Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Pourquoi lire Le Temps des laboureurs lorsqu’on est économiste, de surcroît régulationniste et travaillant sur les patrimoines économiques collectifs ?

Mathieu Arnoux, Le Temps des laboureurs, travail, ordre social et croissance en Europe (xie-xve siècle)
Martino Nieddu
Référence(s) :

Mathieu Arnoux, Le Temps des laboureurs, travail, ordre social et croissance en Europe (xie-xve siècle), Paris, Albin Michel, octobre 2012.

Texte intégral

Puisque la juste dîme légitime est instituée par l’Ancien Testament, que le Nouveau Testament a accompli en tout, nous voulons payer la juste dîme du grain, selon ce qui est juste. Comme on doit la donner à Dieu pour qu’elle soit partagée entre les siens, elle doit revenir à un pasteur qui prêche avec clarté la parole de Dieu. Nous voulons désormais que des prévôts désignés par la communauté rassemblent et reçoivent la dîme ; qu’ils donnent au curé choisi par la communauté de quoi l’entretenir lui et les siens, suffisamment et convenablement au jugement de la communauté toute entière. Et le surplus sera donné aux pauvres qui se trouvent dans le village, pour les assister.
(Deuxième des douze articles rédigés par les paysans de Souabe révoltés en mars 1525, cité par M. Arnoux, p. 343)
Luther, qui cherche à préserver ses appuis seigneuriaux de la contestation sociale, condamne les soulèvements de 1525 dans une brochure d’une rare violence, véritable appel au massacre, intitulée « Contre les bandes pillardes et meurtrières des paysans », dans laquelle il écrit : « […] tous ceux qui le peuvent doivent assommer, égorger et passer au fil de l’épée, secrètement ou en public, en sachant qu’il n’est rien de plus venimeux, de plus nuisible, de plus diabolique qu’un rebelle […]. Ici, c’est le temps du glaive et de la colère, et non le temps de la clémence. Aussi l’autorité doit-elle foncer hardiment et frapper en toute bonne conscience, frapper aussi longtemps que la révolte aura un souffle de vie. […] C’est pourquoi, chers seigneurs, […] poignardez, pourfendez, égorgez à qui mieux mieux. » 

  • 1 L’hommage convenu à l’École des Annales porte généralement sur la référence à Ernest Labrousse (la (...)

1Pourquoi, alors que les chats (sans compter les banquiers centraux) à fouetter ne nous manquent pas, des économistes iraient-ils s’intéresser à une nouvelle parution sur le Moyen Âge ? Il ne s’agit pas ici de reprendre cet hommage obligé et peut-être un peu convenu des approches régulationnistes aux Écoles historiques qui, comme l’École des Annales, ont contribué à nous porter sur les fonds baptismaux. Il est vrai que celle-ci a contribué à ancrer de façon définitive nos approches théoriques dans un historicisme qui est probablement l’élément différenciant, non seulement avec l’économie néoclassique, mais aussi avec pratiquement toutes les autres approches d’économie institutionnaliste1. Mais il s’agira plutôt de nous emparer des enseignements contemporains de cet ouvrage, au-delà du fait que, si l’on en accepte les conclusions, il risque d’obliger à renouveler la description du Moyen Âge, jusque dans ces grands clichés que l’on nous enseigne dans les programmes de 5e.

2Mathieu Arnoux, professeur d’histoire économique et sociale du Moyen Âge européen à l’université Paris-Diderot et à l’EHESS, n’appréciera probablement pas que l’on prenne le risque des anachronismes ou des parallèles simplificateurs entre périodes séparées d’un millénaire, tant il avance avec la prudence de l’historien sur la voie d’une réinterprétation audacieuse du « beau Moyen Âge ». Mais ce risque mérite d’être pris pour trois raisons.

  • 2 Pour l’anecdote, je dois ma rencontre avec l’ouvrage de Mathieu Arnoux à un séminaire interdiscipli (...)

3D’abord parce que les résultats qu’il présente posent la question plus générale de l’articulation entre la reconnaissance des statuts sociaux des hommes (et femmes) au travail, et les conditions de la réussite de transitions vers des régimes économiques de progrès (ici celui de la croissance des xie-xive qui a desserré l’étau des contraintes matérielles sur les communautés rurales), et ce, à un moment où l’articulation des problématiques de transitions énergétiques et de crise structurelle du capitalisme vient nous poser des questions de même nature2. Ensuite parce que ces résultats s’appuient sur une méthode abductive dans laquelle les régulationnistes se reconnaîtront, même s’ils n’en ont pas toujours conscience. Enfin, parce qu’il propose un régime de la preuve en histoire économique qui s’écarte des méthodes quantitatives ou de la modélisation. Non pas que celles-ci soient inutiles, mais parce que l’objet même de son analyse l’impose : il s’agit de la construction de biens communs matériels et immatériels (dont une représentation idéologique de la société en trois ordres qui va contribuer à la croissance), qu’on se permettra de qualifier de patrimoines collectifs. Cet objet requiert donc de partir des sources narratives et littéraires, dont les personnages parfaitement fictifs « peuvent être considérés paradoxalement comme les vecteurs d’une histoire concrète » (p. 12).

