Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Denis Coëdel, L’épreuve de la responsabilité : les salariés de la grande distribution à l’ère de la responsabilité

Denis Coëdel

Résumés

Ce travail doctoral étudie les répercussions de l’introduction de discours et de pratiques relevant de la RSE sur les salariés de la grande distribution. L’émergence d’un nouveau paradigme social de la responsabilité, qui mobilise des valeurs et des croyances transversales à une société, somme ces individus de surmonter l’épreuve par laquelle ils se devront d’intégrer les attentes de responsabilités au cœur des représentations et des actions de leur travail quotidien. Dans ce cadre, l’organisation endosse un rôle accompagnateur singulier en fournissant à l’individu de nombreux supports, mais aussi en lui opposant des contraintes importantes. L’étude qualitative, réalisée autour de l’analyse de 42 entretiens et d’une étude documentaire fouillée, montre comment l’individu devient le dépositaire de la lourde charge d’énacter dans son travail les enjeux sociaux et macro-sociaux des évolutions de la société.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 5 novembre 2013 à l’université Paris-Est Créteil
Sous la direction de Julienne Brabet, professeur à l’université Paris-Est (UPEC)
Jury :
Mme Frédérique Pigeyre, professeur à l’université Paris-Est (UPEC) (président du jury)
M. Didier Cazal, professeur à l’IAE de Lille 1 (rapporteur)
Mme Amélie Seignour, maître de conférences à l’université de Montpellier II (rapporteur)
M. Jean-François Chanlat, professeur à l’université Paris-Dauphine (examinateur)
M. Philippe Robert-Demontrond, professeur à l’université de Rennes I (examinateur)

Question(s) de recherche

2La responsabilité sociale des entreprises (RSE) fait l’objet de nombreuses études dans ses dimensions économiques et gestionnaires, mais reste encore peu questionnée quant à sa dimension socio-culturelle singulière. Envisagée comme un changement social, la RSE prend sa source au cœur d’un mouvement de responsabilisation se diffusant à tous les niveaux de la société. Pour comprendre la constitution du principe responsabilité en véritable paradigme, il paraît nécessaire de mener un double questionnement : d’un côté, les évolutions macrosociales nous contraignent à réinventer un modèle juste de vivre ensemble qui s’énactera au cœur de structures sociales, tandis que de l’autre, la singularisation croissante de nos sociétés tend à toujours plus responsabiliser l’individu inséré dans ces structures. Comment ceux-ci s’approprient-ils cette exigence de responsabilité ? Quel est le rôle de l’organisation dans ce processus ? En résumé, comment les individus au travail éprouvent-ils les changements structurels induits par l’émergence du paradigme social de la responsabilité ?

Méthode

3L’étude de l’épreuve de la responsabilité nécessite de constituer un échantillon diversifié de répondants dans l’objectif de cerner un paradigme social qui peut être vu comme un mouvement structurel central de notre société. L’étude de terrain repose donc sur une étude documentaire approfondie de l’actualité du secteur et sur la réalisation de 42 entretiens réalisés auprès d’employés de niveaux hiérarchiques très variés, répartis sur 5 magasins appartenant à 3 groupes du secteur présentant des caractéristiques distinctes : un groupe intégré et coté en bourse, un second, intégré, se caractérisant par son actionnariat familial et salarié, et une coopérative d’indépendants. Cette structure spécifique de l’échantillon a pour ambition de répondre aux impératifs dictés par les particularités de l’approche adoptée : obtenir une image générale du paradigme de la responsabilité, quelle que soit la situation organisationnelle ou individuelle de l’employé, et réussir à dépasser la communication d’entreprise sur ces questions très « publicitaires ».

Résultat(s)

4Pour les entreprises de la grande distribution, créer un mode d’organisation responsable relève d’un défi important : symboles d’un mode de consommation d’un autre temps, elles développent, face à une conjoncture difficile, de multiples tentatives de renouvellement de leur concept dont la RSE incarne une des voies. Agissant à la fois selon des logiques instrumentale (créer et contrôler un back office durable et économe), marchande (développer et accompagner une offre responsable concurrentielle) et collective (favoriser le développement et la gestion de l’implication responsable), les démarches responsables cherchent avant tout à recréer des conditions de croissance pour des entreprises dont les perspectives de développement sont menacées.

5Le salarié est ainsi confronté à une véritable épreuve de la responsabilité au cours de laquelle il se doit de responsabiliser ses actes quotidiens pour ainsi contribuer à la diffusion du principe de responsabilité dans son environnement social. Ce processus est rendu possible, tout autant qu’il est contraint, par l’organisation : chaque groupe présente en effet un mode d’appropriation spécifique de son environnement qui détermine l’orientation par laquelle l’organisation tente de répondre aux mutations sociétales en cours. Elle peut ainsi soutenir ou contraindre l’individu éprouvé ou, en d’autres termes, favoriser ou s’opposer à la diffusion de cette évolution sociale.

6Finalement, à l’ère de l’information et de la défiance généralisée envers les grandes entreprises, la communication d’entreprise, et notamment celle consacrée au développement durable, peut vite être perçue comme abusive si elle ne s’appuie pas sur une réalité concrète visible et mesurable. Les démarches RSE ne semblent pas pouvoir se limiter à n’être qu’un pansement sur les problèmes économiques et sociaux actuels, car la suspicion commune à l’égard des entreprises pousse à la vérification de la concordance de leurs actes avec leurs paroles. Au contraire, si l’entreprise veut paraître crédible, elle se doit d’inscrire durablement sa démarche et sa communication au cœur des actions de son collectif de travail, de ses structures et dans la logique de son histoire, autant d’éléments constitutifs de ce que nous avons appelé l’orientation paradigmatique.

Haut de page

Bibliographie

Bernoux P. (2006), Sociologie du changement dans les entreprises et les organisations, Paris, Points, coll. « Essais ».

Billaudot B. (2010), Une conception du développement durable en termes de justification, note de travail n° 2, LEPII, Grenoble.

Brabet J. (2011), “Corporate social responsibility and its models in a contested field”, Revue de l’Organisation responsable, vol. 6, n° 2, p. 38-50.

Giddens A. (1987), La constitution de la société, Paris, PUF, coll. « Quadrige, Sociologies », Polity press, Cambridge, 1984.

Kilbourne W.E. (2004), “Susainable communication and the dominant social paradigm: can they be integrated”, Marketing Theory, Sage, vol. 4, n° 3, p. 187-208.

Martuccelli D. (2006), Forgé par l’épreuve, l’individu dans la France contemporaine, Paris, éditions Armand Colin, coll. « Individu et Société ».

Martuccelli D. (2010), La société singulariste, Paris, éditions Armand Colin.

Moati P. (2001), L’Avenir de la grande distribution, Paris, éditions Odile Jacob.

Moati P. (2010), « Quel commerce pour demain ? La vision prospective des acteurs du secteur », Paris, Crédoc, Cahier de recherche, n° 271.

Vallaeys F. (2012), Nouvelles frontières éthiques du management : RSE et éthique en 3D, communication aux III°états généraux du management, Strasbourg, FNEGE, École de management de Strasbourg, 11 et 12 octobre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Coëdel, « Denis Coëdel, L’épreuve de la responsabilité : les salariés de la grande distribution à l’ère de la responsabilité », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 04 juin 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://regulation.revues.org/10623

Haut de page

Auteur

Denis Coëdel

Docteur en sciences de gestion, Audencia Nantes, denscoed@yahoo.fr, http://www.theses.fr/s105885

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page