Navigation – Plan du site
Autour d’Ostrom : communs, droits de propriété et institutionnalisme méthodologique
La démarche d’Ostrom : concepts, outils et méthodes

L’institutionnalisme méthodologique d’Elinor Ostrom : quelques enjeux et controverses

Ostrom’s Methodological Institutionalism: Enlightening Some Keypoints and Controversies
El institucionalismo metodológico d´Elinor Ostrom : algunos desafíos y controversias
Jean-Pierre Chanteau et Agnès Labrousse

Résumés

Cet article explore l’apport méthodologique d’Ostrom, encore mal connu malgré la popularité de ses travaux sur les communs. Nous montrons que son approche participe de l’institutionnalisme historique (rationalité et régularités situées, enchâssement social, rôle des règles et des normes, approche généalogique et non-fonctionnaliste, jeux d’échelle, réalisme critique, etc.), jusque dans l’usage heuristique de modèles habituellement attribués à la théorie standard (théorie des jeux, modèles multi-agents). Cela permet de dépasser quelques malentendus (sur la théorisation d’une « troisième voie » attribuée à Ostrom ; sur les notions de communauté et de « self-governance ») et de pointer l’intérêt potentiel d’un enrichissement réciproque avec d’autres institutionnalismes.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient les deux rapporteurs anonymes, ainsi que les deux relecteurs internes, non moins anonymes, de la revue pour leurs commentaires critiques qui ont permis d’améliorer considérablement ce texte.

Introduction : Ostrom, au-delà des communs

1La réception francophone des travaux d’Elinor Ostrom a été réalisée par des « courants aussi divers que la médiation patrimoniale par récurrence (Babin et al., 2002), les régimes institutionnels de ressources (Varone et al., 2008) et l’économie du libre marché de l’environnement (Falque 2009) » (Baron, Petit, Romagny, 2011, p. 16). Pour la plupart, en France comme à l’étranger, ces références à Ostrom sont logiquement axées sur le thème des communs, de fait fondateur pour Elinor Ostrom qui a creusé ce sillon tout au long de sa vie académique. Questionner son apport méthodologique et théorique nous a donc paru nécessaire, à la fois parce qu’il fonde ses résultats empiriques, leur interprétation et leur intégration dans des schémas explicatifs et parce qu’une théorie de l’évolution et de la diversité des institutions (au-delà de la variété des terrains : systèmes d’irrigation, gestion de pêcheries, services de police, etc.) est une problématique centrale pour toute analyse institutionnaliste. Pour le dire autrement et avec d’autres (dont Hodgson, 2013), Ostrom nous apparaît comme une théoricienne majeure des institutions et sa méthodologie originale mérite une attention particulière, au-delà de l’étude des communs.

2L’enjeu de ce positionnement tient d’abord à l’intérêt heuristique d’un questionnement de nos propres pratiques de recherche institutionnalistes à partir d’un regard original par son environnement culturel et ses références pluridisciplinaires, de fait peu mobilisé jusqu’à maintenant en France dans les références conventionnalistes, régulationnistes, socio-économiques, etc. En particulier, nous faisons l’hypothèse que l’approche ostromienne peut contribuer à une microéconomie institutionnaliste qui reste à mieux affirmer et à la compréhension du caractère polycentrique et composite de nos sociétés.

  • 1 Le « Workshop in Political Theory and Policy Analysis », dont le nom rend désormais hommage à ses f (...)
  • 2 Au premier rang desquels figurent son époux, Vincent Ostrom, et Michael McGinnis qui dirige le Work (...)

3Cet apport théorique et méthodologique est consistant : au fil de sa carrière – plus d’un demi-siècle ! –, Elinor Ostrom a mené un effort réflexif sur sa pratique de recherche, réflexivité enrichie par le collectif de ses étudiants et collègues au sein du Workshop de Bloomington1. Cette épistémologie en action a été formalisée dans différents textes scientifiques et commentée dans des entretiens – notamment pour répondre à certaines critiques ou pour préciser ses concepts. Les sources sur lesquelles nous avons travaillé sont donc variées : publications académiques – à commencer par les synthèses récentes (Ostrom, 2005 ; Poteete, Janssen et Ostrom, 2010 ; McGinnis, 2011 ; Ostrom et Basurto, 2011), dont le texte de sa conférence de réception du prix « Nobel » de la Banque de Suède (Ostrom, 2010b), mais aussi les travaux fondateurs des années 1960 et 1970 sur la gouvernance de l’eau en Californie et sur l’organisation de services publics de police – ; entretiens publiés voire informels – dont nos échanges en 2010 et 2011 avec elle sur l’évolution de son programme, ainsi qu’avec Eduardo Brondizio et Charlotte Hess. Nous avons également intégré les travaux de ses proches collaborateurs2, elle qui n’a eu de cesse de souligner la dimension collective et collaborative de ses recherches.

4Bien entendu, il ne s’agit pas d’argumenter que la méthodologie d’Ostrom serait la forme achevée de la recherche institutionnaliste, alors même qu’elle en signalait le caractère évolutif et situé. Une appropriation critique est au contraire indispensable à une démarche cohérente, non syncrétique – reproche d’ailleurs couramment adressé à Ostrom. Aussi, cet article s’efforce d’abord de clarifier les concepts opératoires (grammaire des institutions, polycentrisme, autonomie et self-governance, etc.) par leurs usages, en les situant dans leur genèse intellectuelle (les sciences sociales américaines) et pratique (les communs, la police, le système politique fédéral, etc.) et dans un mouvement heuristique d’ensemble (reliant terrains, modèles et théories et associant étroitement des méthodes diversifiées). Nous espérons éviter ainsi des déplacements et pertes de sens, par excès de nominalisme ou de décontextualisation – risque que, selon nous, les réceptions d’Ostrom n’ont pas toujours évité. Comme nous allons le montrer, cela nous a finalement conduits à rapprocher le travail scientifique d’Ostrom de l’institutionnalisme historique dont il représente, nous semble-t-il, une forme originale.

  • 3 Hayek et Myrdal en 1974 ou Fama et Schiller en 2013.
  • 4 Sur 166 (Ostrom) et 80 (Williamson) références bibliographiques, seulement 6 auteurs en commun : Ar (...)
  • 5 « The IAD builds on earlier work on transactions (Commons [1924] 1968) » (Ostrom, 2010, p. 413) ; « (...)
  • 6 « Stalwarts notwithstanding, institutional economics “ran itself into the sand” » (Williamson, 2010 (...)

5Certains auteurs, on le sait, inscrivent au contraire Ostrom dans le champ du néo-institutionnalisme (par exemple Weinstein, 2013) – et parfois plus largement de l’économie standard (Harribey, 2011). Certes, l’attribution conjointe, à Oliver Williamson et Elinor Ostrom, du prix « Nobel » de la Banque de Suède en 2009, peut troubler. Mais le jury a déjà couronné conjointement des pensées divergentes3 ; et, surtout, les conférences respectives des deux récipiendaires signalent leur différence : leurs publications l’année suivante (Ostrom, 2010b ; Williamson, 2010) ne se citent pas l’une l’autre et partagent très peu de références, mobilisées d’ailleurs de manière souvent discordantes4. En particulier, leurs citations respectives de Commons sont significativement différentes : là où Ostrom affirme une filiation5, Williamson rend hommage à un précurseur de sa théorie de la gouvernance mais disqualifie l’old institutionalism6.

6La discussion qui suit s’inscrit donc dans ce contexte des multiples réceptions d’Ostrom, en particulier en France. à l’issue du cheminement dont nous rendons compte ici, notre thèse s’énoncera ainsi : en syntonie avec l’institutionnalisme historique, le pragmatisme et le constructivisme d’Ostrom la fondent à théoriser les processus de construction institutionnelle des situations d’action collective dans leur immense diversité – plutôt qu’à catégoriser celles-ci a priori en fonction d’une supposée nature intrinsèque ou atemporelle ; et l’instrumentation de ce projet d’explication du réel nous intéresse au plus haut point à l’heure d’un débat sur le pluralisme des méthodes et, plus largement, des approches en science économique.

7Nous montrerons tout d’abord (partie 1) que l’anthropologie d’Ostrom fait appel à une rationalité limitée, procédurale et contextualisée, à un individu qui se construit dans l’enchevêtrement social de structures institutionnelles – une anthropologie ancrée dans une théorie multiscalaire des systèmes complexes. Nous présenterons ensuite (partie 2) les principaux éléments constitutifs d’un institutionnalisme méthodologique original : une grammaire des institutions qui vise à saisir le réel dans sa diversité et en dynamique, en mobilisant une approche multicritères de l’efficience et de la viabilité ; une diversité raisonnée de méthodes, de théories et de modèles – y compris des modèles de jeux ou multi-agents – intégrée dans un cadre heuristique. Enfin (partie 3), la confrontation de cette grille de lecture à quelques questions polémiques (théorise-t-elle une troisième voie ? quels sens prêter à la notion de communauté auto-gouvernée ?) devrait permettre à la fois d’éclaircir quelques malentendus et de pointer l’intérêt potentiel d’un enrichissement réciproque avec d’autres institutionnalismes.

1. De l’individu socialisé à l’action collective : une approche par les systèmes complexes

1. 1. L’anthropologie d’Ostrom : rationalité limitée et procédurale, enchâssement institutionnel, culturel et communautaire

  • 7 Comme on le verra infra (section 2. 2.), cela n’est pas contradictoire avec l’usage de modèles mult (...)

8Une lecture rapide de l’œuvre d’Elinor Ostrom pourrait l’assimiler à un individualisme méthodologique mainstream, reposant sur la théorie standard du choix rationnel et l’utilitarisme. À l’inverse, notre lecture est que l’anthropologie d’Ostrom, c’est-à-dire sa conception de l’individu et de la société dans les sociétés « réellement existantes »7, se fonde sur des individus socialisés à la rationalité limitée.

1. 1. 1. Des individus utilitaristes, égoïstes et maximisateurs ?

9Le vocabulaire de l’utilité, de l’intérêt ou des gains est fréquent dans l’œuvre d’Ostrom. Il s’agit en effet pour elle d’une dimension critique des situations d’action, non pas parce qu’il s’agirait de l’unique motivation des individus – ce que suppose l’économie mainstream – mais parce que l’efficacité matérielle d’un groupe social constitue tôt ou tard une épreuve pour la pérennité de son organisation, voire de son existence. En outre, la recherche de gains n’est qu’un motif de comportement parmi d’autres, à la différence du modèle de l’homo œconomicus, qui n’a pour elle qu’une validité très restreinte permettant au mieux d’approcher certaines situations concurrentielles. On notera que c’est à l’aide de l’économie expérimentale qu’elle rejette ce modèle d’homo œconomicus comme point de départ pour comprendre la diversité des situations économiques :

It is now relatively well established, as a result of experimental research on social dilemmas, that the narrow model of “economic man” focused primarily on monetary returns—which has been the primary model of human behavior adopted by many social scientists—is not a good foundation for explaining behavior outside of open competitive situations (Janssen et Ostrom, 2006).

10Pour autant, il ne s’agit pas de supposer que tous les individus seraient purement altruistes :

On the other hand, social scientists must not assume that all individuals seek benefits for others, contribute to collective benefits, and thus are always “good guys.” Individuals are capable of learning to trust others and of following norms of reciprocity, but in every culture there exist some individuals who are well modeled by Homo economicus (Ostrom, 2005).

11C’est donc une anthropologie non essentialiste où l’appât du gain peut être une motivation mais où les « incitations » et conduites individuelles sont plus généralement orientées par des règles et des normes, elles-mêmes enracinées dans les valeurs sociales : « les incitations émanent d’engagements à l’égard des normes et règles d’une communauté » (Crawford et Ostrom, 2005, p. 174). D’ailleurs, pour Ostrom, le gain ou l’utilité qui motive l’individu est en fait la représentation – même erronée – qu’il s’en fait, et cette représentation est médiée par des valeurs culturelles et sociales (ainsi la récompense intérieure liée au respect d’une norme sociale) et ne se réduit pas aux composantes matérielles du gain. En outre, Ostrom ne fait pas référence à un processus de maximisation des gains espérés car elle s’inscrit dans un cadre de rationalité limitée explicitement dérivé d’Herbert Simon (Ostrom, 2010b) :

Individuals pursue goals but do so under constraints of limited cognitive and information-processing capability, incomplete information, and the subtle influences of cultural predispositions and beliefs (McGinnis, 2011).

12Si Ostrom emploie bien le terme de choix rationnel qui, lui aussi, peut prêter à malentendu, c’est pour faire référence au « behavioral rational choice », défini initialement par la psychologie cognitive où il désigne simplement un « processus de réflexion particulier appelé raisonnement » (Simon, 1976) et qu’elle qualifie de « seconde génération de la théorie du choix rationnel, qui incorpore des effets de signaux visuels et verbaux, des normes de réciprocité et d’équité, et une disposition à sanctionner ceux qui transgressent les règles » (McGinnis, 2011). Loin des analyses « hyper-rationnelles », la prise de décision des acteurs s’inscrit chez Ostrom dans des processus qui peuvent être non intentionnels, et même inconscients comme l’oubli, voire relever de la dissonance cognitive (cf. Ostrom, Basurto, 2011). L’individu est incapable d’évaluer objectivement l’ensemble des implications de ses actes ou ceux de ses congénères, et les acteurs opèrent des « bricolages » (tinkering) permanents pour s’ajuster à des conséquences imprévues. Bien que les institutions introduisent de l’ordre et de la stabilité dans ces contextes évolutifs, une incertitude demeure donc toujours sur la conduite à tenir, et l’interprétation subjective des individus est constamment à l’œuvre.

13Comme chez Simon, la notion d’apprentissage est alors centrale dans l’évolution de la conduite de ces individus faillibles et plongés dans l’incertitude, qui apprennent aussi de leurs erreurs (les processus d’apprentissage – eux-mêmes imparfaits – et le développement de connaissances nouvelles produisant à leur tour de nouvelles situations).

Learning and the generation of new knowledge are themselves marks of fallibility. Infallible creatures would have no need to learn and generate new knowledge. Fallible creatures need to accommodate their plans to changing levels of information and knowledge. (V. Ostrom, 1980 in McGinnis, 1999, p. 382).

  • 8 La théorie hayékienne de la fragmentation de la connaissance, issue du débat sur le calcul dans le (...)