1. La méthode abductive au service d’une « histoire-problème », plutôt qu’une « histoire-événement »

  • 3 On peut considérer que les régulationnistes utilisaient, tel M. Jourdain faisant de la prose sans l (...)
  • 4 Martino Nieddu, Antonin Gaignette (2000), « L’agriculture française entre logiques sectorielles et (...)

4Du fait du débat hétérodoxie/orthodoxie et de l’importance de se situer par rapport à des démarches hypothético-déductives, certains régulationnistes ont pointé leur dette et l’influence implicite de la philosophie pragmatique de la philosophie américaine de Peirce3 (Nieddu & Gaignette, 2000).4 Dans l’abduction, nous dit Peirce :

  • 5 Claudine Tiercelin, « Le pragmatisme comme méthode scientifique de fixation de la croyance », in C. (...)

nous passons de l’observation de certains faits [les économistes parleraient de faits stylisés paradoxaux] à la supposition d’un principe général qui, s’il était vrai, expliquerait que les faits soient tels qu’ils sont. Nous concluons donc à l’existence de quelque chose qui est totalement différent de tout ce que nous avons pu observer empiriquement, bref, à quelque chose qui est, dans la majorité des cas, inobservable. L’induction serait ainsi le raisonnement qui part des particuliers pour aboutir à des lois générales, tandis que l’abduction serait le raisonnement qui part de l’effet pour remonter à sa cause : alors que le premier « classifie », le second « explique » (Tiercelin, 2013)5.

  • 6 Bruno Amable, Rémi Barré, Robert Boyer, Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Pari (...)
  • 7 Voir notre propre note Martino Nieddu (1998), de Bruno Amable, Rémy Barré, Robert Boyer, « Les syst (...)

5Il est frappant à cet endroit de constater la similitude de construction de certains ouvrages régulationnistes tels que l’Amable, Barré, Boyer (1997), Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation (chez Economica)6, dont Lordon dans son commentaire paru dans L’Année de la régulation (1/1997) avait souligné le cœur explicatif historiciste7, et celle du Temps des laboureurs : (1) la mise en ordre de faits stylisés paradoxaux, qui vont être reconnus comme incontournables et devoir être expliqués ; (2) la mise en forme, à partir d’une relecture exigeante de constructions théoriques antérieures destinées plus à stimuler la pensée qu’à servir de modèle, d’une hypothèse abductive, c’est-à-dire d’un principe général explicatif ; (3) la mise en œuvre d’une stratégie d’observation empirique de grandes régularités permettant d’étayer ce principe explicatif ; (4) enfin, un retour à une description de la réalité observée dans les faits stylisés paradoxaux qui avaient marqué le début du questionnement, pour la réinterpréter à l’aune de ce principe explicatif : la crédibilité du principe tient précisément dans ses qualités heuristiques, c’est-à-dire sa capacité à donner à voir une réalité connue de tous, qui, si elle existe bien en dehors de l’observateur, ne se donne à voir de façon intelligible que si l’on en construit la représentation à partir de l’hypothèse abductive.

2. Une hypothèse abductive décoiffante…

6Le Temps des laboureurs est construit en deux parties, mais si on les redécoupe, l’on retrouve rapidement tous ces ingrédients. La première partie (Histoires du laboureur, p. 19 à 195) commence par mettre en ordre un certain nombre de faits stylisés paradoxaux de la croissance médiévale des xi-xiiie siècle. Si l’on « tient pour acquis [qu’elle] s’établit à la fin du xe siècle et se prolongea jusqu’au milieu du xiiie siècle, et que ce mouvement s’établit sans changement des conditions techniques de la production, il convient de s’interroger sur le moteur de cette croissance » (p. 13). La rapidité de la croissance, et sa généralisation à la charnière des xe et xie siècle, ne peut donc être expliquée par « l’hypothèse technique » (chap. 1), celle d’une innovation se diffusant sur les terroirs européens. Mathieu Arnoux pose ainsi son hypothèse abductive :

La seule hypothèse convaincante est qu’elle résulte d’une augmentation massive et durable de l’offre de travail paysan… Le problème principal est alors d’expliquer une telle évolution, c’est-à-dire de comprendre ce qui poussa les habitants des campagnes à intensifier leurs efforts. (p. 13)

7Cette hypothèse d’une « révolution industrieuse », qui n’est pas nouvelle en histoire économique mais pour d’autres périodes, suppose toutefois qu’on accepte dans le cas d’espèce que les paysans européens se sont constitués « en classe laborieuse, qui permit aux campagnes d’Europe de sortir de l’impasse d’une économie de subsistance » et que ceci « se fit en échange de compensations tangibles parce qu’elles étaient à la fois matérielles et symboliques » (p. 15).

  • 8 De la même façon qu’Amable, Barré et Boyer réalisent un très gros effort de survey de littérature, (...)

