Navigation – Plan du site
Opinions - débats

Entretien avec André Orléan

André Orléan et Rainer Diaz-Bone

Notes de la rédaction

Une version partielle et abrégée de cet entretien a été menée par Rainer Diaz-Bone et publiée en anglais dans Economic Sociology. The European electronic Newsletter, volume 14, n° 3, July 2013, sous le titre: “Questioning Economists’ Notion of Value”, p. 41-47. L’entretien a été revu, modifié et resoumis à l’auteur par la Revue de la régulation1.

Texte intégral

1André Orléan est un économiste, spécialiste des questions monétaire et financière. Il est actuellement directeur de recherches au CNRS et directeur d’études de l’EHESS. Il a notamment publié L’empire de la valeur. Refonder l’économie aux Éditions du Seuil en 2011 qui a reçu le prix Paul Ricœur et le prix de l’AFSE. Il a également publié Le pouvoir de la finance aux éditions Odile Jacob en 1999 et, en collaboration avec Michel Aglietta, il a dirigé La monnaie souveraine (Odile Jacob, 1998), résultat d’un travail collectif pluridisciplinaire réunissant anthropologues, économistes et historiens.
André Orléan est président de l’Association française d’économie politique (AFEP), association qui milite pour le pluralisme des approches en économie.
Avec Philippe Askenazy, Thomas Coutrot et Henri Sterdyniak, il a écrit
Le manifeste des économistes atterrés aux éditions Les Liens qui Libèrent en 2011.
http://www.parisschoolofeconomics.com/​orlean-andre/​

1. Aux fondements de l’économie comme science sociale : arpenter les chemins de l’unidisciplinarité

2Rainer Diaz-Bone : Pouvez-vous nous dire quel cheminement intellectuel vous a conduit à vous intéresser à la sociologie économique ?

3André Orléan : Mon engagement en faveur d’une approche conceptuelle embrassant conjointement l’économie et la société a pour origine la conviction selon laquelle les faits économiques sont des faits sociaux comme les autres. L’existence d’une théorie économique autonome, séparée des autres sciences sociales est, à mes yeux, une aberration épistémologique, source de confusions et d’impasses. Il faut a contrario considérer que l’activité économique répond aux mêmes principes que ceux qui régissent les autres rapports sociaux. En conséquence ma réflexion se revendique d’une perspective ayant pour finalité l’émergence d’une science sociale unifiée ; ce que je nomme l’unidisciplinarité, par quoi s’affirme, dans la théorie, l’unité du règne social. C’est ainsi que je comprends la tâche actuelle de la socio-économie : non pas l’application de la sociologie aux objets économiques, mais bien la construction d’un cadre conceptuel intégré sur la base d’un dialogue critique serré avec le savoir économique mainstream. De façon à éviter tout malentendu, j’indique tout de suite que l’unidisciplinarité ne milite nullement pour la suppression des traditions disciplinaires, y compris néoclassique, lesquelles sont porteuses d’exigences méthodologiques et de connaissances dont la science sociale ne saurait se priver, mais pour leur intégration progressive dans une même perspective d’analyse. Il ne s’agit pas de « décréter » l’unité des savoirs, ce qui n’aurait aucun sens. Il s’agit de refuser le schisme existant entre raisonnement économique et raisonnement sociologique, pour reprendre le concept de Jean-Claude Passeron. Comme l’écrivent Durkheim et Fauconnet, « [u]ne telle idée ne peut avoir pour organe qu’un corps de sciences distinctes et solidaires, mais ayant le sentiment de leur solidarité ». On ne saurait mieux décrire l’idéal unidisciplinaire.

4RR : Quels sont les rapports entre cet idéal unidisciplinaire et la tradition néoclassique que vous évoquiez précédemment ?

5André Orléan : Ces rapports sont plus complexes qu’il n’y paraît. Le paradigme néoclassique lui-même ne se définit nullement par son objet, à savoir l’économie, comme on pourrait le croire naïvement, mais bien par un modèle d’intelligibilité qui se veut universel comme en atteste le fait que la théorie néoclassique s’intéresse aussi bien à la famille et au crime qu’à l’entreprise ou à la consommation. C’est ce que souligne explicitement la fameuse définition proposée par Lionel Robbins : l’économie est « la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre des fins et des moyens rares qui ont des usages alternatifs ». Détachée de toute référence à un champ spécifique de phénomènes, cette définition ne retient comme seul critère que le principe de l’action rationnelle instrumentale. « Il n’existe aucune limitation quant à l’objet de la science économique », précise Lionel Robbins. Comme le dit Edward Lazear, la seule condition est que « l’individu maximise quelque chose ». Ludwig von Mises propose le terme de « praxéologie » pour désigner cette « théorie générale de l’agir humain ». Il s’agit d’étendre l’usage des outils forgés par l’économie marginaliste à la totalité de l’univers social. Cet ambitieux projet, également connu sous l’appellation d’impérialisme économique, affirme sans détour que « l’économie constitue la grammaire universelle de la science sociale. » La rupture est alors totale d’avec ce que certains ont appelé le « pacte parsonien » qui organisait, dans les années 1950 jusqu’aux années 1980, le partage du travail entre économistes et sociologues : pour les premiers, l’adaptation rationnelle des moyens aux fins ; pour les seconds, les valeurs. Avec l’avènement de l’impérialisme économique, c’est le raisonnement économique qui désormais s’impose comme la voie d’accès privilégiée à l’intelligibilité des faits sociaux, sous toutes leurs formes. Telle est la situation que nous connaissons aujourd’hui.
Ce qui, à mes yeux, pose problème dans cette démarche, ce n’est pas, bien évidemment, l’unidisciplinarité elle-même puisque je la revendique pour moi-même, mais l’inadéquation du modèle proposé par la théorie néoclassique pour penser l’unité du règne social. Le modèle néoclassique me semble erroné pour une raison fondamentale : son individualisme, à savoir le fait de vouloir penser la valeur exclusivement à partir des jugements individuels de valeur. Cette approche nie au social toute efficacité propre. Le social n’existe pas en tant que tel ; il n’est que le résultat de l’agrégation des points de vue individuels. C’est ce que dit avec beaucoup de clarté et de force, la citation suivante : « Le marché n’est ni un lieu, ni une chose, ni une entité collective. Le marché est un processus résultant du jeu combiné des actions des divers individus […] Les forces qui déterminent l’état du marché […] sont les jugements de valeur de ces individus et leurs actions telles que ces jugements de valeur les conditionnent […] Il n’y a rien d’inhumain ou de métaphysique pour ce qui est du marché. Le processus de marché n’est rien d’autre que le produit des actions humaines. Chaque situation de marché peut être ramené aux choix spécifiques des membres de la société de marché ». Dans cette citation, von Mises insiste sur le fait que le marché n’a rien de mystérieux, de « métaphysique », puisqu’il n’est rien d’autre que ce qu’en font ses membres. Chacune de ces cinq phrases ne fait que répéter ce même argument : le marché est le produit des actions individuelles. Notons que, pris au pied de la lettre, la proposition selon laquelle le prix résulte des actions individuelles est un simple truisme, incontestable pour qui ne croit pas dans l’action de la Providence. Pour que cette proposition devienne une proposition théoriquement intéressante, il faut lui ajouter une autre hypothèse : l’action individuelle elle-même résulte d’une délibération personnelle qui échappe au marché. Cette proposition fondatrice est ce qu’il convient d’appeler la « souveraineté de l’individu » par quoi il faut comprendre que le choix des individus en matière de marchandises est le produit de mécanismes exogènes au marché. Une fois cette hypothèse posée, il devient possible de proposer une analyse qui rend le prix intelligible à partir des seules préférences exogènes des individus. Tel est le fondement de la pensée néoclassique comme de la pensée autrichienne. Je conteste absolument cette hypothèse de souveraineté de l’individu qu’on trouve au cœur du raisonnement néoclassique.
Pour bien me faire comprendre, prenons l’exemple des marchés financiers. L’approche néoclassique, conformément à sa conception individualiste, prend pour point de départ de ses analyses les estimations individuelles de la valeur des titres, à partir de quoi se forme un prix par rencontre des offres et des demandes des investisseurs. Il s’agit typiquement d’un modèle bottom-up conforme à la méthodologie individualiste. Or la réalité est, me semble-t-il, d’une tout autre nature. Le marché financier n’est pas un mécanisme qui enregistre passivement les estimations des uns et des autres pour les agréger ; c’est un mécanisme essentiellement normatif, doté d’une puissance propre, qui produit une évaluation sui generis sous la forme d’une convention financière qui s’impose aux acteurs. Cette conception que je défends inverse totalement la logique de l’économie traditionnelle : les estimations individuelles se construisent à partir de la convention financière, c’est-à-dire du marché lui-même, et non l’inverse. C’est le marché financier qui informe les investisseurs et non l’inverse. La valeur est d’emblée collective conformément à ce que ne cesse de répéter la sociologie durkheimienne. Dans cette conception que je propose, l’acteur n’est plus le souverain qui détermine les prix. Pour le dire simplement, il s’agit de construire une démarche alternative à l’économie néoclassique, une démarche qui pense la dimension sociale de l’évaluation et du prix. C’est ce que propose le concept de « convention financière ». Il en va de même pour les préférences individuelles en matière de marchandises. Elles ne sont pas des données exogènes mais bien plutôt ce qui demandent impérativement à être expliquées si l’on veut comprendre le dynamisme propre aux économies marchandes. L’addiction aux biens est ce que produisent les rapports marchands, et non leur fondement. Supposer les goûts exogènes peut être utile dans certaines circonstances, je n’en disconviens pas, mais, pour qui cherche à comprendre en profondeur ce que sont nos économies, cette hypothèse est inadéquate.

