Navigation – Plan du site
Opinions - débats

Contrôle et manipulation au cœur de la firme-monde ?

Control and manipulation in the world-firm?
Control y manipulación en el corazón de la firma-mundo ?
Virgile Chassagnon

Résumés

L’objectif de cette contribution est de questionner la nature des relations de pouvoir qui caractérisent le régime de gouvernement des grandes firmes modernes, appréhendées ici sous le vocable de « firmes-monde ». L’originalité de cet article exploratoire est double. D’une part, il ambitionne – après avoir rappelé ce qu’est une firme-monde – de mêler au sein d’une même analyse une réflexion sur le gouvernement interne (relation d’emploi) et une réflexion sur le gouvernement externe des firmes-monde (relation de sous-traitance internationale) en utilisant un prisme particulier : le pouvoir. D’autre part, il propose de développer un nouveau concept, celui de contrôlation (néologisme issu du mariage des deux lemmes : contrôle et manipulation) afin de dépeindre la complexité et la subtilité des régimes de gouvernement de ces firmes qui se fondent sur une véritable fragmentation et sur une tout aussi manifeste subversion des frontières régulatoires du capitalisme industriel.

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif ici est de questionner la nature des relations de pouvoir qui nourrissent et qui traduisent tout à la fois le régime de gouvernement des firmes-monde. Partant, notre propos s’appréciera en plusieurs étapes distinctes. Nous dépeindrons à gros traits ce qu’est une firme-monde afin d’appréhender son mode de gouvernement et sa structure de relations de pouvoir. Aussi nous caractériserons le régime de gouvernement interne de la firme-monde fondé sur une forme de polyarchie dont la nature interroge et mérite une attention toute particulière certes, mais justifie aussi une démarche exploratoire visant à ouvrir de nouvelles pistes de réflexion. Nous montrerons enfin que ce constat d’un régime de gouvernement de plus en plus agonique s’applique – quoique différemment – au mode de gouvernement externe des firmes-monde centré sur une logique de dilution et de fragmentation des frontières régulatoires – juridiques et étatiques notamment.

1. Quelques éléments de contextualisation

2Les économies de marché modernes sont peuplées de firmes dont les traits de caractère sont si prononcés que les adjectifs qualificatifs que l’on a coutume de leur attribuer (à l’instar de multinationales – ou supra ou transnationales – géantes – ou tentaculaires ou éléphantesques – réseaux – ou réticulaires ou virtuelles – etc.) apparaissent désormais comme des euphémismes censés traduire une réalité bien connue de chacun, celle de la mondialisation. Aujourd’hui ces institutions primaires du système capitaliste ressemblent à ce que l’on pourrait nommer des firmes-monde, pas parce que leur activité économique se déploie par-delà le territoire géographique ancré dans les règles de comptabilité nationale, mais parce qu’elles organisent un système complexe de relations de pouvoir qui fait de cette firme une entité économique superpuissante qui s’affranchit très nettement des frontières régulatoires (au sens large) que nos économies sont parvenues à ériger au fil du temps.

3D’aucuns auront reconnu derrière ce concept de firme-monde l’influence reçue de l’historien Braudel qui forgea dès le milieu des années 1950 l’idée d’« économies-monde » susceptible de dépeindre dans la mesure du possible la domination hégémonique des grandes nations (autrement appelées puissances). Derechef il s’avère que ce concept extrêmement fort et aiguisé s’applique plutôt bien aux énormes firmes qui nous entourent, et ce même si l’objet d’étude est différent et même si tous les éléments de définition ne sauraient être appliqués au niveau de la firme : « une économie-monde est un morceau de la planète économiquement autonome, capable pour l’essentiel de se suffire à lui-même et auquel ses liaisons et ses échanges intérieurs confèrent une certaine unité organique » (Braudel, 1979, p. 12). L’histoire semble ainsi nous rappeler un fait stylisé du xxie siècle dont l’on doit prendre la mesure : la puissance de ces firmes n’a plus rien à envier à celle des grandes nations de ce monde. Le chiffre d’affaires annuel de certaines de ces firmes-monde (par exemple Walmart réalise environ 430 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel) équivaut au produit intérieur brut annuel de grandes nations comme l’Argentine, l’Autriche ou l’Afrique du Sud (il ne s’agit pas ici de comparer des « choux et des carottes » mais de donner une simple image).

4Ce constat ainsi dressé mérite de marquer nos consciences afin que nos efforts soient consentis dans une direction précise, celle de la compréhension des règles de gouvernement qui régissent et qui régulent ces firmes-monde. Car c’est bien cette direction qui nous permettra ensuite de mieux baliser ce qu’elles sont vraiment et de mieux appréhender ce qui les fait exister, durer et croître. Un tel travail ne peut être entrepris qu’à travers un prisme particulier, capable de dégager les subtilités de ces règles de gouvernement. Les firmes-monde s’accommodent des principes institutionnels de régulation et de protection qui pourraient nuire à leur immensité en démultipliant les nœuds de pouvoir et en faisant de ceux-ci des instruments tant de légitimation que de pérennisation de leur modèle libéral de production fondée sur la recherche de la valeur actionnariale. C’est pourquoi le pouvoir, ce concept malléable et transformatif qui s’applique partout, à tout, et de tout temps (voir, e.g. Chassagnon, 2010, 2011, 2012b) constituera, dans cet article, notre clé d’analyse constructive. Alors que les économistes du mainstream pensent souvent que les contrats sont là pour résoudre ex ante les conflits de pouvoirs, nous croyons au contraire que parce qu’ils sont fatalement incomplets ils sont aussi des enjeux de pouvoirs. C’est pourquoi il faut inscrire cet objet de recherche que constitue la firme-monde dans le domaine de l’économie politique, en lieu et place de la « science économique » si celle-ci se réduit aux plus réductionnistes raisonnements arithmomorphiques ou aux plus abstraits bien que très sophistiqués modèles mathématiques.

