Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Le pire n’est pas inéluctable

Florence Jany-Catrice, La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?
Martino Nieddu
Référence(s) :

Florence Jany-Catrice, La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?, presses universitaires du Septentrion, collection « Capitalismes, éthique, institutions », 2012, 175 pages

Texte intégral

1Tout doit être lu avec attention dans cet ouvrage des éditions du Septentrion, y compris la page 2, dont la présentation de la collection « Capitalismes, éthique, institutions » fait figure de manifeste. Cette collection se propose de rendre compte des « institutions qui assurent l’encastrement social du capitalisme », et des « compromis éthico-politiques qui sont à l’origine de ces institutions », ce qui « requiert une posture transdisciplinaire » ; la collection accueille à la fois des ouvrages collectifs et « des essais scientifiques mais non jargonnant, à destination d’un public cultivé et curieux ».

  • 1 Une réédition pourrait envisager utilement un encadré sur les conventions (qui occupent une place c (...)

2Florence Jany-Catrice est une des animatrices du réseau FAIR (Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse), né au moment de la commission Stiglitz. Elle nous livre ici un petit (175 p.) ouvrage que l’on pourrait qualifier de modeste mais tenace et sans concessions à l’air du temps, si l’on ne redoutait pas que le premier terme soit mal compris. De notre point de vue, cette modestie tient au fait que l’auteure n’éprouve pas le besoin de faire briller un nouveau concept, qui exciterait le lecteur comme dans un roman noir, présentant l’inéluctable victoire de l’idéologie de la performance totale. Elle prend au contraire le soin de nouer ensemble des pans importants de littérature récente venant de champs différents (la sociologie de l’action collective, l’économie des conventions, l’économie des services ou des singularités), pour les mettre en perspective, et déduire de leurs apports des « sentiers de possibles » pour l’action collective. Elle le fait comme promis par les concepteurs de la collection, dans un langage accessible au non-spécialiste1.

3Cet ouvrage se propose d’abord de rendre compte des effets de ce grand changement de la fin du xxe siècle, qui a vu le recul du critère de productivité et le basculement des cadres cognitifs des « décideurs » publics et privés vers un critère de performance qui est devenu omniprésent (les cinq premiers chapitres). La performance, nous dit Florence Jany-Catrice, relève d’une logique médiatique, sportive et individualiste, où seul l’événement « résultat » compte, quels qu’en soient les moyens, et c’est ce qui change par rapport au concept de productivité. En effet, ce dernier repose sur un ratio effort/résultat, et était issu du monde des collectifs au travail, puis de leur rationalisation par l’ingénieur. Mais l’ouvrage vise aussi à explorer dans un dernier chapitre (chap. 6) « des voies pour sortir de cette dynamique » (p. 140), à partir de deux espaces de résistance : le premier aux effets de domination qui, sous couvert d’individualisation et de réalisation de soi, « érigent la performance totale en norme collective » (p. 12) ; le second dans la revendication « de sortir de la quantification, considérant que celle-ci n’est pas seulement un acte réducteur mais aussi un acte performateur et souvent destructeur » (p. 14).

4Le premier chapitre rappelle comment les concepts de croissance et de productivité « historiquement datés » se sont installés, ont connu leur heure de gloire, puis sont rentrés « en crise en tant que conventions scientifique, technique, statistique, politique […] ». Néanmoins, le lecteur ne peut s’empêcher de remarquer ici que la critique sociale de ces indicateurs n’a pas eu la portée souhaitée, et de noter la vitesse à laquelle le concept de performance du capitalisme financiarisé, est venu, pour le pire plutôt que pour le meilleur, prendre le relais du concept « volumique » de productivité du capitalisme industriel…

  • 2 Ainsi l’auteure souligne que cette continuité entre la mesure de la productivité et la mesure de la (...)