6RDB : L’unidisciplinarité transcende les découpages habituels qui fondent les appartenances de courant, d’école, de paradigme pour les différentes disciplines des sciences sociales mais également pour les chercheurs. Dans cette perspective, en quoi vos analyses conventionnalistes sont-elles liées à vos travaux régulationnistes ?

7André Orléan : Il faut d’abord dire qu’à mes yeux, les étiquettes « conventionnaliste » et « régulationniste » ne sont nullement antagoniques ou exclusives l’une de l’autre. Pour une raison simple : parce que ces deux courants de pensée portent sur des questions largement distinctes qu’ils traitent avec des outils également distincts. Certains ont même pu dire que la théorie des conventions était la microéconomie de la théorie de la régulation. Je ne reprendrai certes pas à mon compte cette proposition caricaturale mais, comme toute caricature réussie, elle pointe une vérité, à savoir l’existence d’un certain partage des tâches entre ces deux courants d’analyse. Par exemple, l’économie des conventions ne propose pas de conception générale du capitalisme. Ce n’est pas ce qu’elle cherche à faire. A contrario, la théorie de la régulation, si elle propose une typologie des régimes d’accumulation qu’a connus le capitalisme au cours de son histoire et suivant les pays, et si, pour ce faire, elle fait jouer un rôle central aux cinq formes institutionnelles canoniques que sont à ses yeux la monnaie, le rapport salarial, la concurrence, l’État et l’insertion internationale, elle laisse cependant de côté l’analyse de ces institutions en tant qu’objet spécifique. Elle les appréhende, une fois formées, au travers de leurs effets sur les relations macroéconomiques, et non du point de vue de leur constitution interne. Une telle réflexion n’appartient pas au noyau originel de sa réflexion alors que les conventionnalistes s’y sont intéressés dès l’origine. Si l’on considère, à titre d’illustration, l’institution monétaire, on notera qu’elle peut être questionnée, d’une part, quant à sa nature et aux processus qui la font advenir, mais également, d’autre part, quant à ses diverses configurations et leur impact sur la croissance macroéconomique. Ces deux perspectives d’analyse sont largement autonomes. La première appartient plutôt à l’économie des conventions ; la seconde à la théorie de la régulation. Il se trouve que, dans mes travaux sur la finance de marché ou sur la monnaie, j’ai eu à mêler ces deux types de questionnement. Du fait de cet engagement intellectuel, ancien et durable, au côté des conventionnalistes et des régulationnistes, j’accepte volontiers que ces deux étiquettes soient utilisées à mon endroit, mais sans pour autant en rejeter d’autres, comme institutionnaliste ou keynésien, par exemple. Je considère que cette diversité dans les analyses et les perspectives constitue une richesse pour la pensée hétérodoxe française, signe de son dynamisme, et j’espère lui avoir apporté en retour.
Certains pourraient contester cette présentation en arguant du fait que mon rapport à l’économie des conventions ne peut se comparer à celui qui me lie à la théorie de la régulation par le fait que je fais partie des chercheurs qui ont imposé l’économie des conventions dans le débat académique en mars 1989 avec le numéro spécial de la Revue Économique alors que, du côté de la régulation, je n’ai fait que suivre des perspectives conceptuelles tracées par d’autres (Aglietta et Boyer entre autres). Cette analyse pour être exacte doit cependant tenir compte du fait que l’économie des conventions n’est pas structurée à la manière de la théorie de la régulation. Elle réunit autour d’une même intuition une grande diversité d’approches conceptuelles sans qu’on puisse véritablement déterminer, au sens strict, un corpus dominant. S’il le fallait, le plus légitime pourrait être, me semble-t-il, « les économies de la grandeur » de Boltanski et Thévenot, ne serait-ce que par le nombre de conventionnalistes qui s’y réfèrent. Cependant, des économistes comme Favereau, Salais ou moi-même, sans parler de Dupuy, ne se reconnaîtraient pas dans cette définition. Pour cette raison, du fait de la diversité des conventionnalismes, mon rapport à l’économie des conventions ne me semble pas, sur le fond, très différent de celui qui me lie à la théorie de la régulation. En revanche on pourrait m’accuser d’un certain opportunisme, piochant ici ou là les matériaux que je juge utiles. C’est à la fois faux et vrai. Faux, parce que je suis pleinement conscient de ma dette à l’égard des communautés de recherche conventionnaliste et régulationniste auxquelles je suis heureux d’appartenir et qui nourrissent au jour le jour mes réflexions. Vrai, dans la mesure où, comme pour n’importe quel chercheur, ce qui compte avant tout pour moi, c’est mon propre chemin. Or, à mes yeux, les qualificatifs de conventionnaliste et de régulationniste n’en donnent pas une définition exacte, ne serait-ce que parce qu’ils en manquent la cohérence d’ensemble. Pour ma part, l’étiquette « marxiste » me semble la plus adaptée à qualifier mes travaux dès lors que j’adhère à la construction théorique de Marx qui prend pour point de départ de son analyse du capitalisme, non pas les individus, mais les rapports sociaux, en l’occurrence le rapport marchand et le rapport salarial. Cependant, dans la mesure où je critique la théorie de la valeur marxienne, ce qualificatif peut être jugé inadéquat par certains. Je trouve cet argument discutable. Ma conviction est qu’en traitant la relation marchande comme une séparation, je suis fidèle à l’esprit de Marx.

8RDB : Dans votre dernier livre (L’empire de la valeur), les références au livre fondateur de Luc Boltanski et Laurent Thévenot ne sont pas fréquentes. Pouvez-vous nous dire quel fut son impact sur votre travail ?

9André Orléan : J’ai toujours trouvé le travail effectué par Boltanski et Thévenot des plus intéressants. Le modèle d’ordre de grandeur qu’ils ont développé éclaire beaucoup des problèmes que rencontrent les économistes et les sociologues. J’ai trouvé particulièrement convaincante l’idée très originale consistant à montrer que la coordination par les normes chère aux sociologues et la coordination par la rationalité chère aux économistes pouvaient être pensée comme des déclinaisons d’un même modèle générique ! À mes yeux, la perspective unidisciplinaire trouve là une de ses thèses les plus importantes puisqu’il s’agit de penser en commun ce qui est d’ordinaire appréhendé comme des logiques radicalement distinctes. L’analyse de l’équilibre général que j’ai proposée dans la première partie de L’empire de la valeur lui doit beaucoup. Loin d’y voir l’illustration d’un ordre spontané issu des rencontres d’individus isolés, mus par leur seul intérêt, comme il est fait traditionnellement par les économistes, j’insiste sur le rôle décisif qu’y jouent les médiations institutionnelles, ce que je nomme dans ce livre « l’objectivité marchande », à savoir une série d’hypothèses portant sur la qualification des marchandises, le mécanisme de prix et la nature des finalités poursuivies par les individus. Cette lecture n’est pas éloignée de celle que proposent Boltanski et Thévenot avec le concept de « cité marchande », par quoi le monde de la marchandise cesse d’être présenté comme étranger aux règles ordinaires de la socialité. Là où je peux m’en séparer, c’est sur la question de la monnaie. Je soutiens que l’institution monétaire est centrale pour comprendre la dynamique marchande. Or le rôle de la monnaie n’est pas du tout pris en considération par Boltanski et Thévenot lorsqu’ils analysent la cité marchande. Par certains côtés, la cité marchande telle qu’ils la proposent est, à mes yeux, bien trop proche du mythe walrassien, par exemple lorsqu’ils écrivent : « Dans le monde marchand, les actions sont mues par les désirs des individus, qui les poussent à posséder les mêmes objets, des biens rares dont la propriété est aliénable » (De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, 1991, p. 244). Cette analyse ne me semble pas satisfaisante : d’une part, parce que la rareté n’est en rien une donnée naturelle, elle est un effet plutôt qu’une cause première ; d’autre part, parce que je défends l’idée que les désirs des individus marchands portent non pas tant sur les biens que sur la monnaie elle-même. Il est vrai que ces « désaccords » entre nous trouvent une partie de leur explication dans le fait que les questions posées ne sont pas les mêmes. Il s’agit pour moi d’analyser les économies de marché telles qu’elles fonctionnent alors que Boltanski et Thévenot ont pour objet les opérations de justification au cours des disputes.

10RR : Non seulement vous empruntez de multiples réflexions à la sociologie mais la philosophie semble occuper une place centrale dans votre approche, à l’instar d’autres chercheurs ayant travaillé au CREA : l’anthropologie girardienne, au cœur de votre livre La violence de la monnaie (avec Michel Aglietta) a été complétée depuis quelques années, par les éléments d’une philosophie spinoziste dans les travaux que vous avez menés avec Frédéric Lordon. Considérez-vous ces apports philosophiques comme une clé de voûte de votre approche ?