5La complexité des relations de pouvoir qui jalonnent la construction et la reconstitution permanentes de la firme-monde ne saurait se circonscrire à des représentations hypothético-déductives largement dénuées de substance sociale et politique. Si la firme-monde apparaît comme un acteur de plus en plus influent sur la scène internationale, elle échappe pourtant très souvent aux régulations étatiques. Nonobstant ce constat probant, elle façonne pour autant le fonctionnement de nos sociétés modernes et, quelque part, elle contribue à rythmer les vies de chacun d’entre nous.

2. Quels pouvoirs pour quelles formes de gouvernement de la firme-monde ?

6Nous venons de retranscrire grosso modo ce que représentent les firmes-monde dans nos sociétés développées. Notre attention sera maintenant portée sur leurs logiques constitutives et tout particulièrement sur la spécificité de la nature de leur gouvernement, c’est-à-dire l’ensemble des dispositifs institutionnels et des procédures organisationnelles par lesquels les firmes-monde sont gouvernées et par lesquels les relations de pouvoir sont structurées. Le premier argument qui est à noter concerne la multidimensionalité du pouvoir que l’on retrouve au cœur du fonctionnement de la firme-monde et d’où naît cette question : quels pouvoirs pour quelles formes de gouvernement de la firme-monde ?

  • 1 Ne trouvant pas de notions susceptibles, selon nous, de retranscrire à bon escient ce qui est au cœ (...)

7Pour y répondre, il est nécessaire d’envisager une structure de gouvernement double de la firme-monde (Chassagnon, 2011). Un gouvernement interne qui vise à institutionnaliser les relations à l’intérieur de la firme-monde (tout particulièrement les relations de travail) et un gouvernement externe qui a pour fonction d’institutionnaliser les relations entre la firme-monde et ses partenaires économiques (des fournisseurs souvent de « taille » plus modeste). Car ce sont bien ces deux modes de régulation distincts mais complémentaires qui font la firme-monde. Pour réaliser ces deux défis de management et de gouvernement et mener à bien ses activités économiques, elle prend la liberté de déborder très largement des frontières traditionnelles. Mais ce qui réunit son gouvernement interne et son gouvernement externe est typiquement la subtilité de la nature des relations de pouvoirs qu’ils pérennisent. Ce régime de pouvoir se fonde sur une certaine démocratisation du pouvoir mais dont les finalités demeurent le contrôle de la force productive. Tout se passe comme si la régulation des relations de pouvoir passait avant toute chose par la distribution de ce même pouvoir. Dans la firme-monde, on obtient le pouvoir sur une entité active en lui accordant le pouvoir ; en d’autres termes, on contrôle les ressources productives rares en leur octroyant une parcelle de pouvoir. Il devient alors loisible de s’interroger sur la finalité même de la volonté (au moins apparente) d’équilibrage des relations de pouvoir et, par conséquent, sur le soupçon de manipulation qui pourrait accompagner ces pratiques économico-managériales. Nous aborderons cette relation agonale à travers le concept de « contrôlation »1  qui n’est rien d’autre que le néologisme résultant du mariage de ces deux lemmes (contrôle et manipulation).

3. Portrait de la structure du régime interne du pouvoir

8S’intéresser au régime de gouvernement des firmes-monde, c’est avant tout s’interroger sur la nature des relations de pouvoir qui fédèrent et unifient des entités individuelles intrinsèquement singulières pour faire émerger un processus de création collective. En d’autres termes, bien que les questions de la nature et du gouvernement des firmes soient ontologiquement différentes et doivent être dissociées, il s’avère que répondre à la seconde permet d’approcher pourquoi une firme est ce qu’elle est (première question) – en tant qu’objet social (Lawson, 2012). Dans d’autres travaux, il a été montré que ces deux questions pouvaient être liées par une approche de la firme comme entité sociale émergente (reconstitutive) fondée sur le pouvoir (Chassagnon, 2013). L’organisation interne des firmes repose sur trois types distincts de pouvoir qui s’enchevêtrent pour assurer l’intégrité et la durabilité de l’entité cohésive (Chassagnon, 2011, 2012b) : l’autorité, le pouvoir de jure et le pouvoir de facto.

  • 2 Pour une distinction complémentaire entre le pouvoir et l’autorité, voir Weber (2003).

