Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Dette de qui, dette de quoi ? Une économie anthropologique de la dette

Bernard Hours et Pepita Ould Ahmed, Dette de qui, dette de quoi ? Une économie anthropologique de la dette
Tristan Dissaux
Référence(s) :

Bernard Hours, Pepita Ould Ahmed (dir.), Dette de qui, dette de quoi ? Une économie anthropologique de la dette, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contemporaines », Série « Globalisation et sciences sociales », 2013, 296 pages

Texte intégral

1La dette : voilà certainement la notion qui fait aujourd’hui l’objet des plus grandes passions dans un monde politique, économique et financier globalisé en pleine recomposition. Elle qui fut à l’origine de la crise financière amorcée en 2008, elle qui fait tomber les banques et vaciller les États souverains, elle encore qui parfois asphyxie les ménages ou les entreprises. La dette est pour les uns la manifestation d’un entrepreneuriat vertueux, pour les autres le signe d’une gestion laxiste de leurs comptes. Mais alors, dette de qui, dette de quoi ? C’est la question que posent les seize auteurs de cet ouvrage, issus de l’anthropologie, de la sociologie et de l’économie. Leurs différentes contributions amènent chacune un point de vue sur le sujet, à différentes époques, dans différentes sociétés, et à différentes échelles d’observation. L’ambition est ici celle d’un prolongement disciplinaire de l’anthropologie qui dépasserait le primat accordé au don depuis Mauss, suivant une approche pluridisciplinaire de la dette qui révèlerait la diversité de ses rapports de dépendance, tantôt synonyme de domination, d’allégeance ou d’esclavage, tantôt vecteur de solidarité ou d’émancipation.

2Si les passions contemporaines autour de la dette sont fortes, elles sont pourtant partielles (ou faudrait-il dire partiales) : elles ne considèrent la dette que selon sa nature économique, oubliant ses autres visages. La dette a en effet d’abord été sociale. C’est là le principal mérite de l’ouvrage : de nous rappeler ce fait en le replaçant dans différents contextes dont l’étude nous éclaire en retour sur notre rapport actuel à la dette et permet de le réévaluer. Bernard Hours et Pepita Ould Ahmed, qui ont assuré la direction de l’ouvrage, notent ainsi dans leur introduction que l’approche dominante qui assimile la dette à la question exclusive de son remboursement est réductrice « dans la mesure où elle semble imaginer l’existence impossible d’un monde sans sociétés, arrêté à un point mort ou à un zéro comptable radicalement statique ». La dette d’abord fait lien, et nulle société ne se fonde ni ne perdure sans lien.

