Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Un dialogue franco-russe sur la transition

Jacques Sapir (dir.), Viktor Ivanter, Dmitri Kouvaline, Alexandre Nekipelov, La Transition russe, vingt ans après
Julien Vercueil
Référence(s) :

Jacques Sapir (dir.), Viktor Ivanter, Dmitri Kouvaline, Alexandre Nekipelov, La Transition russe, vingt ans après, Paris, Éditions des Syrtes, 2012

Texte intégral

1Vingt ans après son grand saut dans la marmite du marché, l’économie russe continue de bouillonner. La Russie nous étonne encore par ce mélange de parenté culturelle et d’étrangeté comportementale qui la caractérise à nos yeux. Le livre collectif La Transition russe, vingt ans après, coordonné par Jacques Sapir nous apporte un éclairage unique sur cette singularité en rassemblant quatre synthèses didactiques, originales et suggestives.

2Didactiques, parce qu’il s’agit d’autant de bilans détaillés et problématisés. Ce type d’ouvrage est toujours utile pour qui veut obtenir rapidement un état rigoureux des connaissances principales sur les transformations institutionnelles et économiques du pays qui, après avoir constitué durant trois quarts de siècle le symbole d’une alternative au capitalisme, a fini par être absorbé par celui-ci.

3Originales, parce qu’aucun autre ouvrage disponible en langue française sur le sujet ne donne la parole à trois économistes russes ayant choisi de rester dans leur pays. Ce livre est donc une occasion unique pour le lecteur non-russophone d’accéder à des analyses in situ et de mieux saisir ainsi ce qui fait sens pour ces chercheurs. Les auteurs de trois chapitres sur quatre de l’ouvrage ne sont pas seulement des professionnels de l’économie qui ont été analystes et ont pu par moment conseiller les politiques : ils sont aussi des citoyens de Russie, dont les vies personnelles et matérielles auront été marquées de manière indélébile par les péripéties de la transition, au contraire de ces VRP globe-trotteurs du consensus de Washington qui, après avoir trotté le long des couloirs du Kremlin dans les années 1990, s’en sont allés proposer leur marchandise ailleurs.

4Suggestives enfin, parce qu’au fil des pages, des thèses sont formulées qui appellent des commentaires, voire des critiques et stimulent ainsi la réflexion, tout en offrant en creux de nouvelles questions de recherche.

  • 1 Chapitre 1, « La transition macroéconomique et politique ».
  • 2 Chapitre 2, « L’instauration d’une économie de marché en Russie ».
  • 3 Chapitre 3, « Les entreprises durant la période de transition économique : évolution des modèles de (...)
  • 4 Chapitre 4, « Vingt années de transition. Économie politique du changement systémique ».

5Les chapitres des quatre auteurs s’entrecroisent à plusieurs niveaux : Viktor Ivanter1 insiste sur les déséquilibres antérieurs à la grande transformation et sur ce qu’il considère comme des malentendus occidentaux à propos d’éléments d’explication de la trajectoire économique de la Russie (le rôle du complexe militaro-industriel dans l’Union soviétique, les raisons du redémarrage de l’économie russe en 1999, le pouvoir explicatif des prix du pétrole sur l’accélération de la croissance durant la décennie 2000, etc.). Alexandre Nekipelov2 adopte un point de vue davantage centré sur la macroéconomie financière qui offre notamment une analyse détaillée de la crise de 1998 et une critique des choix de politique financière faits récemment par l’équipe au pouvoir. Dmitri Kouvaline3 apporte un éclairage microéconomique tout à fait inédit en français, qui s’intéresse au monde des entreprises en Russie et offre une synthèse du suivi longitudinal qu’il réalise depuis les débuts de la transition auprès d’un échantillon d’entreprises, ici sous l’angle principal de leurs rapports à l’État. Jacques Sapir4 enfin, s’intéresse à l’évolution des théories des réformes durant la transition et à leurs liaisons – à double sens – avec les politiques menées.

