations formelles et les relations informelles entre des acteurs placés à différents échelons de la gouvernance : ceux des États, des régions, des villes et des communes locales, pour la production d’échanges, dûment enregistrés autant que de « zones grises » (p. 71). À titre d’exemple et comme pour souligner que l’espace le plus développé n’est nullement exempt de ce type d’ombres, Nathalie Fau s’attache à Singapour. Elle montre le rôle de plaque tournante de tout un trafic non enregistré que joue la cité-État. Or, si la non-publication de ces données permet un détournement massif des revenus, il évite en même temps que n’éclatent des conflits trop pesants avec le voisin indonésien. Mieux, il stabilise les équilibres politiques fondés sur les relations de patronage entre boss et clients des différentes régions parties prenantes, celles de la Malaisie, de l’Indonésie et de Singapour (Riau, Johor et la ville-État). Pour cette raison, les équilibres politiques ne peuvent être réduits à des règles formelles. Les dimensions informelles en sont l’autre face.

10Déplaçant à son tour l’analyse au niveau des relations transfrontalières qui se déploient dans le « triangle de croissance » IMT, Ruth Banomyong reprend l’argument en insistant quant à lui sur les « dessous de table » et autres paiements de-la-main-à-la-main qui facilitent les transports transfrontaliers. « The more money is paid, the less time it will take » écrit-il p. 101. On comprend ainsi que les obstacles bureaucratiques qui entravent les passages transfrontaliers peuvent perdurer et enrichir le budget central et les revenus des différents boss régionaux et nationaux, pourvu qu’à l’échelon local, le fonctionnaire lambda s’y retrouve. Pour cette raison, les nombreux obstacles qui entravent les accords de commerce transfrontaliers (Cross Border trade Agreements) et qui sont dénoncés dans tous les rapports de la Banque asiatique, peuvent être interprétés, en suivant Banomyong, comme le fait non pas tant de la mauvaise volonté des centres nationaux, que comme celle des passeurs locaux qui rechignent à admettre la règle non écrite des échanges informels. En poussant le raisonnement, pourquoi ne pas conclure alors que le meilleur réseau de routes ne sera jamais efficient, s’il ne se trouve pas inscrit dans un puissant réseau local de relations « grises » ? Les relations informelles sont bien le complément nécessaire de tout maillage formel, « l’huile » nécessaire aux fonctionnements bureaucratiques, et grâce auxquelles les acteurs locaux tiennent leur revanche sur des centres politiques trop éloignés.

11La deuxième partie en 6 chapitres, la troisième partie en 5 chapitres, la quatrième en 3 chapitres constituent le cœur des analyses empiriques. Elles fournissent une très riche illustration de cas d’échanges qui voient le jour dans des espaces aussi divers que les villes frontières sino-laotiennes et sino-vietnamiennes (chapitre 6 et chapitre 15 ), un territoire national (le Myanmar, chapitre 8), une île (Sumatra, chapitre 9) ou des ports (en Malaisie, chapitre 10), une ville, Kuala Lumpur (chapitre 12) ou des villes jumelles, qu’il s’agisse de Pekambaru / Dumai qui bordent les détroits de Malaca, (chapitre 11) ; Danok – Bukit Kayu Hitam entre la Thaïlande et la Malaisie (chapitre 13) ou encore de Savanakhet et Mukhdahan entre le Laos et la Thaïlande (chapitre 14). Plusieurs enseignements majeurs peuvent être retenus de ces formes d’intégration régionale. Elles sont ici pensées comme des dynamiques complexes de refondation des territoires par les connexions urbaines, les ports, les points frontières ou encore les zones économiques, tous reliés par les axes de transport et animées par les communautés humaines de nouveau réunies.

  • 5 À la lecture des très riches chapitres 11, 12, 13, 14 et 15 on est frappé des similitudes avec les (...)

