Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro 14 de la revue comporte un dossier Autour d’Ostrom : communs, droits de propriété et institutionnalisme méthodologique, accompagné d’une partie Varia, ainsi que des notes de lecture très substantielles et plusieurs articles Opinions - débats. Ce dossier est original à bien des égards et devrait intéresser, au-delà du thème des communs, les chercheurs se référant à une approche institutionnaliste historique. Les autres contributions, si elles ne sont pas des articles académiques stricto sensu, participent aussi à la recherche et au débat d’idées et constituent bien une production du chercheur. Après avoir longtemps été confinés à l’hétérodoxie, les débats qui parcourent ces textes sont devenus ceux de toute l’analyse économique : quels sont les liens entre l’extension planétaire du capitalisme et ses transformations propres ? Quels sont les effets, sur la longue durée, de la concentration du capital ? Comment contrôler l’instabilité financière qui découle de cette concentration ?

2Nos deux entretiens abordent ces questions : l’un avec Janos Kornai, témoin privilégié de la grande transformation des anciennes économies de type soviétique ; l’autre avec André Orléan, analyste des crises financières contemporaines et théoricien de la valeur. Ces entretiens illustrent, chacun à sa manière, la diversité des modes d’auscultation d’un capitalisme lui-même très divers, bien que globalisé. À l’entretien de J. Kornai fait écho l’article de Wladimir Andreff, qui relit les transformations post-soviétiques à la lumière de l’hypothèse d’une généralisation de la prédation. Celui d’A. Orléan entre en résonance avec le texte de Bernard Guerrien et Ozgur Gun, qui démonte les apories sous-jacentes à la récompense donnée à E. Fama, « théoricien de l’efficience des marchés », par le jury 2013 du prix de la Banque de Suède en sciences économiques.

3Les notes de lecture de Robert Boyer sur l’ouvrage-somme de Thomas Piketty – sur les relations entre capital et inégalités – et de Martino Nieddu sur celui de l’historien Mathieu Arnoux – sur les transitions économiques des xie-xive liées au changement de contraintes matérielles des communautés rurales – nous appellent à lire et discuter l’approche par l’histoire longue en économie. Le retentissement inédit que la version anglaise du livre de Thomas Piketty a eu aux États-Unis, puis partout dans le monde, nous a conduits à publier la traduction en anglais de la note de Robert Boyer. Ces ouvrages renouent ainsi avec une marque de fabrique originelle de la théorie de la régulation : le régime de la preuve en histoire qui s’écarte de la démarche déductive-nomologique. Ils nous invitent, chacun à leur manière, à reprendre à nouveaux frais les fondements d’une méthode historique et abductive en économie. La note de Julien Vercueil sur l’ouvrage de Michel Aglietta et Thomas Brand revient sur des questions qui agitent l’Europe d’aujourd’hui : comment dépasser les politiques déflationnistes menées à la suite de la crise des dettes souveraines, tout en assurant la soutenabilité des finances publiques et en maintenant la crédibilité des engagements européens en matière de réduction des émissions de carbone ?

4Virgile Chassagnon et Laurent Baronian analysent tous deux les modalités contemporaines du contrôle dans l’organisation. Le premier, en interrogeant le pouvoir de la firme multinationale qui s’exprime par une capacité grandissante de contrôle et de manipulation sur ses partenaires et son environnement. Le deuxième, en analysant le rôle des technologies de l’information et de la communication dans la prescription et le contrôle du travailleur individuel.

5À côté des notes de lectures et textes d’Opinion-débat, nous publions aussi trois articles scientifiques en Varia qui illustrent la variété des méthodes et des propositions de l’économie politique institutionnaliste. Emmanuel Carré étudie la manière dont la Réserve fédérale américaine fait évoluer sa cible d’inflation et décrypte ses justifications. Il analyse ainsi les limites théoriques et empiriques de cette évolution. Étienne Cognard développe une analyse du néo-corporatisme contemporain à partir d’une histoire des fonds paritaires de formation continue. Il montre ainsi les conditions d’émergence de compromis sociaux et en propose une lecture institutionnaliste de type historique. Marc Lenglet et Angelo Riva conduisent une analyse détaillée de l’utilisation des algorithmes de trading sur les marchés financiers européens. Ils nous montrent ainsi comment l’irruption de nouveaux instruments produit une nouvelle catégorie de risque. Leur texte enrichit et actualise la veine des travaux originaux qui abordent la liquidité des marchés à partir d’une démarche sociologique.

6De l’histoire à l’actualité, du temps long à la politique conjoncturelle, des disparités de revenus au fonctionnement des marchés financiers, en passant par la lutte contre l’effet de serre anthropique, les textes présentés ici balaient un large spectre de thématiques. Pour diverses qu’elles soient, ces thématiques n’en concourent pas moins à dessiner, par touches successives, les linéaments d’une analyse de l’évolution du capitalisme – une évolution permanente mais loin d’être régulière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial  », Revue de la régulation [En ligne], 14 | 2e semestre / Autumn 2013, mis en ligne le 23 décembre 2013, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://regulation.revues.org/10365

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page