8Arnoux se livre alors à une discussion serrée des modèles explicatifs disponibles8 dans le chapitre 2 « Les trois ordres de la société chrétienne : retour sur un débat » et retourne avec une simplicité étonnante l’interprétation habituelle des trois ordres. Pour que cette structure en ordres émerge, il a fallu que l’ordo laboratorum se constitue comme tel, en tant que sujet autonome, et conquiert ce statut.

[La] reconnaissance sociale accordée aux activités laborieuses dans une société où l’élite politique ou religieuse revendiquait l’exclusivité d’une vie oisive… fut l’une des conditions de l’accroissement de l’offre de travail, et donc de la croissance (p. 15).

9On est donc alors obligé de rechercher tous les éléments qui vont confirmer « la construction d’un système d’assurance et de redistribution qui ne fut pas concédé mais édifié par l’ordo laboratorum » (p. 15).

10On se permettra de passer rapidement sur les chapitres suivants qui donnent à voir au non-initié la technicité de l’historien travaillant au régime de la preuve. Ces chapitres vont accumuler les indices de la crédibilité de cette interprétation renversante – au sens littéral du terme –, des trois ordres. Retenons simplement le recul de la pratique esclavagiste (chap. 3) ; le fait que les textes mettent en scène par le récit de la révolte paysanne à une période où elle est devenue plutôt rare, « une tension sociale qui menace à chaque moment de faire basculer dans la violence la cohabitation avec une paysannerie en pleine évolution, désireuse d’une reconnaissance que le groupe seigneurial n’est pas prêt à lui concéder » (chap. 4, p. 127). D’où l’opposition littéraire au sein du même texte destiné à une aristocratie Plantagenêt consciente de la nécessité de sortir de l’affrontement, entre deux configurations :

la plus explicite est l’opposition haineuse et brutale d’une paysannerie insatisfaite, prête à prendre les armes au risque constamment réitéré qu’une brutale répression ne la renvoie à son infériorité sociale et à son impuissance militaire et politique. Une seconde configuration fait l’éloge de la coexistence harmonieuse des cultivateurs et de leurs protecteurs dans un paysage d’abondance et de paix (chap. 4, p. 128).

11D’où aussi des transformations des discours aboutissant à la reconnaissance de la dignité sociale du laboratores (chap. 5), discours attestés par la littérature :

je vis le Seigneur solennellement assis, et le Serviteur qui se tenait avec révérence devant son Seigneur… il était vêtu avec simplicité, comme un travailleur prêt au travail… il était vêtu d’une chemise blanche, simple, vieille et abîmée, tachée par la sueur de son corps… et je m’émerveillai… (texte mystique de la recluse Julienne de Norwich xive, cité dans le chap. 6, p. 196).

3. …au service d’une « Économie institutionnelle » du Moyen Âge

12Le principe explicatif ainsi posé réside donc dans le fait que la société d’ordres est pour les laboratores « revendication sociale et religieuse autant, voire plus, qu’obéissance à l’injonction providentielle énoncée par les clercs » (p. 343). Il est suffisamment perturbant en soi. Néanmoins, il ne peut devenir consistant que s’il permet effectivement de réinterpréter aussi les fondamentaux de la réalité du Moyen Âge. Arnoux va alors, dans la partie 2, montrer :

à propos de trois éléments essentiels de l’économie médiévale, les dîmes, les marchés et les moulins, que des mécanismes d’assurance, permettant la redistribution aux paysans sous diverses formes d’une part substantielle des fruits de leur travail, s’ajoutaient à leur reconnaissance sociale dans le cadre de la société d’ordres. (p. 15)

3. 1. La dîme comme bien commun des communautés paysannes

13M. Arnoux rappelle au début de son chapitre 9 consacré à la dîme que « durant près d’un millénaire, la dîme ecclésiastique fut probablement le phénomène le plus massif de l’économie européenne » (p. 221). Mais comment expliquer que dans la plupart des régions, un dixième du fruit du travail paysan ait été soustrait à la propriété individuelle et aux marchés « pour être consacré à un usage dont les sources ne nous disent pas grand-chose et sur lequel les historiens ne se sont guère montrés curieux » (p. 221) ? De ce point de vue, les études quantitatives et conjoncturelles, aussi courageuses soient-elles, compte tenu des difficultés techniques, ont apporté peu d’éclairage quant au fond. Utilisant cette fois toute la profondeur de la très longue période (de l’émergence carolingienne de la dîme jusqu’aux débats sur sa suppression à l’été 1789), Mathieu Arnoux donne toute sa consistance à la thèse suivante :

  • 9 Si on peut me permettre d’user de cet anachronisme. Néanmoins il faudrait creuser ce filon, la bour (...)

