Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Le socialisme, c’est maintenant

Richard Sobel
Référence(s) :

Christophe Ramaux, L’État social. Pour sortir du chaos néolibéral, Paris, Mille et une nuits, 2012, 472 pages

Texte intégral

« L’État social doit être appréhendé à partir de cette autre révolution qu’est la démocratie, l’un et l’autre portés par l’idée essentielle selon laquelle l’intérêt général, aux antipodes de sa perception libérale, n’est pas réductible au jeu des intérêts particuliers » (p. 434).

  • 1 Sur ces questions, voir les combats de l’Association française d’économie politique ainsi que l’art (...)

1Ceux qui connaissent les recherches et les réflexions de Christophe Ramaux sur l’État social attendaient cet ouvrage depuis quelque temps. Ceux qui ne les connaissent pas encore vont pouvoir les découvrir en une fois, dans un mode d’exposition construit, documenté développé, et finalement – qu’on partage ou pas la perspective de l’auteur –, roboratif et passionnant. L’auteur fait partie de cette sorte d’économistes en voie de disparition compte tenu du laminage intellectuel de la profession par les contestables modalités d’évaluation des carrières académiques1 : il s’obstine à privilégier comme support d’expression de sa pensée la forme livre, entendez la forme d’un vrai livre écrit en son nom, brassant de larges connaissances et défendant une position originale. Pas un manuel. Pas un essai grand public. Un livre d’intellectuel. Selon moi, l’affaire est même plus grave encore : il n’a pas écrit un livre, il en a écrit trois, trois en un. Appelons les [ES1], [ES2] et [ES3] (Comprendre : État social 1, État social 2 et État social 3). Les deux premiers sont de vraies réussites : un essai d’analyse et de synthèse socio-économique et un essai de critique sociale. Le troisième, un essai de philosophie politique, semble être beaucoup moins abouti, mais c’est celui qui m’a le plus intéressé parce qu’il engage une ligne de fuite et dynamise l’ensemble d’une façon iconoclaste. Grâce à [ES3], on échappe définitivement à l’encyclopédie ou à l’ouvrage académique plan-plan qui fait « bien » le point de la question, satisfait l’Académie et intéresse la presse sérieuse ; on échappe également au nième essai de dénonciation du « chaos néolibéral » ; on se situe dans le « work in progress » d’une démarche intellectuelle autonome qui trace sa ligne et structure ainsi un véritable horizon de pensée sans le saturer de certitudes.

1. Puissances du « trois en un »

2Décryptons cette structure et sa ligne de fuite. [ES1] est une contribution « positive » d’économie politique, une synthèse problématisée de ce qu’on appelle État social, à la fois dans son périmètre empirique, dans sa construction historique et dans ses formes de théorisation. L’Académie y retrouvera ses petits : des synthèses précises et pédagogiques, qui vont le mieux possible au fond de ce qu’elles présentent, se situent sur la ligne de taille des questions qu’elles traitent, et ne se donnent jamais trop vite le beau rôle critique, pressées qu’elles seraient d’en venir à la défense de la propre position de l’auteur. C’est complet, en tout cas suffisant, et de plus c’est bien écrit ! [ES2] relève du genre « normatif » et se présente comme l’essai politique d’un intellectuel de gauche qui défend un modèle de société – pour faire vite, le progressisme version République sociale – et qui pense que l’État social en a été, en reste et, dans les conditions socio-économiques qui sont pour l’heure encore les nôtres, en restera le moteur principal. C’est engagé, en tout cas décapant, et de plus c’est souvent convaincant ! [ES3] est un essai de théorie politique, au sens où la recherche d’un « fondement théorique » de l’État social pour le penser (perspective [ES1]) et pour le défendre (perspective [ES2]) conduit à sortir du positivisme qui mine souvent les sciences sociales et à jeter des ponts vers la philosophie politique. C’est ambitieux, en tout cas stimulant, et en ces temps de repli disciplinaire et d’aplatissement technique du débat intellectuel, c’est salutaire ! Pourquoi un tel tryptique ? C’est que l’auteur prend au sérieux la spécificité de l’objet qui est le sien.

L’État social n’est pas une donnée naturelle, un objet des sciences de la nature. C’est une construction sociale, un objet des sciences sociales et politiques, et c’est bien pourquoi ses frontières sont à la fois mouvantes et poreuses. (p. 21)
La construction de l’État social a toujours été très laborieuse, largement impensée du point de vue de sa cohérence d’ensemble, ce qui contribue à expliquer le côté mille-feuille qu’il a souvent. De nombreuses études existent certes sur l’État-social, mais ce sont le plus souvent des approches parcellaires qui ne portent que sur l’un des piliers. (p. 234)

  • 2 Ici : l’État social, mais on songe également au sort qui est réservé à ces autres institutions de l (...)

