Navigation – Plan du site
Notes de lecture

La subsistance de l’homme : l’économie selon Karl Polanyi

Pierre Alary
Référence(s) :

Karl Polanyi, La Subsistance de lHomme. La place de léconomie dans l'histoire et la société, traduit de l'anglais et présenté par Bernard Chavance, Flammarion, 2011

Résumés

La Subsistance de l’Homme, ouvrage posthume de Karl Polanyi, est enfin disponible en version française. Dans une perspective historique, cet ouvrage avant tout théorique se penche sur la place de l’économie dans les sociétés. Il discute les fondements théoriques de l’école néoclassique voire classique et propose : d’une part une batterie de concept pour expliquer l’encastrement ou le désencastrement de l’économie et d’autre part, des modèles pour expliquer les différences institutionnelles entre les économies anciennes et les économies où le système de marché joue un rôle déterminant. Les critiques de la pensée néoclassique exprimées par Polanyi posent des questions originales dont l’acuité ne se retrouve pas toujours dans les propositions qu’il formule. En effet, le modèle théorique polanyien n’intègre pas réellement les impensés de la théorie néoclassique, même si tous les éléments empiriques pour le faire se trouvent dans La Subsistance de l’Homme.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie particulièrement Agnès Labrousse, mais aussi Richard Sobel, Jérôme Maucourant et Bernard Chavance, pour leurs relectures attentives et leurs conseils.

  • 1 Naturalisme : construction intellectuelle qui transforme des phénomènes sociaux en lois naturelles.
  • 2 Le sens vulgaire de transfert est retenu dans ce texte. Transfert ne fait pas l’objet d’un travail (...)

1Harry Pearson publie en 1977 un travail inachevé de son ancien collègue Karl Polanyi décédé en 1964. Cet ouvrage majeur est enfin disponible en français dans une traduction de Bernard Chavance qui en signe également la préface. Le sceau « Polanyi », déjà imprimé dans La Grande Transformation, apparaît pleinement dans La Subsistance de l’Homme, la place de l’économie dans l’histoire de la société (La Subsistance de l’Homme). La thèse centrale défendue dans ces deux ouvrages, la place de l’économie dans les sociétés, ne change pas réellement même s’ils portent des éclairages différents. La Subsistance de l’Homme propose certainement une analyse plus conceptuelle, plus générale et elle intégrerait sans difficulté La Grande Transformation. La Subsistance de l’Homme est avant tout une théorie générale de l’économie humaine construite à partir d’études comparatives, minutieuses, très documentées et abondamment nourries par les enseignements de l’anthropologie économique, de la sociologie, de l’économie, de l’histoire ancienne et antique. Le travail de Karl Polanyi se situe souvent à la frontière des différentes sciences humaines et sociales dans lesquelles l’auteur puise le matériau nécessaire à sa réflexion. En revanche le regard interdisciplinaire se porte sur un objet : l’économie, qu’il aborde à partir d’une critique radicale du naturalisme1 classique et de la rationalité néo-classique. Selon Polanyi, appréhender l’économie humaine à partir du comportement d’un agent acquis au mode d’organisation dominant en Europe occidentale au xixe ne traduit pas la réalité. Il propose alors un autre modèle où l’économie et sa définition posent la question fondamentale de la subsistance de l’homme. Cette question ne remet pas en cause l’importance des transferts2 de biens, au contraire, elle les intègre aux actes sociaux fondamentaux (religieux, politiques, de prestige, etc.). Pour Polanyi, dans une perspective historique, les transferts de biens s’encastrent dans une « superstructure » dont la cohérence assure la subsistance, et ainsi la stabilité sociale. La supposée hégémonie de l’échange économique autonomisé, guidé par le mobile de gain, n’est qu’une page de l’histoire dont le caractère universaliste s’explique par une erreur de méthode. Nous présentons cette thèse, développée par Polanyi, dans la première partie en suivant la progression adoptée par l’auteur : la critique radicale de l’économicisme ; la mise en lumière du rôle des institutions ; la proposition théorique alternative autour de la triade catallactique (monnaie-commerce-marché) et son illustration à travers l’exemple de la Grèce antique.

2Cette œuvre posthume de Polanyi est fondamentale. Ses apports et ses faiblesses nous aident à penser le présent et, à ce titre, La Subsistance de l’Homme figure parmi les grands classiques. Pour étayer une théorie générale de la place de l’économie dans l’histoire et la société, Karl Polanyi définit de nombreux concepts originaux. La tâche est immense, difficilement perfectible et nécessairement inachevée, pour Polanyi comme pour tous les auteurs ayant tenté l’exercice avant lui, Smith et Marx par exemple. En effet, Polanyi répond à des questions mais ces dernières renvoient directement à de nouvelles interrogations qui constituent de véritables programmes de recherche. Identifier ces interrogations, parfois contradictoires, présente un intérêt majeur et constitue l’objet de la seconde partie de ce compte-rendu.

1. La thèse défendue, l’économie et la société

3La dimension théorique de la première partie, « La place de l’économie dans la société », constitue l’essence de l’ouvrage. Polanyi y reformule des questions théoriques, analyse les articulations de la pensée pour déterminer la place qu’occupe l’économie dans les différentes sociétés. Polanyi s’attaque ainsi aux fondements de l’économicisme, il en conteste la cohérence et interroge les propositions théoriques à l’origine d’un modèle économique construit à partir d’un exemple institutionnellement singulier, mais soi-disant universel. La seconde sous-partie fait écho à la première. Elle se penche sur les différences institutionnelles fondamentales entre sociétés tribales et archaïques : l’homogénéisation des systèmes d’équivalence, l’évolution de la justice et de la loi par exemple. Enfin, la troisième sous-partie propose une théorie (la triade catallactique) où, d’une part la monnaie, le commerce et le marché ont des origines différentes et d’autre part le marché apparaît dans un contexte où le commerce et la monnaie existent déjà.

1. 1. L’analyse théorique et conceptuelle

  • 3 Bernard Chavance (le traducteur) n’a pas repris le néologisme qui faisait autorité jusqu’à présent. (...)

4Le sophisme économiste. Le marché, en tant que mécanisme de mise en relation de l’offre et de la demande par les prix, ne se développe réellement qu’au xix e siècle. Auparavant, les différentes formes de commerces assuraient les flux de biens et la logique qui « présidait au contrôle des prix était celle de la stabilité » (p. 39). La portée universelle du marché est donc sans fondement historique mais, paradoxalement, il se mue dans les esprits en donnée naturelle. « L’esprit de marché » domine les représentations économiques de l’homme moderne et contemporain et « réduire l’illusion centrale d’une époque à une erreur de logique » (p. 38) n’explique pas le paradoxe précité. L’illusion centrale provient d’une erreur de raisonnement, le sophisme économiste : « assimiler l’économie humaine en général à sa forme de marché » (p. 38). Or « aucune communauté ne peut exister sans une quelconque forme d’économie substantielle3 » et « restreindre exclusivement le domaine du genre économique aux phénomènes de marché revient à gommer du paysage la plus grande part de l’histoire humaine » (p. 38).