6Parmi les thèmes qui traversent ces contributions, nous en retiendrons trois, pour l’éclairage qu’ils apportent à la compréhension de la trajectoire russe : les ruptures causées par la thérapie de choc, la question de l’économie informelle et de la corruption, la trajectoire de croissance de la Russie depuis le début des années 2000.

1. Les ruptures causées par la thérapie de choc

7Pour Viktor Ivanter, la véritable raison qui a conduit les autorités soviétiques à réformer le système économique n’est pas le caractère intenable du fardeau des dépenses militaires, mais l’inefficacité économique et sociale de l’économie planifiée. Les réformes tentées par la Perestroïka (1986-1991) ont échoué parce qu’elles ne pouvaient recourir aux incitations relevant de l’économie de marché (p. 31-32). À leur place, s’est imposée l’idée d’une réforme radicale, c’est-à-dire s’étendant sur deux à trois ans, comme le plan imaginé par l’académicien Chataline en 1989 et prévu pour durer 500 jours.

8Toutefois, même les plus radicaux parmi les réformateurs soviétiques n’imaginaient pas un programme aussi brutal que celui de la « thérapie de choc », qui fut importé en Russie par des théoriciens ultralibéraux – en particulier Anders Ǻslund (1995) de l’université de Stockholm et du Carnegie Endowment for International Peace, Lawrence Summers, Jeffrey Sachs (1995), Maxim Boycko, David Lipton (1990) et Andreï Shleifer (1991) de l’université de Harvard, Robert Vishny de l’université de Chicago, Stanley Fischer (1991, 1992, 1993) et Olivier Blanchard (1991) du FMI – inspirés par les expériences de libéralisation en Amérique latine et l’engagement récent des réformes en Pologne. Leur intermédiaire politique en Russie fut Egor Gaïdar, vice-Premier ministre en charge de l’économie à partir de 1991, puis Premier ministre durant le deuxième semestre 1992.

9Les principales erreurs du programme de « thérapie de choc » pointées par V. Ivanter sont l’accélération injustifiée et non préparée des privatisations, la libéralisation excessivement brusque du commerce extérieur et la destruction de l’épargne accumulée par les ménages durant la période soviétique sans contrepartie. Alexandre Nekipelov met lui aussi en avant la privatisation menée à partir de la fin de l’année 1992, qui a provoqué « une distorsion majeure dans les droits de propriété durant les années 1990 » (p. 97). Il pointe également la politique budgétaire excessivement restrictive de l’État, s’accompagnant d’une rupture des paiements aux fournisseurs et aux fonctionnaires, et suivie à partir de l’accord avec le FMI de 1995 d’une politique monétaire restrictive qui augmente les taux d’intérêts réels jusqu’à 64 % en 1996 et de l’accélération de la fuite en avant de l’émission d’obligations d’État à court terme (GKO). Dmitri Kouvaline analyse les conséquences de cette thérapie de choc macroéconomique à l’échelle des entreprises : l’impréparation et la précipitation du processus de privatisation engagé en 1992 en Russie a abouti à ce que 15 % seulement des entreprises privatisées l’ont été conformément au droit en vigueur : « refusant d’appliquer des critères de sélection au processus de privatisation, les réformateurs ont ouvert une voie royale à des propriétaires privés malveillants et incompétents » (p. 132). Par la suite, menacées dans leur survie par le nouvel environnement concurrentiel, réglementaire et financier créé par la thérapie de choc, les entreprises se sont repliées de plus en plus sur des expédients de court terme et sur l’informel. L’État, en n’honorant pas ses factures à ses fournisseurs par le jeu des « séquestrations budgétaires » imposées par les politiques de réduction du déficit, rompt le pacte de légalité et conduit les entreprises à frauder le fisc en retour : les rapports entre l’administration publique et les entreprises privées s’enveniment durant cette période, lorsqu’ils ne sont pas stabilisés par des accords tacites de corruption et des trafics d’influence.