3On l’aura compris, [ES1], [ES2] et [ES3] ne sont pas trois ouvrages indépendants, disposant chacun leurs propres chapitres et juxtaposés en un seul volume pour des raisons pratiques. Ni en fait : il n’y a bien sûr matériellement qu’un seul ouvrage ; ni en droit : même s’il y a des chapitres à dominante [ES1], d’autres à dominante [ES2] et d’autres encore à dominante [ES3], les trois registres d’argumentation sont constamment mobilisés à l’intérieur de chaque chapitre et donnent à l’ensemble toute sa puissance d’analyse et sa force de conviction. Cet enveloppement réciproque de trois perspectives constitue une seule et même contribution d’économie politique institutionnaliste (Caillé, Boyer, Favereau, 2007), et pas, simplement et maladroitement, un exposé académique + un plaidoyer politique + un essai philosophique. Insistons. Il faut bien comprendre que « politique » et « institutionnaliste » sont ici deux qualificatifs extrêmement clivants sur le plan académique, et l’ouvrage de Christophe Ramaux donne bien à voir, à propos de l’objet « État social », l’ampleur du clivage qu’il y a aujourd’hui, en France comme ailleurs, entre économie politique institutionnaliste et science économique. [ES1] montre toute l’importance conceptuelle d’une perspective « institutionnaliste » et s’oppose ainsi, sur le plan de l’analyse économique, à la science économique et à son axiomatique naturaliste, laquelle aplatit la compréhension de tout objet social-historique2 en le ramenant toujours aux aventures, sans espace, sans histoire et sans société, d’homo economicus plus ou moins orphelins du marché universel. Quant à [ES2] et [ES3], ils montrent, dans le domaine de la pensée comme dans celui de l’action, toute l’importance d’une perspective « politique » et s’opposent ainsi, sur le plan de la politique économique, à la science économique et à sa promotion de l’expertise comme contournement pseudo-technique de la démocratie.

Même s’il est parfois difficile de s’y conformer, la distinction entre les domaines du positif (rendre compte aussi objectivement possible de ce qui est) et du normatif (énoncer ce qui doit être) est une condition de base de la recherche en sciences sociales. Avec cette difficulté : en économie, de manière peut-être plus prononcée encore que dans les autres sciences sociales (sociologie, droit, sciences politiques, etc.), les oppositions théoriques sont particulièrement vives. La pensée économique n’est pas unique. […] L’imbrication des faits économiques est telle qu’elle autorise une large plage d’interprétation. C’est finalement heureux puisque cela signifie que le dernier mot doit toujours revenir au politique, aux choix des citoyens, et non à de supposés experts, parfois d’autant plus emplis de morgue que celle-ci leur sert à (se) masquer qu’ils ne sont pas autorisés à présenter comme évidents des résultats qui ne tiennent qu’au prix d’hypothèses qui ne le sont pas. (p. 126)

4Bien sûr, dans le champ académique, le clivage principal économie politique institutionnaliste / science économique n’élimine pas toute une série de clivages secondaires à l’intérieur de l’hétérodoxie, comme ceux qu’il y a notamment entre marxistes, keynésiens ou régulationnistes. Christophe Ramaux ne se prive pas de les mettre en scène. Non point qu’il cherche à diviser son propre camp ; mais parce que ces clivages sont intellectuellement plus intéressants que la nième critique des nouvelles robinsonnades que le courant dominant qualifie, sans rire, de progrès de l’analyse et à laquelle Christophe Ramaux ne passe fort heureusement pas trop de temps. Et surtout, cette mise en scène permet à Christophe Ramaux de dessiner les linéaments de ce qui, selon lui, devrait être la colonne vertébrale théorique de l’EPI, du moins sur le plan de l’analyse macroéconomique des sociétés où domine le capitalisme : une articulation de Marx et de Keynes, sans doute dans le sillage de celle qui fût à l’origine de la théorie de la régulation. Cette articulation sous-tend les analyses socio-économiques [ES1] et les positions politiques défendues [ES2], mais l’apport spécifique de Christophe Ramaux est de dire que c’est sous la perspective d’une certaine philosophie politique que cette alliance rendra sa productivité intellectuelle maximale [ES3]. Nous reviendrons plus loin sur ce point décisif.