14De plus, la connaissance est distribuée localement, ce qui va de pair avec une rationalité située. En effet, la grande diversité des systèmes écologiques et sociaux différencie les expériences et informations des individus qui les habitent, et donc leurs comportements et connaissances. Cela conduit Ostrom à relativiser la prétendue supériorité universelle d’une expertise technique extérieure à une société. Des systèmes vus comme primitifs, parce que liés à des « superstitions » locales (exemples frappants de systèmes rizicoles à Bali ou de systèmes d’irrigation au Népal dans Ostrom et Basurto, 2011), peuvent ainsi s’avérer plus performants que des systèmes dits rationnels et modernes car ils correspondent à une accumulation de connaissances au fil du temps par essais-erreurs, en adéquation avec le système social et écologique local. « Si la connaissance des experts peut être d’un grand apport pour la conception et la mise en œuvre de systèmes de ressources locales, en revanche imposer simplement un ensemble uniforme de règles formelles et ignorer la réalité écologique locale et les savoirs sociaux ne produit pas la diversité nécessaire pour apprendre de l’expérience » (Ostrom, Basurto, 2011). Cette insistance sur le caractère distribué et localisé des savoirs signale l’influence des approches évolutionnistes (Simon, Nelson et Winter) et rejoint la théorie hayekienne de la connaissance8.

15Ces caractéristiques s’inscrivent dans le concept de rationalité procédurale de Simon : l’individu ne calcule pas sa conduite en fonction d’un but connu ex ante – ce qu’il ne peut faire – mais construit un cheminement en exerçant à chaque étape sa capacité de raisonnement sur ses objectifs et ses moyens, en fonction de son environnement. Environnement qui inclut les normes sociales, les règles écrites et non écrites qui « informent » le comportement des individus (cf. Ostrom, Basurto, 2011). Toujours dans cette veine simonienne, la rationalité de l’école de Bloomington incorpore une dimension interprétative – d’où son attention particulière à la polysémie des règles et aux conflits qui peuvent en résulter : « nous dépendons du langage pour communiquer et l’ambigüité inhérente au langage peut aussi conduire à des processus inconscients de changement de règles. Les règles sont composées de simples mots […] ; un mot n’a pas toujours la même signification pour chacun de nous » (Ostrom et Basurto, 2011) –, et une dimension délibérative qui ne réduit pas la rationalité à des opérations computationnelles (Kechidi, 1998) mais l’inscrit dans des arènes de délibération et de choix collectifs.

1. 1. 2. Un atomisme méthodologique ?

  • 9 C’est est un élément de différenciation fondamental avec la théorie néo-institutionnelle.

16En conséquence, on n’est pas non plus en présence d’un atomisme méthodologique puisque l’individu n’est jamais une entité isolée chez Ostrom : il communique et interagit, éventuellement par imitation, au sein d’une ou plusieurs communautés d’appartenance. La figure de l’individu par excellence chez Ostrom est finalement celle du voisin (neighbour) inscrit dans une communauté locale où la confiance, la réciprocité, l’engagement et la réputation jouent un rôle central9, de même que les institutions assurant la circulation de l’information, la supervision et la résolution des conflits (en cas de conflits de voisinage par exemple). La notion d’action collective est d’ailleurs fondamentale chez Ostrom et n’est pas vouée à l’échec, non plus qu’à la réussite :

Individuals who want to achieve collective objectives over time must find a wide variety of institutional mechanisms that enable them to create fair rules of contribution and distribution and ways of monitoring people’s contributions without squelching [étouffer, écraser] cooperation by overmonitoring. Without these mechanisms, a few individuals can begin to grab benefits. Then, levels of trust and cooperation plummet rapidly. (Ostrom et Janssen, 2006)

17Loin des robinsonnades néoclassiques, l’individu chez Ostrom est donc socialisé, institutionnalisé et situé. Il se construit en société et au sein de groupes divers : « l’individu est subtilement influencé par des prédispositions et des croyances culturelles » (Janssen et Ostrom, 2006), « l’essentiel des normes est acquis dans le cadre de la communauté dans laquelle l’individu interagit fréquemment. » (Ostrom et Basurto, 2011). Nous sommes donc bien en présence d’un individualisme méthodologique complexe ou situé qui « ne prétend pas que les seules “causes” en histoire sont le comportement des individus, mais plutôt que ce sont les seules entités au comportement finalisé » (Boyer, 1992, p. 163). Cet individualisme méthodologique complexe est cohérent avec l’inscription de l’approche d’Ostrom dans la théorie des systèmes complexes.

1. 2. Une approche par les systèmes imbriqués complexes

  • 10 Ostrom a approfondi la théorie des systèmes complexes avec des chercheurs du Santa Fe Institute. Ce (...)

18La théorie des systèmes complexes est à la fois un schème d’explication du monde et une méthode d’exploration. C’est la double fonction attribuée par Ostrom à son cadre interprétatif SES (« social-ecological system », élargissant le cadre initial du « Institutional Analysis and Development framework » [IAD], cf. Ostrom, 2011, p. 7). Dans ce cadre d’analyse, la conception systémique10 de différents niveaux d’organisations socio-économiques doit tenir compte de deux impératifs en tension : i) distinguer des unités d’analyse, bien qu’elles soient toujours intégrées dans un système plus étendu ; et ii) articuler ces unités entre elles, alors qu’elles ont une certaine autonomie.

1. 2. 1. Saisir des entités analytiques dans des systèmes multiniveaux

19Que recouvre le cadre d’analyse SES ? Pour Elinor Ostrom, le monde se représente comme une imbrication de systèmes et sous-systèmes interagissants (nested systems) :

Building on top of the single individual are structures composed of multiple individuals – families, firms, industries, nations, and many other units – themselves composed of many parts and, in turn, parts of still larger structures. What is a whole system at one level is a part of a system at another level (Ostrom, 2005, p. 11).

20À la différence d’approches mainstream souvent réductionnistes (macroéconomie avec agent « représentatif »), Ostrom intègre les effets de composition et d’émergence entre niveaux (sur ces notions, cf. Hodgson, 1998). Comment comprendre alors qu’une partie du système puisse être individuée tout en étant affectée par ses relations aux autres sous-systèmes de l’ensemble ? Le concept d’unités imbriquées (nested units) supporte cette opération en se référant à la notion de holon empruntée à Koestler :

A “hierarchically organized whole cannot be ‘reduced’ to its elementary parts; but it can be ‘dissected’ into its constituent branches on which the holons represent the nodes of the tree, and the lines connecting them the channels of communication, control or transportation, as the case may be” (Koestler, 1973, p. 291). […] Thus, explanations occur at multiple levels and different spatial and temporal scales (Ostrom, 2005, p. 11-12).

21Puis cette approche systémique s’applique à identifier les systèmes de gouvernance qui caractérisent un sous-système au sein de la totalité sociale (en l’occurrence, des systèmes socio-techniques orientés vers l’administration de ressources communes : irrigation, service public de police, etc.) en même temps qu’ils informent les interactions entre sous-systèmes. Au plan empirique, cela permet au chercheur de circonscrire un objet d’étude – l’unité d’analyse (action situation) – tout en le conceptualisant comme un système imbriqué (nested) mais identifiable par une structure institutionnelle de pratiques et de règles caractéristiques.

  • 11 En France, le secteur associatif est une catégorie relativement proche de ce « voluntary sector ».

22Les interactions entre systèmes multiniveaux (par exemple, État central, régions et communes), de même niveau (par exemple, des juridictions voisines, des organisations professionnelles…) contribuent à la complexité du système – avec une multiplicité des centres de décision. D’où le concept de polycentricité, décliné notamment à différentes échelles territoriales (multi-level polycentricity : « unités locales, provinciales, nationales, régionales et globales »), en différents secteurs institutionnels (multi-sectoral polycentricity), constitués « d’organisations publiques, privées, associatives (voluntary)11, à base communautaire, hybrides » (McGinnis, 2011).

23Ces arènes de choix collectifs peuvent désigner des entités collectives imbriquées très diverses, du micro au macro, telles qu’une famille, une entreprise, une communauté d’usagers jusqu’aux arènes de choix constitutionnels d’une nation ou d’un groupe de nations :

Constitutional Choice: the processes through which collective choice procedures are defined, including legitimizing and constituting all relevant collective entities involved in collective or operational choice processes. Micro-constitutional choice: term used to emphasize the general relevance of constitutional choice processes to the construction of all kinds of collective entities, from very small to nation-states and beyond. (McGinnis, 2011).

24Des schèmes culturels de longue durée structurent ces multiples agencements constitutionnels. L’école de Bloomington affirme ainsi explicitement l’historicité des institutions, non amendables immédiatement par les individus :

Meta-Constitutional Level of Analysis encompasses long-lasting and often subtle constraints on the forms of constitutional, collective, or operational choice processes that are considered legitimate within an existing culture; many of these factors may not be amenable to direct change by those individuals under the influence of these cultural predispositions, but these cultural factors do change over time, in part as a consequence of changing patterns of behavior. (McGinnis, 2011)

25Ce cadre systémique porte l’anthropologie d’Ostrom, puisque l’individu ne peut être défini ni par lui-même (il serait alors un système fermé) ni par un état de la nature (une dotation génétique déterministe) : il se construit donc par des processus de socialisation, c’est-à-dire des interactions historicisées avec les structures qu’il rencontre, comme le décrit la psychologie sociale de Vygotsky et Piaget ou le concept d’incorporation de Bourdieu. Bref, quelle que soit la façon de le qualifier (individualisme méthodologique complexe, holindividualisme, individualisme enchevêtré, situationnel, etc. : cf. Chanteau, 2003 ; Labrousse, 2006), cet institutionnalisme constitue une théorie de l’action située, contextualisée, instituée, où il faut expliquer, comme chez Commons, comment les institutions contraignent, permettent, inventent des conduites individuelles et des actions collectives, et comment les individus contribuent à les faire évoluer.

26Pour l’économiste, outre l’intérêt des méthodes de la théorie des systèmes (analyse des effets de rétro-action en chaînes et en boucles, etc.), ce type d’approche aide à déplacer le regard pour réaliser, par exemple, que la performance d’un ensemble organisé – un marché, une entreprise, etc. – est toujours le produit de systèmes de règles multiniveaux autant que des capacités stratégiques des joueurs. Et, dans ce cadre, la performance repose sur des critères de soutenabilité, de viabilité et de résilience (cf. 2. 1.).

1. 2. 2. Échelle d’observation et point de vue du chercheur

  • 12 C’est aussi le programme d’une théorie de la régulation (Chanteau, 2013).

27Le chercheur devra toujours situer et interpréter ses résultats dans ce cadre heuristique SES où, à toutes les échelles d’observation, il faut situer l’unité observée comme un système socio-écologique imbriqué, et où il faut donc expliciter les interactions à la fois au sein du système étudié et avec les systèmes interagissant avec lui12.

Figure 1. Le cadre interprétatif SES (« social-ecological system »)
applicable aux situations d’action étudiées

Figure 1. Le cadre interprétatif SES (« social-ecological system ») applicable aux situations d’action étudiées

Source : Ostrom, 2011, p. 22.

28Aussi, selon le problème qu’il étudie, le chercheur devra choisir « le niveau de focalisation de l’analyse » (Ostrom, 2005, p. 13), un choix qui dépend de ses objectifs et des énigmes (puzzle) qu’il doit résoudre, de même que le choix d’une focale optique dépend de l’intention du photographe :

The IAD framework can be presented at scales ranging from exceedingly fine-grained to extremely broad-grained. Human decision making is the result of many layers of internal processing starting with the biophysical structure, but with layers upon layers of cognitive structure on top of the biophysical components […]. What is a whole system at one level is a part of a system at another level (Ostrom, 2005, p. 11).

29L’épistémologie des Ostrom se rattache en effet à un réalisme critique, constructiviste : « réalisme » car la finalité de la recherche est toujours de mieux comprendre le réel ; « critique » car le réel ne se donne pas à voir sans médiations, sans artefacts (idées, concepts, etc.) qui sont des constructions mentales actives, sélectionnées et transformées par l’esprit pour sonder et comprendre la complexité du monde. Le chercheur procède à un découpage, par sélection d’un fragment de réalité, et doit avoir conscience du caractère nécessairement partiel et faillible de son point de vue.

Somebody who takes the perspective of an omniscient observer will assume that he can “see” the “whole picture”, “know” what is “good” for people, and plan or pre-determine the future course of events. Such a presumption is likely to increase proneness to error. Fallible men require reference to decision-making processes where diverse forms of analysis can be mobilized and where each form of analysis can be subject to critical scrutiny of other analysts and decision-makers. (V. Ostrom, 1973)

30Si l’observateur ne saurait être omniscient, c’est que la rationalité limitée des acteurs sociaux s’applique également au chercheur lui-même. Ce constructivisme de la théorie ostromienne de la connaissance ouvre ainsi sur le pluralisme. Pluralisme dont nous étudions les modalités et les implications dans la partie suivante.

2. Outiller l’institutionnalisme : de l’usage raisonné du pluralisme des méthodes et des théories

31L’œuvre d’Ostrom se caractérise par un effort méthodologique important visant à conjuguer différentes méthodes, théories et modèles pour « pénétrer le réel » – selon une formule de Vince Ostrom. Il s’agit d’outiller le chercheur pour questionner ses terrains, construire des explications causales, organiser la théorisation et le cumul des connaissances, bref, pour déployer et transmettre des savoirs et savoir-faire opératoires au sein des communautés scientifiques. Mais comment une approche institutionnaliste qui intègre la variabilité dans le temps et dans l’espace peut-elle se nourrir des modèles de théorie des jeux ou des modèles multi-agents qui paraissent a priori étrangers à cette approche ? En explicitant la distinction qu’opère l’école de Bloomington entre « cadre heuristique », « théorie » et « modèle », nous montrons qu’il s’agit d’une épistémologie raisonnée qui organise le pluralisme méthodologique (l’étude ethnographique est aussi pratiquée) et la confrontation des théories. Ceci se manifeste, on va le voir, dès la construction d’une grille exploratoire ordonnant le diagnostic et l’analyse des règles institutionnelles (la « grammaire des institutions ») sur un mode non fonctionnaliste, permettant d’incorporer des éléments contingents et dépendants du sentier, des critères d’efficience pluriels appréhendés en dynamique.

2. 1. Une grammaire institutionnelle : outiller le chercheur pour saisir la diversité du réel

32La notion de « grammaire des institutions » est présentée par l’école de Bloomington comme centrale pour sa recherche (voir par exemple Crawford et Ostrom, 2005 ; Basurto et al., 2010).