14Les exemples abondent pour montrer qu’il n’y a pas opposition « entre l’Église [et] des fidèles rétifs au versement décimal » (p. 141), mais que cette opposition porte sur ses modalités de prélèvement et d’affectation : « Les communautés présentent une vision organisée et socialisée de la dîme, que les agriculteurs prélèvent eux-mêmes sur le fruit de leur travail selon des modalités conformes à leur économie… » (p. 141). La dîme s’apparente alors « aux institutions communautaires de redistribution décrites par Karl Polanyi comme caractéristiques des économies antérieures à la Grande Transformation » (p. 247). L’abbé Sieyès avait pointé lors des débats à la Constituante le rôle des propriétaires, et les aspects de contre-révolution fiscale libérale9, contenus dans cette suppression : « je n’en conclus pas [de la suppression de la dîme], qu’il faille faire présent d’environ 70 millions de livres de rentes aux propriétaires fonciers » [soit tout de même la moitié du déficit de l’État qui provoqua la chute de l’Ancien Régime]. Comme le rôle de la dîme était attesté dans la production d’un certain nombre de services collectifs (l’entretien du clergé dans une société croyante, mais aussi l’enseignement et l’assistance), on comprend que la Constituante ait simultanément à la suppression du prélèvement dû créer une Commission des dîmes chargée de mettre en place une assistance aux pauvres.

3. 2. Des marchés sans lesquels l’ordre seigneurial ne peut exister, mais aussi en partie au service de la redistribution

  • 10 « C’est un heureux négoce et une marchandise désirable par tous les fidèles du christ que de recevo (...)

15La dîme a joué aussi un rôle important dans la structuration des flux monétaires au Moyen Âge. Prélevée en nature et stockée en partie pour l’assistance, elle est transformée en monnaie sur les marchés médiévaux, exerçant ainsi une pression à la baisse sur les prix de marché. Mais comment analyser ceci, alors que « chez les médiévistes français, il existe une curieuse lecture de Polanyi privilégiant l’idée que l’encastrement de l’économie dans les structures sociales médiévales (embeddedness) aurait inhibé tout processus économique autonome » (p. 258). Mathieu Arnoux insiste d’abord sur le fait que les hommes et femmes du Moyen Âge connaissent le calcul économique et qu’ils sont pénétrés de son langage, y compris en affaire religieuse10, au point qu’il défend l’idée d’une économie de marché médiévale (titre du chapitre 10, avec un point d’interrogation prudent, mais tous les éléments factuels du chapitre militent pour l’existence d’une dynamique puissante de « commercialisation » de la société médiévale). L’enjeu est donc moins de démonter l’existence de marchés médiévaux, qu’on peut retenir comme fait stylisé, que d’expliquer « le marché comme un objet surinvesti par l’institution » (p. 261).

16Il est d’abord un espace essentiel de la réalisation de la seigneurie, en convertissant les prélèvements en nature en revenus monétaires permettant les dépenses ostentatoires sans lesquelles l’ordre nobiliaire n’est rien. Il ne fait aucun doute qu’à partir du xie, la tenue d’un marché est toujours associée à l’exercice d’un droit seigneurial. Mais « elle a sur la qualification de l’espace et sur l’exercice des droits des effets qui s’imposent autant au seigneur qu’aux sujets… Juridiquement le marché est en effet un espace extraordinairement protégé » (p. 269) des extorsions et de l’arbitraire seigneurial.

  • 11 « Lenzi ne désapprouve pas cette violence. Bien plus, face à la démagogie des voisins et ennemis si (...)

17C’est donc autour de ce caractère public du marché, et de la régulation (par la violence politique) à la fois de la concurrence entre places de marché, et des variations de prix en période de disette, que va s’organiser le développement des flux monétaires. Cette violence politique, accolée à la notion de juste prix, présente dans toute la littérature moyenâgeuse, va imposer au marché de fonctionner comme un instrument de lutte contre la famine, en maintenant les subsistances à un bas prix autant que possible11 « sans pour autant qu’on puisse y voir le prémisse d’une société rendue homogène par la circulation monétaire… Il ne manque pas de textes d’ailleurs pour affirmer que si le marché est l’instrument essentiel d’une économie morale de la survie des pauvres, il veille parallèlement à interdire autant que possible [la] mobilité sociale » (p. 286). Dans leurs principes et dans leurs fonctionnements, les marchés médiévaux seront de « puissants instruments d’assistance aux pauvres, complémentaires de la dîme et des institutions hospitalières », mais aussi de fixation et de reproduction de la hiérarchie des ordres.

3. 3. Les moulins à eau : un patrimoine productif collectif disputé entre paysans et seigneurs ?

18Mathieu Arnoux livre dans le dernier chapitre une réflexion sur cette grande transition énergétique qu’a été l’équipement hydraulique de l’Europe au Moyen Âge. Il renoue à cet endroit avec la volonté de l’École des Annales de s’emparer d’une Histoire de la civilisation matérielle et des innovations, mais qui cherche à emprunter une voie étroite qu’il est nécessaire de préciser ici, car l’interprétation de ce chapitre est malaisée pour un non-spécialiste. Si notre compréhension de celui-ci est juste, le double écueil se trouve entre deux interprétations qui ont chacune leur capacité explicative. La première repose sur un déterminisme technologique et associe la croissance à un modèle diffusionniste de l’innovation. La seconde repose sur le déterminisme des rapports sociaux : le seigneur, maître du ban aurait un intérêt au développement de l’outil. Dans un marxisme classique, il apparaîtrait comme la figure dominante, économiquement progressiste (par rapport à la société esclavagiste), libérant les forces productives comme le fera plus tard la bourgeoisie pour la période industrielle (« l’instrument à la fois tyrannique et progressiste du pouvoir seigneurial », p. 336).