5Comprendre la question des origines du sophisme revêt alors une importance essentielle et deux niveaux d’analyses complémentaires s’articulent. D’une part, du point de vue des idées et des représentations. À l’aune des mutations qu’ils observaient, les physiocrates expliquent comment le produit net, quantité comptable issue de la relation prix de vente/coût du fruit de la terre, alimente les transferts de biens. Ils façonnent alors une représentation du monde établie sur une interdépendance « naturelle » entre quantité et prix. « Le prétendu surplus dont il attribuait la création à la terre et aux forces de la nature n’était rien d’autre qu’un transfert à l’ordre naturel de l’écart qu’on attend que manifeste le prix de vente vis-à-vis du coût » (p. 42). A. Smith renforce cette vision « naturaliste ». Il isole un élément de la rationalité de certains de ses contemporains, le penchant à trafiquer, et le projette sur l’homme « primitif ». Ces constructions théoriques prennent corps et se drapent d’une dimension universelle anhistorique. L’idée d’une nature humaine prend corps sur le plan théorique et, en même temps les institutions (et les mutations institutionnelles) passent inaperçues. Or, en modifiant l’accès à la terre et le rapport au travail, les reconfigurations institutionnelles ont joué un rôle fondamental : « avec le temps apparut alors une innovation révolutionnaire : des marchés à prix variables pour les facteurs de production, le travail et la terre » (p. 40). Cette transformation fait de la terre une marchandise et ainsi la subsistance de tout humain non propriétaire terrien dépend de l’aliénabilité de son travail. Pour échapper à la faim, il devient alors impossible d’échapper au marché du travail. Parallèlement, le propriétaire combine sa propriété et le travail acheté pour produire de nouvelles marchandises dont la vente bouclera le cycle des dépenses. L’écart attendu entre le prix de vente et le coût prend alors une signification particulière et entraîne un nouveau mobile : le mobile de gain. « La crainte de mourir de faim et l’appât du gain des employeurs maintiennent cet immense mécanisme en marche » (p. 45). Ainsi, la faim et le gain, les deux incitations élémentaires à l’origine de l’action humaine, organisent la vie matérielle dans un contexte où les préoccupations matérielles sont incontournables. « Imaginons par exemple qu’on isole une motivation quelconque, et qu’on organise la production de telle façon que l’on fasse de cette motivation l’incitation de l’individu à produire ; on aura alors engendré l’image d’un homme entièrement soumis à cette motivation. Supposons que cette motivation soit religieuse, politique... l’homme apparaîtra alors comme essentiellement religieux, politique [et] les autres motivations sembleront lointaines... puisqu’on ne pourra compter sur elles pour intervenir dans les affaires vitales de la production » (p. 46). La pensée dominante ne voit pas la configuration institutionnelle nécessaire au mobile de gain qu’elle observe. Elle l’attribue à la « nature » de l’homme et conclut que « les hommes étaient voués à troquer, et le marché allait par conséquent apparaître, à moins qu’on ne fit quelque chose pour s’y opposer » (p. 51). En d’autres termes, comme la gravité, l’évaporation et la condensation expliquent le cycle de l’eau, parce qu’elle est « naturelle », l’action économique n’a besoin que d’elle-même pour s’expliquer. Elle éclipse le politique et « ne considère comme réels que les mobiles matériels et relègue les mobiles idéaux dans les limbes de la non-effectivité » (p. 52). Ce raisonnement soliptique (en latin solus, seul et ipse, soi-même) : pour le sujet pensant il n’y a d’autres réalités que lui-même – « faisait barrage à toute reconnaissance du rôle originel de l’État » (p. 54) dans le processus de création du marché. Le solipsisme économique, selon les termes de Polanyi, nie l’importance du politique, de l’État. Les prix des marchandises sont justes « s’ils résultent du marché ; quant au droit, aucune loi n’est vraiment valable à l’exception de celles qui concernent la propriété et le contrat » (p. 52). Ainsi le solipsisme économique attribue à l’action économique une logique propre qui validerait même les autres institutions. Ce raisonnement pousse un « auteur politique anglais des années 1910 à prouver l’inutilité des guerres, en montrant qu’elles n’étaient pas économiquement rentables » (p. 51).

6Le solipsisme explique le sophisme. Or le raccourci conceptuel qui sous-tend le sophisme repose sur une erreur de méthode fondamentale. Ce dernier nie la diversité des mobiles d’actions dans les sociétés humaines et attribue à toutes les formes d’organisations sociales les principes de l’économie de marché. Or l’économie de marché est le fruit d’une architecture institutionnelle spécifique, historiquement située et ses mobiles d’actions se projettent difficilement sur d’autres configurations institutionnelles.

7Les deux significations du terme économie reflètent l’opposition, que traduit le sophisme, entre l’économie de marché et l’économie où la subsistance est une préoccupation essentielle. L’économie substantielle se définit comme un processus institutionnalisé d’interactions « de l’homme vis-à-vis de ses semblables et de la nature pour obtenir sa subsistance » (p. 56). Deux dimensions se distinguent dans ce concept, d’une part les interactions et le processus institutionnalisé et, d’autre part, l’encastrement de l’économie dans un tissu de liens sociaux étendus (politiques, religieux, etc.). La définition substantielle lie l’économie aux phénomènes historiques, sociologiques, anthropologiques, politiques, etc. Elle met en avant l’objet, contrairement à la définition formelle centrée sur le « caractère logique de la relation entre les moyens et les fins », c’est-à-dire sur une forme de rationalité particulière. Dès lors « la définition du terme économique par la rareté en découle » (p. 55) et « rapportant les moyens aux fins, il (le sens formel) représente une catégorie universelle dont les référents ne se limitent à aucun aspect particulier des intérêts humains » (p. 56). Les deux définitions de l’économie ne cernent pas le même objet, la seconde ne situe pas l’économie dans l’histoire et la société et cela a posé des problèmes à certains tenants de l’approche formelle. Menger par exemple, dont Polanyi était un lecteur assidu, identifiait dès 1923 le problème et distinguait deux orientations de la science économique : « la direction technique et la direction économique » (p. 60). Cependant, « les facteurs causaux qui les engendrent [les deux directions] l’une comme l’autre se trouvent coïncider presque sans exception » (citation de Carl Menger, p. 60 de La Subsistance de l’Homme). En revanche, toujours selon Menger, la coïncidence sans exception s’opère uniquement dans le cadre d’une économie de marché et, pour cette raison, il ne se penche que sur ce type d’économie. Cette originalité de la pensée de Menger ne sera cependant pas retenue et l’édition posthume des Principes, « où se trouvait la distinction entre les deux directions de l’économie ne fut jamais traduite en anglais » (p. 60). Quatre chapitres traitaient cette question, mais ils tombèrent dans l’oubli dans la mesure où seule la première édition des Principes fut rééditée par la suite.

8En d’autres termes, considérer l’économie au sens substantiel à travers une interprétation formelle engendre le sophisme économiste. Menger le faisait consciemment et, pour en gommer les apories, il se penchait seulement sur les économies de marché. En revanche, pour Polanyi, comprendre la place de l’économie dans l’histoire constitue un objet et l’analyse comparative une méthode. La place des institutions se révèle ainsi, elles constituent un socle pour expliquer l’émergence des transferts économiques.

1. 2. Les institutions

9La définition substantielle place la subsistance au cœur des préoccupations et, de ce point de vue, l’architecture institutionnelle joue un rôle singulier. Elle assure la cohérence d’un système où coexistent différentes institutions. Historiquement le « système économique [...] n’était pas institutionnellement séparé. Il était simplement, en effet, un corollaire d’autres institutions, non économiques » (p. 97). Les actes économiques, les transferts de biens par exemple, s’intégraient au processus général de socialisation et servaient des mobiles politiques religieux, etc. Le concept d’encastrement traduit cette intégration du système économique dans le social et s’oppose au concept de désencastrement. Ce dernier traduit une logique amorcée au xixe dans les sociétés occidentales où les relations économiques s’autonomisent (cf. supra). Le désencastrement est permis par une architecture institutionnelle singulière et, indirectement, ce concept met en exergue la diversité des configurations institutionnelles.

10Pour démontrer le rôle nodal des institutions, Polanyi reprend les analyses d’Henry Sumner Maine et de Ferdinand Tönnies, même si elles ne se situent pas au même niveau d’abstraction. Tönnies propose avant tout un idéal-type et non une description historique de l’évolution des sociétés. Dans la société antique, les institutions sont fondées sur le statut lié aux origines des individus. Dans les sociétés modernes, le contrat entre individus fonde les institutions : « la communauté correspond à la société de statut et la société à la société du contrat » (p. 93). À cette première contribution, pour comprendre l’institution, Polanyi adosse les enseignements de l’anthropologie économique pour établir une typologie de systèmes économiques en tant que processus institués. Les travaux de Boas, Malinowski, Mead, Thurnwald nourrissent largement son analyse.

