Navigation – Plan du site
Notes de lecture

La visée hégémonique de la Chine

Antoine Brunet et Jean-Paul Guichard, La visée hégémonique de la Chine. L’impérialisme économique
Julien Vercueil
Référence(s) :

Antoine Brunet et Jean-Paul Guichard, La visée hégémonique de la Chine. L’impérialisme économique, Paris, L’Harmattan, 2011, 207 p.

Texte intégral

1Dans la longue liste des ouvrages consacrés à la Chine, peu nombreux sont ceux qui peuvent prétendre soutenir une véritable thèse. C’est le cas du livre d’Antoine Brunet et Jean-Paul Guichard, consacré à l’irruption de la Chine dans le commerce mondial et à ses conséquences sur les pays industrialisés. La thèse, qui a la force de sa simplicité, peut être énoncée de la manière suivante : à force de pratiquer un dumping monétaire sans susciter de réaction de la part des pays occidentaux, la Chine est en passe d’imposer son modèle – celui du capitalisme totalitaire – au reste du monde.

2La crise de la dette et ses ramifications monétaires et sociales depuis 2007 n’est que le symptôme du succès de cette entreprise de domination (« hégémonie », dans le vocabulaire des auteurs) :

Même si les dirigeants chinois ont su trouver avec les firmes industrielles des pays développés des alliés de choix, ce sont eux qui, par leur politique, sont à l’origine de la crise. Ils l’ont préparée de 2001 à 2007, ils s’attachent à l’aggraver depuis qu’elle s’est déclenchée. Cette politique s’inscrit dans la durée avec la grande cohérence que lui confère un objectif à long terme bien défini : remplacer l’hégémonie américaine par celle de la Chine et diffuser dans le monde les normes d’un capitalisme totalitaire (p. 129-130).

3À celui qui aborderait ce livre dans l’idée de démolir cette thèse, nous conseillerons de rester patient : les auteurs ne dévoilent leur argumentaire qu’en fin d’ouvrage. La première partie est consacrée à rappeler la manière dont l’hégémonie économique, financière et politique a changé de camp dans l’histoire moderne, depuis l’Espagne et le Portugal au xvie siècle jusqu’aux États-Unis au xxe siècle, en passant par l’Empire britannique aux xviiie et (surtout) au xixe siècle. Dans tous les cas, la base du succès économique a été la conduite de ce que les auteurs appellent une « stratégie mercantiliste » dont l’élément central est l’idée qu’il faut « générer des excédents commerciaux avec le reste du monde, fondés sur les activités industrielles, les manufactures, [qui] permettent de faire rentrer l’or » dans les caisses de l’État. Dans ces conditions sera considéré comme mercantiliste « un pays qui réussit à mettre en œuvre une politique aboutissant à des excédents commerciaux renouvelés » (p. 70).

4Les auteurs voient dans cette politique une véritable agression, consciente et maîtrisée par les autorités chinoises, vis-à-vis de leurs partenaires : « si [la stratégie mercantiliste] est appliquée, elle rend les guerres inévitables : toutes les nations ne peuvent être simultanément excédentaires dans leurs échanges extérieurs, toutes ne peuvent prétendre à un rôle hégémonique » (p. 64). L’agression, dans le cas chinois, vient du fait que la stratégie mercantiliste est poursuivie et prolongée alors même que les excédents commerciaux s’accumulent et déstructurent l’industrie des pays occidentaux : « le protectionnisme monétaire d’un pays excédentaire constitue une agression pour les pays en déficit de ce fait » (p. 98). Mais cette agression n’est pas nécessairement perçue comme telle par les dirigeants des pays visés. Ils peuvent être abusés par le discours coopératif des autorités chinoises, la dissimulation statistique à laquelle ils se livrent, qui consiste à sous-évaluer les excédents commerciaux réalisés, ou être influencés par le lobby pro-chinois formé par les industriels américains ayant des intérêts en Chine et soucieux de maintenir leurs approvisionnements à bons prix.

5L’arme principale de la stratégie mercantiliste chinoise est la sous-évaluation du taux de change du yuan, couplée au contrôle des capitaux. Elle repose sur l’assimilation des expériences passées (dont celles de l’URSS et du Japon, qui ne sont pas parvenus, pour des raisons différentes, à renverser l’hégémonie américaine) et sur son appartenance, depuis 2001, à l’OMC, qui lui permet « d’interdire aux pays membres le recours à tout protectionnisme douanier défensif en réponse à son protectionnisme monétaire agressif » (p. 98).

