Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Les Universités russes sont-elles compétitives ?

Tatiana Kastouéva-Jean (dir.), Les Universités russes sont-elles compétitives ?
Julien Vercueil
Référence(s) :

Tatiana Kastouéva-Jean (dir.), Les Universités russes sont-elles compétitives ?, Paris, CNRS Éditions, 2013, 314 pages

Texte intégral

  • 1 Le lecteur intéressé par ce thème pourra se reporter à l’article « Opinions-débats » publié dans ce (...)

1« Analyser l’état de l’enseignement supérieur russe et les tendances de son évolution au moment où sont lancées les réformes les plus importantes depuis la disparition de l’URSS » (p. 9) : telle est l’ambition de cet ouvrage collectif dirigé par Tatiana Kastouéva-Jean. Le livre fait écho à des débats de société qui touchent tous les pays d’Europe et, à ce titre, nous permet de mettre nos interrogations françaises en perspective1. La question de la reconstruction du potentiel scientifique en Russie, encore marqué par la « décennie perdue » (1991-1999), y est abordée sous l’angle du système universitaire (l’Académie des sciences de Russie n’est évoquée que subsidiairement), lequel peine à se donner une direction claire malgré la reprise des financements publics.

2Cette hésitation est le fruit d’une contradiction profonde : d’un côté, la rhétorique du pouvoir et les principales mesures qu’il a lancées depuis le milieu de la décennie 2000 donnent le sentiment que l’université bénéficie d’une attention renouvelée en haut lieu, marquée par un double mouvement de renforcement et d’autonomisation des établissements les mieux notés ; de l’autre, cette attention se traduit sur le terrain par une centralisation des décisions qui risque de paralyser les initiatives ou de les focaliser sur la recherche à tout prix d’un accès aux couloirs du Kremlin, reproduisant les comportements typiques de… l’avant 1992. Ces tensions se déroulent sur fond de dépression démographique (les classes creuses de la décennie 1990 arrivent à l’âge étudiant) et de mondialisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ce dernier phénomène ne manque pas de toucher la Russie, avec son cortège d’instruments de normalisation sous la forme des classements internationaux et des outils de benchmarking que nous connaissons, appliqués à la gouvernance et aux résultats de l’activité des universités.

3L’ouvrage dirigé par Tatiana Kastouéva-Jean propose une plongée dans ces transformations en donnant la parole aux principaux acteurs du système universitaire de Russie (recteurs – c’est-à-dire présidents d’universités –, professeurs, chercheurs, étudiants) du secteur public comme du privé, par le biais d’une série d’études de cas qui sont autant d’occasions de mettre en évidence, par comparaisons et généralisations, les évolutions contrastées du secteur.

4Après un chapitre consacré aux principales mesures gouvernementales adoptées depuis 2005 dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche, l’ouvrage propose les études successives du « projet MISiS » (université technologique de l’acier et des alliages de Moscou), du Haut Collège d’économie (une création post-soviétique), de l’université technique Bauman (fleuron national des secteurs de l’aviation et de l’aérospatiale), de l’université Goubkine (formant à Moscou les cadres et ingénieurs du secteur énergétique), de l’université fédérale de l’Oural (issue à Ekaterinbourg de la fusion d’une université d’État et d’une université technologique), et de deux universités privées moscovites. Nous n’entrerons pas ici dans les détails – très informatifs – de ces études de cas. Plutôt, nous insisterons sur quelques observations et enseignements qu’il nous semble possible d’en tirer à trois niveaux : le rôle de l’héritage et du cadre institutionnel ; les ambitions des transformations impulsées par le haut et relayées par les nouveaux cadres dirigeants ; les limites de fond à l’efficacité de la politique actuellement menée.

1. Poids de l’héritage, cadre institutionnel

5Les auteurs montrent de manière convaincante que, depuis la fin des années 1990, la situation de l’enseignement supérieur et de la recherche en Russie s’est améliorée. Mais ces derniers partaient d’un état de délabrement avancé, après près de dix années de désorganisation et de saignée ininterrompues dans le contexte de la thérapie de choc. Les financements publics à l’enseignement ont été divisés par trois entre 1992 et 1998 (p. 16) et selon des estimations occidentales, qui éliminent des statistiques les effectifs fantômes maintenus pour des raisons administratives par les centres de recherche, le nombre de chercheurs à temps plein dans le secteur public aurait chuté de 90% durant les années 1990 (Graham et Dezhina 2008, p. 23). Il faut donc lire les évolutions de la dernière décennie à la lumière de ce lourd passif, marqué par l’effondrement des ressources allouées au secteur.