3L’ouvrage est divisé en quatre parties, selon quatre types de dettes : partagées, imposées, politiques et sexuées. Transversalement à cette classification, on peut tout d’abord identifier trois modes d’inscription de l’individu : l’individu en communauté, l’individu en société, et l’individu citoyen. L’individu appartient en effet à différentes sphères relationnelles, où la dette prend des formes différentes, des sens variables, et où chacun peut aussi bien être débiteur que créancier. La distinction communauté / société est en elle-même instructive. Jean-Yves Moisseron et Hind Malanaïne la mobilisent pour étudier la construction sociale du rapport créancier à débiteur dans la microfinance au Maroc, reprenant la distinction entre Gemeinschaft et Gesellschaft établie par le sociologue allemand Ferdinand Tönnies (2010). Alors qu’au sein de la communauté les rapports de dette sont personnalisés, qu’ils privilégient les significations symboliques et qu’ils garantissent la reproduction sociale du groupe, dans la société, à l’inverse, les relations sont anonymisées, les individus font affaires selon leurs seuls intérêts et dans le but de faire un (du ?) profit. Les dynamiques à l’œuvre dans les sociétés traditionnelles de production domestique sont représentatives des liens qui fondent une communauté, au sens de Tönnies. Françoise Bourdarias les illustre grâce au modèle lignager au Mali, où « les rapports de parenté fonctionnent comme rapport de production, rapports politiques et symboliques. » Le pouvoir des aînés s’y fonde sur la redistribution, à partir de laquelle se créent des liens de dépendance forts et qui établit la légitimité du modèle lignager. Mais c’est à la condition que cette redistribution soit assurée que les subordonnés (les cadets) acceptent leur statut de débiteur. Bernard Hours prend lui l’exemple des microsociétés mélanésiennes où l’entretien de cycles d’échanges ininterrompus forment un flux « qui produit le lien social et établit ainsi la règle fondatrice d’appartenance à une microsociété ». Ces sociétés furent confrontées à la colonisation, à l’étalage des richesses des colons, et à l’absence d’échanges, ce qui constitua pour les autochtones « la plus radicale négation […] de toute réciprocité fondatrice de lien social. » C’est ce traumatisme qui sera pour eux la source des « cultes du cargo ». L’individu contemporain est aussi un individu citoyen pour lequel l’État est à la fois un opérateur et un destinataire de dette. Laurent Bazin prend le cas de l’Algérie où les citoyens formulent de façon permanente une demande d’État : la rente des hydrocarbures alimente une dette symbolique détenue par tous les citoyens, chacun se sentant en « droit » d’obtenir sa « part » de la rente. Mais c’est surtout la captation de la rente par une élite, qui place l’État en position de débiteur, État qui « n’est advenu qu’en contractant une dette qui le lie à la société par l’intermédiaire de ceux qui se sont sacrifiés à la lutte pour l’indépendance. » Antoine Heemerick s’intéresse pour sa part à la dette imaginaire du communisme en Roumanie. L’histoire lourde de sens y forme un passif dont les « coupables » doivent s’acquitter, mais chaque camp y joue un « jeu spéculatif » sur la dette du communisme. Elle fait en fait l’objet d’un usage partisan, devient un objet politique, elle est « paramétrée différemment en fonction des groupes et des acteurs qui s’y réfèrent. »

4Au niveau macro, les opérateurs de dette sont les États, les banques, et le marché. Et ce sont les États qui sont aujourd’hui incriminés à cause de leur dette. Bernard Castelli s’est intéressé à celle de l’Équateur, selon une approche méthodologique qu’il a voulu holiste pour faire de la dette externe « un champ fécond de l’économie politique ». Il note alors que ce type d’endettement comme stratégie de financement du développement est « toujours privilégiée malgré une efficacité économique et sociale très discutable ». La corrélation supposée du couple dette/développement cacherait alors plutôt la fonctionnalité du capital pour lui-même sous un « fallacieux prétexte développementiste ». Si l’endettement relève d’un choix politique, il est aussi pour Hélène Roux étroitement imbriqué « dans les mécanismes historiques de construction du pouvoir ». Avec le cas du Nicaragua, où une gigantesque fraude au crédit provoqua en 2000 une crise bancaire nationale, elle met en lumière un « système dans lequel, de par leur position, certains se croient exonérés de rembourser ce qu’ils doivent tandis que d’autres apparaissent comme leurs éternels obligés. »

5La dernière partie de l’ouvrage présente l’originalité de traiter les multiples façons dont les femmes se retrouvent lourdement endettées, que ce soit symboliquement ou concrètement. Isabelle Guerin, Magalie Saussey et Monique Selim nous montrent en effet que l’expansion du marché et de la finance se fait selon des normes de genre. En Inde, en Chine ou au Burkina-Faso, la domination inhérente à toute relation de dette se montre d’autant plus prononcée que la dette est féminine. Même l’accès au capital culturel, récent pour les femmes dans certains contextes comme dans la société kabyle, dont l’exemple est présenté par Tassadit Yacine, génère une dette intellectuelle. Enfin, les femmes sont au Sénégal « impliquées dans divers échanges horizontaux dont dépend la reproduction sociale du groupe » et pour lesquels l’endettement est inévitable mais est consubstantielle de la participation à la socialité (Eveline Baumann, Mouhamedoune Abdoulaye Fall).