1. La Chine en guerre contre les intérêts et les valeurs des occidentaux

6La crise actuelle est le résultat d’une « guerre économique non dissimulée », graduelle et prolongée, que livre la Chine aux puissances occidentales et en premier lieu aux États-Unis, désignés ennemi principal par les autorités chinoises en 1989, après la répression de Tiananmen et la chute du mur de Berlin qui annonçait la fin du rival soviétique. Le projet du Parti communiste chinois, réaffirmé et renforcé sans cesse après cette date, consiste en l’utilisation de l’expansion économique comme source de l’affermissement de sa puissance, prélude au renversement de la domination américaine : « pour renverser l’hégémonie des États-Unis le capitalisme totalitaire est la forme d’organisation politico-économique la plus efficace : elle est supérieure au collectivisme totalitaire qui caractérisait l’URSS et au capitalisme démocratique qui avait cours au Japon » (p. 135).

7Il faut reconnaître que, du point de vue de l’efficacité apparente, le totalitarisme chinois a pour lui un atout vis-à-vis des régimes démocratiques : débarrassés du souci périodique de leur réélection, les dirigeants peuvent mettre en place une politique de long terme qui, si elle est bien menée, peut s’avérer payante face aux atermoiements et à la pusillanimité des dirigeants occidentaux. À plusieurs reprises dans l’ouvrage, ces mêmes dirigeants sont comparés à ceux des années 1930, qui furent en leur temps incapables de s’organiser pour faire face à la montée du péril nazi (p. 179).

8En quelques mots, il est possible de résumer le portrait que les auteurs dressent de la guerre chinoise contre les intérêts et les valeurs partagés par les occidentaux.

9Dans le domaine économique :

  1. Creuser l’écart de croissance entre la Chine et le G7 grâce au commerce extérieur, lui-même subventionné par la sous-évaluation du taux de change du yuan (de l’ordre de 50 à 60 %), pierre angulaire de la stratégie chinoise.

  2. Chasser les gisements de matières premières dans le monde entier et les acquérir pour garantir leur approvisionnement au détriment éventuel d’autres acquéreurs, moins bien pourvus en devises.

  3. Procéder à des acquisitions stratégiques d’entreprises occidentales, la prévision des auteurs en la matière étant que la Chine, via ses fonds stratégiques, sera d’ici quinze à vingt ans en capacité de prendre le contrôle de toutes les entreprises cotées dans les bourses occidentales.

  4. Mettre fin au rôle du dollar comme monnaie de réserve internationale et de cette façon annihiler le « privilège exorbitant » (Jacques Rueff, repris par le général de Gaulle) que s’étaient octroyés les vainqueurs de la deuxième guerre mondiale en imposant leur monnaie comme moyen de paiement international.

10Dans le domaine géopolitique :

  1. Constituer un réseau d’alliances sur les ruines de ceux des anciennes puissances coloniales ou hégémoniques (Royaume Uni, France, États-Unis, URSS) en utilisant la force de frappe constituée par ses moyens économiques et financiers, et ainsi peser de plus en plus sur les instances internationales.

  2. Développer son influence culturelle via la diffusion du mandarin, « l’achat d’intellectuels et médias à l’étranger » dont le but est de promouvoir les valeurs chinoises comme alternatives aux valeurs occidentales.

  3. Promouvoir dans le monde l’idéologie du Parti communiste chinois, selon laquelle il est souhaitable « d’abandonner la démocratie et d’adopter le capitalisme totalitaire dont [la Chine] est le prototype » (p. 139).

2. La crise actuelle comme révélateur

11Les auteurs attribuent la crise de 2007 et ses conséquences actuelles à la stratégie mercantiliste chinoise : l’origine de la crise remonte à 2001, année de l’entrée de la Chine à l’OMC (p. 111, puis p. 120). Celle-ci a été acquise auprès de l’administration Clinton sans contrepartie du point de vue des taux de change. Depuis, la Chine a pu respecter les conditions tarifaires de l’OMC tout en pratiquant un dumping de l’ordre de 50 % qui n’entre pas dans la compétence règlementaire de l’organisme et dévaste l’industrie occidentale. Pour maintenir leur taux de croissance malgré un déficit extérieur abyssal, les États-Unis – et l’Europe à leur suite – sont obligés de soutenir artificiellement leur demande intérieure, en pratiquant une fuite par l’endettement – d’abord privé (2001-2007), ensuite public (2008-2010) – qui finit par saper la crédibilité financière de leurs États (2010-2011) et, à terme, la valeur internationale de leur monnaie (p. 120-133).