5Le chapitre deux retrace la façon dont la montée en puissance des activités de services est venue miner la pertinence du concept de productivité. L’auteure insiste avec Gadrey sur le fait que la tendance structurelle à la décroissance de la productivité pourrait être liée à une baisse du rendement du concept lui-même : « Bon nombre d’indicateurs de productivité sont tout simplement introuvables dans le tertiaire » (p. 69). Mais cette contre-performance des « raisonnements en volumes » qui « ne réussissent pas à capter la multidimensionnalité, l’hétérogénéité et sans doute la multifinalité des activités de services » (p. 70) ne veut pas pour autant dire que le passage à un régime d’évaluation par la performance va se traduire par l’abandon des principaux biais du régime d’évaluation par la productivité : le régime d’évaluation par la performance (comme le montre l’auteure dans le chapitre 5) mime jusqu’à la caricature la culture d’ingénieur qui présidait à celui de la productivité, à partir de l’idée qu’il faut « tout de même mesurer » voire même « tout mesurer » dans l’évaluation par la performance2. Ce que l’auteure appelle substantifier le résultat de l’activité, « sous la forme d’une objectivation supposée [normale et naturelle dès lors qu’il y a] mise en place d’indicateurs » (p. 76).

6Elle décrit ensuite comment la performance devient progressivement un véritable dispositif, si ce n’est le seul, de coordination des actions, en structurant à la fois l’individualisation des rapports de travail (chap. 3), et les mutations de l’État (chap. 4) à travers l’imbrication entre évaluation des politiques publiques et mesure de la performance. La mécanique infernale qui consiste à opposer la performance individuelle au collectif conduit à mettre en exergue le benchmark (ça performe toujours mieux chez les autres) et un culte du champion (si lui performe mieux, il faut se conformer à son comportement). Le passage d’une évaluation des politiques publiques à l’hubris de la mesure doit être comprise comme celle du passage d’un État social à un État qui se vit comme prestataire et « qui n’est plus le garant de l’intérêt général, mais qui agit selon une modalité qui se caractérise par (1) une injonction permanente à l’incitation à l’accroissement de l’intensité du travail, (2) une représentation économiciste et non citoyenne de l’individu [...], (3) une injonction à l’évaluation des performances de ces individus. » (p. 98).

7La description dans le chapitre 5 de l’hubris de la quantification conduit à pointer ce qui nous semblent les enseignements les plus importants de l’ouvrage, et qui sont noués dans le chapitre 6. De fait, il ne s’agit pas seulement de noter que « lorsque le chiffre n’est pas – ou plus – envisagé comme un espace de controverse, il affaiblit les capacités de confrontation des points de vue » (p. 120). Sans vouloir y réduire l’ouvrage de F. Jany-Catrice, notre lecture des enseignements qu’il suggère se concentrera sur trois points :

    • 3 Chacun pourra, s’il le désire, reconnaître dans un ancien président de la République une des figure (...)
    • 4 Par exemple, imaginez un recteur à qui l’on a donné comme objectif l’amélioration ratio nombre d’ac (...)

    Les décideurs s’emparent des indicateurs chiffrés dans une indifférence totale sur les conditions dans lesquelles se réalise la performance mesurée, de la même façon que les instances du tour de France se sont longtemps désintéressées de la façon dont la performance de ses maillots jaunes était obtenue. Ils trépignent ensuite comme des enfants hystériques, coléreux et mal élevés3 lorsque le résultat attendu n’est pas atteint et somment les organisations de se conformer à celui-ci. Jany-Catrice ne cite que quelques exemples des effets induits de ce type de comportement, mais on pourrait les multiplier à l’infini, à l’instar de Maya Bacache-Beauvallet dans Les stratégies absurdes (Seuil, 2009), ou de situations que nous avons tous pu connaître dans notre activité professionnelle d’économiste4.