11Dans les économies encastrées de nombreux transferts de biens s’opèrent. Ils s’inscrivent dans le cadre de la réciprocité (don, contre-don) au sein d’une communauté ou entre communautés, dans le cadre de la redistribution (liens de subordination), etc. Polanyi montre comment ces transferts s’enchâssent dans les autres institutions pour renforcer les liens sociaux, qu’ils soient, politiques, matrimoniaux, de prestige, ou religieux. La rationalité des agents, par rapport à la production et à l’échange, s’inscrit dans ce cadre : « ni le travail, ni la disposition des objets, ni leur répartition n’étaient accomplis pour des raisons économiques, c’est-à-dire en vue du gain, d’un paiement ou par la crainte de souffrir individuellement de la faim » (p. 97). L’encastrement « interdit » les ressorts du désencastrement, à savoir la faim et le gain. La cohésion du groupe dépend de la force des liens et la communauté subvient aux besoins des individus. L’usage de la terre par exemple est généralement collectif et le fruit de la terre difficilement appropriable aux dépens de la stabilité du groupe. Ce contexte ne laisse pas de place à l’homo œconomicus dont le comportement se distingue, des autres « homo », par les institutions et non par l’esprit. Les institutions changent et avec elles la rationalité des humains. L’analyse polanyienne explique par le type d’architecture institutionnelle les différences entre les sociétés tribales et archaïques, où s’esquissent les premières formes de transferts économiques. Parmi ces transformations figurent la centralisation du pouvoir accompagnée de la création d’une administration, de centres urbains et d’un renforcement des mécanismes de redistribution. Le pouvoir redistribue pour assurer l’ordre social et prélève en même temps les biens, généralement alimentaires, à redistribuer. Ce mode d’organisation, redistribution/impôt associé à un embryon de division sociale du travail (soldats, administrateurs, urbains) nécessite des équivalences pour identifier les dotations ou contributions socialement reconnues par chacun : « les équivalences ne sont que des moyens grâce auxquels on établit des rapports quantitatifs entre des biens de types différents, comme une mesure de blé et un pot de vin (un pour un), ou du bétail de grande et de petite taille (un pour dix) [...] les mouvements de denrées alimentaires [...] dépendaient de ces simples instruments : les équivalences » (p. 114). Les équivalences permettent la comparaison et la mesure pour que s’opère « une substitution entre un type de bien et un autre » (p. 115) mais aussi pour comptabiliser les biens qu’ils « soient collectés ou redistribués à partir du centre » (p. 115). L’équivalence est nécessaire à la centralisation du pouvoir et figure parmi les prérogatives du souverain. L’équivalence est un élément de souveraineté.

12L’entité sociale augmente de taille avec la dimension archaïque et l’équivalence autorise de nouveaux liens sociaux : les transferts économiques. Deux éléments directement liés à la présence d’équivalences serviront de base à la construction de ces transferts. D’une part, l’équivalence traduit un nombre d’objets en nombre d’unités d’un autre objet sans affecter le résultat de l’opération. D’autre part, et ce point est une conséquence du premier, dans les sociétés archaïques apparaissent des transferts qui concernent moins le statut des agents que les biens. Dans ce contexte pour les transferts en question, le processus de réification se met en place et la possibilité d’obtenir un gain apparaît. « Cette esquisse trop rudimentaire des manières dont les transactions économiques ont pénétré le tissu des sociétés primitives indique malgré tout certaines des voies très différentes qu’a suivies leur développement politique et économique. Partout, les institutions économiques archaïques se sont développées à partir des économies encastrées de l’époque tribale » (p. 112).

1. 3. Les institutions – La triade catallactique : commerce, monnaie et marché

13La triade catallactique conclut la première partie de La Subsistance de l’Homme par une proposition théorique. Un modèle où émerge l’économie désencastrée. Polanyi construit sa proposition théorique en contestant le modèle standard avec des arguments historiques. Le sophisme économiste entraîne une représentation conceptuelle où le marché a une logique propre et des forces internes. Dans cette fiction théorique, si rien ne les entrave, le commerce (mouvement de biens) se développe sur la base de la propension naturelle à l’échange et la monnaie apparaît uniquement pour faciliter les mouvements de biens. La perspective historique réfute cette vision dans la mesure où le commerce et la monnaie préexistaient au marché.

14Le commerce. Le commerce est un moyen et un mode d’acquisition des biens qui ne se trouvent pas sur place. Le transfert de biens est la finalité du commerce et non le gain que permettent l’achat et la vente du bien. Le commerce se drape d’une multitude d’arrangements parmi lesquels il existe des formes proches du pillage, de la razzia, de la réciprocité négative selon les termes de Sahlins (1976), anthropologue et disciple de Polanyi. Ce type de relation lèse l’une des parties et ne se pérennise pas. Le commerce, pour s’inscrire dans la durée, présuppose un intérêt mutuel. La relation est bilatérale et il repose sur une grande diversité d’arrangements institutionnels. Il peut être interne ou externe selon la typologie de Max Weber, passif (les commerçants étrangers sont accueillis) ou actif (les commerçants parcourent les territoires étrangers), être associé à l’État, etc. Le commerce concerne généralement un panel de biens limités. Les commerçants, très souvent issus des classes sociales reconnues, travaillent avec le souverain et la valeur de leurs activités commerciales est validée par la reproduction du pouvoir. Le commerce bilatéral repose donc sur une organisation, sur des institutions validées par un organe politique. Dans ce contexte, les quantités et les prix sont souvent fixés par des accords politiques. L’ensemble des institutions, des accords limitent les malentendus et pacifient les relations commerciales. Parallèlement à ce commerce bilatéral, le commerce de marché a parfois lieu. Par ce dernier, un lien direct entre prix et quantités est établi, mais ce type de commerce semble limité à des contextes particuliers et il occupe une place ténue au regard du premier.

15La monnaie. Au sein « d’une approche anthropologique, la monnaie peut être définie comme un système sémantique, semblable pour l’essentiel au langage, à l’écriture ou aux poids et mesures » (p. 163). En revanche, monnaie, langage, écriture, poids et mesures se distinguent par leur finalité. « Le langage et l’écriture ont pour finalité la communication des idées, les poids et mesures celle du rapport physique quantitatif » (p. 163). La monnaie « sert plusieurs finalités traditionnellement désignées ainsi : moyen de paiement, étalon de valeur ou monnaie de compte, réserve de valeur et enfin moyen d’échange » (p. 163). Historiquement les finalités de la monnaie, qualifiées d’usages de la monnaie par Polanyi, peuvent se répartir sur plusieurs supports monétaires répondant séparément à chacun de ses usages spécifiques (one purpose money). En d’autres termes, les usages de la monnaie « sont institutionnellement séparés et indépendants les uns des autres » (p. 166). De plus, les usages de la monnaie ne disposent pas toujours de la même importance. Ainsi, dans les sociétés « primitives », « l’emploi de la monnaie comme moyen d’échange n’est pas son usage essentiel » (p. 166). En revanche, l’usage lié au compte, à l’étalon de valeur, occupait une place de tout premier ordre. En effet, d’une part elle mesure l’importance sociale des objets dans une situation donnée, elle permet de les hiérarchiser. L’étalon de valeur facilite également – que la société soit archaïque, tribale, etc. – le stockage, le troc et de nombreux transferts de biens (par la redistribution, la réciprocité, etc.). D’autre part, l’étalon de valeur permet d’honorer les morts ou les ancêtres, de quantifier les relations avec l’au-delà, de s’acquitter d’une amende, d’un tribut ou encore d’une dot. L’unité de compte active « les puissances de l’esprit sans effort conceptuel » (p. 168) et offre ainsi de nombreux usages à la monnaie. Le paiement occupe par exemple une place importante car il libère momentanément de la dette. Or toute société fonctionne sur un enchevêtrement de dettes sans cesse éteintes et renouvelées, « le receveur gagne désormais ce que perd le payeur » et le paiement reste « ce qu’il était auparavant, la réduction du pouvoir et du statut du payeur » (p. 176).