2. 1. 1. Déchiffrer la diversité institutionnelle : une logique combinatoire

33La méthode consiste à rechercher des invariants structurels dont la combinaison permet de « comprendre la diversité des interactions humaines structurées » (Ostrom, 2005, p. 3) :

Can we dig beneath the immense diversity of regularized social interactions in markets, hierarchies, families, sports, legislatures, elections, and other situations, to identify universal building blocks used in crafting all such structured institutions? (Ostrom, 2005, p. 5)

34Ces invariants sont conçus comme un langage structuré par des règles (d’où le terme de grammaire) ayant pour effet de réduire l’imprévisibilité des conduites et donc l’incertitude au sein du système (Ostrom, 2005). La grammaire se construit alors ainsi :

  • Dans le prolongement direct de Commons et de Vince Ostrom, elle est définie par des ‘énoncés institutionnels’ comme des « contraintes et opportunités linguistiques partagées qui prescrivent, permettent ou proposent des actions ou des résultats aux participants d’une situation d’action » (Crawford, Ostrom, 2005, p. 138), énoncés dont les sciences du langage montrent qu’ils sont en interaction avec l’environnement biophysique et les attributs de l’entité sociale analysée (par exemple l’hétérogénéité ethnique) pour configurer la situation d’action.

    • 13 Une stratégie partagée, comparable à une convention, apparaît en l’absence d’énoncé prescriptif, co (...)

    Un énoncé peut avoir trois modalités (règles, normes, stratégies partagées), distinguées selon leur nature prescriptive ou non13 : l’énoncé d’une règle doit inclure la présence d’un opérateur logique de type « permet » (may), « oblige » (must) ou « interdit » (must not) ; ou « requiert » (require) dans le cas des normes.

  • Les systèmes de règles ainsi construits se décomposent en 7 éléments structurels (Ostrom, Basurto, 2011) : 1) Les règles de définition des rôles, 2) Les règles d’accès aux rôles, 3) Les règles d’allocation des ressources, 4) Les règles sur les procédures de décision collective, 5) Les règles d’information, 6) Les règles de contribution-rétribution, 7) Les règles délimitant les usages possibles des ressources. Ces règles, ou leur absence, se combinent ensuite pour caractériser le système institutionnel en vigueur dans une arène d’action donnée.

35La logique combinatoire permet ainsi de rendre compte, dans une approche structurale, de l’extraordinaire diversité des systèmes institutionnels, de repérer les configurations de règles en vigueur et leur évolution dans le temps. Dès lors, il ne peut s’agir de penser le marché et l’entreprise – ou les communs – comme des formes typiques (relativement invariantes) et alternatives – à la manière d’un Williamson (cf. partie 3 infra) – mais d’intégrer la diversité de leurs morphologies. Ainsi les modalités de fixation des prix dans des marchés comme le supermarché ou comme le bazar (Ostrom, 2005) sont-elles fondamentalement différentes car le contenu et la syntaxe de leur grammaire institutionnelle diffèrent :

Many differences in surface reality can result from the way these variables combine with or interact with one another. Thus, it is the configurational nature of the set of elements present in each of these layers that helps to explain the great complexity observed in the world. (Ostrom et Basurto, 2011)

36Cette insistance sur la structure linguistique a suggéré à tort que son institutionnalisme négligeait la matérialité des contraintes institutionnelles que le marxisme a au contraire privilégiée. Le rôle analytique de la grammaire institutionnelle ne réduit pas l’action des institutions à un pur agir communicationnel. Au contraire, Ostrom a toujours souligné combien l’environnement biophysique interagit avec le contenu des règles – dimension environnementale à l’inverse longtemps négligée par l’analyse économique –, et combien les règles et les niveaux de rétribution importent pour le niveau de coopération dans le groupe et sa performance économique. Et si l’analyse du conflit n’est de fait pas l’objet central d’Ostrom, elle le saisit cependant indirectement, en attachant de l’importance aux rules-in-use plutôt qu’aux seuls énoncés formels (Ostrom, Basurto, 2011). Ostrom se situe ici dans la lignée des courants de la « sociological jurisprudence » et du « legal realism », attentifs au droit en action (cf. Kirat, 1999).

37Il en est de même de son analyse de la propriété, finement décomposée en faisceaux de droits (bundle of rights : cf. Orsi, 2013) pour aller au-delà des oppositions simplistes et essentialistes entre propriété publique, privée et collective.

2. 1. 2. Contre la monoculture institutionnelle, une vision dynamique et multicritères de l’efficience et de la viabilité

  • 14 C’est aussi le titre de son livre essentiel Understanding Institutional Diversity dont l’introducti (...)

38Le caractère crucial, fondateur, de la diversité pour les sciences sociales comme les sciences du vivant constitue à n’en pas douter un leitmotiv de l’œuvre d’Ostrom où les termes de diversité, de variété, de multiplicité et leurs déclinaisons temporelles (variations, changements, dynamiques) sont récurrents14.

39À l’instar de l’approche darwinienne, la diversité est source d’adaptabilité potentielle à des évolutions futures, à des environnements changeants, à des chocs – et elle résulte d’ailleurs d’adaptations successives à l’évolution de ces environnements (eux-mêmes caractérisés par une grande hétérogénéité aux plans social et écologique). Ostrom met donc en garde contre la réduction artificielle de cette diversité qui résulterait de l’imposition par le « haut » d’un modèle prétendument optimal, ne tenant pas compte des spécificités et aspirations locales. On trouve donc chez elle une critique non dissimulée des programmes de développement caractérisés par la « monoculture institutionnelle », le « blueprint thinking », le « one-size-fits-all » (Ostrom, 2010b) et par des critères de conditionnalité et de performance extérieurs aux populations concernées (Ostrom, Basurto, 2011).

  • 15 Ces critères doivent être définis avec les populations concernées (et non imposées par le chercheur (...)

40Mais comment évaluer alors le degré de performance d’une organisation ? Les critères d’efficience que propose Ostrom ne se réduisent pas à l’efficacité marchande immédiate mais incorporent une vision dynamique et multicritères15 incluant l’équité et la soutenabilité. C’est dans la durée et non à un instant t que l’efficience d’un système apparaît, dans sa capacité à faire face à des chocs et à se transformer face à des évolutions endogènes et exogènes (critères de viabilité à long terme, robustesse et résilience), loin du cadre de l’optimisation et de l’efficience statique de l’analyse néoclassique (cf. McCartney, 2004 ; Van Staveren, 2012). La redondance organisationnelle – elle a par exemple étudié les effets du chevauchement des juridictions de police (Ostrom et al., 1974, 1979) – peut même permettre de réduire la vulnérabilité d’un système et d’augmenter sa résilience :

  • 16 Cf. Low et al. (2003) pour une comparaison détaillée et systématique de la redondance et de la robu (...)

[Il y a peu], les analystes politiques critiquaient simplement les systèmes polycentriques comme étant fortement inefficients en raison d’un niveau excessif de redondance. Ces critiques ont été émises sur la base de théories statiques de management optimal et non sur la base de recherches empiriques. Le simple fait de lister le nombre d’échelons gouvernementaux dans une région était vu par certains universitaires comme la preuve suffisante d’une gouvernance inefficiente. […] Les analyses des politiques publiques peuvent apprendre beaucoup du rôle important joué par la redondance dans la conception de systèmes physiques robustes, tout comme de l’étude sérieuse du système immunitaire humain et de sa capacité à faire face à des menaces externes grâce à la présence d’un grand nombre de systèmes apparemment redondants à même de se combiner et se recombiner afin de lutter contre de multiples types de menaces infectieuses16. La redondance est un moyen de faire perdurer des systèmes en présence de chocs externes et de dysfonctionnements internes. (E. Ostrom in Aligica, 2003, p. 13)

41En outre, cela réduit le coût d’erreurs graves à large échelle (big mistakes) et permet d’expérimenter une grande variété de systèmes :

La force de systèmes de gouvernance polycentrique est que chaque sous-unité dispose d’une autonomie considérable pour expérimenter avec des règles diverses pour un type particulier de ressources et avec différentes capacités de réponse à des chocs externes. En expérimentant avec des combinaisons de règles au sein d’unités à des échelles plus réduites, les citoyens et les agents gouvernementaux ont accès aux connaissances locales, obtiennent un retour (feedback) rapide de leurs propres changements de politique et peuvent apprendre des expériences d’autres unités parallèles. Au lieu de constituer un obstacle majeur à la performance systémique, la redondance permet de construire des capacités considérables. (ibid.).

42Si les acteurs sociaux ne sont pas en situation d’optimisation du fait de leur rationalité limitée, il en est donc de même des systèmes socio-écologiques qui ne sauraient être pilotés de manière simple et optimale. « On peut s’attendre à ce que tout système fonctionne à des niveaux qui ne sont pas optimaux du fait de l’immense difficulté à opérer un réglage fin de tout système complexe multiniveaux » (E. Ostrom in Aligica, 2003, p. 13). On ne trouve donc pas chez Ostrom ce que Gould et Lewontin (1979) ont qualifié de « panglossianisme », cette idée selon laquelle chaque élément du système aurait été sélectionné pour concourir au fonctionnement harmonieux de l’ensemble.

43Ce rejet du fonctionnalisme est en accord avec son évolutionnisme inspiré de Darwin (Hodgson, 2001) et de Nelson et Winter, tout comme avec les approches relevant de l’institutionnalisme historique, de l’old institutionalism à l’école de la régulation. Comme dans ces approches, l’accent est mis sur le caractère pour partie contingent de l’évolution, sur la dépendance du sentier et les phénomènes de verrouillage (lock-in). Les différents processus de changement des règles se caractérisent par la « génération de nouvelles alternatives, par la sélection d’attributs structurels au sein des combinaisons anciennes et nouvelles, et enfin par la rétention de combinaisons de caractères adaptés à un environnement particulier » (Ostrom, Basurto, 2011). Ils présentent certaines analogies avec les changements biologiques mais aussi des mécanismes distincts, incluant des processus relativement conscients (apprentissages et tâtonnements par essais-erreurs, imitations, transferts institutionnels etc.) et inconscients (oubli, désuétude, évolution de l’interprétation, épistasie culturelle, etc.). Mais si Ostrom a développé des outils opératoires pour enregistrer l’évolution des règles, sa théorie du changement constitue un chantier ouvert dont beaucoup d’éléments restent à préciser.

44L’accent mis sur les institutions, la diversité et le changement, la contextualisation des énoncés (Frischmann, 2013) rattachent ici encore la démarche d’Ostrom à l’institutionnalisme historique, tel qu’il est envisagé par Thelen et Steinmo (1992), Théret (2000) ou encore à la définition de l’historicité par Passeron (1991) : « Une discipline est historique dès que ses énoncés ne peuvent, lorsqu’il s’agit de les dire vrais ou faux, être désindexés des contextes dans lesquels sont prélevées les données ayant un sens pour ses assertions ». Le rôle de l’observation et de la comparaison dans le processus de théorisation en sont un autre indice.

2. 2. La trilogie cadre heuristique-théories-modèles

45Un lecteur peu familier d’Ostrom aura sans doute l’impression d’un syncrétisme théorique et méthodologique : ne mobilise-t-elle pas des courants théoriques et des modèles très hétérogènes, n’essaye-t-elle pas de maintenir le dialogue avec des approches économiques si diverses qu’elles en seraient incompatibles ? Cette impression s’estompe si l’on approfondit l’épistémologie de sa recherche qui distingue entre cadre heuristique, théorie et modèle.

2. 2. 1. Une distinction cruciale entre cadre heuristique, théories et modèles

46Pour l’école de Bloomington, la distinction entre cadre heuristique, théorie et modèle renvoie à des degrés de validité et de réalisme décroissants et à des fonctions heuristiques distinctes. Le cadre heuristique « permet d’identifier, de catégoriser et d’organiser les facteurs perçus comme les plus pertinents pour la compréhension d’un phénomène » (McGinnis, 2011). Ce cadre aide le chercheur à générer des questions et repérer des éléments potentiellement importants sur le terrain – c’est sa fonction exploratoire – et à comparer et classer les résultats de manière cumulative avec d’autres travaux sur des objets proches – c’est sa fonction de systématisation. Une théorie « pose des relations causales au sein d’un sous-ensemble de variables ou de catégories de facteurs en désignant certains types de facteurs comme particulièrement importants et d’autres comme moins critiques à des fins explicatives ». Les modèles « spécifient des relations fonctionnelles spécifiques au sein de variables particulières ou d’indicateurs, qui sont supposées opérer au sein d’un ensemble bien défini de conditions » (McGinnis, 2011).

47Dans cette trilogie, les cadres heuristiques « correspondent à la forme la plus générale d’analyse théorique » (Ostrom, 2011). Ils « cherchent à identifier les éléments universels que toute théorie relative à la même classe de phénomènes doit inclure » et « fournissent un langage métathéorique qui peut être mobilisé pour comparer les théories » (Ostrom, 2011). Moins générales, les théories permettent au chercheur de « préciser quels éléments d’un cadre heuristique sont les plus pertinents pour traiter de questions spécifiques et pour formuler des hypothèses de travail générales sur la forme et le poids de ces éléments ». Bien plus spécifiques encore, les modèles correspondent, eux, à une réduction intentionnelle et contrôlée de la réalité pour tester les hypothèses du chercheur, dont les résultats seront ensuite interprétés au travers de théories. « La logique, les mathématiques, les modèles de théories des jeux, les modèles multi-agents, l’expérimentation et la simulation, ainsi que d’autres moyens sont utilisés pour explorer de manière systématique les conséquences de ces hypothèses sur un ensemble limité de résultats. De multiples modèles sont compatibles avec la plupart des théories » (Ostrom, 2011).

48Les modèles n’ont donc pas de visée normative chez Ostrom : ses modèles de jeux ou multi-agents ne prétendent jamais refléter la réalité car ils ne sont que des fictions heuristiques que le chercheur doit multiplier pour approcher les multiples dimensions du réel. Voilà pourquoi elle fait appel à une pluralité de modèles et organise aussi une comparaison de différentes théories susceptibles d’éclairer un même objet.

49Ce pluralisme peut désarçonner un économiste « biberonné » à la dichotomie hétérodoxie/orthodoxie. Comment Ostrom peut-elle se réclamer de l’institutionnalisme de Commons, de la rationalité limitée et interprétative de Simon, de la complexité de Koestler et faire usage de modèles de théories des jeux dont les prémisses diffèrent ?

2. 2. 2. Les modèles chez Ostrom : un usage institutionnaliste et heuristique des jeux et des modèles multi-agents

50Ostrom fait un usage original, à la fois institutionnaliste et heuristique des modèles de jeux. Usage institutionnaliste car pour interpréter les résultats d’un jeu, le chercheur ne saurait dissocier les comportements des joueurs des institutions artificielles du jeu (règles du jeu, conditions de l’expérimentation s’il est testé en économie expérimentale, normes sociales que les joueurs ont incorporées, etc.) ; usage heuristique car ces résultats doivent être confrontés aux conclusions tirées d’autres outils de modélisation, aux terrains ethnographiques et aux statistiques. L’usage d’un modèle de jeu n’est jamais normatif ou clos sur lui-même mais un moment particulier dans le processus heuristique.