  1. La frénésie de la mesure conduit les acteurs à oublier qu’elle doit être à leur service et non l’inverse : nous avons besoin pour nous « coordonner, de repères qui fournissent des prises pour la coordination des actes, et pour s’orienter vers [une] production sociale commune » (p. 141). Les économistes participent à la construction de tels repères et ils ont donc des comptes à rendre (accountability diraient les anglo-saxons) sur la façon dont ils contribuent (ou ne contribuent pas) à cette production sociale commune. Or, les indicateurs monétarisés, tout comme les indicateurs subjectifs, ne posent pas tant problème en soi, que dans ce qu’ils peuvent détruire. La constitution en marchandises fictives de services non marchands et non monétaires, qui sont ravalés au rang de produits, tout comme la quantification des subjectivités individuelles (indicateurs de bonheur), « participent d’une idéologie de la souveraineté du consommateur […] et d’une vision de l’individu doté d’un stock initial de préférences individuelles qu’il suffit de révéler » (p. 137). Par ailleurs, ces indicateurs contribuent le plus souvent à la fixation de « valeurs tutélaires » (i.e. fixées par le politique), mais que l’État néolibéral dirige vers le renforcement des stratégies individuelles (voir les comportements sur les marchés de CO2), et non vers la production de biens collectifs.

    • 5 Contrairement à la fonction conflictuelle introduite par la mesure des gains de productivité, comme (...)

    La troisième question traitée par F. Jany-Catrice est celle de la pluralité des régimes et des registres de la performance. Celle-ci propose une cartographie des pratiques actuelles en quatre types de régimes de performance (autocratique, managérial, fordiste et délibératif), en caractérisant ces régimes selon deux critères. Le premier est le caractère unidimensionnel ou non de l’évaluation. Le second est le processus qui y mène, selon qu’il s’agisse d’un processus planifié par une autorité centrale pour construire un pouvoir de contrôle en réduisant les outils de coordination à la mesure chiffrée, ou qu’il soit négocié et donc soumis à controverse5 : c’est à cet endroit que les réseaux d’experts (cabinets de conseil, mais aussi universitaires) payés pour rendre « plus malaisées les controverses et les résistances » (p. 144) peuvent se voir demander des comptes lorsqu’ils œuvrent à la production d’indicateurs chiffrés censés « faire autorité » au sens littéral du terme, et destinés à réifier les situations, plutôt qu’à susciter le débat démocratique.

8Néanmoins, le « dévoilement des structures d’aliénation que constitue la performance chiffrée » (p. 158) pourrait ne pas suffire à contribuer, à lui seul, à l’émergence des débats démocratiques tant « l’idéologie individualiste, utilitariste et marchande s’invite […] dans tous les interstices de la société » (p. 158). L’auteure suggère deux conditions pour que puisse trouver du sens l’articulation des trois formes de résistance (« à la neutralité apparente du chiffre », « aux démesures de la quantification », aux opérations de disqualification de tout ce qui n’est pas mesurable – p. 158).

9D’une part, redéfinir la richesse en termes de « bien commun des organisations, des territoires, […] ce qui ne peut être que le fruit de conventions partagées, ce qui nécessite d’analyser les modalités d’une participation des acteurs et des forces sociales à cette construction » (p. 159).

10D’autre part, s’intéresser autant au chemin qu’au résultat. Ce chemin est en partie dessiné dans les « nombreuses expériences, tâtonnantes en cours sur les territoires » qui « invitent à rompre avec le déterminisme des indicateurs […] à partir de la question de l’identification des droits fondamentaux, des biens communs, de l’intérêt général, mais aussi des indicateurs qui peu ou prou les incarneront » (p. 159).

11Le principal intérêt de ce « petit » ouvrage est donc, nous semble-t-il dans ce dernier message : le pire n’est pas inéluctable ; les indicateurs ne sont pas condamnés à servir le temple du new public management. Pour poursuivre la métaphore sportive des effets destructeurs du culte de la performance, l’année 2012 nous a tout de même apporté une grande nouvelle. De la même façon qu’une institution centenaire, le tour de France a bien failli être emporté (et peut encore l’être) par les pratiques délictueuses, mais (peu) discrètement acceptées par beaucoup, et ne doit sa survie actuelle qu’à un refus de tous les instants de cette compromission, il n’est pas inéluctable que le culte de la performance totale, destructeur de la société, persiste dans son hubris. Il est possible de « faire passer au contrôle antidopage » les indicateurs pour en mesurer les distorsions liées à leur construction en termes d’« immédiateté-vitesse-simplification [abusives] ».

12C’est un résultat difficile à construire et devant lequel beaucoup de techniciens ou de politiques tournent les épaules : le chemin à parcourir et la façon dont il va être parcouru comptent autant sinon plus que le score enregistré par l’indicateur final.

