Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Boris Samuel, La production macroéconomique du réel. Formalités et pouvoir au Burkina Faso, en Mauritanie et en Guadeloupe

Boris Samuel

Résumés

La présente thèse étudie l’exercice du pouvoir et ses transformations à partir de l’observation d’opérations concrètes de la gestion macroéconomique dans deux pays d’Afrique, le Burkina Faso et la Mauritanie, et un territoire antillais, la Guadeloupe. Elle situe son approche à l’intersection de l’anthropologie, de la sociologie de la quantification et de la sociologie historique du politique.
Dans les trois cas étudiés, l’observation fine du calcul macroéconomique montre que les ethos techniciens sont déterminants pour saisir l’exercice du pouvoir. Les luttes sociales et politiques autour de la vie chère ou de l’éducation, ou encore les débats sur les faux semblants du réformisme mettent les chiffres au centre des rapports sociaux et politiques. Sur les scènes politiques en ébullition de la Mauritanie, de la Guadeloupe et du Burkina Faso, les objets de la gestion économique opèrent, guident les actions des individus, suscitent la contestation. La macroéconomie n’est pas seulement dans les bureaux, elle constitue un répertoire populaire du politique. Elle est ancrée dans l’histoire propre de ces sociétés et dans les logiques autonomes de la technique et des procédures.

Haut de page

Texte intégral

1Thèse soutenue le 5 décembre 2013 à Sciences Po Paris
Sous la direction de Béatrice Hibou, directrice de recherche au CNRS
Jury :
Mme Ève Chiapello, directrice d’études à l’EHESS, Institut Marcel Mauss
M. Emmanuel Didier, chargé de recherche au CNRS, Centre Maurice Halbwachs, EHESS-École normale
Mme Jane Guyer, George Armstrong Kelly Professor, Department of Anthropology, Johns Hopkins University (rapporteur)
M. Pierre Lascoumes, directeur de recherche au CNRS, Sciences Po CEE (président)
M. Federico Neiburg, professeur au Programme des études post-graduées en anthropologie sociale (PPGAS) du Musée national de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (rapporteur)

Question(s) de recherche

2Cette thèse étudie l’exercice du pouvoir et ses transformations à partir de l’observation d’opérations concrètes du calcul macroéconomique dans deux pays d’Afrique, le Burkina Faso et la Mauritanie, et un territoire antillais, la Guadeloupe. Les calculs économiques y sont produits en situation « d’extraversion » (Bayart, 2004), faisant intervenir les institutions financières internationales au Burkina Faso et en Mauritanie, ou l’État français et l’Europe en Guadeloupe. Ils sont en outre insérés dans des scènes politiques conflictuelles, étant pris à parti dans des mouvements sociaux et dans des rapports de force traversant les scènes politiques ou les appareils administratifs. Les objets techniques de la macroéconomie forment ainsi une « interface » (Guyer, 2004) entre une diversité d’acteurs et d’univers sociaux et politiques. La thèse interroge en conséquence le rôle des procédures de mise en nombre et des « formalités » de l’économie (Certeau, 1990 ; Hibou 2011) dans l’émergence de rapports de pouvoir et dans l’établissement de modes de gouvernement. Elle s’appuie pour cela sur la sociologie historique de la quantification (Desrosières, 2008) et sur une économie politique wébérienne (Hibou, 2011) qui analyse l’exercice du pouvoir par l’économique. Elle réalise en outre une observation fine des procédés et objets techniques dans une démarche d’anthropologie des procédures et des opérations de calcul (Riles, 2006 ; Harper, 1998).

Méthode

3Cette recherche s’appuie sur l’expérience personnelle de l’auteur, qui a passé une dizaine d’années au sein d’administrations économiques et financières auprès de gouvernements et organisations internationales en Afrique, de 1997 à 2008. Les travaux sur le Burkina Faso et la Mauritanie sont ainsi partiellement fondés sur les archives constituées et les expériences vécues durant ces années. Dans ces deux pays, des enquêtes de terrains ont en outre été réalisées entre 2009 et 2012. La Guadeloupe a été approchée par des enquêtes conduites à la suite du mouvement social de lutte contre la pwofitasyon que l’île a connu en 2009.

4Par ailleurs, la thèse prend appui sur plusieurs types d’objets techniques quantifiés et plusieurs situations politiques. Sur les trois terrains, elle étudie les processus de production d’indicateurs macroéconomiques tels que le produit intérieur brut, les indices de prix ou encore les statistiques de commerce extérieur. Constatant que leurs modes de calcul sont « obscurs » (Power, 2005), elle s’interroge sur les « manières d’agir sur l’économie » (Desrosières, 2008) qu’ils recouvent. Sur le Burkina Faso et la Guadeloupe, elle s’intéresse en outre aux procédures employées pour formuler et évaluer différentes politiques publiques (les politiques de scolarisation massive au Burkina, les politiques économiques de « rattrapage » de la métropole en Guadeloupe). Elle cherche en particulier à discerner les conséquences du fait que de nombreux rapports sociopolitiques se déploient autour, et par le biais, de techniques bureaucratiques en apparence éthérées. Enfin, sur la Mauritanie et la Guadeloupe, elle s’intéresse à des situations où les procédés économiques et de gestion sont pris pour cible par des mouvements de contestation, et où ces derniers font du calcul une arme dans la lutte (cas des mouvements contre la vie chère). Par ces différents biais, la thèse restitue l’épaisseur politique des actes de calcul et questionne la place des logiques bureaucratiques et techniciennes dans l’émergence des rapports de pouvoir en Afrique ou aux Caraïbes.