5En substance, voilà pour l’originalité, l’ambition et la profondeur de la structure d’ensemble ; entrons maintenant un peu dans le détail en relevant quelques idées forces, mais en restant dans l’horizon de pensée de l’auteur.

2. Comprendre l’État social [ES1]

  • 3 Au moins depuis (Ramaux, 2006)
  • 4 Désormais les citations font directement références aux pages de l’ouvrage.

6Depuis quelques années3, Christophe Ramaux a construit une position originale en défendant une appréhension large de l’État social. S’il ne relève bien sûr pas de l’ordre économique (même en creux, en termes de palliatif aux « échecs du marché » – côté pensée libérale – ou en termes fonctionnalistes d’appareils d’État participant à la reproduction de la domination capitaliste – côté pensée marxiste –), pour autant, l’État social n’est pas non plus réductible à l’ordre politico-étatique, c’est-à-dire réductible à une simple « politique sociale » de l’État. Tout le problème est là. Pour Christophe Ramaux, le qualificatif « social » désigne une zone spécifique – mieux encore : un mode d’être original – de nos sociétés contemporaines, laquelle zone doit tout à la fois être délimitée et se doter de sa pensée propre. « La protection sociale, la régulation des rapports de travail, les services publics et les politiques économiques de soutien à l’activité et à l’emploi : au-delà de ces quatre piliers, il est possible de définir l’État social, de façon générale et systématique, comme l’intervention publique selon des visées sociales » (p. 20)4 – on reviendra infra sur la définition de ces « visées sociales ». Même si ses analyses portent essentiellement sur le cas français, parfois avec d’heureux éclairages internationaux, pour Christophe Ramaux, l’État social n’est pas qu’une construction française :

[Les] quatre piliers sont, par construction, interdépendants. La voilure de chacun d’eux, leur forme précise, et plus encore la cohérence sociétale dont ils sont ensemble porteurs, varient considérablement d’un pays à l’autre. Ces contrastes s’enracinent dans le fondement proprement politique de l’État social, la démocratie, dont l’ancrage national est justement particulièrement prégnant. […] Reste pour l’heure à pointer ce fait essentiel : sous des formes et des configurations institutionnelles extrêmement variées, les quatre piliers existent dans la quasi-totalité des pays du monde, y compris les moins développées. (p. 54)

7Sur le plan descriptif et analytique, cette appréhension large s’oppose à l’appréhension restreinte, qui est aussi d’une certaine manière celle du sens commun, appréhension en termes de simple « protection sociale » (santé, chômage, retraite, famille, accident du travail). Un pas supplémentaire est franchi lorsqu’on pense l’État social en termes de protection sociale et d’emploi stable, pierres angulaires de nos « sociétés salariales », perspective que l’on retrouve, de manière très différente, chez Robert Castel (1995) ou chez Bernard Friot (2012). Mais c’est encore insuffisant pour Christophe Ramaux, car pour correctement appréhender l’État social, c’est quatre piliers qu’il faut repérer. Ces derniers ne sont pas réunis au hasard. Ce n’est ni le lieu, et du reste la place manquerait, pour reprendre dans le détail institutionnel et historique la description de ces quatre piliers, et discuter la pertinence et la validité de l’analyse que Christophe Ramaux en propose ; les spécialistes ne manqueront pas de le faire. Nous allons plutôt insister ici sur ce qui, pour nous, constitue la pierre angulaire de [ES1] : cette notion pratico-théorique de « visée sociale ». Elle fait le lien entre les quatre piliers. Elle dé-technicise, dé-fonctionnalise la compréhension des tenants et aboutissants de l’État social (c’est malheureusement souvent ainsi qu’on le présente) et, partant, appelle, d’une part, une réflexion pratique sur la défense de l’État social comme projet politique progressiste [ES2] et, d’autre part, une réflexion de philosophie politique sur le mode d’être social-historique de notre modernité [ES3].