11André Orléan : Non. Je ne suis pas du tout philosophe et je ne crois pas que la philosophie occupe une place importante dans mes analyses. Comme je l’ai dit, mon cadre de référence est celui proposé par Marx : partir du rapport marchand et du rapport salarial pour analyser le capitalisme. Ces rapports sont des séparations par quoi il faut entendre qu’ils divisent le corps social en puissances qui s’opposent : les producteurs-échangistes les uns contre les autres, pour ce qui est du rapport marchand ; les travailleurs et les propriétaires des moyens de production, pour ce qui est du rapport salarial. La conflictualité que ces séparations produisent est irréductible. Au mieux peut-elle se stabiliser par l’engendrement de médiations institutionnelles qui fixent des rôles, des objectifs et des croyances. Dans ce cadre général d’intelligibilité, se pose alors la question de définir quel concept d’acteur retenir qui soit adéquat à cette logique générale, par quoi il faut comprendre : une puissance d’action qui se trouve soumise au pouvoir de formatage des institutions. La notion d’intérêt est, de ce point de vue, fort intéressante puisqu’elle décrit un affect qui pousse les individus à agir pour accroître leur puissance. L’erreur des économistes a été de naturaliser cet intérêt, de le rendre rigide, allant même jusqu’à poser que l’individu serait souverain dans ses jugements. Tout au contraire, l’analyse que je propose, parce qu’elle adhère au primat des relations sur les individus, est à la recherche d’un intérêt qui puisse varier en fonction du contexte institutionnel et de la pression qu’il exerce sur les acteurs. Cette question est très vaste. Il m’a semblé trouver une première réponse du côté du mimétisme girardien. Celui-ci nous donne à voir un individu qui précisément ne sait pas ce qu’il veut et qui cherche à le découvrir à partir de l’observation d’autrui. L’individu girardien est à l’opposé de l’individu souverain que décrit le « mensonge romantique », un individu qui serait maître de ses attirances à la manière du consommateur néoclassique. Le modèle mimétique est un modèle fort utile parce qu’il est analytiquement simple et qu’il manifeste des propriétés intéressantes, tout particulièrement le passage de la « médiation interne » à la « médiation externe ». Ma rencontre avec les travaux de Frédéric Lordon doit se comprendre dans la perspective de cette même question, non pas philosophique, mais celle d’un économiste qui cherche à se doter d’un concept d’individu adapté à son structuralisme, ce qui est également le programme que poursuit Lordon. Les concepts d’affect et de conatus me semblent fournir à l’économiste hétérodoxe que je suis le cadre adéquat pour penser un acteur en quête de puissance tout en étant lui-même soumis à la puissance d’affecter des autres. Comme le souligne Lordon à diverses reprises, le conatus est pur élan, sans direction définie. Il appartient aux structures sociales de lui donner un sens, d’investir l’individu sous forme de désirs et de croyances. Ce faisant elle dote l’individu d’un pouvoir d’agir qui travaille en retour les structures comme l’illustrent, par exemple, les séditions monétaires.

2. Aux fondements de la marchandise et du capitalisme, la monnaie

12RR : Vous avez mentionné votre approche de la monnaie. Pouvez-vous en présenter les principales caractéristiques ?

13André Orléan : Dans l’approche que je propose, la monnaie joue un rôle essentiel, primordial. Elle est l’institution au fondement de l’économie marchande car c’est par le biais de la monnaie que la valeur économique accède à l’existence sociale. Autrement dit, monnaie et valeur sont les deux faces d’une même réalité. Elles sont inséparables. Il me semble que cette représentation est si proche du sens commun que chacun est à même de la comprendre intuitivement. La vraie question est plutôt de savoir pourquoi les économistes la rejettent massivement. Dans la logique néoclassique issue de la révolution marginaliste du xixe siècle, les individus n’ont qu’un seul but : acquérir des objets utiles. La quête d’utilité est ce qui pousse les acteurs économiques à agir. Autrement dit, la quête d’utilité est l’énergie fondatrice qui met en mouvement les économies marchandes. L’économie marchande, dans une telle perspective, s’analyse comme un ensemble d’objets utiles qu’il s’agit de répartir entre un ensemble d’individus. Or cette répartition, pour les penseurs néoclassiques, ne nécessite pas de monnaie, mais des marchés. Les marchés à eux seuls permettraient aux agents de se coordonner. Cette théorie de la valeur néoclassique indépendante de la monnaie trouve son aboutissement dans la théorie de l’équilibre général dont l’origine remonte aux travaux de Léon Walras. Il s’agit d’analyser une économie de troc en situation de concurrence pure et parfaite. Dans les Éléments d’économie pure, Walras établit que les valeurs d’échange sont proportionnelles aux raretés, la rareté se définissant comme l’intensité du dernier besoin satisfait. La monnaie ne se trouve introduite que dans un second temps, comme un ajout, comme l’instrument facultatif qui facilite les échanges sans pour autant affecter de quelque manière que ce soit la valeur des marchandises. En conséquence, la monnaie, dans la pensée néoclassique, est un voile neutre. Il faut parler ici d’une conception purement instrumentale de la monnaie.

14À mes yeux, le problème avec cette représentation est qu’elle sous-estime radicalement une réalité qui joue pourtant un rôle économique essentiel, à savoir l’incertitude. Ce qui est propre à l’économie marchande est d’être le siège perpétuel de variations importantes et imprévues dans les goûts des consommateurs, dans les techniques de production et, en conséquence, dans les prix. Ceci a pour conséquence de rendre l’existence de chaque producteur-échangiste hautement aléatoire. S’il a réussi, un certain jour, à vendre sa production et à obtenir les biens qui lui sont nécessaires pour vivre, rien n’assure qu’il en sera de même demain. Or cette économie étant fondée sur ce que j’appelle la « séparation », – à savoir une configuration sociale dans laquelle chacun est enfermé dans sa propre autonomie sans pouvoir compter sur la bienveillance des autres autrement que par le biais des échanges – l’individu ne peut attendre aucune aide de la part des autres sociétaires en cas de difficultés temporaires. Autrement dit, le marché à lui seul est incapable de répondre aux besoins de sécurité qu’engendre la séparation marchande. Il s’ensuit, de la part des acteurs économiques, une exigence particulière qui s’analyse comme un « pouvoir de contrôle » sur la circulation des marchandises par quoi l’existence de chacun se trouverait rendue moins incertaine. Dans l’économie de marché, ce pouvoir de contrôle est, par nature, un pouvoir d’acheter puisque l’achat est la seule manière légitime d’obtenir des marchandises. Cependant, il s’agit d’un pouvoir d’acheter bien particulier car il doit répondre à deux réquisits : d’une part, ce pouvoir d’acheter doit être général, toutes les marchandises devant être rendues accessibles ; d’autre part, ce pouvoir d’acheter doit se conserver dans le temps. Il revient à Adam Smith d’avoir donné la description la plus claire de cette situation que connaissent les acteurs de marché : « Tout homme prudent, après le premier établissement de la division du travail, a dû naturellement s’efforcer de gérer ses affaires de façon à avoir par-devers lui, en plus du produit particulier de sa propre industrie, une quantité d’une certaine denrée ou d’une autre, qu’il a imaginé ne pouvoir être refusée que par peu de gens en échange du produit de sa propre industrie. » Dans L’empire de la valeur, j’étudie longuement ces biens qui sont largement acceptés dans l’échange, que j’appelle « biens liquides », dont la possession rend les effets de la séparation marchande moins délétères. La monnaie est ce bien spécifique dont la liquidité est absolue. J’analyse son processus d’émergence mais la place manque pour en détailler les propriétés.

15RDB : Peut-on alors parler d’objectivité de la valeur ?

16André Orléan : Dans l’analyse que je propose, la valeur d’un bien n’est rien d’autre que la quantité de monnaie que ce bien permet d’obtenir dans l’échange. Ce qui importe est l’objectivité sociale de cette mesure, à savoir le fait qu’elle s’impose à tous, par exemple, via son inscription dans les comptes des agents. Il est tout à fait possible qu’un même bien puisse s’échanger contre des quantités de monnaie différentes au même instant, i.e. avoir deux prix distincts. Cette situation dépend de l’intensité de la concurrence. Cette question est distincte de la question de la valeur telle que je la comprends. Le tort des théoriciens marginalistes est d’avoir pensé que ce qui était objectif dans la valeur d’un bien était sa grandeur elle-même, le prix. En conséquence, comme Walras, ils ont cherché à en fournir l’équation. Selon moi, l’objectivité de la valeur n’est pas à chercher dans sa grandeur qui est hautement variable selon les circonstances et les rapports de production. Ce qui est invariant est le fait que la valeur s’objective socialement dans la monnaie ; ou encore, c’est l’existence du prix et non pas sa grandeur. Dans cette perspective, ce qui est fondamental est la construction sociale de la monnaie elle-même en tant qu’expression acceptée par tous de la valeur. En conséquence, mon travail a consisté principalement à étudier ce qui faisait qu’un bien ou un signe accédait au statut de monnaie, ce que j’appelle « l’élection monétaire ». La question centrale est : d’où la monnaie tire-t-elle son autorité ? Pourquoi est-elle acceptée par tous ? Sur ce point, je rejoins les analyses d’Émile Durkheim lorsqu’il étudie « l’autorité du social ». Je leur consacre le chapitre 5 de L’empire de la valeur. J’introduis également les notions spinozistes d’« affect commun » et de « puissance de la multitude » pour rendre compte de l’accord généralisé qui se réalise autour de la monnaie, i.e. de sa puissance qui résulte d’un investissement affectif collectif.
Cependant, il ne faut jamais perdre de vue que l’élection monétaire est toujours problématique dans la mesure où, dans l’économie marchande et, a fortiori, dans l’économie capitaliste, existent des forces puissantes qui cherchent en permanence à modifier les règles monétaires pour faire prévaloir de nouvelles liquidités qui soient plus favorables à leurs intérêts. En conséquence, constamment existent dans le tissu économique des conflits portant sur la légitimité de la monnaie. Il y a crise monétaire lorsqu’un nouveau bien ou un nouveau signe émerge qui concentre sur lui une part significative des producteurs-échangistes, ce que je nomme dans un texte commun avec Frédéric Lordon une « sédition monétaire ». Par exemple, le premier stade de la crise monétaire inflationniste consiste en l’apparition d’indexations dans la formation des prix, que ce soit via un indice de prix ou une monnaie étrangère. L’indexation s’analyse, dans mon cadre conceptuel, comme une remise en cause de la capacité de la monnaie existante à fournir une expression légitime de la valeur. Elle se voit concurrencée par d’autres définitions.

