Navigation – Plan du site

Contestations monétaires. Une économie politique de la monnaie

Coordination : Bernard Castelli, Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot
Monetary contestations. A political economy of money

En réaction aux problèmes économiques et sociaux liés au régime actuel de globalisation financière (déséquilibres macroéconomiques, restructurations, précarité, chômage accru, inégalités croissantes, etc.), des contestations monétaires apparaissent, à différentes échelles, de la part des États comme des acteurs privés, afin de discuter et de proposer un ordre monétaire alternatif. L’ordre monétaire étant par essence le résultat d’un compromis social et politique à une période donnée, il représente une conception du bien commun et de « l’être ensemble ». Tout ordre social n’est cependant pas inamovible et peut tout à fait être remis en question, comme l’histoire monétaire nous l’enseigne, si d’aventure les sociétaires ne se reconnaissaient plus dans ce compromis. Tel est le sens des contestations aujourd’hui observées qui s’efforcent de modifier en permanence l’organisation sociale et monétaire existante.

Ce projet de dossier de la Revue de la régulation a précisément pour objectif d’analyser des cas de contestations monétaires par rapport à un ordre monétaire existant et sous-jacent à la dynamique du régime d’accumulation du capitalisme financiarisé globalisé. Il s’agira de révéler la nature des contestations, les groupes d’acteurs sociaux, économiques et politiques qui sont à l’initiative et qui les portent, ainsi que leurs logiques et leurs impacts (économique, monétaire, social, politique, environnemental, etc.).

Ce dossier cherchera à valoriser une économie politique de la monnaie et à dépasser un traitement trop souvent économiciste et technique qui lui est le plus souvent réservé en économie. Des contributions issues des diverses disciplines des sciences sociales et humaines (économie, socio-économie, sociologie, sciences politiques, anthropologie, histoire, philosophie, etc.) et s’inscrivant dans une perspective d’économie politique seront fortement encouragées. Seront également privilégiées les contributions reposant sur des travaux de terrain et des réflexions théoriques qui mettent au jour les dimensions sociale, politique et plurielle de la monnaie. Si la période contemporaine sera préférée, ce numéro spécial restera ouvert aux contributions couvrant des périodes plus anciennes.

Quatre niveaux de contestations seront particulièrement privilégiés :

1) Contestations monétaires locales – Ce dossier souhaite accorder une attention particulière à des contestations monétaires se situant à un niveau local – contestations bien moins médiatisées et étudiées malgré leur importance sociale, politique et économique. Il s’agit des monnaies alternatives qualifiées de sociales ou de complémentaires, créées par des acteurs de la société civile et/ou des autorités publiques locales, et qui répondent à des nécessités économiques et reposent sur une pensée politique critique du capitalisme financiarisé globalisé. Celles-ci connaissent un vif essor depuis les années 1980, dans les économies du Nord et du Sud. Ces monnaies alternatives favorisent une meilleure intégration sociale et solidaire des populations les plus démunies grâce à une dynamique économique de développement local. Des articles de contenu empirique ou comparatif permettront de montrer leur diversité, leur substrat politique et idéologique tout en s’interrogeant sur leurs conditions d’efficacité et de pérennité.

2) Contestations monétaires à l’échelle nationale – Le capitalisme globalisé ne se réduisant plus à la suprématie incontestée des puissances industrialisées, l’existence de monnaies émergentes (BRICS), adossées à des économies au dynamisme encore irrégulier, constitue un foyer supplémentaire d’instabilité sous la forme de rivalités avec les devises-clés des pays aux taux de croissance atones. Cette seconde série de contributions étudiera comment l’ordre international est ainsi bouleversé par ces velléités monétaires nationales, pourquoi nous assistons à la montée des revendications en termes de souveraineté monétaire et quelle est l’efficacité des instruments et stratégies monétaires mises en œuvre par les économies émergentes dans le contexte de guerre des monnaies.

3) Contestations monétaires régionales – Face à l’instabilité monétaire et financière internationale, nombre de pays du Sud élaborent des stratégies autonomes ou coordonnées à l’échelle régionale relevant de la coopération monétaire régionale ou du régionalisme financier : initiative Chiang Mai, nouvelle architecture financière régionale en Amérique du Sud, etc. Cette troisième série de contributions examinera ces diverses stratégies monétaires régionales (en Afrique, en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique), leurs motivations et leur capacité à transformer, à plus ou moins longue échéance, les rapports de force économique et politique au sein du système monétaire international.

4) Contestations monétaires internationales – La contestation du rôle pivot du dollar dans le système monétaire international s’est accentuée avec la remise en question du « privilège exorbitant » de l’émetteur de la monnaie internationale, le creusement des déséquilibres financiers internationaux et la montée en puissance d’autres devises sur la scène internationale. L’internationalisation de l’euro, du yuan ou d’autres devises peut-elle contribuer à faire émerger un régime monétaire international plus équilibré ? La contestation de la suprématie du dollar est-elle source de conflits ? L’hypothèse de monnaie supranationale est-elle réaliste ? Ce quatrième ensemble de contributions rendra compte à la recomposition actuelle du système monétaire international. Il s’intéressera en particulier aux tensions entre le dollar, l’euro et le yuan afin de tester la pertinence de l’hypothèse courante du polycentrisme monétaire.

Les articles soumis en français ou en anglais ne doivent pas dépasser 10 000 mots (notes, références bibliographiques incluses). Les normes de publication sont consultables sur le site de la revue.

Les articles doivent être envoyés aux quatre adresses suivantes :
castellobernardito@gmail.com
pepita.ould@gmail.com
jfponsot@yahoo.fr
regulation@revues.org

Date limite pour l’envoi des articles : 15 novembre 2014