9L’autorité découle du contrat de travail qui donne formellement existence et force à la subordination de l’employé à l’employeur ; l’employeur a le droit de donner des ordres aux employés qui ont l’obligation de les exécuter. Le fondement du contrat de travail n’est donc pas directement le pouvoir mais l’autorité, cet arrangement mutuel qui cesse dès que le contrat expire. La subordination n’est rien d’autre qu’une latitude décisionnelle dans l’allocation des tâches. À l’intérieur de cette zone d’obéissance contractualisée, les positions sont formellement figées. La Chambre sociale a ainsi proposé une définition très précise de la subordination juridique entre l’employeur et l’employé – largement reprise par la jurisprudence – comme « l’exécution d’un travail sous l’autorité d’un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné » (Cass. Soc. du 13 novembre 1996, Bull.civ., V, n° 386). Dans le droit français, la reconnaissance du lien de subordination comme fondement de la relation d’emploi entre l’employeur et l’employé est donc explicite et constitue une première forme de pouvoir que nous qualifions de « pouvoir institué » (Dockès, 1999). En revanche, en dehors de ce périmètre institué d’obéissance, il ne s’agit plus d’autorité mais de pouvoir. Le pouvoir émerge de stratégies de confrontation qui sont la marque d’une insubordination, laquelle constitue, par définition, un moyen d’insoumission. Foucault (1982) a beaucoup insisté sur cette idée en expliquant que le pouvoir implique toujours la liberté et jamais le consensus2.

  • 3 Nous avons retenu le terme « capital humain » car il est communément utilisé en théorie de la firme (...)

10Le pouvoir de jure, c’est l’héritage le plus ancien de notre système capitaliste. Cette forme de pouvoir aussi a partie liée au droit ; elle repose sur des mécanismes formels qui peuvent faire l’objet d’une exécution contrainte par les juges. Historiquement, le régime juridique de la propriété privée qui octroie le droit d’exclusion (licenciement) est au cœur de ces mécanismes de jure de pouvoir. C’est le mécanisme au travers duquel se structurent de nombreuses autres relations dans la firme (notons tout de même que la loi, notamment le droit du travail, accorde d’autres droits et devoirs aux employeurs et aux employés leur permettant de tirer des formes de pouvoir, ne serait-ce que la liberté contractuelle). La propriété est historiquement très importante dans la théorie de la firme. C’est parce que A peut priver B de son travail pour lequel il dispose de compétences valorisables qu’il détient un pouvoir de jure sur B. La propriété est alors considérée comme une ressource formelle ; elle prémunit son détenteur des menaces de sanctions et, au contraire, impose à ses non-détenteurs de trouver d’autres sources de valorisation (spécialisation) leur permettant de contribuer à la valeur productive de l’organisation et d’acquérir une forme de pouvoir. Nous rejoignons ici très explicitement la forme de pouvoir liée à la propriété du capital mise en lumière par Marx (1963), Commons (1924), Marglin (1974), Galbraith (1985) et, dans un esprit tout à fait différent, par Hart (1995). L’employeur dispose d’un pouvoir sur les employés parce qu’il peut utiliser – consciemment ou inconsciemment, explicitement ou implicitement – la menace de l’exclusion du capital humain3 de l’accès aux ressources non humaines pour lesquelles il a développé des compétences spécifiques (ajoutons que dans nos économies de marché en crise empreintes d’un fort taux de chômage et d’un net recul du taux de syndicalisation, cette forme de pouvoir demeure centrale).

  • 4 Le pouvoir n’existe que parce que des asymétries préexistent.

11Dans les firmes traditionnelles (verticalement intégrées) à la Chandler, le capital humain était très dépendant du capital physique, il n’avait que peu d’importance pris isolément et le pouvoir de jure était très fort. Toutefois, deux transformations structurelles sont venues tempérer la portée de cet argument au cours des trois dernières décennies : la financiarisation de l’économie et le développement du capital humain et du capital social dans l’organisation productive de la firme. Mais le capital humain et le capital social ne peuvent pas faire l’objet d’une propriété (privée ou publique). Partant, comme Rajan et Zingales (2000) le remarquent, avec l’importance croissante du capital humain dans la création des rentes productives des firmes-monde fondées sur un rythme d’innovation toujours plus élevé et donc sur des connaissances tacites, la « pente » de la relation de pouvoir descendante entre le top management et les niveaux hiérarchiques s’aplatit. Dans cet esprit, les employés, quelle que soit leur position dans la firme (bien que cela signifie tout de même qu’il y a des degrés différents dans la détention de pouvoir4), peuvent s’accaparer une part de pouvoir à partir de leurs ressources critiques (ressources qu’ils peuvent menacer de retirer), des compétences – valorisables dans et pour la firme – qu’ils apportent au processus de production et de création collective.