17RR : Vous placez ici votre approche de la monnaie dans une théorie plus vaste des institutions, de leur changement et de leurs interactions avec les phénomènes économiques. On pense bien sûr à Émile Durkheim, que vous citez, mais aussi à Thorstein Veblen ou John Commons. Y a-t-il des concepts et raisonnements chez ces théoriciens, qui vous ont influencé (on peut penser par exemple à la notion de futurité [futurity] ou à celle de valeur raisonnable développées par J. Commons) ?

18André Orléan : Je connais très mal Commons et je ne connais Veblen que partiellement au travers de sa Théorie de la classe de loisir. Le fond de mon inspiration se trouve chez Durkheim. Je puise chez lui une analyse en profondeur de ce que Spinoza nomme la « puissance de la multitude », à savoir cette force spécifique qui vient du sentiment collectif, de ce que Durkheim nomme à plusieurs reprises « l’unisson » du groupe. La valeur économique comme les valeurs morale, esthétique ou religieuse est faite de ce matériau, l’affect commun. La valeur n’est pas une substance qu’il s’agirait de mesurer au plus juste ; elle est une puissance qui façonne le conatus des acteurs. Dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, Durkheim nous dit : « Le fidèle qui a communié avec son dieu n’est pas seulement un homme qui voit des vérités nouvelles que l’incroyant ignore. C’est un homme qui peut davantage. Il sent en lui plus de force… ». C’est à cette énergie qu’on reconnaît la présence des valeurs, par quoi la société est mise en mouvement. Il en va de même en économie : non pas la quête de l’utilité, passion de faible intensité, mais le désir de monnaie. Pour en avoir l’intuition, il n’est que de songer à ce que l’attrait de l’or a produit, depuis l’antiquité, à son étonnant pouvoir de fascination auquel si peu de choses résistent. Je note qu’en hébreu biblique, le mot pour argent est kessef qui vient du verbe Lehikassef signifiant « désirer ardemment », « avoir une envie irrépressible, quasiment impossible à contenir ». De même l’un des mots arabes qui désigne l’argent est al-mal (ou al-maal) qui, comme le terme kessef, a pour racine attachement ou envie. Cette conception de la monnaie est aux antipodes de la conception instrumentale chère aux économistes. Elle nous donne à voir une réalité qui semble échapper à la rationalité car quel sens y a-t-il à vouloir la monnaie pour elle-même ? De tous temps, les observateurs du monde social ont eu à affronter cette réalité énigmatique, ce penchant irrépressible pour l’argent que Keynes qualifie d’« état morbide plutôt répugnant, l’une de ces inclinaisons à demi criminelles et à demi pathologiques dont on confie le soin en frissonnant aux spécialistes des maladies mentales ». On pense également à Aristote et sa condamnation de la chrématistique. Notre hypothèse est que les théories de la valeur, travail ou utilité, doivent se comprendre à partir de cette interrogation angoissée des hommes face à un phénomène qui les emporte, qu’ils ne contrôlent pas et qui échappe à la raison. Il s’agit alors de produire un guide pour encadrer cette énergie sociale, cette ferveur universelle, aux fins de la domestiquer en la rendant conforme aux intérêts dominants. Pour cette raison, la théorie économique appartient à la réalité historique de la valeur. L’une et l’autre sont indissociables. Les séparer, ce serait comme vouloir penser l’histoire de la religiosité chrétienne indépendamment des controverses dogmatiques qui l’ont de tout temps agitée. Le discours sur la valeur économique constitue un des facteurs essentiels par lequel la valeur économique s’impose au monde. Aujourd’hui c’est le récit libéral qui s’est imposé comme le récit légitime. Il a pour dogme premier la thèse selon laquelle l’inflation est toujours et partout une chose à combattre ; même en situation de chômage de masse ou de dettes publiques écrasantes.
Cette analyse ne devrait pas étonner : les valeurs ne sont-elles pas avant tout affaire de croyances ? Mais bizarrement, ce qu’on admet aisément pour la religion, on a de fortes réticences à l’accepter pour la valeur économique. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi : parce que nous ne croyons plus à la religion mais que nous croyons intensément à l’économie. Ce qui rend les valeurs économiques si présentes, c’est l’intensité passionnelle que nous investissons en elles. Elle nous interdit de les regarder avec distance et scepticisme.

19RR : Si l’on prolonge cette généalogie institutionnaliste, considérez-vous avoir une dette intellectuelle envers les analyses monétaires et de la valeur de Carl Menger ou encore de l’école historique allemande dont l’accent mis sur la monnaie pour comprendre l’économie et les crises semble faire écho à votre approche ?

20André Orléan : Mon rapport à Carl Menger est ambivalent. Son article de 1892 sur l’origine de la monnaie est, à mes yeux, d’une très grande profondeur. Je m’y reconnais à 90 %. D’ailleurs le modèle mimétique que j’ai proposé, dans lequel les échangistes recherchent le bien le plus liquide à partir de l’observation de ce que les autres ont majoritairement choisi, est extrêmement proche de ce qu’a proposé Menger. Cette proximité serait même évidente si, au lieu de traduire le terme allemand « absatzfähigkeit » par « saleableness » comme il est fait, à savoir « aptitude à être vendu » ou « écoulable » (Campagnolo), on utilise simplement le terme de « liquide » ou « liquidité » car c’est bien de cela dont il est question. Mes désaccords avec Menger trouvent leur source dans le fait qu’il prend, pour point de départ de sa réflexion, une économie de troc appréhendée comme étant la configuration originelle des économies marchandes. C’est là une hypothèse que je réfute avec d’autant plus d’énergie qu’elle s’est imposée comme une évidence auprès de la quasi-totalité des économistes. Pensons aux modèles de prospection monétaire si diffusés de nos jours. La question qu’ils abordent est de savoir comment la monnaie supplante le troc ! Rien n’a plus handicapé la théorie économique que l’idée absurde selon laquelle une économie marchande pourrait fonctionner sur la base de trocs. Imagine-t-on Henry Ford vendre sa production de voitures au cas par cas, en choisissant ses acheteurs selon l’utilité pour lui des biens qu’ils ont à lui offrir ? Il faut a contrario admettre que la production marchande est, dans sa nature même, une production pour la valeur, i.e. pour la monnaie. L’idée d’une économie marchande fondée sur le troc est une contradiction dans les termes. La valeur d’une marchandise ne peut exister que sous une forme extériorisée, ce que Marx avait parfaitement compris (voir sa discussion de la « forme simple ou accidentelle de la valeur »). Que l’on puisse voir dans le troc la forme emblématique de l’échange marchand est une idée si étrange, si contraire à l’observation la plus superficielle de la réalité que je m’étonne qu’elle puisse être si répandue. En effet rappelons, d’une part, que le troc se rencontre majoritairement dans des économies archaïques, non marchandes, et que, d’autre part, lorsque des trocs sont observés dans une économie marchande, c’est le signe infaillible que cette économie est en crise, à savoir qu’elle ne fonctionne pas normalement. Qu’on m’explique alors comment on a pu faire du troc le paradigme de l’échange marchand ? Il faut, pour ce faire, une sacrée dose d’insensibilité aux faits mais il est vrai que c’est là une qualité fort répandue chez les économistes.

21RR : Plus largement, comment envisagez-vous le caractère cumulatif de la connaissance économique ? Sommes-nous condamnés à osciller en permanence entre un savoir formalisé apparemment cumulatif, qui perdrait en pertinence ce qu’il gagne en sophistication formelle – avec pour exemple la théorie standard – et un savoir « mou » apparemment peu cumulatif – les théories hétérodoxes – qui reprendrait sans toujours s’en rendre compte les mêmes formes théoriques sous des noms différents ?