12Or l’attitude actuelle de la Chine est interprétée comme révélatrice de sa volonté hégémonique : « plus la crise des finances publiques occidentales s’aggrave, plus progresse la stratégie de la Chine qui cherche à imposer une crise systémique aux pays occidentaux qui lui permettront de les vassaliser sans avoir même à leur livrer bataille. Il serait donc incohérent pour l’État chinois créancier de se montrer coopératif et d’accepter facilement un cadre de négociation amiable », au moment où les puissances occidentales sont financièrement exsangues (p. 150).

3. Comment sortir de la nasse : pour une nouvelle construction institutionnelle

13Antoine Brunet et Jean-Paul Guichard imaginent des stratégies de sortie du piège dans lequel les puissances occidentales sont, selon eux, tombés : pour « faire échec à la Chine », il faut tirer les leçons des crises précédentes (1871 et 1929 en particulier) et restaurer un ordre monétaire moins défavorable. L’idéal théorique serait d’obtenir une réévaluation du yuan vis-à-vis du dollar (et de l’euro) d’environ 100 %. Mais compte tenu de « la politique machiavélique que nous prêtons à la Chine » (p. 152), cet idéal est inatteignable : « la Chine ne cèdera jamais sur sa politique de change » (p. 200). Une stratégie de rétorsion pourrait être envisagée dans le cadre de l’OMC, mais il semble qu’il soit déjà trop tard de ce côté aussi : « la Chine, assurent les auteurs, mettra en état d’alerte son réseau de pays alliés et vassalisés pour que la majorité nécessaire à une réforme de l’OMC ne puisse jamais être atteinte » (p. 202).

14Dans ces conditions, la seule solution restant à disposition des pays occidentaux est celle du contournement : elle consiste à former une « OMC bis » qui reprendrait les contours de l’OMC actuelle mais n’accepterait que les pays dont la monnaie serait librement convertible et prévoirait des punitions effectives pour les stratégies de protectionnisme monétaire. La Chine aurait alors le choix entre le refus de l’OMC, ce qui dévoilerait sa stratégie non coopérative et l’isolerait, et l’intégration de cette instance, qui la mettrait au pas.

4. Entre angélisme et théorie du complot : la voie étroite d’une analyse critique de l’économie internationale

15La thèse des auteurs est hardie, mais apparaît relativement robuste à l’examen. Elle rassemble des sources nombreuses, des analyses sérieuses et des faits avérés dans une perspective délibérément sombre, mais qui a la force de la cohérence. Elle verse parfois dans le sensationnalisme, par l’utilisation répétée d’expressions et d’adjectifs qui font la part belle à l’émotion (« monstrueusement avantageux », « épouvantable processus », « agressif et dévastateur », « suicidaire », « victime et bourreau », « pacte avec le diable ») ou prend des libertés avec l’histoire (ainsi l’accord Eltsine-Zemin de 1996 qualifié de « remake du pacte germano-soviétique »), mais le livre se présente aussi comme une sorte de pamphlet, destiné à réveiller les consciences.

16On regrette que dans la première partie, destinée à replacer l’analyse de la stratégie chinoise dans une perspective théorique et historique rigoureuse, des auteurs aussi importants pour la thèse que Fernand Braudel (1988), pour son analyse des fondements de l’hégémonie dans une économie-monde, Karl Polanyi (1983), pour sa mise au jour des conséquences politiques d’une généralisation de la logique des marchés, ou Robert Reich (1993, 2001, 2008), qui depuis vingt ans propose un travail analytique profond sur les ressorts de la mondialisation aux États-Unis, n’aient pas été évoqués. On regrette aussi que Friedrich List (1848), pourtant justement convoqué dans l’analyse de la stratégie mercantiliste, n’ait pas été exploité dans ce qu’il a de plus intéressant : sa théorie des forces productives, qui permet de comprendre le développement technologique de la Chine. Ce dernier point reste le parent pauvre de l’analyse des auteurs, concentrés qu’ils sont sur la dimension monétaire de la compétitivité chinoise.

