Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Réédition d'un dictionnaire, par temps de crise : la (re)lecture indispensable du Dictionnaire d’analyse économique

Bernard Guerrien et Ozgur Gun, Dictionnaire d’analyse économique
Martino Nieddu
Référence(s) :

Bernard Guerrien et Ozgur Gun, Dictionnaire d’analyse économique, Paris, La Découverte, 2012, 4e édition revue et augmentée

Texte intégral

1Pour cette nouvelle édition, la quatrième, de son Dictionnaire d’analyse économique, Bernard Guerrien a fait appel à la collaboration d’Ozgur Gun, maître de conférences à l’université de Reims Champagne Ardenne, ce qui s’est traduit par des modifications notables – la plupart en liaison avec la crise commencée en 2007-2008 (la précédente édition datant de 2002). On constate notamment ainsi l’apparition de rubriques nouvelles comme « circuit » et « crises », mais aussi « politique monétaire » et « politique budgétaire », curieusement absentes des éditions précédentes. Les entrées ayant trait de près ou de loin à la monnaie et à la finance ont été soit profondément modifiées, soit complètement refaites.

2Pour le reste, l’ouvrage reprend la méthode qui a fait le succès des éditions précédentes dans l’exposé des diverses théories économiques et de leurs principaux instruments. L’érudition est mise ici au service d’une expression claire, faite de phrases courtes et précises, et d’une présentation qui refuse les simplifications abusives et les approximations. Rien de vraiment nouveau en ce qui concerne Marx et Keynes, dont les théories accordent une large place aux dysfonctionnements du capitalisme. En revanche, les auteurs renvoient par plusieurs modifications de l’édition précédente à l’incapacité de la théorie néoclassique de rendre compte des crises. Incapacité qui tient à la nature même de cette théorie et non à des difficultés « techniques » qui pourraient être surmontées un jour – en raffinant l’arsenal mathématique, par exemple. Une constatation du même ordre peut aussi être faite en ce qui concerne la monnaie, que la théorie néoclassique n’est jamais parvenue à intégrer à ses schémas – bien qu’une des raisons de la coupure entre microéconomie et macroéconomie est de faire croire le contraire. Guerrien et Gun, sans doute influencés par les événements de ces dernières années, modifient alors de façon notable l’approche de la monnaie, et de la politique monétaire des versions précédentes du dictionnaire. Un des intérêts de l’évolution de celui-ci tient alors, non seulement à une description renforcée de la position néoclassique en la matière, mais aussi au fait que les auteurs font une place importante au point de vue de la Modern Monetary Theory (MMT). En s’inscrivant elle-même dans la perspective « post keynésienne », la MMT permet de donner à voir ce que pourrait être une macroéconomie alternative (voir les p. 343 et suiv.).

3Ces trois points (théorie néoclassique, crise et monnaie), dans lesquels réside le principal de cette nouvelle édition, vont attirer particulièrement notre attention.

1. L’incapacité congénitale de la théorie néoclassique de rendre compte de la crise

4Le dictionnaire reprend le principe de ses éditions précédentes : il suffit de faire parler de façon précise ce courant, en renvoyant réellement à ses textes, pour en faire apparaître l’absurdité. C’est d’ailleurs toute sa force : dictionnaire critique, il s’agit aussi d’un dictionnaire tout court, bien plus rigoureux que d’autres présentations de cette théorie.

5Le Guerrien-Gun rappelle dans son article « agent représentatif » combien ce courant est devenu dominant en macroéconomie ces dernières décennies, en prétendant décrire le comportement global, agrégé, d’une économie par le choix (optimal) d’un « agent représentatif ». La question – centrale en économie – de la coordination des décisions prises par une multitude d’agents est ainsi totalement évacuée. « La voie suivie pour faire passer l’énormité qui consiste à introduire des prix et des marchés dans un monde sans échanges (il n’y a qu’un seul agent ou des clones) » (p. 23), le dédoublement de l’agent représentatif en acheteur et en vendeur – ne changent rien à l’affaire. Tout en faisant croire qu’on est en présence d’une représentation d’une économie « décentralisée », le modèle est en réalité un modèle à « planificateur bienveillant » (p. 24)…

6Guerrien et Gun rappellent aussi comment le modèle initial a été aménagé, au nom du « réalisme », en introduisant des « imperfections », sous la forme de contraintes imposées au choix de l’agent représentatif : restriction sur le nombre d’heures qu’il peut travailler et, plus généralement, sur les échanges qu’il peut effectuer (avec lui-même…), quantité de monnaie disponible en quantité limitée – pour les échanges, en tant que moyen de réserve, etc. La présence de ces « rigidités » conduit les promoteurs de ce modèle à le qualifier de « nouveau keynésien » – ils s’inscrivent ainsi dans la tradition qui fait de Keynes un auteur néoclassique pour lequel les prix ne sont pas « flexibles ».