8Rappelons ce qu’en dit Christophe Ramaux pour en délimiter la spécificité. D’abord, cette visée sociale n’est pas réductible à la simple intervention de l’État. « L’État social n’englobe pas toutes les politiques à visée sociale. Qui dit social ne dit pas nécessairement public. Le social relève aussi d’initiatives privées. C’est le cas pour l’économie sociale (association, mutuelles, coopératives et fondations). » (p. 22) « Les frontières de l’État social sont ténues. Il y a du jeu, des espaces intermédiaires entre sphère publique et sphère privée. La négociation collective en est une illustration. Mais ce n’est pas la seule : en France la Sécurité sociale […] n’est pas à proprement parler une institution de l’État. » (p. 24). Ensuite, cette visée sociale ne relève pas d’une logique d’assistance (intervention réparatrice d’après-coup pour les perdants du fonctionnement socio-économique de nos sociétés), mais d’une logique de développement d’ensemble ou de progrès collectif : « Il ne s’agit plus tant de garantir un minimum de ressources qu’un certain développement social, un mieux-être social » (p. 235). « L’État social a bien vocation à être “distributeur de bienfaits”, “pourvoyeur de richesses”, ce qui le conduit d’ailleurs à assumer, mais d’une certaine façon, la prise en charge des risques […]. Parler de mieux-être social pour caractériser la visée de l’État social ne désigne pas un éden, mais un programme d’amélioration, de progrès social » (p. 238). Ensuite encore, cette visée sociale passe par une logique « économique » qui lui est propre, à la fois « institutionnelle » et « socialisatrice ». Dans nos sociétés, l’ordre économique n’étant pas réductible au capitalisme (il y a la production publique, l’économie sociale et solidaire, l’économie domestique, notamment), la dimension économique de l’État social « relève d’une logique institutionnelle par opposition à la logique contractuelle, d’une part, et d’une logique de socialisation de la production et des revenus par opposition à leur détermination privative, d’autre part » (p. 434). Enfin, cette visée sociale n’est pas une donnée naturelle, mais un construit, c’est-à-dire relève de part en part de la politique : « La société décide, après délibération, de considérer que certains besoins (en matière de santé, de retraite, de chômage, ou bien encore de famille) doivent être satisfaits, à tel ou tel niveau, et elle décide simultanément des moyens à mettre en œuvre, en termes de prélèvements sociaux, afin de les satisfaire. De bout en bout ce sont des décisions politiques qui prévalent. » (p. 239).

9Qu’est-ce que cela signifie ? Nos sociétés ont besoin d’un dispositif global ayant une « visée sociale » car, pour elles, le lien social ne va pas de soi. C’est à ce niveau de généralité qu’il convient de hisser l’État social pour en comprendre les tenants et aboutissants. Dans le sillage des théories structuralo-fonctionnalistes (Habermas, 1987), Christophe Ramaux considère que nous vivons dans des sociétés complexes, différenciées en ordres de pratiques sociales structurés et institutionnalisés (notamment l’ordre domestique, l’ordre économique et l’ordre politique). De fait, ces ordres sont parcourus par des tensions et des rapports de pouvoir (en particulier, ceux liés à l’ordre économique), et dans ces conditions, faire société ne va pas de soi. Mais le propre de la modernité, c’est qu’elle demande que la cohésion sociale, c’est-à-dire l’articulation des ordres, ne s’opère pas depuis un fondement hétéronome transcendant, mais – « désenchantement du monde » oblige (Gauchet, 1985) –, s’opère désormais sous la contrainte de la valeur d’égalité politique et l’instauration de la démocratie, qui est la pierre angulaire de notre imaginaire social instituant. L’État social est le vecteur de cette mise en cohésion de sociétés autonomes. Nous reviendrons plus loin sur ce point ; mais à ce niveau, il faut insister sur le fait que c’est cette perspective qui donne de l’ampleur et de la profondeur aux analyses de Christophe Ramaux. On peut toujours le critiquer sur l’exactitude de tel ou tel point ; mais quelle perspective mettre à la place de la sienne qui fasse au moins autant et aussi bien que la sienne ? Sans doute n’est-il pas le premier à produire un éclairage d’ensemble à partir de la « question sociale » (Donzelot, 1984), c’est-à-dire la nécessité, pour les sociétés démocratiques, de résorber la différence entre l’égalité politique en droit et les différences socio-économiques de fait ; chacun à leur façon, Gosta Esping-Andersen (1990), et en France, Bruno Théret (1994), Robert Castel ou Bernard Friot l’ont mis en avant. Seulement, leur reproche Christophe Ramaux, ils réduisent par trop la question sociale au clivage Capital-travail (alors qu’il y a d’autres formes d’oppression qui limitent la démocratie, comme les rapports sociaux de sexe par exemple), et pensent finalement toujours dans l’horizon de ce que Luc Boltanski (2009) appelle les « sociétés capitalistes-démocratiques », c’est-à-dire restent dans un mode de penser qui oppose démocratie formelle et démocratie réelle. Or on ne peut mettre ces deux qualificatifs sur le même plan, car « la démocratie, y compris dans nos sociétés, n’est ni bourgeoise ni formelle. Elle est d’ores et déjà réelle. Elle est limitée, restreinte, entravée à la fois par des rapports capitalistes mais aussi par bien d’autres rapports de pouvoir, elle n’en est pas moins réelle. Et c’est en elle que l’État social trouve son fondement proprement politique » (p. 291). Reconnaître cette dimension politique, c’est accepter de plonger l’ordre de réalité examiné dans le régime ontologique de la contingence. L’État social est alors une construction qui a ses défenseurs et ses ennemis ; la posture analytique a ainsi partie toujours intimement liée avec la posture politique.