12Le premier enseignement tient au fait que du statut précédent de coupure, la frontière devient une couture entre des régions ou entre des villes autrefois déchirées par les guerres. Dans cette dynamique de re-connexion des espaces, nombreuses sont les villes-jumelles qui réapparaissent et font revivre le dense tissu d’échanges qu’elles entretenaient dans le passé. L’histoire joue5. C’est ce qu’analyse Marie Mellac en se penchant sur les axes initiés par les occupants français lors de la colonisation des espaces sino-vietnamiens (chap. 6). C’est également ce que souligne avec force Manuelle Franck en rappelant les différentes étapes du développement de l’île de Sumatra avec l’exemple de Pakambaru (chapitre 11). Cette grande île de l’archipel indonésien est passée de l’exploitation des grains à l’industrialisation au sein des plantations au xixe et au xxe, puis par l’adjonction des routes d’abord et de la croissance des ports ensuite, elle a connu un fort développement accompagné d’un côté par les échanges dans le cadre du pôle de croissance, SIJORI (Singapour, Riau, Johor) et par la politique de décentralisation initiée dans les années 1990. S’interrogeant pour savoir si Sumatra a gagné en autonomie depuis cette décision de décentralisation, Muriel Charras, quant à elle, met en valeur la capacité des acteurs locaux à s’être libérés de la tutelle du centre pour mieux développer des projets locaux (chapitre 9).

13Ce faisant, ce retour de l’histoire est souvent l’occasion du renforcement des asymétries spatiales en faveur de l’acteur le mieux doté. Dans la région sud de l’Asie du Sud-Est (l’IMT notamment) il s’agit le plus souvent de Singapour ou des zones portuaires. Au nord, dans la région du Mékong, il s’agit presque toujours de l’acteur chinois. Enserré dans les réseaux sociaux et familiaux de grande ampleur, il adosse son activité au grand marché chinois. L’histoire qui revient, comme le montre Sébastien Colin, c’est un type d’organisation de l’espace qui s’impose adossée à l’histoire longue, celle de « la route du Sud de la soie », plaçant le Yunnan à la croisée de l’Asie du Sud et de l’Asie du Sud-Est. C’est cette stratégie qu’entendent faire revivre les autorités chinoises en créant un grand marché pour le Yunnan, grâce à l’ouverture de points-frontières sur les 4800 km que la province partage avec ses voisins, le Myanmar, le Laos, le Vietnam (chapitre 7).

14D’où la capacité des infrastructures de transport élaborées et mises en œuvre par la Banque asiatique à rendre possible des activités économiques de grande ampleur qui s’inscrivent dans des espaces élargis. Ces espaces, ce sont les points-frontières mais plus encore les zones économiques spéciales qui se déploient en grand nombre dans la région. Toutes ont en commun de bénéficier de politiques de défiscalisation qui favorisent les grands investisseurs de la zone, à commencer par les entrepreneurs chinois. On distinguera ici la zone économique considérable de la conurbation de Kunming de ses homologues, plus réduites, qui bourgeonnent aux points frontières laotiens, vietnamiens ou birmans. Points-frontières et espaces, des zones dessinent ainsi des régions de production et de flux qui s’articulent aux axes de transport pour faire de ces espaces autrefois reculés des lieux aujourd’hui en plein dynamisme.

15Mais ces espaces ne drainent pas seulement des biens entreposés dans des ports qui jouxtent les zones ou qui traversent, dûment enregistrées, les frontières toutes proches. Ils sont aussi l’occasion d’un formidable accroissement des zones grises et des trafics en tout genre, ceux de la drogue et des êtres humains avec au premier plan une prostitution endémique. De nombreux chapitres en parlent, tous passionnant à lire dans leur traitement des liaisons si particulières entre les zones économiques spéciales et leur espace environnant et plus encore des économies politiques qu’ils mettent au jour. Ici nul centre de formation qui viendrait en appui des investisseurs étrangers pour fournir la main d’œuvre recherchée ; nulle création de chaînes de valeurs par des fournisseurs locaux qui s’intègreraient aux stratégies de la maison-mère chinoise. Les espaces frontaliers du Mékong ne répliquent pas la dynamique d’essaimage de la côte chinoise initiée dans les années 1980. Au contraire d’un enrichissement durable, on trouve en revanche tout un ensemble d’équipements en restaurants locaux, hôtels et autres Guesthouse, sans oublier le clou : les casinos où le jeu mais aussi la prostitution s’étalent au vu de tous.