10L’aggravation de la situation économique et le choc social provoqués par la « thérapie de choc » précipitent la population dans un univers impensable quelque temps auparavant. Ainsi que le formule de manière sibylline l’étude de l’OCDE consacrée à l’économie russe en 1995, « la transition de la Russie vers une économie de marché s’est révélée incompatible avec le niveau de protection sociale offert par l’État socialiste » (OCDE, 1995, p. 137). Pour beaucoup, l’environnement créé par les nouvelles conditions économiques est tel que la survie physique n’est plus assurée. Les effets de la dégradation de la situation sont immédiatement perceptibles en termes de comportements et de santé publique : la morbidité et la mortalité augmentent, la natalité s’effondre, l’émigration s’accélère. Durant les premières années de la transition, l’espérance de vie des hommes adultes chute de 63,5 ans (1991) à 57,6 ans (1994) (Kontorovich, 2001). L’État a donc failli à sa mission première : assurer un minimum de sécurité permettant aux citoyens de se projeter dans l’avenir. Ceci n’empêche pas l’étude de l’OCDE sur la Russie de 1995 d’affirmer que « la qualité et la disponibilité des biens de consommation se sont améliorées tandis que les queues à l’entrée des magasins ont presque disparu. Par conséquent, les pertes nettes de bien-être de la collectivité ont été sans doute plus réduites que ne l’indiquent les baisses successives des chiffres annuels du PIB » (OCDE, 1995, p. 163).

2. L’économie informelle et la corruption

11Comme le rappelle V. Ivanter, l’économie grise et la corruption n’ont pas été créées de toutes pièces par la thérapie de choc en Russie. Dans les interstices de la planification, des activités de services – et parfois de production – s’étaient développées depuis longtemps (p. 33) qui permettaient d’introduire une forme de résilience à l’activité économique (la production et la consommation notamment) face aux incohérences logiques de la planification socialiste et à l’impossibilité concrète de sa mise en œuvre intégrale sur le terrain. D. Kouvaline précise cette observation en indiquant que « dans la période soviétique, les entreprises avaient appris à baisser la productivité sans trop en souffrir, à élever le niveau des dépenses, à moduler le volume de production, à contourner les exigences de qualité, à accumuler en secret des ressources en réserve, à obtenir des augmentations de prix infondées, à établir de bonnes relations personnelles (y compris au moyen de la corruption) avec des fonctionnaires indispensables, à créer des réseaux, hors contrôle de l’État » (p. 134).

12V. Ivanter nous montre comment cette économie grise s’est développée avec la « loi sur les coopératives » de 1988, qui a ouvert aux cadres de certaines entreprises de production des possibilités importantes d’enrichissement aux dépens de l’activité planifiée de leur propre entreprise (p. 36-37). Surtout, le contournement de la loi sur les coopératives a permis à celles-ci d’accéder aux opérations de financement et d’import-export. Celles-ci, pourtant formellement interdites dans le contexte de la monobanque et du monopole d’État sur le commerce extérieur, ont débouché sur des trafics extrêmement lucratifs. Ainsi certains responsables, couverts par les organes du Parti communiste, ont procédé à une forme d’accumulation primitive du capital tout à fait inédite en économie socialiste.