22André Orléan : Cette question est extrêmement difficile car, pour y répondre, il faudrait être bien meilleur épistémologue que je ne le suis. Il faudrait commencer par être capable de définir ce qu’est la connaissance en sciences sociales. Ma position est que le modèle des sciences de la nature ne convient pas alors même qu’il demeure trop souvent la référence des économistes. Comble de l’absurdité, certains verraient même dans l’économie une science poppérienne ! Je n’y crois pas.
Si on laisse de côté cette vaste question qui nous entraînerait très loin, pour aborder plus directement la première partie de votre question, je dirai que je ne crois nullement à une cumulativité de la théorie standard. Quand j’observe mes collègues mainstream, il est clair qu’un grand nombre d’entre eux aime plus les mathématiques que l’économie proprement dite. Il s’ensuit une dextérité qui tourne largement à vide. Ils oublient que l’économie est avant tout une science historique. Le cadre conventionnaliste, marxiste ou régulationniste me semble bien mieux adapté pour aborder les grandes questions que pose l’économie capitaliste, par exemple, aujourd’hui, sa financiarisation extrême. Ce qui manque à la pensée hétérodoxe, c’est une communauté plus large et mieux structurée, ayant des lieux de production où dialogueraient de nombreux chercheurs. Aujourd’hui, du fait de la domination extrême du mainstream, les hétérodoxes sont le plus souvent isolés et en petit nombre, pour ne pas dire en voie de disparition comme l’a démontré, chiffres à l’appui, l’AFEP.

3. Marchés financiers et théorie de la valeur

23RDB : Depuis le début des années 1980, vous avez recours aux concepts keynésiens pour analyser la finance de marché. De quelle manière ces concepts rendent possible une perspective originale sur les marchés financiers ?

24André Orléan : Comme l’écrit Fama en 1965 : « Sur un marché efficient, le prix d’un titre constituera, à tout moment, un bon estimateur de sa valeur intrinsèque ». Autrement dit, cette approche, ce qu’on peut appeler la « finance néoclassique », croit en l’existence d’une valeur objective, la « valeur intrinsèque ». Dans ces conditions, un marché financier est efficient si le prix de marché est conforme à cette valeur intrinsèque. Comme cette valeur est égale à l’actualisation du flux des revenus futurs auxquels ce titre donne droit, pour la calculer il faut pouvoir déterminer quels seront ces revenus futurs. Ce n’est pas chose aisée. On sait déjà la difficulté que rencontrent les économistes pour prévoir à trois mois la croissance d’un pays, alors on imagine ce qu’il en est pour prévoir les profits d’une entreprise sur une période de dix, vingt ans ou plus ? Cela paraît un exercice bien périlleux. Sur ce point, l’approche keynésienne et l’approche néoclassique s’opposent radicalement. Pour cette dernière, il serait possible de décrire l’avenir d’une manière probabiliste. Autrement dit, l’acteur serait capable de connaître la liste exhaustive des scénarios futurs possibles avec leur probabilité. Certes l’avenir n’est pas connu avec certitude mais il est possible de le déterminer en probabilité. À partir de là, une fois le taux d’actualisation fixé, on peut calculer l’espérance mathématique du flux des revenus compte tenu de l’information disponible à l’instant t. Comme l’avait bien compris Keynes, l’hypothèse probabiliste construit une économie qui ne diffère pas radicalement de celle qui prévaut dans la situation déterministe : « le calcul des probabilités [est] supposé capable de réduire l’incertain au même statut […] que le certain lui-même. » L’approche keynésienne quant à elle ne croit absolument pas à la possibilité d’une telle description probabiliste. L’ignorance des acteurs y est bien plus fondamentale. Comme l’écrit Keynes avec force, en incertitude « nous ne savons pas ». En conséquence, si l’on retient cette conception keynésienne de l’incertitude, il n’est plus possible de définir une valeur intrinsèque objective, comme le fait la finance néoclassique grâce à l’hypothèse probabiliste. En matière d’évaluations portant sur l’avenir, il n’existe que des appréciations subjectives les plus diverses. Aussi, dès lors que la seule rationalité des acteurs livrés à eux-mêmes ne suffit pas à faire émerger une valeur de référence acceptée par tous, un autre mécanisme est-il nécessaire pour permettre la coordination des investisseurs ; et ce mécanisme, c’est le marché. Telle est la conception que je défends : le marché financier est le mécanisme social spécifique qui produit les évaluations légitimes dont ont besoin les investisseurs pour se coordonner. La valeur financière ne trouve pas son intelligibilité dans une nature objective dont elle serait l’expression incontestable mais bien dans un processus social particulier, le marché financier, ayant pour fonction de faire émerger une estimation légitime. Ce sont là deux conceptions radicalement opposées de la valeur. Dans notre approche, la valeur, c’est le prix de marché lui-même : l’évaluation ne préexiste pas au prix. Comme le dit Simmel, « la valeur est l’épigone du prix ».
Il s’ensuit que, dans une seconde étape, mon raisonnement s’intéresse aux marchés financiers eux-mêmes, à la logique des interactions concurrentielles qui est au fondement du prix et de la valorisation. Mon hypothèse centrale est que la spéculation financière est d’une nature essentiellement autoréférentielle. Par-là, il faut entendre une logique d’anticipation telle que chaque investisseur se détermine, non pas à partir de ce qu’il pense quant à la valeur intrinsèque du titre considéré, mais en fonction de ce qu’il anticipe quant à l’évolution future du prix parce que la valeur, c’est le prix. Autrement dit, l’investisseur rationnel achète un titre s’il anticipe que son prix va augmenter. C’est l’anticipation du prix qui commande aux stratégies d’investissement. Il s’ensuit que le prix résulte d’anticipations portant sur le prix lui-même ; ce qui est la définition même d’un processus autoréférentiel. Pour un investisseur, ce qui compte, ce n’est pas les informations objectives en tant que telles mais les informations susceptibles d’affecter l’opinion du marché et donc le prix. Cette rationalité autoréférentielle tournée exclusivement vers le marché peut être dite mimétique : il s’agit, à chaque instant, de deviner où ira le marché. Sur un marché, ce qui compte, ce sont les prix tels qu’ils se déterminent à chaque instant et non tels qu’ils devraient être au regard d’une soi-disant valeur intrinsèque. Ce sont eux, et eux seulement, qui conditionnent les gains et les pertes effectifs des investisseurs. Il s’ensuit une structure singulière qui diffère du modèle néoclassique en ce qu’elle pose comme norme, non pas une réalité objective extérieure au marché, à savoir la valeur intrinsèque, mais une variable endogène, en l’occurrence l’opinion du marché.
Dans divers textes, j’ai essayé de modéliser la logique autoréférentielle en utilisant les travaux expérimentaux menés par Judith Mehta, Chris Starmer et Robert Sugden (1994). Leur résultat fondamental est que, en situation autoréférentielle, les joueurs recherchent les saillances. Il s’agit toujours de copier les comportements saillants, c’est-à-dire ceux qu’on estime propres à être copiés par les autres : tel est le principe clé de la rationalité autoréférentielle. Appliquée aux marchés financiers, l’analyse autoréférentielle décrit un groupe d’investisseurs interrogeant toutes les hypothèses et toutes les interprétations dans le but de déterminer celles susceptibles d’obtenir l’assentiment du marché. Le prix en résulte. On peut, à son sujet, parler d’un processus d’autopoièse. Un résultat est ici fondamental : l’évaluation que cette dynamique autopoïétique produit diffère des évaluations individuelles. Elle est d’une toute autre nature, à savoir l’opinion du groupe en tant que groupe. On est alors en droit d’affirmer que le prix est une pure création du mécanisme d’interaction, qui s’analyse comme l’opinion du marché lui-même. Autrement dit, dans notre approche, le marché, du fait de la structure autoréférentielle des interactions qui le constituent, s’appréhende comme une entité autonome, indépendante par rapport aux individus qui le composent. Le modèle bottom-up n’est plus ici pertinent. En ce sens, il est légitime d’écrire « le marché pense que … » J’ai analysé des exemples où le prix d’une devise baisse alors même que chaque trader la considère comme étant sous-évaluée au regard des données fondamentales. S’ils sont néanmoins vendeurs, c’est parce qu’ils anticipent collectivement une baisse du marché.

25RDB : Votre ancien livre Le pouvoir de la finance comme votre nouveau livre L’empire de la valeur présente d’une manière systématique votre théorie de la finance de marché. Entre ces deux exposés quelles sont les continuités et quelles sont les ruptures ?