17Les auteurs peuvent également essuyer le reproche d’avoir trop rapidement traité la question du taux de change du yuan, pourtant au cœur de leur argumentaire. En effet, sans doute par souci de clarté pédagogique, ils ne confrontent pas une fois l’évolution du taux de change nominal de la monnaie chinoise avec le différentiel d’inflation vis-à-vis des États-Unis. En sens inverse, ils ne s’attachent pas non plus à contrôler ces évolutions monétaires par les croissances relatives de la productivité du travail dans les pays concernés. Par ailleurs, l’idée que l’évolution de la répartition de la valeur ajoutée aux États-Unis puisse être, conjointement à la pression concurrentielle internationale, l’un des facteurs de l’endettement des ménages préalable à la crise des subprimes, n’est pas évoquée. Cette indifférence aux soubassements réels de la compétitivité de la Chine et des difficultés des économies occidentales fragilise l’analyse.

  • 1 Cette note a été écrite début 2012, avant la confirmation du ralentissement de l’économie chinoise (...)

18Comme c’est toujours le cas pour un livre traitant d’un sujet aussi vaste et brûlant, quelques questions demeurent sans réponse, une fois le livre refermé : la Chine n’est-elle pas devenue elle-même l’otage de l’endettement occidental, détenant désormais 4000 milliards de dollars d’actifs étrangers et dépendant au premier chef de la consommation des ménages européens et américains, sachant qu’elle subit d’ores et déjà dans certains secteurs industriels d’importantes surcapacités1 ? N’a-t-elle pas elle-même ses fragilités internes, liées à la désarticulation accélérée de son espace intérieur, aux risques accrus pesant sur l’endettement de ses collectivités locales et de ses entreprises après la relance de 2009-2010, à la tension permanente qui parcourt sa société (dont une partie importante reste précarisée, tandis qu’une autre, croissante, accède à des moyens de communication qui ont, dans tous les régimes autoritaires du monde, toujours été vecteurs de contestation politique), à l’absence d’un véritable système national de protection sociale et environnementale, au faible niveau de qualité de certaines de ses productions ? À plus long terme, est-elle véritablement prête à se saisir des leviers technologiques et culturels de la domination (ou de l’hégémonie), lesquels ont été par le passé davantage développés par les sociétés ouvertes au questionnement et à la démocratie que par les sociétés totalitaires ?

19Ces interrogations ne retirent rien à l’intérêt de cet ouvrage, dont la dimension politique, pour autant qu’en puisse juger l’auteur de ces lignes, s’affirme avec une grande force de conviction. Comme exemple des idées iconoclastes que manient les auteurs, on pourra citer l’avenir du dollar en tant que monnaie internationale : « que deviendrait les États-Unis si l’OPEP et les autres pays pétroliers finissaient par facturer leur pétrole en or et exigeaient d’être réglés en or ? » (p. 137).

20Avec ce livre, Antoine Brunet et Jean-Paul Guichard nous proposent une lecture engagée et sans complaisance, mais aussi fragile par endroits sur ses bases argumentaires, des enjeux de la crise actuelle. Ils fournissent également des pistes de réflexion pour ramener les acteurs, dans un contexte qui ne s’y prête pas, à des logiques coopératives, au cœur desquelles doivent se trouver les institutions internationales.

Haut de page

Bibliographie

Braudel F. (1988), La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion.

List F. (1998), Système national d’économie politique, [1848], Paris, Gallimard.

Polanyi K. (1983), La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, [1944], Paris, Gallimard.

Reich R. (1993), L’économie mondialisée, Paris, Dunod.

Reich R. (2001), Futur parfait. Progrès technique et défis sociaux, Paris, Village mondial.

Reich R. (2008), Supercapitalisme. Le choc entre le système économique émergent et la démocratie, Paris, Vuibert.

Haut de page

Notes

1 Cette note a été écrite début 2012, avant la confirmation du ralentissement de l’économie chinoise en grande partie consécutive au marasme européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « La visée hégémonique de la Chine », Revue de la régulation [En ligne], 13 | 1er semestre / Spring 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://regulation.revues.org/10043

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page