3. Défendre l’État social [ES2]

10Christophe Ramaux a choisi son camp : comprendre l’État social pour le défendre. Depuis sa naissance, on a toujours dit de l’État social qu’il était en crise (Rosanvallon, 1981). Mais là encore, il y a polysémie et donc ambiguïté autour de cette notion de crise. Comme on ne sait pas vraiment ce qu’il en est, au fond, de l’État social, on n’arrive pas bien à le défendre lorsqu’on y est politiquement attaché. C’est donc depuis les acquis de [ES1] que [ES2] peut se déployer et fonctionner. Non seulement Christophe Ramaux précise exactement ce qui est en crise dans l’État social, mais surtout il souligne que sa crise actuelle n’a pas forcément toute l’ampleur qu’on veut bien lui accorder – ce en quoi, à l’intérieur même du « camp » progressiste, Christophe Ramaux est iconoclaste.

11Bien évidemment Christophe Ramaux appartient au camp des économistes critiques pour lesquels si l’État social est en crise, ce n’est pas pour des raisons « objectives » (démographiques, médicales, etc.) qui posent des problèmes « techniques » que des experts peuvent résoudre ; mais pour des raisons politiques que les citoyens doivent bien comprendre parce qu’il y va du modèle de société qu’ils se sont donnés et dans lequel ils vivent. L’État social est attaqué depuis trente ans par le néolibéralisme dans la mesure où il s’agit fondamentalement de revenir sur ce qui est sa dynamique anticapitaliste (la socialisation des revenus qui s’oppose frontalement à toutes les formes d’accumulation privée et de rentes), et par là même sur l’avancée démocratique qu’il engage et renforce. Le néolibéralisme est une « technique de gouvernement » (Foucault) par lequel les groupes sociaux dominants, à savoir les élites économico-financières et leurs relais dans les institutions internationales et les appareils d’État nationaux, essaient de reprendre en main le fonctionnement de l’économie, et s’attaquent donc à l’État social en tant qu’il est une forme d’encastrement et de contrôle sociopolitique de l’économie.

12Mais contrairement à une doxa critique de gauche, l’État social tient bon. Du coup, au lieu d’être dans une stratégie de défense des acquis sociaux, il faut voir en lui un instrument de contre-offensive tout à fait crédible et efficace. Certes l’État social s’est développé fortement durant les Trente glorieuses (un « âge d’or ») mais (1) il est né avant (les premières lois sociales datent du xix e siècle) et (2) même attaqué par le néolibéralisme, il a tenu bon, tient bon et constitue une ressource. Il n’est donc pas limité à son adossement à un certain mode de production, ce que l’on appelle le « fordisme ».

Les trente glorieuses n’étaient pas un havre de bonheur qu’une certaine lecture rétrospective béate décrit. Il y avait certes alors quelque chose d’essentiel inscrit dans les têtes : une perspective de progrès, d’ascension sociale. Une perspective qui fait défaut aujourd’hui, à la fois pour des raisons objectives, la bifurcation néolibérale étant passée par là, mais aussi pour des raisons proprement subjectives, un certain catastrophisme faisant son œuvre, dont l’un des arguments consiste justement à embellir les trente glorieuses. (p. 110)

13Pour ce faire, il convient de lutter contre l’idéologie dominante libérale qui a installé, depuis plus de trente ans, dans le débat public toute une série d’idées reçues et de fausses questions. On les combat d’autant moins bien que l’on ne dispose pas d’une théorie de l’État social, qui le désigne dans la positivité de son espace propre et de son projet progressiste. « S’il convient de saisir la cohérence du néolibéralisme et des régressions sociales dont il est porteur, il importe, tout autant, de ne pas noircir inutilement la situation, comme cela est malheureusement trop souvent fait, en laissant entendre qu’il a totalement, ou du moins presque entièrement réalisé son projet » (p. 84). On sait depuis Marx que l’idéologie n’est pas dans les réponses, mais d’abord dans les questions. Si l’on accepte les questions de ses adversaires, on a déjà perdu la bataille idéologique. Seul le point d’appui d’une philosophie politique permet de poser d’autres questions.