  • 17 Hardin présente une métaphore de ce dilemme, que d’autres comme H. Scott Gordon ou Vernon L. Smith (...)
  • 18 Ses présupposés idéologiques demanderaient également à être explicités : Hardin était biologiste, e (...)

51Le contraste entre l’usage ostromien de la modélisation et des usages plus mainstream est manifeste dans le débat qui l’a opposée aux tenants de la Tragédie des communs. L’auteur de cet article, Garett Hardin (1968), applique un raisonnement de type dilemme du prisonnier17 dont la séquence argumentative tait les hypothèses sous-jacentes18 : absence de communication entre les acteurs, absence d’apprentissage, rationalité optimisatrice (et non limitée à la Simon), absence d’institutions, propriété commune assimilée à un libre accès, etc. Et Hardin ne s’interroge pas sur la pertinence de ce modèle par rapport aux situations concrètes de common pool resources, assimilant de facto situation fictive du modèle et situations réelles. Il embraye enfin sans plus de procès sur une double prescription normative (passage à des droits de propriété privée individuels ou centralisation de l’allocation des ressources par une sorte de dictateur bienveillant).

52Autrement dit, Hardin, Gordon ou Smith universalisent sans le dire une configuration sociale très particulière (absence des 7 types de règles dégagés par Ostrom), leur modèle de jeu non coopératif reflétant une anthropologie agonistique, « peuplée de monades calculatrices, anonymes, engagées dans une lutte sans merci » (Locher, 2013), qui inspira les premières recherches en théorie des jeux liées au contexte de la seconde guerre mondiale puis de la guerre froide (Mirowski, 2001). Une telle anthropologie est rarement pertinente pour comprendre le fonctionnement quotidien de beaucoup de sociétés, en l’occurrence des communautés d’éleveurs. Et la prédiction du modèle de la Tragédie – à savoir le champ de boue lié à la surexploitation des ressources communes – a été contredite tant dans ses présupposés que ses conclusions par les nombreuses études empiriques comparatives, menées notamment par Ostrom et son équipe et par la suite modélisées avec d’autres types de jeux. En somme, ce n’est pas la modélisation qui pose ontologiquement problème mais son usage particulier :

En général, je ne suis pas opposée à la modélisation et à l’usage de modèles dans l’analyse des politiques. Je suis opposée à l’usage persistant de modèles type “dilemme du prisonnier” et de la métaphore de la “tragédie des communs” alors que des années de recherche aussi bien en laboratoire que sur le terrain ont remis en question leur applicabilité universelle (E. Ostrom in Aligica, 2003, p. 8).

  • 19 Elle introduit également des paramètres affectant les gains nets attendus par l’individu s’il obéit (...)

53La démarche d’Ostrom, comme la genèse intellectuelle de son programme de recherche, sont foncièrement différentes de celle de Hardin. Ses premiers travaux (Ostrom, 1965) – une thèse sur la gestion du bassin hydrographique côtier occidental de la Californie du Sud – étaient à forte composante ethnographique. Elle disposait ainsi d’un point de vue beaucoup plus riche et réaliste sur le sujet que les théoriciens de la Tragédie. Ce n’est que dans un second moment de sa carrière qu’elle a mobilisé des modèles de théorie des jeux, pour en faire un usage institutionnaliste. Elle montre ainsi qu’en faisant évoluer les hypothèses et en multipliant les modèles (qu’elle complexifie progressivement en introduisant des jeux répétés, de la rationalité limitée, des systèmes de règles à un ou plusieurs niveaux, de la communication et de la délibération entre acteurs, etc.19), on peut produire des modèles de jeux où les comportements coopératifs augmentent et correspondent mieux aux régularités observées sur le terrain (son article “Coping with the tragedies of the commons” l’illustre bien : Ostrom, 1999a).

54Ostrom note par ailleurs que le choix d’un type de modélisation doit varier selon la complexité de l’objet à modéliser :

Game-theoretical analysis is drawn on and expanded in this book in several ways. First, I do not confine analysis to those situations that are simple enough to be analyzed as formal games. […] Many other significant situations – particularly where rules are the object of choice – are too complex to be modelled as a simple game. […] Second, I dig further to develop a consistent method for overtly analyzing the deeper structures that constitute any particular action situation. For some game theorists, this deeper structure is irrelevant once the structure of a game itself is made explicit. Third, the narrow model of human behavior used in game theory is viewed as one end of a continuum of models of human behavior appropriate for institutional analysis. (Ostrom, 2005, p. 7)

  • 20 Cf. par exemple l’étude de la transition vers la norme salariale fordiste à l’aide d’un modèle de j (...)

55Faire appel à des modèles de théorie des jeux n’est donc pas nécessairement le marqueur d’une approche standard, comme en témoignent aussi certains travaux conventionnalistes et régulationnistes20.

56Des modèles « multi-agents fondés empiriquement » peuvent également être employés pour formaliser des situations micro plus complexes, avec des agents hétérogènes. Comme pour les modèles de jeux, leur usage constitue pour Ostrom un moment heuristique parmi d’autres. Ces modèles se nourrissent de l’empirie, en même temps qu’ils alimentent de nouveaux questionnements pour explorer et théoriser les situations empiriques ou encore tester des théories :

Many reasons exist for the current development of empirically based agent-based models. […]. More relevant data have become available in recent years. For example, scientists can now use large volumes of high-quality data of stock-market transactions, the exchange of emails on the Internet, consumer purchases, and satellite data providing accurate over-time remotely sensed data for land-cover changes.
Furthermore, the increasing use of laboratory experiments in the social sciences has called into question some of the initial, simple models of human interactions in social-dilemma situations that study conflicts of decision making between benefits derived by the individual or groups.
Agent-based models provide a tool to examine the theoretical consequences of more complex assumptions. Empirical information, both qualitative and quantitative, can be used in a variety of ways. It can be used as input data to a model or as a means to falsify and test a model. When it is used as an input, the focus might be to study a particular situation, i.e. the situation from which the data is derived. When it is used to test the model, the model might aim for some generalizable arguments that can be tested against new empirical cases
(Janssen et Ostrom, 2006).

  • 21 On trouvera chez Janssen et al. (2011) un exemple récent d’aller-retour entre expérimentations de t (...)

57Le même constat peut être fait à propos de l’usage des expérimentations par le Workshop de Bloomington. L’expérimentation de terrain, comme l’expérimentation en laboratoire, représente une situation sciemment artificielle permettant d’isoler certaines variables, mais sa validité externe (au-delà du strict cadre expérimental) est toujours questionnée tandis que les régularités obtenues sont mises en regard des résultats d’autres enquêtes qualitatives et quantitatives21. Vince Ostrom a résumé ainsi l’approche du Workshop : « nous nous efforçons de combiner les approches formelles, le travail de terrain et les expérimentations afin de “pénétrer” la réalité sociale plutôt que d’user de techniques formelles afin de nous en “distancier” » (V. Ostrom in Aligica, 2003, p. 2).

2. 2. 3. Un pluralisme méthodologique et disciplinaire contrôlé, une forme de pragmatisme 

58Dans leur introduction à Working together (Poteete et al., 2010, p. 4), Elinor Ostrom et Amy Poteete déclarent : « l’important n’est pas de prouver que l’hypothèse est correcte, mais bien de découvrir quelque chose. S’en remettre à une seule approche revient à s’entraver ». Comme on l’a vu, on ne saurait comprendre l’usage de telle ou telle méthode chez Ostrom en l’isolant du processus heuristique d’ensemble caractérisé par des aller-retour entre théorisations et explorations du réel et en le disjoignant des autres méthodes auxquelles elle recourt. Car fondamentalement, son épistémologie repose sur l’idée de l’incomplétude foncière de chaque méthode prise isolément et donc sur une combinaison organisée de plusieurs méthodes. Elle est donc très critique sur « les chercheurs qui appliquent une méthode unique sans discrimination, en faisant abstraction de son adéquation ou non à un projet de recherché donné » (Poteete et al., 2010, p. 14) :

Neither theory nor methodological techniques substitute for a thorough familiarity with the data, gained from diagnostic tests and data exploration. Visualization techniques such as graphical analysis and simple statistical techniques such as cross-tabulations bring empirical regularities and patterned variation into focus (Achen 2002, 2005; Shalev 2007). Data exploration draws attention to potential causal heterogeneity, non-linear relationships, interaction effects, and other aspects of the data that are obscured by more sophisticated multivariate techniques. Thus thorough data exploration contributes to theory testing and development by complementing more sophisticated forms of data analysis and drawing attention to empirical patterns that call out for theoretical explanation. (Poteete et al., 2010, p. 12).

  • 22 Par ailleurs, l’importance de l’observation dans le processus de théorisation, la méthodologie de l (...)

59Ostrom et Poteete ont par ailleurs passé en revue les hypothèses sous-jacentes, problèmes et apports de chaque méthode, qu’il s’agisse de formalisation, de techniques quantitatives ou qualitatives, en montrant combien elles sont contraintes par l’évolution des pratiques des communautés scientifiques et des institutions qui les encadrent (Poteete et al., 2010). Pour elles, « les discussions méthodologiques prennent rarement en compte les contraintes pratiques et professionnelles et sont donc de peu de secours pour faire face à ces contraintes » (Poteete et al., 2010, p. 8). Leur insistance sur la dimension collective de la recherche, sur les pratiques, les règles heuristiques et le cadre institutionnel et organisationnel dans lequel s’enchâssent les communautés épistémiques et les carrières, est ainsi proche du pragmatisme de Dewey, Peirce et James22. Cela est cohérent avec les références à Veblen et Commons dont l’approche est également fortement marquée par le pragmatisme (Bazzoli et Dutraive, 2006).

  • 23 On remarquera qu’Ostrom applique la rationalité limitée et procédurale de Simon au chercheur lui-mê (...)

60Cette dimension collective et collaborative de la recherche est d’autant plus fondamentale que les capacités cognitives, le temps et les ressources matérielles du chercheur sont limités23 alors même que la sophistication croissante des techniques forme des barrières à l’entrée souvent rédhibitoires. La collaboration permet de mieux maîtriser et de combiner des techniques et disciplines complémentaires autour d’un objet commun : « Combiner des méthodes plurielles pour s’attaquer à des énigmes théoriques fondamentales permet d’accroître le degré de confiance dans les régularités observées » (Ostrom et Basurto, 2011). C’est aussi par la collaboration que peut prendre place une double interdisciplinarité avec les sciences du vivant et au sein des sciences sociales. Cela permet de développer une économie politique qui fait de l’économie une science sociale à part entière, loin de toute velléité impérialiste : « J’ai consacré ma carrière académique au développement de théories fondées empiriquement, afin de surmonter le profond fossé séparant l’économie des autres sciences sociales dans la mise en œuvre d’une analyse institutionnelle comparative » (E. Ostrom in Aligica, 2003, p. 7). Ce qu’Ostrom qualifie, suivant Simon, de « potlatch interdisciplinarity », échange réciproque et généreux entre disciplines (Ostrom, 2007, p. 239-240).

61L’effort d’intégration des connaissances repose également sur un travail comparatif de très grande ampleur, avec des méta-analyses portant sur plusieurs milliers d’études de cas (pour les seules études qualitatives).

62L’approche d’Ostrom se caractérise donc par un effort méthodologique et épistémologique remarquable, visant à outiller le chercheur en tenant compte d’un ensemble de contraintes professionnelles, pratiques et cognitives. Cela débouche sur une épistémologie organisant et filtrant le pluralisme des théories, des modèles et des disciplines et leur articulation dans un cadre heuristique doté d’une forte cohérence. Si cette épistémologie ne saurait bien entendu résoudre tous les problèmes auxquels sont confrontés les chercheurs en économie politique (par exemple, la nature de la distinction entre cadre heuristique et théorie mériterait d’être discutée), elle permet de jeter un regard plus affûté sur la diversité et la complexité du réel.

3. Quelques controverses éclairantes

3. 1. Ostrom, théoricienne d’une « troisième voie » entre État et marché, entre public et privé ?

  • 24 Voir par exemple la nécrologie parue dans Le Monde en juin 2012, dont un intertitre est « Une trois (...)
  • 25 Voir par exemple Legleye (2011). Définir l’ESS entre État et marché n’est toutefois pas commun à to (...)

63L’influence des travaux d’Ostrom dépasse largement le cercle scientifique, grâce au prestige médiatique du prix dit « Nobel » attribué par la Banque de Suède mais aussi parce que des acteurs socio-économiques ont trouvé intérêt à la mobiliser comme ressource argumentative pour défendre leurs positions – souvent contre la pensée dite libérale en France. Ses travaux ont ainsi été invoqués pour faire reconnaître au plan politique la notion de « commons » et la performance d’organisations productives locales et non définies par un critère classique de propriété individuelle ou étatique. Dans un contexte idéologique saturé par la pensée néolibérale qui oppose binairement biens privés et biens publics en même temps que la pensée néo-institutionnelle oppose marché et organisation, Ostrom est souvent perçue comme la théoricienne d’une « troisième voie » entre État et marché, public et privé24. Penser l’économie sociale et solidaire (ESS) comme un « tiers secteur » tend aussi à conforter cette vision25. Or cette lecture ne saurait être déduite de la démarche scientifique d’Ostrom. Une meilleure compréhension de celle-ci permettrait de mieux rendre compte des enjeux que porte l’ESS et, au-delà, la diversité des organisations économiques au sein du capitalisme.

3. 1. 1. La « troisième voie », un contresens théorique et méthodologique

  • 26 C’est nous qui soulignons.

64« Les résultats de ses études permettent de mettre en avant l’existence d’une troisième voie, entre le marché et l’État, pour la gestion des ressources communes. Elle montre à travers de multiples exemples que les communautés locales peuvent parvenir par elles-mêmes à mettre en place une gestion efficiente, sans avoir recours aux autorités publiques ou au marché » affirment par exemple Hollard et Sene (2010, p. 443). Dans un article par ailleurs très stimulant, Baron, Petit et Romany affirment aussi que l’« un des apports essentiels des travaux d’E. Ostrom a été de mettre en avant l’existence et la pertinence d’une “troisième voie”. […] Il s’agit donc de démontrer que des formes d’organisation locale, efficaces en termes de durabilité des systèmes socio-écologiques, […] peuvent se maintenir dans le temps, en l’absence d’une coordination par le marché ou d’une intervention de la puissance publique. » (Baron et al., 2011, p. 13)26.

65Certes, Elinor Ostrom et son mari n’hésitent pas à porter des jugements sévères sur des dirigeants étatiques ou sur des acteurs de marché, mais n’en font jamais une généralité :

State officials, or those who control state power, can be as predatory as the most self-serving and avaricious capitalists. We cannot, however, assume that all heads of state are birds of prey even when some of them view corruption as the lubricant that keeps the machinery of state in motion and consider the modus vivendi of politics as learning how to ’steal cleverly’ (Hyden, 1980: 196). (V. Ostrom, 1999, p. 180).