16Les transformations institutionnelles progressives liées, entre autres, à la centralisation du pouvoir et à la diffusion de l’impôt monétaire entraînent une concentration des différents usages de la monnaie sur un seul et même support. Ce type de monnaie (all purpose money), correspondant peu ou prou aux monnaies d’État, participe à la mise en place du système de marché et la hiérarchie entre les usages se transforme. « La pratique du paiement monétaire s’élargit naturellement dans toutes les directions. Avec l’introduction du système de marché, un nouveau type d’obligation apparaît, comme le reliquat juridique d’une transaction économique. Le paiement se présente désormais comme la contrepartie d’un avantage obtenu au cours d’une transaction. La monnaie est dorénavant un moyen de paiement parce qu’elle est un moyen d’échange » (p. 177).

17Ainsi, le commerce et la monnaie accompagnent les sociétés depuis toujours. Le marché est arrivé ensuite, mais il est difficile de remonter à ses sources. L’origine des institutions du marché est une question encore mal élucidée, mais de toute évidence, l’origine de la monnaie peut difficilement être attribuée à la « fonction » de moyen d’échange dans la mesure où la monnaie est antérieure au marché.

1. 4. Le recours à l’histoire, pour illustrer son analyse théorique : la Grèce antique

18La seconde partie de l’ouvrage dresse une fresque historique extrêmement bien documentée. Il s’appuie sur les écrits de nombreux auteurs, Aristote, Démosthène, Hérodote, Hésiode, Thucydide, Xénophon, etc., pour reconstruire l’histoire du commerce, de la monnaie et les germes du marché dans l’Antiquité. Ce travail, très fourni, présente les liens entre les activités commerciales, internes et externes et le politique. Il se penche également sur la complexité de l’approvisionnement en céréales, vital pour Athènes et pour la reproduction du pouvoir athénien. Cette fresque met également en scène le secteur bancaire et financier et interroge le « capitalisme » antique. La mise en forme du mode d’organisation de la Grèce antique et plus succinctement celui de Rome, livre une multitude d’informations plus ou moins directement reliées à la thèse défendue dans la première partie. En fait, Polanyi livre les éléments historiques pour étayer son discours mais le matériau historique n’est pas systématiquement traité en fonction de sa thèse. Ainsi, le lecteur doit trier les événements historiques pour illustrer les différents aspects de l’idée défendue par Polanyi. En revanche, la fresque historique est très intéressante, très riche et détaillée. Nous en présenterons seulement les grands traits.

  • 4 La très libérale Angleterre du xixe dont l’agriculture n’assurait pas les besoins nationaux, cherch (...)

19L’analyse des organisations tribales dément nombre d’idées reçues sur les conditions de vie de ces sociétés prétendument miséreuses et laborieuses, avec la faim en toile de fond. Dans les sociétés tribales, l’appartenance à la communauté garantit l’approvisionnement : « dans l’Odyssée, le besoin pressant de nourriture n’apparaît qu’aux marges de la communauté. C’est un événement honteux qui s’abat sur le proscrit, le mendiant hors les murs, l’hôte que l’on a repoussé »... « Appartenir, c’est recevoir sa nourriture dans le cours naturel des choses » (p. 230). La faim ne touchait pas individuellement les membres d’une communauté et, si tel était le cas, elle s’était déjà abattue sur toute la communauté. Dans la Grèce antique, même si la société n’est plus tribale, l’appartenance à la communauté conserve tout son sens. « L’État fournissait aux citoyens leurs moyens de subsistance » (p. 264). Être citoyen de la Polis protège de la faim dans un environnement où peu de blé est produit localement (plus ou moins 10 % des besoins). Organiser le commerce du blé pour garantir l’approvisionnement occupe alors une place déterminante et constitue un élément central de l’action politique. Par de multiples moyens – colonisation, domination militaire, ou politique, conquête, commerce administré – l’État planifie la production, la collecte, le transport et la distribution, à titre onéreux ou gracieux. Le pouvoir a « le contrôle de l’importation des céréales, puis des revenus supplémentaires pour aider les citoyens » (p. 266). Athènes « fut une prospère thalassocratie qui dominait directement les voies commerciales et contrôlait, par des moyens politiques directs, les sources d’approvisionnement des mers orientales » (p. 304). Le contrôle, l’administration, la planification occupaient une place essentielle4 et touchaient plus ou moins tous les biens indispensables « les matériaux de construction, essentiels pour la flotte dont dépendait le pouvoir d’Athènes, étaient l’objet d’un commerce administré, étroitement contrôlé » (p. 331). « La sécurité des voies commerciales, les termes de l’échange – y compris dans une très large mesure les prix – l’origine des biens étaient essentiellement fixés par traités ou par d’autres arrangements diplomatiques » (p. 306). Le commerce au long cours (externe : transfert de bien d’un lieu où ils existent vers un lieu où ils ne sont pas produits) est un élément de politique dont l’influence, à différents degrés, se porte également sur le commerce interne à la Polis (diffusion locale de biens produits localement ou issus du commerce externe). Le commerce interne prend cœur dans la cité, il assure l’approvisionnement en biens communs « dans l’espace ouvert réservé aux réunions publiques, ou plutôt dans son voisinage immédiat » (p. 283). L’agora occupe donc une place centrale dans la cité, elle en assure la reproduction politique et substantielle. Du point de vue de la reproduction substantielle, les transferts de biens s’opèrent selon diverses modalités : « les céréales étaient distribuées ou parfois vendues à un prix déterminé. Les aliments pouvaient être proposés à la vente sur l’agora commerciale, cela dépendait de nombreux facteurs, chacun correspondait à une préoccupation de politique interne » (p. 283). Ainsi, les deux types de commerce, interne et externe, n’occupent pas la même place et n’assurent pas les mêmes fonctions. Le premier assure la diffusion quotidienne de biens usuels produits localement ou « importés » ; le second garantit l’approvisionnement nécessaire en matières premières que la Polis ne produit pas. « Le marché local était une chose, le commerce extérieur en était un autre. Ils avaient des origines différentes et indépendantes » (p. 283).

20Comme le commerce, interne ou externe, la monnaie s’inscrit dans le processus institutionnel de gestion de la cité. Les usages de la monnaie sont cloisonnés et, pour le commerce interne circulent des pièces en bronze dont la valeur n’est pas obligatoirement intrinsèque « ce qui donnait sa valeur à la pièce était l’autorité de la ville émettrice » (p. 374). En revanche, pour le commerce au long cours, les pièces en argent ont une valeur intrinsèque et elles servent également à rémunérer les soldats. « En guerre contre les Olympiens, démuni de monnaie d’argent, Timothée d’Athènes fit frapper une monnaie de cuivre et la distribua à ses soldats. Ceux-ci manifestèrent leur mécontentement » (p. 379). Cependant, les distinctions monnaies de cuivre (destinées aux acquisitions usuelles) et monnaies d’argent (demandées dans les transferts au long cours ou par les soldats) ne traduisent pas un cloisonnement hermétique du champ monétaire. Des changeurs assurent la convertibilité et ainsi des formes de perméabilité connectent les sphères monétaires.

21La prospérité de la cité athénienne repose sur une architecture institutionnelle singulière. Elle combine en un tout cohérent subsistance, commerce interne, commerce externe, gestion du pouvoir, monnaie et suprématie militaire en méditerranée. L’avancée militaire macédonienne remet en cause la thalassocratie et ainsi le contrôle et la planification des approvisionnements externes. Les commerçants (commerce externe) perdent alors la reconnaissance dont ils jouissaient en tant « qu’appareil d’État » et, avec elle, les ressources liées à la fonction politique qu’ils remplissaient en transportant le blé. Leur statut et leur métier changent avec le recul thalassocratique, ils perdent leurs ressources traditionnelles et en cherchent de nouvelles. Elles proviendront de la vente du blé et ainsi le prix du blé devient un aiguillon au commerce des céréales parce qu’il conditionne les ressources des commerçants. Polanyi qualifie ce type de transferts de « commerce de marché » et il voit dans l’extension de ce type de commerce, la construction de liens quantités/prix. Cette période correspond au déclin de la Grèce antique et à la montée en puissance de Rome, mais cette concordance des faits est peut-être fortuite. Plus qu’Athènes, Rome domina la Méditerranée et l’économie romaine était, elle aussi, extrêmement encastrée et planifiée.