4. Penser l’État social [ES3]

14Dans les lectures « marxistes » du fondement de l’État social, on l’a vu, on trouve un lien entre construction de l’État social et démocratie, mais au sens pré- et post-politique où l’État social est la condition (consolidation du statut socio-économique des citoyens) et le résultat (les conquêtes sociales) de la démocratie. De ce point de vue, la lecture de Christophe Ramaux est plus radicale car pour lui le lien est intrinsèquement politique. En cela, il donne à la démocratie tout son sens et confère à la politique une épaisseur propre. Christophe Ramaux convoque l’auteur contemporain qui selon lui est le plus important à ce sujet : Marcel Gauchet ; mais c’est Rousseau, penseur moderne de l’autonomie du politique dans Du Contrat social, qui est le point d’appui le plus fondamental :

Si l’État est indépendant de la société, il n’en possède pas moins une épaisseur propre […] Il est traversé et modelé par les rapports de classe existant dans la société (volet marxiste), ainsi que par le jeu propre de ceux qui en tiennent les rênes (volet « noblesse d’État » de Bourdieu), mais sa consistance ne s’arrête pas là. […] Parce qu’il a en charge des fonctions d’organisation générale de la société, l’État déborde le jeu des parties prenantes Dans les sociétés différenciées, marquées à la fois par la liberté individuelle et par la division sociale généralisée du travail, et au-delà de toutes les activités, il assume une fonction non pas simplement de mise en cohérence des parties, mais aussi de production du tout – en termes de langage, de lois, etc. – sans laquelle cette mise en cohérence ne serait pas possible. (p. 261)

15Il faut être pleinement conscient du vide dans lequel la contingence du politique nous place. Le droit naturel s’appuie encore sur la raison – Locke –, et l’ordre politico-social, pour peu qu’il soit bien construit, exprime encore une sorte de vérité substantielle. Mais la volonté générale, qui exprime l’intérêt général, nous dit Rousseau, ne s’appuie que sur elle-même et exprime la structure objective d’un tout social sous forme de conscience. « La société ne fait pas qu’excéder la somme des relations interindividuelles […], elle les déborde, les précède et contribue à les instituer. Le droit social et au-delà l’État social lui-même, exprime parfaitement cela : l’individu est dans la société, il est lui-même immédiatement social » (p. 298). Dans la tradition juridique française, « la loi est l’expression de la volonté générale » et c’est au législateur qu’il appartient en propre d’exprimer cette volonté qui ne peut qu’être conforme à l’intérêt général. Volonté générale et intérêt général ne font qu’un dans la tradition rousseauiste (ou, si l’on préfère, jacobine) et cette identification légitime pleinement le législateur dans son rôle. De là l’idée que la détermination de l’intérêt général est entièrement libre et que toute loi, par le seul fait qu’elle est le produit d’une volonté générale démocratiquement établie et constatée, est présumée d’intérêt général.

L’intérêt général est une notion éminemment problématique. Il n’est donné ni naturellement, ni objectivement. Il importe de ne pas l’absolutiser. Il relève d’une construction sociale où œuvrent intérêts privés et catégoriels. La raison est simple : en régime démocratique, le contenu de l’intérêt général procède de la délibération démocratique elle-même. (p. 267-268).

  • 5 « Pour nous, l’objet premier de la justice, c’est la structure de base de la société ou, plus exact (...)