66Les Ostrom ne manquent pas non plus de pointer des cas d’inefficience d’experts publics ou privés, non pas à cause de leurs caractéristiques intrinsèques mais parce qu’ils sont potentiellement moins informés et différemment concernés que les populations locales, ou ignorants des médiations sociales nécessaires à la mise en œuvre efficace d’une solution technique. Et ils dénoncent tout autant la généralisation du principe de concurrence et des droits de propriété individuels. Mais, de manière significative, ils ne se privent pas non plus de dénoncer les ONG dont « les soi-disant programmes participatifs […] ne supposent guère plus que des conférences téléphoniques, en ne donnant de fait que peu de responsabilités supplémentaires [aux communautés locales] » (V. Ostrom in Agilica, 2003, p. 11).

  • 27 De même, d’autres auteurs titrent sur « Beyond states and markets » sans théoriser un concept de «  (...)

67Certains titres de leurs articles – cf. par exemple Ostrom (2010) – peuvent certes prêter à confusion pour un lecteur francophone, mais on n’y trouve pas la définition théorique d’une « troisième voie »27. Hollard et Sene (2010, p. 443) interprètent incorrectement la citation d’Ostrom sur laquelle ils s’appuient :

if this study does nothing more than shatter the convictions of many policy analysts that the only way to solve common pool resource problems is for external authorities to impose full private property rights or centralized regulation, it will have accomplished one major purpose (Ostrom : 1990, p. 182).

68Elle vise à réfuter les prétentions du tout-marché ou du tout-État, ce qui est logiquement et substantiellement différent de l’affirmation d’une organisation alternative, « entre marché et État » ; et de fait, pour Ostrom, ce qui est « par-delà les marchés et les États » (l’usage du pluriel est ici révélateur), c’est le caractère souvent polycentrique des systèmes de gouvernance incorporant différentes catégories d’acteurs privés, publics, associatifs et différents niveaux de gouvernement. Sans doute, le malentendu s’est-il instauré d’autant plus facilement qu’il peut faire écho à la revendication d’une « deuxième gauche » moins étatiste, mais sur ce terrain politique aussi le problème demeure : suivant l’inspiration jaurésienne, la deuxième gauche se positionnait entre « tout-marché » et « tout-État », et non pas entre État et marché.

69Aussi, l’indéniable empathie que les Ostrom exprimaient pour les organisations locales qu’ils étudiaient ne signifie pas qu’ils les considèrent comme systématiquement supérieures à tout autre type d’organisation. Plus encore, invoquer leurs travaux devrait conduire à penser aussi l’ESS dans sa diversité – et non comme « un » mode d’organisation alternatif –, de la même façon que les Ostrom ont analysé la diversité des modes de gestion possible des common-pool resources. Il y a donc ici un contresens dommageable.

70En effet, quand Vincent et Elinor Ostrom démentent explicitement qu’ils théorisent une « troisième voie », il s’agit moins d’une position politique que d’une application de leur méthode scientifique. À la question « vous avez mis en garde à de multiples reprises contre les limites d’approches analysant la réalité sociale uniquement en termes de concepts polaires comme le “marché” ou “l’Etat”. […] Votre vision fonde-t-elle une sorte de “troisième voie” théorique ? », Vince Ostrom répond :

I would be very reluctant to say that. […] Dichotomies should be avoided in the social sciences. […] Instead, we should expect to find some combination of market and non-market structures in every society, and we should recognize the complex configuration of institutions behind labels such as “capitalism”. We might usefully think about combinations of private and public economies existing side by side. […] Not all forms of public enterprises are, or need to be, state-owned and operated. Various forms of communal or public ownership may exist apart from state-ownership. Markets are diverse and complex entities. Markets for different types of goods and services may take on quite different characteristics. Some may work well under the most impersonal conditions. Others may depend upon personal considerations involving high levels of trust among trading partners. In other words, the options are much greater than we imagine if we don’t allow our minds to be trapped within narrowly constrained intellectual horizons. (V. Ostrom in Aligica, 2003, p. 1-3)

  • 28 Et Elinor Ostrom précise que : « la pauvreté des oppositions entre privé et public, marché et État, (...)

71Leur réponse montre donc clairement que, pour rester cohérente, l’analyse morphologique doit se fonder sur les possibilités combinatoires de leur grammaire institutionnelle et non postuler des idéaux-types alternatifs (ce qui relèverait d’une logique dichotomique contradictoire avec cette combinatoire28) : les structures des situations analysées sont toujours en interaction avec les autres, quelle que soit la spécificité de leurs arrangements institutionnels qui leur confèrent une relative identité et autonomie (cf. section 3. 2. infra).

  • 29 Certains objecteront que c’est précisément la différence entre économie sociale et économie solidai (...)

72Au plan empirique, l’observation confirme abondamment qu’un système identifiable (par exemple une association) n’est pas « entre » d’autres systèmes mais construits à partir d’eux et évolue en interaction avec eux. De fait, en pratique, de nombreuses entreprises à statut d’économie sociale (coopératives, mutuelles mais aussi certaines associations) ont des activités marchandes (agriculture, assurance, culture, etc.) et nombre d’entre elles (mutuelles et associations) interviennent aussi en opposition, en complément voire en délégation de l’action étatique (social, santé…)29. Leur constitution est aussi régie par des règles de droit (cadre de la loi 1901 pour la plupart des associations en France, par exemple). Certes, les statuts ne sont pas tout, comme l’a bien rappelé le mouvement de l’économie sociale et solidaire depuis la fin des années 1990 en France, mais cette observation s’applique aussi aux sociétés commerciales, dont le statut de sociétés de capitaux n’empêche pas que le rapport salarial y mobilise aussi de la coopération, de la gratuité, etc. Si des distinctions existent de fait entre économie sociale et solidaire et autres formes d’organisation économique, ce n’est donc pas à cause d’une différence de nature mais en raison de la combinatoire de normes sociales, de règles formelles et informelles qui modèlent leurs morphologies respectives.

3. 1. 2. « Communs », « public », « privé » : des confusions à éviter, des composites à reconstruire

  • 30 C’est à partir de cette conception du « public » qu’il faut comprendre comment les Ostrom s’inscriv (...)

73Ces difficultés d’interprétation sont souvent liées à l’usage de concepts dans des sens différents de ceux proposés par l’école de Bloomington. Ainsi, dans les lectures francophones d’Ostrom, il y a parfois un glissement de sens malencontreux entre deux notions de « bien commun » : 1) le bien commun comme type particulier de bien, matériel ou immatériel, au sein de la typologie classique distinguant biens publics, biens de club et biens privés, et 2) le bien commun comme finalité sociale et politique, comme un idéal partagé. Il en est de même des notions de « public » et « privé ». La notion de « public » est souvent entendue par Ostrom « au sens de Dewey (1927) : tout groupe, quelle que soit sa taille, qui est affecté par une question ou un problème essentiels » (McGinnis, 2011). De ce fait, l’économie publique (public economy) selon l’école de Bloomington est un champ d’action collective qui « incorpore toutes les organisations pertinentes – qu’elles soient publiques, privées, volontaires ou sur une base communautaire – qui sont actives dans un domaine donné de politique publique (public policy) » (McGinnis, 2011)30. Et l’entreprenariat ne se limite pas à l’entreprise à but personnel. La public entrepreneurship est ainsi définie : « Dans la mesure où les processus institutionnels requièrent l’action concertée de nombreux individus, une fonction particulièrement critique est assurée par les entrepreneurs qui proposent une vision nouvelle et attrayante ou des solutions pratiques innovantes face aux problèmes de gouvernance » (McGinnis, 2011). La notion de public ne renvoie donc pas au statut des agents, pas plus qu’à une forme de droits de propriété.

74Or superposer les notions de biens privés, publics et communs avec celles de propriété privée, publique et commune (voir par exemple, Hollard et Sene, 2010, p. 444 : « la propriété de ces biens [les communs] n’est ni privée, ni publique, mais collective ») est là encore source de confusions dommageables. Or, comme le rappellent Ostrom et Hess (2008, p. 119), cela fait partie de la « troïka de confusions qui obscurcit le débat » sur les droits de propriété car « il n’y a pas de correspondance entre catégories de biens et régimes de propriété » : ainsi « les common-pool resources peuvent être détenues par des gouvernements locaux, régionaux ou nationaux, par des groupes communaux, par des individus privés ou des entreprises ».

  • 31 Au sens des règles qui régissent les rapports entre personnes physiques ou morales.

75La dichotomie usuelle « public » / « privé » n’est donc pas plus opérante que la dichotomie État/marché pour penser l’économie sociale et solidaire. Ce que démontre d’ailleurs aussi la polysémie de ces termes : quand « public » se réfère à la philosophie politique habermassienne, alors le fait associatif peut être compris comme une forme d’espace public bien qu’il relève du droit privé31 ; de même, le champ du « service public » intègre des entreprises privées de l’ESS qui réalisent ces missions par agrément, commande publique, etc. ; le terme « privé » est, lui, souvent compris dans le seul sens de propriété individuelle, alors qu’il englobe aussi des formes de propriété commune et néanmoins privative car excluant ceux qui ne détiennent pas un droit sur cette propriété (cas d’une mutuelle, par exemple).

76Autrement dit, si l’approche ostromienne permet de théoriser l’économie sociale et solidaire – ce qu’elle n’a pas elle-même fait –, c’est à partir de sa logique combinatoire et non d’une supposée « troisième voie ». Il y a donc un enjeu pratique et scientifique à revenir sur sa méthode institutionnaliste, notamment sur :

  • sa grammaire des institutions, qui aide à repérer et penser la diversité des formes organisationnelles de l’économie, y compris l’ESS où se côtoient des associations de fait et des entrepreneurs sociaux dirigeant des sociétés de capitaux, des sociétés coopératives d’intérêt collectif dont les actionnaires sont des entités privées et publiques, personnes morales et physiques, dont les statuts au travail (salarié, bénévole, élu…) sont variés, etc.

    • 32 « L’entreprise (corporation) moderne en fournit un exemple. Depuis, les travaux fondateurs de Coase (...)

    son anthropologie, qui n’est pas essentialiste mais située : non seulement les acteurs privés, publics ou associatifs interagissent mais surtout, ils ne disposent pas de caractéristiques de comportement en soi (l’entrepreneur individuel n’est pas par essence plus ou moins égoïste qu’un dirigeant associatif, et peut œuvrer aussi pour le bien commun comme certains dirigeants associatifs peuvent agir de manière prédatrice) : c’est notamment le système institutionnel de la situation d’action qui joue un rôle déterminant en favorisant des comportements favorables ou défavorables à la collectivité – et ainsi le cadre d’analyse IAD ouvre sur des domaines d’application féconds en économie des organisations et en économie industrielle, au-delà des communs de ressources naturelles ou de la connaissance, comme l’entreprise moderne qu’Ostrom n’a pas elle-même étudiée mais qu’elle a envisagée comme un prolongement possible de son approche32.

77Les dichotomies (État/marché, public/privé, etc.) sont foncièrement en contradiction avec la méthode conjonctive, structurale et constructiviste d’Ostrom : « nous devons veiller à ne pas réifier les concepts et les modèles conceptuels – les traiter comme s’ils étaient des réalités. Nous devons éviter les dichotomies simples. » (V. Ostrom in Aligica, 2003, p. 6). Pour Frischmann (2013, p. 393), disciple d’Elinor Ostrom et membre de son Workshop, les deux leçons majeures d’Ostrom sont les suivantes « 1. Embrassez la complexité et le contexte – ou tout simplement, la réalité […] Méfiez-vous de la myopie induite par les modèles, des panacées supposées et du raisonnement binaire. […] 2. Embrassez les savoirs (learning) évolutionnaires, systématiques, au travers d’une variété de méthodologies, théories et approches empiriques – incluant les études de cas – interdisciplinaires. Méfiez-vous des œillères disciplinaires et méthodologiques ». Préceptes qu’Ostrom a effectivement pratiqués tout au long de sa carrière. Par exemple, ses recherches sur le service public de police mettent en évidence la coproduction des services publics de police par des départements de police « de proximité » et les citoyens des communautés concernées (Ostrom et al., 1974, 1979 ; voir aussi Boettke et al., 2013). De même, ses travaux sur les communs montrent que ceux-ci reposent sur « un riche mélange (mixture) d’instrumentations publiques et privées » (Ostrom, 1990, p. 182), « riche mélange d’institutions “publiques” et “privées” qui défie les classifications reposant sur une dichotomie stérile » (ibid., p. 14). Ce caractère mixte se retrouve dans le cas des semi-communs comme les logements en copropriétés et les firmes « où de nombreux individus vont travailler, habiter et jouer dans le siècle à venir et qui seront gouvernés par des systèmes mixtes avec des droits de propriété individuels et communaux » (Ostrom, 1999b, p. 352). D’où l’importance, politique et analytique, de penser ces composantes non de manière isolée et disjonctive mais en termes d’associations, de complémentarités et de tensions au sein de systèmes composites et polycentriques, à l’aide d’une grammaire combinatoire des institutions et d’une approche par la complexité. Cette démarche morphologique éclaire sous un jour nouveau les notions d’autonomie des communautés et leurs relations à l’État, en reliant et combinant différents sous-systèmes à de multiples échelles d’action.

3. 2. Ostrom, théoricienne de communautés autarciques et harmonieuses ?

78Sans doute ces contresens dans la réception française d’Elinor Ostrom s’alimentent-ils d’un autre contresens sur les notions de « self-governance » et de « community », souvent vues comme des communautés soudées et sympathiques agissant « en l’absence de l’État » voire en opposition à celui-ci. Mais dans sa philosophie sociale, il n’y a pas « séparation » des pouvoirs – par exemple entre une société civile (qui incarnerait le politique) et l’État (qui aurait le monopole de l’administration de la chose publique) – mais au contraire interaction entre systèmes organisés et composites (à différentes échelles géographiques, sectorielles, etc.) : l’État, en particulier dans sa déclinaison communale, est même partie prenante de la communauté. Mobiliser l’approche ostromienne doit donc se faire de façon prudente et contextualisée, tant la différence est grande entre les cultures politiques française et américaine.

3. 2. 1. Quels sens prêter aux notions de community, d’autonomy et de self-governance ?