2. La subsistance de l’homme : quelques pistes pour une analyse critique

22Une forte dimension conceptuelle se dégage de La Subsistance de l’Homme et si nous devions ne retenir qu’un seul trait de cet ouvrage, nous en retiendrions le modèle central. Au même titre que les modèles classiques, smithien, ricardien, marxien ou autre, le modèle polanyien formalise des mécanismes pour représenter l’évolution des sociétés humaines. Comme ces derniers, Polanyi se penche sur le rôle des transferts de biens. Cet aspect théorique inscrit Polanyi dans la catégorie des grands auteurs dont la critique circonstanciée se nourrit de travaux antérieurs et d’observations. Il possède une culture étendue, il lit ses contemporains, les classiques, les scolastiques, les antiques, etc. et, pour étayer le côté empirique de son travail, il recourt à l’anthropologie et à l’histoire.

23Le modèle polanyien, ou plutôt les modèles polanyiens, remettent en cause la pensée néoclassique et classique par certains aspects. Deux modèles semblent particulièrement intéressants dans La Subsistance de l’Homme. Un premier modèle, central, formalise la place de l’économie dans l’histoire. Un deuxième modèle, « secondaire », éclaire le parcours intellectuel ayant conduit au sophisme. Pour articuler ses modèles, Polanyi mobilise une batterie de concepts qu’il emprunte ou qu’il crée. Le nombre de concepts auquel il recourt est important, mais ils ne sont pas toujours univoques. Cela entraîne parfois un flottement théorique : le talon d’Achille de La Subsistance de l’Homme. En effet, Polanyi décortique la pensée néoclassique sur laquelle il prend appui, mais, il ne s’en détache pas toujours suffisamment et cette dépendance explique peut-être le flottement évoqué. Dès lors, des faiblesses émaillent son modèle qui, « naturellement », n’intègre pas les inconçus des modèles séminaux de la pensée néoclassique. L’État par exemple occupe une place relativement périphérique.

2. 1. Deux modèles explicatifs : la place de l’économie et les schèmes intellectuels

24D’un point de vue institutionnaliste, le premier modèle est remarquable. Il met en place une structure intégrant, dans une perspective historique, l’économie à la société. Le modèle repose sur un principe fondamental, la faim, à partir de laquelle les mécanismes à l’origine de l’évolution des sociétés effectives (effectives en opposition à idéelles) s’articulent.

25Polanyi fonde ses choix théoriques sur de nombreuses lectures de récits antiques, anthropologiques et il identifie des récurrences dans les sociétés qu’il observe. En général, l’individu « appartient » à un groupe, plus ou moins grand, qui le protège (cf. supra). Dans ce contexte, l’appartenance au groupe garantit la subsistance et la faim ne constitue pas un problème individuel. En revanche, rien n’empêche qu’elle puisse être un problème collectif. Des biens circulent selon une multitude de modalités à l’intérieur des sociétés, mais aussi entre les sociétés. La planification, les différentes formes de réciprocité, la redistribution, etc. jouent des rôles centraux et la monnaie a cours. Plusieurs types de monnaies, dont l’usage dépend du type d’acteurs, du type de relations entre les acteurs, etc., circulent. La monnaie occupe une place déterminante dans la construction polanyienne. Parce qu’elle évalue (unité de compte), l’organisation sociale devient possible. L’évaluation permet de comparer les actes sociaux et situe chaque individu sans sa société. Dans un système fondé sur la redistribution par exemple, l’équivalent rend possible la comptabilisation, la substitution des biens qu’ils soient collectés ou redistribués.

26La cohérence de l’architecture institutionnelle assure la stabilité des multiples modes de fonctionnement des sociétés anciennes. Pour de multiples raisons, le cadre institutionnel se transforme, la nouvelle architecture modifie les relations de l’individu au social et l’appartenance au groupe ne garantit plus la subsistance et/ou l’accès à la terre. Ainsi, la faim devient une préoccupation centrale et, pour y échapper, les individus doivent : soit se procurer de la terre, soit remettre leur travail au service d’une organisation qui, en retour, fournit les moyens de subsistance. Dans ce contexte, les marchés de la terre et du travail prennent corps, ces derniers deviennent aliénables et accèdent ainsi au statut de marchandises fictives. La terre ou le travail ont désormais un coût qu’il est possible comparer avec le résultat de l’exploitation de la terre et du travail. Cette mise en perspective du coût et du résultat fait apparaître une différence (grandeur monétaire) qui, à son tour, offre un droit sur la production des autres. La différence devient alors un stimuli : le mobile de gain.

27Le système de marché apparaît et, mus par ces deux mobiles, la faim et le gain, il se développe et se « perfectionne ». Le noyau du modèle est relativement simple et il n’intègre pas des éléments périphériques, mais essentiels par ailleurs (l’impôt, etc.). La construction théorique polanyienne est originale, il formalise les différences fondamentales entre deux types d’arrangements institutionnels et cette démarche s’oppose à l’évolutionnisme en général.

  • 5 Ce point de l’analyse polanyienne trouve un écho particulier dans Âge d’or âge d’abondance (Salhins (...)

28Le modèle polanyien, malgré toutes ses imperfections, a un fort pouvoir explicatif. Il repose sur une loi universelle : l’humain ne veut pas mourir de faim et ainsi, « naturellement », l’humain se préoccupe avant tout de sa subsistance5. Elle constitue un formidable aiguillon. Polanyi démontre l’importance de cette contrainte et il l’applique : 1) aux organisations économiques anciennes, où, au sein d’un groupe, les individus sont normalement protégés de la faim par la communauté ; 2) au système de marchés, où la faim est une menace qui impose un comportement économique singulier. En d’autres termes, Polanyi conteste le naturalisme des classiques et des néoclassiques. Il en conteste les principes fondateurs, l’anthropologie générale (le mobile de gain ou le principe maximisateur), et il propose un modèle où lesdits principes prennent corps au sein d’une architecture institutionnelle singulière : l’architecture propre à une économie de marchés.

Schéma n° 1. Les transformations nécessaires à l’émergence d’une société de marché

Schéma n° 1. Les transformations nécessaires à l’émergence d’une société de marché

29Le second modèle se détache de l’observation des économies effectives. Il décrit le parcours intellectuel ayant conduit aux croyances dont la pensée naturaliste en économie est issue. Le modèle prend appui sur le solipsisme et il conduit au sophisme. Il explique ainsi les constructions théoriques des classiques en général, mais surtout des néoclassiques, avec C. Menger et L. Robbins en ligne de mire.

30Les auteurs appartenant à ces courants « commettent » le solipsime économique (cf. fin du paragraphe 5, partie 1. 1.), ils n’envisagent que leur réalité naturaliste (cf. note de bas de page n° 1). Cette dynamique intellectuelle transforme un phénomène social de coordination des agents par les prix en loi naturelle et évince le politique des processus de coordination. Ce schéma élimine donc la dimension politique et, pour expliquer la place de l’économie dans la société, il ne retient que le « penchant de l’homme à trafiquer ». Il le projette ensuite sur tous les humains : le sophisme économiste. Le solipsisme entraîne le sophisme et ce dernier conduit à assimiler l’économie, dans une perspective historique, à une économie de marché plus ou moins avancée. Ce modèle, relativement simple, explique le parcours intellectuel de nombreux économistes et mériterait une large diffusion pour aider la profession à se poser plus de questions sur son parcours.