16Jouxtant les zones, ces casinos semblent l’indispensable complément des lieux de travail en termes de dérégulation et de connivence entre acteurs dirigeants. Ils témoignent de l’étroite liaison entre les autorités publiques qui les tolèrent quand ils ne les financent pas, et les acteurs privés qui équipent et dirigent les zones. Au chapitre 18, Danièle Tan analyse le cas célèbre de Golden Boten City dont la zone s’étend sur 1650 has et dont la concession a été allouée pour plus de 90 ans en échange de 103 millions de $ par le gouvernement Lao. C’est ce dernier qui favorise activement les activités des casinos, dont on remarquera qu’ils sont strictement interdits en Chine et en Thaïlande, dont les clients proviennent exclusivement. Des milliers de Chinois s’activent ainsi dans la zone économique – investisseurs, traders, dealers, intermédiaires de tout type et prostituées locales ou non – pour des échanges de biens d’origine chinoise, libellés en Yuan.

17Dans cette même perspective, on doit souligner l’intérêt du travail de Caroline Grillot (chapitre 15) qui analyse avec une grande adresse les stratégies maritales au sein des villes frontalières sino-vietnamienne de Hekou et Lao Cai. Attirés par la croissance récente, nombre de migrants renouvèlent une dynamique historique de migration qui a contribué dans le passé à l’essor de la région. Aux yeux des Chinois, les femmes vietnamiennes sont un élément du décor de leur business, celui qui représente, selon les mots de Grillot, « a significant tool for local business associates to create familiarity with the Other and to build a partnership ». Dans cette stratégie de construction des relations martiales, les Vietnamiennes ne sont pas seulement un produit sexuel. Elles jouent également le rôle d’intermédiaires incontournables, en raison de leur connaissance des deux langues. C’est cet atout qui leur permet de s’introduire dans les réseaux pour laisser espérer à leurs partenaires chinois qu’ils tiennent avec elles la clé de leur développement. Il n’empêche, comme le souligne l’auteur, si les mariages entre businessmen chinois et interprètes vietnamiennes peuvent être perçus comme des « arrangements » économiques durables – fussent-ils considérés comme peu honorables par les populations locales – ils s’inscrivent dans un contexte où les trafics d’êtres humains sont légion, figure actualisée de l’esclavage de la longue durée.

  • 6 Les récentes manifestations anti-chinoises qui se sont déroulées au mois de mai 2014 au Vietnam, no (...)

18On comprend dans ces conditions – et c’est le dernier enseignement que l’on retiendra mais non des moindres – que ces types d’investissement soient de nature à provoquer des réactions sociales importantes au niveau local. Cela d’autant plus que dans le cas vietnamien cité à l’instant, il est prévu de construire une ville susceptible de loger 200 000 Chinois. La rançon d’une telle dérégulation – au-delà des activités délictueuses mentionnées – se paie d’une forte croissance des mafias qui fleurissent dans ces espaces, générant les conflits armés et la pratique courante du kidnapping. D’où, comme le souligne Marie Mellac, le sentiment très ambivalent des populations vietnamiennes locales. Si elles sont attirées par la puissance économique chinoise et se révèlent admiratives de sa capacité politique, elles sont toutefois très hostiles à l’emprise que les voisins du Nord exercent sur les territoires et sur les hommes6.

19On peut également citer ici les effets négatifs qui surgissent dans les régions birmanes qui bordent sur 2192 km la province du Yunnan (chapitre 8). Après avoir été longtemps déchirées par les guerres entre minorités Shan et Kashin, et pouvoir birman, elles bénéficient aujourd’hui d’un calme relatif et peuvent profiter des échanges avec le voisin chinois. D’autant que les promesses du développement sont considérables en cette région qui jouxte la Chine, en raison des ressources hydroélectriques, minérales et naturelles dont elle dispose en grand nombre. Les investissements chinois se sont élevés à 8 milliards de $ en 2010 et une zone économique est prévue entre les deux régions transfrontalières. Le Myanmar apparaît ainsi comme une pièce maîtresse dans la stratégie chinoise de jonction avec l’Asie du Sud, et plus précisément au sein du plan soutenu par l’ONU de construction de 14 000 km de rail censés relier l’Europe à l’Asie. Or, là encore, la profonde dérégulation des échanges qui accompagne ces plans, génère des trafics d’êtres humains, d’animaux, et de drogue qui provoquent la défiance des populations. Ils renforcent les tensions déjà très fortes entre les échelons locaux et Yangoon.