79Ce qui, pour Ostrom, définit une communauté n’est ni le concept de « société civile », au demeurant fort polysémique (Colliot-Thélène, 2003), ni une forme organisationnelle : primordiale pour Elinor Ostrom est la nécessité et la volonté de résoudre des problèmes communs dans un cadre d’action collective. Puis, de façon variable selon le contexte, la structuration de cette action collective par des règles (cf. section 2) construit peu à peu l’identité particulière au groupe et sa souveraineté relative. La communauté doit donc être entendue dans le sens anglophone très large des social sciences « qui recouvre la notion d’existence d’un collectif quel qu’en soit le type, mais doté de souveraineté » (Allaire, 2013, ce numéro). Ceci ne fait en rien de la self-governed community un idéal-type de Gemeinschaft solidaire comme le conçoit Tönnies (1887) par exemple. La communauté n’est ni idéalisée, ni a-conflictuelle ou « folklorique ». Ostrom critique au contraire ceux « qui attribuent à ces communautés une sorte d’aura archaïque ou exotique » (E. Ostrom in Aligica, 2003, p. 8). Surtout, le conflit est une composante structurante de la communauté, d’où l’importance des règles d’arbitrage, de sanction, de contrôle dans l’analyse d’Ostrom, où la fabrique des institutions est « un processus difficile, chronophage, source de conflits » (Ostrom, 1990, p. 14), où les arènes d’action sont définies comme « des espaces sociaux où des participants dotés de préférences diverses interagissent, échangent des biens et services, résolvent des problèmes, exercent une domination les uns sur les autres (dominate one another), ou se combattent » (Ostrom, 2005, p. 14). Certes, il a été noté que les Ostrom théorisaient le conflit comme un problème cognitif engendré par des divergences d’interprétation, de cartes cognitives, mais ils n’en font pas pour autant un problème de pure connaissance : ils insistent notamment sur l’importance d’un système de règles de contribution et de rétribution équitables pour éviter que « quelques individus puissent commencer à s’accaparer des bénéfices », provoquent un « effondrement des niveaux de confiance et de coopération » (Janssen et Ostrom, 2006) et en « fassent payer le prix le plus élevé aux sans-pouvoir et sans-défense » (Ostrom et Basurto, 2011).

80Ainsi, même s’il n’y a pas chez Ostrom de théorisation systématique des rapports de force et encore moins une vision marxiste qui ferait de la lutte des classes le moteur de l’Histoire bien qu’elle dénonce souvent la domination que subissent les plus démunis, elle ne fait jamais de ces communautés la rémanence d’un âge d’or harmonieux, en opposition à l’État : la confiance ou la réciprocité qui peuvent s’y développer à des degrés divers ne sont jamais acquises et constamment menacées, à cause d’évolutions internes comme extérieures aux communautés.

81Par ailleurs, Ostrom ne définit pas la communauté par une forme organisationnelle – à l’inverse de ceux qui y verraient le règne de l’informel par excellence : d’une part, des règles informelles existent à tous les niveaux de gouvernance en interaction avec des règles formelles ; d’autre part, elle n’idéalise pas l’économie informelle contre l’État, comme le font des auteurs néolibéraux tel De Soto :

The usefulness of the formal-informal dichotomy has constantly been debated in the field of economics, leading to a reconsideration of the conceptual and empirical basis of the formal-informal divide, and the assessment of its policy implications. It is argued that the tendency to associate ‘informal’ with ‘unstructured’ and ‘chaotic’ must end. Such an association is conceptually unsound and has led to policy disasters as the state sought to provide ‘structures’ where none was presumed to exist before. Instead, the terminology of informal-formal can be used to characterize a continuum of the reach of official intervention in different economic activities, especially since official statistics already use variants of such a criterion. However, it is emphasized that ‘more’ or ‘less’ reach is not necessarily ‘better’ or ‘worse’ (Guha-Khasnobis B., Ostrom E. et al., 2006).

82Que faut-il alors entendre par communautés « autonomes », « self-governed » ? Il convient d’abord de souligner qu’Ostrom prend souvent soin de qualifier de « relative » la notion d’autonomie : ainsi des « usagers de ressources disposant d’une relative autonomie dans la conception de leurs propres règles pour gouverner et gérer des ressources communes » (Ostrom et Basurto, 2011). En effet, cette capacité à construire des règles (auto-nomos) se construit en interaction avec l’environnement de la communauté analysée, interaction qui ne porte pas seulement sur la restriction ou l’expansion de l’autonomie mais aussi sur sa régulation : pour Ostrom, il importe par exemple que « l’environnement politique du système encourage l’autonomie mais assure aussi la surveillance de la corruption, la responsabilisation ainsi que de la résolution des conflits » (Ostrom et Basurto, 2011). Autrement dit, la self-governance n’exprime pas l’idée d’une autogestion en totale indépendance mais « d’une capacité à s’organiser pour que chacun puisse participer activement à tous – du moins aux principaux – processus de décision concernant la gouvernance de la communauté » (McGinnis, 2011). Elle n’implique donc pas une absence d’État – du niveau local au niveau fédéral – mais signifie une participation des communautés « auto-organisées » aux processus politiques dans les domaines qui les touchent.

3. 2. 2. Sortir des imaginaires monocentriques pour penser la gouvernance

83Ce concept de « self-governance » s’éclaire par la conception polycentrique des formes d’exercice du pouvoir politique : à cet égard, les Ostrom sont influencés par l’expérience fédéraliste nord-américaine à la compréhension de laquelle Vince Ostrom (1971 ; 1991) a beaucoup contribué. Cette pensée du fédéralisme se réclame des Federalist papers d’Hamilton et de Madison ainsi que de Montesquieu ou Tocqueville, fasciné par la vitalité de l’autonomie locale et du self-government au niveau communal en Amérique. Comme le souligne Friedrich (1968, cité in Beaud, 2003, p. 271), l’un des grands penseurs du fédéralisme, « […] il n’y a fédéralisme que si une série de communautés politiques coexistent et interagissent entre elles, comme des entités autonomes unies dans un ordre commun possédant une autonomie propre ». Dans cette perspective, « le fédéralisme ne se limite pas à la sphère politique, mais s’étend à tout le corps social » (Beaud, 2003, p. 269) :

We need not to think of ‘government’ and ‘governance’ as something provided by states alone. Families, voluntary associations, villages, and other forms of human association all involve some form of self-government. […] People can rely on self-help in arranging their institutions, rather than depending upon ‘the elite decision makers of government’ (V. Ostrom in Aligica, 2003, p. 4).

84La valorisation par Ostrom des notions d’autonomie et de self-governance se comprend donc bien dans le contexte d’analyse nord-américain, mais aussi dans le cadre de la théorie des systèmes enchevêtrés complexes. En effet, « la notion d’autonomie renvoie, depuis l’autonomia des cités grecques, à l’idée d’une entité qui se régit par ses propres lois. Pour être autonome, un ensemble doit disposer de frontières propres et se distinguer par là de l’environnement qui l’entoure. En même temps, il ne doit pas être complètement imperméable aux influences extérieures. Car l’autonomie trouve son origine dans un certain degré d’ouverture/fermeture à l’égard de l’environnement dont l’action va être filtrée par des processus internes. “Un système absolument fermé serait une boîte noire dont on ne peut rien dire puisque rien n’y entrerait et rien n’en sortirait. Un système absolument ouvert serait sans frontière, indiscernable de son environnement” (Lapierre, 1992, p. 27). En cela, l’autonomie s’oppose à l’hétéronomie où les lois sont définies de l’extérieur » (Labrousse, 2006, p. 5).

  • 33 Le Workshop de Bloomington définit ainsi la gouvernance monocentrique : « Conceptualisation idéal-t (...)

85Ostrom, parce qu’elle se situe dans une tradition de pensée fédéraliste, associationniste, enracinée dans l’histoire des États-Unis, bouscule ainsi les préconceptions (au sens de Veblen) de beaucoup d’économistes qui, selon des filiations diverses (Keynes, Marx…), ont souvent concentré sur l’État central la capacité de régulation de la société. Cet imaginaire monocentrique33, particulièrement prégnant en France, est sans doute pour beaucoup dans les contresens jalonnant les réceptions françaises d’Ostrom. Surtout, Ostrom met en lumière des capacités d’action collectives qui échappent à l’imaginaire monocentrique, y compris face à des défis planétaires (Ostrom, 2010a ; 2012a, b) comme le changement climatique :

Conventional collective-action theory predicts that these problems will not be solved unless an external authority determines appropriate actions to be taken, monitors behavior, and imposes sanctions. Debating about global efforts to solve climate-change problems, however, has yet not led to an effective global treaty. Fortunately, many activities can be undertaken by multiple units at diverse scales that cumulatively make a difference. I argue that instead of focusing only on global efforts (which are indeed a necessary part of the long-term solution), it is better to encourage polycentric efforts to reduce the risks associated with the emission of greenhouse gases. Polycentric approaches facilitate achieving benefits at multiple scales as well as experimentation and learning from experience with diverse policies (E. Ostrom, 2010a).

86Comme elle le remarquait à la veille du sommet Rio+20, aux États-Unis le blocage au niveau fédéral contraste avec la floraison d’actions aux niveaux étatiques inférieurs (États de la confédération et communes) : « Dans la lutte contre le changement climatique, les États-Unis n’ont pas produit de mandat fédéral imposant explicitement, ou même encourageant, des objectifs de réduction des émissions. Mais, en mai 2011, quelque 30 États de l’Union avaient déjà développé leurs propres plans d’action et plus de 900 villes avaient signé l’accord états-unien sur la protection du climat » (Ostrom, 2012a).

  • 34 Ni bottom-up, ni top-down, mais les deux, comme l’a très clairement explicité Charlotte Hess aussi (...)

87La notion de gouvernance polycentrique ne s’oppose en effet pas à l’État mais à une conception monocentrique de l’État, omniscient et omnipotent, éloigné des communautés locales et imposant « d’en haut » des solutions uniformes. Réciproquement, elle n’est pas plus favorable au règne des seules communautés décentralisées : « Certains m’ont dit plaider pour la décentralisation sur la base de notre travail, mais cela ne me plaît guère car ils le font de façon trop simpliste », expliqua-t-elle dans un entretien (Zagorski, 2006). Polycentrique n’est en effet pas synonyme de décentralisé. Ni bottom-up, ni top-down34, l’approche d’Ostrom met l’accent sur les interrelations entre niveaux de gouvernement imbriqués, et plus généralement sur le caractère multi-scalaire et réticulaire du gouvernement des économies comme des sociétés.

Conclusion : une science de l’association, forme originale d’institutionnalisme historique

88Cet article aura permis, nous l’espérons, de donner quelques clés de lecture de la démarche d’Elinor Ostrom et de l’école de Bloomington. Des clés pour lever ce qui nous apparaît comme des contresens (« utilitarisme standard », « théorie d’une troisième voie », etc.). Des clés surtout pour mieux s’approprier des concepts opératoires pour la recherche (grammaire des institutions, polycentrisme, autonomie et self-governance, etc.), fondamentales pour penser les formes de gouvernance, conceptualiser l’État dans la multiplicité de ses configurations et fonctions, les droits de propriété et les formes de coordination et d’action collective. Contre les dichotomies conceptuelles, disciplinaires et méthodologiques, Ostrom et ses collaborateurs proposent une « science et un art de l’association » : associations d’acteurs individuels et collectifs, associations de méthodes, associations de disciplines relevant des sciences sociales et des sciences de la nature.

89In fine, comment situer cette pensée par rapport à tel ou tel paradigme économique ? Peut-on par exemple la « ranger » dans le néo-institutionnalisme en économie ? Si l’on s’attache à situer des idées et des pratiques – et non des écoles, dont l’enjeu est parfois plus professionnel que scientifique –, la réponse ne va pas de soi. Ostrom, titulaire d’une chaire de science politique et désireuse de faire dialoguer des théories plurielles autour d’objets, a soigneusement évité les querelles de chapelles en économie et les étiquettes réductrices. Et la réponse va d’autant moins de soi que certaines figures de la nouvelle économie institutionnelle comme North ont fortement évolué au point de brouiller les frontières. Néanmoins, à l’issue de ce travail, quelques éléments peuvent être mis en discussion.

  • 35 North est cité comme exception.
  • 36 Tandis que North, ici encore, s’est rapproché de l’institutionnalisme historique.

90Selon Mazzoleni et Nelson (2013, p. 1428 et s.), trois critères principaux permettent de différencier l’institutionnalisme historique de Veblen ou Commons de la nouvelle économie institutionnelle de Coase et Williamson. Comment Ostrom se situe-t-elle par rapport à ces critères :
Critère n°1 : « L’idée que les institutions affectent la manière dont les personnes pensent et ce à quoi ils accordent de la valeur35 [… et] que les individus sont influencés par une ample culture commune et sont enchâssés dans une structure sociale n’est pas présente [dans la nouvelle économie institutionnelle] ». Or, chez Ostrom, la culture, les normes sociales et les croyances participent de la fabrique des institutions et de leur interprétation, et les institutions exercent un effet en retour sur les croyances. La dimension sociale et cognitive est fondamentale pour comprendre l’institutionnalisme d’Ostrom, contrairement à celui de Coase ou de Williamson.
Critère n°2 : Dans la nouvelle économie institutionnelle, « les actions sont vues comme le résultat d’un choix conscient orienté par l’intérêt. Quasiment aucun de ces nouveaux écrits ne soutient que les actions sont souvent habituelles ou guidées par ce qui est considéré comme approprié dans des circonstances données ». Or pour Ostrom, comme pour Veblen et Commons, l’action dépend aussi d’habitudes de faire et de penser, des coutumes, et elle est toujours dépendante des circonstances, des contextes particuliers dans lesquels s’insère la prise de décision. Elle insiste également sur le rôle éminent des processus non conscients dans la prise de décision des acteurs. Et pour elle, les « incitations émanent d’engagements à l’égard des normes et règles d’une communauté ».
Critère n°3 : « Pour l’essentiel, les recherches en nouvelle économie institutionnelle travaillent à fournir une image fixe (still picture) de ce qui se passe dans un domaine particulier de l’activité économique et des forces qui ont produit cette image fixe. Très peu de ces travaux sur les institutions partagent la croyance de la vieille économie institutionnelle que l’économie doit être comprise comme un système en évolution ». Or, à l’inverse de Williamson (2010) qui considère l’old institutionnalism comme une impasse36, Ostrom en revendique la filiation. Elle souligne avec force que les théories statiques sont de peu de secours pour comprendre un monde en changement permanent (cf. supra ou Ostrom et Basurto, 2011) : pour elle, l’économie est une science évolutionnaire. Elle s’oppose à l’idée de lois universelles pour analyser des régularités situées et contextualisées. Ce n’est le cas ni de Williamson, ni de Coase.

  • 37 On peut cependant penser que ces débats de classification, parce que les différences de points de v (...)