Haut de page

Annexe

Nota bene : Puisque nous sommes ici dans la Revue de la régulation, signalons au passage la façon dont les approches régulationnistes, dans leur diversité, mais aussi, dans ce qui fait leur unité méthodologique, se sont appropriées ces débats. Précisément parce que le jeu fordiste de la productivité ne se retrouve que dans quelques secteurs dominants (même si par isomorphisme, d’autres secteurs tendaient à copier leurs dispositifs institutionnels), une vague de travaux avait exploré, dès la fin du siècle dernier si l’on ose dire, les spécificités sectorielles et les régimes des dispositifs d’évaluation qui leur sont associés.

Citons ici les travaux précurseurs – de Christian du Tertre sur le BTP, dans un ouvrage préfacé par Boyer, Technologie, flexibilité, emploi : Une approche sectorielle du post-taylorisme, l’Harmattan (1989) ; la thèse de Bartoli et Boulet (1989), Dynamiques et régulations de la sphère agroalimentaire : l’exemple viticole qui avaient conduit à relativiser fortement le caractère monocausal de l’explication fordiste par la productivité, ainsi que l’ouvrage coordonné par Gilles Allaire et Robert Boyer, La grande transformation de l’agriculture, INRA Economica (1995). Se constitue alors un groupe de travail au sein de l’association Recherche et Régulation qui s’intitule « Régulation Sectorielle et Territoriale » (RST)6.

La question du caractère performatif des outils d’évaluation joue dans ces approches en termes de régulation sectorielle un rôle très important. Catherine Laurent montre notamment de façon très fine dans un ensemble de travaux, qu’il serait trop long de citer ici, comment la construction du champ statistique de la catégorie d’exploitations agricoles va devenir un outil d’exclusion des catégories ne correspondant pas aux idéaux-type de l’exploitant professionnel et des gains de productivité que le productivisme lui assignera. La thèse de Nieddu (1998) reprend les travaux sur les mondes de production de Salais et Storper pour identifier des régimes de production et d’organisation de filière appréhendant le critère de productivité de façons très différentes selon le type de patrimoines productifs engagés.

La participation de Jean Gadrey, au tournant du siècle, à un séminaire du réseau « Régulation Sectorielle et Territoriale » va donner lieu à un échange approfondi avec les membres du réseau et être un moment important dans l’évolution du groupe RST. Jean Gadrey y développera une longue discussion des notions de régime de productivité et de croissance, dont il considère la pertinence limitée au mode de régulation fordiste, et ses contenus inappropriés à l’intelligence de la phase actuelle du capitalisme (on peut trouver un résumé dans Régime de croissance, régime de productivité : peut-on penser les régulations post-fordistes avec des concepts fordistes ? qui est une synthèse du long papier qui avait servi de support au séminaire, pour La lettre de la régulation, no 39 de décembre 2001, http://web.upmf-grenoble.fr/​regulation/​Lettre_regulation/​lettrepdf/​LR39.pdf.

Les travaux ultérieurs du réseau RST, – dont on peut avoir une vue à peu près générale dans l’ouvrage coordonné par C. Laurent et C. du Tertre en 2008, Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, l’Harmattan – vont alors se concentrer, pour ce qui nous occupe ici, sur deux aspects : l’intégration des enseignements de l’économie des services, tout comme ceux de la crise environnementale qui imposent de penser les critères de performance non seulement dans leurs aspects immédiats mais aussi médiats (à moyen et long terme) ; le fait que les critères de performance ne peuvent porter sur les seules dispositions individuelles, ce qui amènera à développer une approche en termes de patrimoines (notamment en termes de patrimoines productifs collectifs)7.

Enfin Catherine Laurent et ses collègues ont développé un programme de travail destiné à déconstruire les stratégies visant à imposer le dire d’experts et la mesure performative comme outils de dépolitisation et de dépossession du débat démocratique. Voir par ex. Laurent & Trouvé (2011), « Evidence-based agricultural and rural policy-making: methodological and empirical challenges of policy evaluation », http://ageconsearch.umn.edu/​bitstream/​99833/​2/​laurenttrouve.pdf).