19Traquant un débat historiographique qui remonte à un article séminal de Marc Bloch dans les Annales en 1935, il constate d’abord que la connaissance de la technologie remonte à l’Antique (« c’est le monde romain qui avait su imaginer l’usage énergétique de l’eau », p. 335) : les xie-xiiie siècle sont une phase intense d’équipement, qui peut difficilement relever du modèle diffusionniste. Il se refuse aussi à déduire l’histoire du moulin de la structure de domination féodale :

La prégnance de la question de la seigneurie banale dans les recherches sur les territoires et les structures économiques a pratiquement interdit de s’interroger sur le développement d’un marché de l’énergie, question essentielle si l’on admet qu’à la croissance d’une offre d’énergie devait correspondre une croissance de la demande. (p. 293)

20Arnoux propose donc de substituer aux déterminismes technologiques et politiques une interprétation des faits d’ordre économique : quelles sont les conditions d’existence du moulin, outil vital du développement d’une économie céréalière, qui sans lui serait prisonnière et limitée à la meule à bras ?

21C’est, si l’on interprète bien ce chapitre, cette économie institutionnelle du moulin que cherche à esquisser l’auteur, au-delà des stratégies souvent brutales d’accaparement féodal. Ces dernières n’en constitueraient que l’écume des choses, et peut-être en partie un anachronisme pour la période xie-xiiie :

C’est au xive alors que s’étend la crise des institutions manoriales, que l’opposition entre paysans et seigneurs se cristallise sur le problème de la mouture… Ailleurs en Europe, c’est après la peste noire, voire au siècle suivant, que la banalité du moulin devient l’instrument de la mise en tutelle des communautés paysannes (p. 334-335).

22Mathieu Arnoux relève dans le corpus de textes et les cartographies, systématiquement et patiemment dressés par les historiens, une régulation institutionnelle dans deux dimensions (p. 316) : les aménagements des approvisionnements en eau, les règles de fréquentation des usagers locaux permettant d’amortir l’investissement. Mener cette analyse proprement économique de l’institution moulin (p. 316), suppose d’accepter de reconnaître les engagements de non-concurrence, et l’ensemble des dispositifs visant à préserver les conditions d’un fonctionnement patrimonial collectif :

au total ces règles de bon fonctionnement des installations et de bon voisinage de leurs propriétaires et de leurs usages combinent deux principes fondamentaux : d’une part, pour les installations dont la longévité a démontré l’utilité, la légitimité à continuer leur service ; d’autre part, pour fournir aux communautés voisines un service de meunerie efficace, l’incitation à équiper les cours d’eau de la façon la plus intensive. (p. 319)

23La logique des fiefs et des seigneuries a donc dû alors s’effacer – au moins durant ce temps significatif de formidable équipement de l’Europe des xi-xiiie siècle, qui va en fixer les paysages jusqu’au milieu du xixe – « devant une contrainte de subsistance qui dépasse les droits acquis » (p. 319), et les paysans explicitement autorisés « à aller où ils voudront en cas de défaillance momentanée du moulin ». Une création aussi durable, nous dit Mathieu Arnoux, ne fut rendue possible que par une série d’innovations institutionnelles et juridiques qui ont permis la constitution d’un marché régulé de l’énergie hydraulique. L’appropriation des ressources énergétiques par le groupe seigneurial ne peut être considérée que dans le cadre d’une séquence de défaites des communautés paysannes, alors que ces dernières avaient su initier le mouvement d’investissement, et constitué une économie céréalière structurée autour de cet objet collectif qu’a été le moulin.

4. Risquer quelques enseignements pour la période actuelle

  • 12 Sur cette notion de patrimoines, on se permettra de renvoyer, en nous excusant d’avance de cette au (...)

24Le modèle que Mathieu Arnoux a mis à l’épreuve des faits pourrait (si on accepte cette simplification brutale d’une pensée toujours nuancée et prudente, dont nous sommes, nous autres économistes, coutumiers), être décrit ainsi dans un langage régulationniste : les conditions permissives de la croissance du xie-xiiie siècle et de la façon dont celle-ci a marqué le paysage européen jusqu’à la révolution industrielle ne sont pas fondamentalement d’ordre technologique. Elles résident dans ce compromis institutionnalisé, arraché de façon aléatoire et toujours provisoire par la catégorie des laboratores, qui a su sortir de l’invisibilité sociale, pour s’imposer en tant que troisième ordre unifié par sa condition. La « révolution industrieuse » portée par cet ordre est soutenue par un ensemble de formes institutionnelles, qui vont se concrétiser dans trois types d’institutions, à la fois produits et productrices de patrimoines collectifs12, que ce soit dans le domaine de la redistribution, de l’échange ou de la production : la dîme, le marché, et le moulin.

  • 13 On relira utilement la critique de notre point de vue assez définitive que le regretté Keith Pavitt (...)