2. 2. Karl Polanyi, des concepts, un flottement conceptuel et deux niveaux d’abstraction parfois mélangés

31Un ensemble de concepts canalise la pensée pour conduire aux modèles présentés précédemment. Les mêmes concepts se retrouvent parfois dans les deux modèles et ils résultent d’un travail considérable agencé sur deux niveaux. Le premier regroupe des concepts destinés à identifier la nature des transferts entre individus, entre individus et collectif et enfin entre collectif et collectif. Il reprend des concepts déjà définis, redistribution, réciprocité, don, contre-don, etc. auxquels il ajoute une typologie étendue d’actes commerciaux (le commerce de don, le commerce archaïque, le commerce interne, le commerce externe, le commerce actif, le commerce passif, le commerce de marché). Le second niveau de concepts, articule les premiers pour expliquer la place de l’économie dans l’histoire et la société. L’esprit de marché, le système de marché, les formes d’intégration occupent une place de choix tout comme d’autres concepts dont la dénomination n’est pas du fait de l’auteur : le marché autorégulé, le marché faiseur de prix, etc. Ces concepts jouent un rôle central mais leur importance est inégale, tout comme la rigueur avec laquelle ils sont définis (Brisset, 2010). Un certain flottement s’immisce alors dans la pensée polanyienne et il semble lié à l’absence de distinctions claires entre les deux niveaux d’abstraction (idéel et observable). Polanyi n’ignore pourtant pas la distinction, elle apparaît explicitement dans la partie empirique de La Subsistance de l’Homme.

32Au niveau idéel, dans lequel s’inscrit la pensée néoclassique, on ne cherche pas à décrire des situations observables : il s’agit d’identifier les conditions théoriques pour atteindre une norme imaginaire, idéelle et idéale d’équilibre.

33Au niveau observable, les théoriciens cherchent à extraire des principes théoriques de l’observation des sociétés. Les auteurs classiques par exemple se situent au deuxième niveau d’abstraction même s’ils adossaient parfois leurs démonstrations à des exemples marginaux, peu représentatifs voire imaginés.

34La notion de marché autorégulateur est à la source d’un amalgame. La manière dont Polanyi utilise ce concept est riche d’enseignements. Le concept de marché autorégulé, appelé également faiseur de prix, désigne dans l’œuvre de Polanyi un système où les prix des biens coordonnent l’offre et la demande. En d’autres termes, un lien direct relie les prix et les quantités offertes et demandées. L’ensemble des marchés autorégulateurs fait système et donne « le système autorégulateur de marchés faiseurs de prix » (p. 198). Selon Polanyi un tel mécanisme serait largement répandu au xixe siècle. D’un point de vue strictement logique, cette définition pose un problème fondamental. Se trouve-t-elle du côté de la critique des démarches idéelles, normatives, où le marché coordonne les préférences d’agents rationnels (la définition formelle permet d’identifier cette méthode) ? Dans ce cas, cette définition des marchés autorégulateurs ne reflète pas les situations observables. Ou bien, se trouve-t-elle du côté de l’analyse des situations observables ? Dans ce cas, le concept doit offrir une représentation des situations en question.

35Premièrement, l’analyse formelle produit une réflexion intellectuelle où la concurrence pure et parfaite est nécessaire à l’autorégulation. À l’équilibre, l’optimum est atteint si le marché est autorégulé. Le socle de l’analyse formelle repose sur ce cadre imaginaire à son tour adossé à un appareillage théorique singulier. Dès lors, dans un contexte observable, le marché autorégulé, tel que défini par les néoclassiques, n’existe pas et ne semble jamais avoir existé. Il n’a donc rien à voir avec les marchés britanniques du xixe siècle décrits pas Polanyi. La théorie néoclassique ne peut être critiquée à l’aune des observations et les concepts néoclassiques ne peuvent pas être adoptés pour comprendre les économies effectives.

36Deuxièmement, Polanyi attribue au marché autorégulateur un rôle central : « Il est naturel qu’à notre époque l’intérêt se porte sur ce système autorégulateur des marchés qui a dominé le xixe siècle » (p. 199). Tel que défini par Polanyi, peut-on réellement dire que le marché autorégulateur ait dominé au xixe ? Ce concept permet de cerner un type de transferts important dans l’industrie européenne occidentale au xixe siècle, en revanche, est-il idoine pour décrire le marché ayant « dominé le xixe siècle » ? Nous en doutons.

37Même dans le monde industriel britannique au xixe siècle, le monde observé par Polanyi, le marché est partiellement autorégulé. Les prix ne semblent pas réellement ajuster l’offre et la demande de travail par exemple. L’offre de travail se définit marginalement par rapport au prix du travail dans la mesure où la faim rend l’offre incompressible. Par ailleurs, des lois répressives – mises en avant par Adam Smith lui-même dans la Richesse des Nations en 1876 – renforçaient ce caractère incompressible. Elles bloquaient les tentatives momentanées de passer outre la « faim » et réduire ainsi l’offre de travail. Le droit de grève est fortement réprimé, surtout dans la première moitié du xixe, et détruire des machines pouvait entrainer la peine de mort. L’offre de travail était contrainte, le cadre institutionnel avait créé la faim et il empêchait d’outrepasser la faim. Le concept d’autorégulation est inadapté, le marché du travail n’a jamais été autorégulé. Notre remarque ne signifie pas qu’il soit impossible d’identifier les marchés qualifiés d’autorégulés par Polanyi. En revanche, Polanyi ne le définit pas clairement et son concept ne permet pas d’identifier le phénomène qu’il analysait.

38Imaginons cependant que le marché du travail ait été autorégulé, le système autorégulateur des marchés dominait-il alors l’espace des échanges de biens au xixe siècle ? Il s’appliquait peut être à certains biens industriels au Royaume Uni, mais il était limité. Les importations et les exportations des biens par exemple, comme l’explique Ha Joon Chang (2003) ne se faisait absolument pas sur un mode autorégulé. Par ailleurs, au XIXe, l’Europe occidentale est avant tout rurale, plus de la moitié des acteurs vivent à la campagne et font très peu appel aux transferts de biens pour assurer leur quotidien. Le mode d’organisation économique de l’essentiel des paysans est fortement influencé par l’autarcie et les liens avec les commerces restent ténus. Ainsi, même s’il avait existé, ce type de marché n’aurait absolument pas dominé. Les économies étaient rurales, paysannes (au sens d’Henri Mendras, 1970) et la subsistance était une des premières préoccupations. Ce caractère rural, toujours présent au début du xxe, explique peut être la grande transformation. Les paysans voyaient leur mode de fonctionnement remis en cause et ils se tournèrent vers des mouvements qui tentaient de les rassurer à ce titre. Sous ses différentes formes, le fascisme européen s’est développé dans des pays où la ruralité avait du poids.

39Polanyi, emprunte ici la voie qu’il critique. Pour construire le concept de marché autorégulé, il généralise à partir d’un regard partiel et contestable porté sur l’industrie britannique du xixe siècle. Cette généralisation produite les effets qu’il condamne par ailleurs et son concept n’est pas opératoire. Tel qu’il est construit la notion de marché autorégulé est polysémique. Il peut laisser penser que l’architecture institutionnelle du xixe siècle ait permis l’apparition d’un marché autorégulé au sens néoclassique. Or tel n’est pas le cas, le marché néoclassique est purement idéel et ses hypothèses l’excluent de l’observable. Parce que le concept polanyien est équivoque, il ne permet pas de cerner le type de marché sur lequel Polanyi fonde sa théorie. De quel type de marchés parle-t-il, étaient-ils communs ou marginaux ? Polanyi excelle dans l’analyse critique des classiques et des néoclassiques (le surplus, les liens entre rareté, insuffisance, choix), mais ses propositions théoriques restent parfois floues. Postel et Sobel le regrettent également dans Économie et rationalité : apports et limites de l’approche polanyienne (Postel et Sobel, 2008). Le cadre théorique polanyien manque parfois de rigueur et ce flottement semble lié à une dépendance excessive à l’égard de la pensée néoclassique.

2. 3. La pensée néoclassique aurait-elle ébloui Polanyi ?