20Au fil de la lecture de cet ouvrage passionnant, il apparaît que les liaisons postulées par l’ADB entre corridors économiques et développement ne sont pas sans poser question. Ainsi peut-on lire p. 339 que « As stressed by ADB in different reports, corridors towns due to their potential to attract private investments, can transform transport corridors into economic ones ». Or, tout l’enjeu de la démonstration est là et cela à double titre.

  • 7 Comme si, analogiquement, l’on devait admettre dans l’UE que les termes de smart and inclusive Grow (...)

21D’une part, le terme de « corridor économique » et avec lui, ceux des 3 « C » (pour Competitiveness, Community, Connectivity) est repris comme catégorie analytique. Or certes, le corridor est un instrument d’action et d’analyse en géographie, qui dépasse largement le cas GMS, mais dans la région du Mékong, qu’est-ce donc sinon avant tout le produit d’une remarquable stratégie de marketing de la part de la Banque7 ? Rappelons ici qu’elle parlait avant (avant 2004 environ) d’« axes de transport » ou encore d’« infrastructures de transport ». La Banque asiatique a donc forgé ce terme en réponse aux critiques très dures qui, dans les années 2000, ont dénoncé les effets de ces infrastructures en termes de destruction de l’environnement et de renforcement de l’isolement des populations éloignées. Pire, ces critiques ont mis en évidence que ces liaisons favorisaient en réalité les pôles urbains situés à l’extrémité des autoroutes – à l’instar des villes déjà développées de Bangkok et de Kunming – aux dépens des espaces ruraux intermédiaires, notamment aux dépens du Laos (renforcé dans son enclavement) et des populations proches des axes qui voyaient leur commerce anéanti. Ainsi les auteurs de l’ouvrage soulignent-ils le fait que quasiment tous les corridors évalués méritent le terme de corridor de transport, mais certainement pas de corridor économique (p. 456).

22Mais on peut aller encore plus loin dans la critique du concept de corridor et considérer que c’est précisément pour parer la critique (qui renouvelait celle adressée aux barrages des années 1990) que la banque a mis tous ses efforts pour renforcer les « points » intermédiaires (marchés locaux, le long des axes, etc.) afin de rendre son programme plus acceptable et se gagner le soutien des ONG. C’est à ce moment-là qu’elle a imposé ce terme et développé d’importantes actions sociales pour lui donner un contenu de développement.

23Néanmoins on peut s’étonner que les casinos qui peuplent les zones soient analysés parfois (p. 351 ou encore p. 471) comme de possibles vecteurs du développement urbain ou interurbain. Nous pensons qu’on ne peut guère admettre la conclusion que sous prétexte que des navettes transportent quotidiennement des centaines de visiteurs vers le casino de la zone de Savan Seno à Savanakhet, un développement en découle. Il eût peut-être été plus pertinent de dire que ce casino a été construit avant même que la zone n’ait accueilli sa première entreprise. En l’espèce, en 2014, personne – mis à part les autorités locales – ne s’aventurerait à affirmer que cette zone de Savan Seno est en état de fonctionner correctement.

24D’autre part, très nombreux sont les travaux qui ont mis en question cette nécessité du lien entre transport et développement et pas seulement dans la région du Mékong. Qu’ils génèrent en certains points de la croissance, personne ne le contestera et plusieurs chapitres de cet ouvrage s’attachent avec succès à le montrer. Mais ceux qui insistent sur les effets négatifs de ces autoroutes ou encore de ces zones spéciales – car il s’agit bien de cela – nous semblent tout aussi importants. Muriel Charras, à raison, mentionne au chapitre 9 la réticence des autorités de Jakarta à lever les barrières aux frontières ou à améliorer le réseau de routes intérieures par crainte d’un afflux de visiteurs non souhaités. Les Malaisiens, quant à eux, redoutent que la création d’une zone franche ne facilite les trafics en tout genre. Les Indonésiens également craignent que les produits importés ne détruisent le tissu local.

  • 8 Précisons qu’au Laos ou au Cambodge, ces casinos sont certes des lieux de jeu mais ils visent égale (...)