16On pourrait être surpris que Christophe Ramaux se complique ainsi la vie avec ce détour par la théorie politique et qu’il n’aille pas plus simplement chercher le fondement théorique de l’État social dans une théorie de la justice… sociale (Arnsperger, Van Parijs, 2002), voire qu’il ne discute même pas le recours à ce type d’approche (si l’on excepte une note de bas de page), ne serait-ce que pour en conclure, dans la perspective qui est la sienne, à l’inanité. C’est un reproche que nous ne lui ferons pas, d’autant qu’à y bien regarder il n’est peut-être pas si loin de la théorie de la justice sociale la plus élaborée, celle de John Rawls (1987 [1971]). Si l’on en fait une lecture « radicale » (Sobel, 2008), ce dernier a peut-être élaboré une « conception politique » (et non morale ou substantielle) de la justice susceptible d’éclairer nos sociétés salariales contemporaines. Il y aurait alors un travail à faire – un futur chantier pour Christophe Ramaux ? – pour montrer en quoi et comment l’État social est le point nodal de la « structure de base » de ces sociétés5. Du reste, l’auteur aurait d’autant moins de mal à réinvestir ce Rawls « de gauche » qu’il fait déjà un premier pas vers lui en distinguant et en cherchant à articuler les deux plans du fonctionnement démocratique de nos sociétés modernes. Le premier est celui de l’individu saisi sous la perspective du « principe d’égaliberté » (Balibar, 2010) et du droit conçu pour le reconnaître, l’instaurer et le protéger. Le second est celui du collectif, de l’institution politique, de l’État et de la nation, laquelle est « entendue comme forme de communauté politique permettant à la démocratie de se déployer. » (p. 270). Sans doute le « jacobinisme » de Christophe Ramaux se distinguerait-il du constructivisme politique rawlsien, et ma suggestion de rapprochement demanderait à l’auteur un travail plus étoffé de « déconstruction » sociale-historique de l’idée de nation. Du reste et contrairement à une lecture rapide et répandue qui fait tomber Rawls du côté du social-libéralisme, cette confrontation à Rawls ne ferait pas perdre à Christophe Ramaux sa boussole antilibérale, quand bien même sa critique ne serait pas menée du même camp de base. Le second volet, la souveraineté populaire de la communauté nationale, n’est pas toujours pleinement appréciée des tenants du libéralisme. Et l’on comprend mieux le positionnement stratégique de Christophe Ramaux dans [ES 2] :

Dans les faits, preuve supplémentaire que libéralisme et démocratie ne font pas nécessairement bon ménage, le néolibéralisme à l’œuvre depuis trente ans ne s’est pas contenté de remettre en cause l’État social. Ayant parfaitement compris que la démocratie est son fondement proprement politique, il s’attaque aussi à celle-ci. (p. 271)

  • 6 Afin de lever toute ambiguïté, précisons que pour l’auteur, l’économie sociale n’est pas une altern (...)

17Dans ces conditions, l’État social est moins un acquis à défendre (avec le risque de passer pour un conservateur ringard et de s’épuiser dans un combat idéologiquement perdu d’avance), qu’un dispositif sociopolitique à approfondir. Et cet approfondissement, Christophe Ramaux l’appelle socialisme6.

Le socialisme est clairement minoritaire dans nos sociétés, s’il s’agit de soutenir que la totalité des moyens de production doit être socialisée en passant sous contrôle public. Mais il est possible de lui donner un autre contenu, celui du primat de la démocratie. Cela signifie, par exemple, le respect d’un principe élémentaire : c’est au citoyen qu’il appartient, par la délibération démocratique, de décider si telle ou telle activité doit plutôt être confiée à la puissance publique (et si oui sous quelle forme, État ou collectivités locales par exemple), à des organisations sans but lucratif (associations, mutuelles, etc.), à des professions indépendantes ou à des entreprises privées à but lucratif, lesquelles peuvent aussi avoir un statut coopératif. Hormis quelques ultralibéraux, qui peut s’opposer sereinement à ce principe ? Preuve que les clés de l’émancipation sont peut-être déjà à portée de main, ce projet n’est-il pas déjà majoritaire dans les esprits, là où finalement tout se joue ? (p. 438)

18On ne peut que souligner l’audace d’une telle position compte tenu de la frilosité du débat politico-intellectuel aujourd’hui, position vers laquelle converge l’ensemble de l’ouvrage. Cherchant à comprendre l’État social, [ES1] a mis l’accent sur la logique de la socialisation. Cherchant à défendre l’État social, [ES2] a souligné que cette logique était une ligne de front, marquée dans la conjoncture actuelle par la poursuite – malgré la très grave crise que traversent les économies développées – de la contre-offensive néolibérale engagée depuis plus trente ans. Cherchant à penser l’État social, [ES3] met au jour son fondement, la démocratie et conclut que la reprise du mouvement d’extension de la démocratie via l’extension de l’État social, ce n’est finalement rien d’autre que le socialisme. Le socialisme, c’est maintenant ; mais c’est aussi parce que c’était déjà hier ! On y était, mais sans le savoir, c’est-à-dire sans savoir ce que c’est vraiment que l’État social – c’est le message d’[ES1]. Du coup, on le défendait, mais mal – c’est le message d’[ES2] –, intoxiqués que nous sommes par l’hégémonie intellectuelle néolibérale et tétanisés que nous devrions être à l’idée de revendiquer l’usage d’un vocable que les expériences totalitaires du xx e siècle ont définitivement dévalué. Pesant discours de l’ordre dont il faut s’affranchir dans l’ordre du discours. À cette tâche, Christophe Ramaux contribue à merveille, réinjectant dans la misère du présent la richesse du possible.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arnsperger C., Van Parijs P. (2002), Éthique économique et sociale, La Découverte, Paris.