6Outre cet effondrement, les établissements d’enseignement supérieur ont dû surmonter les pesanteurs héritées des structures soviétiques. En URSS, les institutions de recherche d’une part et d’enseignement d’autre part étaient, pour l’essentiel, séparées. Par ailleurs, l’affectation centralisée de la main d’œuvre de spécialistes dans le cadre de la planification avait débouché sur une hyperspécialisation des formations dont les traces sont toujours visibles aujourd’hui : le nombre de spécialités différentes est près de dix fois supérieur en Russie à celui des systèmes universitaires occidentaux. Le travail de transformation visant à développer la recherche dans les universités tout en resserrant les formations et en les intégrant dans l’espace mondial de l’enseignement supérieur via le processus de Bologne est donc seulement en phase de démarrage. Il est au cœur des grands programmes gouvernementaux concernant le secteur, lancés au milieu des années 2000. Le premier pas a été le rassemblement de l’enseignement supérieur et de la recherche sous une seule et même tutelle ministérielle. La suite est affaire d’ambitions et de choix politiques.

2. Ambitions et mesures

7Après une phase initiale de reconquête des marges de manœuvre fiscales et économiques perdues durant la décennie précédente (1999-2004), les nouvelles autorités de l’État se sont efforcées d’identifier les principaux risques pesant sur l’économie russe. Parmi eux figure la relégation de l’économie russe aux marges du développement scientifique et technologique mondial.

8Les auteurs de l’ouvrage rappellent les lois et programmes fédéraux élaborés pour stimuler le développement de l’enseignement supérieur et de la recherche depuis 2005 : « projet national éducation » (2005), « programme fédéral pour le développement de l’éducation 2006-2010 » (2006), « loi sur l’introduction du système d’enseignement supérieur à plusieurs niveaux » (octobre 2007), « stratégie 2020 » (2008), réforme des modalités d’entrée à l’université (2009), programme « Russie innovante 2020 » (2010), allongement de la durée des études secondaires (2011), programme « développement de l’enseignement » (2012), projet de loi destiné à remplacer les deux principaux textes de loi sur l’enseignement (lois sur l’éducation de 1992 et loi sur l’enseignement supérieur et « post-supérieur » [sic] de 1996) (prévu pour 2013).

9Ils s’intéressent également aux mécanismes retenus par les autorités pour favoriser le renforcement d’universités « leaders » à l’échelle fédérale ou régionale, tout en réduisant le nombre total d’établissements : leur nombre ayant plus que doublé entre 1991 et 2008 (passant de 561 à 1134), les autorités semblent décidées à opérer un tri par la concentration progressive de moyens sur les seules entités jugées viables à long terme. La création de deux universités à statut spécial (les universités d’État de Moscou et de Saint Petersburg), de vingt-neuf « Universités de recherche nationales » appelées à dominer leurs spécialités à l’échelle nationale en articulant recherche de haut niveau et enseignement, et de huit Universités fédérales (p. 31-34) organisées selon une logique macro-territoriale qui rappelle celle des « districts fédéraux » créés par Vladimir Poutine, s’accompagne d’une concentration de moyens supplémentaires censés appuyer les efforts des établissements élus pour améliorer l’efficacité de leur organisation. Dans la plupart des cas, ces impulsions ont transformé les conditions de fonctionnement des établissements ainsi que leur périmètre : certains ont fusionné (c’est le cas à Ekaterinbourg pour l’université d’État de l’Oural et l’université technique de l’Oural), tandis que les Universités fédérales acquéraient le statut d’établissement autonome, qui leur donne une plus grande marge de manœuvre dans l’organisation de leurs programmes d’enseignement et de recherche. En revanche, leurs recteurs ne sont plus élus, mais nommés par le ministère. Quant aux Universités nationales de recherche, elles reçoivent ce label pour une durée déterminée : charge à elles de démontrer qu’elles peuvent le conserver dans la durée – notamment en développant les sources propres de financement.

3. Les limites structurelles du volontarisme

10Outre les résistances qui accompagnent fatalement les injonctions venues d’en haut, bien documentées grâce aux nombreux entretiens qui nourrissent l’ouvrage, la politique de resserrement et de course à l’excellence à grands renforts de ratios d’efficience se heurte à des limites structurelles.

11La première est démographique. Compte tenu de la ponction exercée sur les naissances par la dépression économique des années 1990 et du plafond désormais atteint par la massification de l’enseignement supérieur, l’étudiant est en train de devenir une denrée rare pour les universités, publiques comme privées. En 2007, le nombre de sortants de l’enseignement secondaire était de 1,1 million. Il est tombé à 810 000 en 2010. En 2015, il ne sera plus que de 760 000. Cette raréfaction, qui durera jusqu’à l’orée des années 2020, entraînera une baisse du niveau des étudiants situés dans la deuxième partie des classements de sortie de l’enseignement secondaire, ce qui fragilisera les établissements les moins prestigieux – parmi eux, ceux du secteur privé.

  • 2 Voir à ce sujet le chapitre écrit par Carole Sigman sur l’institut Bauman.

12La deuxième est sociologique. En Russie comme dans de nombreux pays, les aspirations des étudiants sont moins en phase avec l’offre de formation supérieure qu’avec les niveaux de salaires affichés par les entreprises les plus médiatisées. Les entreprises qui font rêver les jeunes russes ne sont pas les start-up des nanotechnologies, mises en exergue dans les discours de Dimitri Medvedev et Vladimir Poutine, mais les grandes banques et les molochs énergétiques sereinement installés sur leurs rentes de situation. Les universités techniques orientées sur les sciences dures pâtissent de ce basculement des préférences, sauf celles qui cultivent une culture de l’excellence et un réseau de coopérations internationales solides2.