40La critique polanyienne, souvent acerbe, vise l’école classique à travers certains auteurs, mais elle atteint surtout le mouvement néoclassique (Van De Velde, 2007). Polanyi connaît bien les travaux d’auteurs néoclassiques essentiels et il s’en inspire. Il se réfère régulièrement à Menger par exemple, auquel il consacre plusieurs pages dans La Subsistance de l’Homme (p. 58 à 61). « Polanyi opère un déplacement dans la mesure où il transpose au niveau d’un collectif autogéré cette problématique que les premiers marginalistes ont réservée au seul domaine de l’individu » (Maucourant, 2011, p. 53). Par ailleurs, il identifie le cadre formel de l’économie à partir de la définition de L. Robbins. La pensée néoclassique joue un rôle fondamental dans l’œuvre de Polanyi. Il critique le processus de transfert de biens mis en œuvre par des agents représentatifs mus par une rationalité instrumentale et il propose une typologie de relations de commerce historiquement et socialement situées. Il critique le caractère universel du mobile de gain et il propose un modèle où les mobiles d’actions sont déterminés par l’architecture institutionnelle. Il critique la primauté du troc sur la monnaie et il propose un modèle où la monnaie précède le marché (la triade catallactique). Il critique le caractère universalisant de la clef de voûte de l’édifice néoclassique, l’équilibre de marché, et il propose un processus institutionnalisé à l’origine de la société marchande. La critique joue un rôle central dans l’analyse polanyienne mais, en même temps, elle enferme parfois son auteur dans le carcan de la pensée remise en cause. En effet, Polanyi, comme les néoclassiques, place les transferts de biens au cœur de ses propositions théoriques. Les transferts de biens constituent l’épine dorsale d’un schéma autour duquel se greffe la monnaie, les rapports de production, la consommation, l’État et la dynamique capitaliste. La Subsistance de l’Homme traduit parfaitement cette assertion, l’essentiel de la partie empirique (« Commerce, marché et monnaie dans la Grèce antique ») est consacrée aux transferts de biens (les marchés locaux, le commerce outre-mer, les importations de céréales, l’extension du commerce de marché, etc.). En d’autres termes, les inconçus de la pensée néoclassique ne trouvent pas une place « naturelle » dans le modèle polanyien.

2. 3. 1. La monnaie

41Polanyi considère la monnaie comme une institution mais sa théorie de la monnaie n’apparaît pas toujours clairement. Le chapitre 9 décrit le rôle joué par la monnaie, un système sémantique et le concept d’usage de la monnaie y est défini. Cependant, ce dernier pose beaucoup de questions sans clarifier réellement son discours sur la monnaie. L’appellation des différents usages de la monnaie présente beaucoup de similitudes avec l’appellation des fonctions (unité de compte, intermédiaire d’échange et réserve de valeur) et « les usages dérivent de la théorie monétaire de l’économie de marché, nous montrerons en définitive qu’ils possèdent une très grande spécificité dans les conditions des sociétés primitives » (p. 164). Cette phrase laisse penser que les usages de la monnaie dans les sociétés anciennes ne résultaient pas d’une logique fonctionnaliste. Les démonstrations suivant cette phrase le confirment et le chapitre : « l’analyse institutionnelle de la monnaie » (p. 167) mobilise largement le cas de la Grèce antique par exemple. En revanche qu’en est-il de la monnaie dans les systèmes de marchés ? Les usages dérivent-ils de la théorie monétaire de l’économie de marché ? Les réponses à ces questions n’apparaissent pas clairement et nous comprenons difficilement quel type de « forces » explique la concentration de tous les usages sur un même support. Jevons par exemple, dans une perspective fonctionnaliste, explique également la concentration des fonctions dispersées au départ. Il attribuait même une cinquième fonction à la monnaie : la capacité de séparer ou de concentrer sur un même support les fonctions (Jevons, 1876).

42Les réflexions de Polanyi sur la monnaie apparaissent comme une juxtaposition, un empilement de propositions théoriques plus ou moins abouties dont la structure globale est évanescente. À partir de ses lectures, de ses observations, Polanyi intègre par touches successives la monnaie à son modèle général. Il observe l’accumulation monétaire de richesse, l’évaluation monétaire, la validation de la monnaie par une autorité et il conduit une réflexion pour chacun de ces aspects. Malheureusement, il ne les articule pas réellement pour situer la monnaie dans les dynamiques sociales qu’il étudie. En tant que processus institutionnalisé, le pouvoir explicatif de la monnaie dans les mécanismes de mutations sociales à l’origine de l’avènement du système de marché est ténu. Cependant, mais elle est dispersée, la matière nécessaire au travail en question se trouve dans son œuvre. Le paragraphe 6 par exemple, « L’équivalence dans les sociétés archaïques », tisse – sans les expliciter franchement – des liens directs avec la monnaie. En effet, dans la partie « La sociologie des équivalences » (p. 123-125) selon toute vraisemblance, certains objets cités sont des monnaies et jouent le rôle d’équivalent plus ou moins partiel ou général. Ces objets ou toutes autres formes d’équivalences sont institués et jouent un rôle central. Dans les mécanismes de redistribution, elles permettent de comparer et de substituer les biens, « d’interchanger les choses indispensables à la vie » (p. 193) ; pour la collecte de l’impôt en nature, elles permettent de comparer les biens que cèdent les contribuables, etc. Dès lors, dans la mesure où des équivalences existent, les biens soumis au même régime d’équivalence (ou à des régimes équivalents) pourraient, dans l’absolu et si la configuration institutionnelle ne s’y opposait pas, entrer dans la logique coût/avantage. Grâce à un système d’équivalence suffisamment général il est possible de comparer le produit d’une vente avec le coût des biens nécessaires à la production. « L’unité monétaire permet de comparer le coût des produits » (Weber, 1995, p. 132), ou bien « la monnaie impersonnelle dévouée à l’évaluation des choses, permet de les comparer et ouvre, pour les individus, un droit uniforme à toutes les marchandises »(Orléan, 2002, p. 333).

43L’importance de l’évaluation, qu’il souligne, aurait certainement permis à Polanyi d’intégrer la monnaie à son modèle général. Les économies anciennes possédaient des monnaies qui assuraient des types d’équivalences. En revanche, l’architecture institutionnelle n’autorise pas le mobile de gain. Une mutation institutionnelle transforme les relations sociales et, parce qu’un système d’équivalence existe, le gain devient alors un mobile. L’équivalent devient de plus en plus général, le commerce de marché apparaît et se développe. Ainsi, parce que tous les ingrédients institutionnels se trouvent réunis, le système de marché prend corps. Polanyi ne construit pas son modèle général avec la monnaie et comme pour l’État, il opère une greffe sur le « modèle terminé ».

2. 3. 2. L’État

44La méthode présentée plus haut s’applique également à l’autorité, au pouvoir de coercition légitime, quelle que soit sa forme (patria potestas, clanique, féodal, étatique, etc.). Nous le qualifierons d’État pour faciliter la démonstration. L’État n’est pas seulement omniprésent, il est fondamental dans la partie historique et empirique de La Subsistance de l’Homme dans la mesure où son action entraîne la mutation institutionnelle. Deux exemples illustrent la vision polanyienne du rôle de l’État. Lors de la guerre du Péloponnèse, Athènes s’incline face à Sparte et perd le contrôle des mers. Or la souveraineté maritime garantissait à la Polis un approvisionnement régulier en blé, les moyens de subsistance essentiels à la souveraineté politique. Dans le cas athénien, la mutation institutionnelle à l’origine de l’apparition du commerce de marché provient de la défaite militaire et de la chute du régime politique. Le second exemple, montre qu’au Royaume Uni, la montée en puissance de l’État, et non la chute, provoque la mutation institutionnelle. L’État étend sa souveraineté à l’attribution du foncier, il transforme les normes d’appropriation foncière et impose les enclosures. Parallèlement, il impose des limites aux aides allouées aux indigents et pénalise le vagabondage. Sans accès à la terre, privés des aides paroissiales et sans possibilité d’errance pour quémander une maigre pitance, les agents se sédentarisent à proximité des sites industriels naissants où se trouve la demande de travail. Pour Polanyi, implicitement, la redéfinition des prérogatives de l’État, que sa souveraineté s’étende à de nouveaux espaces où qu’il la perde, entraîne une reconfiguration institutionnelle propice à l’épanouissement d’une société de marché dans certains cas. Cet élément de sa pensée est difficilement contestable et il isole plusieurs éléments à l’origine de la transformation. Il s’intéresse au cadre juridique, qui définit les droits de propriété et le périmètre de la marchandise (les biens fictifs par exemple). Il se penche également sur l’impôt monétaire. Ce dernier impose d’une part les transferts de biens et d’autre part la norme monétaire sous forme d’équivalent général (cf. supra), à tous les contribuables. Avec l’impôt monétaire, les agents sont obligatoirement en contact avec la monnaie fiscale et se la procurent par la vente sur les marchés, même s’ils trouvent l’opération incongrue au départ (Servet, 1984). Par ailleurs la monétisation de l’impôt entraîne la centralisation de l’impôt et un processus d’homogénéisation de la société par l’État (Le Goff, 2010). Des normes communes se diffusent à tous les « sujets » de l’État : les modalités d’évaluation des biens par exemple et avec elles la possibilité d’étendre les marchés.