91Quand Ostrom (2010b, p. 413) évoque dans son discours de Stockholm les principales sources d’inspiration sur lesquelles s’est bâti son cadre heuristique, elle cite Commons (transactions), Koestler et Simon (rationalité et complexité), ainsi que Goffman (cadres de l’expérience), Schank et Abelson (analyses des scripts pour représenter la connaissance procédurale en intelligence artificielle), la psychologie sociale d’Alport (analyse des structures collectives) et la logique de la situation chez Popper (la façon dont les media, les juristes et les gens ordinaires expliquent les évènements au quotidien). Soit deux « économistes » qui se rattachent à l’institutionnalisme historique et à l’évolutionnisme, et qui sont associés à des auteurs d’autres disciplines – de la sociologie aux sciences cognitives – dont les cadres de pensée sont éloignés de Coase et Williamson. Nous partageons donc ici les conclusions d’Earl et Potts (2011), d’Hodgson (2013) qui pointent également des différences fortes avec l’institutionnalisme de Williamson37 – même si Ostrom elle-même, dans le cadre de son pluralisme théorique, accorde une certaine validité à la théorie de Williamson pour comprendre les problèmes particuliers liés aux coûts de transactions (Ostrom, 2011). Leurs anthropologies comme leurs méthodologies diffèrent : la place accordée à l’observation dense dans la théorisation est fondatrice chez Ostrom (Boettke et al., 2013) ; le rôle des règles et des normes, l’approche généalogique et non-fonctionnaliste, la rationalité et les régularités socialement situées, les jeux d’échelle, le réalisme critique et la réflexivité du chercheur inscrivent pour nous l’institutionnalisme pratiqué par Ostrom dans l’institutionnalisme historique, jusque dans l’usage heuristique de modèles habituellement rangés dans la panoplie standard (modèles de théorie des jeux).

92Une fertilisation croisée avec d’autres approches relevant de cette même famille nous semble donc non seulement possible mais aussi prometteuse. Possible parce que l’analyse d’Ostrom présente des points communs fondamentaux avec d’autres formes d’institutionnalisme historique, comme en France les approches régulationnistes, conventionnalistes et socioéconomiques ou, en Allemagne, l’approche morphologique d’Eucken (Weisz, 2001), une référence importante pour Vince Ostrom. Prometteuse parce que la pluralité des méthodes est heuristique, et parce que les préconceptions idéologiques et les imaginaires des uns et des autres ne sont pas identiques et que cette diversité peut permettre un dialogue critique mais constructif, sur la base d’affinités fortes au plan épistémologique.

93Dans cette perspective, certaines critiques adressées à Ostrom méritent assurément d’être approfondies. C’est le cas, par exemple, de sa sous-théorisation des rapports de pouvoir (Fine, 2010), alors que rien ne s’oppose a priori à un tel développement au sein d’un cadre d’analyse qui fait du conflit, des règles, de l’emboîtement des institutions, etc., des moteurs structurels des interactions et de leur évolution – à l’opposé d’une théorie contractualiste ou coopérative entre égaux. Un premier jalon en ce sens est posé par les travaux récents de Maïka de Keyser (2013) qui introduit l’impact des distributions de pouvoir sur les règles d’accès aux communs historiques. Il faudrait en outre discuter la portée d’une analyse certes multi-niveaux mais privilégiant une focale (celle du micro, en l’occurrence) quand les analyses à d’autres niveaux (macro notamment) sont moins approfondies voire inexistantes (et réciproquement pour les travaux se focalisant par exemple sur l’étude des règles législatives de l’État central ou de la gouvernance globale). Cela fait partie des enjeux pour la suite de la recherche.

Haut de page

Bibliographie

Aligica P. (2003), “Rethinking Institutional Analysis and Development: the Bloomington School. Interviews with Vincent and Elinor Ostrom”, George Mason University (Mercatus Center).

Aligica P. et Boettke P. (2011), “The Two Social Philosophies of Ostroms’ Institutionalism”, The Policy Studies Journal, vol. 39, n°1, p. 29-49.

Allaire G. (2013), « Les communs comme infrastructure institutionnelle de l’économie marchande », Revue de la régulation, n° 14.

Bakker I., Silvey R. (eds) (2008), Beyond States and Markets: The Challenges of Social Reproduction, London: Routledge.

Baron C., O. Petit, B. Romagny (2011), « Le courant des “Common-Pool Resources” : un bilan critique », in T. Dahou, M. Elloumi, F. Molle, M. Gassab et B. Romagny (dir.), Pouvoirs, sociétés et nature au sud de la Méditerranée, Paris/Tunis, Editions INRAT/IRD/Karthala, p. 29-51.

Basurto X., Kingsley G., McQueen K., Smith M., Weible C. M. (2010), “A systematic approach to institutional analysis: applying Crawford and Ostrom’s grammar”, Political Research Quarterly, vol. 63, n°3, p. 523-537.

Bazzoli L., Dutraive V. (2006), « Fondements pragmatistes de l’institutionnalisme en Économie. Théorie de la connaissance et théorie de l’action chez Veblen et Commons », Revue de Philosophie économique, vol. 1, n° 13, 123-53.

Beaud O. (2003), « Fédéralisme », in Dictionnaire de philosophie politique, Raynaud Ph., Rials S., Paris, PUF, 3e ed., p. 267-276.

Blatter J., Ingram H. (2000), “States, Markets and Beyond: Governance of Transboundary Water Resources”, Natural Resources Journal, vol. 40, n° 2, p. 439-473.

Boettke P., Palagashvili L., Lemke J. (2013), “Riding in Cars with Boys: Elinor Ostrom’s Adventures with the Police”, Journal of Institutional Economics, vol. 9, n° 4, p. 407-425.

Boyer A. (1992), L’explication en histoire, Lille, Presses universitaires de Lille.

Boyer R., Orléan A. (1991), « Les transformations des conventions salariales entre théorie et histoire. De Henry Ford au fordisme », Revue économique, vol. 42, n° 2, mars, p. 233-272.

Chanteau J.-P. (2003), « La dimension socio-cognitive des institutions et de la rationalité : éléments pour une approche holindividualiste », L’Année de la régulation, vol. 7, octobre, p. 45-90.

Chanteau J.-P. (2013), « Théorie de la régulation », in Dictionnaire critique de la RSE, Postel N., Sobel R. (dir), Lille, Presses du Septentrion, p. 460-470.

Colliot-Thélène C. (2003), « État et Société civile », in Dictionnaire de philosophie politique, Raynaud Ph., Rials S. (dir.), Paris, PUF, 3e ed., p. 247-252.

Crawford S., Ostrom E. (2005), “A Grammar of Institutions”, in Understanding Institutional Diversity, E. Ostrom (ed), Princeton NJ: Princeton University Press, p. 137-174.

Delorme R. (2010), Deep Complexity and the Social Sciences. Experience, Modelling and Operationality, Cheltenham: Edward Elgar.

Earl P., Potts J. (2011), “A Nobel prize for governance and institutions – Oliver Williamson and Elinor Ostrom”, Review of Political Economy, vol. 23, n° 1, p. 1-24.

Fine B. (2010), “Beyond the Tragedy of the Commons: A Discussion of Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action”, Perspectives on Politics, vol. 8, p. 583-586.

Frischmann B. (2013), “Two enduring lessons from Elinor Ostrom”, Journal of Institutional Economics, vol. 9, n° 4, p. 387-406.

Gould S. J., Lewontin R. C. (1979), “The sprandels of San Marco and the Panglossian paradigm: a critique of the adaptationist programme”, Proceedings of the Royal Society of London. Biological Sciences, n° 205, p. 581-598.

Groenewegen J. (2011), “The Bloomington School and American Institutionalism”, The Good Society, vol. 20, n° 1, p.15-36.

Guha-Khasnobis B., Kanbur R., Ostrom E. (2006), “Beyond Formality and Informality”, in Linking the Formal and Informal Economy: Concepts and Policies, B. Guha-Khasnobis et al. (eds), Oxford: Oxford University Press.

Hardin G. (1968), “The tragedy of the commons”, Science, 162, p. 1243-1248.

Harribey J.-M. (2011), « Le bien commun est une construction sociale. Apports et limites d’Elinor Ostrom », L’Économie politique, n° 49, janvier 2011, p. 98-112.

Hayek F.A. (1952), The Sensory Order. The Problem of Knowledge in Society, Chicago, University of Chicago Press.

Hodgson G. (1998), “Emergence”, in The Handbook of Economic Methodology, Davis J.B., Wade Hands D., Mäki U. (eds), Cheltenham, Edward Elgar, p. 156-160.

Hodgson G. (2001), How Economics Forgot History, London, Routledge.

Hodgson G. (2013), “Editorial Introduction to the Elinor Ostrom Memorial Issue”, Journal of Institutional Economics, vol. 9, n° 4, p. 381-385.

Hollard G., Sene O. (2010), « Elinor Ostrom et la gouvernance économique », Revue d’économie politique, vol. 120, n° 3, p. 441-452.

Janssen M. A., Ostrom E. (2006), “Empirically based, agent-based models”, Ecology and Society, vol. 11, n° 2, 37, http://www.ecologyandsociety.org/vol11/iss2/art37/

Janssen M., Bousquet F., Ostrom E. (2011), “A Multimethod Approach to Study the Governance of Social-Ecological Systems”, Natures, Sciences, Sociétés, www.nss-journal.org.

Kechidi M. (1998), « Rationalités et contextes de décisions : un retour sur Herbert Simon", Revue Internationale de Systémique, vol. 12, n°4-5, p. 419-440.

Keyser M. de (2013), “The impact of different distributions of power on access rights to the common wastelands: the Campine, Brecklands and Geest compared”, Journal of institutional economics, vol. 9, n° 4, p. 517-542.

Kirat T. (1999), Économie du droit, Paris, La Découverte.

Labrousse A. (2006), « Éléments pour un institutionnalisme méthodologique : autonomie, variation d’échelle, réflexivité et abduction », Économie et Institutions, n° 8, 1er semestre, p. 5-53.

Legleye J. (2011), « ESS et biens communs, un même coin entre l’État et le marché ? », RECMA, http://recma.org/node/1195.

Lipietz A. (2001), Pour le tiers secteur (rapport sur l’économie sociale et solidaire), Paris, La Découverte / La Documentation française.

Locher F. (2013), « Les pâturages de la Guerre froide : Garrett Hardin et la ‘Tragédie des communs’ », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 60-1, p. 7-36.

Low B., Ostrom E., Simon C., Wilson J. (2003), “Redundancy and Diversity: Do They Influence Optimal Management?”, in Navigating Social-Ecological Systems: Building Resilience for Complexity and Change, Berkes F., Colding J., Folke L. (ed.), New York: Cambridge University Press, p. 83-114.

Mazzoleni R., Nelson R. (2013), “An interpretive history of challenges to neoclassical microeconomics and how they have fared”, Industrial and Corporate Change, vol. 22, n° 6, p. 1409-1451.

McCartney M. (2004), “Dynamic versus Static Efficiency: The Case of Textile Exports from Bangladesh and the Developmental State”, Post-autistic economics review, issue no. 26, 2 August, article 4.

McGinnis M. D. (ed.) (1999), Polycentricity and Local Public Economies, Ann Arbor MI : University of Michigan Press.

McGinnis M. D. (2011), “An Introduction to IAD and the Language of the Ostrom Workshop: A Simple Guide to a Complex Framework for the Analysis of Institutions and Their Development”, Policy Studies Journal, vol. 39, n° 1, p. 169-183.

Mirowski P. (2001), Machine Dreams: Economics Becomes a Cyborg Science, Cambridge MA : Cambridge University Press.

Mitchell W. (1988), “Virginia, Rochester, and Bloomington: Twenty-five years of public choice and political science”, Public Choice, February, vol. 56, p. 101-119.

Orsi F. (2013), « Elinor Ostrom et les faisceaux de droits : l’ouverture d’un nouvel espace pour penser la propriété commune », Revue de la régulation, n° 14.

Ostrom E. (1965), Public Entrepreneurship: A Case Study in Ground Water Basin Management, PhD Thesis in political science, Los Angeles, UCLA, http://dlc.dlib.indiana.edu/dlc/bitstream/handle/10535/3581/eostr001.pdf?sequence=1.

Ostrom E. (1990), Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Actions, Cambridge: Cambridge University Press.

Ostrom E. (1999a), “Coping With Tragedies of the Commons”, Annual Review of Political Science, 2, p. 493-535.

Ostrom E. (1999b), “Private and Common Property Rights”, in Encyclopedia of Law and Economics, B. Bouckaert, G. De Geest (dir.), p. 332-379. http://encyclo.findlaw.com/index.html.

Ostrom E. (ed.) (2005), Understanding Institutional Diversity, Princeton NJ: Princeton University Press.

Ostrom E. (2007), “A Diagnostic Approach for Going Beyond Panaceas”, Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 104 (39), p. 15181-15187.

Ostrom E. (2010a), “Polycentric Systems for Coping with Collective Action and Global Environmental Change”, Global Environmental Change, 20(4), p. 550-557.

Ostrom E. (2010b), “Beyond Markets and States: Polycentric Governance of Complex Economic Systems”, American Economic Review, vol. 100, n° 3, p. 641-672.

Ostrom E. (2011), “Background on the Institutional Analysis and Development Framework”, Policy Studies Journal, vol. 39, n° 1, p.7-27.

Ostrom E. (2012a), “Green from the grassroots”, Project Syndicate – A world of Ideas, 12 June, http://www.project-syndicate.org/commentary/green-from-the-grassroots#73Gkjf04qgp6eL2u.99.

Ostrom E. (2012b), “Nested Externalities and Polycentric Institutions: Must We Wait for Global Solutions to Climate Change before Taking Actions at Other Scales?”, Economic Theory, 49(2), p. 353-369.

Ostrom E., Basurto X. (2011), “Crafting Analytical Tools to Study Institutional Change”, Journal of Institutional Economics, vol. 7, n° 3, p. 317-343 (trad. française : 2013, « Façonner des outils d’analyse pour étudier le changement institutionnel », Revue de la Régulation, n° 14).

Ostrom E., Hess C. (2008), “Private and common property rights”, Encyclopedia of Law and Economics, Northampton, Edward Elgar.

Ostrom E., Gardner R., Walker J. M. (1994), Rules, Games and Common-Pool Resources, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Ostrom E., Parks R. B., Whitaker G. P. (1974), “Defining and Measuring Structural Variations in Interorganizational Arrangements”, in Polycentricity and Local Public Economies, McGinnis M. D. (ed) (1999), Ann Arbor : University of Michigan Press, p. 265-283.

Ostrom E., Parks R. B., Whitaker G. P., Percy S. (1979), “The public service production process: a framework for analyzing police services”, in R. Baker and F. Meyer (dir.), Evaluating alternative law enforcement policies, Lexington (MA), Lexington Books.