Résultat(s)

5Sur le Burkina et la Mauritanie, la thèse montre que les techniques de calcul des indicateurs macroéconomiques relèvent d’une obscurité essentielle, laissant les chiffres dans le domaine de l’« indiscernabilité entre le réel et l’irréel » (Deleuze). La fiction des chiffres est néanmoins un objet riche pour saisir les relations sociales et politiques. Les calculs économiques sont bien sûr l’objet de jeux de dissimulation, comme le montre l’étude du scandale des faux chiffres de la Mauritanie, ou les stratégies du « bon élève » burkinabé ; mais plus généralement les procédés de quantification apparaissent flous, instables et laissant de multiples marges de manœuvre discrétionnaires, y compris dans le respect des normes de la « bonne gestion » (Thévenot, 1997 ; Hibou, 2011). Les choix techniques présidant aux calculs portent dès lors les traces de nombreux rapports sociaux et d’une diversité de logiques d’action. La production statistique repose notamment sur l’action de technocrates habités par la préoccupation de la « bonne mesure » et de la modernisation de l’État, ce qui est rarement relevé dans les pays africains. Les calculs économiques résultent en outre de processus de négociation, notamment avec le FMI, et de rivalités entre services ou corps au sein des administrations. Les chiffres forment ainsi un lieu privilégié pour analyser le politique. Le cas de la Guadeloupe permet d’étendre ce constat, en montrant que la mise en nombre peut être le support de rapports de force en dehors des univers administratifs. L’analyse de la lutte contre la vie chère de 2009 et de la grève de 44 jours, montre que les calculs économiques sont l’un des moyens par lesquels des acteurs syndicaux établissent un bras de fer avec l’État et les pouvoirs économiques de l’île. Ils ont ainsi la capacité de faire évoluer les manières de gouverner l’économie, comme le montre le suivi des prix et des marges.

6Enfin, la thèse montre que les trajectoires et dynamiques politiques de la Mauritanie, du Burkina et de la Guadeloupe peuvent être saisies par le prisme des formalités de l’économie. Les réformes de l’éducation au Burkina Faso opèrent des transformations sociales de large portée par le redéploiement des procédures bureaucratiques, alors même que le pays est souvent décrit par sa « façade réformiste ». En Guadeloupe, le compromis sociopolitique est renégocié depuis les années 1960 autour des instruments de politique économique. En Mauritanie enfin, l’observation des transformations des interventions étatiques contre la vie chère permet de saisir la physionomie changeante de l’exercice du pouvoir et de la contestation.

Haut de page

Bibliographie

Desrosières A. (2008), Pour une sociologie historique de la quantification. L’argument statistique I. ; Gouverner par les nombres. L’argument statistique II., Paris, Presses des Mines.

Bayart J.-F. (2004), Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard.

Certeau M. de (1990), L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, Folio.

Guyer J. (2004), Marginal Gains: Monetary Transactions in Atlantic Africa, Chicago, University Of Chicago Press.

Harper R.H.R. (1998), Inside the IMF. An Ethnography of Documents, Technology and Organizational Action, San Diego, Academic Press.

Hibou B. (2001), Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte.

Lascoumes P., Le Galès P. (dir.) (2005), Gouverner par les instruments, Presses de Sciences Po.

Power M. (2005), La société de l’audit : l’obsession du contrôle, Paris, La Découverte.

Riles A. (dir.) (2006), Documents, Artifacts of Modern Knowledge, University of Michigan Press, Ann Arbor.

Thévenot L. (1997), « Un gouvernement par les normes : pratiques et politiques des formats d’information », in Cognition et information en société, B. Conein, et Thévenot L. (dir.), Paris, éditions de l’EHESS, coll. « Raisons Pratiques » vol. 8, p. 205-241.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Samuel, « Boris Samuel, La production macroéconomique du réel. Formalités et pouvoir au Burkina Faso, en Mauritanie et en Guadeloupe », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 04 juin 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/10633

Haut de page

Auteur

Boris Samuel

Docteur associé, Sciences Po CERI, professeur associé à l’École de gouvernance et d’économie de Rabat, borissamuel@hotmail.com, thèse téléchargeable : http://www.fasopo.org/reasopo/jr/th_samuel.pdf

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page