6Les considérations modernes de la dette, qui est « par nature économique et sociale de nos jours, probablement sociale et économique dans l’histoire » (Bernard Hours et Pepita Ould Ahmed, dans leur introduction) relèvent en fait d’un glissement : la dette symbolique, personnelle et inaliénable est devenue financière, impersonnelle et transférable. Cette évolution a d’une part été accompagnée par la constitution historique de l’obligation de payer. Pour Pepita Ould Ahmed, l’individualisation et la subjectivation morale font perdre aux échanges leur « solennité originelle ». Mais l’étude qu’elle fait du groupe social des entrepreneurs montre aussi que pour cette catégorie particulière, la faillite devient socialement acceptée. C’est d’autre part la monétarisation croissante des rapports sociaux qui entraîne la multiplication contemporaine des liens de dette. Mais la monnaie revêt des formes et des usages divers : elle est ambivalente, selon qu’elle coupe le lien (quand elle solde le compte) ou qu’elle fait lien (quand l’échange est une forme de reconnaissance de l’autre). Contre l’impersonnalité et l’atomisation de la société, les pratiques financières de l’économie sociale et solidaire, telles que les tontines, les microcrédits de groupes solidaires ou les monnaies complémentaires seraient alors pour Jean-Michel Servet les moyens d’une « interdépendance volontaire dépassant les intérêts particuliers ».

7La monnaie est présente en filigrane de la problématique de la dette. Elle est, dans la conception moderne de la dette, son véhicule unique. L’école française de l’institutionnalisme monétaire, qui étudie la monnaie en s’inspirant elle aussi de l’anthropologie, fait de son point de départ théorique l’idée d’une violence qui institue la monnaie et avec elle la société marchande (Aglietta, Orlean, 2002). On retrouve effectivement dans chaque contribution une certaine forme de violence. Contre celle-ci, Jean-Michel Servet initie à la fin de sa contribution une considération de la monnaie comme un bien commun, dont la rivalité dans l’usage nécessite des règles de gestion particulières pour garantir l’inclusion de tous. Au-delà de l’idée de dette, on peut de manière toute aussi intéressante mettre en avant celle de partage. On se réfèrera pour cela à un autre texte récent du même auteur, qui complète efficacement sa contribution au présent ouvrage (Servet, 2013). Une relecture des travaux de l’anthropologie à la lumière du cadre institutionnel d’Elinor Ostrom notamment (Ostrom, 2005) permet alors de dépasser le paradigme catallactique, et de voir la mise en commun qui se cache derrière l’établissement de liens de dette.

8Toutes les contributions de cet ouvrage aident finalement à la réalisation de la « rupture conceptuelle » vis-à-vis de la dette pour laquelle milite notamment David Graeber (2013), et qui appelle l’« armée invisible » des personnes en défaut à résister à la finance, à l’« économie de marché dérégulée [qui] a opéré un divorce avec la société et tend désormais à être identifiée à la société qui a perdu toute autonomie, non plus dans un encastrement fécond et dynamique, mais dans une capture mortifère où l’économie se substitue à la société et fait société. » (Bernard Hours).

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M., Orlean A. (2002), La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob.

Graeber D. (2013), Dette : 5000 ans d’histoire, Paris, Les liens qui libèrent.

Ostrom E. (2005), Understanding Institutional Diversity, Princeton, Princeton University Press.

Servet J.-M. (2013), « Monnaie : quand la dette occulte le partage », in Monnaie, monnaies : Pluralité des sphères d’échanges dans les sociétés contemporaines, P. Alary, J. Blanc (dir.), Revue française de socio-économie, Paris, La Découverte, p. 125-147.

Tönnies F. (2010), Communauté et société, S. Mesure, N. Bond, (trad.), Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Dissaux, « Dette de qui, dette de quoi ? Une économie anthropologique de la dette », Revue de la régulation [En ligne], 15 | 1er semestre / Spring 2014, mis en ligne le 04 juin 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/10616

Haut de page

Auteur

Tristan Dissaux

Doctorant UMR 5206 Triangle - université Lumière Lyon 2, tristan.dissaux@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page