13La thérapie de choc élève brutalement le niveau d’adversité économique (avec la libéralisation totale des importations, l’augmentation du prix des approvisionnements énergétiques, la chute des commandes d’État et le début de leurs impayés) tandis que la décomposition politique du CAEM puis, surtout, de l’Union soviétique entraînent une rupture irréversible du système d’approvisionnement matériel et technique (D. Kouvaline, p. 135-136). La réponse des entreprises russes consiste à développer des comportements de survie à court terme qui, souvent, passent par le contournement des règles formelles et le développement des activités souterraines ou illégales. Il en est ainsi du troc et des activités de compensation (p. 136-140), des arriérés de paiements interentreprises (p. 140-145), de l’évasion fiscale, de la double comptabilité et des faux en écriture (p. 146-152, p. 160-162), des comportements anticoncurrentiels des plus grosses entreprises (p. 152-154), du trafic d’influence, des dessous de table et de la corruption de fonctionnaires ou de cadres d’entreprises privées (p. 154-155, p. 157-160), de la vente ou de la location des actifs productifs de l’entreprise au détriment de son activité (p. 156-157), des opérations commerciales et financières annexes à l’activité principale, comme les transactions spéculatives (p. 163-165). Il est significatif que le plus souvent, le premier contact que les entreprises établissent avec les organisations criminelles et mafieuses soit provoqué par des opérations d’affacturage, qui dérivent souvent dans des pratiques d’extorsion de fonds par la violence (p. 160-161).

14Évidemment, la manière dont ont été conduites les opérations de privatisation cristallise les critiques des quatre auteurs de l’ouvrage : le schéma « prêts contre actions » imaginé et orchestré par les grandes banques russes entre 1995 et 1996 pour participer au financement non monétaire du déficit budgétaire, lequel était imposé par le programme du FMI, se déroule dans des conditions d’opacité maximale, qui aboutissent au dépeçage à prix dérisoire de la propriété d’État au profit d’une poignée d’oligarques proches du pouvoir. Ainsi que l’écrit Dmitri Kouvaline, « la privatisation à marche forcée et l’impréparation de l’État à défendre les entreprises dans leurs conflits avec le monde de la criminalité organisée a provoqué de nombreuses désillusions » (p. 133). Jacques Sapir va plus loin en écrivant : « on peut penser que pour certaines mesures – qu’il s’agisse des privatisations ou des mesures financières – les dogmes de l’économie standard ont été de bien utiles paravents pour des manœuvres de collusion et de corruption » (p. 194).

3. La transition, acte II : la trajectoire de croissance dans la dernière décennie

15La rapidité et la vigueur de la reprise économique de la Russie après le krach d’août 1998 ont surpris les économistes occidentaux. Tous les auteurs de l’ouvrage insistent sur le rôle fondateur de l’équipe de crise constituée en septembre 1998 autour du Premier ministre Evgueni Primakov, qui n’a duré qu’un semestre et a été oubliée par la plupart des commentateurs. V. Ivanter estime que la nouvelle équipe a su stabiliser en 7-8 mois la situation financière et budgétaire (p. 52). A. Nekipelov met en avant la capacité du nouveau gouvernement à tirer parti de la dévaluation du rouble, maîtriser l’inflation, préserver le système bancaire national, stabiliser l’évolution du taux de change par le contrôle des changes et lutter contre la corruption (p. 102). J. Sapir affirme pour sa part que la croissance de 1999 à 2011 a été le produit direct de la dévaluation et des mesures de l’équipe de Primakov (p. 202).

16Les résultats de la politique économique menée tout au long des années 2000 sont résumés par V. Ivanter en trois éléments principaux :

17- Bien que les conséquences des politiques macroéconomiques et de privatisation menées durant la période précédente aient été désastreuses, à aucun moment la politique menée en Russie après 1998 n’a consisté en une tentative de revenir à l’économie planifiée, dont les dysfonctionnements étaient trop évidents. Le modèle russe est donc ici qualifié d’« économie de marché avec une orientation sociale » (p. 56).

18- Le résultat le plus évident de la politique menée a été le rétablissement de la capacité d’agir des institutions du pays (budgétaires, juridiques, éducatives, scientifiques, militaires et culturelles notamment).

19- Le redressement de l’économie russe ne doit pas tout à l’augmentation des prix des hydrocarbures. Le retour de la stabilité politique et de la confiance économique ont joué un rôle prépondérant.