45L’État habite La Subsistance de l’Homme, sa main parcourt l’essentiel de l’ouvrage mais elle est invisible dans le cœur du modèle général. Polanyi rassemble tous les éléments empiriques pour intégrer l’État à sa proposition théorique mais il ne le fait pas. Or intégrer l’État – sous ses multiples formes – aurait certainement complété le puzzle théorique polanyien. Polanyi explique les transformations par une succession de ruptures et reconnections, mais il n’explique pas les mécanismes de changement. Comment théoriser le processus de mutation institutionnelle ? Parce qu’il n’intègre pas pleinement l’État, le modèle polanyien centré sur le marché ne donne pas de réponse. En revanche, intégrer l’État poserait de nouvelles questions, celles des liens entre le capitalisme, le commerce de marché au départ et ensuite le système de marché. Polanyi aborde peu le capitalisme et au dernier paragraphe seulement, 5 pages sur une œuvre qui en compte 400. Polanyi ne reconnaît pas réellement une logique spécifique au capitalisme, or n’est-elle pas fondamentale et n’intègre-t-elle pas le marché ?

Conclusion

46À l’instar des grands classiques, Polanyi cherche à expliquer une totalité à partir d’observations historiques, sociologiques, anthropologiques et économiques. Comme ces auteurs, il critique les apories de travaux antérieurs et exploite la fécondité d’autres écrits pour expliquer la place de l’économie dans l’histoire et la société. Deux modèles se dégagent de La Subsistance de l’Homme : le premier modèle, général, qui réfute la primauté des marchés. Historiquement les institutions, le commerce et la monnaie servaient des logiques non fondées sur le marché et les mécanismes de marchandisation apparaissent dans un cadre institutionnel spécifique. Deux éléments fondamentaux (la faim et le gain) se dégagent alors : premièrement la faim devient une préoccupation individuelle, elle transforme la rationalité des agents, et ainsi le mobile de gain prend sens. La faim et le gain deviennent des « forces » d’entraînement et de maintient du système de marché. Le second modèle se penche sur le raisonnement économique et décortique les mécanismes à l’origine des errements théoriques de certaines doctrines économiques. Le solipsisme et le sophisme économiste, décrivent le mode de pensée d’économistes n’imaginant pas une rationalité étrangère à celle de leurs contemporains. Dès lors, ils prêtent à tous les individus, quelle que soit la période ou la culture, les représentations de l’homo œconomicus. Cette réflexion présente un intérêt majeur et Polanyi fait preuve d’un esprit critique aiguisé. Il décortique les pensées classiques et néoclassiques pour en déloger les apories, les présupposés et le poids des idéologies. Cet exercice est brillamment conduit mais il enferme en même temps son auteur sur les rails du « marchécentrisme ». En effet, comme les néoclassiques, Polanyi propose une théorie fondée sur le marché (le modèle général) à laquelle il intègre difficilement les inconçus du « marchécentrisme » contemporain (l’école néoclassique). Ces inconçus (la monnaie, l’État, les rapports de force, etc.) irriguent pourtant les investigations polanyienne, anthropologiques, historiques, empiriques mais, paradoxalement, ils n’occupent qu’un rôle périphérique sur le plan théorique. Polanyi les greffe à son modèle général, mais ils ne font pas réellement corps avec le modèle. Ils gravitent autour du modèle, avec, selon la perspective adoptée, des forces centrifuges ou centripètes plus ou moins fortes. En d’autres termes, les inconçus sont pensés par défaut et leur position théorique ne traduit pas leur position réelle pour expliquer la place de l’économie, au sens substantiel, dans l’histoire et la société. À cet égard, la dépendance de Polanyi vis-à-vis de la pensée néoclassique est certainement une limite pour qui s’intéresse à la subsistance de l’homme. En effet, la subsistance ne repose pas seulement sur les marchés, elle dépend des rapports de production, des modalités de consommation, des logiques de pouvoir et d’une pluralité de mobiles économiques, etc.

47Cependant, par essence, un travail intellectuel n’atteint jamais la perfection et toute œuvre reste inachevée. Cela vaut pour La Subsistance de l’Homme et, qu’elle ne fut pas mise en forme par Polanyi accentue certainement ce phénomène. Malgré ces critiques, cet ouvrage est passionnant et ses apports comme ses limites nourrissent la pensée. Il permet de mieux comprendre : les processus de construction historique de nos sociétés ; le fonctionnement de nos sociétés contemporaines et il resitue la théorie économique. Aussi nous en conseillons vivement la lecture.

Haut de page

Bibliographie

Brisset, N. (2010), Une lecture performativiste de Karl Polanyi, XIIIe Colloque Charles Gide.

Chang, H. J. (2003), Kicking Away the Ladder: Development Strategy in Historical Perspective. London, Anthem press.

Goff, J. L. (2010), L’argent au Moyen Âge, Paris, Fayard.

Jevons, W. S. (1876), Money and the Mechanism of Exchange, New York, D. Appleton and Company.

Maucourant, J. (2011), Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, Flammarion.

Mendras, H. (1970), La fin des Paysans, Paris, A. Colin.

Orléan, A. (2002), « La Monnaie, opérateur de totalisation », Journal des anthropologues, n° 90-91, p. 331-352.

Postel, N., Sobel, R., (2008), « Économie et rationalité : apports et limites de l’approche polanyienne », Cahier d’économie politique, n° 54, p. 121-148.

Sahlins, M. (1976), Âge de pierre, âge d’abondance, l’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard.

Servet, J. M. (1984), Nomismata, état et origines de la monnaie, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Velde, F. V. d. (2007), « Polanyi et les économistes sur la question des marchandises fictives », in R. Sobel (dir.), Penser la marchandisation du monde avec Karl Polanyi, Lille, L’Harmattan.

Weber, M. (1995), Économie et Société, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 Naturalisme : construction intellectuelle qui transforme des phénomènes sociaux en lois naturelles.

2 Le sens vulgaire de transfert est retenu dans ce texte. Transfert ne fait pas l’objet d’un travail conceptuel. Il désigne simplement le passage d’un bien entre acteurs ou groupes d’acteurs quelque soit le mobile.

3 Bernard Chavance (le traducteur) n’a pas repris le néologisme qui faisait autorité jusqu’à présent. À substantif il a préféré substantiel.

4 La très libérale Angleterre du xixe dont l’agriculture n’assurait pas les besoins nationaux, cherche également à garantir ses approvisionnements par des accords de long terme et d’autres instruments de commerce administré.

5 Ce point de l’analyse polanyienne trouve un écho particulier dans Âge d’or âge d’abondance (Salhins, 1976). Salhins met en exergue la même préoccupation à partir de ses observations. Les peuples de chasseurs cueilleurs mettent tout en œuvre « pour satisfaire tous les besoins, tout est fait pour produire la totalité du minimum de ces besoins » (p. 15).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma n° 1. Les transformations nécessaires à l’émergence d’une société de marché
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/10008/img-1.png
Fichier image/png, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Alary, « La subsistance de l’homme : l’économie selon Karl Polanyi », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/10008

Haut de page

Auteur

Pierre Alary

Enseignant-chercheur, Clersé UMR 8019, université de Lille 1, Pierre.Alary@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page