7Avec ou sans contraintes (« rigidités »), ces modèles – regroupés sous l’étiquette DSGE (pour Dynamic Stochastic General Equilibrium) – ont tous pour objectif la détermination des caractéristiques du choix de l’agent représentatif, censé décrire celui de la société dans son ensemble. On est ainsi en présence de modèles d’« équilibre par construction » : le choix de l’agent représentatif se réalise, sauf peut-être en cas de « choc exogène », imprévisible au moment de la prise de décision. Il est donc impossible d’envisager dans ce cadre des changements endogènes et brutaux de régime – changements qui relèvent en fait de problèmes de coordination et qui commencent par se manifester généralement au niveau de la finance. Or celle-ci n’a pas été intégrée dans le modèle : le dédoublement de Robinson a des limites ! Les événements de 2008 ayant été présentés comme une (grave) crise financière, il était difficile de continuer à défendre ces modèles tels quels (voir l’article « nouveaux classiques », p. 383 et suiv.). Difficile de voir, par exemple, dans ce qui se passait les conséquences d’on ne sait quelle « rigidité » – du marché du travail ou de tout autre secteur.

8Alors que le système était au bord du précipice, les modèles DSGE n’avaient plus bonne presse. Leurs partisans se contentaient de raser les murs, en espérant que cela se passe. Ils n’ont pas eu tort : comme la nature a horreur du vide, les modèles à agent représentatif ont peu à peu ressurgi, sous prétexte qu’ils sont les seuls à être à « fondements microéconomiques » (il y a une maximisation quelque part) – condition sine qua non de légitimité pour tout néoclassique qui se respecte. Même des gens comme Paul Krugman ont contribué à leur réhabilitation, sous prétexte qu’on a « malgré tout » besoin de raconter des histoires, si possible d’« équilibre général », pour justifier les politiques proposées. Ce qui les amène à des contorsions étonnantes, puisqu’ils utilisent le cadre de la « synthèse néoclassique », dérivé de IS-LM, sans fondement microéconomique, pour leurs présentations grand public (celles qui ont fait leur réputation), tout en recourant à l’agent représentatif dans leurs écrits académiques. Le problème posé par l’intégration de la monnaie apparaît alors de façon particulièrement aiguë. Krugman, et plus généralement les « nouveaux keynésiens », cherchent à échapper à ce problème en évoquant la « trappe à liquidité ». Cette situation exceptionnelle, mais propre à la situation actuelle au Japon, aux USA et dans quelques autres grands pays, demanderait un traitement exceptionnel, en attendant de revenir à la situation normale, où la vision traditionnelle de la monnaie reprendrait ses droits. Krugman et le courant qu’il représente ne veulent manifestement pas rompre avec cette vision. Ils sentent probablement que le faire reviendrait à mettre en cause fondamentalement la théorie néoclassique, aussi bien au niveau de la microéconomie que de la macroéconomie.

2. La monnaie

9Les changements les plus importants dans cette nouvelle édition du Dictionnaire d’analyse économique portent, incontestablement, sur la monnaie. Ils sont évoqués ici brièvement en procédant en deux temps.

2. 1. Considérer autrement la monnaie

10Les entrées « monnaie », « open market », « inflation », « mécanisme de transmission », « multiplicateur monétaire » ont été entièrement refaites, tandis que « déflation », « politique monétaire » (absente jusqu’alors !), « liquidité », « quantitative easing », « shadow banking » – un article qui se lit comme un roman (p. 473 et suiv.) –, et « MMT » y font leur apparition. Il est clair que la crise a été l’occasion pour Guerrien et Gun de découvrir la MMT et, ce qui est heureux, de la mettre à disposition des étudiants, dans leur dictionnaire.

11Les éditions précédentes avaient déjà traqué le maintien de la théorie quantitative de la monnaie sous sa forme la plus frustre, même si elle est habillée de divers oripeaux, et des thèses ou préconisations monétaristes qui en sont issues. La crise n’a fait que confirmer de façon particulièrement frappante leur inanité. Ce qui n’empêche pas la persistance des idées « quantitativistes », notamment à travers des expressions, omniprésentes dans les medias mais aussi chez les économistes, telles que l’« offre de monnaie », l’« injection de liquidités » (par les banques centrales) sans parler de l’incontournable planche à billets (voir p. 354 « offre de monnaie, planche à billets et autres billevesées »). Guerrien et Gun sont contraints de redire combien il est important de distinguer entre la monnaie de base, émise par la Banque Centrale et la masse monétaire, engendrée par les banques lorsqu’elles font crédit. Cela afin d’éviter d’établir un lien causal entre l’une et l’autre, comme le font les manuels avec le « multiplicateur monétaire » et comme le font les monétaristes lorsqu’ils invoquent un soi-disant « mécanisme de transmission » entre base et masse monétaire. Les événements survenus en 2008 et les années suivantes ont prouvé une fois de plus le caractère erroné de leur approche.