12Cette forme de pouvoir correspond ainsi au pouvoir « propre » au sens de Perroux (1973) qui « émane de la capacité, de la compétence, des coordonnées sociales d’un agent relativement à d’autres » (p. 156). Le pouvoir de facto se trouve tant dans les mains de l’employeur et de son équipe dirigeante que dans les mains des employés, car tous participent au processus de création collective. Ainsi, derrière les sources formelles du pouvoir, Perroux envisage des sources ipso facto de pouvoir que l’on retrouve « à tous les niveaux dans un système social : au sommet, à la base et dans les zones intermédiaires » (Perroux, 1973). C’est cette forme de pouvoir qui nous intéresse plus particulièrement ici, car c’est elle qui influe, au premier chef, sur la capacité d’innovation et sur l’efficience productive des firmes-monde. Ce constat a été largement débattu en théorie de la firme et des organisations et même si cela peut sembler au premier abord extrêmement intriguant au regard du contexte actuel et des difficultés que rencontre la plupart des pays développés, les employés détenteurs de multiples ressources et compétences valorisables semblent bénéficier aujourd’hui plus qu’hier d’une forme de pouvoir de facto dans nos économies fondées sur la connaissance.

4. Un régime de gouvernement polyarchique des travailleurs : pouvoir et responsabilisation individuelle

13L’une des principales manifestations de la part croissante que représente le capital humain pour les firmes-monde réside dans les nouvelles pratiques de management des ressources humaines fondées sur une identité collective aiguisée, une culture d’entreprise certaine, une participation croissante aux prises de décision et au management de projet et surtout sur une responsabilisation individuelle (de soi-même) sans précédent (le fameux empowerement) ; et donc sur le développement des motivations tant extrinsèques (fondées sur des éléments pécuniaires à l’image de l’individualisation des pratiques de rémunération) qu’intrinsèques (celles qui vont très largement au-delà de la rémunération des travailleurs). En somme ce modèle post-bureaucratique recèle un ensemble de pratiques managériales visant à promouvoir l’esprit de groupe (et de compétition ?) et les comportements innovants. En théorie de la firme, Holmström (1999) évoque même l’idée d’un « marché interne du capital humain » (p. 89) adapté aux nouvelles pratiques managériales fondées sur la responsabilisation des employés et aux nouvelles stratégies des grandes firmes innovantes. Lawler (1992) rappelle très justement que « les collectifs peuvent transformer les contraintes objectives en sentiments subjectifs de pouvoir (empowerment) » (p. 332). Il s’avère efficace d’accorder une part de pouvoir aux agents productifs (perte respective des droits résiduels de contrôle pour les employeurs), ceux qui investissent en capital humain. La relation d’emploi – pierre angulaire du capitalisme rappelons-le – s’inscrit dans une sorte de « hiérarchie aplatie » où les dirigeants et les top-managers sont proches des niveaux hiérarchiques les plus bas et où il y a une décentralisation du pouvoir et des incitations (et une augmentation de l’autonomie des employés) ; ce n’est somme toute qu’une autre description de l’empowerment (Rajan et Wulf, 2006).

14De nombreuses études empiriques ont montré que les formes de gouvernement des firmes modernes ont évolué vers un régime de distribution du pouvoir qui place l’individu acteur et compétent au cœur de leur modèle économique (voir, e.g., Chassagnon, 2010, pour un survey). Ce constat est d’ailleurs d’une importance théorique majeure et s’explique aisément : le capital humain étant inaliénable il faut trouver d’autres sources de contrôle (d’aliénation ?) que la seule propriété. Il est grand temps de rompre avec ce mythe : pour apprécier pleinement et justement le modèle de gouvernement interne des firmes, la catégorie positive d’analyse à utiliser n’est pas la propriété (Chassagnon et Hollandts, 2014) mais le pouvoir. Soit. Ce n’est pas non plus totalement nouveau en soi (Weinstein, 2010). Ce qui est nouveau c’est simplement la portion que représente le capital humain dans les avantages compétitifs des firmes qui peuplent nos économies de la connaissance. Mais que faut-il en penser ? Après le temps de l’analyse (voire de la théorisation) doit venir le temps de la critique. Ces pratiques néomanagériales dites de « réseau » ne recèlent-elles pas aussi un caractère instrumental et, pis encore, un caractère manipulatoire fondé sur la recherche du contrôle sur une ressource difficilement contrôlable, l’homme ?

15Il devient alors opportun de se demander si ces modèles de gouvernement des relations de pouvoir ne consisteraient pas finalement à enfermer dans une nouvelle cage d’acier, pour reprendre l’analogie weberienne, les employés en leur donnant plus de pouvoir, plus d’autonomie et plus de responsabilité, et ce – toujours – en faveur de la rentabilité économique et des profits des actionnaires. Car la firme-monde ne saurait s’affranchir de ces deux contraintes constitutives. Le régime moderne de gouvernement consacre la fin du contrôle hiérarchique strict en faveur de la coopération, de la participation et de la valorisation du collectif. Mais derrière la rhétorique managériale émerge une sorte d’hybridation des pratiques individualistes (en matière de rémunération et de productivité du travail notamment) et des pratiques collectives, les dernières venant en quelque sorte adoucir et faire oublier les conséquences néfastes liées aux premières. Il existe ainsi une relation Janus extrêmement complexe entre les pratiques managériales dites de marché qui suivent le mouvement de la financiarisation des économies et des grandes firmes et celles qui se fondent au contraire sur un management participatif et relationnel prônant un enrichissement du et par le travail (soit une vision d’engagement à long terme). Ces modèles modernes de coordination de la division du travail reposent ainsi sur une sorte de gouvernement par ambivalence. Dans la firme-monde apparaît un paradoxe entre une logique de division du travail toujours plus poussée qui constitue le collectif et une certaine injonction managériale du couple autonomie/responsabilité individuelle ; c’est tout le rapport salarial fordiste qui vole en éclats.