13La troisième est économique. Dans un pays dont le niveau de productivité de l’industrie manufacturière et des services reste situé au tiers environ des niveaux occidentaux, les niveaux de rémunération du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche ne peuvent soutenir la comparaison avec ceux des secteurs rentiers (matières premières) et de la finance. Le cas de l’université Goubkine, étudié par Tatiana Kastouéva-Jean, est emblématique à cet égard : en dépit d’un soutien affirmé de la part des grandes entreprises du secteur énergétique et d’une position de leader incontesté dans la formation des cadres supérieurs de ce secteur phare de l’économie russe, l’université souffre d’une désaffection des vocations enseignantes, qui se traduit, là comme ailleurs, par un vieillissement accéléré du personnel. La cause en est simple : la rémunération qu’un enseignant peut espérer en fin de carrière est inférieure à ce qui est proposé par les entreprises à un débutant frais émoulu de l’université (p. 196).

  • 3 Voir notamment l’introduction et la conclusion de l’ouvrage sur ces points.

14Outre ces limites, le livre dresse la liste des obstacles politiques et institutionnels à la réussite de l’ambitieux programme de réformes de l’exécutif : l’absence de véritable stratégie d’amélioration continue, les programmes se succédant par à-coups, sans évaluation suffisante des expérimentations lancées çà et là, ce qui interdit tout processus d’apprentissage pour la formulation d’incitations plus pertinentes pour les acteurs ; la forme bureaucratique du contrôle exercé sur le respect de leurs obligations par les établissements, à un rythme parfois hebdomadaire, par les autorités centrales ; le manque de transparence sur les objectifs et les méthodes de l’évaluation des résultats, qui nourrit le sentiment d’arbitraire et les soupçons de favoritisme, voire de clientélisme et de corruption ; l’utilisation sans discernement d’indicateurs internationaux de performance, ignorant la spécificité de l’environnement matériel et institutionnel des établissements évalués ; l’absence de valorisation des initiatives provenant de la base si elles ne s’inscrivent pas dans les mesures prises par le pouvoir central3.

Pour conclure

15On peut regretter que l’ouvrage manque d’entretiens avec des représentants du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui auraient constitué le chaînon manquant entre les injonctions politiques médiatisées au plus haut niveau et leur traduction sur le terrain par les recteurs. On peut aussi s’étonner que la question du nombre d’heures d’enseignement dues par les enseignants à l’université (deux, quatre voire même six fois le nombre attendu d’un enseignant chercheur en France) ne soit évoquée que rapidement en fin d’ouvrage, alors que cette contrainte joue un rôle aussi structurant que le faible niveau des rémunérations sur la qualité de l’enseignement supérieur en Russie. On pourra enfin trouver l’ensemble trop descriptif et manquant de valeur ajoutée analytique, qui aurait pu passer par la mobilisation d’analyses extérieures comme celle de Lauren Graham et Irina Dezhina (2008) ou celle, plus globale, de l’OCDE (2011) qui permettraient par exemple de discuter et qualifier les blocages institutionnels du développement du système d’enseignement supérieur russe : notre note a insisté sur cette dimension, mais elle n’est pas très développée dans l’ouvrage.

16Il reste néanmoins que l’ouvrage dirigé par Tatiana Kastouéva-Jean atteint deux objectifs essentiels : offrir un panorama des problèmes que rencontre le secteur de l’enseignement supérieur en Russie aujourd’hui et étudier en détail les transformations, les enjeux et les perspectives de plusieurs universités de profils différents. Authentique travail de recherche de terrain, rassemblant une masse irremplaçable d’informations utiles pour qui s’intéresse aux constituants du « système national d’innovation » de la Russie, cet ouvrage n’a pas d’équivalent, en français comme en anglais, sur son sujet.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Graham L., Dezhina I. (2008), Science in the New Russia. Crisis, Aid, Reform, Bloomington (Ind.), Indiana University Press, 193 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

OCDE (2011), OECD Reviews of Innovation Policy: Russian Federation, Paris, OCDE, 256 p.
DOI : 10.1787/19934211

Haut de page

Notes

1 Le lecteur intéressé par ce thème pourra se reporter à l’article « Opinions-débats » publié dans cette revue par Annie Vinokur, « La loi relative aux libertés et responsabilités des universités : essai de mise en perspective », Revue de la régulation [En ligne], 2 Janvier/January 2008, mis en ligne le 28 novembre 2007. URL : http://regulation.revues.org/1783

2 Voir à ce sujet le chapitre écrit par Carole Sigman sur l’institut Bauman.

3 Voir notamment l’introduction et la conclusion de l’ouvrage sur ces points.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « Les Universités russes sont-elles compétitives ? », Revue de la régulation [En ligne], 13 | 1er semestre / Spring 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://regulation.revues.org/10046

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page