25Le prélèvement, aussi important soit-il, n’a donc pas été un ralentisseur de croissance comme tenteraient de nous le faire croire les libéraux (l’impôt confiscatoire !), mais l’instrument de la protection au sein des communautés au travail, et de la production de « services publics » ; il a aussi été le résultat d’un engagement collectif, et s’inscrit dans une construction économique plus globale, celle des biens collectifs ou communs nécessaires à l’existence dans une économie substantive. Le problème analytique est, si on élargit cette question des biens collectifs ou communs à d’autres périodes, que leur existence constitue très rarement un programme de recherche en soi. Et ce au profit de deux explications des dynamiques à l’œuvre symétriques, mais parfois implicitement mélangées : la première est d’ordre technologique, et consiste à surestimer les logiques schumpetériennes de destruction créative de changement de paradigme, auxquelles nous sommes sommés de nous adapter13. La seconde est de l’ordre du politique et subordonne l’explication des dynamiques économiques aux rapports de forces sociaux. Il s’agit par exemple, dans le cas de l’ère financiarisée des rapports de forces de l’alliance des actionnaires et des managers, (qui se nourrissent de la volonté de restructuration des premiers pour leur extorquer une part de la valeur ajoutée au nom du fait qu’ils font leur « sale travail »), contre la communauté industrielle des producteurs, salariés et les sous-traitants.

  • 14 Dans le langage de Boltanski et Thévenot, ils cherchent à s’inscrire de façon conjoncturelle et imp (...)
  • 15 On les comprend moins dans le cas, par exemple, de la Politique Agricole Commune, dont les disposit (...)

26Cette explication a une consistance significative. Mais les arrangements économiques, les stratégies de coopération entre acteurs par ailleurs concurrents, les accords de limitation de la concurrence, les dispositifs de distribution ordonnée de la connaissance et des revenus, les garanties de stabilité de l’emploi qui préservent les compétences etc., cet ensemble de dispositifs collectifs qui permettent la production et sont au cœur d’une économie substantive échappent alors à la fois à l’analyse et aux préconisations. C’est en cela qu’on est obligé de parler d’arrangements, c’est-à-dire de bricolages administratifs, politiques et institutionnels, et de constructions de discours de légitimation d’actions « non naturelles » dans le contexte des rapports de forces sociaux, et qui, en cherchant à se frayer un passage dans celui-ci, doivent toujours leur payer un tribut14. On peut les comprendre dans le cas du Moyen Âge, où la contrainte d’existence conduit à payer ce tribut au seigneur pour préserver le moulin, ou à la hiérarchie de l’Église, pour que puissent être générés dans la communauté les services publics (dont l’église paroissiale) et les biens collectifs nécessaires à son existence15 ; ces deux acteurs étant toujours tentés par l’attentat confiscatoire. Or il est d’autant plus important, dans le cas de la période contemporaine, de reconnaître le lent, peu excitant et difficile à évaluer, travail en économie de la production, de ces patrimoines productifs collectifs que les pressions des règles de concurrence et la domination financière masquent littéralement.

27La mauvaise nouvelle est que si l’on raisonne en longue période, une telle séquence [« révolution industrieuse » / compromis institutionnalisé, construisant des mécanismes de prélèvement, de protection et de redistribution / cercle vertueux de croissance] semble se trouver derrière nous, dans les conflits qui avaient amené les couches laborieuses industrielles à se constituer en « classe pour soi » et à arracher à la fois un statut salarial et des mécanismes de redistribution assurant l’accès à la consommation. La longue période, ouverte par la séquence de croissance des xie-xiiie siècle et que les révolutions politiques et industrielles vont clore, suggère l’analogie suivante : on se trouverait plutôt dans un type de « période confiscatoire », non pas par l’impôt – prélèvement dont Mathieu Arnoux s’est attaché à propos d’un objet singulier, la dîme qu’il a relevé d’une pratique volontaire et d’un combat contre les vrais confiscateurs–, mais confiscatoire des fruits du travail et destructrice de solidarités…

28Il s’agit d’une mauvaise nouvelle à double titre, car le travail de Mathieu Arnoux suggère en creux de réfléchir aux enjeux des grandes transitions énergétiques nécessaires aujourd’hui, à l’aune de l’expérience de la « transition décentralisée » réussie et de la production de patrimoines collectifs par les communautés paysannes, malgré et au-delà de la violence des tentatives d’accaparement féodaux.

5. La démarche narrative et le régime de la preuve

  • 16 Sur l’usage de la démarche narrative en économie et gestion, et sur la puissance théorique de l’étu (...)
  • 17 André Vanoli (2013), « Comptabilité nationale, statistiques et indicateurs du développement durable (...)

29On terminera enfin sur un point de méthode dans le travail scientifique. La démarche narrative16 est mobilisée dans le livre à deux endroits : l’ouvrage s’appuie sur les textes, pour en déduire, à l’issue d’une discussion serrée, les structures de pensée venant équiper et reflétant les patrimoines collectifs. Il ordonne un récit explicatif cohérent, qui peut être testé et falsifié par des raisonnements contrefactuels. Ceci ne s’oppose pas à des démarches quantitatives pour lesquelles on manque cruellement de données – et ce, pas seulement pour le Moyen Âge, car le sous-investissement dans les comptabilités nationales depuis une vingtaine d’années dénoncé par des spécialistes qui ont bien connu leur genèse, tel que Vanoli (2013)17, empêche la formation d’une comptabilité patrimoniale consistante, à la fois au niveau des régions et des questions environnementales.