16Selon Courpasson (2000), ces formes de gouvernement ne sont pas l’opposé du gouvernement bureaucratique. Il considère que cette méthode de valorisation du capital humain crée des communautés molles entre les employés qui subissent une contrainte souple illustrée notamment par le management par projets. Cette position est partagée en des termes certes différents par d’autres auteurs. Boltanski et Chiapello (1999) invoquent les pratiques de néomanagement pour justifier la nature des nouveaux dispositifs de contrôle qu’ils opposent à celle de ceux qui étaient associés à l’esprit du capitalisme fordiste. Ils appréhendent ces nouvelles pratiques fondées sur une logique de justification dite de la Cité du projet, dans un monde sans frontières qu’ils qualifient de post-moderne, voire de connexionniste (en référence au réseau), caractérisé par des nouveaux modes de contrôle ancrés dans la « confiance ». Ce néomanagement aurait pour fonction de libérer le capital humain au service du nouvel esprit du capitalisme. Ce faisant, ce modèle de gouvernement fondé sur une répartition du pouvoir en direction du capital humain et, in extenso, sur une sorte de hiérarchie oblique contribue à maintenir une logique de contrôle top down sur les ressources humaines ; le seul moyen de les contrôler est précisément de leur donner une parcelle de ce pouvoir. Cet argument doit être apprécié à l’aulne de la volonté de fidélisation des travailleurs à leur firme, qui ne passe pas par une redistribution de la valeur ajoutée issue des gains de productivité en leur faveur mais par une relation salariale agonale.

17Dans un esprit très perrouxien mais aussi profondément foucaldien (voir supra), ce nouveau mode de gouvernement est symptomatique de l’absence de conflit et réciproquement de coopération purs, ou bien encore de l’absence de domination hégémonique dans les firmes ; le régime de gouvernement interne est de type polyarchique (cela signifie qu’au niveau le plus bas demeurent des relations de pouvoir, mais celles-ci sont manifestement moins « transformatives » qu’aux niveaux supérieurs de la hiérarchie), fondé sur « un “agonisme”, une relation qui est en même temps une lutte et une incitation réciproque, moins une confrontation qui paralyse les deux côtés qu’une provocation permanente » (Foucault, 1982, p. 790). Ainsi le pouvoir est bien productif pour ne pas dire transformatif dans la firme-monde mais l’octroi du pouvoir pour mieux contrôler laisse aussi penser que l’objectif premier de ce régime de gouvernement est l’évanescence de la stricte hiérarchie à des fins de justification et de légitimation. C’est pourquoi l’idée d’une manipulation des ressources humaines via l’octroi du pouvoir est loin d’être une hérésie. Peut-on parler de contrôlation pour autant ? Il serait difficile d’apporter une réponse définitive à cette question dans ce papier ; ce sera très certainement au lecteur de se faire sa propre opinion mais nous sommes persuadé du bien-fondé de la question. Et notre objectif ici est justement de montrer l’acuité critique du concept de contrôlation. Pour ce faire, nous prolongerons notre réflexion en direction de la notion de contrôlation dans le gouvernement externe des firmes.

5. Une dilution des frontières capitalistiques et travaillistiques : pouvoir et déresponsabilisation collective

18Le gouvernement de la firme-monde se caractérise aussi par une fragmentation des frontières juridiques et une dispersion des droits de propriété au sein d’un espace public transnational. La grande firme à la Chandler n’existe plus et le gouvernement externe de la firme-monde se fonde sur un mouvement plus large de transformation des relations de sous-traitance internationale qui s’aplatissent et deviennent collaboratives sous l’ère de cette nouvelle architecture modulaire de la production mondiale que constitue le paradigme du « réseau de production » (Coriat, 1995 ; Sturgeon, 2002). Le gouvernement externe des firmes-monde appelle un mouvement de décomposition-recomposition ; l’intégration verticale capitalistique est remplacée par une réintégration verticale (et transversale) de type relationnel (avec ou sans participations en capital). Les firmes-monde se retrouvent en effet le long d’une même chaîne de production en relations de marché étroites avec d’autres firmes – souvent implantées dans un autre pays – juridiquement indépendantes. Cette dilution de la firme dans le tout marché conduit à un éclatement de l’autorité légitime et à la constitution d’espaces réticulaires difficilement gouvernables. La multiplicité des communautés autonomes constitutives de la firme-monde pose ainsi des questions fondamentales pour l’économie politique.