26André Orléan : Les continuités sont évidentes. Dans les deux livres, je me place dans un même cadre conceptuel, à savoir cette même approche théorique de la finance que je nomme keynésienne, conventionnelle ou autoréférentielle, sur laquelle je travaille depuis 30 ans et qui s’oppose à la finance néoclassique comme à la finance comportementale. Ce qui est original dans L’empire de la valeur est que les résultats obtenus pour les marchés financiers sont mis au service d’une réflexion plus vaste qui porte sur la notion de valeur. En effet, ce livre poursuit un but bien précis qu’ignoraient mes réflexions antérieures : démontrer que le schisme existant entre le « raisonnement économique » et le « raisonnement sociologique » trouve son origine dans deux conceptions radicalement distinctes de la valeur : la valeur substance pour les économistes versus la valeur opinion pour les sociologues. Son fil directeur est l’œuvre d’Émile Durkheim, absent des livres précédents. Comme ce penseur, mon livre défend la thèse selon laquelle : « certes, il y a des types différents de valeurs, mais ce sont des espèces d’un même genre ». Autrement dit, la valeur économique répond à la même logique que la valeur morale, la valeur esthétique ou la valeur religieuse, ce que les économistes se refusent à voir. Pour Durkheim, toutes les valeurs, par quoi elles sont valeurs, sont dotées d’une autorité particulière qui est celle du social lui-même. Comment en pense-t-il l’émergence ? Dans l’effervescence collective : « Quand les consciences individuelles, au lieu de rester séparées les unes des autres, entrent étroitement en rapport, agissent activement les unes sur les autres, il se dégage de leur synthèse une vie psychique d’un genre nouveau ». Or le marché financier nous donne à voir très concrètement cette dynamique d’intenses interactions entre les esprits qui est au principe des valeurs chez Durkheim, ce que je nomme après Spinoza, la « puissance de multitude » (potentia multitudinis) dans une recherche effectuée en collaboration avec Frédéric Lordon (Lordon et Orléan, 2008). C’est là une importante nouveauté par rapport aux analyses présentées dans Le pouvoir de la finance. Cependant, ce n’est pas la seule.
Dès lors que j’analyse le marché financier comme une structure particulière ayant pour rôle de produire des évaluations légitimes selon la logique conçue par Durkheim, je suis conduit à insister sur le fait que ces marchés répondent à une dynamique différente de celle qui prévaut sur les marchés dédiés à la consommation. Selon moi, l’idée chère aux économistes depuis trente ans selon laquelle la concurrence financière est de même nature que la concurrence sur les marchés de biens ordinaires doit être vigoureusement rejetée. La « loi de l’offre et de la demande » ne s’applique pas sur les marchés financiers : une augmentation du prix ne conduit pas mécaniquement à une baisse de la demande, raison centrale pour laquelle l’autorégulation concurrentielle est absente de ces marchés. C’est là un résultat aux conséquences considérables car il implique que ces marchés ne peuvent, en aucun cas, être laissés à eux-mêmes puisque les forces de rappel autorégulatrices n’y sont aucunement présentes. Pour cette raison, je juge tout à fait inapproprié le mouvement de libéralisation financière qu’ont connu nos économies depuis les années 1980.
D’ailleurs cette différence de nature n’est-elle pas évidente ? Sur un marché de biens, comme, par exemple, celui des voitures, deux groupes aux intérêts contraires se font face : les consommateurs qui veulent des prix bas et les producteurs qui veulent des prix élevés. Chaque groupe pousse ou tire dans son sens et il est intuitif de penser que ces deux forces opposées vont trouver un compromis. Ce compromis se maintient car ces intérêts opposés veillent à ce qu’il soit respecté. Si le prix bouge, ils interviennent immédiatement. Telle est la signification de la loi de l’offre et de la demande. Mais, sur un marché financier, par exemple, la bourse des actions, la situation est tout à fait différente. On n’y trouve nullement deux groupes aux intérêts opposés mais une même communauté, celle des propriétaires d’actions. Ce sont les mêmes individus qui sont alternativement vendeur ou acheteur, en fonction de leur besoin conjoncturel et spécifique de liquidité. Si on appréhende le groupe dans sa totalité, nulle opposition d’intérêts mais plutôt un même désir de voir croître les prix des actions. D’où viendraient alors les forces autorégulatrices ?
Une autre nouveauté de mon dernier livre porte sur le concept de liquidité. Certes, celui-ci est déjà présent dans Le pouvoir de la finance mais d’une manière qui reste encore embryonnaire. Dans L’empire de la valeur, la liquidité acquiert le statut d’un concept central : la liquidité est la forme que prend la puissance dans l’ordre marchand. Elle est ce que recherchent les acteurs économiques. On en connaît trois formes principales d’importance variable selon les époques et les nations : la monnaie fiduciaire, la monnaie scripturale et certains titres financiers ayant un large marché. À mes yeux, la liquidité ne renvoie pas à une propriété substantielle. Elle résulte d’un accord de nature autoréférentielle par quoi une marchandise ou une créance se voit reconnue au sein d’un groupe comme expression légitime de la valeur. Cette analyse nous a permis de penser la similitude existant entre la monnaie et les titres financiers en ce que tous deux renvoient à cette même structure : l’interdépendance de tous dans l’acceptation collective du bien liquide.
Enfin, dernière nouveauté : dans L’empire de la valeur, j’analyse avec plus de soin que je ne le faisais précédemment la notion d’efficience appliquée aux marchés financiers. Si celle-ci joue un rôle central dans les débats théoriques autour des marchés financiers, elle n’est pas exempte d’ambiguïtés car plusieurs définitions coexistent de telle sorte qu’on ne sait plus très bien ce que veut dire : « les marchés financiers sont efficients ». J’ai cherché à éclaircir ce point fondamental. Ma thèse centrale est qu’il existe une première définition de l’efficience, valable pour les marchés financiers comme pour les autres marchés : selon cette définition, un marché est dit efficient s’il gère au mieux les ressources rares en les allouant là où elles sont le plus utiles. C’est ce que les économistes nomment « l’efficience allocative ». Ainsi un marché financier est-il efficace s’il permet au capital de s’investir là où il est le plus nécessaire. Dans le cas contraire, on dira qu’il y a gâchis de capital. Le critère traditionnellement retenu pour juger de l’efficacité allocative d’un marché, c’est la justesse des prix. En effet, des prix à leur bon niveau assurent que les investisseurs sauront où il faut investir et là où il ne faut pas investir. J’en conclus que la définition donnée par Fama en 1965, que j’ai déjà citée, est la bonne : un marché est efficient si le prix est conforme à la valeur intrinsèque du titre. Je la note (HEF) (Hypothèse d’Efficience Financière). On notera que, dans ses travaux ultérieurs, disparaît cette notion de valeur intrinsèque !
Ces analyses m’ont conduit à deux résultats. D’une part, dès lors que j’adhère à l’idée d’incertitude radicale, je suis amené à soutenir qu’il n’existe rien comme une « bonne estimation » de la valeur intrinsèque. En situation d’incertitude radicale, nous ne savons pas, comme le disait Keynes. J’en déduis que l’efficience des marchés financiers au sens de (HEF), celui de l’efficience allocative, doit être rejetée parce que nous ne sommes pas capables ex ante de savoir où le capital doit s’investir. L’investissement est toujours de l’ordre du pari. D’autre part, je constate que les économistes financiers, y compris Fama, qui n’adhèrent pas à l’idée d’incertitude radicale, retiennent majoritairement comme définition de l’efficience l’idée de « repas gratuit » ou « ne pas battre le marché » (NPBM), soit l’idée de Non Prévisibilité des Rendements (NPR). À son propos, on parle le plus souvent de « marche aléatoire » (random walk) ou de « martingale ». Cette définition a été proposée pour une raison simple à comprendre : parce qu’il n’est pas possible de tester (HEF) directement dans la mesure où (HEF) suppose que les économistes soient capables de calculer la vraie valeur pour la comparer au prix observé, ce qu’ils ne savent pas faire. Aussi, faute d’être capables de tester directement l’hypothèse (HEF), à savoir l’égalité du prix observé et de la valeur intrinsèque, les économistes testent-ils l’hypothèse (NPR) qui est effectivement, sous certaines conditions, une conséquence de l’hypothèse précédente (HEF) : (HEF) = => (NPR) et qui a l’avantage de ne pas nécessiter le calcul de la valeur intrinsèque. Cependant, le point important à garder à l’esprit est que la réciproque n’est pas vraie. Le fait de constater (NPR) n’implique nullement que (HEF) est vérifiée. (NPR) signifie simplement que les investisseurs sont capables de repérer la présence de « patterns » dans les prix. Autrement dit, il est tout à fait possible que les rendements ne soient pas corrélés sans que pour autant le prix soit au bon niveau ! Par exemple, une bulle financière est parfaitement compatible avec l’hypothèse (NPR) alors même qu’elle contredit l’hypothèse d’efficience (HEF).
Cette confusion entre (HEF) et (NPR) n’est en rien secondaire ou anecdotique car certains économistes et de nombreux observateurs raisonnent comme si les deux étaient équivalentes et soutiennent avec force que les marchés sont efficients, y compris lors de la dernière crise, parce que (NPR) aurait été vérifiée. Je dis que l’efficience au sens de (NPR) est secondaire car ce qui importe du point de vue du bien-être général, c’est le critère (HEF). Or celui-ci ne saurait être vérifié pour des raisons qui tiennent à la nature même des économies marchandes, leur incertitude radicale. Si ce résultat est pris au sérieux, il en découle une mutation profonde dans notre compréhension des problèmes de financement. Il remet en cause tout l’argumentaire qui a légitimé la mondialisation financière.

27RR : Pourquoi ne pas élargir votre conception conventionnaliste de la valeur au-delà de la sphère financière ? Vous insistez sur le fait que les marchés financiers répondent à une dynamique différente de celle qui prévaut sur les marchés dédiés à la consommation, en mettant en avant l’absence de forces de rappel autorégulatrices. N’est-ce pas adopter là une vision paradoxalement néoclassique des marchés de biens ? Que l’on prenne le marché du médicament, l’agroalimentaire ou encore les services, des problèmes cognitifs, des défauts récurrents de ces forces de rappel n’apparaissent-ils pas également, en prenant certes des formes institutionnelles propres à ces secteurs d’activité ? En d’autres termes, certains éléments de votre théorie ne pourraient-il pas trouver des applications au-delà des marchés financiers ?