30En revanche, la sophistication des modèles économiques a conduit à substituer à la description des faits, qu’elle soit quantitative (économie statistique descriptive) ou qualitative, et à la complexité de la réalité, la puissance simplificatrice et la liberté de l’outil d’économie expérimentale, doublée malheureusement d’un mépris de l’étude de cas. Si l’on assume la confrontation entre les outils d’Économie institutionnelle (dont la méthode abductive) et ceux d’Économie expérimentale, et la façon dont chacune peut gérer son régime de la preuve, en quoi une étude de cas historique ou sectorielle serrée et reposant sur une problématisation exigeante de ce que l’on souhaite tester, aurait moins de valeur qu’un jeu répété simulé par ordinateur ? Saluons donc la parution de cet ouvrage, qui est déjà reconnu par les historiens comme un grand livre d’histoire, mais qui mérite probablement aussi d’être conseillé, si ce n’est à titre de thérapie, du moins comme lecture de chevet apaisante, à plus d’un économiste.

Haut de page

Notes

1 L’hommage convenu à l’École des Annales porte généralement sur la référence à Ernest Labrousse (la conjoncture est produite par les structures), ce qui laisse supposer que l’héritage est contenu dans la macroéconomie institutionnelle de la première période de la régulation. Il nous semble au contraire que les approches régulationnistes dans leur diversité se nourrissent de la réflexion de l’École des Annales en tant qu’elle rompt avec le récit de l’événement unique pour le replacer dans des schémas de causalité qui mobilisent les faits économiques comme des « faits sociaux totaux ». Par ailleurs, les évolutions de l’approche épistémologique des Annales, d’une histoire-événement à une histoire-problème dans laquelle différentes temporalités sont mobilisées pour l’explication (la très longue période, la période courte), nous semblent également faire partie du code génétique légué par les Annales aux approches régulationnistes.

2 Pour l’anecdote, je dois ma rencontre avec l’ouvrage de Mathieu Arnoux à un séminaire interdisciplinaire du LIED, laboratoire interdisciplinaire sur les transitions énergétiques, qu’il anime à Paris VII, avec des physiciens, et à un exercice de politique d’orientation de la recherche au niveau régional (dit Smart Specialisation Strategy des régions, voir http://s3platform.jrc.ec.europa.eu/home et qui va se substituer aux CPER). Nous nous interrogions avec une autre historienne du Moyen Âge, Isabelle Heullant-Donat (et à partir de cet ouvrage de Mathieu Arnoux) sur les apports possibles des sciences humaines et sociales à un exercice souvent décliné par les techniciens de l’État ou des régions comme la recherche du champion régional, auquel il faudrait tout sacrifier, plutôt que de celle d’une réflexion sur les apports de la recherche à une transition énergétique et sociale dans les régions.

3 On peut considérer que les régulationnistes utilisaient, tel M. Jourdain faisant de la prose sans le savoir, un cadre relevant de la philosophie pragmatique sans le savoir, jusqu’à la relecture française du vieil institutionnalisme américain de Commons et de Veblen. Cette filiation apparaît alors nettement (qu’elle soit réinventée par un processus où les régulationnistes se choisiraient leur propres aïeux, ou réelle). Elle contraste avec l’utilisation que le marxisme dit analytique a fait de l’autre courant de la philosophie anglo-saxonne (la philosophie analytique), pour nier toute contradiction et dialectique dans des économies institutionnelles.

4 Martino Nieddu, Antonin Gaignette (2000), « L’agriculture française entre logiques sectorielles et logiques territoriales (1960-1985) », Cahiers d’économie et de sociologie rurale, no 54, p. 49-87.

5 Claudine Tiercelin, « Le pragmatisme comme méthode scientifique de fixation de la croyance », in C. S. Peirce et le pragmatisme (« Métaphysique et connaissance »), [en ligne], mis en ligne le 10 février 2013, consulté le 14 mars 2013. URL : http://philosophie-cdf.revues.org/535

6 Bruno Amable, Rémi Barré, Robert Boyer, Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Paris, Economica, 1997.

7 Voir notre propre note Martino Nieddu (1998), de Bruno Amable, Rémy Barré, Robert Boyer, « Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation », Économie rurale, 1998, vol. 244, no 1, p. 57-58. url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ecoru_0013-0559_1998_num_244_1_5003_t1_0057_0000_2, consulté le 15 mars 2013.

8 De la même façon qu’Amable, Barré et Boyer réalisent un très gros effort de survey de littérature, d’où vont sortir les explications institutionnalistes de la variété des capitalismes nationaux, à un moment où le seul horizon proposé par les économistes était celui d’une convergence avec le modèle américain qui semblait devoir être l’horizon indépassable de tous les pays.