19Le portrait du régime externe des relations de pouvoir ne ressemble pas à celui que nous avons dépeint précédemment. Parce que les frontières légales de la firme ne coïncident pas avec le périmètre économique de la firme-monde, les formes de pouvoir institutionnalisées – c’est-à-dire créées par le droit (du travail) – n’existent plus. Ainsi et à la différence du gouvernement interne des firmes stricto sensu, il n’y a pas d’autorité dans la logique de gouvernement externe. De même parce que la firme-monde bénéficie du pouvoir de manipuler les frontières du capital afin d’éliminer les responsabilités légales, il n’y a pas de pouvoir de jure (fondé sur la propriété) dans le gouvernement externe de la firme-monde (Chassagnon 2012a, 2012b). En d’autres termes, seul demeure le pouvoir de facto dans les frontières économiques externes de la firme-monde. Derechef un tel modèle de gouvernement repose sur l’idée d’autonomisation et de responsabilisation des sous-traitants internationaux dont la production est parfois intégralement dédiée à ces firmes-monde. Ainsi le système de management interne du travail dans la firme-monde semble se dupliquer dans ses pratiques avec les autres firmes, quoique différemment. Différemment car il n’y a pas de relation d’emploi et de contrat de travail entre les firmes-monde et les travailleurs des firmes sous-traitantes. Le juriste Collins (1990) écrit ainsi que « puisque la firme choisit sa propre taille, elle choisit également les limites de ses responsabilités légales, ce qui, en retour, fournit une invitation ouverte à l’évasion des devoirs légaux obligatoires » (p. 737). Et les choix de la firme-monde affectent tout spécialement la régulation juridique de la communauté de travail qui émerge entre les firmes membres du réseau de production ; communauté au sein de laquelle le statut salarial est fragilisé au profit de liens contractuels temporaires plus flexibles et moins protecteurs.

20Derrière cet argument semble à nouveau apparaître le spectre d’une forme de contrôlation dans le gouvernement externe des firmes-monde car la main-d’œuvre de celle-ci est mobilisée indépendamment de tout contrat de travail (et donc du régime de protection juridique des travailleurs). Au-delà des réflexions théoriques, l’existence de relations triangulaires entre les travailleurs du réseau de production, les preneurs d’ordre (l’employeur de jure qui recrute contractuellement et formellement le travailleur) et les donneurs d’ordre (les firmes-monde qui sont aussi finalement l’employeur de facto) est source d’implications politiques et tout particulièrement juridico-économiques fortes car elle sème le doute sur la pertinence de notre modèle de régulation des communautés de travailleurs et, in fine, sur le droit du travail lui-même. Il ne faut pas, comme l’explique Supiot (2010), que la liberté juridique de la création d’une firme devienne un moyen pour ses créateurs de disparaître derrière les masques d’une multitude de personnalités morales et de fuir les responsabilités inhérentes aux activités économiques qu’ils encouragent.

21Par exemple, la firme-monde Walmart (qui a tout de même la particularité d’être une firme du secteur de la distribution) a construit un énorme réseau de fournisseurs tout en préservant un fort pouvoir sur ceux-ci, notamment en dehors des États-Unis. Elle est parvenue à maintenir la pression sur ses fournisseurs, répartis à l’échelle planétaire, pour qu’ils réduisent les coûts, adoptent ses systèmes d’information, adaptent leurs procédés et leurs méthodes, ou bien encore abaissent les prix de vente, et ce même si ces fournisseurs ne sont pas intégrés dans une unique structure légale sanctionnant l’unité de l’organisation économique. Lynn (2005) montre ainsi que Walmart a un tel pouvoir que même des firmes indépendantes de grande taille et économiquement très puissantes comme Procter & Gamble et Unilever ne remettent jamais en cause ses exigences, ce qui suggère que Walmart n’est pas devenue un leader de marché, mais le marché lui-même. Il note ainsi que « le résultat, lorsque l’outsourcing se répand suffisamment largement et profondément dans le système industriel, est que plein de responsabilités ne sont pas transférées d’une firme à une autre mais d’une firme à aucune firme […]. Dans un système de réseau de production, personne, tout à fait naturellement, n’est finalement responsable de la sécurisation du système » (Lynn, 2005, p. 11). De même, le gouvernement externe de la firme-monde se caractérise par la volonté d’accroître la distance sociale entre le travailleur et l’employeur (voir aussi Lynn, 2011). La relation entre l’employeur de fait et les travailleurs n’est pas régulée par le droit social et le droit du travail mais, indirectement, par le droit civil, le droit commercial, voire le droit de la consommation. Cette pseudo double hiérarchie dans laquelle sont enfermés les travailleurs du réseau de production de la firme-monde fait l’objet d’une régulation incomplète fondée sur une subversion de la régulation protectrice du travail, ce qui, partant, pose la question même de la responsabilité de l’emploi.