28André Orléan : Vous avez raison. Parce que je cherche à mettre en évidence le fait que les marchés financiers répondent à une logique spécifique, différente de celle des biens de consommation, j’ai été amené à exagérer la capacité autorégulatrice de ces derniers marchés par opposition à l’instabilité des marchés de titres. L’idée d’un dualisme des marchés, entre ceux qui sont centrés sur la liquidité et ceux qui sont centrés sur l’utilité, est, à mes yeux, d’une importance extrême, ne serait-ce qu’en raison de sa dimension polémique dès lors que le courant mainstream insiste a contrario sur l’homologie de ces marchés, tous supposément réglés par la « loi de l’offre et de la demande ». À mes yeux, les questions posées à ces deux marchés sont radicalement différentes comme sont distinctes les constructions institutionnelles qui les constituent. Dans un cas, le prix est un compromis entre des jugements de valeur constitués préalablement aux échanges alors que dans l’autre cas, le prix constitue la valeur et c’est sur lui que portent les jugements de valeur.
Pour autant, je ne dirai pas que j’adopte une vision néoclassique des marchés de biens. Il est vrai que j’accorde une grande place au modèle walrassien mais toujours conçu comme idéaltype et non comme décrivant la réalité des marchés de biens. Sur la réalité des marchés de biens, je reste prudemment en retrait car je n’ai guère travaillé dessus. J’insiste seulement sur la construction hors marché des qualités et des préférences. C’est dire que je suis sensible aux « problèmes cognitifs » auxquels votre question fait référence. Sur les forces de rappel, je suis conscient qu’il existe des situations dans lesquelles certaines entreprises manipulent les prix. Il n’en reste pas moins que l’on ne connaît pas de bulles sur les biens de consommation, encore moins des bulles en situation de concurrence.

4. De la finance aux crises contemporaines

29RDB : Quelle est votre analyse de la crise financière des années 2008/2009 et en quoi diffère-t-elle des analyses avancées par le mainstream ?

30André Orléan : Il n’est pas facile de répondre à cette question en peu de mots. Je lui ai d’ailleurs consacré un petit livre De l’euphorie à la panique : penser la crise financière. Je ne vais ici parler que de la crise financière, étant bien entendu que la crise que nous connaissons aujourd’hui, en particulier en Europe, est bien plus qu’une crise financière. C’est la logique globale du capitalisme néolibéral qui est en cause dans ces événements.
Si on s’en tient à la seule crise financière, mon premier point de désaccord avec l’économie mainstream porte sur le diagnostic lui-même. Lorsqu’on lit, par exemple, les déclarations du G20 de Londres en avril 2009, on ne peut manquer d’être étonné par l’ampleur des causes énumérées et des chantiers ouverts : rémunérations excessives des banquiers et des traders, régulations inadaptées, normes comptables procycliques, paradis fiscaux, innovations financières opaques, agences de notation incompétentes, politiques monétaires laxistes sont montrés du doigt pour être réformés. Il semble que toutes les institutions qui organisent la concurrence financière à l’échelle planétaire soient coupables mais que seule échappe à la réprobation généralisée, le marché lui-même ! Tout ce qui était « autour » du marché a dysfonctionné sans que le marché lui-même ne soit questionné. On ne trouve aucune remise en cause du principe concurrentiel lui-même, autrement dit du rôle qui est assigné aux marchés financiers dans l’allocation internationale des capitaux. Leur primauté et leur intégrité se trouvent d’ailleurs explicitement réaffirmées comme le but visé par le G20. À mon sens, c’est là une erreur d’ampleur considérable. L’instabilité est, à mes yeux, inhérente à la concurrence financière elle-même. Les facteurs énumérés par le G20 ont certes une part de responsabilité mais la responsabilité centrale est à chercher dans le principe concurrentiel lui-même appliqué aux titres financiers ! Cela tient à sa logique propre qui fait que, par exemple, une croissance du prix n’engendre pas mécaniquement, comme c’est le cas sur les marchés de biens ordinaires, des forces de rappel qui tendent à peser à la baisse sur le prix, à savoir une diminution de la demande. Les prix financiers peuvent dériver fortement, à la hausse comme à la baisse, sans que les marchés produisent des forces contraires dans la mesure où le principe d’autorégulation que connaissent certains marchés de biens ordinaires n’y prévaut nullement. Voilà le nœud du problème comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire. En conséquence, nos économies ne sauraient s’en remettre à la concurrence financière sans courir de grands risques. À l’opposé, le G20 croit dans les vertus des marchés financiers et interprète ses crises comme des accidents qui auraient pu être évités si le mécanisme concurrentiel n’avait pas été pollué. Aussi, pour éviter les crises, faudrait-il rétablir le mécanisme concurrentiel dans toute sa pureté, en suivant le modèle des grands marchés boursiers centralisés. Telle est la doctrine officielle : promouvoir la transparence.

31RDB : Echappe-t-on à l’instabilité en promouvant la seule transparence ?

32André Orléan : Il est faux de penser que la transparence permette d’éviter l’instabilité. La bulle Internet de la fin des années 1990 nous en fournit une illustration exemplaire. Les actions de la Nouvelle Économie étaient parfaitement transparentes. Les investisseurs savaient exactement ce qu’ils achetaient. Cela ne les a pas empêchés de croire que les prix allaient croître, anticipation qui a été à la base de la bulle de la fin du xxe siècle. De même, à mon avis, la spéculation sur les subprimes n’est pas fondamentalement la conséquence de leur opacité, qui était pourtant bien réelle ; elle a pour origine une conception largement optimiste quant à la croissance future des prix immobiliers. Je soutiens que les mêmes faits auraient pu être observés même si les produits titrisés avaient été rendus plus transparents grâce à des explications plus précises et plus synthétiques. À nouveau, l’économiste est victime de la comparaison avec les marchés de biens ordinaires. Sur ceux-ci, une connaissance matérielle des produits est ce qui permet à l’acheteur d’évaluer avec précision leur utilité. Lorsque ce n’est pas le cas, comme pour les voitures d’occasion, l’acheteur est privé des informations que possède le vendeur et cette asymétrie d’information peut bloquer l’autorégulation concurrentielle comme l’ont montré Akerlof ou Stiglitz. La transparence sous la forme d’une description exacte du produit échangé la rétablit. Mais, sur les marchés financiers, il n’en va pas de même. La seule connaissance matérielle du produit laisse entière l’incertitude quant à la valeur parce que celle-ci renvoie à d’autres réalités que la seule description physique des produits, à savoir l’incertitude des revenus futurs et donc le prix lui-même. Pensons à une devise, chaque cambiste en connaît parfaitement toutes les caractéristiques objectives sans pour autant être capable d’en établir la valeur ! De même, sur le marché des subprimes, il est faux de penser que les originateurs des produits titrisés en connaissaient la valeur mieux que les acheteurs simplement parce qu’ils savaient mieux que ces derniers de quoi ils étaient concrètement faits. Pour déterminer la valeur des subprimes, la variable essentielle à connaître était l’évolution future du prix de l’immobilier, grandeur qui échappait tout autant aux originateurs qu’aux investisseurs. On en revient toujours à cette même question : les économistes ne comprennent pas de quoi est faite la finance de marché. Tant que les économistes et les autorités publiques resteront prisonniers de l’idée d’autorégulation des marchés financiers, les mesures proposées seront inadaptées. Seul un changement de paradigme nous permettra d’imaginer de nouveaux dispositifs aptes à dominer la finance de marché. On n’en prend pas le chemin.

33RR : Pour en prendre le chemin il faudrait passer aux propositions normatives portant sur des objets concrets : si la valeur des actifs sur les marchés financiers livrés à eux-mêmes – quand bien même seraient-ils transparents – est essentiellement conventionnelle, donc instable et porteuse de chocs potentiels sur la répartition, quelles sont les formes de régulation de ces marchés susceptibles de présenter une plus grande légitimité scientifique, éthique ou politique, que l’actuelle ?

34André Orléan : La légitimité est, pour une large part, affaire de domination. Je ne crois pas à une légitimité dans l’absolu, qu’elle soit scientifique, éthique ou politique, car je ne crois pas à l’existence d’un bien absolu s’imposant à tous. Par exemple, on constate aujourd’hui que la crise et l’instabilité financière n’ont en rien délégitimé les marchés financiers dès lors qu’ils continuent à produire d’abondants profits pour les acteurs financiers. C’est dire combien la question du devoir être dépend étroitement des intérêts en présence. Hume déjà notait qu’il n’est pas contraire à l’égoïsme humain de préférer l’anéantissement de l’univers à l’écorchure de son petit doigt ! Si on se tourne vers l’histoire, il faut d’ailleurs constater que les formes de régulation financière ont grandement varié. Personnellement, je défends l’idée d’une définanciarisation par quoi il faut entendre un mouvement qui cesse de poser les marchés financiers au cœur de la formation de la valeur économique. Mais la question véritable est ailleurs : quelles forces sociales aujourd’hui ont la puissance d’imposer la définanciarisation de nos économies ? Le chômage massif allié à la désindustrialisation a affaibli le salariat. Il n’est plus guère porteur d’un projet alternatif. « Mon ennemi, c’est la finance » a réussi à faire élire Hollande mais on attend toujours la suite

35RR : Illustrons la question normative en revenant à la monnaie. Michel Aglietta parle de la monnaie comme d’un « contrat social », le « bien commun par excellence », une « dette de la société dans son ensemble sur elle-même » (Aglietta et Brand, 2013, p. 176). En tant que construction sociale et, à ce titre, potentiellement orientée par un processus délibératif (démocratique), pourrait-elle être utilisée comme un instrument de politique publique alternative associant, par exemple, la création monétaire à la création d’emploi ou à la protection de l’environnement ?