Ostrom V. (1971), The Political Theory of a Compound Republic: Designing the American Experiment, Lanham MD: Lexington Books (3rd ed, 2008).

Ostrom V. (1973), “Order and Change Amid Increasing Relative Ignorance”, Working Paper n°W73-1, Bloomington IN: Indiana University (Workshop in Political Theory and Policy Analysis).

Ostrom V. (1991), The Meaning of American Federalism: Constituting a Self-Governing Society, San Francisco: Institute for Contemporary Studies Press.

Ostrom V. (1999), “Cryptoimperialism, Predatory States and Self Governance”, in Polycentric Governance and Development (Readings from the Workshop in Political Theory and Policy Analysis), M. McGinnis (ed), Ann Arbor : University of Michigan Press, p. 166-185.

Parodi M. (1984), « Tiers secteur, économie sociale et crise », RECMA, n° 12, p. 101-104.

Passeron J.-C. (1991), Le raisonnement sociologique. L’espace non-popperien du raisonnement naturel, Paris, Nathan.

Peirce C. S. (1905), The Collected Papers of Charles Sanders Peirce, Cambridge MA, Harvard University Press, vol. 5 (1935).

Poteete A. R., Janssen M. A., Ostrom E. (2010), Working Together. Collective Action, the Commons and Multiple Methods in Practice, Princeton: Princeton University Press.

Revel J. (dir.) (1996), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil.

Reynaud B. (1997), Les limites de la rationalité, tome 2, Les figures du collectif, Paris, La Découverte.

Simon H. A. (1976), « De la rationalité substantive à la rationalité procédurale », in Method and Appraisal in Economics, S. J. Latsis (ed.), Cambridge GB: Cambridge University Press, p. 129-148.

Simon H. A. (1997), Models of Bounded Rationality – Empirically Grounded Economic Reason, vol. 3, Cambridge MA: MIT Press.

Thelen K. & Steinmo S. (1992), “Historical Institutionalism in Comparative Politics”, in Steinmo S., Thelen K. & Longstreth P. (eds), Structuring Politics, Cambridge, Cambridge University Press, p. 1-32.

Théret B. (2000), « Institutions et institutionnalismes : vers une convergence des conceptions de l’institution ? » in Innovations institutionnelles et territoires, Tallard M., Théret B. et Uri D. (dir.), Paris, L’Harmattan, p. 25-68.

Tönnies F. (1887), Gemeinschaft und Gesellschaft. Grundbegriffe der reinen Soziologie, Berlin, Curtius.

Van Staveren I. (2012), “An Evolutionary Efficiency Alternative to the Notion of Pareto Efficiency”, Economic Thought, History, Philosophy and Methodology, vol. 1, p. 109-126.

Weinstein O. (2013), « Comment comprendre les “communs” : Elinor Ostrom, la propriété et la nouvelle économie institutionnelle », Revue de la régulation, n° 14.

Weisz J.-D. (2001), “A Systemic Perception of Eucken’s Foundations of Economics”, in Institutional Economics in France and Germany. German Ordoliberalism versus the French Regulation School, A. Labrousse, J.-D. Weisz (dir.), Heidelberg, Springer, p. 129-157.

Williamson O. E. (2010), “Transaction Cost Economics: A Natural Progression”, American Economic Review, vol. 100, n° 3, p. 673-690.

Zagorski N. (2006), “Profile of Elinor Ostrom”, Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, December 19, 103(51), p. 19221-19223.

Haut de page

Notes

1 Le « Workshop in Political Theory and Policy Analysis », dont le nom rend désormais hommage à ses fondateurs : « Elinor et Vincent Ostrom Workshop », est un séminaire de recherche pluridisciplinaire créé par le couple Ostrom en 1973 (Ostrom, 2005, p. 289) dans la ville universitaire de Bloomington (Indiana) où ils enseignaient.

2 Au premier rang desquels figurent son époux, Vincent Ostrom, et Michael McGinnis qui dirige le Workshop depuis le décès du couple Ostrom en juin 2012. McGinnis a construit un guide lexical de leur approche particulièrement précieux (McGinnis, 2011).

3 Hayek et Myrdal en 1974 ou Fama et Schiller en 2013.

4 Sur 166 (Ostrom) et 80 (Williamson) références bibliographiques, seulement 6 auteurs en commun : Arrow, Buchanan, Commons, Posner, Schelling et Simon. À la différence de Williamson, Ostrom cite Posner (p. 419) et Schelling (p. 429) pour s’en démarquer radicalement, et la théorie des biens de club de Buchanan pour en souligner les limites (p. 412).

5 « The IAD builds on earlier work on transactions (Commons [1924] 1968) » (Ostrom, 2010, p. 413) ; « Schlager and Ostrom (1992) drew on earlier work by John R. Commons ([1924] 1968) to conceptualize property-rights systems as containing bundles of rights rather than a single right » (ibid, p. 419).

6 « Stalwarts notwithstanding, institutional economics “ran itself into the sand” » (Williamson, 2010, p. 456).

7 Comme on le verra infra (section 2. 2.), cela n’est pas contradictoire avec l’usage de modèles multi-agents ou de théorie des jeux.

8 La théorie hayékienne de la fragmentation de la connaissance, issue du débat sur le calcul dans le socialisme, exposée dans Hayek (1952) est citée par Vince Ostrom.

9 C’est est un élément de différenciation fondamental avec la théorie néo-institutionnelle.

10 Ostrom a approfondi la théorie des systèmes complexes avec des chercheurs du Santa Fe Institute. Ce positionnement systémique est commun à d’autres institutionnalismes, mais la difficulté à le déployer et à le traduire en méthodes opérationnelles en fait un chantier ouvert pour les programmes de recherche institutionnalistes (Chanteau, 2003 ; Labrousse, 2006 ; Delorme, 2010).

11 En France, le secteur associatif est une catégorie relativement proche de ce « voluntary sector ».

12 C’est aussi le programme d’une théorie de la régulation (Chanteau, 2013).

13 Une stratégie partagée, comparable à une convention, apparaît en l’absence d’énoncé prescriptif, comme par exemple : « the person who places a phone call, calls back when the call gets disconnected » (Crawford, Ostrom, 2005, p. 139). Sur la distinction entre règles et normes, cf. Ostrom et Basurto (2011).

14 C’est aussi le titre de son livre essentiel Understanding Institutional Diversity dont l’introduction s’intitule “Diversity: A Core Problem in Understanding Institutions”. Elinor Ostrom était également directrice-fondatrice du Center for the Study of Institutional Diversity à l’Arizona State University.

15 Ces critères doivent être définis avec les populations concernées (et non imposées par le chercheur ou le décideur). Ainsi dans son travail sur la police, elle a mis en avant la nécessité, dans l’évaluation des services de police, de ne pas se cantonner aux indicateurs d’activité internes à la police (taux d’élucidation, nombre d’interpellations, etc. que les agents vont gonfler pour obtenir les résultats désirés par leur hiérarchie) : elle a donc mis en place avec ses collègues des surveys auprès des populations sur les expériences des citoyens avec la police et la qualité et le niveau de satisfaction des services fournis, venant compléter des années d’observation participante (Boettke et al., 2013).

16 Cf. Low et al. (2003) pour une comparaison détaillée et systématique de la redondance et de la robustesse dans les systèmes génétiques, d’ingénierie, les systèmes écologiques et de décision humaine.

17 Hardin présente une métaphore de ce dilemme, que d’autres comme H. Scott Gordon ou Vernon L. Smith ont formalisée. La pensée de Hardin s’inscrit dans des « arènes transépistémiques où se croisent mathématiciens, biologistes, experts en sciences sociales, militaires et administrateurs. Dans les années 1950-1960, Hardin participe à l’un de ces cercles, […] fondé pour promouvoir les méthodes des “sciences manichéennes” » (cf. à ce sujet l’excellent travail historique de Fabien Locher, 2013).

18 Ses présupposés idéologiques demanderaient également à être explicités : Hardin était biologiste, eugéniste, critique radical des politiques du Welfare state, militant contre l’aide alimentaire au Tiers Monde (cf. Locher, 2013).

19 Elle introduit également des paramètres affectant les gains nets attendus par l’individu s’il obéit ou transgresse une prescription : encouragement, effet warm glow, réputation, honneur, jugement moral, pénalité financière, etc. (Crawford et Ostrom, 2005, p. 169).

20 Cf. par exemple l’étude de la transition vers la norme salariale fordiste à l’aide d’un modèle de jeu (Boyer et Orléan, 1991).

21 On trouvera chez Janssen et al. (2011) un exemple récent d’aller-retour entre expérimentations de terrain (au sein de communautés rurales en Colombie et en Thaïlande) et de laboratoires, et des modèles de simulation informatique mis en regard avec les méta-analyses existantes.

22 Par ailleurs, l’importance de l’observation dans le processus de théorisation, la méthodologie de l’enquête chez Ostrom sont en phase avec l’épistémologie pragmatique. Sur cette proximité, voir aussi Groenewegen (2011) et Allaire (2013, ce numéro).

23 On remarquera qu’Ostrom applique la rationalité limitée et procédurale de Simon au chercheur lui-même, de même qu’elle développe une approche institutionnelle des champs académiques. On peut voir dans cette réflexivité un signe supplémentaire d’appartenance à l’institutionnalisme historique (Labrousse, 2006).

24 Voir par exemple la nécrologie parue dans Le Monde en juin 2012, dont un intertitre est « Une troisième voie entre le privé et l’État » (http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2012/06/19/elinor-ostrom-nobel-2009-d-economie-theoricienne-des-biens-communs_1721235_3382.html) ou la notice « Elinor Ostrom » de l’encyclopédie Wikipedia (« À côté de la gestion par des droits de propriété individuels ou par l’État, il peut ainsi exister un troisième cadre institutionnel efficace dans lesquels des communautés gèrent collectivement des biens communs. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Elinor_Ostrom, consulté le 12/12/2013).

25 Voir par exemple Legleye (2011). Définir l’ESS entre État et marché n’est toutefois pas commun à tous ses promoteurs, comme l’avait déjà démontré Parodi (1984).

26 C’est nous qui soulignons.

27 De même, d’autres auteurs titrent sur « Beyond states and markets » sans théoriser un concept de « troisième voie » : par exemple Blatter et Ingram (2000) ; Bakker et Silvey (2008).

28 Et Elinor Ostrom précise que : « la pauvreté des oppositions entre privé et public, marché et État, provient en partie de la séparation de l’économie politique en deux disciplines distinctes (sciences politiques et économiques). » (E. Ostrom in Aligica, 2003, p. 9).

29 Certains objecteront que c’est précisément la différence entre économie sociale et économie solidaire (le qualificatif « solidaire » visant à affirmer une capacité d’initiative populaire qu’aurait perdue l’économie sociale notabilisée). Mais dans les deux cas la puissance publique est requise : en cas de dommages ou de conflit, même les membres d’une initiative citoyenne non déclarée en association sont soumis au droit civil et pénal ; sans parler des ressources tirées de la commande publique ou des dons privés ; etc.

30 C’est à partir de cette conception du « public » qu’il faut comprendre comment les Ostrom s’inscrivent dans la théorie du Public Choice. Comme le rappellent Aligica et Boettke (2011), « le Public Choice, comme le remarquaient [les Ostroms], posait des questions pertinentes en pointant le problème du choix parmi des formes organisationnelles, des cadres institutionnels ou des systèmes de règles. L’implication cruciale était la suivante : il n’existe pas d’organisation ou d’arrangement institutionnel qui soit « bon » en toutes circonstances. […] Le Public Choice a ainsi la capacité de mener à une théorie pluraliste de la vie organisationnelle et des arrangements institutionnels ». Il convient donc de ne pas confondre l’école de Bloomington – « atypique », « non-orthodoxe », selon ces auteurs – avec les deux autres écoles du Public Choice (Virginia et Rochester, cf. Mitchell, 1988) qui en ont formé le mainstream, tant leurs philosophies sociales et leurs méthodologies diffèrent.

31 Au sens des règles qui régissent les rapports entre personnes physiques ou morales.

32 « L’entreprise (corporation) moderne en fournit un exemple. Depuis, les travaux fondateurs de Coase, les étudiants en organisation industrielle comprennent que la firme partage de nombreux aspects avec les institutions de propriété commune. Si des familles individuelles sont propriétaires des appartements dans un « condo » [immeuble en copropriété], elles ont des droits et des devoirs conjoints relatifs aux bâtiments et aux terrains du complexe de ce condominium. » (E. Ostrom in Aligica, 2003, p. 8).

33 Le Workshop de Bloomington définit ainsi la gouvernance monocentrique : « Conceptualisation idéal-typique d’une souveraineté unitaire, telle qu’elle est énoncée dans le Léviathan de Hobbes », en précisant qu’« aucun système de gouvernance réellement existant n’est pleinement monocentrique ; néanmoins, certains systèmes de gouvernance concentrent une grande partie des pouvoirs dans les mains d’un nombre réduit d’instances au niveau national. » (McGinnis, 2011).

34 Ni bottom-up, ni top-down, mais les deux, comme l’a très clairement explicité Charlotte Hess aussi bien dans les discussions qu’à la table-ronde conclusive de la conférence Propice « Propriété et communs : les nouveaux enjeux de l’accès et de l’innovation partagée », Paris, 25 et 26 avril 2013.

35 North est cité comme exception.

36 Tandis que North, ici encore, s’est rapproché de l’institutionnalisme historique.

37 On peut cependant penser que ces débats de classification, parce que les différences de points de vue s’expliquent aussi par des différences de problématique ou par des positions à défendre dans le champ académique, restent toujours ouverts. Ainsi de l’interactionnisme de Goffman – qu’Ostrom (2010b, p. 413) cite parmi ses principales sources d’inspiration –, traduit et publié en français par Castel et Bourdieu, dont l’inscription dans le structuralisme reste controversée parmi les sociologues.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le cadre interprétatif SES (« social-ecological system ») applicable aux situations d’action étudiées
Crédits Source : Ostrom, 2011, p. 22.
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/10555/img-1.png
Fichier image/png, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chanteau et Agnès Labrousse, « L’institutionnalisme méthodologique d’Elinor Ostrom : quelques enjeux et controverses », Revue de la régulation [En ligne], 14 | 2e semestre / Autumn 2013, mis en ligne le 14 février 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/10555

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Chanteau

Maître de conférences en économie, université de Grenoble-Alpes – Pierre Mendès-France, CREG, jean-pierre.chanteau@upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Agnès Labrousse

Maîtresse de conférences en économie, université de Picardie – Jules Verne, CRIISEA, CEMI-EHESS, agnes.labrousse@u-picardie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page