9 Si on peut me permettre d’user de cet anachronisme. Néanmoins il faudrait creuser ce filon, la bourgeoisie utilisant la poussée démocratique de la Révolution française pour opérer la liquidation de deux aspects de l’Ancien Régime, la structure nobiliaire du pouvoir, au profit d’un régime censitaire, et les solidarités collectives avec la loi Le Chapelier, afin de construire l’individualisme libéral. Le Code civil napoléonien sanctionne de ce point de vue la fin de la tentative d’inscription des questions de solidarités collectives dans la Constitution française, posées par la période de poussée démocratique. Il retient une définition de l’individu comme doté d’une existence car doté d’un patrimoine marchand (même vide, sera obligé d’ajouter le théoricien du droit…), et le patrimoine est défini comme un ensemble de biens cessibles. Ceci revient à nier les caractéristiques de non-transmission marchande, de non-divisibilité et d’impossibilité d’affectation à un titulaire de certains patrimoines. Leur existence n’est alors pas reconnue en tant que telle par la théorie économique, alors obligée de se livrer à une contorsion qui prend la forme d’une conceptualisation en termes d’externalités positives.

10 « C’est un heureux négoce et une marchandise désirable par tous les fidèles du christ que de recevoir beaucoup en échange de peu…, des biens éternels contre des biens temporels… Moi Arnoul de Regimo et ma femme Élisabeth désireux de prendre notre part si petite soit-elle dans cette transaction, attirés par l’espoir d’une éternelle rétribution… » (cité p. 264, mais souligné par nous)

11 « Lenzi ne désapprouve pas cette violence. Bien plus, face à la démagogie des voisins et ennemis siennois qui ont cru pouvoir désamorcer la crise en chargeant l’hôpital Santa Maria della Scala de distribuer une aumône quotidienne aux pauvres de la ville et de la campagne, créant les conditions d’une émeute scandaleuse suivie d’une répression inique, il félicite les autorités florentines d’avoir choisi la voie étroite d’une régulation sévère mais équitable du marché » (p. 284).

12 Sur cette notion de patrimoines, on se permettra de renvoyer, en nous excusant d’avance de cette auto-citation, à l’ouvrage collectif Christian Barrère et al. (2005), Réinventer le patrimoine, Paris, L’Harmattan, aux numéros spéciaux de Géographie, Économie, Société, 2004/3 et Économie Appliquée, 2007/3, ainsi qu’à notre article « Patrimoines collectifs versus exploration/exploitation : le cas de la bioraffinerie », 2013 (à paraître dans la Revue Économique).

13 On relira utilement la critique de notre point de vue assez définitive que le regretté Keith Pavitt a adressé aux approches schumpetériennes, par exemple Keith Pavitt (2001), « Les implications de la spécialisation dans la production de connaissance », p. 117-137 et “Technologies products & Organization in the innovating firm: what Adam Smith tell us and Joseph Schumpeter doesn’t”, p. 213-237, in Hervé Dumez (dir.), Management de l’innovation, management de la connaissance, Paris, L’Harmattan.

14 Dans le langage de Boltanski et Thévenot, ils cherchent à s’inscrire de façon conjoncturelle et improbable dans des interfaces entre cités, rendant les épreuves toujours aléatoires, et les compromis toujours instables.

15 On les comprend moins dans le cas, par exemple, de la Politique Agricole Commune, dont les dispositifs sont chargés de préserver le patrimoine productif agricole européen et son tissu d’agriculture familiale, lorsqu’elle est sommée, pour être tolérée dans une économie dominée par les institutions de régulation de la concurrence, d’être neutre du point de vue des hiérarchies agricoles et du maintien de la rente des producteurs de grande taille. Ceux-ci vont exercer un véritable chantage en vue de la concentration d’une partie des aides à leur profit, afin que puisse exister le mécanisme de redistribution en faveur de l’agriculture de plus petite taille, générant ainsi des discours anti-prélèvement populistes.

16 Sur l’usage de la démarche narrative en économie et gestion, et sur la puissance théorique de l’étude de cas, on lira utilement Hervé Dumez, Alain Jeunemaître (2005), « La démarche narrative en économie », Revue économique, vol. 56, no 4, p. 983-1005 ; Hervé Dumez (2006), Introduction to a Special Issue: Why a special issue on methodology, European management review, vol. 3, no 1, p. 4-6, tout ce numéro étant bon à lire, notamment Michael J. Piore (2006), Qualitative research: does it fit in economics?, European Management Review, vol. 3, p. 17-23.

17 André Vanoli (2013), « Comptabilité nationale, statistiques et indicateurs du développement durable : état de l’art et des réflexions », in Franck-Dominique Vivien, Jacques Lepart, Pascal Marty (eds), L’évaluation de la durabilité, Versailles, Quae.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martino Nieddu, « Pourquoi lire Le Temps des laboureurs lorsqu’on est économiste, de surcroît régulationniste et travaillant sur les patrimoines économiques collectifs ? », Revue de la régulation [En ligne], 14 | 2e semestre / Autumn 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/10347

Haut de page

Auteur

Martino Nieddu

Laboratoire Regards EA 6292, université de Reims Champagne-Ardenne, martino.nieddu@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page