36André Orléan : La monnaie est au cœur de toute politique économique. Aussi une politique alternative devra-t-elle nécessairement imposer une nouvelle gestion monétaire. Pour en finir avec le carcan créancier dans lequel nous sommes enfermés depuis le « choc Volcker » de 1979, l’arme monétaire est indispensable, ne serait-ce que pour financer des projets significatifs de protection de l’environnement. Mais là encore, il ne faut pas oublier que désormais cet instrument nous échappe. Il est aux mains de la BCE.

37RDB : Sur quoi porteront vos travaux futurs ?

38André Orléan : La théorie de la valeur que je propose modifie en profondeur le regard que les sciences sociales portent sur l’économie. Pour l’économiste mainstream, tout part de l’individu qui cherche à acquérir des marchandises qui lui sont utiles. Le seul obstacle que connaît l’individu souverain pour ce qui est de la réalisation de son désir, c’est celui que lui opposent les autres individus également souverains et également désireux d’acquérir ces mêmes marchandises. Sur de telles bases, l’intelligibilité du monde social s’obtient par composition des actions individuelles, ce que Hayek nomme « la méthode individualiste et synthétique des sciences sociales » dans son livre Scientisme et sciences sociales. La conception du monde social que je propose est d’une nature radicalement autre et c’est là un aspect proprement théorique que j’aimerais pouvoir approfondir dans mes prochains travaux. En effet, le désir de monnaie qui est, selon moi, au principe de l’économie marchande est un désir qui échappe, en grande partie, à la logique de l’individu souverain. Il serait même plus exact de dire que ce désir s’impose aux acteurs plus qu’ils n’en sont la source. Voilà l’énigmatique idée que je souhaite approfondir. Il faut considérer que le monde économique, loin de se construire dans le strict prolongement de la volonté des sujets souverains, comme le croit la pensée mainstream, est le produit d’une puissance – la fascination pour l’argent – qui échappe aux valeurs et analyses individualistes. Cette conception conduit à une analyse qui voit dans la théorie économique un rouage essentiel du fonctionnement même de l’économie en tant qu’elle est l’instrument conceptuel par le biais duquel les acteurs cherchent à capter cette puissance sociale – la puissance de la multitude – pour la mettre au service de leurs intérêts. J’aimerais approfondir cette nouvelle hypothèse qui renouvelle, par certains côtés, l’idée de performativité de l’économie.
Pour ce faire, je me propose d’étudier la transition du capitalisme fordien au capitalisme financiarisé, encore dénommé « capitalisme néolibéral », aux alentours de l’année 1980. On assiste alors à une mutation globale qui affecte en profondeur la définition même des valeurs économiques, et d’abord le rôle nouveau qu’acquièrent les marchés financiers dans la valorisation du capital. On observe un ébranlement en profondeur de tous les comportements et de toutes les croyances. Le cadre théorique que je propose permet de penser une telle mutation, dans sa radicalité et dans son extension. La spécifier par une étude historique précise permettra de mieux faire comprendre quelle conception de la valeur économique je défends lorsque je mets en avant l’institution monétaire dans sa détermination. Voilà l’objet de mon prochain livre.

39RR : Fama vient d’obtenir le prix de la banque de Suède en l’honneur d’Alfred Nobel. Que vous inspire cette nomination, tout particulièrement sa fameuse hypothèse d’efficience des marchés financiers ?

40André Orléan : C’est là une question dont j’ai déjà largement parlé. Pour me résumer, je rappellerai d’abord qu’il existe plusieurs définitions de l’efficience financière, ce qui produit beaucoup de confusion. Celle qui serait la plus susceptible d’intéresser les économistes du fait de ses immenses implications pratiques s’énonce de la façon suivante : les marchés financiers seront dits efficients s’ils permettent une allocation efficace du capital. Je l’ai notée : (HEF). J’ai montré qu’elle n’était pas vérifiée car personne ne peut décider ex ante si telle allocation du capital est efficace ou non. Pour en juger, il faudrait connaître les rendements futurs des différents capitaux, ce qu’on ne saurait faire sauf à supposer que le futur puisse être connu ; ce que la finance néoclassique n’hésite pourtant pas à postuler via un modèle probabiliste ! Deuxième point : on confond fréquemment (HEF) avec deux autres propositions : « pas de profit sans risque » et « non prévisibilité des rendements » (NPR). Or ces deux propositions peuvent être vérifiées sans que cela entraîne (HEF).
Plus généralement, pour prendre la mesure de l’importance de cette notion, il faut garder à l’esprit que l’efficience a été l’argument central de légitimation de la financiarisation. Son impact sur la réalité a donc été considérable. En son nom, on a déréglementé à tours de bras, y compris les marchés de dérivés, puisqu’il était prouvé que la concurrence financière laissée à elle-même conduisait à l’allocation optimale des ressources. On observe à nouveau, au travers de cet exemple, le rôle central que joue la théorie économique, non pas dans la compréhension du monde tel qu’il est, mais dans la construction du capitalisme tel que certains intérêts ont souhaité qu’il fût.
En conséquence, que le prix de la banque de Suède revienne à Fama est dans l’ordre des choses. Il vaut toujours mieux être états-unien et partisan du libre marché pour être récompensé par des banquiers.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aglietta Michel, Thomas Brand (2013), Un New Deal pour l’Europe, Paris, Odile Jacob.

Boltanski Luc, Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Campagnolo Gilles (2008), Carl Menger entre Aristote et Hayek. Aux sources de l’économie moderne, Paris, CNRS Éditions.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Durkheim Émile, Paul Fauconnet (1975), « Sociologie et sciences sociales » in Textes. Tome 1. Éléments d’une théorie sociale, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 121-159 [Revue Philosophie, vol. 55, 1903].
DOI : 10.1522/cla.due.soc3

Durkheim Émile (1967), « Jugements de valeur et jugements de réalité » in Sociologie et philosophie, Paris, Presses universitaires de France, chapitre IV, 90-109 [1911].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fama Eugene F. (1965), “Random Walks in Stock Market Prices”, Financial Analysts Journal, vol. 21, n° 5, 55-59, septembre-octobre.
DOI : 10.2469/faj.v21.n5.55

Granovetter Mark (2000), « L’ancienne et la nouvelle sociologie économique : histoire et programme » in Le marché autrement. Essais, Mark Granovetter, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Sociologie économique », chapitre 5, 193-222.

Von Hayek Friedrich (1991), Scientisme et sciences sociales, Paris, Plon, coll. « Agora », n° 11.

Hirshleifer Jack (1985), “The Expanding Domain of Economics”, American Economic Review, vol. 75, n° 6, décembre, 53-68.

Keynes John Maynard (1937), “The General theory of employment”, Quarterly Journal of Economics, vol. 51, n° 2, février, 209-223.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lazear Edward (2000), “Economic Imperialism”, Quarterly Journal of Economics, vol. 115, n° 1, février, 99-146.
DOI : 10.1162/003355300554683

Lordon Frédéric, André Orléan (2008), « Genèse de l’État et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis » in Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l’économie des affects, Citton Yves et Frédéric Lordon (éds.), Paris, Éditions Amsterdam, coll. « Caute! », 127-170.

Mehta Judith, Starmer Chris, Robert Sugden (1994), “The nature of salience: An experimental investigation of pure coordination games”, American Economic Review, vol. 84, n° 2, June.

Von Mises Ludwig (1966 [1949]), Human Action. A Treatise on Economics, San Francisco, Fox & Wilkes.

Orléan André (2004), “What is a Collective Belief?” in Cognitive Economics, Bourgine Paul et Jean-Pierre Nadal (éds.), Berlin, Heidelberg et New York, Springer-Verlag, 199-212.

Orléan André (2009), De l’euphorie à la panique : penser la crise financière, Paris, Éditions de la Rue d’Ulm, Collection du CEPREMAP, Opuscule n° 16, mai.

Robbins Lionel (1935), An Essay on the Nature and Significance of Economic Science, Londres, Macmillan.

Simmel Georg (1987), Philosophie de l’argent, Paris, Presses universitaires de France.

Smith Adam (1995 [1776]), Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Pratiques théoriques ».

Haut de page

Notes

1 Le travail collectif au sein de la Revue de la régulation a été réalisé par : Jean-Pierre Chanteau, Agnès Labrousse, Sandrine Michel et Julien Vercueil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Orléan et Rainer Diaz-Bone, « Entretien avec André Orléan  », Revue de la régulation [En ligne], 14 | 2e semestre / Autumn 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://regulation.revues.org/10305

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page