Sans vouloir être exhaustif à cet endroit, les thèses récentes de Marie Dervillé (2012, voir l’article coécrit par elle dans la Revue de la régulation, http://regulation.revues.org/​9848) et plus encore celle de Florence Gallois (nov. 2012 – voir dans la Revue de la régulation, no 12, automne 2012, http://regulation.revues.org/​9996) montrent que cette réflexion sur le caractère performatif de critères institutionnellement construits comme critères « de performance totale » est une branche tout à fait vivace des approches régulationnistes.

Haut de page

Notes

1 Une réédition pourrait envisager utilement un encadré sur les conventions (qui occupent une place centrale dans l’ouvrage mais ne sont pas présentées au néophyte), un tableau récapitulatif sur les différentes méthodes d’évaluation, et peut-être une clarification du tableau p. 150.

2 Ainsi l’auteure souligne que cette continuité entre la mesure de la productivité et la mesure de la performance conduit dans le secteur qui nous concerne, celui de la recherche académique, à introduire une mesure de la productivité du chercheur selon une logique volumique (nombre d’articles), qui conduit surtout du côté de l’évaluateur à « escompter des gains de productivité dans le processus d’évaluation lui-même » (p. 71) et du côté de l’évalué à multiplier les découpages en tranches de sa stratégie de publication.

3 Chacun pourra, s’il le désire, reconnaître dans un ancien président de la République une des figures les plus achevées de ce type de comportement.

4 Par exemple, imaginez un recteur à qui l’on a donné comme objectif l’amélioration ratio nombre d’accès au post-bac dans son académie/nombre d’élèves de l’académie. Il se trouve que les étudiants du sud de son académie vont plutôt à l’université de l’académie voisine qui est plus proche. Il va donc, pour faire progresser rapidement son indicateur, faire créer dans la ville moyenne « proche de la frontière » des filières post-bac pour recapturer les étudiants qui quittent son académie. Ce n’est qu’un exemple de fonctionnaire de la République au cerveau bodybuildé par les ratios RGPP. 

5 Contrairement à la fonction conflictuelle introduite par la mesure des gains de productivité, comme preuve de la création de richesses à partager et donc de la justesse et du caractère considéré alors comme progressiste pour l’ensemble de la société du conflit de répartition porté par les salariés.

6 Dans l’introduction de l’ouvrage de 2008 issu de ces travaux (introduction disponible sur http://webu2.upmf-grenoble.fr/regulation/Publi_des_membres/pdf/Regulation %20secteur %20et %20territoire %20INTRO.pdf), il est rappelé dans la note 2 que « Pour des présentations collectives de ces travaux voir par exemple la présentation du groupe RST dans La lettre de la régulation, no 33 (du Tertre, et al. 2000), ou le numéro spécial de la revue Géographie, Économie, Société, no 4 (2), « Théorie de la régulation, secteurs et territoires : quels enjeux pour la recherche ? » avec des contributions de G. Allaire, J.-P. Chanteau, C. Laurent, M. Nieddu, B. Pecqueur, P. Petit, M. Quéré, C. du Tertre, ou encore des travaux individuels analysant ces transformations par exemple Nieddu et Gaignette 2000 ; Laurent 2002 ; Gilly, Perrat 2003 ; Dieuaide 2005 ; Berriet-Solliec et al. 2006 ; Lung 2006 ; du Tertre 2007 ; Zuindeau et Rousseau 2007.

7 On se permettra de citer ici les numéros spéciaux de Géographie, Économie, Société, vol. 6, no 3 (2004), et d’Économie Appliquée, no 3 (2007) avec les contributions de G. Allaire, C. Barrère, D. Barthélémy, C. du Tertre, M. Nieddu, et F.-D. Vivien, ainsi que l’ouvrage coordonné par C. Barrère, D. Barthélemy, M. Nieddu, F.-D. Vivien (éd), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie : une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, l’Harmattan, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martino Nieddu, « Le pire n’est pas inéluctable », Revue de la régulation [En ligne], 13 | 1er semestre / Spring 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://regulation.revues.org/10039

Haut de page

Auteur

Martino Nieddu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page