22À partir du moment où l’on constate que les employeurs officiels (de jure) ne sont plus les seuls à avoir du pouvoir sur les employés avec lesquels ils ont signé des contrats d’emploi, alors les frontières de la firme et de la division du travail se modifient. La relation de travail se trouve ainsi affectée par la dislocation du pouvoir de direction fondé sur le principe de la subordination contractuelle – juridique. La firme-monde devient une organisation triangulaire polycéphale, une sorte d’« hydre à plusieurs têtes » pour reprendre la métaphore de Teubner (1993). La logique de reconstitution de la « hiérarchie » du travail entre les différentes unités composant la firme-monde fait que l’autonomie ou l’indépendance des firmes du réseau, quoique juridiquement indépendantes, que l’on retrouve dans le droit commercial, est clairement, en réalité, à relativiser. La rhétorique que l’on a précédemment soulignée dans le cadre de l’analyse des frontières internes de la firme-monde semble être toujours opportune à l’échelle du gouvernement externe. Cette logique de recomposition repose bien sur deux éléments fondamentaux : (1) des relations de pouvoir multilatérales et synergiques limitant les contrôles sociaux formels et favorisant les logiques de responsabilisation, d’empowerment inter-firmes ; et (2) des (soi-disant) mécanismes de confiance et de réputation inter-firmes qui consolident les relations d’échange au sein de la firme-monde.

23La grande différence est qu’à la responsabilisation individuelle semble se substituer une déresponsabilisation collective issue de la recherche du contrôle sur des ressources « non aliénées » via la redistribution du pouvoir, et ce au profit de l’efficience économique de la firme-monde. L’absence de responsabilités collectives en dépit de la collectivisation de l’action devient un fait saillant de ces firmes (Teubner, 1993). C’est en reconsidérant la redistribution des pouvoirs et des risques collectifs que de nouvelles solutions peuvent émerger en droit positif. En ce sens, il faut aller au-delà des simples contrats privés : « ne percevoir la relation (inter-firmes) que comme une relation contractuelle entre deux entreprises distinctes conduit à refuser toute protection à l’assujetti » (Peskine, 2008). Peut-on parler pour autant d’une forme de contrôlation au cœur du gouvernement externe des firmes-monde ? À nouveau il est loisible et légitime de se poser la question. Et, quoi qu’il en soit, il est certain qu’il faille rechercher une nouvelle heuristique pour mieux appréhender et mieux réguler ces situations de triangulation économique. Et cette heuristique doit être la firme-monde elle-même.

Conclusion

24Dans cette contribution, nous avons souhaité interroger l’idée d’une contrôlation pour décrire le gouvernement interne et externe des firmes-monde. Pour ce faire, nous avons tenté de montrer que le pouvoir doit être considéré comme une catégorie positive d’analyse pour comprendre la complexité et les subtilités de ces firmes qui reposent au premier chef sur une nouvelle logique de contrôle fondée sur une forme ambivalente de redistribution du pouvoir à la fois dans et en dehors de leurs frontières internes. Ce faux-semblant de paradoxe appelle le chercheur à questionner ces modèles, peut-être manipulatoires, qui finalement prônent la démocratisation du pouvoir sans pour autant encourager la démocratisation de la firme-monde elle-même (voir sur ce sujet Ferreras, 2012). Dans un esprit certes très manichéen, on est aussi en droit de se demander si la contrôlation n’est pas in fine révélatrice de l’esprit même du capitalisme cognitivo-financier, ce nouveau capitalisme qui jalonne, depuis plusieurs décennies maintenant, notre processus de production et de création collective. D’aucuns pourront sans doute voir derrière cette notion de contrôlation un moyen de perpétuation du modèle néolibéral de production.

  • 5 Il est difficile d’exprimer le concept de « manipulation » en des termes robustes et simples à la f (...)

25Dans ce texte, nous avons préféré laisser cette problématique de recherche de la contrôlation dans la firme-monde sous la forme interrogative car nous pensons que le terme « manipulation » peut prendre tant de significations qu’il serait incongru d’utiliser la forme affirmative5. Nonobstant ce choix, nous espérons que ce que nous avons écrit dans cette contribution légitime le style affirmatif que nous prenons pour conclure en rappelant l’acuité théorique et analytique que revêt cette question de recherche. Car là est bien l’objet de ce court papier.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski L., Chiapello E. (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Braudel F. (1979), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, Paris, Armand Colin.

Chassagnon V. (2010), « Jalons pour une théorie de la firme comme entité fondée sur le pouvoir. Le gouvernement interne et externe des firmes modernes », thèse de doctorat, université Lyon 2, 599 p.

Chassagnon V. (2011), “The Law and Economics of the Modern Firm: A New Governance Structure of Power Relationships”, Revue d’économie industrielle, n° 134, p. 25-50.

Chassagnon V. (2012a), « Fragmentation des frontières de la firme et dilution des responsabilités juridiques : l’éclatement de la relation d’emploi dans la firme-réseau multinationale », Revue internationale de droit économique, vol. 26, n° 1, p. 5-30.

Chassagnon V. (2012b), « Pouvoir et coopération dans la firme et entre les firmes », Socio-économie du travail, vol. 84, p. 1183-1210.

Chassagnon V. (2013), “Toward a Social Ontology of the Firm: Reconstitution, Organizing Entity, Institution, Social Emergence and Power”, Journal of Business Ethics, pré-publié en ligne : http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10551-013-1849-1

Chassagnon V., Hollandts X. (2014), “Who are the Owners of the Firm: Shareholders, Employees or No one ?”, Journal of Institutional Economics, vol. 10, n° 1, à paraître : http://journals.cambridge.org/action/displayAbstract?fromPage=online&aid=9002546

Collins H. (1990), “Ascription of Legal Personality to Groups in Complex Patterns of Economic Integration”, The Modern Law Review, vol. 53, n° 6, p. 731-744.