20A. Nekipelov complète cette évaluation par une appréciation de la politique financière des nouvelles autorités – sous la houlette de V. Poutine à partir de 2000 – qui insiste sur la complémentarité dynamique maintenue durant la période dans le policy mix conjoncturel : « la banque centrale de Russie soutenait la dynamique souhaitée du cours nominal du rouble par le biais d’interventions sur le marché des devises – pour l’essentiel, des achats de devises étrangères. Le gouvernement, à son tour, opérait la stérilisation des excédents de la banque centrale en les dirigeant vers le fonds de stabilisation » (p. 106). D. Kouvaline apporte un éclairage microéconomique intéressant sur l’évolution, après 1998, des relations entre le comportement des entreprises et celui de l’État : « dès que la situation macroéconomique du pays et les politiques des pouvoirs publics, principaux facteurs environnementaux, commencèrent à s’améliorer, la logique du comportement des entreprises changea totalement. Dans le cadre d’un essor normal, l’entreprise est passée d’une lutte biologique pour la survie à une collaboration constructive avec tous ses partenaires et vers sa propre croissance » (p. 178).

21Il ne faudrait pas retirer de la citation qui précède l’impression que les auteurs de l’ouvrage proposent une vision irénique de la situation économique en Russie. L’aggravation de la corruption à partir de 2002 et sa situation actuelle sont documentées par tous les auteurs et les décisions de politique économique prises sous les présidences Poutine et Medvedev sont discutées et critiquées. En particulier, la stérilisation des entrées de devises est largement remise en cause au motif qu’elle ne tient pas compte de l’urgence qu’il y a en Russie à investir dans les infrastructures pour moderniser l’économie et en accroître la productivité (p. 107). De même, A. Nekipelov critique le coût de la lutte, fin 2008, contre la dépréciation du rouble. Celle-ci a absorbé en pure perte plus de 200 milliards de dollars (p. 111) qui ont atterri pour une part importante dans la poche des spéculateurs, puisque la Banque centrale a dû se résoudre in fine à laisser filer le rouble. Le choix fait par les autorités en 2006 de libéraliser le compte de capital montre ici ses limites, comme il l’avait déjà montré au moment du krach de 1998.

22La moindre croissance de la Russie après la crise de 2008 est aussi une source d’inquiétude pour les auteurs, du fait des déficiences structurelles de l’économie russe, qui sort de vingt années de sous-investissement chronique : selon V. Ivanter, « l’orientation vers des rythmes de croissance faibles, à 3-4 % par an est une dangereuse erreur de la politique économique actuelle [car] ils signifient une baisse graduelle du niveau de vie puisque nous serons obligés d’investir tout le bénéfice de la hausse des revenus dans le financement des infrastructures » (p. 62).

Conclusion : l’économie russe se trouve-t-elle sur une trajectoire de développement ?

23L’économie russe croît, c’est certain. Mais se développe-t-elle ? Curieusement, bien que la question de la qualité de la croissance soit évoquée par V. Ivanter, ce point n’est pas véritablement abordé par les auteurs. Le rôle de l’évolution des prix des hydrocarbures dans la croissance est, nous l’avons vu, considéré comme mineur. Cette absence d’intérêt pour la structure de la croissance constitue à notre avis une faiblesse de l’ouvrage.

24En effet, entre le krach de 1998 et la crise de 2008, la part des matières premières dans les exportations de la Russie n’a pas diminué, mais augmenté. Le poids des hydrocarbures dans les recettes fiscales ne s’est pas réduit, mais accru. La part de l’industrie manufacturière dans le PIB n’a pas augmenté, mais chuté. La richesse créée par l’économie russe est donc aujourd’hui incomparablement plus grande qu’à la fin des années 1990, mais ses bases sont plus rentières que jamais et ceci constitue la principale menace qui pèse actuellement sur les possibilités de développement futur de l’économie et de la société russes.