Balibar E. (2010), La proposition de l’égaliberté, Paris, PUF.

Boltanski L. (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Gallimard, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Caillé A., Boyer R., Favereau O. (2007), « Un quasi-manifeste institutionnaliste », Revue du MAUSS, second semestre, n° 30, p. 33-47.
DOI : 10.3917/rdm.030.0033

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Castel R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale, Fayard, Paris.
DOI : 10.3406/agora.1995.1517

Donzelot J. (1984), L’invention du social, Paris, Le Seuil.

Esping-Andersen G. (1990), The Three Worls of Welfare Capitalism, Cambridge: Polity Press & Princeton: Princeton University Press.

Friot B. (2012), Puissances du salariat. Emploi et protection sociale en France, Paris, La Dispute.

Gauchet M. (1985), Le désenchantement du monde, Paris, Gallimard.

Gauchet M. (2007a), L’avènement de la démocratie (I). La révolution moderne, Paris Galimmard.

Gauchet M. (2007b), L’avènement de la démocratie (II). La crise du libéralisme, Paris, Gallimard.

Gauchet M. (2010), L’avènement de la démocratie (III), À l’épreuve des totalitarismes, Paris, Gallimard.

Habermas J. (1987), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Postel N. (2011), « Le pluralisme est mort, vive le pluralisme ! », L’Économie politique, n° 50.
DOI : 10.3917/leco.050.0006

Ramaux C. (2006), Éloge de la stabilité, Paris, Mille et une nuits.

Rawls J. (1987 [1971]), Théorie de la justice, Paris, Seuil.

Rosanvallon P. (1981), La crise de l’État-providence, Paris, Le Seuil.

Sobel R. (2008), « Le rapport salarial : impensé institutionnel de la Théorie de la justice de John Rawls ? », Économie appliquée, tome LXI, n° 1, p. 37-70.

Théret B. (1994), « Le salariat comme forme de l’interdépendance entre l’État et le marché », L’État et le marché, Bellon B. et al., Economica, Paris, p. 68-79.

Haut de page

Notes

1 Sur ces questions, voir les combats de l’Association française d’économie politique ainsi que l’article de Nicolas Postel (2011).

2 Ici : l’État social, mais on songe également au sort qui est réservé à ces autres institutions de l’ordre économique moderne que sont la monnaie, le rapport salarial ou l’entreprise.

3 Au moins depuis (Ramaux, 2006)

4 Désormais les citations font directement références aux pages de l’ouvrage.

5 « Pour nous, l’objet premier de la justice, c’est la structure de base de la société ou, plus exactement, la façon dont les institutions sociales les plus importantes répartissent les droits et les devoirs fondamentaux et déterminent la répartition des avantages tirés de la coopération sociale. Par institutions les plus importantes, j’entends la constitution politique et les principales structures socio-économiques. [...] C’est cette structure de base qui est l’objet premier de la justice parce que ses effets sont très profonds et se font sentir dès le début » (Rawls, 1987, p. 33).

6 Afin de lever toute ambiguïté, précisons que pour l’auteur, l’économie sociale n’est pas une alternative progressiste de même niveau que l’État social au capitalisme néolibéral : « L’économie sociale relève du paradigme contractuel. On est libre d’adhérer à une association, à une mutuelle ou à une coopérative, alors que l’on doit payer des impôts et des cotisations sociales, respecter le droit du travail et les conventions collectives. Bref, et dans la mesure où il met en jeu l’ordre social entendu au sens large, l’État social a une dimension institutionnelle forte à laquelle ne peut prétendre l’économie sociale. » (p. 350)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Sobel, « Le socialisme, c’est maintenant », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://regulation.revues.org/10018

Haut de page

Auteur

Richard Sobel

Maître de conférences en économie, Clersé (UMR 8019), université Lille 1, richard.sobel@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page