25La plus grande partie des travaux empiriques contenus dans l’ouvrage illustrent bien l’idée que les infrastructures, contrairement peut-être à l’idéologie des « corridors économiques » portée par la Banque asiatique de développement, ne sont pas en mesure à elles seules de désenclaver les territoires, si au sein de ceux-ci ne se trouvent pas revalorisées les ressources accumulées dans le temps et dans l’espace. C’est notamment aux politiques publiques qu’il revient d’y procéder pour ultérieurement les redistribuer. À cet égard, les formes de l’intégration régionale qui sont analysées dans la région du Mékong n’ont pas la même densité que celles qui voient le jour au sein de la région dessinée au niveau du détroit de Malacca. On ne note pas semblable casino dans la région de l’IMT et aussi minime que soit cette remarque, force est d’admettre que leur absence comme lieu de prostitution est l’indice d’une plus grande régulation. À l’inverse, leur présence dans les pays du Mékong est le signe de la corruption de l’État en raison de l’implication directe des autorités publiques dans ces établissements8. Dire cela, c’est réaffirmer le poids des régulations et de la bureaucratie d’État au sein des diverses formes de développements qui ont vu le jour dans la région asiatique et qui permettent de différencier les régions du Nord, de celles du Sud et du Sud-Est asiatique. À cet égard, l’économie politique des pays riverains du Mékong repose sur cette étroite connexion des élites politiques et du monde des affaires en cheville avec les réseaux étrangers globalisés pour l’exploitation souvent sauvage des ressources à disposition.

26Par ailleurs, le modèle d’échange qui s’est développé dans les années 1990 sous l’égide de l’ASEAN entre les trois États maritimes qui bordent les quais de Malacca (SIJORI) a été très utile pour la mise au point des formes de coopération intergouvernementales ultérieures, cette fois placées sous l’autorité de la banque. En revanche, il n’est pas sûr ni sans doute souhaitable que les zones économiques spéciales qui voient le jour dans la région du Mékong soient, quant à elles, exportables ailleurs. Ne serait-ce que parce qu’elles reposent exclusivement sur l’exploitation des bas salaires et de faibles qualifications pour des travaux qui sont strictement d’assemblage. Ce n’est pas du tout ce que montrent les analyses portant sur Sumatra et bien évidemment sur Singapour où ces zones ont pu être vectrices de développement économique au cours de l’histoire récente.

27Mais surtout, ce que dessine la région du Mékong ce sont des points de croissance, certes nombreux aux frontières et qui bourgeonnent un peu partout, témoignant ainsi de l’importance des investisseurs chinois, mais sans guère de diffusion dans les environnements immédiats. Pour cette raison, l’intégration régionale qui repose sur les axes de transport se combine à des formes très dérégulées des échanges, comme si la dynamique de regionalism ouvrait la voie à celle de regionalization qui demeure aujourd’hui largement déconnectée de la précédente. Comme plusieurs auteurs le montrent dans cet ouvrage, la domination chinoise s’exerce à des coûts exorbitants pour les populations locales, que ce soit en termes économiques du fait qu’il ne s’agit que de produits assemblés pour l’exportation et sans retombées locales en matière de formation ; ou en termes sociaux, du fait de l’exploitation humaine sous toutes ses formes. C’est pourquoi, si l’on ne peut pas contester la très forte croissance qui voit le jour dans ces espaces, il est toutefois difficile de parler de véritable développement à son propos. On retrouve ici les enseignements de François Perroux pour lequel la croissance n’est pas le développement, ce dernier se laissant interpréter comme la capacité de rendre supportable socialement les inégalités de la croissance.

Haut de page

Bibliographie

Acharya A. (2009), Constructing a Security Community in Southeast Asia: ASEAN and the Problem of Regional Order, London, Routledge, 2nd edition.

Beeson M. (2007), Regionalism and Globalization in East Asia. Politics, Security and Economic Development, Palgrave.

Chatel C., Moriconi-Ebrard F. (2012), « Agglomération transfrontalières : Tour d’horizon des villes-jumelles divisées par une frontière à l’Est » (dossier « Frontières recomposées à l’Est »), Regard sur l’Est, le 15/12/2012, http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=1372

Higgott R. (1997), “De facto and De jure Regionalism: the double discourse of regionalism in Asia Pacific,” Global society, 11:2, p. 165-183.