Commons J. R. (1924), Legal Foundations of Capitalism, New York, The Macmillan Company.

Coriat B. (1995), “Variety, Routines and Networks: The Metamorphosis of Fordist Firms”, Industrial and Corporate Change, vol. 4, n° 1, p. 205-227.

Courpasson D. (2000), Managerial Strategies of Domination. Power in Soft Bureaucracies”, Organization Studies, vol. 21, n° 1, p. 142-161.

Dockès P. (1999), Pouvoir et autorité en économie, Paris, Economica.

Ferreras I. (2012), Gouverner le Capitalisme ? Pour le bicamérisme économique, Paris, Presses universitaires de France.

Foucault M. (1982), The Subject and Power”, Critical Inquiry, vol. 8, n° 4, p. 777-795.

Galbraith J. K. (1985), Anatomie du pouvoir, Paris, Seuil.

Hart O. D. (1995), Firms, Contracts, and Financial Structure, Oxford, Oxford University Press.

Holmström B. (1999), “The Firm as a Subeconomy”, Journal of Law, Economics and Organization, vol. 15, n° 1, p. 74-102.

Lawler E. J. (1992), “Affective Attachments to Nested Groups: A Choice Process Theory”, American Sociological Review, vol. 57, n° 3, p. 327-339.

Lawson T. (2012),Ontology and the Study of Social Reality: Emergence, Organization, Community, Power, Social Relations, Corporations, Artefacts and Money”, Cambridge Journal of Economics, vol. 36, n° 2, p. 345-385.

Lynn B. C. (2005), End of the Line: The Rise and Coming Fall of the Global Corporation, New York, Currency Doubleday.

Lynn B. C. (2011), Cornered: The New Monopoly Capitalism and the Economics of Destruction, Hoboken, John Wiley and Sons.

Marglin S. A. (1974), “What Do Bosses Do? The Origins and Functions of Hierarchy in Capitalist Production”, Review of Radical Political Economics, vol. 6, n° 2, p. 60-112.

Marx K. (1963 [1867]), Le Capital, livre 1, réédition, Paris, Gallimard.

Mills C. (1995), “Politics and Manipulation”, Social Theory and Practice, vol. 21, n° 1, p. 97-112.

Perroux F. (1973), Pouvoir et économie, Paris, Dunod. Version utilisée : les Œuvres complètes de Perroux (1994), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Peskine E. (2008), Réseaux d’entreprises et droit du travail, Paris, Lextenso éditions.

Rajan R. G., Wulf J. (2006), “The Flattening Firm: Evidence from Panel Data on the Changing Nature of Corporate Hierarchies”, Review of Economics and Statistics, vol. 88, n° 4, p. 759-773.

Rajan R. G., Zingales L. (2000), “The Governance of the New Enterprise”, in Vives X. (dir.), Corporate Governance: Theoretical and Empirical Perspectives, Cambridge, Cambridge University Press, p. 201-227.

Sturgeon T. J. (2002), “Modular Production Networks: A New American Model of Industrial Organization”, Industrial and Corporate Change, vol. 11, n° 3, p. 451-496.

Supiot A. (2010), L’esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total, Paris, Éditions du Seuil.

Teubner G. (1993), “The Many-Headed Hydra: Networks as Higher-Order Collective Actors” in McCahery J., Picciotto S., Scott C. (eds.), Corporate Control and Accountability: Changing Structures and the Dynamics of Regulation, Oxford, Clarendon Press, p. 41-60.

Weber M. (2003 [1922]), Économie et société, tomes 1 et 2, réédition, Paris, éditions Pocket.

Weinstein O. (2010), Pouvoir, finance et connaissance : les transformations de l’entreprise capitaliste entre xxe et xixe siècle, Paris, éditions La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Ne trouvant pas de notions susceptibles, selon nous, de retranscrire à bon escient ce qui est au cœur du régime de gouvernement des firmes-monde, nous avons décidé de proposer ce terme pour décrire une réalité extrêmement complexe.

2 Pour une distinction complémentaire entre le pouvoir et l’autorité, voir Weber (2003).

3 Nous avons retenu le terme « capital humain » car il est communément utilisé en théorie de la firme. Pour autant, il ne s’agit pas d’apprécier ici le travail comme une forme aliénable de capital mais d’insister sur la valorisation économique qui émane du travail dans l’activité de production marchande.

4 Le pouvoir n’existe que parce que des asymétries préexistent.

5 Il est difficile d’exprimer le concept de « manipulation » en des termes robustes et simples à la fois alors même que l’état de l’art sur ce sujet demeure extrêmement modeste (Mills, 1995).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virgile Chassagnon, « Contrôle et manipulation au cœur de la firme-monde ? », Revue de la régulation [En ligne], 14 | 2e semestre / Autumn 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/10334

Haut de page

Auteur

Virgile Chassagnon

Directeur de la recherche et maître de conférences-HDR en sciences économiques à l’ESDES – Université catholique de Lyon, chercheur associé au GREDEG (CNRS UMR 7321), vchassagnon@univ-catholyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page