25Cette question n’est frontalement abordée par aucun des auteurs, alors qu’elle joue un rôle central dans l’explication des difficultés rencontrées par l’économie russe lors de la crise de 2009, bien qu’elle n’ait été aucunement concernée par les crédits subprimes. Les vulnérabilités structurelles de l’économie russe, à la fois extravertie et polarisée, ne sont mentionnées que par un auteur (V. Ivanter), et de manière partielle. Le fait que l’État, qui en 2002 était propriétaire de 20 % des actifs productifs de la Russie, en détienne aujourd’hui plus de 50 % pose une question : à quoi peut servir la nationalisation de la moitié de l’économie, si ce n’est à en diversifier et moderniser sa structure ? Ce n’est pour l’instant pas le chemin que dessinent les statistiques de la production industrielle : la rente, qu’elle soit politique ou économique, publique ou privée, est décidément trop tentante et entretient une logique de maximisation des revenus à court terme au détriment d’une logique d’investissement.

26Sortir de cette surexploitation rentière nécessite une évolution politique, et non pas seulement économique. Dans un processus désormais bien connu d’évolution institutionnelle, la Russie a d’abord vu ses principales institutions économiques détruites par une thérapie de choc qui n’a rien pu bâtir de solide à leur place. Le tour de force de l’administration Poutine a été de reconstituer à partir de ce chaos des institutions légitimes aux yeux de la population et de les stabiliser. Plus d’une décennie plus tard, ces institutions sont devenues bloquantes pour le développement de l’économie et de la société. Le livre de Jacques Sapir, Viktor Ivanter, Alexandre Nekipelov et Dmitri Kouvaline fournit des pistes sérieuses pour réfléchir aux conditions de sortie du lock in institutionnel (Potts, 2001) duquel la Russie doit s’extraire pour se développer.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ǻslund A. (1995), How Russia Became a Market Economy, Washington D.C., Brookings Institution.

Blanchard O., Froot K., Krugman P., Layard R., Summers L. (1991), Reform in Eastern Europe, Cambridge (Mass.), MIT Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fischer S. (1991), “Economic Reform in the USS and the Role of Aid”, Brookings Papers on Economic Activity, vol. 22, no 2, pp. 289-303.
DOI : 10.2307/2534594

Fischer S., Frenkel J. (1992), “Macroeconomic Issues of Soviet Reform”, The American Economic Review Papers and Proceedings, vol. 82, no 2, pp. 37-42.

Fischer S. (1993), “Socialist Economy Reform: Lessons of the first Three Years”, American Economic Review, vol. 83, no 2, May 1993, pp. 390-395.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kontorovich V. (2001), “The Russian health crisis and the economy”, Communist and Post-Communist Studies, vol. 34, no 2, pp. 221-240.
DOI : 10.1016/S0967-067X(01)00003-4

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lipton D., Sachs J. (1990), “Creating a Market Economy in Eastern Europe: the Case of Poland”, Brookings Papers on Economic Activity, vol. 21, no 1, pp. 75-133.
DOI : 10.2307/2534526

OCDE (1995), Études économiques de l’OCDE : la Fédération de Russie 1995, Paris, OECD.

Potts J. (2001), The New Evolutionary Microeconomics. Complexity, Competence and Adaptive Behaviour, Cheltenham, Edward Elgar.

Sachs J. (1995), “Why Russia Failed to Stabilize”, in Ǻslund A. (ed.), Russian Economic Reforms at Risk, London, Pinter, pp. 53-65.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Shleifer A., Vishny R (1991), “Reversing the Soviet Economic Collapse”, Brookings Papers on Economic Activity, vol. 22, no 2, pp. 341-360.
DOI : 10.2307/2534597

Haut de page

Notes

1 Chapitre 1, « La transition macroéconomique et politique ».

2 Chapitre 2, « L’instauration d’une économie de marché en Russie ».

3 Chapitre 3, « Les entreprises durant la période de transition économique : évolution des modèles de comportement ».

4 Chapitre 4, « Vingt années de transition. Économie politique du changement systémique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « Un dialogue franco-russe sur la transition », Revue de la régulation [En ligne], 13 | 1er semestre / Spring 2013, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 28 juin 2016. URL : http://regulation.revues.org/10175

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

CREE-INALCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page