12La présentation de la monnaie sous l’angle « créances-dettes » – ce sont les crédits qui font les dépôts, et non le contraire, comme on pourrait le croire – permet de comprendre, notamment, ce qui s’est passé alors et, plus généralement l’articulation entre dette publique et dette privée. Guerrien et Gun font appel, à ce propos, à l’image du circuit (voir l’article « approche par le circuit », p. 68), ce que ne font pas les adeptes de la MMT. C’est la french touch, bienvenue en l’occurrence. La vision par le circuit, même rudimentaire, permet ainsi de mieux penser l’articulation entre monnaie et économie réelle – la demande de crédit étant dans ce cas la variable clé. Au prix d’un certain effort, cependant, tellement la théorie quantitative – et sa formule si simple – imprègne nos esprits. Il n’y a pas d’image pour représenter le crédit, alors que celle de la planche à billets est tellement suggestive ! Elle n’est pas prête à disparaître dans le public, mais on peut espérer que les manuels qui forment les futurs économistes tirent les leçons de la crise et se débarrassent définitivement des vestiges de la théorie quantitative qui y subsistent encore.

2. 2. Monnaie et finance

13L’approche de la monnaie par le crédit – et sa contrepartie, la dette – rappellent combien la notion même de monnaie est floue. L’apparition de nouveaux instruments financiers, qui ont permis – ou accompagné – le boom du crédit des années 1990 et du début des années 2000, n’a pas arrangé les choses. La titrisation des crédits bancaires a été à l’origine d’un grand nombre de « papiers » (les fameux « produits dérivés ») qui étaient en partie utilisés à titre de garantie (« collaterals ») dans le cadre des « repo » (« repurchase agreement »), moyen par lequel les différents acteurs de la sphère financière se font crédit. Après un bref effondrement en 2008-2009, ces opérations ont repris pour revenir à peu près à leur niveau d’avant crise, ce qui prouve qu’elles sont à l’origine d’une nouvelle forme de monnaie, indispensable au fonctionnement du capitalisme actuel. La crise des dettes souveraines est d’ailleurs là pour le rappeler, les titres émis par le Trésor de certains pays ne pouvant plus jouer leur rôle de garantie quasiment sans risque – ils étaient auparavant considérés de fait comme des substituts à la monnaie banque centrale (la plus sûre). A contrario, les bons du Trésor émis par des pays jugés « fiables » – qui ne risquent pas de faire défaut – ont connu une très forte demande. D’où leur taux d’intérêt extrêmement bas (parfois même négatif), qui ont surpris les « quantitativistes », persuadés que l’émission massive de ces bons – creusant la dette publique – allait se traduire par une hausse de ces taux (les agents anticipant une hausse des prix).

14Un des problèmes posés alors est celui de l’augmentation du stock d’actifs jugés suffisamment sûrs pour pouvoir servir de collatéraux dans les opérations de repo, condition nécessaire à la reprise de la croissance. L’endettement public étant considéré suffisamment (ou trop) élevé, c’est à l’endettement privé qu’il reviendrait de prendre la relève. Mais il faudrait pour cela que les titres émis par les entreprises et par les opérateurs financiers soient considérés comme suffisamment fiables pour servir dans les opérations de crédit (à titre de garantie) et contribuer ainsi à la création monétaire, nécessaire à l’expansion de la production. On est loin de l’idée de monnaie que les manuels cherchent à donner, notamment à travers les indicateurs M1, M2 ou M3 – ce dernier n’est d’ailleurs même plus calculé par la Federal Reserve, alors que c’était un indicateur phare aux heures glorieuses du « monétarisme ».

15L’enchevêtrement entre monnaie et finance prend une forme nouvelle, dont doit tenir compte toute réflexion sur la régulation actuelle du capitalisme. Guerrien et Gun ne font que fournir quelques éléments dans ce sens, ainsi que quelques références devant permettre au lecteur d’aller plus loin sur ce terrain complexe, mais passionnant.

16Enfin dernière remarque, le nouveau Guerrien-Gun a introduit beaucoup de références et des renvois à des sites internet qu’apprécieront peut-être plus les étudiants que les professeurs, mais ces derniers auraient tort – il suffit d’utiliser un peu astucieusement les mots clefs et les résumés d’adresses données dans l’ouvrage. S’il arrivait qu’il faille n’emmener qu’un seul livre d’économie sur une île presque déserte, mais connectée, à la rencontre du Robinson Crusoé néoclassique, le Guerrien-Gun est incontournable : par exemple, il invite à visiter utilement le site de la MMT, et on en profitera pour jeter un coup d’œil à la présentation de l’ouvrage de synthèse de Randy ainsi qu’à ses réponses à ses lecteurs :

17http://neweconomicperspectives.org/​p/​modern-monetary-theory-primer.html, ou si l’on a le sens de l’humour, le blog de Buiter sur le site du Financial Time : http://blogs.ft.com/​maverecon/​2009/​03/​the-unfortunate-uselessness-of-most-state-of-the-art-academic-monetary-economics/​#axzz2H5zn6qPX

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martino Nieddu, « Réédition d'un dictionnaire, par temps de crise : la (re)lecture indispensable du Dictionnaire d’analyse économique », Revue de la régulation [En ligne], 13 | 1er semestre / Spring 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/10036

Haut de page

Auteur

Martino Nieddu

Laboratoire Regards, université de Reims Champagne Ardenne, martino.nieddu@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page