Katzenstein P.J. (1999), “Regionalism and Asia”, CSGR 3d Annual Conference, After the Global Crises : what Next for Regionalism ? Scarman House, University of Warwick, 16-18 September.

Osborne M. (2000), The Mekong. Turbulent Past, Uncertain Future, Allen & Unwin.

Pempel J.-T. (ed.) (2005), Remapping East Asia, the Construction of a Region, Ithaca (NY): Cornell University Press.

Tarling N. (ed.) (2006), Regionalism in Southeast Asia, To Foster the Political Will, Routledge.

Telo M. (ed.) (2007), European Union and New Regionalism. Regional Actors and Global Governance in a Post-hegemonic Area, 2nd edition, Farnham (Surrey): Ashgate.

Webber D. (2001), “Two Funerals and a Wedding? The Ups and Downs of Regionalism in East Asia and Asia-Pacific after the Asian Crisis”, The Pacific review, vol. 14, n° 3, p. 339-372.

Haut de page

Notes

1 Pour Jayasurija le « regionalism » « is a set of cognitive practices shaped by language and political dicourse, which through the creation of concepts, metaphors, analogies, determine how the region is defined: these serve to define the actors who are included (and excluded) within the region and thereby enable the emergence of a regional entity and identity » (1994), quoted in Katzenstein (1999). Voir également Acharya (2009), Pempel (2005).

2 Ces termes de « gagnants » et de « perdants » pour vagues théoriquement qu’ils apparaissent n’en ont pas moins été largement élaborés dans plusieurs études portant sur les transformations est-européennes à compter de 1990. Elles ont permis de classer à grands traits les nouveaux groupes sociaux qui ont émergé sur la base des ressources accumulées sous l’ancien régime ou acquises au contact des nouveaux contextes de jeu, dominés, quant à eux, par les politiques de transformation des droits de propriété. Au sein de ces processus, les territoires ont été déterminants, et c’est pour cette raison qu’une étude comparée des dynamiques systémiques qui ont bouleversé ces deux ensembles régionaux durant les deux dernières décennies – l’Asie du Sud-Est et l’Europe centrale – devrait conduire à enrichir ces « catégories » en les ancrant dans les différents territoires pour mieux différencier les groupes sociaux. Dans les deux régions, les territoires ont été des acteurs de premier plan et les recompositions spatiales se sont révélées être fondamentalement des processus de recréation de l’histoire longue.

3 Sur ce sujet voir les œuvres de Milton Osborne, notamment Osborne M. (2000).

4 Laos, Thaïlande, Myanmar, Cambodge et Vietnam.

5 À la lecture des très riches chapitres 11, 12, 13, 14 et 15 on est frappé des similitudes avec les cas de villes jumelles qui après 1990 ont de nouveau été remises en contact en Europe centrale, notamment à la frontière germano-polonaise qu’il s’agisse de Frankfort sur l’Oder et de Slubice ou de Gölitz / Gorzelec. Plus largement, voir Chatel, Moriconi-Ebrard (2012).

6 Les récentes manifestations anti-chinoises qui se sont déroulées au mois de mai 2014 au Vietnam, notamment à l’encontre des investisseurs chinois, confirment le jugement de Marie Mellac.

7 Comme si, analogiquement, l’on devait admettre dans l’UE que les termes de smart and inclusive Growth soldent toute analyse sur la stratégie de Lisbonne.

8 Précisons qu’au Laos ou au Cambodge, ces casinos sont certes des lieux de jeu mais ils visent également à accompagner les négociations de toutes sortes qui se déroulent avec les étrangers et sont au service des expatriés (très nombreux, et principalement chinois) dans ces zones. Il faut savoir qu’au Laos, il est même interdit aux citoyens lambda de jouer car c’est strictement réservé aux étrangers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Bafoil, « Recomposition des territoires et intégration régionale : des développements économiques et sociaux en demi-teinte en Asie du Sud-Est », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 26 juin 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/10651

Haut de page

Auteur

François Bafoil

Directeur de recherche au CNRS / CERI - Sciences Po, francois.bafoil@sciences-po.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page